AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Des Marines, des emmerdes, et des fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Takahashi Tora
Soldat de la révolution
Soldat de la révolution
avatar
Messages : 68
Points d'activités : 495
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)
Age : 22
Localisation : Au large d'Alabasta !

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 413
Points de popula' [PP] : 416
Divers:
MessageSujet: Des Marines, des emmerdes, et des fous Lun 31 Déc - 18:04


Le Royaume de Yuki, tristement célèbre en tant que dictature, mais aussi en tant qu’échec de la Révolution. C’était par là que passait Tora, bien que ca semble très illogique. Toutefois, il avait ses raisons de s’arrêter ici. Premièrement, il devait rendre visite à ce monument aux héros de la Révolution. Deuxièmement, il crevait la dalle, et troisièmement, il était pas sûr que son bateau sa barque puisse aller plus loin. Enfin bref, tout ca pour dire qu’il avait donc fini par accoster, à la tombée du jour, sur cette île qu’il en aurait en fait du à tout prix fuir. Le quai était sombre, et un trop grand nombre de marines s’y affairaient à son goût. Alors qu’il les regardait, il pensa que de toute façon, tant qu’il ne se faisait pas remarquer, il avait très peu de chances d’être reconnu. En effet, sa prime ne volait pas très haut, et il n’avait pas commis d’action notoires récemment. Il s’était onc avancé vers la muraille, qui parcourait tout le contour de l’île, et avait fini par atteindre la porte en bois massif. Elle était encore ouverte à cette heure, mais des gardes barraient le passage aux nouveaux venus, réclamant la taxe pour entrer ou sortir de la ville. Ca ne dérangeait pas Tora personnellement : n’étant pas plus con qu’un autre, il avait toujours réussi à avoir assez de thunes pour s’en sortir, cependant, il ne pouvait pas s’empêcher de penser que c’était déjà une belle injustice de faire payer les gens pour rentrer chez eux.

Il s’en était tiré sans trop de soucis : le soldat qui l’avait fait passer était tellement blasé de faire ca toute la journée qu’il n’avait même pas pris la peine de regarder Tora. Il s’était contenté de prendre son argent. D’un côté, c’était normal. Il avait donc passé les lourdes portes, qu’il estima, soit dit en passant, être du chêne, et se retrouva sur un long chemin. Prochaine étape, trouver un village, ou un quelconque endroit lui permettant de dormir et de manger. Il n’t avait malheureusement pas de plan, et Tora se résolut donc à marcher jusqu'à apercevoir un quelconque panneau. Il continua ainsi une trentaine de minutes avant d’apercevoir enfin un embranchement. Le chemin se séparait en trois branches. Une partait vers le nord, l’autre vers l’est, et enfin la dernière vers l’ouest. Le panneau indiquait 1 village proche dans chaque direction, respectivement à 4, 2 et 1 km. Tora partit donc vers l’ouest. Il arriva au village très peu de temps après. L’endroit était charmant, il respirait la tranquillité et la joie de vivre, si on omettait la maison brûlée à l’entrée, ainsi que les nombreux marines qui se baladaient dans les rues, en croyant avoir tous les droits. Toutefois, malgré toute leur assurance, très peu osèrent déranger Tora, peut-être à cause de sa carrure, ou de son regard. Bah, de toute façon, ca l’arrangeait. Il repéra vite la seule auberge / taverne du village. L’endroit s’appelait le Crazy Bug, il était bien entretenu et en très bon état, malgré le nombre d’années depuis sa construction.

Il était donc entré et avait commandé à manger, ainsi qu’une chambre. Ca lui avait couté un peu plus cher que ca aurait dû, mais il se doutait qu’avec la taxe à l’entrée du pays, le pauvre homme qui tenait l’établissement ne devait pas avoir beaucoup de clients. Toutefois, ca aurait arrangé Tora de garder un peu d’argent, il devait encore se trouver une embarcation pour continuer son voyage. Après avoir mangé un délicieux bortch ( trois patates et deux saucisses qui trempaient dans une flotte à moitié croupie ), il monta donc les escaliers pour se rendre à sa chambre. La journée aurait pu tout aussi bien finit comme ca, il se serait réveillé le lendemain, aurait trouvé de quoi naviguer, et serait reparti. Malheureusement, la journée ne s’était pas finie comme ca. En effet, il était encore tôt et il avait du mal à trouver le sommeil. Il finit donc par redescendre pour boire un coup, en se disant que la boisson l’aiderait à passer le temps. Il passa donc la dernière marche, passa par le bar, commanda, se dirigea vers une table, bière en main, et finit par s’asseoir, quand …

CRAAAAAAAAAAC !!!

Il retourna vivement la tête, pour voir la porte tomber derrière lui. Un jeune garçon venait de la décrocher de ses gonds en la percutant. Tout de suite après, trois types, habillés en Marine, passaient par le trou laissé par le gamin.

« Alors gamin ?! Tu parles moins là, hein ?! Maintenant, tu vas me faire plaisir et me dire où il est ! »
Et le petit blond ( le gamin ) s’en reprenait une aussi sec. Personne dans toute la taverne n’avait réagi, les gens se contentaient de chuchoter.

« Pauvre gosse. Ils doivent chercher son oncle … Quelle idée d’allait dire qu’il voulait renverser le gouvernement … »
Et pendant que tout le monde discutait, le gamin se faisait battre. Un coup après l’autre. Il saignait maintenant du nez, et avait un œil au beurre noir. C’était pas les affaire de Tora. C’était pas ses affaires, et pourtant …

« Hey, connard ! T’as pas mieux à faire que de t’occuper de ce gosse ?! Est-ce que c’est à ça que les soldats de la marine passent leur journée ?! Je me demande si le monde se porterait pas mieux sans vous ... »
Il s’était levé, les marines le regardaient, comprenant peu à peu ce qu’il était en train de dire. Il avait attisé la haine des révolutionnaires qui agitaient ses soldats. Le combat sembla alors devenir inévitable. Tout en les regardant approcher, Tora pensa qu’il n’aurait jamais du s’en mêler. De toute façon, c’est trop tard …

En fait, le combat en lui-même ne dérangea pas vraiment Tora, ils n’étaient pas puissants, et il avait bien besoin d’exercice de temps à autres. Ce qui le dérangea le plus fut la réaction de l’aubergiste … il avait été chassé de l’auberge par l’homme, qui avait peur d’avoir des problèmes. Là encore, rien de bien grave, il avait encore le temps de bouger. Nan ... le plus problématique, c'était que là, en ce moment, il était dans une rue pleine de soldats qui savaient que Tora avait cassé la gueule de leurs potes. J'ai le don pour me foutre dans la merde, moi ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Des Marines, des emmerdes, et des fous Mar 1 Jan - 12:21

TEXTE


    Des Marines, des emmerdes et des fous


    Raidon venait de se réveiller ce matin et il était un peu étourdi. Il se trouvait sur sa barque en direction d'une île de North Blue. Il avait commencé son voyage il y a très peu de temps mais il avait une envie monstre de se faire des alliés et pourquoi pas rejoindre un équipage. Il allait bientôt arrivé au Royaume de Yuki, dirigé par un Tenryuubito. Raidon détestait le gouvernement plus que tout mais pour devenir capitaine corsaire, il fallait qu'il montre à la Marine son pouvoir sans se les mettre au dos. Cela risquait d'être compliqué. Raidon avait très faim, cela faisait maintenant plus de 1 jour qu'il n'avait pas mangé. Il décida qu'une fois son petit bateau accosté sur l'île, il s'arrêterait dans une auberge. Raidon accrocha sa barque avec une corde près du port. Il s'éloigna en regardant autour de lui. Le coin était rempli de Marines. Ceux-ci portaient bien sur leurs uniformes mais étaient aussi armés de la tête au pied comme s'ils attendaient une guerre sur cette île. Hanawa avança doucement en direction d'un premier quartier. Celui-ci était très peu éclairé et il faisait encore un peu sombre. Le soleil se levait petit à petit et Raidon attendait tranquillement l'ouverture d'une taverne. Finalement il trouva un petit bar du nom " La révolution triomphe". Il y entra, il remarqua que celle-ci était bien rempli mais que les gens qui la côtoyaient avaient l'air un peu fou. Il portait tous sur eux des armes. C'était surement des révolutionnaires. Un pirate au milieu des révolutionnaires. Raidon commença à s'inquiéter. Il avança et demanda à boire. Le tavernier lui servit une petite bière et lui demanda:
    - Salut jeune homme, d'où viens tu? Que viens tu faire ici?
    Raidon ne put s'empêcher de répondre:
    - Je viens juste amarrer sur cette île, je viens du royaume d'Alabasta. Je suis un pirate et j'espère devenir un jour un grand corsaire.
    Ses mots sortirent si rapidement de sa bouche que Raidon comprit vite son erreur. Les gens de la taverne commencèrent à rigoler ce qui énerva Raidon.

    - Et pourquoi pas devenir le roi des pirates tant que t'y es fit un homme en rigolant
    - Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle fit Raidon en se transformant en sable.
    Les révolutionnaires furent impressionnés. Tout à coup la Marine entra dans la pièce.
    - Eh toi. Tu es un pirate n'est ce pas? Rends toi sur le champ sinon nous te tirons dessus fit le chef des Marines
    - Hors de question fit Raidon en fonçant vers la sortie grâce à son fruit du démon.
    Il avait réussi à semer la Marine mais maintenant il était recherché sur l'île. Tout à coup il heurta quelqu'un. Qui était ce?





Dernière édition par Raidon Hanawa le Mar 1 Jan - 16:52, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Takahashi Tora
Soldat de la révolution
Soldat de la révolution
avatar
Messages : 68
Points d'activités : 495
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)
Age : 22
Localisation : Au large d'Alabasta !

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 413
Points de popula' [PP] : 416
Divers:
MessageSujet: Re: Des Marines, des emmerdes, et des fous Mar 1 Jan - 15:32

Occupé à se demander comment diable il allait pouvoir sortir d’ici, Tora remarqua trop tard le type qui lui fonçait dessus. En 1 seconde, il eut le temps de se déporter légèrement vers la droite, évitant ainsi de chuter au contact de l’homme qui venait de lui rentrer dedans. Il baissa les yeux et prit le temps de regarder l’importun qui venait de le heurter. Il avait pas vraiment l’air méchant, pas l’air sympa non plus, d’ailleurs. Il entendit alors des bruits de pas précipités. On cherchait quelqu’un, peut-être lui-même, peut-être le type qu’il venait de rencontrer, dans tous les cas, plus de Marines ici, ca n’arrangeait pas vraiment les affaires de Red. Il les vit enfin arriver, de l’autre côté de la rue, au détour d’un carrefour, habillés de pied en cape, et suffisamment armés pour changer l’apparence de la rue. Il attrapa l’inconnu aux cheveux noirs par l’épaule, et le tira vers une rue adjacente, toutefois assez miteuse, mais offrant une protection relative face aux balles.

« Je sais pas lequel de nous deux ils cherchent, mais on va devoir sortir de ce village ! »
Pourquoi emmenait-il ce gars dont il ne connaissait rien avec lui ? Principalement parce qu’il espérait être tombé sur un autre révolutionnaire, ou du moins quelqu’un qui pourrait lui indiquer ou dormir cette nuit … Peut-être aussi parce qu’il n’était pas du genre à laisser les gens crever sous ses yeux. Il se remit à courir, en espérant que l’inconnu le suivrait. Il quitta donc la petite rue sombre, et qui avait l’air plutôt mal fréquentée, pour pénétrer dans une avenue quasiment déserte à cette heure ci. Pourquoi venir ici ? Car il espérait que les soldats qui les pourchassaient tout à l’heure venaient de cette avenue. Si c’était le cas, elle serait déserte et offrirait une échappatoire plus ou moins facile.

Son plan fonctionna plus ou moins. En effet, l’avenue était plus ou moins déserte quand ils arrivèrent, mais la patrouille de tout à l’heure les rejoignit assez vite. Ils avaient devancés les idées de Tora, ce qui lui plut moyennement. Il ne pouvait cependant pas se permettre de s’arrêter pour régler leur compte à ses soldats gênants. Il se contenta donc de s’enfoncer encore une fois dans le labyrinthe de la ville. Toutefois, plus ils avançaient, plus la sortie s’éloignait, ce qui ne présageait rien de bon pour la suite. Il finit tout de même par s’arrêter dans une petite ruelle étrangement similaire à celle de tout à l’heure. Il prit appui contre un mur, le temps de souffler un peu. Il chercha alors son paquet de clopes et son briquet, à la lueur jaunâtre et grésillante d’un lampadaire à moitié défoncé, que le maire n’avait pas jugé bon de remettre en état. Il y avait peu de chances qu’on les trouve ici. Ils étaient tout de même dans une sorte de temple de l’infamie. Les bâtiments très rapprochés laissaient rarement la lumière pénétrer ici. Des escaliers descendaient sous les constructions, donnant accès à des habitations souterraines à bas prix plus ou moins légales. Il finit par s’en allumer une avant de reporter son attention sur celui qu’il avait embarqué avec lui.

« Est-ce que t’as fait quelque chose pour qu’ils te recherchent ? Au fait, je m’appelle Tora, Takahashi Tora. Et toi ? »
Il reporta son attention sur une fenêtre, au deuxième d’un bâtiment, de l’autre côté de la rue. La lumière était allumée, et le jeu des ombres permettait de deviner la scène. Un homme battait sa femme. Ca peut sembler courant, pourtant, cette scène fit détourner les yeux à Tora. Il savait qu’il ne pouvait rien faire pour la pauvre. S’il faisait du bruit, il se ferait choper, il irait en taule et elle reviendrait ici, pour se faire frapper encore une fois. Il se souvient alors de la raison pour laquelle il avait emmené avec lui son coéquipier d’infortune.

« Au fait, tu sais ou je pourrais dormir ce soir ? J’avais trouvé un endroit mais … Plusieurs choses ont fait que je me suis mis la Marine à dos depuis mon arrivée … »
En fait, il n’avait pas vraiment envie de s’étendre sur le sujet. Tout ce qu’il espérait à l’instant, c’était une douche bien chaude, un repas correct ( parce que le bortch, ca nourrit, mais niveau gout, c’est pas la gloire ), et un lit suffisamment douillet pour qu’il puisse passer une bonne nuit à la fois reposante et agréable, pour finalement se réveiller la tête dans un oreiller moelleux à souhait. Il s’intéressa de nouveau à la fenêtre de tout à l’heure, plus rien ne bougeait, Tora se dit que leur dispute devait s’être fini d’une quelconque manière. Tout ce qu’il pouvait espérer, c’était qu’elle se soit finie sans trop de coups, ni de pleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des Marines, des emmerdes, et des fous

Revenir en haut Aller en bas

Des Marines, des emmerdes, et des fous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Royaume de Yuki-