AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

( FB ) Une nuit sombre et sanglante ( END )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lagi E. Namino
Soldat de la révolution
Soldat de la révolution
avatar
Messages : 83
Points d'activités : 485

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 395
Points de popula' [PP] : 403
Divers:
MessageSujet: ( FB ) Une nuit sombre et sanglante ( END ) Mar 11 Déc - 20:35

>

Une histoire pas comme les autres.
Une histoire de guerre




Ce soir là... Tout allait bien. Du moins en apparence. La nuit étai tombé tranquillement sur le petit village de West Blue. Pour ma part, je revenais d'un entraînement avec mon père au dojo. Une fois de plus, ça avait été rude., mon père ne rigolait pas lors de ces entraînement. Il dit toujours que un bon épéiste est une personne qui ne fait qu'un avec la lame. La lame est l'épéiste et inversement. Une lame tranchante est un esprit aguisé et juste. Si au contraire l'esprit n'est pas concentré, alors la lame sera peu tranchante et se brisera dans le pire des cas. Voilà les leçons que mon père m'apprenait tout en m'incitant à perfectionner de jours en jours mon art du sabre. Et même s'il était mon père, il n'y allait jamais avec le dos de la cuillère, c'est limite l'inverse. Il était mille fois plus exigeant désirant avoir le meilleur de moi et non un gosse qui se prélasserait de part le fait que son père soit le dirigeant du dojo.
C'est fier de ma journée que je retournais à la maison tranquillement. La nuit tombait était tombé rapidement, comme tout les soirs ces temps-ci. La lune montait lentement dans le ciel, les étoiles se dévoilaient, montrant leurs jolis éclats dans ce ciel devenu sombre. La brise se faisait douce bien que légèrement froide, celle-ci caressant ma peau provoquant ainsi un frisson de plaisir. J'aime la nuit car au fond, c'est un moment où le monde qui nous entoure devient différent. Tout devient plus... Mystique si on peut dire.

Une fois rentré chez moi, je mangea rapidement n'ayant pas super faim, puis immédiatement, je me coucha dans mon lit. La fatigue m'avait guèté et finalement rattrapé. Je dormais comme une masse sur le coup, ne me doutant pas de ce qui allait se passer. Loin de là n'étant pas super man. Pourtant, j'aurais pu imaginer... Dans la journée, un drôle de phénomène s'était produit. Au loin de la mer se trouvait un énorme rassemblement de mouettes et je me souviens des comtes de mon grand-père qui me disait qu'un tel phénomène signifiait un mauvais présage pour les vieux marins. M'enfin, de telles histoires, qui y ferait attention. La soirée passa tranquillement, la nuit battait son plein, mais soudainement, mon père entra dans ma chambre boulversé hurlant à tout va.

«  Il faut partir, ça sent pas bon dehors... »
«  Mais papa... »
«  NE DISCUTE PAS... »

Il me fit partir de la maison, mais l'apocalypse était déjà là. Le monde que je connaissais changeait sous mes yeux. Dehors, la panique gagnait tout les membres du village. Des cris se faisaient entendre, comme si une armée était là. Mais ce qui était le plus étonnant restait les deux drapeaux flottant de chaque côté de ma vision. À l'Est, un drapeau avec une tête de mort stylisé, signe qu'un bateau pirate était là, tandis qu'à L'Ouest, un drapeau de la Navy était là. Notre île et village était pris en tenaille entre deux attaques. À moins qu'en faite nous soyons en tenaille entre un seul et même conflit. Le moment le plus terrible fut quand les bruits assourdissants se firent entendre. Des bruits sourds qui annonçaient la mort qui arrivait à grand pas. Des canon qui crachaient leurs boulets qui n'avaient aucun mal à pulvériser les maisons que nous avions construits de nos mains. Du moins de la main de nos ancêtres. Des souvenirs, des joies, des pleures, tout partait en fumée nous mes yeux. Les villageois fuyaient, mais le pire n'était pas venu en fin de compte.

«  LAGI.. Attrape... »

Mon père me donna un katana qui n'était pas n'importe lequel. Iai... Un katana représentant la famille. Un katana simple, mais qui avait une grande valeur à mes yeux. C'est un peu le sésame ultime, l'objet qui faisait ou plutôt, ferait de moi un homme. Je rattrapa cette arme puis la tenu fermement.

Les explosions se multipliaient. Le village était mis à feu, mais pas encore à sang. Malheureusement, aussitôt pensé, ausitôt fait... Des hordes de personnes arrivaient de partout. Sur le coup, nous avions l'air de fourmis complétement assouvis par des hommes immenses. Nous n'étions que poussières au milieu d'un désert. Les hommes de chaque camps fonçaient l'un vers l'autre, se fichant du tiers que nous représentons. De chaque côté, des coups de feu se firent entendre. Pas de différences... Nous étions tous des ennemis pour les autres. Les corps commençaient à tomber. Carles, Iza, Sonia... Que des gens avec qui nous avions noué des liens. Le voisin, les personnes chères, elles étaient des cartes et eux un coup de vent les faisant voler pitoyablement..
Visions d'horreurs, cris perdu dans ce brouhaha, tout devenait floue. L'ambiance n'était plus que bordel, le village ruines, les sentiments uniquement haine...

«  LAGI !!! »

Un coup de feu retentit... un homme m'avait visé, mais rien ne m'avait touché. Pour cause... Ma mère s'était interposé prenant le coup à ma place. Je me stoppais malgré ses murmures me disant de courir. Je regardais son corps tombant... L'allure de la chute était comme ralentit. Le moment devenait long à voir. Les secondes devenaient heures... Sûrement le fait que ce soit ma mère qui meurt devant mes yeux. Mes pupilles orangés brillaient de mille feux, mon coeur loupa un battement. J'avais envie de crier, expulser l'air de mes poumons, mais rien n'y parvint. L'air restait air, aucune de mes cordes vocales arrivaient à vibrer un minimum requis. J'étais comme aphone...
C'est une main forte et facilement reconnaissable qui me fit bouger, briser ce moment d'arrêt dans le temps. Mon père avait pris les devants. Me récitant des paroles comparable à des prières.. Il me disait d'être fort, continuer à courir, m'accrocher à la vie... Mais rien n'arrivait à mon cerveau. Mais malgré tout, je fonçais ignorant les personnes qui nous coursaient. La course dura un moment. Mon père voulait m'emmener dans un des coins les plus sûrs de l'île à savoir une sorte de cachette. Mais il tenait à gagner du temps et c'est rapidement qu'il me dit caché via les alentours, tandis que moi, je pleurais à moitié suite à la mort de ma mère.

«  Lagi.. Lagi écoute moi... On a peu de temps... Il faut que tu m'écoutes s'il te plait...
… Il faut que tu ailles te cacher là où je te l'ai montré... tu sais où c'est alors va... Les provisions y sont, tout y est... Cache toi et surtout, ne sort pas de ta cachette tant que tu entends du bruit. »

«  Mais... »
«  IL N'Y A PAS DE MAIS LAGI !!!! »
«  ... »
«  Je vais gagner du temps... Toi, cours et soit fort... S'il te plait... »
«  … D...D'accord... »
«  N'oublie jamais qui tu es Lagi... Tu es un Elder Namino... Alors avance la tête fière... »

Suite à ces mots, même si je n'étais pas vraiment pour, je fis mon ordre. Je me dirigeais vers la cachette, mais alors que je reprenais mon arme, mon père fut attaqué par un sabreur. Celui-ci le prenait par surprise.. Je ne pouvais pas m'empêcher de regarder le combat, voyant du sang couler de coupures et autres blessures. Mon père se battait tout en m'ordonnant de fuir là où je savais. Mais malgré son ordre, jamais je ne le faisais. Je le regardais pour alors secouer la tête. Il était en mauvaise posture.. Et l'homme profitait de ses blessures. C'est donc inconsciemment que je dégaina Iai pour alors m'avancer malgré le fait que mon père me criait de partir. C'est d'ailleurs ainsi que la lame eu l'avantage et qu'elle perça son corps... Admirant la scène, tout se stoppa devant moi... Colère, haine, tristesse, vide, tout ne faisait qu'un dans ma tête. Je voyais l'air de mon père se perdre lentement.. Mais dans un dernier élant de force, il saisit d'une main la lame s'entaillant la main au passage, puis il planta de même la lame dans le coeur de son adversaire.
Tombant à genoux, je le rejoins pour approcher.

«  P...PAPA !!! »
«  Lagi.... I... Il faut qu...tu partes... »

La tristesse possédant mon corps, je le serra une dernière fois dans mes bras me souvenant de bien des souvenirs. Des paroles, des mots, toutes ces choses me conseillant de devenir un homme. C'est donc après avoir écouté ses dernières paroles que je m'enfuit vers la cachette désirant oublier ces bruits. Ces cris, ces coups de feu, ces explosions sourdes, ces visions... Mais comment ?

* Vie … Vole de tes propres ailes vers les rêves que tu nourrit. Devient l'oiseau de ces cieux... *
© Lagi

55 lignes ( hors paroles et lignes incomplétes environ )
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

( FB ) Une nuit sombre et sanglante ( END )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: West blue :: Autres îles de West blue-