AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Jeu 9 Aoû - 13:44


Elle avait craqué. Eden avait conscience qu'elle faisait peut-être quelque chose de risqué pour sa place sur ce rafiot, mais là, elle rendait les armes. Des heures et des heures que la jeune femme mourrait de faim, et personne n'avait annoncé le dîner ou quoi que ce soit. Ils étaient simplement éparpillés à droite à gauche sur le navire, certains dormaient.
Eden aurait été bien incapable de fermer l'oeil. Son estomac émettait de vives réclamations régulières et se tordait horriblement. Une faim d'un autre monde l'avait tenue éveillée sur les planches de bois, pendant des heures avant qu'elle décide de filer à pas de velours dans les cuisines.

Bon, en fait, la "cuisine", c'était une petite pièce avec un comptoir, une table à manger pour huit, un espace de travail et des placards. Justement, la tigresse s'intéressait de très près à ces placards. Son odorat de félin lui avait indiqué celui du fond, en hauteur, qui dégageait une délicieuse odeur de poulet.
Sauf que pour changer, elle avait un problème. Eden était petite. Déjà, elle avait dû se tortiller et se dandiner sur place longtemps avant de réussir à ouvrir complètement ce foutu placard. Et pire, elle n'arrivait pas à l'ouvrir. Youpi.

Appuyée sur son bras gauche puisque l'autre n'aurait jamais pu la soutenir, elle essayait vainement d'attraper la petite boite dans son autre main. Sa balle à l'épaule l'empêchant de lever le bras au-dessus du niveau de l'épaule, elle avait tout simplement l'air ridicule à mimer une vaine tentative pour attraper sa proie.
Comble du ridicule, elle prit soudainement peur en entendant des pas tout près d'elle, et son bras céda. La gamine retomba lourdement sur les fesses parterre, loin de son objectif, et leva son air dépité vers le nouveau venu.
Le pire restait à venir. Son estomac émit le pire gargouillis plaintif de toute une vie.
Su-per.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Jeu 9 Aoû - 17:10

Rob avait passé un peu de temps à flâner sur le navire le temps d'arriver à Alabasta. Il avait pris un journal, et avait regardé les nouvelles du monde. Celui-ci était extrêmement agité ses temps-ci. Depuis Ohara et la victoire de la marine, de nouveaux groupes s'étaient élevés contre l'autorité en place. Le monde bougeait très vite, et bientôt, les révolutionnaires allaient arriver à Alabasta, où ils feraient probablement encore la une des journaux. Mais la gloire, la célébrité ou la reconnaissance dans les journaux n'était qu'une façon de se faire comprendre, une manière de toucher les gens. Le but était que le monde se rende compte de l'incapacité de la marine à protéger les gens, non pas pour qu'ils se sentent terrorisés, mais pour les faire réagir a leurs conditions. Le monde avait besoin d'évoluer, cela faisait trop longtemps que la marine appuyait la dictature du gouvernement mondial. Il fallait séparer les deux groupes et leur donner une autorité différente. En feuilletant son journal, il y vit les primes des plusieurs révolutionnaires, dont lui, cela l'amusait, au moins ils étaient considérés. Et leurs primes étaient assez basses pour ne pas intéresser les membres les plus éminents de la marine. Ils avaient donc un moyen de se faire connaitre.

Il s'était assoupi et avait profité du calme pour se reposer. Il restait encore plusieurs heures avant d'atteindre Alabasta, et il avait l'occasion de reprendre des forces. Depuis Ohara, il avait enchainé les batailles et les blessures, et il devait profiter de chaque temps mort pour récupérer. Il se mit torse nu pour examiner sa cicatrice. Il savait qu'il serait marqué a jamais de la brulure de sa torture. Il n'arriverait jamais non plus à effacer la trace de l'attaque à l'épée de Rosas. Dire que leur amitié était née d'un terrible combat l'un contre l'autre. Il était pris dans ses pensées, et il continua de réfléchir et de se reposer jusqu'en début de soirée. Le soleil était déjà tombé et il se mit à avoir une petite faim. Le repas n'était pas encore préparé. Il voulait prendre un fruit dans la cuisine. Il s'y dirigea tranquillement, sans se précipiter, et juste a quelques mètres de la porte, il vit passer la nouvelle. Eden. Elle entra précipitamment mais très discrètement vers la cuisine. Il fut impressionné de remarquer a quel point elle était discrète et rapide à la fois. Il la suivit en marchant lentement, elle ne semblait pas l'avoir vu. Il marcha tout à fait tranquillement, et fit attention a ne pas faire de bruit pour voir pourquoi elle était si pressée d'aller aux cuisines. Il atteint le seuil de la porte et s’arrêta pour l'observer. Pour lui, c'était toujours intéressant de travailler sa capacité d'analyse.

Il l'observa attentivement. Elle essayait d'ouvrir un placard en hauteur pour y prendre quelque chose. Il la regarda, elle était assez petite et eut beaucoup de mal ne serait-ce que pour ouvrir le placard. D'une manière assez étrange, elle s'était appuyée sur son bras gauche, alors qu'il aurait clairement été plus pratique de s'appuyer sur l'autre vu où elle était par rapport au placard, et lorsqu'elle voulut lever son autre bras pour atteindre le placard, elle fut bloquée, tout simplement. Elle n'arriva pas à le lever au dessus de son épaule. Quelque chose devait l'en empêcher. Si on prenait en compte qu'ayant rejoint la révolution, elle devait avoir eu des problèmes avec la marine, il était assez probable qu'elle ait reçue une blessure au bras l'empêchant de le lever. Il se déplaça pour aller l'aider et prendre la boîte qu'elle voulait et il fut surpris de la voir paniquer et tomber par terre. Il s'approcha d'elle et la relava d'un seul coup. Il devait bien faire 30 centimètres et 30 kilos de plus qu'elle et n'eut aucun mal à la remettre debout. Il prit ensuite la boîte dans le placard, et constata qu'il restait du poulet dedans, probablement des restes du déjeuner. Il mis la boîte sur la table centrale de la pièce et partit se chercher un fruit dans une petite corbeille.

"Excuse moi de t'avoir fait peur, ce n'était pas le but, je voulais juste t'aider".

Il marqua un temps de silence.

"Si tu ne te souviens pas de mon nom, je suis Rob Furlong, mais appelle moi Rob. Dis moi, pourquoi tu n'a pas pu prendre cette boîte avec ton bras droit. Tu as été blessée récemment ?"

Cette petite l’intéressait. Il voulait connaitre son histoire. Elle semblait complètement perdue sur un navire et il s'en étonnait. Bien que beaucoup de personnes ne quittent jamais leur île natale dans leur vie, la majorité des gens voyageaient sur les océans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Ven 10 Aoû - 9:43


Honteuse, Eden se laissa remettre sur ses petites jambes maigrichonnes sans broncher, trop intimidée pour ça. Depuis le départ, ce mec l'avait franchement intriguée. Il dégageait un truc qu'elle ne connaissait pas, qui l'attirait et l'effrayait en même temps. Rien à voir avec le haki ou quoi, mais ça devait avoir à faire avec son milieu. Il se tenait tout le temps droit pour un hors-la-loi, le regard affirmé et visiblement sur ses gardes.
Il posa l'objet de sa convoitise sur la table, sans l'enguirlander ou lui donner de permission. Mais l'estomac d'Eden décida pour elle. Méfiante et sans le quitter des yeux en vue d'une éventuelle réprimande, elle attrapa la boîte et la prit avec elle alors qu'elle s'asseyait parterre.

-Excuse moi de t'avoir fait peur, ce n'était pas le but, je voulais juste t'aider.

Elle hocha la tête sans oser répondre, et plongea la main pour attraper un petit morceau de blanc de poulet, qu'elle avala rapidement, en essayant de ne pas paraître malpropre, mangeant calmement avec retenue. Eden ne voulait pas trop avoir l'air de ce qu'elle était, une gamine de bidonville. Mais le morceau dans sa bouche lui paraissait délicieux, à venir combler le trou béant de son estomac sans délai.

-Si tu ne te souviens pas de mon nom, je suis Rob Furlong, mais appelle moi Rob. Dis moi, pourquoi tu n'a pas pu prendre cette boîte avec ton bras droit. Tu as été blessée récemment ?

Oui, elle avait retenu son nom. Elle le trouvait un peu bizarre, mais elle aimait bien.
Elle stoppa son geste quand il posa sa question, et leva la tête vers lui. "Blessée récemment?" Le terme était faible. Un instant, elle hésita, puis s'essuya rapidement les doigts et retira son manteau élimé.
En faisant ce geste, elle lui montrait son corps, dévoilant les innombrables cicatrices qui le parcouraient, plus ou moins récentes. Les pires étaient celles à son flanc, une vilaine cicatrice due à une ancienne blessure par balle que les marines s'étaient fait un plaisir de couvrir de coups, la balafre qui avait coûté la vue à son oeil, et enfin, la plaie bien mal cicatrisée à son épaule.
Cette dernière était, de loin, la plus laide et la plus douloureuse.
Eden commença à en parler en évitant le regard de Rob, passant les yeux sur son frugal repas improvisé.

- J'ai été capturée deux fois par la marine. La première fois, c'est là que je me suis pris une balle dans les côtes. Un mec bizarre, un reni... rané... Ah oui, un renégat je crois, m'a aidée à m'échapper. La deuxième fois, j'ai dû me démerder seule. Ils m'ont fait payer la mort du dirlo de leur prison, qu'on avait tué. Ce salo... Ce pourri de marine m'a tiré dessus alors que j'étais en cellule, lui de l'autre côté des barreaux. C'était un peu avant que Rosas me ramasse... La balle est toujours là.

Et ça se voyait. Une trace noire violacée témoignait de la présence du morceau de métal. Eden n'y connaissait rien en médecine, mais elle avait fini par comprendre qu'il était probablement planté à un endroit spécial, peut-être dans son muscle ou son os.

- Depuis je peux pas lever le bras, ou même prendre la forme animale de mon zoan...

Eden leva la tête vers lui en mordillant un morceau de poulet, attendant sa réaction. Il n'avait probablement jamais eu à faire à une gamine de bidonville estropiée....


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Ven 10 Aoû - 17:22

Il continua à l'observer. Elle mangeait le poulet. Rien de bien exceptionnel, mais sa façon de le faire indiquait clairement qu'elle n'était pas habituée à manger quand elle le voulait. Cela se voyait qu'elle faisait des efforts pour avoir l'air comme tout le monde. Cela amusa Rob. Mais lorsqu'il lui posa la question, il vit très bien qu'elle était gênée, et qu'elle hésitait à en parler. Elle hésita quelques instants avant d'enlever son manteau et de lui montrer ses blessures. C'était assez moche, particulièrement la cicatrice sur l'épaule. C'était pour ça qu'elle ne pouvait pas lever le bras assez haut. Il regarda rapidement. Peu importe la provenance de ces blessures, c'était horrible. Franchement, blesser une jeune femme comme ça, c'était clairement révoltant. Personne ne pouvait avoir de justification pour blesser comme ça quelqu'un.

- J'ai été capturée deux fois par la marine. La première fois, c'est là que je me suis pris une balle dans les côtes. Un mec bizarre, un reni... rané... Ah oui, un renégat je crois, m'a aidée à m'échapper. La deuxième fois, j'ai dû me démerder seule. Ils m'ont fait payer la mort du dirlo de leur prison, qu'on avait tué. Ce salo... Ce pourri de marine m'a tiré dessus alors que j'étais en cellule, lui de l'autre côté des barreaux. C'était un peu avant que Rosas me ramasse... La balle est toujours là. Depuis je peux pas lever le bras, ou même prendre la forme animale de mon zoan...


Rob avait eu envie de détruire tout ce qui lui passait sous la main en entendant ça, mais il avait fait d’énormes efforts pour ne pas péter un câble. Ce qui le révoltait par dessus tout, c'est que la marine l'ai torturé. Ce genre de pratique n'avait rien a faire dans l'organisation sensée représenter la justice. La justice mondiale n'avait jamais à s'abaisser à de telles pratiques. Cela lui fit penser à ce qu'il avait lu plus tôt sur l'évasion d'un équipage d'Impel Down. Comment ceux qui disaient agir pour la paix pouvaient commettre de telles atrocités ? Il fallait que la marine change. Rob avait chaque jour un peu plus honte d'avoir fait parti de la marine quand il entendait parler de ce genre d'histoires. Il enleva son manteau pour montrer à la jeune femme son horrible cicatrice de torture que lui avait fait Moriss.

"Tu n'es pas la seule à avoir été torturée. A la bataille d'Ohara, j'étais encore un marine, j'ai combattu Rosas et il m'a largement entaillé ici, mais ce n'est pas important, grâce a lui j'ai ouvert les yeux sur la véritable nature de la marine. J'ai fui avec les révolutionnaires. J'étais blessé et on m'a amené à Lapita, un QG de la révolution. Et c'est la que j'ai été torturé. Le lieutenant Moriss, qui dirigeait l'île m'a torturé, il a posé une torche allumée sur mes blessures."


Il remis son manteau, laissant le temps a Eden d'assimiler tout ce qu'il venait de dire. Cela allait probablement la choquer, mais elle ne pourrait pas rester dans la révolution si elle n'était pas prête à tout entendre et tout voir. La vie de révolutionnaire impliquait d’énormes risques. Le temps qu'elle réagisse, il prit un journal sur la table qui trainait la, il était plus daté que celui qu'il avait lu pendant l’après midi, il datait d'après la bataille d'Ohara. C'était impressionnant de voir comme le monde évoluait. C'était tant mieux. Depuis Ohara, Rob avait parcouru du chemin. Il attendit la réaction d'Eden, le journal dans une main, un abricot dans l'autre. Il commençait à manger tranquillement son fruit. Avant qu'elle ne réponde, Rob ajouta.

"Maintenant que tu es des nôtres, tu pourrais te faire opérer pour qu'on te retire la balle que tu as dans l'épaule. Ça te nécessiterait quelques jours de repos, mais après, tu pourras surement reprendre ta forme animale."


Son zoan pourrait être utile à la révolution. Chaque volonté aidait la révolution, mais lorsque la force et la capacité au combat suivait, c'était encore mieux. Si elle récupérait sa forme animale, elle pourrait être très utile à la révolution. Mais ce n'était pas la seule raison. Rob avait envie de l'aider. Cette petite devait avoir eu une enfance difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Sam 11 Aoû - 11:33


Lorsqu'il enleva à son tour son manteau, Eden détourna d'abord les yeux, un peu intimidée, puis revint voir ce corps qu'il lui montrait. Lui aussi avait eu son lot, apparemment. Ses yeux rouges affrontèrent la vision de sa blessure.

-Tu n'es pas la seule à avoir été torturée. A la bataille d'Ohara, j'étais encore un marine, j'ai combattu Rosas et il m'a largement entaillé ici, mais ce n'est pas important, grâce a lui j'ai ouvert les yeux sur la véritable nature de la marine. J'ai fui avec les révolutionnaires. J'étais blessé et on m'a amené à Lapita, un QG de la révolution. Et c'est la que j'ai été torturé. Le lieutenant Moriss, qui dirigeait l'île m'a torturé, il a posé une torche allumée sur mes blessures.

Eden ne pût s'empêcher de ses bras autour d'elle-même en imaginant la torture. La jeune femme a avait déjà vécu bien assez de souffrances différentes pour savoir combien il avait dû avoir mal, si bien qu'elle avait l'impression de subir à son tour la même blessure que lui. Les petites marques rondes de brûlures de cigarettes à son bras n'étaient rien en comparaison, et elle le savait.
Il remit son manteau, mais elle restait plongée dans ses souvenirs. A bien y regarder, les images qui défilaient sous ses yeux étaient sensiblement les mêmes. Son corps en gardait des traces indélébiles, dont elle était fière et qu'elle haïssait à la fois. C'était Eden, de se dire que si les cicatrices étaient toujours là, elle aussi elle était toujours là.

Il attrapa le journal, qu'elle aurait été bien incapable de lire, et un fruit.

-Maintenant que tu es des nôtres, tu pourrais te faire opérer pour qu'on te retire la balle que tu as dans l'épaule. Ça te nécessiterait quelques jours de repos, mais après, tu pourras surement reprendre ta forme animale.

Elle leva la tête vers lui, puis lui sourit mais secoua la tête.
Puis, elle revint à son poulet, évitant en fait son regard elle avait un peu honte de ce qu'elle allait dire.

-Je n'ai pas d'argent pour payer un médecin. Je suis désolée, je sais que mon fruit vous aiderait beaucoup.

Elle baissa la tête.

Eden n'avait pas été éduquée, et avait des notions très limitées de la valeur des choses. Dans sa tête, absolument tout avait un prix, et surtout des soins. C'est simple, elle n'en avait quasiment jamais eu.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Dim 12 Aoû - 20:31

Rob observait toujours les réactions d'Eden pour essayer d'en apprendre plus sur elle. Les gens ne voient que rarement certains détails qui crient une vérité. Les plus petits détails offrent parfois plus d'informations sur une personne que ce qui se voit sans difficulté. Elle semblait avoir mal rien qu'en imaginant les tortures qu'avait subi Rob. Elle savait ce que c'était. C'était pour ça. Elle se les imaginait, parce qu'elle avait été torturée et qu'elle aurait très bien pu subir le même sort que Rob. Même si elle avait été torturée, cela ne dépassait pas la violence et la brutalité de ce qu'avait subi Rob lorsqu'il était avec le lieutenant Moriss. Elle finit par se ressaisir assez rapidement pour répondre à la proposition de l'ancien marine.

-Je n'ai pas d'argent pour payer un médecin. Je suis désolée, je sais que mon fruit vous aiderait beaucoup.

Elle n'avait connu que la rue. C'était scandaleux. La vie en avait fait une fille toujours sur ses gardes, prete à tout pour survivre, mais surtout brisée. Elle le cachait assez bien, mais Rob savait que ce genre de réaction cachait beaucoup de choses. Elle n'avait jamais connu l'amitié ou ce genre de sentiments. Sinon elle saurait qu'entre les révolutionnaire, il n'y avait aucune relation d'argent. Et entre les membres d'un même équipage non plus. Surtout les révolutionnaires. Après tout, ils l'avaient soigné à Lapita, en sachant très bien qu'il appartenait à la marine. Et même si la folie de Moriss l'avait amené à l'interrogé et à le torturer, les révolutionnaires avaient toujours pris soin de lui.

"Tu es dans une organisation maintenant, un équipage, jamais on ne te fera payer des soins, ils te seront offerts gratuitement, si il fallait payé pour les soins, je serais bien dans la galère, je rentre souvent de mission blessé, et cela plusieurs mois que j'ai quitté la marine et que je ne suis plus payé, mais jamais, jamais on ne te fera payer des soins qui te seront nécessaires. Demandes à te faire opérer après Alabasta, tu mettras plusieurs jours à t'en remettre, et il te faudra te réadapter, et surtout à ta forme animale, mais ne t’inquiète pas, si tu veux te faire opérer, je serais la pour l'opération et la convalescence."


Il était touché par le sort d'Eden. Il voulait l'aider, mais il était bien incapable de l'opérer lui même, même si la marine enseignait des bases en médecine aux officiers, c'était juste assez pour utiliser un kit de soins pour limiter les dégâts le temps qu'un vrai médecin s'en occupe. Et il ne pouvait pas l'aider en l'opérant, mais il pouvait au moins être là pour l'aider à supporter l'opération et la convalescence. Il lui faudrait réapprendre à utiliser sa forme animale. Il voulait aussi lui apprendre à faire confiance. C'était quelque chose de franchement difficile parfois, et dans son cas, ça devait l'être, mais elle était dans un équipage maintenant, elle ne devait pas passer sa vie à se méfier de tout, et de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mar 14 Aoû - 11:54

Dans la petite tête d'Eden, ça trottait à toute allure. Qu'est-ce que Rob disait? C'était contraire à tout ce qu'elle avait appris par elle-même jusqu'alors.

- ...Tu es sérieux?

Depuis toute petite, Eden avait été seule. Vraiment seule. A tout avouer, elle aurait dû dire qu'elle n'avait jamais fait partie de quoi que ce soit approchant du nom de groupe, ou d'amis. Elle avait grandi avec la vision que tout ce qui était pris devait être payé, par l'argent ou le sang.

Soudain, elle réalisa qu'elle était au sec, à l'abri de la pluie et du vent, sur un bateau qui quittait son île, l'éloignait du QG mille fois haï de la marine. Ses dents mordaient dans de la nourriture qui n'était pas volée, à laquelle elle avait réellement droit. Rob lui parlait de soins qu'elle n'aurait jamais espéré auparavant.
Elle repensa à toutes les fois où son refuge n'avait été qu'un bout de bois, un squelette de navire ou un minable reste de toile de tente. Eden secoua la tête. Elle n'avait pas envie d'y repenser. Elle leva la tête vers Rob, le fixant de son unique oeil valide.

- Tu ferais ça?

Elle posa une main sur son épaule. Après Alabasta, elle pourrait peut-être réutiliser normalement et pleinement son épaule, et surtout, redevenir une vraie tigresse. Eden était sauvageonne dans l'âme, ça avait été sa façon de vivre depuis si longtemps...
Là, elle partait découvrir le monde ailleurs que sur son île, et elle sentait qu'elle aurait besoin de toutes ses forces, à la fois pour devenir une révolutionnaire mais aussi pour elle-même.

Elle regardait Rob avec envie. Il semblait fort, sûr de lui, et déterminé.

- Tu as un fruit toi? Tu te bats comment? Moi j'ai appris toute seule mais toi tu as dû être entraîné non?

Elle le devinait à sa façon de marcher. Comme un marine, il avait des habitudes rigides, et des réflexes qu'on n'obtenait que par l'entraînement. Tout le contraire d'Eden, qui avait dû pousser la finesse des ses instincts primitifs au maximum, et c'était développé un style personnel adapté à son type de combat et sa physionomie, ses capacités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mar 14 Aoû - 12:58

Elle avait l'air très surprise par les paroles de Rob. Elle avait vraiment eu une enfance difficile. C'était certain. Son esprit avait été perverti par sa condition, et elle avait toujours vu les autres comme une source de problèmes et un potentiel ennemi. Elle avait rarement connu une relation saine avec quelqu'un, voir même peut être jamais. Rob devait essayer de changer ça. Il commençait à avoir envie de lui apprendre la vie, la vie saine qu'il avait. Une vie avec des proches, des amis, un espoir, une vie différente de celle qu'elle avait eu. Il avait envie de la protéger.

- Tu ferais ça?

Elle avait été choqué par la proposition de Rob de rester avec elle après son opération. Il aurait voulu pouvoir l'opérer lui même, mais c'était impossible. Alors il lui avait proposé de rester avec elle. C'est tout ce qu'il pouvait faire pour elle. Mais apparemment, c'était déjà beaucoup pour elle. Ça lui avait semblé normal d'aider un autre membre de la révolution, mais pour elle, c'était déjà beaucoup moins évident. Pour la rassurer, Rob pris Eden dans ses bras, en faisant attention à ne pas appuyer aux endroits où elle avait été blessée. Il lui glissa à l'oreille.

"Oui, je t'aiderais après ton opération."

Il la relâcha juste après. Il espérait ne pas l'avoir trop troublée, mais elle devait savoir qu'elle pourrait compter sur lui. Elle allait apprendre à faire confiance. C'était nécessaire, non seulement pour elle, mais aussi si elle voulait pouvoir s'intégrer correctement dans l'équipe. Il lui fallu quelques secondes avant de reparler. Elle avait du être assez troublée. Mais sa question choqua Rob. Il s'attendait à autre chose, mais soit, il lui répondit complètement naturellement.

- Tu as un fruit toi? Tu te bats comment?
-Je suis un archer d'élite. J'utilise mes talents de tireur. Mais je sais aussi me battre correctement au corps à corps depuis que j'ai mangé le fruit du ressort."

Il ignorait pourquoi elle tenait à savoir comment il se battait. Mais bon, il lui avait répondu. Il avait senti qu'au début, elle était un peu intimidée par lui. Peut être que ses manières d'archers se voyaient sur sa posture. Les archers se tenaient toujours très droit, la tête haute, cela venait de la posture de tir. Ou alors c'était peut être la manière de se tenir des marines. Enfin cela n'importait pas vraiment. Mais il s'étonnait qu'elle ait voulu savoir comment il se battait. Ce n'était pas forcément quelque chose dont on parlait entre amis, mais soit. Cela venait probablement de son manque de relations sociales. C'était quelque chose qu'il lui faudrait remédier pour mieux s'intégrer à la révolution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mar 14 Aoû - 19:00


Eden était tétanisée. C'est chaud, c'était doux, c'était agréable et ça lui faisait peur. C'était la première fois que quelqu'un la prenait dans ses bras, de ce que ses souvenirs lui en disaient. Pas de souvenir d'une mère autrement que par un nom, et des images flou d'un père indifférent qui ne l'avait tenue autrement que par la peau du cou avant de l'abandonner.
Mais il y a avait Rob, et ces bras, là, qui l'entouraient. Son instinct animal lui disait de fuir, que c'était dangereux de se laisser "attraper" ainsi. L'autre partie d'elle, la petite Eden orpheline, découvrait avec plaisir a chaleur d'une étreinte pour la première fois, et cette envie d'y rester pour toujours, du moins plus longtemps. Et puis, il y avait cet petit bout d'elle-même à peine cultivé qui sortait, cette rougeur sur ses joues, comme lorsqu'elle voyait son corps de femme dans une glace et passait une main maladroite dans ses cheveux dans une vaine tentative de se trouver... Enfin... attirante...

-Oui, je t'aiderais après ton opération.

Lorsqu'il la relâcha, Eden se trouva les joues envahies de papillons écarlates, agrippée par la folie douce du moment.

Elle reçut sa réponse d'une oreille un peu défaillante, mais tâcha de reprendre un peu contenance, les joues roses d'une joie qu'elle gérait mal.

- Un peu comme moi... Je crois. Quand je peux, je tire au fusil longue portée... Sinon, je me bats au corps à corps. Je suis rapide. Un pirate m'avait dit que mon style de combat ressemblait un peu à de la boxe thaï et de la gym, ou de la voltige.

En réalité, elle n'était plus aussi performante qu'avant. Elle avait beaucoup perdu avec son bras et son oeil. Son angle mort restait son pire point faible. A présent, Eden le gérait comme un appât, mais bien sûr la réussite de cette stratégie de dépit ne tombait qu'avec parcimonie.

Se levant pour mimer les gestes espionnés derrière les fenêtres des maisons, elle posa la boîte à présent vide sur la table et se rinça maladroitement les mains sous l'eau.

- Ca... Ne te dérange vraiment pas? Je viens de... Enfin, j'ai pas grandi comme vous... Tensei, Rosas et toi avez tous l'air propres, bien éduqués et tout... Moi j'ai pas été à l'école, j'ai jamais vécu trois nuits de suite au même endroit, je me battais pas pour une cause mais pour... Pour survivre.

Eden exprimait à haute voix ses peurs. Elle guettait la réaction de Rob de son oeil valide, l'autre un peu caché sous ses mèches rouges rosées. Et encore, ses mots étaient bien faibles. Leurs tenues lui faisaient envie par leur propreté, même si elle savait qu'elle tenait beaucoup à ses propres vêtements. Ses cheveux n'avaient jamais été propres, et leur couleur rouge n'était pas seulement d'origine. Son propre sang les avait souvent rendus poisseux alors que quelque sale type la cognait.
Il y a longtemps qu'elle avait laissé sur un bout de trottoir l'idée d'être jolie. A présent, Eden se trouvait trop couturée de cicatrices, trop borgne et trop sale pour se considérer comme une femme. Elle se sentait mi-enfant mi-animale, ou du moins c'était ce qui l'arrangeait. Elle avait grandi avec la certitude que la beauté était un accessoire qu'elle n'avait pas le luxe de se permettre.
Pas elle qui se battait tous les jours, comme une sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mar 14 Aoû - 19:52

- Un peu comme moi... Je crois. Quand je peux, je tire au fusil longue portée... Sinon, je me bats au corps à corps. Je suis rapide. Un pirate m'avait dit que mon style de combat ressemblait un peu à de la boxe thaï et de la gym, ou de la voltige.

Rob découvrait avec plaisir qu'Eden était comme lui, d'une certaine façon. Elle se battait comme lui, préférant la longue distance au corps à corps mais étant largement capable de se défendre de près. Mais elle n'avait pas souvent l'occasion de tirer. Mais quelque chose marqua l'attention de Rob. Elle ne pouvait pas tirer avec un seul œil. Sinon elle s'exposait à une attaque. Le tir de précision nécessitait énormément de concentration. Et cela obligeait à faire abstraction de tout ce qui n'était pas utile pour l’œil qui visait. Cela voulait dire qu'elle allait devoir se mettre en danger à chaque fois qu'elle tirerait. C'était un énorme handicap pour un tireur. Il fallait pouvoir compter sur ses deux yeux. C'était mieux pour pouvoir se défendre en cas d'urgence. Un tireur est aveugle de l’œil avec lequel il vise. C'était quelque chose qu'il avait remarqué bien plus d'une fois. Lorsqu'il tirait, il ne voyait pas les ennemis arriver du coté droit, parce qu'en visant avec l’œil droit, il se forcer à garder extrêmement concentré son œil.

- Ca... Ne te dérange vraiment pas? Je viens de... Enfin, j'ai pas grandi comme vous... Tensei, Rosas et toi avez tous l'air propres, bien éduqués et tout... Moi j'ai pas été à l'école, j'ai jamais vécu trois nuits de suite au même endroit, je me battais pas pour une cause mais pour... Pour survivre.

-Je n'ai pas grandi dans la meilleure des conditions non plus. J'ai du travailler très jeune pour aider ma famille. Et je me suis engagé dans l'armée d'Alabasta puis dans la marine des que j'ai pu. C'était l'assurance d'un salaire fixe, et j'en envoyais une bonne partie à mes parents. C'était de simples marchands. Ce n'est pas comparable avec ce que tu as vécu, mais ce n'était pas une partie de plaisir. Et propre ? C'est la marine qui m'a enseigné à rester propre. C'est une vieille habitude que j'ai gardé. Et avoir un minimum d'hygiène permet d'éviter les maladies et les infections. Si je n'avais pas attention à mes plaies, j'aurais pu mourir à cause d'une infection. Et même si on se bat pour une cause, on se bat également tous pour survivre. Mais parce que l'on sait que lorsqu'on survit, on peut faire avancer notre rêve."

C'était quelque chose qu'elle n'avait pas connu non plus. Le rêve qui consiste à améliorer la vie des autres. C'était quelque chose qu'il allait essayer de lui apprendre. C'était étrange, elle était un mélange d'enfant et d'animal, enfin c'était comme ça que Rob le percevait. Le coté animal lui avait permit de survivre, et l’absence d'éducation ou de quelque figure affective que ce soit l'avait rendu solitaire et méfiante. Mais elle pouvait encore voir évoluer sa mentalité. Il lui manquait juste une bonne personne pour la guider. C'était quelque chose d'inédit pour Rob. Il n'avait jamais été protecteur envers ses hommes. Il n'était qu'un lieutenant neutre, ni trop affectif, ni trop exigeant avec ses hommes. Et là qu'il s'agissait d'une petite fille venant de la rue, il se sentait obligé de l'aider. Il voulait améliorer la marine. Mais cela ne servait à rien si il n'effaçait pas ses crimes. Et c'était une façon d'effacer les torts que la marine lui avait fait. Elle avait du subir les foudres d'un quelconque enfoiré. Le dernier à avoir voulu profiter de sa position de marine devant Rob avait fini avec une flèche dans le ventre. La marine avait de la chance, elle bénéficiait d'une position forte, mais cela ne devait pas durer. Cette marine ne faisait pas respecter la loi. Elle était pourrie jusqu’à la moelle. Ses représentants donnaient envie aux jeunes de finir pirates ou révolutionnaires. Avant de garder la paix, elle devait représenter quelque chose d’honnête et de protecteur. Il y aurait toujours des gens qui désapprouveraient. Mais si les citoyens devaient avoir peur de la marine, alors cela n'avait aucun sens. En regardant Eden, il comprenait pourquoi il avait choisi d'honorer son devoir de marine. Son surnom officiel était "Le traître". Cela le faisait bien rire. C'était parce qu'il voulait la justice qu'il avait quitté la marine. Il n'avait pas trahi son serment d'aider les gens.

Rob regarda vers dehors. La nuit était tombée depuis un moment. Il commençait à fatiguer. Et ils n'allaient pas tarder à atteindre Alabasta. Il aurait besoin de forces pour tenir là bas. Il commença à se diriger vers la sortie de la cuisine.

"Tu ferais bien d'aller dormir. Alabasta ne pardonne pas aux gens qui n'y sont pas préparés. Et pour cela, il faut être bien reposé, et avoir de quoi boire et manger. Je te conseille de te reposer, et avant de partir de manger et de boire. Et au fait, tu n'a pas besoin de venir ici en pleine nuit. Tu peux manger et boire quand tu le désires. Personne ne t'en empêche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mar 14 Aoû - 22:43

Eden passa une main dans ses cheveux sales. Si Rob disait vrai, elle pourrait peut-être espérer pouvoir se trouver vraiment complètement propre un jour? Combien de fois elle avait rêvé du luxe d'une douche, ou d'un bain... Mieux, pouvoir rentrer dans une boutique de vêtements et essayer des tas de fringues.
Enfin, Eden ne voulait pas s'emballer. Elle avait appris que trop rêver décevait parfois beaucoup. Mais avec Rob, elle se sentait pousser des ailes. Elle n'analysait pas bien ce sentiment. Eden n'avait jamais été protégée, couvée ou même soutenue une seule fois. Sauf que là, elle avait cette sensation dévorante que cet homme pouvait lui élargir son petit monde, la pousser là où elle n'avait jamais été poussée.

Leur étreinte de tout à l'heure, elle aurait voulu y avoir droit encore une fois, juste une fois. Ca lui faisait penser aux petites princesses qui paradaient dans les rues de la haute ville, de retour dans sa ville, aux bras de leur grand frère, ou de leur père.
Du coin de l'oeil, elle observait timidement Rob. Il pouvait devenir qui, pour elle? La première personne à qui elle ferait confiance, peut-être même.

Elle aimait bien quand il parlait. Rob avait des choses à raconter, des choses qu'elle ne connaissait pas et qu'elle mourrait d'envie de découvrir. Elle aurait voulu savoir lire, pour au moins décrypter les journaux et ce qu'ils racontaient du monde. Elle attrapa le journal alors que Rob allait sortir, et le posa parterre à côté d'elle. Heureusement, il y avait des photos, que son oeil aimait regarder dans tous les sens.

Elle comprit qu'il était fatigué, et qu'il allait partir. Elle n'osa pas le retenir. A vrai dire, elle aussi était un peu fatiguée. La journée avait été longue et pénible. Son estafilade à la cuisse avait cessé de saigner, mais son flanc commençait à la lancer, comme souvent le soir. Eden se coucha sur le sol, roulée en boule sur le flanc.
Puis, alors qu'elle le regardait en fermant les yeux, elle releva soudain la tête, et hésita un peu à poser sa question, mais la posa quand même.

- Tu... Tu as vraiment été marine?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Mer 15 Aoû - 11:05

Rob, en partant, avait remarqué qu'elle comptait dormir la. Dans la cuisine. Par terre. Ce n'était pas le meilleur endroit rêvé pour se reposer. Mais elle aurait du mal à passer du jour au lendemain de la vie dans la rue à la vie sur un navire. Mais en restant ici, elle allait se faire réveiller par tous ceux qui auraient un petit creux dans la nuit. Elle risquait d'être réveillée, et il ne savait pas encore comment elle réagirait. Il valait mieux éviter les problèmes. Au moins le temps qu'il arrive à la sociabiliser. Il repasserait dans la nuit pour la mettre ailleurs. Il lui trouverait un petit coin tranquille. Peut être même sa cabine. Il devraient partir très tôt, à l'aube. Alors qu'il allait sortir de la cuisine, Eden lui posa une question "poignée de porte". Une question qu'on ose jamais vraiment poser en face de quelqu'un, ni dans des situations normales, et qu'on préférait poser en partant, pour éviter que ça ne dure trop longtemps, de peur d'entendre quelque chose qui nous déplaise.

- Tu... Tu as vraiment été marine ?

-Oui, j'ai été lieutenant de la marine. Mais je l'ai quitté peu après qu'un de mes supérieurs essaye de violer des jeunes filles qu'on venait de sauver. Et je l'ai tué juste avant. Je me suis engagé parce que je recherche la justice pour tous. Et la marine, en l'état actuel, ne me permet pas d'obtenir cette justice pour tout le monde. Tous les marines ne sont pas pourris, mais ceux qui le sont décrédibilisent l'image de la marine. Je ne suis plus marine, c'est tout ce dont tu as besoin."

Il avait compris pourquoi elle avait posée cette question. Il sortit sans lui laisser le temps de répondre. Elle était en plein dilemme intérieur. Rob l'aidait, et il avait été marine. C'était deux choses qu'elle ne considérait pas comme compatible. Et avec la vie qu'elle avait eue, c'était bien normal. Il espérait vraiment qu'elle saurait aller plus loin que l'apriori qu'elle avait sur les marines. Lui même avait tout vu dans la marine. Des gens comme lui, qui essayaient de rendre le monde meilleur. Et des fous qui, si ils ne faisaient pas parti de la marine, auraient déjà été balancés au bout d'une corde. Mais pour que ça puisse marcher, il fallait que la marine change. Il savait ce qu'il avait à faire. Si Tensei réussissait, qu'il renversait le gouvernement mondial. Rob devrait s'occuper de la marine. Car il y aurait toujours une marine, ou une force équivalente, pour s'occuper des gens incapables de se défendre tout seuls. Et Rob devrait s'en occuper. C'était le seul moyen qu'il voyait pour que ça corresponde à ce qu'il imaginait du nouvel ordre mondial que Tensei voulait instaurer.

Rob partit vers sa cabine. Vu qu'il avait été blessé, il avait le droit à une cabine personnelle pour s'occuper de ses blessures. La majeure partie des révolutionnaires dormaient dans un dortoir commun, mais quelques uns avaient eu le droit à une chambre à part. Pour blessures, ou par grade. Tensei et Rosas avaient la leur. Rob avait la sienne pour pouvoir prendre soin de sa cicatrice. Il était obligé de la nettoyer tous les jours pour éviter une quelconque infection. Il arrivait parfois que la zone brulée soit à vif à cause de déplacements trop rapides avec son fruit ou parce qu'il poussait son corps. Et il devait donc faire attention à cela. Il appliqua de nouveaux bandages sur sa cicatrice, prit sa couverture et sortit. Il alla directement aux cuisines. Il ouvrit doucement la porte, pour voir si Eden dormait. Elle était la, roulée en boule à coté de la table. Un peu comme une gamine qui aurait froid. Il enroula la couverture autour d'elle, en faisant bien attention à ne pas la réveiller. Puis il la porta doucement, en faisant attention à ses blessures, jusqu'à sa chambre. Il la posa doucement sur le lit. Ce serait plus confortable qu'un journal par terre. Mais elle n'avait pas connu autre chose. Cela la troublerait au petit matin, quand elle se lèverait. Mais c'était mieux pour elle. Il sortit de la cabine et partit dormir dans le dortoir commun, avec les autres révolutionnaires. Eden n'était pas prête à dormir au milieu de plein de personnes. Et elle ne le serait peut être jamais. Alors que pour Rob, cela lui rappelait juste quand il était simple soldat. La couchette du dortoir n'était pas aussi confortable que le lit qu'il avait dans sa chambre, mais c'était habituel pour lui. Et puis il s'était occupé de sa cicatrice, il n'avait plus besoin d'intimité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive Dim 26 Aoû - 22:52



"Je ne suis plus marine, c'est tout ce dont tu as besoin"

Il avait tout résumé en quelques mots. Eden n'avait presque pas écouté les précédentes phrases. Pour son excuse, elle était épuisée. Mais surtout, ça la rassurait, justement. Pour la jeune femme "la marine", c'était comme une menace palpable qui pesait toujours au coin d'une rue. Parfois, elle avait même peur de ces foutues mouettes qui la narguaient d'en haut.
Et dans un sens, Rob lui faisait un peu peur aussi. Il avait été marine autrefois. Elle frissonnait à l'imaginer portant la tenue des officiers, mais cette peur se dissipait sitôt que son regard passait sur l'homme qu'il était à présent. Elle n'était pas encore sûre de sa toute petite place dans la révolution, mais au moins voulait-elle croire en ceux qui l'avaient aidée.

Tard dans la nuit, Eden se réveilla brusquement. C'était une vieille habitude, un réflexe pour vérifier... Qu'elle était toujours là.
Mais elle fut surprise de se trouver dans un lit, très confortable, enveloppée dans une couette merveilleusement douce, sur un oreiller chaud, dans une cabine à l'abri. Un instant, elle fut un peu paniquée. Puis, son odorat félin reconnu son odeur.
Soudain prise d'un curieux sentiment, elle se tortilla dans les draps rassurants. Ses pieds se défirent de leurs bottes, qui tombèrent à terre. Son gilet, puis son short les rejoignirent bientôt. Eden posa doucement la joue contre le moelleux coussin, et ferma les yeux. Mais elle mettrait longtemps avant de ne plus guetter les pas dangereux, les plaintes de son estomac ou la morsure du froid, avec des réveils soudains.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive

Revenir en haut Aller en bas

[Flashback]Sur la route d'Alabasta, une discussion tardive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Sur les mers de Grand Line-