AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère] Mer 26 Déc - 10:50

[repris de la prez]

Si les îles célestes sont resté si longtemps de l'ordre du mythe c'est que, pour y arriver, le chemin est long et particulièrement dangereux. Pour en descendre par contre... en fait, pour y descendre c'est un peu chacun pour sa pomme. Notre jeune héros, âgé d'à peine dix-huit ans, utilisa les derniers sous qui avaient sur lui pour se payer un agréable taxi-crabe des nuages. Seulement...ces derniers coûtent tout de même assez chers et dès que le compteur afficha la limite allouée, le conducteur prit l'homme-chèvre par les cornes, y attacha un parachute et le jeta au-dehors.

Un moment... un long moment, la chèvre tomba tête la première, ses bras comme ses jambes s'agitant dans un réflexe vain de voler. Lorsque le cerveau du cornu se remit en marche et qu'il remarqua l'absurdité de la situation, le futur corsaire se calma, croisant les bras sur son torse tandis qu'il continuait sa chute vertigineuse. C'est le souci des parachutes. Ouverts trop tôt et ils crevaient sous la pression. Trop tard et ils ne ralentissaient pas assez descente. Dans les deux cas vous finissez écrasé sur le sol.

Francisco fut presque dans la seconde catégorie. À quelques secondes près et il disait adieu à tous ses rêves d'exploits et de gloire. Finalement, le parachute ralentit sa course vers le sol, juste assez pour l’empêcher de mourir mais pas assez pour être manœuvré avec précision et l'homme-chèvre finit par rentrer dans un bâtiment. Une arrivée douloureuse, pas de doute là-dessus. Le futur corsaire en avait même perdu conscience un instant. Il rouvrit les yeux dans une petite salle, tuile et brique tout autour de lui, un gros trou dans le toit au-dessus de sa tête.

Après quelques époussetages de poussières sur ses vêtements qui étaient de nouveau en lambeau et il ouvrit calmement la porte de la pièce pour aller dans la suivante. De nombreuses têtes étaient tourné vers lui pour observer l'origine du bruit dans le cagibi et d'étrange expression restèrent longuement affichées sur leurs visages dès lors qu'un homme-chèvre en était sorti avec tout le naturel du monde pour aller s’asseoir à l'une des tables. L'Arkham lissa rapidement les plis de sa chemise à fleurs avant de remonter ses lunettes derrière ses oreilles et d'effectuer un grand sourire à ces étrangers.

-Messieurs...bonjour.

[début du rp inédit]


L'homme-chèvre lia ses mains poilus sur la table, observant l'étrange individu qui lui faisait face. Sous ses lunettes de soleil, les yeux du fut corsaire brillait d’intérêt. Pour la première fois dans sa petite vie de chèvre et peut-être pour la première fois pour tout homme-chèvre, il rencontrait une espèce du troisième type...les «  Terrestres ». Sa mâchoire pendouilla quelques instants tandis que se son regard parcourait le « Zhumain » en face de lui. Grand, musclé, vert des pieds à la Tête...

Francisco stoppa net. Sa mâchoire descendit d'encore quelques centimètres tandis que ses lunettes manquait de se casser la gueule. Le Zhumain avait de la pelouse sur la tête ! De la Pelouse ! Sur la tête ! Autant dire que bien vite l'homme-chèvre eut l'eau à la bouche. Le mastodonte continuait lui de mâchouiller son poulet entier. L'effet était particulier. Quand certains ont une pipes pour fumer du tabac, l’embout sortant de manière gracieuse, le géant vert mastiquait son poulet cuit, les pattes arrières de l’animal ressortant sur le c^té. On s'attendait presque à y voir de la fumée en sortir.

Le pire étant que les mains du Zhumain était tranquillement posé sur la longue table de poids, chaque poing refermé sur un couvert qu'il n'utilisait pas du tout. Mais tout ceci n'avait que peu d'importance. Non. Le ventre de la chèvre gargouillait déjà bruyamment et Francisco ne pouvait détourner les yeux de son Graal : la chevelure herbeuse du grand truc vert. Il lui fallut faire un effort exceptionnel pour reprendre sa maîtrise et faire abstraction d ce juteux repas.

-Je me nomme Francisco Arkham ! Grand Explorateur Homme-Chèvre s'il en est un ! Et vous êtes... ?

Le futur corsaire tendit son bras dans un geste de salutation mais son invitation à serrer sa main resta sans réponse tant et si bien qu'il le ramena sur la table légèrement gêné. Pour autant, bien vite, le soulagement prit part dans son esprit. Il se voyait déjà le sabot écrasé ou dégoulinant de graisse après une telle rencontre... Aussi décidât-il de saluer les autres personnes présentes.

-Et vous chers Messieurs ? Par quels termes dois-je vous appelez ?

Là encore, seul un silence gêné vint accueillir ses tentatives de politesse. De l'autre côté de la table, le géant continuait de mastiquer bruyamment son poulet, brisant les os de la carcasse d'une simple pression de son incroyable mâchoire. L'entourage qui n'était de fait, que des statues disséminé un peu partout resta silencieux, logiquement. Ce qui n’empêcha pas la chèvre de faire un dernier effort de socialisation...

-On est où là en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère] Jeu 27 Déc - 14:11

Manger. En cet instant bien précis, mon cerveau était occupé par une seule chose, manger. Se remplir l'estomac trois fois par jour, en avalant une quantité affolante de nourriture, l'une de mes spécialités. Il en faut de l'énergie pour un corps aussi monstrueux. Qu'importe la manière dont il est mâché, ingurgité, du moment qu'il termine dans mon estomac, c'est tout bon. Manger. Je n'ai envie de rien d'autre. Assis sur un banc supportant à peine mon poids, cela doit faire une heure que je suis passé à table. Insuffisant. J'en veux encore, j'en veux plus. Manger. En grande quantité, mais proprement. Je ne me salirai pas les mains, couteau et fourchette dans chacune de ces dernières. Je ne m'en sers pas, préférant prendre la nourriture à l'aide de mes puissantes mâchoires. Les os cèdent instantanément sous la pression, finissant par être avalé comme le reste du poulet. Je ne fais pas de différence. Servez-moi un morceau de carton, je le boufferai. Attendez-vous à perdre vos dents derrière en revanche...

Une voix s'élève à mes côtés, bizarre. Bach n'est pas ici car trop occupé à préparer le reste de la nourriture et nous sommes les seuls encore ici. Je ne bouge pas, continuant tranquillement de manger. Seuls mes yeux s'agitent en direction de l'inconnu qui... UNE CHEVRE ?! J'manque de m'étouffer avec un morceau qui passe de travers, tandis que l'animal continue de... PARLER ?! Cette fois j'en recrache la moitié d'mon poulet, toussant un bon coup pour en expulser les restes. J'ai du mal entendre, mal voir. Sans un mot à son égard, je pose sur lui un regard continuellement déformé par une expression haineuse. Deux cornes comme deux oreilles ridicules, un bouc et des sabots, c'est bien une chèvre... Quelque chose cloche pour autant et mon cerveau tournant faiblement à du mal à saisir. Des lunettes, des vêtements, la possibilité de parler le même langage qu'un humain... Cela pue la supercherie à des kilomètres. En parlant d'odeur, voilà que je le renifle inconsciemment.

Grossière erreur. Elle pue. La chèvre n'a pas une odeur appréciable, loin de là. En tout cas moi j'aime pas et lui fait comprendre. Une grimace de dégoût alors que je recule rapidement mon visage de son corps et grogne quelque chose se rapprochant de '' Bordel, mais tu pues ! '' Mes yeux se posent de nouveau sur le poulet au bord de la table. Le silence s'installe. J'regarde le poulet. Il me regarde. Je le regarde. Il me regarde. Je regarde la chèvre qui me regarde. On se regarde. J'me jette tête la première sur la table, plantant mes dents dans la viande tandis que mon corps s'écrase sur la table qui cède immédiatement sous mon poids. Un bruit sourd plus tard, me voilà en train de mâcher calmement, à plat ventre sur le sol, au milieu des débris de bois. Une journée comme une autre. A une exception près, la chèvre. J'me relève une fois terminé de manger, shootant dans la table fendue en deux d'un coup de pied violent qui envoie valdinguer le bois au loin. C'est Bach qui va encore devoir me gueuler dessus. Maîtrise ta colère qu'il va encore me dire.

M'en fout, j'ai juste envie d'causer à l'étrange phénomène maintenant. J'pose sur lui un regard intrigué, j'arrive pas à comprendre ce qu'il peut bien être. Jamais vu un truc pareil durant mon voyage. Le mieux est encore de lui demander. Sur un ton qui se veut agressif, forcément. Comme des grognements.

- T'es qui toi ? Les chèvres ne parlent pas. Puis tu pues. Moi c'est Koh Lhaire. Toi t'es qui ? Tu devrais pas être ici. J'vais devoir te casser en deux. Grwahahahah !

Casser des gens en morceaux, cela me fera toujours marrer. Sur un animal à moitié humain, ce sera encore plus amusant !


Dernière édition par Koh Lhaire le Sam 5 Jan - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère] Jeu 3 Jan - 18:04

Francisco posa délicatement ses mains sur ses genoux tandis que la vachette se jetait sur le reste du poulet traînant non loin. Sa bouche forma un grand « O » alors qu »'il voyait la table effectué quelques saltos avec l'aide du géant vert. Ce dernier a beau prendre la parole, il ne répond qu'à une seule question de l'homme-chèvre. Embêtant. Et Malpoli.

-Je trouve moi que vous êtes un bien drôle de Zhumain monsieur Colère.

L'aventurier est toujours assis sur son banc, les mains sur les genoux, le nez pointant vers le plafond et la masse de muscle vert qui lui fait face. Un sourire gentil est affiché sur ses lèvres, amabilité en toute heure, voilà notre petite chèvre.

-Dans tout les cas, si votre visage se rapporte à votre nommage, vous êtes l'hôte de ce...cette...cantine ?

C'est qu'il est assez difficile de nommer l'endroit. Encore plus après la poussée d'excitation de la colère. Cela n’empêche pas Francisco d'ouvrir des grands yeux émerveillé envers le bonhomme. Même ses lunettes ne sont pas assez grandes pour couvrir les étoiles qui brillent dans ses yeux.

-Il se trouve que je suis tombé dans votre cagibi. Terrible endroit pour atterrir, vous devriez pensez à investir dans un trampoline. Mais je parle, je parle et une question s'entorticorne autour de mes...et bien de mes cornes, logique. Est-ce que tout les Zhumains sont comme vous ? Grand et verts ? On dirait de très grands petits pois, ouh que c'est drôle !

Un petit rire chevrotique sonne, clair dans l'air comme le son d'une petite cloche par une journée glacée. La main poilue de la chèvre se lève et vient tapoter prudemment mais prestement le corps recouvert de cette peau si étrange à ses yeux. Un peu plus et Francisco s'attendait à y sentir de l'herbe sous ses doigts. Cette impression ramena son attention sur la chevelure du petit pois géants. Sans s'en rendre compte, l'homme-chèvre se lécha les babines tandis qu'il levait, consciemment cette fois ses lunettes pour mieux observer l'objet de son désir.

-Hum...est-ce que...à tout hasard...votre herbe cranière est à vendre ? Elle me paraît très appétissante...

Mais voilà que la chose se met à faire une grimace. Disons une grimace plus marqué que son visage habituel. Si, si c'est possible. La tête de Francisco pencha légèrement sur le côté tandis que la grimace de l'onomatopée « ha ? » se formait sur son visage.

-Mais vous prenez des couleurs mon cher. Ne serait-ce pas là une jolie teinte jaunâtre sur vos joues ? Probablement votre si appétissant teint de peau avec une Colère...vous vous fâchez tout rouge c'est ça ?

Un peu naïf mais pas idiot, le futur corsaire préféra se reculer de plusieurs pas, mains en l'air pour montrer qu'il n'a aucune mauvaise intention envers son interlocuteur. Tout sourire et par mouvement calme, comme face à un animal dangereux, il continua sa retraite ; sa voix continuant sur le même ton dans l'espoir de calmer le géant vert.

-Tout les Zhumains sont comme vous Monsieur Colère ? Vous possédez un prénom qui dépend de votre comportement ? Voilà qui est intéressant. On dirait presque un nom donné par un dieu visionnaire. Impressionnant. Mais vous ne m'avez toujours pas dis où se situe cette cantine...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère] Sam 5 Jan - 22:40

J'grogne. Plus violemment que d'ordinaire, ce gars-là j'ai juste envie de lui aplatir le museau sur l'une des tables. J'ai toujours cette furieuse envie d'éclater la première personne que j'croise, mais avec lui c'est différent. Moins présente, elle ne se manifeste seulement lorsqu'il me contrarie, ce qui est le cas en ce moment même. Zhumain, un bien drôle de Zhumain qu'il vient de me dire. Il se fout de moi l'animal puant. J'aime pas que l'on se foute de moi, d’où la raison du grognement un brin plus menaçant. Je vais devoir le remettre à sa place immédiatement, à cette espèce de chèvre parlante. Qu'il comprenne qu'ici, au sein du temple de notre déesse sacrée, une chèvre n'est rien. Montrant les dents, respirant bruyamment, mes deux mains s'agrippent à ses épaules, avant de le soulever à hauteur de visage. Un visage qui se veut monstrueux, comme à mon habitude.

- Je ne suis pas humain et encore moins un Zhumain, stupide chèvre puante. Tu vas m'écouter un instant. Ici, c'est le temple d'Annabelle, la vache sacrée. Ma déesse. Toi tu n'es rien et tu démolis tout l'air de rien, j'aime pas. Excuse-toi. Sinon j'te casse en deux, compris ?

Il serait préférable pour la survie de cette fragile petite chose sur sabots que oui. Je ne suis pas patient, encore moins clément, alors menteur... Il déconne, j'le casse en deux, point. J'rapproche son visage du mieux, à quelques centimètres désormais, il ressent clairement mon souffle s'écraser sur sa tronche. Il peut détailler avec précision la perfection de mes mâchoires, puissantes et répugnantes. J'le relâche. Il a posé un tas de questions avant que je ne l’attrape, j'ai étrangement envie d'y répondre. Il peut au moins se vanter de ce point, rares sont ceux depuis ma transformation à pouvoir tenir une conversation aussi longtemps. Sans doute le fait qu'il n'est pas un humain, mais un animal, inoffensif qui plus est. Vous avez vu sa taille ? Ridicule. Ma déesse ne voue aucune haine envers les autres animaux, du moins un seul est considéré comme ennemi. Le dieu Saumon, Razor.

- Je ne suis pas un humain ordinaire, mais un monstre. J'ai mangé un fruit du démon. Je me suis changé en ça. Impressionnant hein ? Bach dit que je fais l'arme idéale pour accomplir les rêves de notre vache sacrée. Je suis fort !

Et bien que je ne doutais pas un seul instant de ce que j'affirmais, je souhaitais tout de même en faire la démonstration à Francisco. Sans prévenir, je fracassais à deux reprises mon poing sur la longue table à nos côtés, déjà amochées par mon saut précédent. Saisissant alors le morceau découpé, je le soulevais bien haut, le regard fier, avant de balancer le tout au loin. Convaincue la chèvre ? Semblerait que non, elle n'aurait jamais osée poser une telle question autrement. Si mes cheveux sont à vendre ? Herbe cranière ? C'est quoi cette merde ?! J'enrage. L'envie de le fracasser revient à grandes enjambées. En plus il continue de se moquer de moi ! Mon teint de peau lui pose problème à ce connard ?! ELLE CHERCHE A ME FOUTRE EN ROGNE LA BIQUETTE ?! NON ?! C'EST DEJA FAIT ! Hurlant un bon coup, mes bras décrivent un long arc de cercle, balayant tables et bancs se trouvant sur le chemin.

- Ferme-là ! MAINTENANT !

Il recule. J'avance vers lui. Furieux, un filet d'bave pendant de mes lèvres, le regard noir, les poings fermement serrés. Rouge, je vois rouge. Rouge sang, son sang. J'pousse un hurlement rageur, frappant le sol à mes pieds, ce dernier se fissurant sous l'impact. Un second coup et les débris volant en éclats sont nombreux. Je ne peux plus la contrôler, cette rage. J'me jette sur lui. L'idée ? Le briser, purement et simplement. J'ramènerai sa dépouille à Bach, on verra bien ce qu'il en fera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère] Mer 23 Jan - 21:28


-Hoho...


Danger. Beaucoup de danger. La première pensée de Francisco est de reculer. Pas facile de lutter contre l'envie de fuir quand une boule de nerfs qui vous fonce ainsi dessus. Un sourire crispé prend place sur son visage tandis que d'un coup d’œil, le futur corsaire évalue la distance entre lui et le mur. En quelques dixième de secondes, son choix est fait. L'homme-chèvre prend les jambes à son cou, tournant le dos au monstre selon les propres paroles de ce dernier. Quelques mètres, quelques pas et le biquet saute contre le mur de brique usée par le temps pour tenter de passer au-dessus de l'étrange humain. Une tentative presque bonne. Presque.

S'inspirant des sportifs homme-chèvre participant aux Jeux Cornympiques, Francisco se tend avant se courber son dos pour esquiver Koh Lhaire. Malheureusement, son sabot gauche, celui qui a pris appui sur le mur est à la traîne et l'épaule musclée du géant vert le percute violemment, projetant le futur corsaire dans les airs dans de nombreux tonneaux sans rien pour retenir le lourd atterrissage sur les dalles de la cantine.

Tout l'air s'expulse de la poitrine du chevrotin accompagné d'un gémissement de douleur. L'absence de lunettes de soleil qui ont elles aussi volé au loin laisse apercevoir de petites larmes traîner au coin de ses yeux. Pour autant, la testostérone de Francisco, la pression de son esprit et l'affolement de son cœur le pousse à vite se relever. La menace du « Zhumain » est toujours là et c'est avec une grimace que le caprin se remet debout. Heureusement pour lui, le disciple de la vachette sacré a continué sa course, percutant le mur pour créer une ouverture design avant de continuer sa course dans le pré qui borde le sanctuaire. Le temps que l'être étrange sorte la tête du sable, littéralement, le futur corsaire avait récupéré ces lunettes, malheureusement cassé. Un soupir de déception s'échappa se ses lèvres tandis que mou ennuyé se formait sur ces dernières. Il tenta bien de les remettre sur son nez, malheureusement, le bout manquant les empêchait de tenir. Alors seulement se retournât-il vers Koh, rangeant son objet cassez dans la petite poche de sa chemise à fleurs. Chemise en piteux état après l’atterrissage d'ailleurs....

-Eh bien, eh bien, ...voila une charge impressionnante monsieur Colère.

Un instant, la chèvre se tut. Monsieur ou madame colère . À première vue l'humain était un mâle mais pourquoi un prénom féminin ? Voilà une terrible énigme qu'il se promit d'élucider plus tard.

-Je disais donc, une charge impressionnante. M'en serais-je sortit si je l'avais pris de plein fouet ? Mes lunettes cassées me disent que non.

Du doigt, Francisco tapota sa pochette où reposaient ses lunettes. Malgré la douleur dans sa cheville, probablement foulé et les nombreuses égratignures qui avaient récompensé son atterrissage, il affichait un sourire radieux. L'étranger, le monstre prenait une dimension toute particulière et cela n'avait rien à voir avec la brique qui restait sur sa tête comme un chapeau.

-J'taurais buté ! BUTE !
-Hum...c'est plutôt vous qui êtes buté non ?


Probablement la remarque de trop. Enfin la deuxième car de nouveau, Koh se transformait en taureau prêt à écrabouiller le pauvre homme-chèvre. Ce dernier murmura un « ho non, pas encore » approprié tandis qu'il ramassait autant de brique que possible pour les balancer à l'encontre de l'homme au sang chaud. Cela n’arrêta pas la boule de nerfs mais au moins, alors qu'il se couvrait la tête des bras, il déviât de sa trajectoire, allant effectuer une nouvelle ouverture dans une cantine désormais très éclairée. Francisco se contenta dès lors de sautiller sur une jambe pour approcher le monstre vert qui commençait enfin à ressentir les effets de ses deux attaques. Assis sur les fesses, entourés de ces briques d'un sombre violet et de suie, il se frottait la tête d'une main, visiblement à cause d'une migraine méritée.

-Bien, bien... je propose de transformer votre réfectoire en véranda, ça sera plus simple avec tous ses trous.

La chèvre prit appui sur un bout du mur tenant encore debout tandis que sa queue battait l'air dans son dos. S'il affichait une gaîté surprenante, il restait sur le qui-vive au cas où le paladin de la vachette sacré soit pris de nouvelle volonté destructrice.

-Dans tous les cas, vous portez particulièrement bien votre nom, je vous félicite.

Un « Grrrrr » fut la seule réponse au compliment de la part de la colère. Une réponse qui provoqua un petit rire chez Francisco. Décidément, ce gars lui plaisait. C'était le premier quil rencontrait mais déjà, il semblait plein de promesses. Le caprin essuya négligemment un bout de mur haut d'une quarantaine de centimètres, une ruine après le passage de Koh. Il s'assit dessus, croisant ses jambes, celle avec une cheville endommagée par-dessus pour éviter d'y apposer son poids.

-Comme vous le disiez, vous êtes particulièrement fort et visiblement vous aimez détruire des murs. Moi c'est plutôt les toits, surtout quand je tombe des îles célestes....

D'un vague geste de la main, l'Arkham signifia que cela n'avait pas plus d'importance que ça. Il se pencha légèrement vers son interlocuteur qui le regardait toujours d'un œil noir mais semblait plus enclin à l'écouter. Ou peut-être était-ce le second mur qui faisait toujours effet ?

-...je digresse. Voyez-vous Monsieur La Colère, je suis en voyage. Pour devenir fort. Pour devenir Connu. Pour revenir dans mon clan et tous leurs éclater la gueule.

À cet instant, Francisco sut qu'il avait l'attention de la boule verte. La destruction attirait son esprit et accrochait son oreille. L'homme-chèvre ne put retenir un sourire tandis qu'il coinçait son menton sur son poing fermé. Cette fois, ce n'était plus à cause du mur que Koh restait tranquille mais bien l'appel au chaos qui faisait raisonner son âme.

-Mais voyez-vous, voyagez seul est si...eh bien, si solitaire... Cela fait plusieurs années que je voyage avec ma seule compagnie. Si je continue ainsi, soit je deviens fou, soit je meurs. Votre assaut l'a bien confirmé. Il repose sur vos mers bleues des monstres dont je suis loin d'avoir le niveau.

Un sourire commença doucement à poindre sur le visage carré du paladin. Les compliments et les louanges de force faisaient effet sur son ego...bien que Francisco pensât plus à d'autres personnes sur les bleus et non pas le colérique assis devant lui. En fait, il se jugeait d'un niveau à peu près équivalent si ce n'était la différence de gabarit. Tant qu'il ne laissait pas de rampe d'élan, il devait pouvoir faire jeu égal avec le géant vert.

-Alors, ça vous dit d’aller chasser d'autres monstres ?

Un rire gras sonna dans le réfectoire et dans le jardin dans le dos de l'Arkham. Un rire sonore, puissant, à l'image de son propriétaire tout vert. Ho oui, ça lui plaisait. Pour chasser des humains plutôt que des monstres mais cela lui plaisait. On est un paladin de la vachette sacrée ou on ne l'est pas !

-Tope là !

La voix de Koh sonna elle aussi avec force. Une voix grave, semblant pouvoir soulever des montagnes. La main verte et géante s'envola alors pour venir taper celle de Francisco. Trop vite, trop lourde, elle frappa plus qu’autre chose le caprin, l'envoyant planer sur plusieurs mètres avant qu'il ne retombe dans le sable doré. Le nez en sang, une dent perdue entre Koh et le lieu d’atterrissage, le futur-corsaire continuait de sourire, ...heureux.

-Deal.





Si son clan l'avait rejeté, il n'avait qu'à faire le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère]

Revenir en haut Aller en bas

[FB #1] La chèvre et le Troll [PV Colère]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: West blue :: Autres îles de West blue-