AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Flash-back : Un combat forrestier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Flash-back : Un combat forrestier. Sam 22 Sep - 12:47

    La tempête battait son plein. Le navire était secoué de part en part, mes hommes essayaient tant bien que mal de maintenir la direction du navire. Dans les geôles de notre cale, un criminel bien recherché : Eustache Nemrod. Il s'agissait d'un homme particulièrement dangereux et recherché depuis quelques mois dans North Blue. Il s'agissait d'un tueur professionnel qui avait commis de nombreux assassinats. Physiquement, il avai l'air d'un homme quelconque, mis à part sa cicatrice qui parcourait son oeil gauche ainsi que ses cheveux verts peignés vers l'avant. Il avait développé une technique de combat basé sur le lancer. Avec celle-ci, n'importe quel objet lancé sur une cible pouvait être mortel. Nous avions donc pris soin de l'enchainer solidement au niveau inférieur du navire. C'était une troupe de chasseurs de primes qui avaient mis la main sur ce malfrat et avaient empoché au passage la coquette somme de 9 millions de berrys. Ma mission était de transférer ce prisonnier à la base la plus proche.

    Seulement, une tempête nous avait gagné. Il y avait en tout quinze soldats de la marine, un caporal ainsi que moi-même pour escorter l'assassin jusqu'à la potence. Alors que des vagues de plus en plus grandes faisaient trembler de fond en comble notre rafiot, un éclair magistral s'abattit sur le mât d'artimon, l'embrasant immédiatement. La pluie, l'écume, le feu. Le vaisseau n'allait pas tenir bien longtemps. Si seulement j'étais capable de faire léviter des objets aussi gros que ce navire ... La preuve que j'étais bien loin de maitriser mes pouvoirs. Je sortai alors de ma cabine pour évaluer les dégâts. Catastrophiques, bien entendu. Mon sang ne fit qu'un tour lorsque je vis le bateau s'ébranler dans tous les sens. Nous étions perdu. Alors je distribuai mes ordres afin d'éviter l'impensable. Si je tombai à l'eau, c'était la mort assurée pour moi. Je jouais donc ma vie. C'est alors que je vis se former une vague des plus gargantuesques à tribord. Elle fit chavirer le navire, et je perdis connaissance.

    J'ouvris les yeux. Etais-je mort ? Avais-je rendu l'âme ? Mes soldats se tenaient autour de moi. Ils étaient tous au complet, mis à part le caporal qui semblait être blessé au genou, ainsi qu'un de mes matelots, étendu sur le sol, le crâne baignant dans une flaque de sang. Il faisait beau, et nous étions sur une plage. La plage d'une île déserte à la végétation luxuriante pour être plus précis. Je me redressai.


    " Sergent ... Vous allez bien ? "

    " Un peu sonné ... Caporal ! Au rapport. "

    " Il semblerait que notre navire n'était pas si loin du rivage de cette île. Après que le vaisseau ait sombré, nous vous avons cherché dans les eaux pendant quelques minutes au péril de notre vie. Puis à la force de quatre hommes, nous avons pu vous amener sur le sable, à l'abri du danger. Vous êtes inconscient depuis exactement cinq heures. Par chance notre escargophone est intact et j'ai pu contacte le QG. Les renforts arriveront dans deux jours, dès que l'ouragan se sera dissippé car il traverse North Blue en ce moment-même. Ce soldat est mort d'une fracture du crâne quelques minutes après notre arrivée sur l'île. "

    " Très bien, caporal. "


    C'est alors qu'un sentiment de doute s'installa en moi. Mon coeur s'emballa. Où était donc Eustache Nemrod ? Notre prisonnier ? Avait-il sombré avec le navire lui aussi ? J'observais la mer et ramarquai qu'un rocher ne se situait près de la côte. Comment ce soldat aurait-il pu mourir d'une fracture à la tête dans ce cas-là ? Peut-être qu'un matériau du navire l'aurait violemment heurté lors du naufrage. Mais dans ce cas-là, il n'aurait pas pu gagner la terre ferme. Péniblement je me relevai, et marchai vers le cadavre de notre frère d'arme. Je lui relevai la tête et inspectai l'arrière du crâne. Mes doigts touchèrent quelque chose de plus rugueux que l'épiderme du soldat. C'était enfoncé. Je retirai alors l'objet inconnu et le scrutai minutieusement avant de le montrer au reste de l'équipage.


    " Messieurs, il s'agit d'un morceau d'écorce. D'une écorce sensiblement similaire à celle qui appartient à ces arbres qui bordent la plage. Autrement dit, quelqu'un a planté ce morceau dans la tête de notre camarade. Ou bien l'a lancé. "

    " Sergent ... Vous voulez dire qu'il s'agit de Nemrod ? Nemrod est sur l'île ? Encore en vie ? "

    " Je ne vois pas d'autre explication. Nemrod est un assassin spécialisé dans le lancer. N'importe quel objet aussi inoffensif soit-il peut se transformer en une meurtrière arme de jet pour cet homme. La forêt est devenue son armurerie ainsi qu'une cachette digne de ce nom. Ce qui est sûr, c'est qu'il a l'intention de tous nous tuer. Notre nouvelle mission est de chasser cet homme et de le tuer. Il est devenu bien trop dangereux. "

    " Sergent, nous n'avons aucune arme pour nous défendre. Nous sommes totalement à la merci de ce psychopathe ! Vous, vous portez encore votre collier qui constitue votre armement, ainsi que vos pouvoirs ? Qu'allons-nous faire ? "

    " Sachez caporal, que je suis prêt à vous sacrifier pour avoir la tête de ce monstre. Mon nirvana est de purifier le monde et d'en faire un havre de paix. Les éléments nocifs à cette entreprise doivent être supprimés.Alors je vous donne deux heures pour vous fabriquer des armes. Javelots, frondes, éclatez-vous. Puis nous partirons à la chasse. Allez-y ! "


    Mes subordonnés obéirent, et se dispersèrent afin de se fabriquer des armes digne de ce nom. Pendant ce temps, j'effectuai une patrouille et me préparai à une éventuelle attaque surprise de la part de notre adversaire. L'heure tourna, et à la fin du temps impartit, mes soldats revinrent, tous armés. Il y avait même un arc. Ces gars-là étaient plus débrouillards que je ne pensais. A un détail près : seuls le caporal et dix hommes étaient revenu. Il manquait quatre de nos soldats à l'appel. Mais peu importe, nous devions nous enfoncer dans la forêt pour débusquer Nemrod. De nos yeux, nous scrutâmes le moindre mouvement suspect. La tension était à son comble, jusqu'à ce que nous tombâmes sur quatre cadavres. Les soldats manquant à l'appel. L'un avait un caillou enfoncé dans le front, l'autre des plumes dans la gorge, puis un autre un bûche dans le ventre et le dernier une aiguille de pin dans le coeur. Un vrai carnage, et je pris conscience à quel point Nemrod était dangereux. Les hommes paniquèrent, nous savions tous qu'il était tout près. Un rire strident brisa le silence. Puis une voix menaçante parla :


    " Alors comme ça notre chère troupe de crusoé est parvenue à se rendre compte à quel point je pouvais être abominable ? C'est la première fois que je tue des soldats, et je dois dire que c'est jouissif ! Quel est le chef de cette troupe ? "

    " C'est moi ! Montre-toi Nemrod et tu ne quitteras pas ce monde aujourd'hui ! "

    " Oh ! Toi ? Un espèce de sac de graisse comme toi ne peux pas commander les fières patrouilles de la marine. Non, non non ... C'est impossible. A qui ai-je l'honneur ? "

    " Sergent Ganesha Ithar ! Maintenant rends-toi ou péris ! C'est toi qui choisis ! "

    " Périr ? Vous, périssez !! "


    Et alors une pluie de projectiles s'abattit sur nous. Mais par miracle, ou par la volonté de l'auteur de ces jets, ni moi, ni le caporal furent touchés par l'offensive. Mais hélas pour nous, cinq de nos compatriotes s'écroulèrent, le corps complètement ravégé par des aiguilles de pins. Je scrutai l'environnement et il n'y avait pas de pins dans les parages ... Si ! Il n'y en avait qu'un. Je levai légèrement la tête et vis un silhouette dans la cime. Afin de ne pas mettre en alerte Nemrod, volontairement je ne levai pas les yeux vers sa position. Alors qu'il éclatai d'un grand rire, j'utilisai mes pouvoirs. Une des boules de métal de mon collier fusa droit vers la silhouette, la percutant de plein fouet et la faisant tomber mollement sur le sol. Je me précipitai vers ma victime et constatai avec effroi qu'il s'agissait du cadavre que j'avais inspecté sur la plage. Nouvel éclat de rire.


    " Tu me prends pour quoi ? Tu crois que je suis assez idiot pour me faire repérer de la sorte ? Vous feriez mieux toi et ta troupe de surveiller les corps de vos compagnons ! Je commence à comprendre pourquoi c'est toi le chef de l'unité ... Tu es doté de pouvoirs spéciaux ! J'ai vu cette grosse perle se défaire de ton collier et voler vers mon leurre. Tu as dû manger un fruit du démon ! Un adversaire digne de ce nom ! Bwhahahaha ! "


    Un léger bruit se fit entendre dans mon dos. Je me retournai, et vit mon caporal, collé contre moi, une branche enfoncée dans sa poitrine. Une larme coula de son oeil droit, et il mourrût. Il venait de me protéger d'un projectile de Nemrod. En analysant la branche, je reconnus immédiatement à quelle espèce d'arbre elle appartenait. Je levai la tête vers le chêne le plus proche, et je le vis. Il était à mi-hauteur, et nos regards se croisèrent. En un instant, il fut parcouru d'un frisson effroyable. Il venait de comprendre que son heure était venue. Je joignis les main devant mon visage tout en les claquant.


    Ashura Viknar : La Percée des Dix Points !!!


    Les dix perles de mon collier se séparèrent et s'élevèrent dans les airs. Chacune des dix boules de métal foncèrent alors sur le pauvre Nemrod qui hurla d'horreur. Son corps fut percuté de plein fouet par ces perles meurtrièrent qui lui éclatèrent le visage et les côtes. Puis il tomba mollement sur le sol, et se vida de son sang. Il avait rendu l'âme. J'avais perdu de nombreux combattants et même l'un d'entre eux avait offert sa vie pour la mienne. Les perles se rassemblèrent et se positionnèrent autour de mon cou, le combat était terminé. Comme prévu, un navire marine arriva deux jours plus tard, et je fis mon rapport au colonel. Finalement, on peut dire que suivant son environnement, certains hommes ont l'ascendant sur les autres ...
Revenir en haut Aller en bas

Flash-back : Un combat forrestier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-