AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Mer 11 Juil - 15:48



★ Attention... danger ?! Bhow Seuhre rentre en action ! ★




~ Royaume de Luvneel, Profondeurs de la forêt d'Hore ~

Récapitulatif:

Voilà un bon instant que les deux groupes marchaient dans la forêt enlisée à la recherche de la grotte de Norland. Le groupe formé de Kayl et Pegasus avait trouvé et activé la borne, et pareil pour le deuxième groupe formé de James, Ovie et Zaïmon. Les deux bornes devaient servir à ouvrir un passage vers l’accès secret se trouvant à la jonction des deux chemins qu’avaient pris les deux groupes. Pour eux, ce n’était maintenant qu’une question de temps avant de pouvoir vérifier si cette légende sur Norland était vraiment fondée. En bref, une quête au savoir, qui serait déterminante pour la vie du plus jeune du groupe, Montblanc Ovie.

[…]

--- Groupe Zaïmon, James, Ovie ---

« Allez dépêchez vous ! »

La pleine lune brillait au loin dans le ciel, contrastant ainsi avec la pénombre des nuées nuitées. Dans la forêt, Ovie courrait de toutes ses forces vers le bout du chemin. On aurait pu penser : pourquoi courir alors que c’est inutile et qu’il suffisait de marcher ? Eh bien tout simplement parce qu’Ovie était au comble de l’excitation. Il allait enfin savoir si cette fameuse cachette existait belle et bien, et il espérait avoir des preuves de par cela que Norland et sa famille n’étaient pas des menteurs. Il souriait, courant avec acharnement, brandissant une torche de feu que Zaïmon lui avait confectionnée. Quand à Zaïmon et James, ils suivaient le rythme, vraisemblablement étonné par la vivacité d’esprit de ce jeune homme qui semblait pourtant tellement hostile face à la forêt il y a quelques instants. Mais c’était normal, il n’avait jamais été aussi prêt de son but. Toutes ces années il n’avait fait qu’atteindre la lisière de la forêt sans se faire attaquer, et maintenant il était dans sa profondeur. Pour vous dire à quel point son excitation était poussée.

« Ca y est, je vois le bout du chemin ! »

« Ouais, allons-y ! »

Le sentier menait tout droit vers une vaste plaine rocheuse. Les trois compagnons coururent alors jusqu’à ce qui l’apercevaient entièrement. Arrivés la bas, ils regardèrent la lande jusqu’à ce qu’ils virent leur camarades.

« Oy ! Nii-chan ! Brother-san ! »

Oui, Kayl et Pegasus étaient là eux aussi. Cela voulait dire qu’ils avaient réussi leur mission qui leur avait été attribuée. On y était donc : les bornes étaient activées, les monstres écartés… il ne suffisait plus qu’à chercher l’entrée de cette grotte.


Mais alors que les deux groupes se rejoignaient mutuellement, un nouvel événement pour le moins inattendu se prononça. C’était un monstre qui avait surgit de nulle part… à la différence qu’il était bien plus petit que ceux que Zaïmon et les autres avaient écrasés jusqu’à maintenant.

« Vous… vous êtes qui vous ? Si vous partez pas tout de suite, baby Bhow Seuhr va pleurer ! Bhow Seuhr va le dire à maman ! »


Nom: Baby Bhow Seuhr
Age:/
PF: 458
Style de combat: Baby Bhow Seuhr à deux transformation: une qui est de base, celle qu'il à en se moment et qui privilégie la rapidité et les grands sauts, et se sert de sa carapace pour frapper. Sa deuxième transformation le rend plus colossal, lui permet de cracher du feu et sa force est considérablement accrue.

Effectivement, c’était un petit animal bien bizarre. C’était un une petite tortue, un bébé, qui se tenait sur deux pattes à la même comme si c’était un humain. Ensuite il était doué de parole… étrange… puis il avait une sorte de bandeau-bavoir qu’il s’était attaché autour du coup ainsi que des brassards en fer sur les deux pattes restantes. Zaïmon était complètement subjugé et déstabilisé face à cette créature… impressionnante !

« C’est quoi cette… chose ? »


Ovie quand à lui était bien plus cynique. Il avait le regard effrayé quand il s’adressa à ses amis.

« Oh… mince… j’avais oublié ce monstre là… je suis bête !!! Comment est-ce que j’ai pu oublié celui là ?! »

Zaïmon ne comprenait pas.

« Y a quoi Ovie ? Pourquoi t’es si effrayé ? »

« Ce monstre… c’est Bhow Seuhr !!! Le maître de la forêt !!! C’est lui qui est le maître de tous ces monstres !!! »


A ces mots là, Zaïmon éclata de rire.

« DEHEHAHHAHAHHAHAHA ! CE MONSTRE LA, LE ROI DE LA FORÊT ?! DEHEHEHEHEHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!! »

Son rire fut de nature à énerver grandement le petit animal. En effet, Zaïmon était en train de le sous-estimer. Disons que ce n’était pas vraiment voulu : après avoir combattu tant de créatures toutes aussi géantes, voir un animal comme celui-là qui était haut comme trois pommes et qui se proclamait être le roi de la forêt ça faisait bien rire.
Le bébé rapace sortit de ses gons rapidement.




« QUOI TU TE MOQUES DE BABY BHOW SHEUR ?!? Tu vas voir ! Je vais te frapper et je vais le dire à MAMAN ! »


Ainsi d’une rapidité surprenante pour une tortue, il fonça sur Zaïmon qui était toujours en train de rire de cette tortue. Le capitaine pirate ne vit pas le coup venir, si bien qu’il n’eut que juste le temps de voir la tortue lui sauter dessus.

« Que… ? »


Il se prit aussitôt un coup de carapace directement dans la figure, un violent coup car en plus de la solidité de la carapace il y avait aussi de grands piques qui l’ornaient. Ce fut assez pour envoyer le pirate plus de dix mètres plus loin dans des rochers qui se brisèrent directement quand Zaïmon arriva dessus. Du sang gicla un peu de partout.
Mais malgré ce coup, Zaïmon se releva rapidement, fortement endolori à la tête. Il se sentait un peu bête d’avoir sous-estimer son adversaire qui semblait avoir plus de ressources que prévu, malgré sa petite taille et ses airs de grand parleur. C’est alors que le capitaine eut une idée en s’apercevant qu’il se situait à côté de Pegasus.


« Raah… je t’ais sous-estimé, mais ça n’arrivera pas deux fois ! T’es drôlement rapide pour une tortue… »



« Pegasus ! Si tu pouvais me balancer rapidement sur c’te turtle à deux Berrys ! »

Il se dirigea alors vers Pegasus en espérant qu’il ait compris où il voulait en venir. En effet, seulement Pegasus pouvait prétendre à envoyer Zaïmon assez vite sur cet animal à cause de sa grande force d’homme-poisson. Zaïmon sauta alors sur son nakama, puis chauffa sa tête et ses poings à plus de 150°C.

« Burning… !!!! »

[HRP] Ordre de postage: Zaïmon, Pegasus, James, Kayl. C'est donc à Pegasus de poster, et désolé de mon retard ^^


Dernière édition par Minashigo Zaïmon le Ven 13 Juil - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Mer 11 Juil - 19:15

Une fois la borne enclenchée, Pegasus et Kayl pouvait à présent se rendre au point de rendez vous déterminé à l’avance. Il s’agissait tout bonnement du croisement des deux chemins qui était situé juste en face de la grotte qui devait normalement contenir le trésor de Montblanc. Pegasus était très excité, il tenait plus que tout à savoir si la légende du trésor était fondée. De plus il s’inquiétait du sort de ses compagnons qui avaient sûrement, eux aussi, rencontrés des créatures. L’homme poisson se rassura de lui-même en songeant que Zaïmon était avec eux et qu’ils ne risquaient donc pas grand-chose. La confiance que vouait Pegasus à son capitaine devenait de plus en plus grande au fil des aventures.Au fur et à mesure de leur progression au cœur de la forêt, la nuit avait fait son apparition et la forêt devint de plus en plus obscure. Pegasus n’avait pas de quoi allumer un feu, grossière erreur de sa part, mais au final, grâce à son sens de l’orientation ils arrivèrent au lieu de rendez-vous.

Après quelques minutes à attendre, Pegasus aperçut au loin une torche, puis c’est un sentiment de soulagement qui le parcouru lorsqu’il vit ses amis. L’homme poisson constata qu’ils s’étaient sûrement battu eux aussi, puisqu’ils étaient couvert de poussière et avaient quelques blessures superficielles. Cette forêt était vraiment impitoyable. Alors que le groupe allait se lancer à la recherche du passage secret de la grotte une petite voix retentit.


- Vous… vous êtes qui vous ? Si vous partez pas tout de suite, baby Bhow Seuhr va pleurer ! Bhow Seuhr va le dire à maman !


En face d’eux se dressait une petite tortue plutôt étrange. En effet déjà celle-ci s’exprimait comme un être humain et se tenait en position bipède. Pegasus n’était plus trop surprit de ce genre de créature, après tout il avait combattus un phacochère géant expert en rock’n roll. Malgré tout il restait très vigilant, les créatures de ce bois étaient dotées de capacités hors du communs. Zaïmon s’interrogeait quand la nature du petit monstre et Ovie lui répondit d’un air effrayé qu’il s’agissait du « roi de la forêt », le plus fort de tout les monstre. Le petit Ovie semblait terrorisé mais l’homme poisson lui était plutôt perplexe, comme une créature de cette taille pourrait elle faire le moindre mal. Comme d’habitude Zaïmon ne pu s’empêcher de se moquer de la créature. Pegasus commençait à croire que les railleries étaient sa spécialité. En tout cas ces paroles n’étaient pas du goût du petit monstre qui s’énerva rapidement.

- QUOI TU TE MOQUES DE BABY BHOW SHEUR ?!? Tu vas voir ! Je vais te frapper et je vais le dire à MAMAN !

A une vitesse phénoménal il chargea Zaïmon qui ne put esquiver son adversaire. Le coup fut violent et l’homme poisson vit son capitaine valser au loin et se fracasser contre un rocher. La tortue avait une force peu commune. Zaïmon se releva avec un peu de sang sur son crâne puis il se mit à courir à toute allure.

- Pegasus ! Si tu pouvais me balancer rapidement sur c’te turtle à deux Berrys !

En effet l’homme poisson était en plein sur la trajectoire de course de Zaïmon et la tortue était encore dans les airs suite à sa charge. Alors que son capitaine était à un mètre Pegasus, celui-ci l’agrippa par la taille puis le projeta après un rapide tour sur lui-même en plein sur la tortue.

- BURNING ROCKET !!!

Grâce à la force surhumaine de l’homme poisson, Zaïmon avait gagner en vitesse et cela permettrait de prendre l’ennemi de cour. En plus de la projection son capitaine utilisa son fruit du démon pour chauffer l’extrémité de son corps, le changeant en une véritable fusée. Une bruit sourd résonna et Zaïmon frappa la tortue avec force en plein dans son ventre. Après tout elle l’avait bien cherchée.

La tortue retomba inerte par terre, elle avait une grosse marque de brûlure au niveau du ventre, et une légère fumée se dégageait de cette blessure. L’homme poisson pensait que c’était déjà finit, mais il criait victoire bien vite. La tortue se releva et ses yeux changèrent radicalement, se changeant en un regard féroce.




Nostalgie...

Cela ne s’arrêta pas là, la tortue se mit à grossir jusqu’à atteindre la taille d’un arbre. Sa musculature se développa tout autant et ses dents s’aiguisèrent. Le monstre cria, faisant trembler le sol puis se tourna en direction de Zaïmon. Tout ce passa alors très vite, l’énorme tortue, qui avait à présent une apparence digne d’être le roi des monstre, sauta dans les airs et percuta très violemment le sol créant un mini séisme.


Les arbres environnants tombèrent et le sol se fractura tout autour de la tortue géante. A présent autour de lui il était difficile de l’attaquer car la terre formait des pics aiguisés et escarpés qui le protégeaient de toute attaque au corps à corps. Le monstre enchaîna et il prit une alors une énorme inspiration d’air. Son ventre semblait gonfler à vue d’œil et une légère fumée s’échappait de ses narines. L’homme poisson comprit aussitôt se qui se tramait et avertit d’un cris puissant ses camarades.

- Attention il va … !!!


Pegasus n’eu pas le temps de finir sa phrase que le monstre cracha de gigantesques flammes tout autour de lui créant un véritable brasier, qui brûla tout sur son passage jusqu‘à la terre elle même. Un petit cour d’eau coulait à proximité et Pegasus eu tout juste le temps de s’y rendre pour tenter de se protéger. Il l’agrippa et le projeta en une fine colonne d’eau qu’il interposa entre ses compagnons et la vague de flamme. Lors du choc les flammes s’estompèrent et l’eau s’évapora créant une épais nuage de vapeur d’eau. Pegasus n’avait pas pu se protéger entièrement et son corps était partiellement recouvert de brûlures. Mais il ne s’inquiétait pas de ses blessures mais plutôt de son capitaine Zaïmon qui lui était de l’autre côté du monstre et qu’il n’avait pu protéger avec sa technique de karaté aquatique « Colonne d’eau ». Il fallait à tout prit vaincre ce colosse qui pouvait à tout moment recracher des flammes où utiliser sa force gigantesque. De plus il semblait pouvoir changer de forme pour s’adapter à tout type de combat. L’homme poisson espérait que ses compagnons exploiteraient le nuage de vapeur d’eau pour lancer une attaque surprise et ainsi terrasser ce monstre. A la clé il y avait quand même un trésor à gagner...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Ven 13 Juil - 0:46

Tout c'était passé rapidement. Après avoir quitté la borne nous avions marché vers le point de rendez vous et trouver Aniki. Alors que nous allions nous retrouver, un espèce de tortue tomba du ciel. Enfin tomba du ciel ... Elle apparut de nulle part. Sa carapace ornée de pointe, ses cheveux rouges, son keffier ... Tout dans cette tortue laissait penser que nous allions de voir la combattre. Ne disant rien, j'observais la situation. Aniki et Pégasus avait engagé le combat contre Baby Bhow Seur ... Alors que ce dernier se déplaçait, mes deux frères effectuèrent une technique combinée. Pégasus jeta un Aniki brûlant sur son adversaire. Pendant ce temps, je me mis aux cotés de James qui me raconta leur aventure ... C'était très intéressant de savoir comment ils avaient tous combattu.

Alors que nous "discutions", un mini séisme eu lieu. Faisant s'abaisser une partie des arbres, il nous envoya tous vers l'arrière. Je pris alors une position de combat pour voir ce qui se passait ... La petite tortue faisait désormais la taille d'un arbre. D'UN ARBRE! Comment elle avait fait cela? Aucune idée. Mais elle l'avait fait et elle avait désormais une apparence de roi des terres incontestables. Comment allions nous la combattre? Je ne le savais pas mais au moment précis où de la fumée sortais de ses narine je compris ce qu'il fallait faire. Je devais nous défendre tout les quatre: James, Shana, Ovie et moi. Tout ce passa rapidement. Alors que les flammes sortaient de la bouche du monstre, je mis une main au sol et une autre devant moi tout en disant:

« Fure Fure no ... Wall and Arrow. »

Un mur s'éleva soudain devant nous. Haut de cinq mètres et large de deux, il devint rouge légèrement rouge avec la chaleur mais fort heureusement les flammes ne touchèrent pas le mur grâce à l'intervention de Pégasus. Comme par miracle il apparu juste devant ma main que je tenais devant moi. Depuis le point où se situé ma main, six vecteurs sortirent du mur et entrèrent dans le sol. Y restant bien à l'abris, les vecteurs ressortirent derrière le monstre et foncèrent sur sa carapace. Ils s'éclatèrent tous dans le dos du géant qui ne ressenti visiblement rien.En fait, il ne s'agissait que des techniques "Fure fure no Wall" et "Fure fure no Arrow" utilisaient successivement mais face au manque de temps je n'avais pas répété le "Fure fure no". Le mur disparu alors et je regardais Zaïmon. Courant vers lui je dis ses mots à l'oreille:

« Cette créature est forte et je ne pense pas que nous puissions le vaincre avec des techniques combinés à deux. Il faut réfléchir à un truc à trois je pense ... Mais quoi ... Aucune idée pour l'instant. James, tiens Ovie à l'abri un peu plus loin dans la forêt! »

J'avais crié la dernière phrase et je vis James et Ovie reculer. Nous allions enfin pouvoir exécuter notre premier vrai combat à trois avec les Niru no Kaizoku. Nous allions enfin voir si nous pouvions tenir tête à un adversaire plus fort que nous. Soudain la tortue sauta et pris sa forme de mini tortue. Il rentra dans sa carapace et se mit à tourner sur lui même. Il fit s'élever les différentes feuilles au sol et fonça soudain vers Pégasus. Toujours aux aguets, je mis mes mains devant moi: « Fure Fure no ... Plate! ». Deux plaques apparurent. De sens contraire, l'une propulsa la tortue vers l'avant, c'est à dire vers Pégasus. C'était une trahison ... Sauf qu'une autre plaque était juste devant. Cette plaque était dans le sens contraire de la première et surtout, elle était biens plus grande: elle touchait presque Pégasus. La tortue fut alors projeté en sens invers dès qu'elle toucha la plaque ... Sauf que ... La force s'appliquant déjà sur elle fut converti en une force de sens contraire. Bhow Seur vint à une vitesse ahurissante vers Zaimon et moi. Mais Shana apparu devant nous et, prête à frapper d'une main, elle tenait l'autre ouverte devant elle. Comme lorsqu'elle faisait cela, une trappe tomba et elle dit:

« Paume sourissante ... »

« Titanium Shell! »

Notre ennemi avait répond à la technique de Shana par une autre: alors que le vent projeté par Shana le ralentissait, sa carapace devint grise ... Lorsqu'il fut à proximité, Shana lui mit un coup de poing. La carapace était devenu visiblement très dur car les doigt de l'armure de Shana furent tous broyaient ... Elle hurla de douleur car les dégâts transmis causé à l'armure lui était partiellement retransmit sous forme de douleur. Elle recula alors et je lui fis signe de s'envoler et de rester en hauteur pour observer. Elle m'écouta et fit ce que je lui avais demandé. J'essayais de le cacher mais j'étais hors de moi. Il avait osé faire du mal à l'une d'entre nous. J'eu soudain une idée plus ou moins géniale. Une idée combinant les talents de tout mes coéquipiers. Je fis ma part du contrat: créer un genre de rampe. Pendant ce temps, La créature grossit et repris son énorme forme. J'allais ... Nous allions essayer de la vaincre avec cette attaque. Peut être que cela allait marcher. Je dis alors:

« Aniki, met toi vite devant la rampe et chauffe l'air au dessus. Pégasus récupère l'une des grosses pierres là bas et lance la sur la rampe s'il te plait. Vite! »

Lorsque la pierre atterrit sur la rampe, elle se mit à avancer très rapidement et traversa l'air chaud pour s'embraser. Je criais alors:

« Ardent ... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Ven 13 Juil - 16:42



★ Un Combat toujours plus Dur ! Une Convergence Explosive ! ★




Pegasus avait compris ou voulait en venir son capitaine pirate, ainsi grâce à sa force, il réussit à le balancer à une grande vitesse sur la tortue. Et encore, Zaïmon en ayant chauffé ses poings sur le haut de son corps pour plus d’impact était semblable à une fusée à réaction, avec la fumée qui se dégageait de lui et à cause de la grande vitesse à laquelle il fonçait sur l’animal. Finalement, Zaïmon percuta la tortue de plein fouet au ventre en une grande explosion, tel un lancer de rocket. Retour à l’envoyeur, pensait le jeune capitaine pirate.
La tortue finit par être expulsée par le choc pour retomber par terre. De la fumée se dégageait de sa grande brûlure au ventre. Zaïmon s’était laissé penser, par cette grosse attaque, que s’en était fini de cette tortue.


« Finalement, ce n’était juste que la plus rapide des tortues ! DEHEHEH… »

Mais il avait crié victoire peut-être un peu trop top. Oui car, quelques instants après, la petite tortue s’était relevée de son piédestal, mais pas seulement. En quelques instants, l’animal était en train de se métamorphoser complètement, a commencer par son regard qui devint plus effrayant, sa taille, sa morphologie ainsi que sa musculature en devinrent plus que conséquente. Il atteignait maintenant la taille d’un arbre, soit environ trois fois plus grand que nos chers amis. Ses dents étaient devenues plus acérés que la lame d’un sabre, ses pics sur sa carapace atteignaient une taille démentielle, ses griffes étaient plus grandes et grosses… C’était devenu un monstre, un véritable monstre effrayant et digne du « roi de la forêt » dont Ovie avait parlé.

« GYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !! TOUS AUX ABRIS !!! Bhow Sheur est là !!! »



« ROOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRR !!! »


Son rugissement était tel qu’il faisait trembler le sol et les arbres et faisait fuir les oiseaux environnants. Quelle bête ! Elle n’avait rien à voir avec cette petite tortue de rien du tout qui leur criait dessus tout à l’heure. D’ailleurs, loin d’attendre que sa fureur envers Zaïmon et la blessure qu’il lui avait infligée il y a quelques instants, il passa à l’action en sautant dans les airs puis en percutant volontairement le sol de manière très violente. Le coup fut tel qu’il fit trembler la terre et déraciner les arbres qui se situaient dans l’orée des chemins. Quelle puissance…
Mais ce coup semblait aussi avoir été calculé, car en effet, la terre autour du monstre formait des piques escarpés de façon à ce qu’on ne puisse l’approcher. Quelle malice… ainsi, Zaïmon ne pouvait pas l’approcher, et quelle aubaine puisque ses attaques ne sont basées que sur du corps à corps. Mais le monstre ne comptait pas s’arrêter là, oui en effet car son ventre commença à gonfler anormalement, et ses narines fumaient de la fumée noire. Pegasus tenta d’avertir ses compagnons mais il était trop tard.


« GRAAAAAAAAAAAAAOOOOOOOOOOWW !!! »


Il envoya alors un jet de flammes surpuissant sur ses opposants, une déflagration surprenante. En déversant ses flammes partout, il créa un gigantesque brasier de feu, assez pour brûler la terre. Il semblerait que Pegasus aie réussi à éviter l’attaque en se servant d’un point d’eau adjacent. Zaïmon était persuadé que ses nakamas s’en sortiraient. Et quand à lui ? Qu’adviendrait-il de lui face à ces flammes ardentes ?
Non, il n’avait pas bougé d’un poil. Il était resté là à regarder l’attaque du monstre. Pourquoi ne pas avoir fui ? Pourquoi ne pas avoir esquivé ?
Simplement parce que c’était un homme-température. Le feu n’était donc pas un obstacle, car ce qui cause de la douleur dans le feu, c’est avant tout la chaleur. Son fruit lui octroyait une certaine résistance à la chaleur dans la limite ou il pouvait augmenter sa température. Et c’est ce qui se passa, même si Zaïmon avait quand même était brûlé à quelques endroits à cause de l’intensité de la chaleur qui dépassait son fruit…


* Cette créature à réussi à me brûler malgré ma résistance à la chaleur… elle est très forte…*


Un peu essoufflé, il se tenait le torse. La blessure que lui avait faite le Louporpic de tout à l’heure lui faisait un mal de chien, la bête ayant ravivé la blessure en la brûlant. Il constata que ses nakamas avaient réussi à se protéger, ainsi que James et Ovie. Zaïmon n’avait donc aucune raison de s’inquiéter, il avait parfaitement bien pensé. Kayl s’était alors approché de son capitaine en courant en sa direction.

« Cette créature est forte et je ne pense pas que nous puissions le vaincre avec des techniques combinés à deux. Il faut réfléchir à un truc à trois je pense ... Mais quoi ... Aucune idée pour l'instant. James, tiens Ovie à l'abri un peu plus loin dans la forêt! »

« Une technique à trois ?... Mmh… »

Zaïmon se gratta le menton. Il est vrai qu’à deux ils n’avaient que très peu de chance de pouvoir s’en débarasser. Le moment était peut-être venu d’essayer de converger les pouvoirs de tout l’équipage face à ce monstre… mais comment ?
Mais ce n’était pas le moment de réfléchir, il fallait réagir vite. Oui car la tortue passa à l’action encore une fois en changeant de taille et en fonçant tout droit sur Kayl et Pegasus à une grande vitesse, la tortue étant rentrée dans sa carapace. Grâce à un consciencieux stratagème, Kayl réussit à détourner la tortue à l’aide de son fruit et de Shana sa souris qui s’était transformée en armure gardienne. Mais pas sans mal, car Shana s’était blessé au bras pour essayer de retenir la tortue. A ce moment là, Zaïmon se disait qu’il fallait se dépêcher de réagir vite. Il voyait Kayl qui ne supportait pas que sa souris se fasse ainsi écraser. Il se demandait vraiment ou ces deux là pouvaient s’être rencontré, il aimerait bien le savoir.


Enfin bref, il fallait surtout réagir, et très vite. La tortue avait repris son apparence initiale et semblait prête à en découdre. Cette fois, il s’était roulé dans sa carapace et montrait ses gros pics acérés et se préparait à rouler sur nos amis.
C’est alors que Kayl s’écria :


« Aniki, met toi vite devant la rampe et chauffe l'air au dessus. Pégasus récupère l'une des grosses pierres là bas et lance la sur la rampe s'il te plait. Vite! »

Zaïmon ne savait pas où Kayl voulait en venir, mais il s’exécuta. Il créa une rampe de vecteurs en direction de la créature et Zaïmon en augmenta la température de la zone à plus de 220°C, assez pour que la roche s’enflamme. Quand à Pegasus, il devait placer la pierre sur la rampe pour pouvoir assurer l’attaque. Aussitôt fait, tous s’écrièrent :

« Ardent... Cata...pult ! »


Une énorme boule de feu partit tout droit en direction de la bête. Zaïmon avait compris, c’était en fait une sorte de catapulte pour pouvoir envoyer des boules de feu. L’idée était ingénieuse, mais la tortue ne subit rien du tout lorsqu’elle percuta la roche en flammes. Toujours en train de rouler vers ses adversaires, elle s’écria :

« GRAHAHAHAHAHAHA !! VOUS CROYEZ VRAIMENT QUE, MOI QUI CRACHE DES FLAMMES, JE SUIS SENSIBLE AU FEU ?! BANDE D’ABRUTIS, GRAHAHAHAHAHA !! »

* Il est insensible au feu… merde… mais oui attends c’est ça ! Son point faible…*



« Nii-chan, continue avec ta rampe ! Quand à toi Brother, envoie le maximum de pierres que tu peux ! »

Zaïmon avait une idée en tête. Il se mit alors à inverser considérablement la température de la rampe à -300°C. C’était assez pour congeler instantanément les pierres. Maintenant, il fallait que Pegasus envoie un maximum de pierres sur la tortue.

« Snowy… ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Jeu 19 Juil - 19:54

La sphère de flamme était partie. En réalité il s'agissait d'un rocher tellement chaud qu'il avait pris feu. Le projectile atteint sa cible comme prévu mais ... La tortue n'écopa d'aucun dégât ... Le feu contre le feu ne faisait rien. La tortue roulait toujours vers nous et cela devenait dangereux. Très dangereux. Elle était rapide. Je me demandais soudain quoi faire. Il y avait bien la possibilité de le soulever pour qu'il se retrouve en hauteur mais un "Twin Bombardment" ne lui ferait aucun effet et il en serait de même pour mes techniques combinés avec Zaimon. Je n'avais pas pensé au froid quand Aniki m'interpella. Il avait visiblement une idée derrière la tête. J'allais lui faire confiance comme il me l'avait fait à de nombreuses reprises.

« Nii-chan, continue avec ta rampe ! Quand à toi Brother, envoie le maximum de pierres que tu peux ! »

« Okey ! »

« ... SNOWY CATAPULT ... »

Pégasus répondit la même chose et nous obéîmes à Aniki. Les rochers de Pégasus furent envoyés vers notre ennemi avec efficacité et ils gelèrent au dessus d'Aniki. Les boulets foncèrent sur leur cible et ils bloquèrent la rotation en gelant la tortue et le sol. C'était génial! Il était gelé. Pas encore vaincu mais bloqué. Je me mis alors mois aussi sur la rampe. Je fonçais violemment et je traversais la vague de froid après avoir créée une sphère autour de moi. La vague fraiche dépassée, je faisais disparaître ma protection. Au sommet de ma hauteur je dis doucement: « Fure fure no boost » et des vecteurs apparurent sur mon corps. je mis alors mes mains en forme de revolver. « Fure fure no … GUNS » et une dizaine de mini flèches sortirent de mes mains pour se planter dans la carapace de la créature. Zaïmon et Pégasus intervinrent aussi et le monstre fut tué … Enfin la dernière attaque l’expulsa à environ un kilomètre.

Il s’en suivit un très long dialogue dans lequel je n’intervins pas ou peu. On pouvait entendre les remerciements abusifs d’Ovie. Je crois qu’il dit au sens littérale du terme mille merci. Il parla beaucoup et je m’enfonçais dans la grotte pour trouver les trésors. Au départ, il n’y avait rien d’intéressant … Des babioles et autres. Puis je suis tombé sur une bibliothèque. Il y avait des livres sur la volcanique, le jardinage … et la médecine! Ils étaient là! Le trésor médical des Blues. Quatre volume d’une encyclopédie recensant chaque maladie et opération des blues. Je me mis à hurler. Mais c’était un hurlement de bonheur. Aniki et les autres arrivèrent et ils me virent à la limite des larmes. Pégasus me demanda si ça allait et je leurs dit:

« Au mon dieu … C’est magnifique … Ces quatre bouquins sont toute la médecine des blues en condensés.

« Justement je compte le garder pour moi.

« PARDON ? Tu crois vraiment que je vais te le laisser ? Avec tout le sang que j'ai versé dans l'espoir de le trouver! Tu te fou de m.. »

Pégasus m'avait mis un coup de poing qui m'envoya dans le mur. Je vis un sourire sur son visage. Il voulait juste que je me calme. Mais Ovie n'aurait jamais, au grand jamais dire ça. Il ne méritait pas cet objet. Enfin moi j'étais un VRAI médecin ayant opéré plusieurs personnes. Je fis apparaitre un fouet et je récupérais les livres d'un coup habile. Je n'allais pas laisser ces perles à ce crétin! Je mis les livres dans mon sac et je fis signe à Shana qui nous avait suivi de récupéré les livres et de les garder avec elle. Ma décision était irrévocable. Je suivis mes compères dans la grotte. Ce que nous vîmes m'étonna grandement.

[...]

Le soir même, dans une auberge, je me mis à potasser mes bouquins pendant que Zaïmon construisait le bateau. J'étais avec Pégasus et je lui fit des sutures là où il avait été blessé. Je fis mes propres sutures et je suis allé rejoindre Zaïmon. Malgré quelques rétissances de sa part, je pus l'examiner et lui administrer un remède ainsi qu'appliquer un onguent sur ces diverse blessures. L'onguent était originaire d'East blue. Il avait pour effet d'accélérer la fermeture des plaies. Je demandais alors à Zaïmon si je pouvais l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Lun 23 Juil - 15:26




La tortue était enfin hors combat après un long combat acharné de la part des trois « frères ». Kayl, Pegasus et Zaïmon avaient su mettre en commun leur force et leurs pouvoirs dans une convergence explosive qui s’était avérée fatale pour ce monstre féroce, le roi de la forêt de Luvneel. Le dernier impact l’avait envoyé batifoler plus loin dans les profondeurs de la forêt d’Hore. Ce combat les avait rapprochés de plus en plus et avait montré que l’équipage malgré sa grande mixité pouvait être uni dans ce genre de situation. Zaïmon aussi était fier de lui et de ses compagnons. Il n’avait pas eu tord de leur force au contraire, il s’était même étonné de voir à quel point leurs capacités de combat pouvaient être spectaculaire. Avec à sa droite Pegasus, l’homme-poulpe et avec à sa gauche Kayl, l’homme-vecteur, il se sentait invincible, intouchable, invulnérable. Ils étaient unis comme une vraie fratrie, et c’est pour cela que Zaïmon ne se privait pas d’appeler son nakama poulpe « brother » et Kayl « Nii-san », même si eux avaient un vrai lien de sang. Tous trois étaient réunis sous le pavillon noir au crâne de feu, « Les Niru No Kaizoku ». Des pirates au sang bouillant et débordant de volonté ainsi que de rêves. De vrais pirates.

Zaïmon-aniki…. Pegasus-aniki… Kayl-aniki… Arigatooooooooooooooooooooooooooooo !!!!!!!!!!!!!!!! Arigatooooooooooooooooooooooooooo !!! Arigatoooooooooooooooooooooo !!!
Arigatooooooooooooooooooooooooooooooooooooo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ARIGATOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !!!



Ovie avait accourut en pleurs vers ses compagnons. C’était le jour le plus beau de sa vie. Il avait attendu ce jour depuis longtemps, ce jour où ces monstres de la forêt seraient terrassés et qu’il pourrait enfin atteindre cet endroit si symbolique pour lui. Il le devait à Zaïmon et à son équipage qui avaient su le libérer des énormes monstres pour enfin arriver ici. Inespéré mais vraie. Il allait enfin pouvoir démentir son ancêtre que le monde entier salissait depuis des siècles entiers.
Zaïmon s’essuya les lunettes avec le tissu de sa ceinture en soie, puis les replaça sur ses yeux pour déclarer :

T’as pas à nous remercier, baka ! Je l’ai fait pour un ami, mais aussi pour le trésor qui s’y cache ! J’te préviens, j’prends tout ce qui à d’précieux là dedans !


Pegasus ne s’empêcha pas de lui administrer une tape sur la tête comme à son habitude. Il paraissait épuisé lui aussi, tout comme Kayl et James ici présent. C’est tout à fait normal, tous trois avaient bravement lutté jusqu’à maintenant contre ces bizarreries de la forêt. Enfin bref, le groupe se réunit autour d’Ovie qui allait activer une nouvelle borne qui se situait au milieu de la place. D’après lui, il ne fallait pas en activer deux mais trois pour que le passage s’ouvre, et celle-ci était la dernière.


Après l’avoir activée, ils furent surpris de voir qu’un passage s’était ouvert devant eux. Une sorte de trappe au sol qui s’était déplacée et qui ouvrait le chemin sur un escalier allant dans les profondeurs. Le chemin paraissait hostile aux premiers abords, surtout qu’il y faisait très sombre et qu’une odeur d’ancienneté s’était installée dedans. Mais cela n’atténua pas l’excitation d’Ovie qui s’était engagé dedans directement, secondé de Zaïmon, Kayl et Pegasus. Très vite, Zaïmon se servit de son bras pour l’enflammer afin de mieux voir dans ce souterrain. Il y avait là une grande galerie que le groupe traversa en regardant partout autour d’eux. Enfin, au bout de la galerie, une porte en bois massif avec une noisette en or sur la celle-ci.

Hey ! J’ai déjà vu cette noisette quelque part…
Evidemment, crétin ! C’est celle qui est sur la tête de Norland, tu ne te souviens pas ?

L’homme poisson avait raison. Norland sur les livres était représenté avec une coiffure plutôt singulière, ses cheveux étaient coiffés en une sorte de noisette. Cela ne voulait dire qu’une seule chose :

S’il y a cette noisette, cela veut dire que…
Norland à vraiment vécu ici, dit Pegasus en lui coupant la parole.
Alors ouvrons la porte ! dit Ovie avec empressement.

Ovie se dépêcha d’ouvrir la porte de bois sans attendre plus longtemps. Ils découvrirent alors une grande pièce jonchée de torches incandescentes apposées aux murs. Zaïmon ne fut même plus obligé de s’éclairer grâce à son bras. Ils étaient tout bonnement impressionnés par ce qu’ils découvrirent. C’était en réalité une énorme salle ou était entreposés quantité de choses. Des livres, des documents, des sacs de graines, et même un laboratoire. On en devinait même la profession de Norland : botaniste et chercheur.
Ovie trouva enfin le journal tant requis. Il bondit de joie, et Zaïmon se rendit vers lui en accourant. En réalité cette aventure lui avait donné envie de savoir si cette histoire était vraiment fondée


Ovie ouvrit la première page du livre dont les pages avaient jauni avec le temps. Il était massif et conséquent, fait dans un matériau plutôt résistant. Sur la couverture aussi, on avait pu retrouver cette noisette en or qui ornait la porte.
Tant d’aventures constituaient ce livre. Des aventures toutes aussi incroyables les unes que les autres. Et pourtant, si elles avaient été écrite avec tant de détails, c’était sûrement parce qu’elles devaient être vraies. Et puis vint le moment tant attendu : la cité d’Or. Elle était presque à la fin du journal de bord. Ovie la lut à haute voix.

GRAND LINE, JAYA 1169E JOUR DE VOYAGE.

J’ai fait la connaissance d’un peuple primitif, habitant une île de la région de haute activité volcanique. Mais tout ne s’était pas passé pacifiquement, du moins au début, car nous avions été accueillis en blasphémateurs. J’avais remarqué que l’île comportait plusieurs espèces d’arbres dont les souches étaient contaminées par un virus qui pourrait s’avérer dangereux pour la population, aussi avais-je décidé d’élaguer ces arbres, enlevant plus d’un hectare à l’île. Mais pour notre plus grand regret, ces arbres étaient considérés comme sacrés par le peuple. En plus, j’avais tué un serpent géant qui devait manger une jeune fille qu’ils avaient offert en « sacrifice ». L’un des guerriers de la tribu, Kalgara, avait alors capturé tous mes hommes. Pour nous sortir de ce pétrin, j’avais une idée. Sachant que cette île était touchée par le virus, je m’étais proposé d’en venir à bout au bout de 24 heures, et dans le cas contraire, ils devraient exécuter mes hommes.
Le guerrier Kalgara, alors que j’allais chercher cet antidote, me provoqua en duel. J’eus du mal à le faire raisonner sur le fait que le sacrifice ne serve à rien, et qu’ils devaient vivre par eux même. Il s’en fallu de peut pour que je réussisse ma mission avec lui.
Enfin, la hache de guerre fut enterrée. J’avais réussi à erradiquer le virus de l’île, et à soigner les habitants touchés par cette infection, eux qui croyaient à une punition divine. Kalgara était désormais mon ami, et lui aussi me considérait comme tel. En réalité c’était un chic type tout compte fait. Il décida alors de nous remercier à outre mesure, mesure qui dépassait nos attentes je dois dire.


Je n’en croyais pas mes yeux. Devant moi, une cité faite d’or pur. Mes mots ne suffisent pas pour exprimer la beauté de cet endroit. Les bâtiments brillaient au soleil comme des pépites. Le sol, reflétant la clarté de la cité, semblait être d’or lui aussi. Une énorme pierre de granit occupait le centre de la place, avec au dessus d’elle une cloche en or étincelante. Je croyais rêver, et pourtant tout ceci était réalité. Il y avait bel et bien une cité d’or devant moi… Shandora qu’elle s’appelait, m’avait dit Kalgara. L’héritage de leurs ancêtres…


C’est sans doute cette mystérieuse d’or dont parle l’histoire, dit Pegasus en sortant sa pipe.
Elle est racontée avec autant de détails…
Cela veut dire qu’elle à vraiment existée ? demanda Ovie, intrigué.
On va bientôt le savoir, répliqua Pegasus.

… ils m’ont offert de grandes quantités d’or, pour nous remercier de les avoir sauvés. Je leur avais promis que je reviendrais un jour. Ainsi, nous mettions les voiles vers North Blue. Il me tarde de raconter cette incroyable aventure aux habitants de Luvneel !

NORTH BLUE, ROYAUME DE LUVNEEL 1499E JOUR DE VOYAGE... LE DERNIER.

Mon destin semble tout tracé. Le roi vient de prononcer la peine de mort contre moi. J’ai pu m’échapper à temps du château pour rejoindre la forêt d’Hore dans ma cachette secrète, et j’espère que celui qui lira ces écrits me croira.
J’avais fait part de mon récit au roi en personne concernant Shandora, la cité d’or pur. Aussi avait-il voulu se rendre en personne là bas pour pouvoir constater de par lui-même cette cité aussi incroyable soit-elle. J’étais heureux de pouvoir retourner là bas une nouvelle fois, j’allais revoir mon ami Kalgara que je n’avais pas vu depuis longtemps. J’étais même tout excité, tout comme mes hommes d’équipage. Et pourtant… et pourtant tout ne se passa pas comme prévu…


Il y a du sang sur cette page… fit remarquer Ovie.
Il devait être blessé quand il écrivait… regardez, l’écriture est un peu oscillante.

...la cité d’or n’était plus là. Je ne reconnaissais plus rien. Devant moi, là moitié d’une des habitations était encore debout et semblait avoir été découpée. Je ne comprenais plus rien. Ou était Kalgara ? Ou était la tribu ? Ou était Shandora ? Je tremblais, j’étais fou de rage, inquiet et j’avais peur. Qu’était-il arrivé à mon grand ami ? Kalgara… on s’était promis qu’on se reverrait bientôt… où es-tu passé mon grand ami ? Tu m’avais promis qu’on boirait ce saké ensemble à nouveau ! Ou es-tu passé, mon frère ??!...


Le récit était émouvant. On ressentait bien cette peine que pouvait éprouver Norland à ce moment là, quand il à écrit ce récit il y a 400 ans. Aussi, tout le monde se taisait et écoutait Ovie lire le journal avec attention.

… ils ne m’ont pas cru. Plus personne ne me croyait. Ils disaient que c’était de ma faute si les 1900 soldats étaient morts pour rien, à cause de mon mensonge. Je suis condamné à mort, simplement parce que je leur avais fait croire quelque chose qui était pourtant vrai. Il ne me reste plus qu’à faire face au peuple et à pleurer mon cher ami que je ne reverrai jamais. Tous ces gens qui, jadis étaient passionnés par mes histoires, m’appelait le Roi des Menteurs. Ces dernières lignes marquent la fin de mon aventure…

Les larmes d’Ovie se détrempèrent sur le livre juste après avoir lit ces dernières paroles. Toute sa vie, il avait cru que son ancêtre n’était pas un menteur, et il ne s’était pas trompé.

Soit Norland était le plus grand menteur du monde, soit ce qu’il à écrit vrai…
Hey Pegasus-brother ! Tu ne serais pas en train de pleurer ?! ~ Rétorqua Zaïmon narquoisement.
LA FERME BAKAYARO ! JE NE PLEURE PAS !
Quoi qu’il en soit, ce mec était vraiment l’un des hommes les plus admirables du monde… dire que je pensais que c’était le gars le plus abruti qui existe ! T’as vraiment un parent qui mérite tout mon respect, Ovie-chan ! déclara Zaïmon en tapant sur le dos du petit.
Je l’ai toujours su… je l’ai toujours cru… je savais qu’il ne mentait pas… je suis si heureux de l’avoir comme ancêtre…

Ovie souriait. Zaïmon souriait également, face à la mine toute heureuse du petit. Il était conscient que cette découverte serait pour lui un nouveau départ et une occasion de tourner la page. En effet, une grande aventure l’attendait, et son combat pour son honneur continuait.

[…]

Le soir même. Il devait être minuit lorsque le groupe avait quitté la grotte et la forêt. Tous se retrouvaient alors à quelques encablures de la ville, dans une auberge désaffectée ouverte sur la plage. Dans la grotte, tous étaient repartis avec quelque chose : Kayl avait rapporté des bouquins de médecine passionnants, Pegasus avait récupéré un Log Pos qui pourrait s’avérer utile pour leur traversée de Grand Line, Ovie avait pris le journal de bord, et Zaïmon avait récupérer un sabre. Ce devait être l’arme de Norland. Cette lame n’était pas pareille que les autres, et Zaïmon l’avait remarqué. Il n y connaissait pas grand-chose en sabre, mais de part sa forge spéciale et bien affutée, elle devait être une arme exceptionnelle.

La pleine lune faisait scintiller de milles-feux l’océan noir. Dans l’auberge, Kayl pensait les blessures de Pegasus et lisait ses livres de médecine qu’il avait trouvé dans la grotte, cela semblait le passionner. Quand à Pegasus, il lisait avec Ovie le journal de bord et avait appris plusieurs choses sur l’utilisation du Log Pose et les dangers de Grand Line. Le Log Pose était vraiment une invention étonnante : elle permettait de traverser Grand Line en suivant un parcours précis que l’on pouvait choisir arrivé à Reverse Mountain, l’entrée de Grand Line. Seul le gardien du phare des Cap Des Longs Jumeaux qui se trouvait sur les rives de Reverse pouvait le régler.

Pour ce qui est Zaïmon, il avait pris une grande décision grâce à cette aventure. Il se considérait comme un vrai pirate, lui et ses compagnons. Aussi fallait-il quelque chose qui puisse les guider dans les océans et qui soit digne de ce nom : un bateau pirate. En effet, pendant leur virée de Yuki à Luvneel, il avait dessiné les plans d’un bateau pour lui et son équipage, et voulait le réaliser le soir même.
Avec des clous et des outils appartenant à Ovie, il avait commencé à construire le bateau. Ils avaient du couper du bois en grande quantité pour pouvoir construire l’ossature et la coque. Ce bateau, il le voulait encore plus grand que le Blue Jam, le navire qu’il avait confectionné pour pouvoir partir de Tansé.

Au bout de quelques instants, Kayl était venu vers lui pour le soigner. Au début, Zaïmon ne voulait pas, il voulait rester concentré sur son œuvre. Mais son nii-chan fut convaincant, et réussit à lui administrer des soins. Après quoi, il se proposa à la construction du navire.

J’veux bien te laisser m’aider, mais juste pour la coque ! Après pour le reste, vous serez obligés de partir d’ici. Je refuse que vous voyiez le bateau se construire petit à petit, il faut que ça soit une suprise pour vous !

Kayl acquiesça et se mit rapidement au travail. Ce fut aussi au tour de Pegasus et d’Ovie de se proposer à la construction. A la fin, tout le monde travaillait de pair pour construire la coque du navire, le travaille plus gros. On entendait plus que des coups de marteau à tout va. Zaïmon quand à lui, était rayonnant. S’il y a bien une chose qu’il aimait faire, c’était construire des bateaux. Cela lui faisait rappeler ces instants passé avec son mentor décédé, Squallo.

Vous avez un rêve ? Moi, je rêve qu’un jour je deviendrais un Yonkou à bord d’un bateau volant ! dit-il sans peur du ridicule et avec une franchise étonnante.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Mar 31 Juil - 0:18

    « Vous avez un rêve ? Moi, je rêve qu’un jour je deviendrais un Yonkou à bord d’un bateau volant ! »

    Rhalalalalala bien sur que j'avais un rêve ... J'en avais même plusieurs. Et tous passaient par un même point: la connaissance parfaite de la médecine. Tout d'abord je voulais trouver un moyen de rendre à BAstien son bras et sa jambe que le laboratoire lui avait enlevé. Je voulais aussi percer les secret de la vie, de la régénération ... Toute ses choses, je m'en rapprocherais un peu plus aux cotés de mes amis, Zaimon et Pégasus qui, à chaque blessure, me permettront de parfaire mon art et donc de devenir encore meilleur. Cela me permettrait également de devenir plus proche. Mon fruit me permettrait également de devenir un meilleur médecin. J'avais d'ailleurs trouvé dans ce que j'avais lu des livres des blues deux éléments très importants pour devenir le roi des médecins: la panacée, la plante pouvant guérir toute les maladie et le "Coeur de vie" pouvant d'après le livre permettre à son porteur de réaliser une opération sans vaciller, peu importe sa durée. Je n'avais jamais entendu parler du deuxième et je l'imaginais bien sous la forme d'une bague ou d'un collier. Mais il pouvait aussi s'agir d'un état spirituel ...

    « L'Empereur Médical ... ... Je veux devenir le deuxième vrai Empereur Médical. Un homme capable selon la légende de guérir aussi bien le corps que l'esprit, un homme capable de se soigner lui même ... Un homme capable de rétablir une armée en 24 h. Je veux devenir cet homme et l'être à vos coté afin que vous ne craignez plus vos ennemis. Je veux également savoir pourquoi j'ai été choisi par le gouvernement pour être enlevé et envoyé dans ce laboratoire ... Enfin, je veux que mes frères réalisent leurs rêves. En fait non. C'est ce rêve là le plus important. Le reste se feras de lui même. »

    J'avais tout dit d'un air naturel puis, gêné par mes propres propos, je me mis à la tache. Pour commencer il fallait poncer le bois pour la coque, le placer, le tenir, le tourner ... Il fallut tout défaire une fois à cause d'un oiseau qui se prit la coque en pleine nuit et qui fit dévier un long morceau de bois ... J'ai bien failli le tuer. Puis nous sommes allé nous coucher avec pégasus. Nous vîmes James et Ovie et une fois dans notre chambre je me mis à étudier ... Je suis d'ailleurs tombé un passage dans le livre de West Blue qui me choqua tellement que je lu la description à voie haute:

    « La Déliatoïte est une maladie présente uniquement sur West Blue. Elle répend comme une traînée de poudre et est plus que mortel. Les personnes étant touchées voient leurs ganglions enfler et commencer à suppurer. La violence de cette maladie est telle que la mort est rapide mais très douloureuse. Le seul remède connue étant la panacée, il est quasiment impossible de soigner les populations qui sont souvent mises en quarantaine. Il est notable que la maladie peut disparaître du jour au lendemain pour revenir 50 ans plus tard. Une légende urbaine dirait que cette maladie serait en fait l'effet d'une créature ayant mangée le fruit du démon de la maladie ... Mais rien n'a encore était prouvé ... »

    Quand je regardais Pégasus, je vis qu'il dormait ou qu'il faisait semblant ... Aucune idée. Je mis alors l'une des choses présentes dans l'un des livres à l'application. J'allais vers lui et en regardant la vitesse du gonflement de son thora je pus dire approximativement qu'il dormait ... Mais rien n'était sûr pour l'instant. Je me remis à lire. En fait je n'ai pas dormi de la nuit et tout ce que j'ai fait c'est mettre des coups de scalpel dans le vide pour faire comme indiquer dans livre. Je devais vraiment me procurer des mannequins ... En tournant la tête je vis le soleil se lever ... J'avais dû lire pendant deux ou trois heures sans m'en rendre compte. Après avoir réveillé ce cher Pégasus, nous déjeunâmes en silence, relativement exténué mais heureux d'avoir aidé Ovie. Nous fîmes alors le tour de la ville en disant à tout le monde que tout n'était pas qu'un tissu de mensonge, qu'ils devaient tous s'excuser au près d'Ovie .. Mais seuls certains nous écoutaient. J'eu alors l'idée du siècle: je fis venir Shana qui c'était fixé un mégaphone qu'elle avait trouvé sur dans le trésor. Ce dernier semblaient fait pour elle: lorsqu'elle activait, une petite trappe souvrait dans son cou et un petit cercle se plaçait de vant sa bouche. Il devenait alors un tube s'ouvrant tel un mégaphone de la marine. Elle le mit devant moi et je dis tout simplement:

    « Ovie avait raison. Sa famille n'était pas une famille de menteur. Vous lui devez tous excuse et respect. Quiconque ne le fera pas s'expose aux foudres des Niru no Kaizoku. »

    Malgré la distance, Zaïmon avait du entendre l'appel aux excuses. Soudain je vis un cercle d'homme se former au tour de nous hurlant qu'ils avaient raisons, que nous avions tord. Je sortis alors une pièce d'or du trésor et je leurs montrais. Ils furent stupéfait et à chaque fois que quelqu'un la voyait, il allait s'excuser au près d'Ovie. C'est alors qu'une chose extrêmement étrange se passa: une alarme ... De la marine ... Qu'est ce que c'était que ce bordel ? Avions nous était découverts? Dénoncés? Etait ce pour quelqu'un d'autre?

    En me retournant je vis Zaïmon arriver. Espérons qu'il ait un moyen de nous cacher ou de partir car nous étions mal .. Très mal ...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Jeu 2 Aoû - 15:02

Le combat contre le monstre s’était avéré épique. Après tout il s’agissait du roi de la forêt d’Hore, le monstre le plus puissant de l’île. Au début du combat les Niru No Kaizoku avaient surtout subit les attaques continues de leur adversaire. Pour cesser de le combat et en finir au plus vite, les deux frères, Zaïmon et Kayl, eurent l’idée de combiner, non pas à deux mais à trois leur forces pour terrasser cet incroyable adversaire. L’idée était de combiner chaque capacité des membres du groupe, la difficulté elle, était de bien coordonner leurs efforts pour éviter d’être anticipés et surtout d’échouer. L’homme poisson n’avait qu’à lancer des projectiles sur une zone qu’avait créé Kayl qui permettait de propulser les objets à grande vitesse en direction de la tortue géante. Quand à Zaimon il changeait la température sur la zone de lancement rendant les projectiles encore plus dangereux. Après un essaie insuffisant Zaimon changea la température transformant les projectiles en blocs de glaces. Pegasus constata que c’était le point faible du monstre qui à chaque impact semblait être durement touché. Les Niru eurent raison du roi de la forêt et l’éjectèrent au loin avec un ultime projectile plus gros que les précédents.

Une sorte d’euphorie s’empara alors du groupe. Malgré la fatigue et les blessures ils se sentaient fier et heureux de se qu’ils avaient effectués jusqu’à présent. L’aventure s’était avérée plus dangereuse que prévu mais grâce à leur solidarité les compagnons avaient triomphés des épreuves de la forêt. Ovie pleurait de joie et remerciait les Niru ainsi que James pour leur aide. Après avoir cherché un passage pour accéder à la grotte, une sorte de trappe s’ouvrit, surement du à un mécanisme du aux bornes.


Un frisson d’excitation parcouru l’homme poisson, au fond de cet escalier ténébreux se trouvait normalement le fabuleux trésor de Norland. L’engouement d’Ovie se fit ressentir et le jeune garçon pénétra en premier dans la trappe, les Niru s’échangèrent un sourire puis s’élancèrent eux aussi dans le souterrains.

Après avoir marché pendant une dizaine de minutes le groupe arriva finalement en face d’une porte portant le symbole des Norland. Après une remarque un peu crétine de Zaimon, les cinq hommes poussèrent la lourde porte en bois. A leur grande stupeur une salle bondée d’objet leur faisait face. Ainsi la légende du trésor de Norland n’était pas un mythe. Kayl et Ovie était en train de courir un peu partout comme des gosses se chamaillant concernant certains objets, en effet les Niru avaient bien sur fait cette quête pour aider Ovie à prouver sa sincérité aux villageois mais aussi pour s’approprier quelques richesses. L’homme poisson, avec plus de tact demanda à Ovie s’il pouvait prendre quelques pièces d’or ainsi que quelques cartes et livres parlant de navigation, géographie ou encore de biologie. Ovie fut au début retissant mais le groupe tomba sur le journal de bord de Norland, permettant à l’homme poisson de faire oublier à Ovie se qu’il avait pris. Pour Pegasus s’était une vraie relique que tenait Ovie dans ses mains. En effet ce journal concentrait tout les voyages de l’explorateur, mais plus encore, il parlait du voyage à la fameuse cité d’or, la fabuleuse légende connu dans le monde entier.

Lorsque Ovie commença à lire une légère excitation s’empara du groupe, qui écoutait attentivement chaque bribe du journal de bord. Tout était décrit avec détail et retranscrit avec une extrême précision. Pegasus lisait par-dessus l’épaule d’Ovie avec une curiosité presque enfantine, il voulait en savoir plus sur les découverte de Norland. Le passage sur la cité d’or fut pour le moins palpitant. D’après le récit elle se situait sur l’île de Jaya, mais personne ne l’a jamais vu jusqu’à présent. Néanmoins sont récit ne semblait pas différer des autres et semblait tout aussi réel. Mais comment expliquer la brusque disparition d’une telle citée. La fin du récit fut émouvante et Pegasus fut assez affecté par l’injustice qu’avait subit le pauvre Norland, après tout le trésor témoignait de la véracité de ses propos. Après avoir finit de découvrir l’ensemble de la pièce et après avoir prit se qui les intéressait le groupe partit. Pegasus au dernier moment s’empara d’un log pose dont il connaissait la fonctionnalité. Après tout il se rapprochait de plus en plus de Grand Line et il aurait absolument besoin d’un tel instrument pour survivre dans cette océan hostile.

Alors qu’ils retournaient en ville, Pegasus demanda à Ovie si il pouvait recopier certains passages du journal de bord de son ancêtre. Celui-ci lâcha le journal à contre cœur mais il avait confiance en l’homme poisson, une confiance plus que légitime. L’homme poisson parcourait les pages du journal avec une passion débordante faisant rire le petit Ovie, il recopiait à un rythme effarant, notant chaque information importante. Une fois cette tache finit ils étaient finalement arrivés au village et ils passèrent finalement la nuit dans une auberge. Pegasus rangea ses trouvailles précieusement puis fit soigner ses blessures par Kayl. Il avait un peu négligé son corps et sa force et sentait à présent le contre coup de la fatigue. Il s’endormit alors comme une masse songeant à ses futurs voyages sur les mers de Grand line.

Lorsqu’il se réveilla l’homme poisson déjeuna avec Kayl et Ovie, l’esprit encore un peu embrumé, se rappelant peu à peu leur exploit d’hier. Ses blessures ne lui faisaient plus trop mal, témoignant des talents de médecins de Kayl. Ils décidèrent d’ailleurs de se promener en ville pour faire le plein de provision. A l’aide de l’or trouvé dans la cachette de Norland il achetèrent énormément de nourriture conservables ainsi que de l’eau et surtout du rhum. Pegasus avait l’air d’une mule et tenait l’ensemble des courses. Il songeait néanmoins à son capitaine qui la nuit dernière les avait laissé pour finir leur futur navire. L’homme poisson avait pu constater lorsqu’il avait vu son capitaine faire la coque qu’il possédait un don, que lui n’aurait jamais. Soit par le fait qu’il n’en avait pas grand-chose à faire et surtout par le fait qu’il était loin d’être agile avec ses mains. Ils continuaient de marcher en attendant leur capitaine au port. Kayl avec ingéniosité et sincérité divulgua la vérité concernant le trésor de Norland aux habitants. Ovie était à présent complètement blanchie des soit disant mensonges de son ancêtre et tout les villageois eurent l’air hébétés et se sentirent un peu coupable. Mais à peine ce brave acte effectué que plusieurs navires de la marine arrivaient de partout dans leur direction. Quelqu’un les avait il dénoncé ? Peut importe il fallait absolument que leur capitaine viennent les chercher…


Dernière édition par Pegasus le Sam 11 Aoû - 0:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or Lun 6 Aoû - 10:29


~ Le lendemain après-midi

Enfin… il est terminé. Sûrement l’une de mes plus belles œuvres… dit-il en essuyant la sueur qui coulait de son front.


Une nuit entière et une matinée. C’est exactement ce qu’il à fallu comme temps pour permettre à Zaïmon de finir ce qu’il considérait comme l’une des plus belles œuvres qu’il ne puisse jamais faire. Toute la nuit, il l’avait passée à poncer, souder, assembler des planches, accommoder les différents contribuables du bateau, et même au bout d’un moment, un oiseau avait suffit à tout déconstruire. Il n’avait pas dormi. Zaïmon était comme ça, quand il devait construire quelque chose qui lui tenait à cœur et qui lui serait sûrement utile dans son avenir, il renonçait même à manger, boire, et même dormir. Ce bateau, il le considérait comme un nouveau départ, comme quelque chose d’essentiel pour la survie d’un pirate. Car oui : quel équipage de pirate n’a pas de bateau digne de ce nom ? C’était la raison pour laquelle il était resté sur son œuvre cette nuit là.

En ce début d’après-midi, il ne vit ni Ovie, ni Pegasus ni Kayl. Eux tous étaient partis en ville pour acheter des provisions et enfin partir de cet endroit, attendant que le bateau le leur soit découvert. Zaïmon leur avait laissé construire avec lui la coque du navire, mais leur avait formellement interdit de rester ici pour voir le reste du bateau se construire, et c’était aussi pour cela qu’ils étaient partis. Zaïmon leur avait dit qu’il les rejoindrait dans l’après-midi, juste après qu’il ait parachevé sa construction.
Quand à lui, il était là, seul, devant le navire. Il le contemplait. Il regardait sa figure de proue, , ses mats, ses voiles… il ne lui manquait que deux choses : le pavillon noir et un nom. Pour le nom, il avait décidé d’attendre ses nakamas bien qu’il avait déjà une idée. Le pavillon noir quand à lui était déjà hissé au navire et flottait au vent…


Il ne me reste plus qu’à aller chercher les autres…



Ne t’inquiètes pas… j’ai fait une grosse erreur avec l’ancien navire, le Blue Jam… je n’avais pas compris cette importance qu’il fallait porter à un navire pirate, mais maintenant j’ai tout compris. Je ne ferais pas l’erreur de t’abandonner à la dérive comme je l’ai fait lâchement avec l’autre… Je te choierais comme jamais, tu seras comme mon nakama, mon frère…, dit-il en regardant la figure de Proue

Le jeune homme avait les yeux qui brillaient de joie et de satisfaction devant son bateau. On assistait à un pacte charpentier-navire. C’était quelque chose que les charpentiers qui comptent rester longtemps avec leurs navires font pour montrer à quel point ils tiennent à ceux-ci. Une pratique qui est loin d’être absurde, car on disait qu’après ce pacte, le navire peut tenir aussi longtemps que son maître le veuille. Quelque chose d’unique, car à cette instant le vent soufflait sur Zaïmon comme jamais. Il avait l’impression que le navire lui répondait à sa manière, l’impression que ce navire était un humain face à lui et qu’il s’exprimait de manière positive. Un instant à la fois bizarre et bienséant, face auquel le capitaine Zaïmon se disait que c’était comme s’il avait recruté un nouveau nakama dans son équipage.

[…]

Yosh ! La mer est agitée aujourd’hui ! On va avoir le vent avec nous si on part maintenant !

Avait-crié Zaïmon à bord du bateau. Installé sur la figure de proue, il observait les côtes de Luvneel qui se rapprochaient encore et encore. Bientôt, il allait atteindre la ville portuaire, là ou ses nakamas devaient voir arriver le bateau qui leur avait été caché jusque là. Aucun d’entre eux n’avaient vu à quoi ressemblait le navire. Ils allaient avoir une sacré surprise.
Mais il fallait faire vite, car au loin Zaïmon pouvait apercevoir deux bateaux de la marine qui venaient dans cette direction. Ils devaient avoir été repérés, c’est pourquoi ils devaient partir d’ici au plus vite s’ils ne voulaient pas avoir de surprises lorsqu’ils atteindraient Renverse Mountain. Heureusement, de là ou il était, le capitaine pirate put apercevoir ses nakamas. Ils étaient situés à proximité du quai, et autour d’eux, une foule nombreuse les entourait.


Regardez !! Un bateau s’approche du quai !!



Il… il est immense !! Il porte un pavillon pirate !!

Il y a un homme sur l’avant du pont !


Le bateau ne passait pas inaperçu en effet, et c’est justement grâce à ça que Zaïmon allait pouvoir guider son équipage.


Car oui, immense de son piédestal, le navire était vraiment l’un des plus beaux éperons qui puisse exister. La coque, bleue indigo, donnait un aspect singulier et caractéristique, qui en disait long son constructeur. Il voguait fièrement à travers les eaux et semblait les « fendre » avec son piédestal imposant, car oui le bateau était vraiment immense. Il possédait trois mats gigantesques qui étaient équipés chacun de trois voiles tout aussi immenses. Plusieurs pavillons noirs montrant de quel bord étaient ceux qui y résidaient, désignaient un crâne blanc avec des lunettes rouges ainsi qu’un manteau bleu. L’étendard des Niru No Kaizoku.
Un bateau spectaculaire, qui brillait et étincellait sur l’océan azur. Les écumes océaniques ne le rendait qu’encore plus beau.
Un chef-d’œuvre de la charpenterie. On comprend maintenant pourquoi son capitaine était aussi fier de lui, tant de son apparence que de sa forme générale. Même les habitants de Luvneel semblaient vraiment étonnés de la beauté du navire, qui découlait de la fierté et « le préstige marin » que l’équipage des Niru No Kaizoku pouvait avoir.
L’homme debout sur la figure de proue voyait ses cheveux bleus et sa cape rouge voler au vent. C’était Zaïmon, dégageant une aura de charisme presque légendaire. Il était là, imposant sa magnificence à la foule présente sur le quai.


OIIIIIIIIII BROTHEERRSSSS’!!! Voici votre nouveau navire !! J’espère que vous l’aimez !! C’est notre nouveau nakama, il nous accompagnera tout le long de notre trajet sur Grand Line !!! HA~ha, embarquez mes pirates, nous allons conquérir le monde !!! DEHEHEHAHAHAHAHA !!!



s’adressant après aux habitants de Luvneel HOY, HABITANTS DE LUVNEEL ! J’ESPERE QUE VOUS REALISEZ A QUEL POINT VOUS AVEZ ETE CONS DEPUIS LE DEBUT !! ET SI VOUS ETES ENCORE PLUS STUPIDES POUR NE PAS NOUS CROIRE… ON REVIENDRA POUR VOUS PROUVER QUE SHANDORA EXISTE VRAIMENT !!

Charismatique et vigoureux, voilà comment on pouvait décrire l’attitude de Zaïmon en ce moment si épique. Les habitants le contemplaient avec concertation et étonnement, considérant ainsi les dires de ce pirate qui leur est encore inconnu. Et pourtant, ce n’était que le début… ils allaient en entendre parler de cet homme et de son équipage aux volontés d’acier.

Pegasus et Kayl avaient l’air vraiment impressionnés par le bateau, leurs visages le montraient bien. Cela ne faisait que sourire Zaïmon, qui ne pouvait être que de plus en plus fier de son bateau. Il était bien content que ça leur plaise, car ce n’était pas un simple bateau. C’était aussi une sorte de « maison », car les trois hommes allaient vivre dans ce bâtiment pour toujours. Et puis pour Zaïmon, c’était un nouveau nakama, donc le fait que ses hommes aiment le bateau était comme s’ils aimaient leur nouveau camarade de combat.
Le navigateur et le médecin accompagné de la souris montèrent alors sur le navire en escaladant l’énorme coque grâce à un filet mis à leur disposition. Ceux-ci s’approchèrent de Zaïmon, mais celui-ci était bien plus pressé.


On doit mettre les voiles au plus vite, la marine nous à repérés ! Vite Pegasus, va à la barre pendant que moi et Kayl allons lâcher les voil...

OY ZAÏMON-ANIKI !! POULPI-SAN !! KAYL-ANIKI !! SHANA-CHAN !!! ARIGATOOOOOOOO !!!! PROMETTEZ-MOI QUE VOUS REVIENDREEEEEEEEEEEEEEZZ !!!!

Ovie était en larmes, tant de joie que de tristesse de voir ses amis partir ainsi. Zaïmon lui souriait d’un regard empli de détermination tout en regardant une dernière fois Ovie.

On reviendra c’est promis, nii-chan ! Et à cet instant, je serais devenu l’un des plus grands de ce monde ! Tu entendras parler de moi comme l’homme le plus fort et le plus craint de Grand Line ! DEHEHEHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!


Et c’est sur ces paroles remplies de fortes motivations que le navire majesteux flambant neuf, accompagné de son équipage, quitta les environs de Luvneel. Avec ce bateau, ce serait un nouveau départ, ils pourraient enfin se considérer comme des pirates dignes de ce nom. Oui c’était décidé : quand ils reviendraient ici, ils seraient les hommes les plus grands de ce monde.

FIN DE L’ARC : Merci à tous pour ces grands RPs et vos postes toujours de qualité malgré le départ de James !

Nouvelle destination ===> Sur Les Mers de North Blue

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or

Revenir en haut Aller en bas

Arc Luvneel Partie III : Le Journal de Bord et La Légende sur la Mystérieuse Cité d'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-