AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

De vieux potes [fb avec Zai~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: De vieux potes [fb avec Zai~] Dim 20 Jan - 12:52

C'était il y a combien de temps déjà?”

« L'enfance, c'est l'envers de la vieillesse : c'est ne rien savoir et pouvoir tout faire.»





C'est comme un souvenir qui nous revient sans que l'on n'y puisse rien faire. Les paroles d'une chanson qui se répètent encore et encore dans notre tête. La vie passe tellement vite...

Il s'agissait d'une rue sombre et malgré l'heure avancée, vide. L'on y apercevait personne, l'on y sentait que le malaise et la puanteur d'un endroit mal entretenu. Les maisons tombaient en ruine, le sol, mi terre mi pierre était jonché de déchets et d’excrément, il s'agissait surement du lieu le plus sordide de la ville. Ses occupants devaient être les personnes les moins fréquentables à des lieux à la ronde, fille de joie, truands, voleurs, mensonges... mensonges et tromperies étaient la maxime de cet endroit. Malgré la chaleur environnante, le soleil poignant dans le ciel, ce coin restait sombre, mystérieux et froid. Il ne devait pas être 15 heure, et la seule âme qui vive exceptée les rats et quelques chats était une petite fille. Seule debout, elle chantonnait en se balançant sur les jambes, un quignon de pain fermement tenu entre ses petites quenottes. Elle devait à peine être âgé de plus de cinq an, frêle, sa tenue partait en lambeau mais pourtant, le rouge de ses belles joues reflétait le propre et la santé. La petite fille interrompit son chant et regarda un rat qui, sortant d'un trou d'une maison passa telle une flèche devant elle avant de disparaitre au coin de la rue. La fillette mâchonna son pain et entreprit de se diriger vers la rue. Elle avait eu de la chance dernièrement, cela faisait une semaine qu'elle trouvait facilement de la nourriture et, la seule chose qui lui manqua fut un nouveau bout de tissu pour se couvrir car son pantalon mangé par le temps lui arrivait dorénavant à peine au genoux et son haut, qu'elle avait eu beau frotté encore et encore faisait apparaitre une couleur délavée et tachée de toute part. Mais Jane n'avait pas à se plaindre, elle mangeait à sa faim et avait même était recueillit depuis plusieurs nuit par une vieille dame qui lui autorisait un lit si elle s'occupait un peu du ménage. Jane était petite, et cela faisait peu de temps qu'elle était parvenue à se trouver une petite place dans ce lieu sordide. Avant cela, elle avait passé ses petites années auprès d'un couple d'homme qui, grandes gueules et joyeux vivants l'avaient tant bien que mal élevée. Mais ils étaient partis depuis trois mois déjà. Elle avait même pleuré lorsqu'ils avaient prit la mer avec d'autres compagnons en refusant qu'elle les accompagne.

La fillette essuya une larme au coin de son œil en reniflant. Elle n'avait pas à pleurer ni à se plaindre! Elle devait être forte. Au détour d'un mur de pierre, ses yeux se posèrent dessus et elle oublié tout ses problèmes. Submergée par un intense sentiment d’allégresse, une profonde paix s'installa en elle et ses yeux se mirent à briller. Elle réagissait toujours comme cela lorsqu'elle l'apercevait, cette magnifique étendue de diamant brillant sous le soleil. Jouant avec le vent et les mouvements, les reflets faisaient étinceler de mille feu la surface de l'océan. Un grand sourire s'afficha sur le visage de la fillette et elle courut vers le port. Elle se perdit un moment dans les rues qui la séparait de la plage et, lorsqu'elle réussit à s’extirper de ce labyrinthe se fut pour se retrouver face au chantier naval. Déçue qu'un tel obstacle la sépare de son but, elle s'approcha, curieuse des bruits et de l'odeur qui se dégageait du lieu. Elle ferma un instant les yeux et s'imagina la scène en s'accoudant à la barrière placée autour du chantier. L'odeur du bois fraichement couper, la sciure tourbillonnant dans les airs, le son de la scie perforant cette matière. Tout cela était un monde que Jane ne connaissait pas, mais elle aimait l’aspect tranquille, et cette once de fraicheur qui lui faisait oublier le lieu sordide qu'elle venait de quitter. Il y avait cependant quelque chose, un attrait bien plus envieux, quelque chose que Jane remarqua directement. Ce bruit ne pouvait couvrir celui des vague sur la pierre et le sable. Cette fraiche odeur de nature ne pouvait cacher celle salée de l’océan. Jane rouvrit les yeux, elle aimait l'océan, elle voyait en celui ci son seul ami, son présent, sa vie et son rêve. Alors qu'elle ouvrait les yeux, elle remarqua un garçon à peine plus âgé qu'elle à ses côtés. Elle le regarda et vit dans ses yeux une véritable admiration pour la scène qui se trouvait devant lui. Il possédait de singuliers cheveux bleus qu'elle assimila presque sans le vouloir à son dessert préféré, le marshmallow. Une vieille dame de la rue an faisant souvent et, il lui arrivait d'en donner à Jane, ces bonbons, ils fondaient dans la bouche et étaient un véritable délice! Son regard croisa celui du garçon et elle lui sourit de toutes les dents avant de faire volt face en rigolant. Elle contourna le chantier naval en courant et, s'élança vers la plage. Elle alla trop vite et, alors qu'elle se rapprochait de l'eau, elle se mélangea les pieds et tomba tête la première dans l'eau. Avec un grand éclat de rire elle prit de l'eau dans ses mains et la fit voltigeait autour d'elle. Qu'elle aimait la mer!

~quelques années plus tard~



"Mais il n'avait pas dit son dernier mot! Et alors que le petit garçon partait en courant, l'ogre fit un pas largement suffisant pour le rattraper et, de sa grosse main, il souleva sans peine l'enfant avant de l'enfourner dans sa bouche! Ses os craquèrent sous ses dents, du sang coula le long de ses lèvres, de son menton avant de former une tache mortelle sur son vieux chemisier, les cris qu garçon c'étaient depuis longtemps arrêtés..."

Son ton avait était parfait, son visage reflétait la douleur, le désespoir et la peur. Elle jubilait alors que devant elle les enfants se décomposaient, leurs visages d'un pâle peu habituel, leurs yeux sanglotants, ils ne prirent pas le temps de se concerter avant de partir en courant et en hurlant devant Jane et son air diabolique. Fière d'elle, Jane éclata d'un cruel et grand rire en rejetant la tête en arrière, mains sur les hanches. Elle se trouvait sur la même plage que depuis des années elle côtoyait. Cela faisait cinq ans maintenant que le mystérieux navire était arrivé. L'équipage d'un homme nommé Danar était en presque totalité composé d'enfants et, avait sois disant un vilain dessein en ce qui les concernait. Mais Jane s'en moquait, ce qu'elle savait, c'est que cet homme avait amené des centaines d'enfants et que ceux ci avaient envahit l'île suite à l'arrestation de Danar. Et ça, Jane avait du mal à le supporter. Ces pleurnichards qui passaient leur journée à mendier en hurlant, ça l’insupportait! Mais ce n'était pas eux les pires, les pires, c'était les gangs, des garnements qui, plus entêtés et bêtes que les autres avaient décidés de former des groupes afin de survivre. Parmi ceux-ci, deux groupes s'étaient détachés, l'un dirigé par Zac, un débile corrompu, gros et ringard, l'autre par Zaeth un garçon à peine plus âgé que Jane qui était originaire de l'île. Jane avait eu à faire à plusieurs reprises dans ces gangs et on avait déjà essayé de la recruter, notamment le gang de Zac. Mais Jane, plutôt solitaire avait avec audace refusé en lui jetant toute sorte d'insulte. Jane en rigolait encore lorsqu'elle se souvenait du visage déconfite de Zac, et de son départ victorieux. Du moins jusqu'à ce qu'elle se retrouve face aux camarades de Zac, elle s'était alors sentie moins fière... Autant dire que ce n'était pas le grand amour entre eux.

Après avoir regardé les silhouette terrorisées des enfants se fondre avec la ville, Jane se coucha dans le sable humide, une main frôlant l'écume. En fermant les yeux, elle pouvait entendre le bruit des hommes qui travaillaient le bois. Le soleil commençait à se coucher et Jane se demanda ce qu'elle allait faire le soir même. Elle avait passé la matinée chez ce vieux hibou de tavernier qui la payer trois fois rien pour toutes les taches qu'elle faisait. Mais elle ne rechignait pas à la tache car grâce à lui, elle pouvait se nourrir correctement. Une image, telle un ange s'imposa à elle, celle d'un magnifique marshmallow. Un filet de bave apparu au coin de sa lèvre et, alors qu'elle sentait le goût angélique de ces magnifiques mets, un bruit violent la réveilla en sursaut. Elle se leva d'un coup, pour apercevoir non loin d'elle un groupe de gamin se battant.
Les ignorants, elle marcha vers la ville en sifflotant d'un air absent. Mais elle fit à peine dix pas que l'un des combattants emporté par son élan s'écroula sur elle au sol. Furieuse elle s'appuya sur lui pour se relever en omettant le fait que son pied était sur le visage du garçon. Elle s'épousseta en ronchonnant et en tournant les talons mais quelque chose retint son attention. Elle ne savait pas qui étaient les combattants mais elle reconnu l'un d'eux. Il s'agissait d'un natif de l'île nommé Plu, du même âge qu'elle, il était d'une nature pacifique et énormément généreuse. Un jour ou Jane était au plus mal, ce garçon l'avait aidé et accueillit chez lui. Mais ses parents étaient mort il y avait peu de temps et Jane ne l'avait plus revu. Elle lui était toujours redevable et elle ne supporta pas le fait de le voir se faire frapper dessus. Revoyant son sourire si chaud, Jane s'avança et stoppa le bras qui s'abattait sur lui.

Il s’avérait que le combat était vraiment peu équitable. Les deux gangs de Zac et Zaeth étaient en "guerre" mais il ne s'agissait pas vraiment la d'un combat mais plutôt d'une attaque surprise ou Jane, se retrouvant en allié de deux garçons se retrouva face à quatre adolescents du clan de Zaeth. Mais des trois, Jane était la seule qui savait "potablement" se battre et elle gouta à une douloureuse défaite. Par terre et crachant du sang, elle releva la tête pour fixer son bourreau. Ce dernier baissa les armes et lui souriant cruellement s'empara du garçon que Jane avait voulu sauver. Il s'adressa à elle d'une voix autoritaire en passant la lame d'un couteau sous le menton du garçon, qui effrayé suppliait Jane des yeux:

" Fillette, va voir Zaeth et s'il veut revoir son petit copain, qu'il nous rende ce qui nous appartient demain!"

La tête de Jane lui tournait et elle ne put qu'hocher la tête en regardant les garçons partir en emportant Plu. Jane se releva tant bien que mal et alla voir si l'autre garçon allait bien. Il était mal en point et avait plusieurs côtes cassés. Jane l'amena en jurant chez une des infirmières de la ville. Mais qu'est-ce qu'il prenait à ces abrutis d'enfants de s'entre tuer?! Elle se dirigea en grondant vers le lieu qu'elle savait être le repère de Zaeth. De son air le plus diabolique, elle s'adressa aux deux garçons qui se trouvaient aux alentours, elle savait qu'ils appartenaient au groupe de Zaeth:




"Je me fous s'il mange. Je me fous s'il est à poil mais je veux voir Zaeth alors amenez le tout de suite ou je vous fais farcis aux pommes!"

Jane avait prit son air le plus furieux et le sang qui coulait encore de ses lèvres, son allure coléreuse et ses vêtements abimés lui donnaient l'allure d'un diable fou. Les deux garçons qui se trouvaient face à elle ne surent pas vraiment comment réagir devant une telle folle furieuse, ce qui couta chère à l'un deux qui se retrouva en l'espace de cinq secondes au sol, les mains sur son estomac que Jane venait de cogner. Le bruit qu'il fit en cirant attira des amis à lui et Jane se retrouva rapidement encerclée d'un groupe d'enfant aux allures vengeresses. Jane avait était déjà grandement amochée peu de temps auparavant et elle se battit comme elle put. Ce combat lui parut interminable. Elle prenait des coups de tous les côtés et se retrouva bientôt par terre sans pouvoir riposter. Des larmes de frustrations lui montèrent aux yeux, elle avait peut être mal commencé la négociation. Enfin son cauchemars s’arrêta lorsqu'un garçon hurlant plus fort que les autres leur firent arrêter de taper sur Jane. Celui qui l'avait fait venir était l'un des deux que Jane avait interpellé au début et Jane ne savais pas s'il s'agissait de Zaeth ou non, elle ne l'avait jamais vu en après tout. Mais elle le regarda droit dans les yeux, ses prunelles jetaient des éclairs et en crachant sur le sol Jane se releva en oubliant sa douleur, elle prit le garçon par le col en le fixant avant de prononcer calmement et insolemment ces mots:

" Je me fous si t'es Zaeth ou pas. Je me fous si tu me prends pour une folle. Mais moi je vous considère comme des démons. Y avait deux de vos camarades sur le port en train de se faire tabasser et je les ai aidé car j'étais redevant à l'un d'eux. Mais il s'est fait prendre et je me fous de ce que votre clan à prit à Zac mais il veut que vous lui rendiez, vous êtes des malades! Avec vos battes et vos allures de combattants!

Jane était furieuse, ses mots se mélangeaient dans sa gorge et essoufflée, elle n'arriva plus à parler. Elle avait toujours vécut dans la violence, mais, chauffée à bloc par les coups qu'elle venait de se prendre elle maudissait le monde entier et était prête à mordre le premier fou qui lui adressait la parole. Jane gardait ses yeux fixés dans ceux du garçon qu'elle tenait toujours par le col.






Revenir en haut Aller en bas

De vieux potes [fb avec Zai~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-