AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Ven 29 Juin - 23:39

Eden dévorait son repas avec un appétit presque animal. Mais bon, comme d'habitude, c'était le premier repas qu'elle prenait depuis longtemps. Et dans ce cas-ci, le premier depuis qu'elle avait quitté la prison. Il y a deux jours et demi.
Isolée dans un coin de la salle, elle mordait dans le pain, vidait son verre et savourait le chaud ragoût en repensant à cette étrange évasion. Enfin, si l'on pouvait parler d'évasion. Jamais elle n'aurait pu quitter cet enfer sans l'aide de ce type étrange, ce... Elle avait encore du mal à l'avouer, mais ce mec était bien à la solde du Gouvernement. Et il l'avait aidée. Im-pen-sable. Et pourtant. Elle passa une main dans ses cheveux, confuse. Pas envie de réfléchir, mais ça la travaillait.
Enfin, elle avait eu de la chance. Sans cette intervention inopinée, elle aurait... croupi en prison pour bien plus longtemps. Elle n'avait même pas eû le temps d'entendre sa sentence. Pff, quelle importance? Elle était libre, et en train de se rassasier. A peu près heureuse. Satisfaite au moins.
Alors qu'est-ce qui la dérangeait? Ce type là-bas, dans la base, qui l'avait libérée, son attitude? Elle qui haïssait les marins et le Gouvernement Mondial avec tant de force, voilà qu'un type mettait le bazar dans son point de vue. Non, en fait, elle ne pouvait pas parler de "haine". Juste une grosse, grosse épine dans le pied. Et le fait qu'ils adoraient lui courir après. Et essayer de la capturer. Et lui tirer dessus. Sûrement parce qu'elle volait, se battait et les faisait pas mal courir aussi.
Bon, les ardoises étaient pleines des deux côtés...

Eden gratta machinalement son pansement. La cicatrice à son oeil était à peu près propre et nette, mais cela ne l'empêchait pas de bien la picoter. Elle enlèverait le bandage bientôt. Là, elle avait l'impression de ressembler à un zombie. Ou un estropié, au choix.
La capuche rabattue sur sa tête, elle tentait pourtant de se faire aussi normale que possible. Une fille normale venue manger un ragoût aux ingrédients douteux dans une taverne miteuse, avec des blessures au visage et aux mains, et une tenue relativement provocante.
Eden ne savait pas passer inaperçue. Enfin, elle ne pouvait pas. Sans cesse, des combats de rue la forçaient à ressembler plus à une délinquante qu'à une fille innocente. Au fil des coups qu'elle rendait, ses muscles se renforçaient, ses réflexes s'amélioraient sans cesse. Son sixième sens n'attendait pas son aval pour évoluer. Ses blessures se faisaient de plus en plus rares, mais les cicatrices ne disparaissaient pas. Le sang se collait sur ses cheveux, se mêlant à leur couleur pourpre d'origine peu importe combien de fois elle les lavait. Son regard se faisait plus incisif sur les autres, à l'encontre de sa nature mais dans le sens de ses besoins. Son instinct de survie guidait tout le reste.

Tous ses cours, c'était l'école de la rue qui les lui avait donnés. Eden ne savait ni lire, ni écrire. Juste se battre, et voler. Ici, c'était plus que suffisant. Elle tenait bon.
Elle rêvait de porter de beaux vêtements, mais c'était irréaliste. Sur cette île, elle avait déjà assez de mal à porter librement un mini-short et un bustier sans se faire agresser sans arrêt. Elle portait un vieux manteau abîmé trouvait il y a longtemps, et des bottes fabriquées de ses propres avec des matériaux récupérés, et du métal.
Elle soupira.

Elle recommençait à partir dans ses réflections. Ce n'était pas bon signe chez elle. Si c'était possible, Eden aurait voulu coucher ses pensées sur papier. Là, elle les regardait se noyer dans la mélasse de son repas. Soudain, son instinct lui souffla un frisson. Elle leva la tête. Ses yeux se posèrent sur ceux du tavernier, qui la regardait de travers.

-T'as un problème? Souffla-t-elle

-T'as intérêt à payer, Akiha. Si jamais tu fais mine de filer, j'apelle la marine.

Autour d'eux, les autres clients avaient baissé d'un ton, ou s'étaient tus. Pas un d'entre eux ne venait pas de la ville basse, de la cité-poubelle. Personne dans les alentours n'ignorait la réputation d'Eden, ni qu'elle était revenue mystérieusement de son enfermement, comme si rien ne s'était passé. Pourtant, l'affaire avait été tout sauf discrète.

-Ca va, j'ai de l'argent cette fois. Lâche-moi.

-Ouais... Je t'ai à l'oeil.

Il soupira, finit d'essuyer son verre, puis, voyant que ses clients boudaient tranquillement ses plats, alla à l'extrémité de son comptoir la plus proche d'Eden.

-Alors, il s'est passé quoi dans la base?

Elle lui adressa un haussement de sourcil.

-Tu m'as traitée de pique-assiette il y a cinq minutes, et là tu me demandes de te raconter ma dernière petite visite chez les marines?

-Je t'offre le dessert.

-Ton écrasé de fruits que tu oses appeler "compote"?

-J'ai de la brioche.

Elle soupira. La brioche, c'était chaud, et consistant.

-Je me suis pas évadée, lâchâ-t-elle. On m'a aidée. J'y serais pas arrivée seule.

Il fronça les sourcils.

-Ah, vraiment? Je t'en aurais pensé capable, pourtant.

- J'ai la moitié du visage couvert de bandages, j'avais pas mangé depuis... Bref, c'était pas le jour. Et il était balèze.

- ...Attends, le type qui t'a choppé, c'est celui qui t'a relâché?

- Cherche pas à comprendre. Moi ça me fatigue d'y penser.

-Bon. Bouge pas, je vais la chercher ta brioche.

Il se leva, laissant Eden seule avec son assiette vide. Alors qu'elle léchait du doigt les restes de sauce qui restaient dedans, la porte de la taverne s'ouvrit brutalement. Elle avait de la visite.



Dernière édition par Eden Akiha le Sam 30 Juin - 20:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Sam 30 Juin - 9:21

    Senzô était sur West Blue, une mer calme et sans danger apparent. Du moins, c'est ce que ceux qui avaient déjà visité Grand Line disaient. On pouvait prévoir la météo ou utiliser une boussole, choses impensables sur le Route de tous les Périls. Notre homme se trouvait ici pour une mission banale, ou du moins une petite enquête. En effet, des évènements étranges avaient eu lieu. Un forban capturé, qui avait disparu sans laisser de traces quelques temps après, sorti de sa cellule, sans même dire bonjour aux gardiens. Qui était-il ? En tout cas, c'était elle. Le vague descriptif qu'avait reçu Senzô n'était pas très rempli. Une jeune femme, aux cheveux pourpres. C'était toutes les informations qu'il possédait. Ainsi que son appartenance à West Blue. Mais les pirates, c'était quelque chose qu'il connaissait, quelque chose qu'il savait appréhender. Les tavernes, c'était un peu leur lieu de culte, là où le roi beuverie leur donnait la force d'avancer dans leurs terribles aventures. C'était en parcourant ces endroits malfamés, parfois pourris, que le marin était arrivé à la conclusion suivante : cette jeune femme se trouvait sur cette île de West Blue. Restait à savoir où.

    Mais cette information, ce ne serait pas la plus difficile à trouver. Une nouvelle taverne, un nouveau tenancier, de nouvelles informations. Ces mecs étaient au courant de tout. Pourquoi ? Par leur passé de pirates. Ils étaient souvent, pour les plus informés, d'anciennes racailles reconverties. Jamais de très grosses pointures, les meilleurs avaient eu une prime de quelques millions de berrys, mais cela suffisait à faire peur aux jeunots, à ce qu'ils voient en eux un mentor et à ce qu'ils se dévoilent. Des vraies mines d'or. Si bien que le gouvernement leur offrait des primes quand ils s'avéraient de bons informateurs. Enfin, certains étaient aussi de simples civils, normaux, qui ne savaient qu'une chose : la recette d'un diabolo menthe.
    Sautant de sa petite embarcation, faite main, je vous prie, Senzô arriva enfin sur la terre ferme. D'un pas rapide, il se dirigea vers le premier bar de l'île. Il savait bien où il était, de bonnes informations, encore et toujours. Cette fois-ci, il ne portait aucun signe distinctif de la Marine. À sa ceinture trônait seulement ce qui pouvait être comparé à une épée. Mais il n'en était rien, il ne s'agissait que d'un vulgaire bout de bois, bout de bois aussi solide que le métal qui était son arme de prédilection au combat. Une immense pipe, d'environ soixante-dix centimètres.

    En quelques minutes, le but fut atteint. Le bar était devant lui. Pas trop dégueulasse comme enseigne. Peut-être qu'on y mangeait bien. Mais personne n'était là pour faire du tourisme. Ni Senzô, ni le bonhomme qui l'avait accosté avant que celui-ci ne pénètre à l'intérieur.


    « Hé mon pote, t'as pas une tête connue... Tu fous quoi sur MON île ? » avait-il dit tout en s'avançant, d'un pas nonchalant et alcoolisé.
    Senzô n'avait rien dit. Dans ce genre de situations, il préférait se taire et agir. Empoignant l'homme par le col, il l'envoya s'écraser contre la façade de la taverne. Celui-ci tenta de répliquer, mais son taux d'alcoolémie l'en empêcha. À peine plus rapide qu'un bébé hérisson, il ne put éviter le coup de genou et la violente poussette qui l'envoya contre la porte, faisant claquer celle-ci.
    Le marin entra, se servant de son corps comme paillasson. Tous les regards s'étaient tournés vers lui, mais il avait une gueule de pirate habituel. Rien de trop suspect donc. Sauf qu'eux, tous ceux-là ne semblaient pas venir de la basse société. Le marin ne se sentait pas mal à l'aise, parce qu'il représentait l'ordre, mais il savait pertinemment, grâce à ses origines ouvrières, qu'il n'était pas dans un endroit où il aurait été habituellement convié.

    Il s'en foutait.
    Après tout, il n'était pas là pour eux, mais pour cette jeune femme échappée. Et c'est là qu'il put la voir. À peine entré, qu'il mettait déjà la main dessus. Des cheveux pourpres, un long manteau qui cachait le reste de son corps. Comparée à tous ces gens de la haute, elle était trop mal fringuée pour être avec eux. Il n'y avait aucun doute. Ni une, ni deux, Senzô s'approcha d'elle avec une intention meurtrière. Le sentirait-elle ? Lui, non, mais l'atmosphère pesante que son envie de meurtre venait de créer, certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Sam 30 Juin - 20:21

Eden sentit d'instinct que si sa brioche n'arrivait pas très rapidement, elle n'aurait pas de dessert du tout.
La porte allègrement enfoncée et défoncée, le corps de ce crétin inutile de Genzô qui faisait office de carpette, et surtout la tête du nouveau venu, rien ne semblait prévu pour qu'elle finisse tranquillement son précieux repas. Elle fit sa mauvaise tête en le voyant.
A sa dégaine et à son visage, elle sût d'office qu'il n'était pas d'ici. Déjà, on ne se pointait pas dans une taverne en défonçant des portes comme un bourrin, pas quand on connaissait cette île, ce bourbier vivant, où lever le petit doigt pouvait être un signal pour qu'une vingtaine de types armés jusqu'aux dents vous courrent après parce qu'ils avaient cru voir une bague y briller.
Il était bizarre, comme elle. Il ne s'intégrait pas bien au paysage. Mais différemment. Eden était incongrue parce qu'elle avait grandi dans la ville basse, et sentait la misère à des kilomètres comme si un tatouage indiquait à tous sa situation sociale peu enviable. Non, lui c'était autre chose.

Il y avait un truc qui n'allait pas. Bon, à première vue, ouais il ressemblait à un pirate, ou au moins à un sale type. La dégaine de loubard, son attitude pas franchement amicale ni avenante, et son apparence relativement négligée, tout semblait indiquer que ce type était du mauvais côté de la barrière.
Mais Eden en avait vu des tonnes, des criminels, des pirates, des chasseurs de primes et des petits frappes qui se prenaient pour des gros durs, tous de West Blue, la "pire" des quatre mers. Ses yeux avaient observé leurs façons de se mouvoir, leurs tics quand il se sentaient en danger et leurs regards fuyants. Elle avait senti leur tabac de mauvaise qualité, leur alcool par encore décuvé et la sueur de ceux qui triment pour manger. Et elle avait vu les marines. En 17 ans, elle avait sûrement vu et cogné plus de mecs que n'importe quelle autre gamine de West Blue. Bon, dans son cas, situation oblige. On s'embarassait pas de politesses quand un gignol s'amusait à vous titiller au couteau.
Ce type semblait atypique pour les deux groupes. De son oeil unique, Eden détaillait de nombreux détails qui criaient son rang de loubard, de cogneur et de mec louche. Mais il avait une démarche un peu trop droite pour un criminel. Il avait la tête trop haute, le regard trop clair.
La jeune zoan sentit le danger venir alors même qu'il mettait le pied dans la taverne. Elle lécha son doigt pour terminer, et posa ses deux bottes sur la table, le fixant de son unique oeil sans ciller.

Lui aussi semblait la fixer. Choisie au hasard ou cible prédéterminée? Il n'avait pas accordé plus qu'un regard à la ronde aux autres clients. Ca en disait long. Il se dirigeait vers elle.
Par réflexe, elle glissa son couteau dans sa manche, et balaya du bras son assiette, qui vola contre le mur. Aucun doute, c'était elle qu'il voulait. Plus la peine de se dissimuler sous sa capuche, ou de jouer les gamines mal tombées et innocentes.

Tant mieux. Une bonne baston allait remettre les choses bien à leur place dans la tête d'Eden. Les marines et le Gouvernement Mondial, tous pourris. Si c'était bien ces gens qui se cachaient derrière les intentions de ce mec.
La jeune femme ne réagit pas lorsque la plupart des clients quittèrent en se bousculant à qui mieux mieux la taverne, complètement paniqués et ne se faisant visiblement aucune illusion eux non plus sur la suite des évènements. Elle avait déjà la tête dans le combat à venir, tous ses sens mobilisés, ses muscles prêts à réagir. Si elle avait été sous sa forme animale, Eden aurait sûrement grondé comme un félin. Sauf qu'elle ne se transformait qu'en dernier recours. Tant qu'à faire, si elle pouvait éviter de déchirer ses fringues...

- Eden, si il y a du dégât, je te préviens que tu me paieras les frais.

- C'est ça.

Pas inquiet pour deux sous, le tavernier se contenta d'un regard mauvais au deux combattants avant de s'éloigner par la porte de derrière. Il faut dire que les combats, il avait déjà dû en voir des centaines. Dont un bon quart où Eden avait été plus ou moins impliquée.

Cette dernière, soupirant, décida de ne pas se faire doubler dès le début. Dès que son adversaire fut assez près, elle poussa violemment la table du pied contre lui, l'envoyant dans ses jambes, et roula sur le côté, passant derrière lui pour lui assener un coup de pied brutal derrière les genoux, le faisant fléchir, et se releva, derrière lui, et se mit en position de combat.

-T'aurais quand même pu commencer par les présentations, papi, grommela-t-elle.

Il voulait se battre? Il allait être servi.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Sam 30 Juin - 20:51

    Tout le monde dans la taverne semblait avoir compris la situation. Une assiette avait volé, la tension était palpable, pesante. Tous les clients se précipitèrent dehors, la plupart sans même payer. Au final, le combat qui allait avoir lieu en ces lieux leur rapportait quelque chose. Il détruisait certes leur restaurant favori, ou non, mais leur permettait d'avoir manger, pour les plus chanceux, gratuitement. Et c'est ce qu'on pouvait appeler une aubaine. Par contre, le fait que Senzô s'aventure ici n'en était pas une pour la taverne. Dans les casernes de West Blue, il était réputé pour les destructions que ses mission engendraient. Il n'avait jamais été très subtil, du moins, dans ses attaques. Des coups qui avaient pour but de tuer par la puissance brute. En le voyant, comme ça, on aurait pu croire à un écervelé, incapable de créer une quelconque stratégie. Mais c'était le contraire. À chaque fois, les parties intermédiaires étaient différentes, mais la conclusion toujours la même : un bon coup qui faisait mal.
    On avait fait plus subtil, en effet, mais tant que ça marchait, tant que ça lui permettait d’engranger de l'expérience, de gravir les échelons, le jeune homme s'en foutait. Les connaissances ? Aussi. Qui était-elle ? Que voulait-elle ? C'était pas son affaire. Son seul défaut : être sur les tablettes de la Marine. Une seule solution : la mort. Notre homme n'était pas des marins qui remplissaient les prisons. Il était pour la solution qu'il jugeait la plus adaptée : la mort sur le champ-de-bataille. Pas de rituel cérémonial, pas d'enterrement, juste des corps qu'il fallait enlever pour les jeter plus loin. Amplement suffisant pour ces racailles.

    Le barman se retira après avoir dit le nom de la jeune femme. Eden. Il l'avait trahie. C'était bien celle qui était inscrite sur les fiches. Mais une fois qu'elle eut enlevé sa capuche, il aurait été difficile d'en douter. Des cheveux pourpres, un oeil caché. Le descriptif était bien le même. Récemment échappée de prison. Une encore qui avait fait des ravages inutiles. Une balle aurait suffit. Mais cet accessoire n'était pas réutilisable. Les poings l'étaient et se régénéraient, tout comme les armes blanches. C'est pour cela qu'il s'agissait des seules sortes d'armes que le Caporal tolérait. Et il n'allait pas hésiter à s'en servir.

    Son pas rapide s'était arrêté. Il la fixait.
    Et là, tout commença. D'un mouvement rapide du pied, la jeune femme envoya la table dans les jambes de Senzô. Celui-ci ne fut que légèrement surpris. La jeune femme qu'il avait devant lui allait-elle utiliser le terrain comme arme, ou était-ce seulement un coup de chance, une intuition ? Intéressant.
    La table fut bloquée à l'aide de ses deux bras, il la poussa rapidement sur un côté, mais avant qu'il ait eu le temps de dégainer son épée, ou du moins, ce que tout le monde pouvait croire comme étant une épée, il sentit ses deux genoux se plier. Une diversion ? Encore mieux. Rapide qui plus est. Cette jeune femme était d'une bonne trempe, un adversaire à ne pas prendre à la légère. Son coup était puissant, même si la zone touchée se pliait à la moindre pression. Elle avait eu le don de déséquilibrer Senzô. Celui-ci n'était pas encore rentré dans son « match », mais cela allait arriver dans les secondes qui suivaient.

    Elle se releva, derrière le marin. Il se releva également, se retournant pour lui faire face. Il ne fallait pas la perdre de vue. Si elle passait encore une fois derrière lui, c'était la fin. Sa dextérité dépassait de loin celle du charpentier. Le point fort des femmes par rapport aux hommes. Néanmoins, il ne faudrait que quelques coups au marin pour l'avoir, car, après tout, sa force physique devait être supérieure.


    « Pas besoin de présentations, tu es Eden. Une évadée. Pas besoin que j'en sache plus et mieux vaut laisser les ignorants dans leur ignorance. » avait-il répondu froidement.

    Son nom ? Et puis quoi encore. En quoi était-ce aussi important. Tous le sauraient bien assez tôt. Dégainant cette fois-ci le long bout de bois sculpté, Senzô gagnait ainsi en allonge, chose indispensable pour laisser parler sa force. Il était vigilant. Peut-être trop, mais il ne pouvait pas se permettre de la perdre de vue. À côté du bar, il lança sa première offensive, balayant toutes les assiettes et les verres qui se trouvaient dessus d'une seule traite. Tous se dirigeaient vers la jeune femme, ou non loin. Et tout de suite derrière, il s'était élancé. Une garde par devant, tout avec l'avant-bras, son « sabre » presque sur son épaule pour porter un coup de haut en bas, destructeur.
    Qu'il touche ou non la jeune femme, ce coup ferait des dégâts. Un aussi vieux parquet que celui-ci n'y résisterait sûrement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Sam 30 Juin - 22:58



Surprenant comment il avait réceptionné et envoyé valdinguer cette table. Sa force n'était pas à sous-estimer. A voir son tas de muscles, c'était peu surprenant. Un boeuf n'aurait pas eu moins de puissance apparente. Et niveau carrure, on ne pouvait pas dire que cet homme était négligeable. D'accord.
Mais ses genoux fléchirent sans problème sous le coup vif d'Eden. Il ne l'avait apparemment même pas vue venir. Il était plus lent qu'elle. Pas surprenant. Si il y avait une chose dans laquelle Eden pouvait être confiante, c'était bien sa vitesse. Toute une vie à courir et à fuir, ça forge les muscles qu'il faut. Elle était petite, rapide, réactive et jeune. Et pour une fois, elle avait le ventre plein avant une bagarre. Très bon point.

-Pas besoin de présentations, tu es Eden. Une évadée. Pas besoin que j'en sache plus et mieux vaut laisser les ignorants dans leur ignorance.

"Evadée"? Alors il était bien du côté de la marine. Autrement dit, là pour la ramener aux fers. L'ignorance? Ah, oui, la façon qu'avaient les marines de se mettre du côté de la "Justice", avec des oeillères pour ne pas voir la merde sur les côtés. Ha.

-T'as raison, moins de parlote ça te fatiguera moins, siffla-t-elle.

Elle se moquait de savoir qui il était. A ses yeux, il avait maintenant une étiquette avec écrit "marine" sur le front et ça lui suffisait largement. Il suffisait qu'elle lui échappe. Lui mettre une rouste, ça devenait une option.
Il sortit une arme qu'Eden n'avait jamais vue. Une espèce de long bâton un peu gratiné et gribouillé. Ils avaient des restrictions du budget chez les marines? Mais il semblait bien se servir de son manche à balai. Pour preuve, il lança sans problème vers elle assiettes, verres et autre qui passèrent à sa portée. Le patron allait sacrément faire la gueule...
Eden plongea derrière une table et d'un coup de talon bien placé dans le pied, la releva comme bouclier entre elle et les projectiles particuliers mais non moins dangereux. La vaisselle vint se briser contre le bois, avec le fracas escompté. L'addition allait être vraiment très salée.

A peine sortie de derrière la table, Eden vit ce mec en position d'attaque évidente, prêt à donner un coup vertical. En une fraction de seconde, la jeune fugitive analysa, et décida. Elle n'avait pas assez d'appui pour partir sur les côtés à temps, et son attaque venant du haut, pas non plus question de sauter, et encore moins de se baisser. Resait une esquive qu'elle n'utilisait que rarement, et uniquement dans des cas comme celui-ci, où l'axe entre l'arme menaçante et Eden était parfaitement calculé.
Une puissante impulsion sur l'avant de ses pieds, et ses bottes la poussèrent vers l'arrière, la faisant exécuter un saut arrière particulièrement acrobatique. Surtout, à la seconde où ses jambes quittèrent le sol, elle les écarta au maximum en un laps de temps des plus court, bref, un grand écart en plein bond. La lame de bois frôla le short d'Eden, mais elle parvint à se réceptionner sur les mains, puis d'une autre impulsion sur les jambes, deux mètres plus loin.
En face d'elle, le "bâton" brisa les lattes du plancher avec un vacarme énorme, explosant le bois, dont des éclats volèrent en éclats. Plusieurs d'entre eux vinrent gifler les cuisses nues d'Eden, et même sa joue, du côté de son bandage.

Pas le temps d'admirer. Eden courut vers lui, grimpa sur le batôn comme appui, et enfonça son talon dans le ventre du marine, puis le doubla d'un punch du dos de la main dans la machoîre, puis sauta sur le côté et annonça un deuxième coup de pied, dans les côtes cette fois. Elle recula aussitôt, hors du champ d'action de son arme. Mais elle se savait capable de repénetrer ce cercle quand il le faudrait.
Ses coups n'étaient certes pas très puissants, mais elle était capable de frapper souvent, et longtemps.
Son bandage à l'oeil tomba. Tanpis. Il pouvait bien voir son oeil mort et sa cicatrice encore fraîche, elle s'en moquait. Mieux, elle aurait le visage dégagé.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Dim 1 Juil - 10:42

    L'attaque du charpentier avait eu l'effet escompté. Du moins, pour la seconde partie. Pour la première, la jeune femme avait évité les projectiles en se protégeant derrière une table qu'elle avait redressé d'un habile coup du talon. Les projectiles étaient venus s'écraser contre celle-ci, n'étant pas assez résistants et pas assez violemment lancés pour espérer faire du dégât à un meuble. En bois massif qui plus est. La seconde partie avait été plus prolifique. En effet, le marin s'était rué sur sa cible lui sachant la vue masquée par sa planque. Une frappe astronomique, intergalactique, tout aurait pu se terminer à cet instant, mais il n'en était rien. Là aussi, la jeune femme avait admirablement esquivé le coup, se servant des moyens du bord pour son salut. Vive, rapide, intelligente, elle aurait été un très bon élément pour le Gouvernement, mais elle avait choisi la mauvaise voie. C'était certain.

    Le coup fut porté, la table se brisa. Le bois craqua, le parquet également. Des particules furent projetées dans l'air. La peau de notre charpentier était dure, cela ne lui fit rien. Il n'avait que légèrement fermer les yeux pour être totalement épargné. Passer toute sa vie à travailler un matériau noble comme l'était le bois, cela offrait de très nombreux avantages. Cependant, alors que notre marin s'apprêtait à relever son importante arme, une force l'obligea à accentuer son effort.
    Sauf qu'il était déjà trop tard.

    La jeune femme s'était relevée aussi vite qu'elle le pouvait. Vive, elle avait pris appui sur l'arme du marin afin de se propulser. Elle porta la premier coup, bien senti dans le ventre. Senzô se plia sous la violence du choc. Certes, il n'était pas aussi fort que l'un des siens, mais assez pour le mettre à mal. Sa tête s'abaissant, elle fut accueilli par un revers de la main, en pleine mâchoire. Cela lui valut une légère étourderie. Là, le coup était moindre, mais avait le don de surprendre. Elle n'était pas à prendre à la légère. Senzô n'avait pas le temps de se reposer et d'encaisser les coups. Sentant une demi-seconde d'ouverture, il ne laissa pas l'opportunité à la jeune femme de lui asséner un troisième coup. Son arme relevée, il para le coup de pied à direction de ses côtes avec celui-ci et repoussa son adversaire de quelques mètres, en profitant lui aussi pour prendre ses distances. Sa lèvre inférieure avait légèrement gonflée, elle était aussi ouverte. Un léger filet de sang coulait. Rien de bien méchant.
    Face à lui, la jeune femme. Le bandage qu'elle avait sur l'oeil tomba, laissant apparaître un oeil mort, et une cicatrice. Cette blessure était jeune. Plus qu'un seul oeil ? Elle avait donc un angle mort, mais était-elle capable de sentir les coups arriver ? C'était une chose à vérifier.

    L'offensive pouvait se mettre en place. Senzô se concentra durant une seconde avant de s'élancer à nouveau. Avec plus de vigueur cette fois-ci, et plus de vitesse. Il arrivait de face, mais avait bien des idées. Dans sa petite course, il empoigna une chaise qui traînait par là. À environ deux mètres de la jeune femme, il fracassa celle-ci sur le sol, tout en continuant sa course. Elle avait intérêt à avoir un bon temps de réaction. D'un ample mouvement de la cheville, il se rua du côté de l'oeil ouvert, contrairement à ce qu'elle aurait pu penser, puis, se servant de l'allonge de son bâton, tenta de frapper le crâne à l'opposé. Son bras était passé derrière le corps de la jeune femme, son arme lui donnant assez d'allonge pour frapper de l'autre côté, là où l'oeil mort ne voyait pas.
    Était-il complètement à découvert, dans cette position ? Non. Car son autre main, maintenant libre, avait quand même un bout du pied du tabouret. Et il était prêt, tel un tennisman, à balayer le corps de la jeune femme afin de la projeter plus loin, ou, au mieux, de la compresser entre les deux attaques. Le véritable affrontement commençait, l'observation était terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Dim 1 Juil - 16:41



Eden sentit son pied être bloqué avec un réactivité surprenante. Son talon rencontra le bois de l'arme de son adversaire, et fut repoussé plus loin sans atteindre sa cible.
Mais en se remettant en position, elle constata tout de même que ses attaques avaient eu un peu d'effet. Il saignait de la bouche, au moins, et elle avait entendu un essouflement lorsqu'il avait pris son coup de pied de plein fouet dans l'abdomen. Ca allait. Elle pouvait le travailler sur la longueur. Son style de combat était à l'opposé du sien. Eden était rapide et endurante, lui semblait tailler dans les affrontements courts et dévastateurs.

Son regard sembla changer en voyant l'oeil invalide d'Eden révélé. Ca lui donnait des idées? Aha. Tous les mêmes, ces marines, à guetter où mordre pour faire le plus mal. Inconsciemment, elle sourit un peu. Ca allait devenir intéressant, et plus sérieux. Tant mieux, elle se sentait chaude. Besoin de se défouler, elle allait être sacrément bien servie.
Cette fois et pour son plaisir, il prit l'offensive. Il s'élança, clairement droit vers elle, attrapant au passage une chaise placée dans son sillage. Sitôt qu'il fut près d'elle, il explosa étrangement le meuble contre le sol, sans s'arrêter une seule seconde. Eden, sentant venir le piège, enleva son manteau d'un geste, et s'en servit comme rideau pour parer la plupart des éclats de bois, n'en laissant que quelques'un lui taillader les cuisses.

Un sifflement dans l'air lui indiqua une seconde plus tôt d'où allait venir l'attaque. Lâchant son manteau, elle plaça ses bras au niveau de sa tête, comprenant la menace et sa cible principale. Comme elle s'y attendait, ce fut le bras du côté de son oeil aveugle qui reçut violemment l'attaque du coup de bâton. Le coup fut des plus violents, elle senti son bras résonner au contact du bois, cogné avec autant d'efficacité que par une massue. Qu'est-ce que c'était que cette force??
Elle fut méchamment ébranlée et ses pieds glissèrent dans l'autre sens, mais tint bien debout sur ses deux jambes.

Trop sonnée pour répliquer, elle s'éloigna un peu plus. Lui s'était apparement attendu à une réplique immédiate de sa part, à voir comment il tenait encore le pied de la chaise dans sa main. Sa tête résonnait un peu, mais elle avait toujours les idées claires. Son bras, en revanche, semblait proche de l'état de compote. Il allait falloir qu'elle se débrouille sans pour ce qui était de cogner, à moins d'avoir besoin de la force d'une souris.
Mais il ne fallait surtout pas qu'elle reste immobile, à attendre qu'il lance une nouvelle attaque d'ampleur. A voir ses deux mains armées, elle se doutait que passer au mauvais endroit allait lui compter cher. Cette fois, son approche devrait être des plus stratégiques.

D'un geste vif de son bras valide, elle balança son manteau au visage de son adversaire, lui couvrant la vue le temps de quelques secondes. Mettant imméditament à profit cette, parade, elle glissa entre ses jambes, sur le dos, et se retrouva derrière lui, donna deux coups de talons derrière chacun de ses genoux, le forçant à fléchir, et conlut par un magistral double-kick dans le derrière.
Sans même attendre de le voir tomber à quatre pattes, elle se servit de ses mains pour se relever, et sauta, haut, pour retomber genoux pliés en avant contre ses omoplates. Sur ce, presque à genoux sur son dos, elle balaya d'une main le pied de tabouret loin de lui.

Mais son bras abîmé ne pouvant faire de même avec son batôn, elle dût aussitôt battre en retraite, s'éloignant derrière lui, et fila vers le comptoir, où elle ramassa un maximum de couteaux d'un geste du bras, et les balança droit vers son ennemi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Dim 1 Juil - 17:11

    L'attaque n'eut pas vraiment l'effet escompté, mais avait eu pour effet une blessure assez sérieuse. Au moment de l'impact, Senzô avait bien compris que le coup donné n'avait pas atteint le visage de la jeune femme. Son bras s'était interposé. Un choc lourd. Celui-ci, s'il n'était pas cassé, devait avoir subi de lourds dommages. Il serait compliqué pour elle de réellement s'en servir. Les articulations n'avaient pas été frappées, certes, mais la moindre pression exercée sur l'os la ferait souffrir. Mais en analysant le début de ce combat, son oeil inutilisable, le marin se doutait de la mentalité de la jeune femme. Un mental d'acier, car à la perte d'un organe aussi important qu'un oeil, beaucoup auraient renoncé.
    Elle faisait partie des battants, certainement, mais aussi de ceux qui iraient loin. Le charpentier ne pouvait le nier, si jamais elle s'en sortait aujourd'hui, il la recroiserait certainement dans le futur, à moins qu'elle ait moins de chance et que quelqu'un d'immensément plus fort qu'elle ne lui tombe dessus avant.
    Mais les éléments de ce genre devaient rapidement être repérés. Peu importe le camp où elle était, les instances criminelles, que ce soient piraterie, révolution, ou d'autres, devaient certainement avoir des vues sur elle. La recruter, vu son jeune âge et sa capacité de survie, c'était faire un pari déjà gagné. Car elle avait tout pour évoluer.

    Pour revenir à ce combat, l'enchaînement du marin avait porté ses fruits. Un membre inutilisable. Contre quatre membres en bon usage pour l'homme. Mais elle devait certainement cacher d'autres choses. Car si chaque offensive devait se solder par de tels dommages, il suffirait d'une minute ou deux pour qu'elle ne tienne plus sur ses jambes. Après le coup, elle s'éloigna, évitant l'attaque de l'arme improvisée : le pied du tabouret. Quelques mètres les séparaient à nouveau. Mais cette fois-ci, il n'y eut aucun temps d'observation. À peine ses appuis retrouvés, la jeune femme lança son manteau en direction du marin. Il était assez grand pour masquer sa vue. C'était mauvais signe. Senzô ne la voyait plus.

    Il entendit et sentit le déplacement.
    Entre ses jambes, elle était maintenant derrière lui. La plus mauvaise position. Elle l'avait bien compris, sa vitesse jouait en sa faveur. Et même s'il était lâche de frapper un adversaire dans le dos, pour les guerriers fiers, il n'en était rien pour elle, tout comme cela l'aurait été pour Senzô. À nouveau, le marin sentit cette pression, cette fois-ci sur ses deux jambes. Elle frappait encore dans le creux des genoux. Le membre se plia naturellement. Recroquevillé, il était pris de vitesse, comprenait que le prochain coup arrivait et qu'esquiver serait très compliqué. Néanmoins, dans cette posture, les jambes fléchies, il possédait une impulsion intéressante. En se redressant, il pouvait déployer une force colossale. C'est ce que notre marin fit, mais l'attaque ne venait pas d'en-haut, mais encore de derrière. Perdant l'équilibre, il se retrouva propulsé vers l'avant, tombant à quatre pattes.

    Et là, il sentit une force impressionnante. Tout le poids de la jeune femme sur son dos. Même si elle était frêle, ses genoux lui donnaient une bonne force de frappe. Malgré son dos musclé par les années de travail, le jeune homme ne put s'empêcher de lâcher un léger cri, comme un essoufflement. Il fallait qu'il riposte. Sauf que la blessure était plus importante que prévu, il ne bougea pas exactement comme il le voulait. Il ne put rien faire. Son arme improvisée avait valsé, volé par la jeune femme. Mais enfin, il sentit qu'elle recula, entendit ses pas. Elle allait vers le bar.

    Se relevant, il eut à peine le temps de se retourner qu'il vit les couteaux arriver. Ils étaient trop nombreux. Impossible pour lui de les esquiver ou de les contrer. Pas de table aux alentours, le laps de temps était trop court. Il allait devoir utiliser son pouvoir. Se concentrant, il sentit en lui l'énergie monter, sa peau se transformant petit à petit. Les lames passèrent à travers son corps. Ses bras s'embrasaient de magnifiques flammes bleues, grossissaient, prenant la forme d'ailes. Des plumes enflammées l'emplirent. Des plumes semblables à des flammes. Son pouvoir démoniaque était maintenant activé.


    L'envergure était impressionnante. Senzô pouvait à peine déployer ses ailes dans le bar. La chaleur était torride et les degrés montaient en flèche. Des trous s'étaient formés là où les couteaux étaient passés. Ils s'étaient planté dans le mur derrière lui, ou avaient ricoché avant de tomber au sol.
    D'un battement d'aile, le charpentier tenta de balayer la jeune femme. Les flammes avaient instantanément grandi. Quoi qu'il en soit, le mur derrière Eden résista difficilement. Le bois légèrement fissuré. Une prochaine attaque et il tomberait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Dim 1 Juil - 22:21



Il ne put certes rien faire contre son attaque, mais la façon dont il réagit à son lancer de couteau lui en donna pour son compte. A peine se réjouissait-elle d'avoir renversé sa masse de muscle sûrement deux fois plus grosse que la sienne ou presque, de l'avoir au moins essouflé et cogné assez violemment.

Sauf c'était bien la première fois qu'Eden voyait ces flammes bleues, et elle était complètement déconcertée. Un fruit du démon? Mais quoi? Ca ressemblait à des ailes, mais faites de plumes de feu bleu! C'était aberrant. Pour elle qui n'avait jamais vu ou entendu parler de phénix, cette apparence ne ressemblait à rien. Elle vit avec stupéfaction ce feu étranger consumer complètement les couteaux, les ignorer comme des brindilles.
En plus, il prenait toute la place, bien trop grand pour cette miteuse gargotte. Ca chauffait, dans tous les sens possibles du terme. Eden était déjà en nage, pourtant à moitié dénudée sans son manteau. Comment pouvait-on lutter contre un truc pareil... Ca brûlait, de partout. Il fallait qu'elle sorte. Vite.

Déjà, elle sentait les flammes lui lécher les jambes. Et pas de doute qu'elle allait bientôt s'attendre à un retour de flamme comme jamais. Elle fit littéralement demi-tour et se mit à courir, sentant des flammes passer au ras de son dos mais en lui accordant tout de même une vive sensation de chaud, très chaud, puis bondit par une fenêtre pour se retrouver dehors.

Comble de tout, sur cette île où il pleuvait en quasi-permanence, c'était un jour où seules quelques petites gouttes maigrichonnes daignaient se montrer. Enfer.
Pas le choix, il allait falloir qu'elle trouve une idée. Une très bonne idée.
Pour commencer, elle retira ses bottes. Elles étaient à moitié faites de métal, et le métal, quand ça chauffe... Tanpis pour ses pieds nus sur les pavés. Elle avait l'habitude de toutes façons. Jusqu'à l'âge de douze, elle avait été contrainte de se balader sans chaussures, sans protection.

Eden soupira. Ce combat devenait n'importe quoi...
Pour commencer, elle s'élança sur les toits et prit de la hauteur. Apparement, seuls ses bras étaient transformés. Un zoan à forme semi-humaine? Eden en profita pour dévoiler elle aussi son animalité. Ses avant-bras et avant-jambes se couvrirent d'un épais pelage blanc donné de rayures noires, et ses griffes se montrèrent. Les fameuses rayures se disposèrent sur tout son corps, même ses joues. Ses oreilles se firent pointues et duveteuses, relevées sur le haut de son crâne, et sa queue dépassa de son short. Elle rugit férocement. Il voulait la jouer bestial? Pas de problème.

S'élançant à moitié à quatre pattes, Eden se mit à courir, encore plus rapide que sous sa forme humaine, ses muscles renforcés sous sa forme féline, ses pattes plus précises, ses coussinets accrochant mieux ses appuis, sa vue bien améliorée et son dos arrondi pour faire des mouvements bien meilleurs. Elle fila sur les toits, comme une flèche, courant ici et là de façon apparement hasardeuse, bondissant d'un toit à l'autre si rapidement qu'il fallait être très réactif et avoir une bonne vue pour la suivre. Elle courrut longtemps, prête à filer au moindre signe d'attaque.
Soudain, elle se stoppa net, et se releva. Doucement, elle leva le fil qu'elle tenait dans la main, subtilisé quelques minutes plus tôt derrière le comptoir lorsqu'elle avait pris les couteau. D'un violent geste du poignet, le câble se tendit et fit décoller toutes les tuiles que Eden avait "préparées" lors de sa course hors de leur emplacement, et les envoya valdinguer de toutes parts vers son adversaire. En passant, elle avait également attaché deux gouttières à son dispositif, et celles-ci cédèrent aussitôt. Pas besoin d'avoir étudié des masses pour savoir que le feu et l'eau, ça faisait mauvais ménage. De l'eau de pluie inonda la rue en une poignée de secondes, et se transforma aussitôt en buée, créant une épaisse fumée partout dans la zone.

Profitant du double stratagème de la fumée et des tuiles qui plongeaient vers le marine pour attaquer elle aussi, Eden sauta de son perchoir vers l'ennemi, et décida d'atterrir les deux pieds sur sa tête pour lui asséner un choc aussi violent que possible, puis de se laisser tomber derrière lui pour lui labourer son dos, déjà bien abîmé par ses précédentes attaques, avec de violents coups de griffes répétés. Puis elle ne se fit pas prier pour grimper aux murs et remonter sur les toits, sagement hors de portée de ces foutues ailes de feu, les poils déjà bien roussis par cette attaque.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Lun 2 Juil - 10:38

    La chaleur devait être étouffante pour la jeune femme. Même si les flammes du phénix ne brûlaient pas, Senzô avait réussi l'exploit d'atteindre la cheminée du bar lors de son attaque. Le feu s'était propagé et avait mis feu au mobilier sec et préalablement cassé par les deux adversaires. Rapidement, les flammes s'étaient répandues dans tout l'établissement et même les murs les plus anciens et les plus fragiles commençaient à roussir. Bientôt, tout prendrait flamme. Et même si les capacités régénératrices de Senzô l'empêchaient d'être touché, elles n'étaient pas utiles à son adversaire. La jeune femme se retrouvait dans une mauvaise posture. L’oppressante chaleur, les flammes qui la taquinaient. Elle risquait de finir cuite, ou ensevelie sous les décombres à tout moment. Il n'était pas bon pour elle de rester dans un endroit si enfermer, ni pour le marin qui ne pouvait pas laisser s'exprimer sa grande envergure.

    Elle le comprit rapidement. S'élançant, elle sauta par une fenêtre afin de se retrouver dehors. Ni une, ni deux, Senzô balaya une nouvelle fois la salle, faisant cette fois-ci valser le mur déjà abîmé et en mauvaise état. Courant à son tour, il pouvait sortir. Balayant la zone du regard, il aperçut la jeune femme.
    Elle était sur les toits, elle aussi transformée. Quelque chose de félin, avec des rayures. Elle était rapide, agile. C'était certainement un fruit de type zoan, tout comme celui-ci du marin. Mais dans un version un peu plus familière. Les rayures étaient significatives du tigre, mais sa couleur blanche était anodine. On croisait rarement des tigres blancs, même s'il s'agissait d'une espèce qui existait. Tout ceci rendait le combat plus intéressant. Le marin avait sorti son atout, elle en faisait autant.

    Dans tous les cas, elle semblait prendre la fuite. Pourquoi aller aussi vite, dans la direction opposée de son adversaire. Il fallait la suivre. Le phénix prit alors son envol, toujours dans sa forme semi-humaine et se lança à la poursuite de la jeune femme. Le vol était plus rapide que la course, il la rattrapait petit à petit et se retrouvait bientôt à sa portée.
    Sauf que, d'un coup, elle arrêta net et sembla tirer sur quelque chose. Il l'avait vu. Une tuile tomba du ciel, puis une autre. Et ce fut en levant la tête qu'il comprit l'objectif de cet arrêt. Elle avait piégé tout son parcours. De nombreux projectiles tombaient dorénavant sur le marin ainsi que sur toute la zone. Senzô ne chercha pas à esquiver. Les tuiles le frappaient, laissant de nouvelles flammes bleues brûler les blessures. Il s'agissait du véritable pouvoir de ces flammes. Elles ne brûlaient pas comme les autres, elles brûlaient le mal, les blessures. Il s'agissait d'un pouvoir de régénération et de longévité.
    Les tuiles ne furent pas la seule offensive de la jeune femme puisque des gouttières étaient également prévues dans son dispositif. Une énorme quantité se déversa alors dans la rue. C'était un endroit où il devait pleuvoir abondamment d'habitude. Tomber un jour où les gouttes se faisaient rares était une aubaine. La taverne avait pris feu, les bâtiments autour également, malgré l'humidité du bois. L'eau ainsi déversée entra rapidement en contact avec celui-ci. Une évaporation eut lieu. Et là, ce fut le noir complet. Ou plutôt le blanc.

    Senzô était maintenant immobile, revenu au sol, ses ailes toujours là. Il attendait l'offensive et avait bien compris que tout ceci servait de diversion. La véritable attaque aurait lieu dans les secondes à venir. Et si elle n'avait pas lieu, ç'aurait été une fuite. Dans tous les cas, le marin prenait le risque de voir sa proie partir. Et dans cette ville qu'elle semblait bien connaître, il aurait été compliqué de la retrouver. Ce fut finalement la première option. Très rapidement, la jeune femme perça la brume. Les deux pieds, ou pattes, en avant. Elle cogna de plein fouet la tête du marin. La douleur était vive, mais là où l'impact était le plus violent, les flammes prirent immédiatement le dessus. Cela n'empêcha pas le fait qu'il fut propulsé en arrière, manquant de perdre.
    Sauf que cette fois, la douleur disparaissant plutôt rapidement, il avait pu réfléchir rapidement. D'un mouvement d'aile, il se retourna. Sa faible agilité, il la compensait avec son fruit du démon. Il pouvait maintenant se retourner rapidement. Bien entendu, c'était dans son dos que la jeune femme avait choisi d'attaquer. Il tenta de la repousser d' un coup de pied, devenu une patte avec des serres acérées. Ce n'était pas fini. Ses deux pieds au sol, il prit une importante impulsion, fermant ses ailes comme pour fermer un boulet humain.
    Puis, arrivé à la hauteur de la jeune femme, il se servit de la vitesse pour frapper, ainsi que de la force de ses ailes, les ouvrant au même moment. Tout ça dans le but qu'elle parte s'écraser dans les bâtiments sur un côté de la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Sam 7 Juil - 16:25



Etrangement, il n'avait pas cherché à parer son attaque. Du moins n'en avait-il pas eu l'air. Eden avait trouvé cela bizarre qu'il attende, si peu inquiet. S'était-il attendu à ce qu'elle attaque, d'ailleurs? Elle aurait pu prendre la fuite. Mais bon, ce n'était pas dans le caractère d'Eden. En outre, avec ces foutues ailes, il aurait eu tôt fait de la retrouver.
Lorsqu'elle attaqua, il vacilla, prenant l'attaque de plein de fouet. Mais il réagi vite, pour quelqu'un qui était censé avoir mal. Etait-ce à cause de ces drôles de flammes bleues qui s'agitèrent pour aller chercher et faire disparaitre la blessure? Eden nota ce détail dans un coin de son esprit. Là, il fallait qu'elle réagisse à sa contre-attaque trop rapide.

Sans prévenir, il fit un volte-face inopiné, se retrouvant face à elle. Une situation qu'Eden aimait rarement dans les combats. Il n'était certainement pas aussi rapide qu'elle, mais très puissant. Surtout avec ce foutu pouvoir dont elle ne comprenait pas encore bien la nature.
Eden eût peine une seconde pour voir arrivée la patte griffue de volatile dans sa direction, et par réflexe, adopta son apparence semi-humaine immédiatement. Ses bras épaissis en muscle et en fourrure se croisèrent devant elle pour encaisser le choc. Violemment repoussée mais pas blessée, Eden dût reculer de quelques mètres. Elle n'aimait pas du tout la tournure que prenait ce combat. Et ce n'était pas fini. Un petit "tomp" provenant du sol quelque part devant elle et un sifflement dans l'air toujours envahi par un nuage de vapeur et Eden eût une vague idée de ce qui allait se produire. Sans attendre d'être sûre (elle n'en avait pas le temps), elle changea encore de forme pour adopter son apparence complètement animale. Sous cette forme-là, elle avait des muscles plus gros, et un corps plus résistant.
Et ce n'était pas la pire idée qu'elle ait eue. Le coup arriva en une seconde, violent, surprenant et oppressant. Eden parvint à encaisser, mais il n'empêche que la seconde suivante, son dos rentrait en contact brutal avec un mur en bois.

Le mur céda, et Eden se retrouva parterre, des gravats de bois sous elle, les jambes repliées en l'air, visage face au ciel. Elle avait eût la présence d'esprit de reprendre son apparence humaine juste après le choc, pour amoindrir son poids lors de la chute. Constat rapide: une côté qui faisait mal, des estafilades de sang bénignes un peu partout (mais ça pique quand même hein!), et surtout, une tête méchamment secouée. Elle toussa un peu de poussière et réfléchit quelques secondes, toujours dans cette position grotesque.

Ces flammes ne brûlaient pas. Elles étaient certes chaudes, mais Eden avait été en contact avec elles deux fois au moins, et n'avait pas le moindre signe de brûlure. Intéressant. Certes, la taverne flambait comme un barbeque, mais c'était probablement dû à cette cheminée qui avait été prise dans un de ces coups d'aile. Pas du vrai feu donc.
Mais ça guérissait. Ce type avait vu toutes ces blessures ou presque disparaître en quelques secondes dès qu'il avait activer son pouvoir. C'était donc seulement de la régénération? Très intéressant pour la jeune femme. Eden avait craint un pouvoir capable de la tenir à distance, mais il semblait qu'elle n'ait en réalité pas grand-chose à craindre à se rapprocher de lui. Beaucoup mieux pour son style de combat mi-distance.
Ca allait barder.

Elle se releva, et profita de la vapeur toujours présente pour filer, silencieuse comme un félin, à travers la fumée blanche. Cette explosion de colonne d'eau était décidément une très bonne idée. Elle allait s'en servir comme il le faut.

Vive et silencieuse, elle fila jusque là où elle sentait l'odeur de l'homme. Tabac, ou quelque chose dans le genre. Autrement dit, très repérable. Elle s'approcha, et sans prévenir, kicka dans le bassin, puis fila. En tournant pour attaquer de façon totalement imprévisible en surgissant de la fumée, elle enchaîna rapidement un uppercut dans la machoïre, un coup de manchette sur la nuque, un kick du genou dans les côtes, un pied joyeusement écrasé par sa botte et pour finir, une balayette dans les pieds.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Ven 20 Juil - 15:12

    Senzô n'aimait pas du tout la tournure que prenait ce combat, vraiment pas.
    La jeune femme avait encaissé les coups, les attaques, mais sa transformation lui offrant des muscles plus gros et plus résistants lui avait permis de s'en sortir presque indemne. Elle était impressionnante, très résistante et pleine de ressources. Les attaques de Senzô n'avaient eu que peu d'effet. Il fallait qu'il se rende à l'évidence, plus celui-ci durait, plus il serait difficile pour lui de vaincre. Bientôt, il ne pourrait plus utiliser sa transformation. Celle-ci s'arrêterait et il ne pourrait plus profiter de la régénération. Certes, cela lui permettrait d'obtenir une seconde jeunesse avant de faire beaucoup plus attention aux coups qu'il prendrait. Il ne pouvait pas se permettre de perdre. Cette jeune femme était un forban, une personne qui voulait se hisser contre le Gouvernement. Il n'avait aucune envie de la laisser s'enfuir. De plus, son pouvoir démoniaque, celui de la transformation en félin, lui offrait trop de possibilités à ce niveau. Même si son point de vue, grâce à la hauteur, était très bon, sa vitesse supérieure, elle était agile, également rapide et capable de se cacher dans des recoins. En bref, dans une ville, elle était très avantagée.

    De légers bruits de pas et l'attaque survint.
    Senzô n'eut guère le temps de bouger. Il tenta de se protéger en créant une protection avec ses ailes. Il était tenu en boule. Mais ce fut trop tard.
    Un coup de pied dans le bassin, rapide, net, lui fit cracher une légère gerbe de sang. Ses organes internes se régénérèrent. Plié en deux, il fut remis droit par un puissant coup dans la mâchoire. Un dent cassée qui repoussa instantanément. Un coup dans la nuque. La douleur disparut. Un coup de genou dans les côtes. Un os qui se ressouda. Un pied écrasé, seulement la douleur disparut. Une chute et des flammes qui disparurent.
    C'était terminé. Le potentiel du fruit du démon avait atteint son maximum. La régénération n'était plus. Les flammes l'avaient embaumé une dernière fois, détruisant littéralement ses blessures. Mais cette fois-ci, il était là, sous forme humaine, prêt à se battre dans un dernier assaut.
    Qu'allait-elle choisir ? La fuite ou continuer le combat. Elle ne devait pas être très bien elle non plus et face à un adversaire à pied, dont elle dépassait la rapidité, elle pourrait certainement fuir. Que choisirait-elle ? En attendant, Senzô se mit en garde. Il était frais comme un gardon, bien qu'un peu fatigué. Ses muscles étaient chauds, sans blessures. Il allait profiter des blessures de la jeune femme pour tenter de la surprendre en vitesse. Oui, car il n'avait pas tout montré. Même s'il était assez grand, il n'était pas gros pour autant, voire assez svelte et pas vraiment empoté.

    Il se rua sur la jeune femme et tenta divers coups. Peut-être moins puissants qu'à l'accoutumée, mais plus fluides, plus rapides. Coups des poings enchaînés, coups de pied, voire même un coup de tête. Il était prêt à tout, à la poursuivre comme un chien, sans jamais lâcher sa prise.
    Tout du moins, avant cet enchaînement, il tenta un déplacement rapide, une attaque sur le flanc, visant la mâchoire. Une belle frappe, un énorme direct. Oui, car il savait qu'en niveau de puissance brute, il la dépassait. Quoi que, peut-être que les muscles qu'elle développait une fois transformée lui permettraient de rivaliser, voire de le surpasser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Mar 24 Juil - 14:40


Eden rageait de voir tous ses coups finir annulés par ce foutu pouvoir. Quoiqu'elle fasse, ces maudites flammes bleues réduisaient les dégâts en cendres, ramenant toujours le compte de son adversaire à 0 blessure. Et ça devenait lassant pour le jeune femme.
Mais soudain, son pouvoir étrange disparut, le laissant physiquement humain, normal et apparemment vulnérable. Sauf qu'elle devenait méfiante. L'avait-il vraiment "épuisé", ou était-ce une ruse? Il ne fallait pas qu'elle se fasse avoir. Avec sa masse de muscles, ça pourrait être fatal. Surtout, rester sur ses gardes.

Et c'était un bon point à garder, car il décida de lancer la prochaine action, ne lui laissant le temps de rien. Il se lança sur elle comme un rhinocéros lancé à fond, et elle ne put réfléchir que le temps de deux, non une seule seconde.
Il cognait comme un possédé, n'importe comment. Ne pouvant prévoir le moindre de ses coups, Eden dû encaisser, transformée dans sa forme semi-animale pour mieux résister, secouée comme un prunier, parant comme elle le pouvait avec ses bras. Les coups pleuvaient, distribuant hématomes sur hématomes.

Elle commençait à lâcher prise. Ça devenait fatiguant, dur à encaisser. Eden devrait réagir si elle ne voulait pas tomber sonnée et se faire prendre aussi bêtement. Sa tête commençait à ressembler à une caisse de résonance, et elle se sentait fatiguer. Sa mâchoire et son bras avaient pris de sacrés coups, et elle ne pourrait plus encaisser beaucoup plus dans ces zones-là.
Alors, au moment où il tentait de lui balancer un énième coup, elle se transforma subitement, passant de sa forme hybride à celle complètement animale. Du même coup, elle tomba à quatre pattes, esquivant au passage le poing lancé dans sa direction.

Aussitôt, elle se mit à courir, fonçant dans le refuge de fumée qu'elle avait lancé, espérant semer son adversaire aussi encombrant en partant dans sa direction totalement opposée à la sienne.
En outre, elle avait mangé un fruit bien particulier, celui du félin, mais le modèle assez rare: celui du tigre blanc. Et essayez de retrouver un fauve blanc derrière un épais écran de fumée blanche elle aussi... Certes, il y avait des rayures noires, mais ce n'était pas avec ça qu'Eden allait se faire repérer.
Son seul problème, c'étaient ses vêtements. N'ayant pas eu le temps de les enlever, elle était obliger de les garder. Et un tigre en short et bustier, ça relevait franchement du comique, pour ne pas dire du ridicule... Elle n'avait laissé derrière elle que ses bottes, mais ça n'était pas un problème. C'était déjà sa deuxième paire, et elle était un peu ratée.
Il faut dire qu'Eden les avait créées avec des matériaux de récupération, essentiellement du métal et de la ficelle de cuir. Et elle savait qu'elle pourrait toujours en retrouver plein dans le cimetière de bateaux.

Alors elle continuait de courir, bondissant dans les rues, se faufilant dans des rues plus étroites dès qu'elle se repérait, espérant semer son poursuivant rapidement. Entre sa vitesse et sa connaissance de la ville, elle se demandait tout de même combien de temps il pourrait la suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Mer 25 Juil - 18:13

    Les coups pleuvaient. Senzô misait tout dans la bataille. Toute son énergie y passait. Il sentait la fatigue de ses muscles à chaque fois qu'il tendait le bras avec force. Ils lui faisaient mal, ses épaules aussi. Non pas à cause des blessures, qui avaient disparu, mais à cause de tous les mouvements qu'il avait effectués. Il était vidé, ne se sentait pas bien. Il avait cette sensation étrange de faim, signe qu'il n'avait plus aucun carburant dans son estomac. Il avait besoin de se rassasier.
    Les coups pleuvaient, seule la volonté le maintenait encore debout face à ce vaillant adversaire. Il ne serait pas celui qui flancherait en premier. Non, ce n'était pas comme ça qu'il avait été occupé. Il n'abandonnerait que s'il n'était plus capable de tenir ses deux jambes.
    Et là, il ne sentit rien, pas de corps, juste la vide. Son coup lui fit perdre l'équilibre, il partit en avant. Qu'avait fait la jeune femme ? Elle en avait tout simplement marre d'encaisser. Elle avait utilisé sa forme animale pour fuir, pour disparaître. Il ne la vit qu'une ou deux secondes avant qu'elle ne disparaisse dans la fumée blanche préalablement créée. Que pouvait-il faire ? La poursuivre ? Il le fallait. Utilisant ses dernières forces et un incroyable volonté, le marin se redressa et se lança à la poursuite de la jeune femme. Il se mit à courir aussi vite qu'il le pouvait. En vain. Il n'était pas assez rapide. Il essayait de suivre les déplacements de fumée, mais il serait bientôt trop loin. Une seule solution s'offrait à lui. Celui d'une nouvelle transformation, la même qui s'était arrêtée à peine une minute plus tôt car il n'avait plus assez de force pour la maintenir. Il fallait qu'il se surpasse.

    Toujours en continuant son avancée, il se concentra, essayant de ne faire qu'un avec l'animal qui l'habitait. Ce n'était pas une question d'énergie, mais une question d'identité. La transformation elle-même ne lui coûtait rien. Il s'agissait simplement de la régénération. Il devait être capable de reprendre cette forme, au moins quelques secondes, de manière à accélérer, pour que sa proie ne puisse pas s'échapper aussi facilement.
    Il sentit petit à petit la présence des flammes, ses jambes s'affinaient, devenaient pattes. Ses bras devenaient ailes. Il regagnait une apparence hybride, c'était le mieux qu'il avait pu faire. D'un rapide coup d'ailes, il s'envola. D'un autre, il se retrouva plus haut, surplombant la zone. Il essayait grâce à sa vue de retrouver la trace du tigre blanc. Son pelage lui était très utile dans cette situation. C'était quasi mission impossible. Il ne pouvait rien faire.
    Grâce à un élan de courage, il parvint à une forme animale. Sa vue s'améliorait, devenait plus perçante. Rien, seulement quelques mouvements qu'il suivait. Peut-être était-ce elle, cela aurait très bien pu être un chat tout à fait banal.

    Exténué, à bout de force, l'animal légendaire s'écrasa sur un toit.
    Sa transformation s'arrêta, il regagna forme humaine. Ses muscles ne le portaient plus, il ne pouvait plus bouger. Était-ce le contrecoup d'un si grand pouvoir ? La régénération était forte utile, mais n’abîmait-elle pas le corps ? Sans un entraînement physique des plus impressionnants, il ne pourrait bientôt plus se mouvoir. Il fallait qu'il devienne plus fort, qu'il endurcisse son corps et qu'il se fasse à ce pouvoir qui était nouveau pour lui.
    Bientôt, il ferait partie des meilleurs éléments du monde. C'était son but, mais également son destin. Il le savait. Le temps était compté avant que le monde change.

    Ne pouvant plus rien faire, il s'évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden] Mer 25 Juil - 22:25


Planquée, Eden attendait.
Elle avait repris sa forme humaine au moment où elle avait aperçu Boule de Riz, le chat blanc grassouillet de la boulangère qui trottinait ventre à terre vers son domicile, se disant qu'avec un peu de chance, la taille exagérée du chat et la sienne bien inférieure à celle d'un vrai tigre feraient le change dans l'esprit de son éventuel poursuivant, si celui-ci avait réussi à la suivre jusqu'ici. Car oui, en courant comme une folle avec la peur aux trousses elle était parvenue de l'autre côté de l'île.

Elle avait rabattu sa capuche sur sa tignasse rouge, profitant de l'obscurité de la nuit et du gris de son manteau pour se dissimuler.
Elle était presque familière avec cette scène, à attendre accroupie dans une cachette d'un mètre cube, à guetter le moindre bruit qui se rapprochait, ou faisait mine de.

Elle crût entendre un vague bruit de battement d'ailes, mais ç'aurait tout aussi bien put être une mouette. Eden n'en sût rien du tout. Elle attentit, encore et encore et encore, toujours cachée, osant à peine respirer. Ses hématomes lui faisaient mal, mais elle n'en avait cure. Ce n'étaient pas les premiers qu'elle recevait, ni les plus douloureux. L'habitude...

Le jour pointait lorsqu'Eden sortit doucement de sa cachette, avec mille précautions. De toutes manières, son ventre faisait tellement de bruit qu'elle aurait pû être la mieux cachée du monde, les indices auditifs l'auraient démasquée en un rien de temps. Sa condition ne l'aidait vraiment pas...
Pieds nus, elle se dirigea vers le vieux cimetière de bateaux. Fabriquer ses nouvelles bottes lui permettraient d'oublier un peu sa faim. Pour quelques heures.

Rp clos~♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden]

Revenir en haut Aller en bas

Catch me if you can. [Flash-Back, Senzô & Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: West blue :: Autres îles de West blue-