AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gensui Makkura
Amiral en chef
Amiral en chef
avatar
Messages : 143
Points d'activités : 43
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (4/4)
Second Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (2/4)
Age : 104
Localisation : In Your Eyes !

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 1607
Points de popula' [PP] : 1574
Divers:
MessageSujet: [Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori Mar 1 Jan - 20:38








“ Forgot A Century „





--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
...Cette Histoire Se Déroule 200 Ans Avant L'ère De Gold Roger...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un sabre au bas du dos, un destrier vif et rapide, laissant fendre l'air à une vitesse de pointe impressionnante, Hercule était un fidèle ami sur lequel ont pouvait vraiment compter, il avait fait diversion d'une entrée en panache pour attirer l'attention des gardes et pour qu'ainsi le Sabreur Sans Nom s'occupe du reste. En effet, indigné d'un tel comportement, le sabreur avait assassiné de manière cruelle et de sang froid, un homme sans doute connut dans les environs, c'était sans doute un de ces nobles qui aimaient se distinguer des autres riches de son espèce. Le Duc De Cruval avait perdu la vie comme d'une branche qui venait de se faire briser par l'appuie du plat de pied d'un vieil ivrogne qui aurait perdu son Chemin, une mort aussi déshonorable que ces actes au combien cruelle et inhumain.


Après une course folle à travers les terres glacés du Royaume surpuissant, les deux êtres étaient arrivés à la fameuse région connut dans le monde entier : Slave Packeis à Calm Belt, une des régions ou tout les nobles les plus riches de ce monde y sont abrité du fait que cette mer et très peu fréquenté, du moins à cette époque 200 ans avant l’ère connu de Gold Roger. Il faisait très froid, le sabreur était torse nue et l'habit du noble qu'il avait prit, pendait derrière la scelle de son cheval, il remit convenablement l'habit et se revêtu de celui-ci en mettant sa capuche de manière à laisser tout de même son visage découvert, il ne devait pas attirer l'attention sur lui. Il y avait une queue gigantesque, en effet il fallait payer des taxes d'entrées et des taxes de sorties à l'avance. Le sabreur avait de la chance car dans l'habit du noble deux sacs de pièces d'or s’y logeait avec complaisance. Ça serait suffisamment bon pour de simple garde de frontière.


Du moins c'est ce que croyait l'humble sabreur. Quand ce fut à son tour, deux gardes avaient mit leur lance de manière à former une croix, afin de barrer la route du sabreur. Le jeune Maître de sabre compris qu'il devait déjà descendre pour régler la note des taxes à payer pour entrer dans une région pareil, rien que de loin on pouvait voir des habitations faite en or et en marbre, le léger soleil venait faire éclater cette formidable matière pour laisser de magnifique lumière en jaillir sur toute les habitations. A n'en plus douter, c'était bel et bien Slave Packeis, le sabreur descendu du haut de son cheval et les gardes s'écrièrent :



« Paie tes taxes !! »


Le sabreur sortit de l'intérieur de son vêtement de tissu de noble les deux sacs de pièces d'or et s'écria :


« La collecte des taxes territoriales…Cette tâche vous a été dévolue, vous seul pouvez sans doute l’accomplir ! Cependant il semblerait que derrière vos fiers allures, oui derrière vos dos puissants vit un mal qui ne dort jamais...Me serais-je égaré dans l'ignorance ? »


Les deux gardes décroisèrent leurs lames qui constituaient leurs lances sans dire un mot et le sabreur qui trouvait le temps long pour une simple paie de taxe reprit encore juste après :


« Tout ce que vous avez à décider, c’est que faire du temps qui vous est imparti...humble serviteur, me laisse- vous donc passer de cette grâce somme ? "


Les gardes regardaient avec insistance les sacs remplient d'or, en effet, il n'y en avait plus qu'il ne le fallait. On pu voir les gardes mettre les pièces d'or en trop dans leur garnitures, et c'est alors que l'autre garde aux allures plutôt frêle s'écria :


« Tu n'a pas assez pour passer !! Serais-tu un de ces pauvres qui tente de voler ces nobles hommes ? »


Le sabreur aurait bien voulut dégainer son fidèle sabre dissimulé sous la tunique de noble qu’il avait au préalable dérobé, mais ca n'aurait fait qu'attiser les problèmes et rendre encore plus difficile le contrat à remplir. Le sabreur alors s'écria :


« Ne vous m'éprenez pas, j'ai été soudoyé par la tourmente, et l'oublie m’a frapper de bien vilaine façon...Chargé de nuage est mon passé, le destin réserve bien des surprises aussi mauvaises que bonne...veuillez pardonnez ma faute, homme d'humilité... »


Les gardes tirèrent le cheval vers l'avant pour qu'il passe et l'un deux poussa ensuite le sabreur, et ils s'écriaient alors tout deux :


« Passe, passe, nous pardonnons puisque tu nous implore !! »


Une impasse qui venait d'être franchi avec finesse d’esprit. Le sabreur avait eut une chance inouïe, les gardes étaient quelque peu ahurie et vantard, sans doute l'orgueil qui venait de les aveugler. Peu importe le sabreur sans nom en avait fait à son avantage. Il remonta sur Hercule son fidèle destrier, une longue marche commença pour les deux êtres. Il faisait froid et le sabreur sur Hercule commençait à s'impatienter, les habitations étaient nombreuses, elle semblait toute se ressembler, faite d'or de marbre et même de diamant, une chose pareille pouvait exister ? Ou plutôt il était sans doute logique que les nobles réputées pour leurs richesses astronomiques aient de telles habitations. L’extravagance semblait de mise par ici.


C'est alors qu'après une longue marche dans Slave Packeis qu'on entendit des cris soudain, le sabreur frappa sur les lianes pour faire accélérer la marche d'Hercule. Au loin après avoir rejoint l'endroit d'ou venait les cris, ont put apercevoir des gardes en grande masse, au loin une sorte de dôme somptueux recouvrant un homme habillé d'un tissu d'or portant un énorme blason autour du cou, une pauvre jeune fille suppliait d'arrêter d'être battu à tord et à travers.




Le Sabreur Sans Nom sortit alors de sa poche la peinture qui devait représentait la jeune fille de "White Bird". Après analyse il n'y avait plus à en douter s'était bien elle, la fille qu'il devait sauver pour honorer son contrat. Le sabreur rapidement se dévêtu de son habit de mage pour revêtir une veste de cuir, puis placé au dessus de ça tête des sortes de visière pour tenir ces cheveux afin qu'il ne tombe pas sous ces yeux, puis ont pouvait voir enfin cette pierre dite maudite que cet écuyer qui avait sauvé la vie du sabreur sans nom alors qu'il n'était qu'un enfant, le sabreur saisissait fortement les lianes et donna plusieurs coup de talon à Hercule, maintenant le cheval fonçait à vive allure en direction des gardes, ça y est le sabreur allait repasser à l'action, la jeune fille était juste la devant lui. Le regard sauvage et animal il se préparait dans la course d'Hercule à agir.




D'un regard froid et glaciale, le sabreur se mit d'un léger saut soudain de manière accroupit sur le dos de son destrier et tout en dégainant son sabre du bas de son dos, il s'écria alors à Hercule son fidèle ami afin de lui donner des instructions précises, en effet les gardes eux aussi avait chargé de leur côté, l'impacte du choc allait être bientôt imminent et le sabreur sans nom voulait éviter à son cheval de se faire blesser dans le choc :





« Ecoute moi fidèle ami ! Je fais appel encore à ta finesse d'esprit, quand tu verras arriver l'ennemi à quelque sabot de course, stop net ta course !! Je te donnerais le signal en te frappant du côté droit !! Soit prudent mon ami !! L'ennemi est vorace et sans pitié, hâte toi dans une ultime concentration, tu n’es pas bête, tu es l'élite de ta race, fait de ton mieux !! »


Une fois ces instructions donnait à son fidèle ami, Hercule accéléra la course, au loin d'autre garde avait rejoint la charge avec des lances de taille impressionnante, le sabre fermement maintenu, le sabreur bien campé sur ces appuies toujours accroupit sur le dos de son fidèle destrier Hercule, le sabreur était fin prêt, du moins il était toujours prêt dans ce genre de situation il ne manquait plus que la distance qui les séparaient, entre lui et les gardes adversaires.




C'est alors que la distance se réduisait, c'était maintenant bien assez pour le sabreur. En effet le jeune Maître du Sabre, tapota avec la lame de son sabre le côté droit de son destrier, celui-ci se stoppa net dans ca course, avec la vitesse accumulé et l'accélération avait fait que ce stop soudain avait fait que le sabreur fut projeté de manière rapide et lointaine, c'est alors que le sabreur son nom croisa ces sabres dans les airs pour survoler tout les gardes.




Une fois cela fait, le sabreur les jambes écartés et la lame en hauteur atterrissait sur le sol par des pas ferme et bien positionné, en effet ce croisement de bras n'était pas un simple geste, le sabreur, Maître dans ca discipline avait lancé des lames de vents très rapidement pour couper la tête et les membres de ces adversaires un à un qui tombèrent au sol juste après que le sabreur puisse atterrir sans aucun essoufflement ni égratignure, les pauvres corps démembrés gisant sur le sol venait d'être anéantit. Les gouttes de sang coulaient encore sur la lame du Sabreur Sans Nom qui venait de faire encore un carnage. Hercule était au loin à l'attente, un silence morbide puis un vent glacial. Au loin la petite fille était terrifié face à cette scène sanglante, sur son visage était même imprégné le sang des gardes, en effet dans la giclé, le sang s'était répandu en masse sur le sol et les environs, le sang encore chaud des gardes coulaient un peu partout, la jeune fille commençait à gémir, la peur l'envahissait. Le sabreur Sans Nom, d'un simple geste vif du poignet, enleva le sang qui s'agglutinai sur la glace plus loin, c'est ainsi qu'il rengaina son sabre dans son fourreau, au bas de son dos, l'air froid, le regard terrible lancé sur les corps inanimés, le sabreur pris une position plus calme et rassurante, il s'approcha de la jeune fille pour lui essuyer le visage de tout le sang qu'elle avait sur elle et le sabreur s'écria :



«N 'ai crainte douce fleur, aujourd'hui est un grand jour pour toi, je viens de la part de ton père, son inquiétude le pèse et j'ai été chargé dans cette honorable action de te ramener saine et sauve, tu as connut et fait de bien mauvaise rencontre, l'expression de ton visage en témoigne jusqu'aux nombreuses traces qui sont à jamais gravé sur son dos, n'ai crainte, ces blessures représente l'éternel courage que tu as eu, en surmontant danger et périls...Hâtons nous, je dois te ramener auprès de celui que tu appel père !! »


Sur ces mots, le sabreur sans nom avait une fois de plus remplie son contrat et tenue ca promesse il venait de sauver la jeune fille, et il repartait en route vers la sortie de la région horrible de Slave Packeis. Le sabreur finit par remettre son habit de Mage avec une capuche, puis il porta la jeune fille pour la mettre en scelle, la laissant devant lui il monta à son tour sur Hercule. Ils rebroussèrent chemin pour se rendre à la frontière. Les gardes avaient reconnues l'homme à la capuche et s'écrièrent :


« Qui est cette jeune fille ? Elle n'était pas avec toi quand tu étais entré sur la terre des nobles !! »


Le sabreur pris encore cet air de malheureux, une victime qui ne faisait que de passer et il s'écria :


« Je l'ai acheté à un bon prix, Slave Packeis est la région des nobles et des grands, audace et force font sa prestance, vous en êtes les dignes héritiers, Ô vous serviteurs des nobles !! »


Les gardes avaient encore crues l'assassin qui venait de finir son travail et le laissèrent passer sans dire d'autre mot. C'est ensuite que d'une course folle Hercule afflua en direction du Royaume De Lincolm pour ramener la fille saine et sauve à son père. Toujours sur le continent de Calm Belt...La mer enragé des bêtes...















Codage fait par Raio, pour Raio & Byby. Ne pas recopier. Merci !

_____________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.op-history.net/
Gensui Makkura
Amiral en chef
Amiral en chef
avatar
Messages : 143
Points d'activités : 43
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (4/4)
Second Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (2/4)
Age : 104
Localisation : In Your Eyes !

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 1607
Points de popula' [PP] : 1574
Divers:
MessageSujet: Re: [Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori Mar 1 Jan - 23:04








“ Forgot A Century /2 „







Flashback


Une journée plutôt paisible, l'endroit isolé et reculé de l'habitat du vieux maître de l'assassin. Le sabreur sans nom, aussi triste que son propre sort d'enfant maudit à l'enfance par de bien veine superstition qui lui avait coûté d'innombrables problèmes. Sa vie n'était qu'un combat sans fin. Pourtant en ce jour de tranquillité, on pouvait laisser voir des nuages gris apparaître au dessus de la tête du jeune homme. Il avancé dans une étendue d'herbe, de part verdoyante et d'autre part tourmenté par l'apparition de mauvaises herbes. Les pas de l'assassin écrasé les épis verdoyant d'herbe. Le calme était à son apogée, oiseau chantonnant, jusqu'au poisson ruisselant de vie.


Une bien calme journée, des journées que le jeune homme préférait arborer avec ouverture d'esprit et de quiétude. En effet en ce jour paisible, le sabreur sans nom avait décidé de rejoindre la tombe de son vieux et défunt Maître, celui qui fut comme un père pour le sabreur sans nom, celui qu'il l'avait élevé au gré des temps déchainés et celui qui fut son Maître de la vie et de la voie du sabre. Le sabreur sans nom voulait donc se recueillir auprès du défunt homme d'honneur que fut ce pauvre vieillard, qui n'avait pas put terminer ces jours dans la tranquillité et qui avait dut s'occuper du pauvre orphelin.


Le sabreur arriva enfin à la tombe de son défunt Maître, une statue avait été faite à son éloge par les habitants du village non loin, qui connaissait le vieil homme car il consommait régulièrement nourriture et eau. Malgré l'honorable réputation du Maître, le jeune sabreur sans nom lui fut à chaque fois repoussé, les gens s'éloignaient de lui à son passage, les rumeurs s'étaient répandu aussi vite que la peste elle même. Bien que le sabreur ne fût pas du genre à être émotif, il fallait bien avouer que par rapport à la mémoire de son défunt Maître c'était plutôt gênant puisqu’il éprouvé une amertume qui lui rongeait le cœur.


Peu importe, le sabreur avait traversé le village avec sang froid et fierté, l'honneur glorifiant sur son fier destrier. Un cheval des plus banales, qui répondait au nom d'hercule. Le sabreur descendait de sa monture, en enlevant la scelle de son fidèle ami afin de l'apaiser, cet ami et ce cheval qui avait porté dans de nombreuses contrés le jeune Maître Sabreur. Il le laissa libre de ces mouvements sans même prendre le soin de l'attacher, c'était inutile, le cheval était fidèle à son Maître et il ne partirait que lorsque le Maître Sabreur l'aurait décidé, une liberté qui avait permit à la brave bête de se ressourcer dans un lac non loin et de brouter ce qu'il pouvait trouver d’alléchant.


Le Jeune Maître Sabreur s'en alla pour s'éloigner de son cheval, pour enfin se mettre à genoux face à la statue qui faisait office de tombe pour son vieux Maître. Un silence intérieur, on pouvait distinguer seulement les bruits merveilleux qu'offrait la nature environnante. C'est alors que le sabreur put dévoiler toute sa tristesse face à la tombe de son vieux Maître, une tristesse qu'il exprima par un silence aussi doux que ce qui l'entourait. C'est alors que dans cet endroit où il ne pleuvait jamais, il se mit à pleuvoir, une pluie battante, frappant lourdement le jeune sabreur qui était à genoux devant la Statue représentant la jeunesse de l'image de son Maître dans un temps maintenant devenu…Jadis.




La pluie battait de son plein, pour la première fois depuis des siècles une pluie venait de s'abattre sur l'endroit que l'on appelait : "Là Ou Il Ne Pleut Pas", une sorte de miracle dans le pays de Lincolm, surnommé "Le Royaume de La Pluie Éternel". Pourtant ce n'était pas cette pluie qui étonna d'avantage le sabreur, bien au contraire il semblait si attendre, comme-ci le ciel pleurait du pauvre sort qu'avait fait hériter son destin, un lourd fardeau pesait sur ces épaules, comme d'une planète que l'on aurait posée sur les épaules d'un nouveau née. Les pensées finirent par affluer, la pluie avait fait débuter l'éveil du jeune homme.



** Maître, il y a Jadis vous m'aviez convié à choisir la voie de la vertus et du pardon, depuis votre mort qui ensevelissait depuis bien des jours votre condition physique et votre santé, doute et tristesse m'ont arpenté...Au jour d'aujourd'hui ces regards deviennent pesant et insupportable...J'ai fuit les honneurs pour que l'honneur me suive et j'ai convoité la mort pour que la vie me soit donnée...Pourtant péril et mésaventure j'ai connu...Certes la vie est une embuscade, mais la mort elle ne s'annonce que par une grande piété...il y a 20 ans de cela j'aurais voulut connaître l'au-delà. Vivre est devenu synonyme de souffrance, mort est sans doute le synonyme de délivrance, Maître, vous m'aviez toujours enseignez que pour se servir de sa raison, on a besoin de sécurité et de quiétude...La quiétude m’a quitté depuis votre mort, les gens me fuit au même titre que la peste et bien des rumeurs circules à mon insu...L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande...c'est pour cela que je veux découvrir mon passé, pour connaître ma véritable essence et pour libérer mon esprit de ces abstractions qui fausse mon esprit, veuillez me pardonnez, je me dois de rompre ce pacte que nous avions légué main dans la main... **


Des pensées signifiant l'aube d'un recueillement, ou plutôt l'aube d'une nouvelle naissance. Le sabreur sans nom venait de se confier sans peur et sans reproche à l'égard de son vieux Maître. Les mots le pesé au point de ne pas avoir remarqué que la pluie avait cessé de battre son plein. En effet la pluie assourdissante qui avait sommeillé la nature avait fait place au chant majestueux des oiseaux qui roucoulé paisiblement sur leur branche. Un silence certes, mais un silence qui venait d'être troublé par une marche, en effet le sabreur avait put sentir des pas, ces mains sur le sol, il avait ressentit de léger tremblement qu'il n'avait pas remarqué en venant ici, puis un souffle, le sabreur pouvait clairement entendre ce souffle. Un étranger ? Peu importe une rotation rapide de la hanche, les plats de pieds ferme sur une position accroupit, le sabre qui était dans son fourreau au bas du dos du sabreur fut vite dégainé, la lame posé sous la gorge d'un homme et des mots vifs explicite :


« Ô toi qui vient troublé mon silence paisible, et qui foule de ces pas une terre qui est inhabité, annonce toi !! »



L'homme étonné d'une attitude aussi méfiante, recula légèrement sans doute quelque peu apeuré, puis enleva légèrement de ca main droite la lame qui était sous ca gorge pour la décalé légèrement sur le côté. L'homme ensuite toussa quelque peu et dit simplement d'un air amusé en regardant droit dans les yeux le sabreur sans nom qu'il connaissait peut être par les rumeurs et dires du village voisin non loin de la tombe de son Maître.




Le sabreur sans nom sentait que le danger n'était pas présent, il finit par se lever et par rengainer délicatement son sabre au bas de son dos, les bras croisés et les yeux fermés il rétorqua alors à l'inconnu qui avait fait sans doute une longue marche pour venir jusqu'ici et qui avait d'autant plus suivit le sabreur :



« Il n'y a point de sabre ou de lame sur cette terre qui n'ai fait couler de sang, un sabre est destiné à être imbibé et à flirter avec le sang de ces ennemis ou de ces victimes, tel est la tragique dimension d'une arme aussi honorable !! Naître pour découper, il est au même titre que l'homme, née pour détruire et s'acquérir de pouvoir nouveau…chaque jour, une folie qui ne cesse de grandir... »


L'homme âgé rétorqua, en passant sur ca barbe de manière curieuse et intéressé et rétorqua alors au jeune Maître Sabreur :


« Jadis fut un temps ou homme d'honneur et de grâce se succédait, le temps s'est armé de la folie des hommes pour épuisé la grâce et l'honneur des uns et des autres...Ma venu n'annonce aucun malheur, pardonne moi d'avoir troublé ton recueil, mon nom est "White Bird", loin de moi l'envie de t'ennuyer mais de vilaine rumeur plane sur toi qu'en est il jeune Maître ? »


Le Sabreur sans nom finit par prendre place non loin sur un rocher pour continuer la conversation impromptu :


« Il y de cela des lunes que mon Maître est mort...Sa mort annonça la fin de la vie d'un être remarquable, mais aussi le début d'une bien triste destinée pour moi, peu importe les rumeurs, je n'ai que faire des commérages du commun des mortels, je vie selon mon destin et uniquement pour être à la recherche de la quiétude et de la vérité, que me veux tu homme ?! »


L'homme prit place à son tour juste à côté du jeune sabreur sans nom et s'écria :


« Sabreur Sans Nom, ta réputation d'enfant maudit te précède, de nombreuses légendes ont été raconté à ton insu, paysan et manant te fuis, non loin de t'attirer disgrâce, mais je te cherchais pour effectuer un travail, sabreur sans nom si tu accepte tu seras bien payé... »


Le sabreur sans nom resta quelque peu pensif, l'homme devait venir de loin, car le jeune Maître de sabre avait put reconnaître un accent propre au Royaume du Sardor, une autre île éloigné de Calm Belt. Le jeune homme se leva les bras croisés et finit par rétorquer :


« A mon humble avis la grâce m'importe peu, seul l'éclat de la vérité pourra devenir cette lumière qui m'enveloppera de cette quiétude que je recherche à l'égal des chimères. Cependant homme, annonce moi en quoi consiste ce travail et quel sera le montant de cette course ? »


L'homme poussa un ricanement bruyant puis finit par rétorquer :


« La fougue de la jeunesse rivalisera sans doute à jamais face à la sagesse des anciens, je viens du Sardor, j'ai traversé de lointaine contré pour te rencontrer Sabreur Sans Nom !! Ma fille "Héléa" a été kidnappé, par des êtres que l'on surnomme, « Sang Pu r », des êtres dit noble de leur destin de descendant des dieux...Nombreux sont les craintifs qui les fuient et nombreux sont les morts qui acquiesce de cette terre...J'aimerais que vous retrouviez le seigneur qui à prise ma fille pour la réduire en état d'esclave, vous recevrez un sac de pièce d'or...tenez la voici... »


L'homme donna au jeune Maître une peinture qui représentait sa fille afin que le Sabreur Sans Nom ai une idée de quoi elle pouvait ressembler. C'est ensuite que le sabreur commençait à Marcher en direction du village pour dire simplement :


« N'ai crainte homme, l'orphelin, la femme et l'enfant sont sacré, ma lame punira le mécréant qui à osé s'exprimer d'un tel acte, tu reverras ta fille à l'aube dans trois lunes... »


Sur ces mots le sabreur sans nom se mit en route donc pour un nouveau contrat d'assassinat, exécuter l'homme qui avait enlevé la fille du demandeur de ce contrat de sauvetage. Une nouvelle mission attendrait le Sabreur qui s'était donc recueillit au près de son défunt Maître qui fut mort depuis bien longtemps, mais encore intacte dans la mémoire du jeune Maître du sabre.


Fin du Flashback

















Codage fait par Raio, pour Raio & Byby. Ne pas recopier. Merci !

_____________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.op-history.net/
Gensui Makkura
Amiral en chef
Amiral en chef
avatar
Messages : 143
Points d'activités : 43
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (4/4)
Second Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (2/4)
Age : 104
Localisation : In Your Eyes !

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 1607
Points de popula' [PP] : 1574
Divers:
MessageSujet: Re: [Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori Mer 2 Jan - 1:53








“ Forgot A Century /3 „





Le Voyage fut long et éprouvant pour la brave bête, Hercule ne portait pas son nom pour rien, un cheval très résistant et cruellement intelligent, d'ailleurs ils faisaient une bonne paire. Lui et le sabreur de génie, un talent qui lui a été hérité de son vieux Maître mort. En effet c'était non loin de la tombe du Maître du « Sabreur Sans Nom » ou le rendez-vous avait été donné, le retour était fatiguant, mais il n'y avait eu absolument aucun problème en court de route tout était calme, bien trop calme d'ailleurs, comme d'un calme avant une lourde tempête. Le Cheval prit ensuite une course moins rapide et moins éprouvante étant donné que le point d'arriver était en vue et bientôt atteint.


C'est alors que dans un épais nuage de brouillard, à l'aube à la troisième lune donc comme il avait été convenu que le Sabreur Sans Nom avait ramené saine et sauve la jeune fille des mains des tyrans du Royaume Du Sang Pur, le sabreur était toujours à l'heure, tout comme l'homme sans doute inquiet au loin qui avait séjourné dans les parages. A dos d'Hercule le cheval intelligent et ami fidèle du sabreur, le jeune Maître de Sabre aida la jeune fille à descendre, rapidement il descendit à son tour. Le sabreur une main déposée sur l'épaule de la pauvre enfant traumatisé, l'amena au chevet de son père qui était présent. La jeune fille fonda en larme et tomba à genoux face à la vue de son père.



« Oh père !! Nous revoilà !! J'ai vécu de bien terrible périple, ce jeune homme m’a sauvé de la tyrannie et de la honte, offrez lui toute les offrandes possible pour m'avoir sauvé de ces brigands inhumain, ce Maître De Sabre, oui cet homme que je croyais perfide et mesquin m’a sauvé d'un bien triste sort qui aurait pu devenir terrible pour moi !! »



Le sabreur à ce moment précis trouvait que quelque chose n'allait pas. Pourquoi en premier lieu la jeune fille ne fondait pas en larme mais dans les bras de son père, comment connaissait-elle le vrai visage de l'homme que l'on surnomme maudit et pourquoi n'avoir pas remercié le sabreur plutôt au lieu de le faire maintenant, à la place elle aurait bien pu rester silencieuse et pleurer toute les larmes de son être pour avoir été sauvé et ramené auprès de son père. Cette jeune fille jouait la comédie, le sabreur était en alerte il sentait un danger. Mais il n'en fit rien pour le moment, en effet le père de la jeune fille "White Bird" agrippa l'épaule du sabreur et le tourna pour lui montrer de sa main une caisse remplie de pièce d'or et il s'écria :


« Brave homme, que la grâce des dieux te soit donné et que ta vie dure aussi longtemps que celle des montagnes !! Tu as sauvé ma jeune fille d'un sort terrible et tu la sauvé des griffes de la mort que pouvait lui apporter ces tyrans, soit bénit et prend ta récompense jeune Maître !! »


Le sabreur tiré une mine désintéressé, pourtant une caisse remplie de pièce d'or ne pouvait pas faire de lui quelqu'un de désintéressé, ce qui chagrinait encore plus le sabreur s'était ces comportements étranges, au lieu de montrer la récompense pourquoi le père ne prenait pas sa fille dans ces bras pour la rassurer et pour la choyer. Elle avait vécu de terrible évènement, pourquoi n'y avait-il aucun contact entre ces deux personnes, le sabreur commençait à douter des réels raison de ces deux gens qui paraissait pauvre, et d'ou avait-il eut l'argent, les détails troublant ne faisait qu'attiser la méfiance du sabreur. C'est alors que de manière soudaine, des sortes de pics relié à des câbles durs vinrent entrer en contact dans la chair du sabreur d’une manière violente au niveau des deux épaules. Le sabreur grimaçait à la douleur, la chair transpercé laissant jaillir du sang de ceux-ci. Il venait d'être attaqué par derrière.




Le sabreur sans nom se retourna, surprise totale, la jeune fille douce et paisible aux allures triste et tourmenté était cette même personne qui venait d'attaquer le sabreur, cette fois-ci ce n'était plus à en douter, ce complot machiavélique avait été monté depuis le début, la jeune fille pris des allures sinistre et s'écria d'un air d'excitation à la vue du sang qui s'écoulé sur le corps du sabreur, elle tenait fermement les câbles des crochets qui avaient percés les épaules du sabreur et elle s'écria alors d'un ton froid et plutôt désagréable du fait qu’elle avait une voix grinçante et donc désagréable à l'ouïe :



« Sabreur Sans Nom, ta réputation disait que tu ne te laissais jamais au grand jamais te faire surprendre, alors que là tu te laisse attaquer de dos et abusé par une simple jeune fille, ta réputation de Maître de Sabre serait-elle fausse ou bien ta pitié t'empêche de réagir !! Hin Hin Hin !! Honte à toi !! »


Le sabreur ne comprenait pas pourquoi une telle attitude venait d'être prise, cette jeune fille triste et douce s'était transformée en une guerrière impitoyable, maintenant que le sabreur y pensait, il se rappela de deux Assassins qui faisait équipe et qui était réputé pour tromper ces cibles afin de les tuer plus facilement. Comme deux loups qui mentiraient avec grand plaisir pour adoucir la confiance et faire disparaître la méfiance de leur victime. Des assassins se basant sur une technique de pure tromperie. Bref c'est alors que le sabreur se retourna et fixait d'un air froid et glacial la jeune fille et s'écria aussi d'une voix calme et froide, en gardant un sang froid incroyable, il n'exprimait aucun étonnement ni aucun sentiment, seulement ce terrible regard, d'une posture sereine il dit donc :


« Pourquoi agir de la sorte ? Ma tête est aujourd'hui votre cible, vous me voulez comme trophée, je me demande bien qu'elle est l'immonde bâtard qui vous a donné un contrat pareil, sans doute les gens de ce village qui me craigne et qui me fuit comme la peste...Vous êtes donc ces assassins trompeurs, j'ai entendu maintes et maintes histoires sur vous et vos agissements. Votre sens de la fourberie à eut tendance à m'exaspérer...Jeune fille, les dieux sont de ton côté, car je suis un homme qui défend l'orphelin, la femme et l'enfant, ton âge te sauvera de la cruauté de ma lame, mais pour ton complice... "


C'est alors que la jeune fille rétorqua en coupant la parole au sabreur, elle ne voulait pas entendre la suite et voulait répondre aux attentes du sabreur qui venait d'être lâchement trahit :


« Tais toi donc, le malheur plane sur toi, nous avons été bien payé pour rapporter ta tête, avec l'assassinat du Duc De Cruval, te tuer nous rapportera beaucoup plus de prestige et de ce fait les demandeurs de contrat pourront nous payer à de haut prix pour nous engager et faire toute sorte de travaux, nous deviendrons riches et nous deviendrons des nobles de la Slave Packeis, ainsi et notre but, notre credo ! Nous avons besoin de ta tête, là ou tu iras tu n'en aura pas besoin !! HAHAHAHAHA !! "


Suite au rire fourbe de la jeune fille au combien cruelle, le sabreur agrippa d'une poigne de fer violement les câbles pour les tirer vers lui violemment. La jeune fille fut projetée en direction du sabreur qui faisait preuve de calme et de bravoure malgré la situation. La jeune fille commençait à décoller du sol de manière violente et vif et au même moment le sabreur sans nom dégaina son sabre au bas de son dos pour se préparer à l'offensif. Après avoir violemment tiré la jeune fille, le sabreur envoya celle-ci la tête la première en plein estomac de White Bird, sous le choc violent et lourd du corps de la jeune fille, celle-ci tomba dans l'inconscience, et White Bird surpris par une action pareil et de ce niveau n'avait pas put esquiver à temps, le sabreur avait pris l'avantage grâce à l’effet de surprise, White Bird l'assassin engagé pour tuer le sabreur sans nom avec sa coéquipière crachait un filet de sang depuis sa bouche, et c'est ensuite que le sabreur sans nom coupa les câbles et pu ainsi se défaire de ces liens crochu métalliques qui était entrer dans sa chair précédemment pour soudainement s'écrier d'une course folle et rapide en la direction de White Bird :




« Homme sans scrupule !! Osez prendre avec toi une jeune fille et se servir d'elle, n'as tu pas de remord pauvre inconscient !! Ta vie d'assassin s'arrête ici, tu ne reverras plus jamais de ta pauvre vie ne serait qu'une traitre pièce d'or. La sagesse du futur, celle qui évitera le suicide de l'humanité, ne consistera plus à gagner du temps mais à le remplir, à le vivre, à en prendre toute la mesure, tu n’es pas de cet esprit là ! Alors rejoint l'enfer et paie tes pêchés par les flammes noires des profondeurs des abysses de Satan le lapidé !! »


Après ces mots de terreur lancé à son ennemi, d'une vitesse incroyable et d'une course impressionnante, le sabreur sans nom stoppa net sa course pour effectuer un pivotement de 360°, afin de tournoyer sur lui même sur la pointe de son pied droit pour accumuler de la puissance et une fois cela fait, il s'arrêta bien campé sur ses appuies, plus précisément sur les plats de ces pieds ferme par rapport au sol, puis d'un mouvement rapide et net, le Sabreur Sans Nom trancha rapidement et d'une netteté incroyable la tête de l'assassin, le regard terrible et effrayant comme d'un bourreaux de l'enfer ou plutôt d'un démon sanguinaire qui venait d'abattre son adversaire de manière violente et sans aucune pitié quelconque.




La tête du pauvre homme voltigea dans les airs pour se percher sur la branche d'un arbre. Suite à cela d'un geste souple du poignet, la lame tourbillonna pour faire évacuer le sang qui coulait sur celle-ci et d'un rengainement de style, le sabre entra dans son hôte donc le fourreau pour y retourner, tel était sa place. C'est ensuite que le sabreur se laissa envahir par une brise légère se répandant peu à peu dans les lieux. Un silence doux, les oiseaux chantonnaient malgré la fureur du sabreur qui venait de frapper le malheureux. Le Sabreur Sans Nom nettoya tout le sang présent et enterra le corps du pauvre homme en y mettant sa tête aussi dans sa tombe. Ensuite le sabreur saisissait la jeune fille pour la déposer contre un arbre, le coffre aux pièces d'or était remplit jusqu'à en déborder, le Sabreur pris plusieurs poignée de celle-ci et déposa au pied de la jeune fille encore et toujours inconsciente, des pièces d'or en masse et il dit alors de manière calme et sereine :



« Jeune fille...tu a toute l'étendue de mon pardon, car l'enfant sommeil et ne connait pas les réels intention du monde qui l'entoure, tu t'es fait berner par de bien grande illusion, je viens de te montrer au combien la désillusion était dangereuse et même mortel pour celui qui n’y prend point garde...Ne te fais plus berner de la sorte et recommence une nouvelle vie avec ces pièces d'or...C'est tout ce que je peux faire pour toi...Adieu et que la grâce ainsi que la vérité t'atteigne de sa clarté étincelante et éternel !! »


Sur ces Mots doux et sa générosité et sa bonté, le Sabreur emporta avec lui le reste des pièces d'or et le déposa sur le dos de son fier et fidèle destrier. Une fois monté en scelle, Hercule galopa fièrement au grée du vent pour se rendre dans de nouvelle contrée encore inconnue. Au cours du temps le sabreur sans nom comme il était appelé dans les légendes s’était fait un nom. Il avait finit par fonder une famille et il avait donné naissance à une descendance de vrai héros. Sans nom de famille restait secret aux yeux du monde, se propageant seulement au sein de sa famille. Son nom lui…était Sauzer, le sabreur sans nom, l’ancêtre de Makkura, l’actuelle Amiral Shitori.











Codage fait par Raio, pour Raio & Byby. Ne pas recopier. Merci !

_____________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.op-history.net/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori

Revenir en haut Aller en bas

[Flash Back] L'ancêtre De L'Amiral Shitori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Calm Belt :: Autres îles de calm belt-