AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Bromance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FB] Bromance Mer 23 Jan - 22:37

Gouki leva les yeux au ciel, appréciant la caresse du vent sur son visage face à ce soleil couchant. Les mers de South Blue étaient plus chaudes que celles du Nord, pour sûr. Après tant d'années passées à voguer, revenir sur son île natale lui faisait plaisir. Il était en avance sur son programme mais il attendrait son frère aussi longtemps qu'il le faudrait. Et puis, peut-être que leur lien gémellaire le ferait revenir plus tôt que prévu. Le Cahir enfonça les mains dans ses poches, et soupira, regardant la mer sous la falaise où il était installé. Il entendait distinctement les cris et sifflements des animaux de la jungle derrière lui, et ce fond sonore lui avait manqué dans les îles grisâtres et industrialisées de North Blue. Depuis son passage là-bas, il avait l'impression de ne plus être le même. Il retira ses mains des poches de son pantacourt, et observa ses tatouages, se rappelant avec émotion de son enfance sur l'île, de la chasse avec son frère, des cours de son grand-père où Ketsueki passait le plus clair de son temps à dormir, puis leur séparation pour devenir plus fort, chacun de leur côté... Sa vie serait-elle jamais comme avant? Il s'assit et plongea sa tête dans ses mains, le crépuscule propice à sa mémoire...

***

La première fois qu'il l'avait vue, c'était il y a environ deux ans. Elle furetait par ci par là dans le chantier en chantonnant, apportant à boire et à manger aux ouvriers épuisés par son père qui ne les ménageait pas. Ce jour-là, notre charpentier était occupé à la rénovation d'un bateau, le pont ayant subi d'importants dommages suite à un problème de flammes dans la cuisine. La petite blondinette, qui devait avoir son âge ou un peu moins, s'était approché du garçon au teint mat et à la chevelure immaculée. Avec un grand sourire, elle lui avait tendu un verre d'eau fraîche et un morceau de tarte aux pommes. Devant la délicate attention, Gouki n'avait pu s'empêcher de sourire, et la jeune fille avait rougi et était partie en courant, faisant bruisser ses ballerines fines. Notre héros s'était légitimement posé des questions: était-il si laid que ça? Il faudrait qu'il en parle à ses collègues ce soir au bar. En tous cas, cette tarte aux pommes était délicieuse! Le soir venu, donc, au bar, notre héros s'installa confortablement et demanda à ses collègues ce qu'ils savaient d'une jolie blonde qui baguenaudait de temps à autres sur le chantier. Jacky et Kaya, deux de ses collègues (un bonhomme aux cheveux rouges à l'intellect limité, avec tout le respect de Gouki, et Kaya une femme aux seins tout bonnement énorme et à l'accent bisarre, une foué) ricanèrent. Un troisième du nom de Sid, un connard hautain mais sympathique quand on savait s'y prendre, mais bien peu de gens savaient s'y prendre, la présenta comme Carly Whittaker, la femme du patron. Au contraire de ce connard (je vous garantis que Sid qui parle de connard, c'est l'hôpital qui se fout de la charité!), elle tenait de sa mère et était la bonté incarnée.

Gouki rougit lorsque Jacky lui demanda pourquoi il voulait savoir ça, et Hu, un homme... non, une femme... non, une chose, ricana de façon fort cristalline en disant que c'était l'amûûûûr et Gouki vira au rouge pivoine. Certes, cette Carly était jolie, mais il ne pouvait pas l'aimer sans la connaître et... Sid l'avait fait taire en menaçant de poser son membre pénien sur son front, et la soirée s'était terminée de façon bien peu sobre, sauf pour Gouki qui ne tenait pas l'alcool. Le lendemain, notre héros avait vu Carly l'observer derrière un tonneau. Sauf qu'elle était cachée du mauvais côté, et que Gouki avait une vue sur son décolleté qui lui fit sortir de la fumée par les oreilles (selon le médecin du chantier naval, ce n'était pas pathologique). Bref, ce jeu du chat et de la souris avait duré quelques semaines, et las de tout cela Gouki avait fait le premier pas. Carly avait accepté qu'ils dinent ensemble le soir. Pour la première fois, notre héros, enfermé dans la routine du travail, attendait avec impatience la fin de la journée. Le soir, il avait enfilé sa plus belle chemise et s'était rendu dans un petit restaurant où l'attendait la douce Carly, vêtu sobrement de collants avec un short et d'un débardeur gris. Chance, il faisait plutôt chaud ce soir-là. Au départ les deux jeunes personnes, toutes deux aussi timides l'une que l'autre, et les regards lourdingues de Kaya, Jacky, Sid et Hu sur sa nuque n'aidaient pas à l'ambiance et les deux jeunes adultes restaient tout aussi gênés l'un que l'autre.

Après le repas cela dit, l'atmosphère se détendit, et une fois payé, notre héros prit l'initiative, attrapa la main de sa douce et l'entraîna dehors, puis jusqu'à la plage (il avait tout prévu en choisissant cette taverne au bord de la mer.) Bien que froide, les deux jeunes adultes, qui avaient toute la vie devant eux (YOLO, comme disent les jeunots), trempèrent les pieds dans la mer en riant. Pris qu'ils étaient, ils n'avaient pas remarqué le mystérieux buisson où se cachaient les collègues de notre héros. Et, accomplissement de quelques semaines d'approche, sous les étoiles, les lèvres de notre héros s'accrochèrent à celles de Carly, pour un baiser langoureux. Même le cri de joie et le "Pff" de Sid, pourtant bruyants, ne parvinrent à les tirer de cela.


***

En les sentant s'humidifier, Gouki retira ses paumes de son visage et pleura tout son soûl. Qu'avait-il perdu à cause de cette colère inextinguible? Qu'est-ce que ce magma noir et bouillant avait emporté avec lui? Sans doute l'amour d'une vie. D'un mouvement du bras, il essuya ses larmes, et se retourna en entendant un bruissement: un des garçons du village surgit, haletant. Il venait de courir. Il clama:

- Gou.. Gouki-sama! Ton frère... Il est revenu!
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Jeu 24 Jan - 13:14

    Voilà trop longtemps que j'étais loin de chez moi. Malgré tout, voir de si loin les rivages de cette île, de mon île ça fait du bien. Ça réchauffe mon âme et revigore mon coeur. L'aventure a du bon, mais quand elle se mène correctement. J'avais tant rêvé de courir le monde, de quitter cette île et cette forêt que je connais par coeur. Dont j'ai, avec Gouki, explorer les moindres recoins, y compris les plus sombres et interdits, surtout les plus sombres et interdits ! Nous avions le vent de face, se qui ralentissait un peu le bateau mais qui était tellement bon. J'arrivais à sentir toutes les odeurs du village. Malgré le crépuscule qui s'annonce, nous étions en pleine été, mais si, notre île étant une île estivale, nous n'avions que très rarement de la grisaille ou de la neige. La neige... C'est aussi une chose que j'ai découverte sur mon trajet et c'est plutôt rare sur South Blue ! Quelques heures ont passé depuis que l'île était en vue. J'avais eu tout le temps de me replonger dans mes souvenirs, tous avec Gouki... J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop d'être revenu plus tôt que prévus et je l'attendrais s'il le faut ! Nous nous sommes donnés dix ans, dix ans avant de nous revoir et ça n'en fait que six... Le soleil était sur le point de se coucher, j'ai toujours aimé les couchés de soleil, inondant la forêt d'une lueur rougeoyante ! C'est à ce moment-là que le vieux nous racontais des histoires du temps passés. Les histoires des grands guerriers de notre île ! Je me souviens de celle du grand Cortes, celui qui a tué le serpent à plume, mangeur de monde ! Mais, il y a bien d'autres légende, hors de notre île ! Dont une qui m'a particulièrement marqué... La légende de Gol D. Roger, le roi des pirates ! C'est décidé, je vais suivre ses traces, car c'était au final, lui l'homme le plus libre sur terre ! Et c'est ce à quoi j'aspire le plus, la liberté ! Et j'ai besoin de Gouki pour ça ! Car j'ai appris durant mon voyage, que le monde est dangereux et que les combats sont fréquents, peut être même trop ! Et puis, il me tarde d'écumer les tavernes en compagnie de mon frère !

    Fraîchement débarquer avec quelques marchandises, les gens qui me croisent n'en revenait pas ! Ils étaienttous estomaqué de me voir là, si tôt ! Pour tout dire, mon père était le chef du village, le plus puissant guerrier quant à mon grand-père, le père de ma mère, il est... J'espère qu'il l'est toujours... Chaman et gardien des traditions du village ! Et nous avons surtout disons une certaine... réputation ! Y compris celle d'avoir mangé des fruits du démon et d'être doté de pouvoir extraordinaire, ainsi que d'être les seuls à avoir réussi le test de sortie du village ! Mais, c'est plus moi qui suis le plus étonné ! Les dieux, le destin, la vie ou le sang, je ne sais pas qui dans tout ça à joué son rôle dans cette histoire, mais, il l'a très bien fait ! Gouki était revenu au village, et il n'avait que quelques jours d'avance ! Ni une, ni deux, je me suis mis à courir ! Courir à en prendre tout mon souffle ! J'ai couru... J'ai couru jusqu'à sentir tous mes muscles brûler, jusqu'à sentir dans mes veines de l'acide sulfurique à la place du sang. Puis, j'ai couru encore. Encore jusqu'à arriver devant le village... Rien n'avais changé en six ans ! La crâne du crocodile géant trônait toujours fièrement devant la porte de la maison... Mais Gouki n'était pas là ! Entendant le râle de mes poumons, mère est sortie de notre maison... notre maison... Elle sourie, elle était si belle ! Et son sourire m'a redonné la force dont j'avais besoin. Elle a ri, de son doux rire cristallin qui me rappelle tant de souvenir. Et puis, elle savait ce que je voulais, ce dont j'avais besoin ! Les liens des jumeaux sont plus fort que tout ! Après m'avoir envoyé un baisé, elle m'a montré du doigt la falaise, c'était là qu'était Gouki ! J'avais les larmes aux yeux... Mais j'ai couru encore ! Vers la falaise, c'était là qu'il s'était installé, un peu en retrait du village. Il n'était pas tout seul, un des jeunes que j'avais croisé sur le port était là déjà ! Essoufflé, les mains appuyées sur mes genoux, ma capuche retombée, montrant mon visage et la cicatrice qui barde mon oeil... J'avais bien changé en six, mais je n'étais pas le seul. Gouki est maintenant un musculeux gaillard, tatoué des symboles tribaux, si cher au vieux... Il a dû être fier en les voyants !


« - Désolé... Gou...ki ! J'esp...ère... que... je ne... t'ai... pas... prop... fait... attendre ! »

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Ven 25 Jan - 23:16

Sitôt que le gamin l'avait prévenu de l'arrivée de son frère, notre héros avait senti tous ses soucis s'envoler: ses larmes, par contre, restèrent, et en se retournant il constata que son frère avait lui aussi les larmes aux yeux, et était haletant: il venait sans doute de courir pour le retrouver. Son frère était légèrement plus grand que lui, et il portait de longs cheveux sombres noués à l'arrière de son crâne. Il avait le visage plus fin que notre Cahir, et son manteau était autrement plus élaboré. Mais c'était bien son frère. Il lui épargna les derniers pas et se jeta sur lui, lui offrant une accolade bromantique. Les deux frères restèrent ainsi un petit moment, puis Gouki recula, tenant son frère par les épaules, observant ses traits: il avait une cicatrice à l'oeil, mais il était resté le même qu'avant... Quoi que ses traits étaient plus sombres. Comme si ces six années n'avaient pas été faciles. Il lâcha son frère, puis regarda le soleil couchant, histoire de cacher son visage à son jumeau. Il laissa le vent chaud de South Blue emporter ses dernières larmes et, lorsqu'il se retourna, un immense sourire fendait son visage. Il dit à son frère qu'il était lui-même arrivé il y a peu, puis se tut, repensant à leur jeunesse dans la forêt. Ils en avaient vécu des aventures.. Dont certaines qui auraient pu leur coûter cher....

***

Gouki soupira. Il continuait à penser que c'était une mauvaise idée. Mais voilà, le tapis de la salle de bains n'était pas au goût de Ketsueki, et il voulait le remplacer par une peau de tigre. Et quoi de mieux que chasser soi-même le tigre? Le summum du charisme et de la puissance pour les enfants d'une culture guerrière qu'ils étaient. Et fatalement, quand Ketsueki partait à l'aventure, son frère suivait. Nos deux héros étaient donc là, tapis dans la jungle, calquant leur respiration sur les bruissements des insectes. Notre héros soupira et banda son arc: il lui semblait avoir discerné un éclair orange. Ketsueki avait vu lui aussi, et était déjà prêt à tirer. Il resta là, sans respirer, son arc bandé, mais l'ombre ne reparut pas. Le frère de notre héros abaissa son arc et ils reprirent leur avancée, les hautes herbes crissant sous leurs pieds. Le climat de l'île était sec et humide, et donc la végétation était très luxuriante. Mais ils y étaient habitués. Ils étaient nés dans la jungle, avaient adopté la jungle, étaient façonnés par la jungle. Nouveau bruissement, nouvelles oreilles aux aguets, arc tendu, silence, rien du tout. Ketsueki soupira: s'il y avait bien un défaut que Gouki trouvait à son frère, c'était son manque de patience. Notre héros discerna un nouveau bruissement et se retourna: l'éclair orange était passé derrière eux. Il tendit son arc et tira. La flèche se planta dans un arbre avec un bruit mat, et l'éclair siffla au-dessus, comme pour se moquer de notre héros. Le garçonnet de douze ans étouffa un juron. Nouvel éclair, nouveau frémissement de ses oreilles.

C'est à ce moment-là qu'il sut que quelque chose n'allait pas: les tigres de l'île n'étaient pas de petites bêtes, non, c'était de gros machins street cred, et un seul n'aurait pas été si mobile: un coup de griffe bien placé et il arrachait la tête des deux frères. Il y en avait sûrement plusieurs! Et effectivement, les éclairs cessèrent, révélant quatre tigres les encerclant à chacun des points cardinaux. Si Ketsueki ne laissait rien paraître, notre héros n'en menait pas large, lui. C'est là que leurs pouvoirs auraient été utiles, mais ils n'arrivaient pas du tout à s'en servir correctement. Le plus gros des tigres, à la peau barrée ça et là de cicatrices, poussa un rugissement et sauta vers Gouki. Notre héros ferma les yeux, sentant l'haleine fétide s'approcher de son visage, puis reculer brusquement en gémissant. Il rouvrit les yeux et constata que sa nuque s'était muée en magma et que la bouche du tigre fondait! Les autres reculèrent d'un pas, et Gouki fronça les sourcils en voyant du magma goutter de son cou et commencer à enflammer la verdure. Les trois tigres prirent la fuite de manière désordonnée, et le dernier leur adressa un regard rempli de haine avant de disparaître. Notre héros tomba sur les fesses, claquant des dents, tandis que son cou reprenait forme humaine. Son frère lui asséna un regard noir: il avait fait fuir les tigres! Ils auraient pu y passer, mais son frère tenait encore à son tapis en peau de tigre! Celui-là, il ne changerait jamais!


***

Que de souvenirs... Notre Cahir se demanda si son frère aimait toujours autant le bling-bling, et se dit qu'aujourd'hui, ils avaient sûrement le niveau pour s'occuper de ce tigre et offrir un joli tapis à Maman et Papa. Cela s'accorderait très bien avec le crâne du crocodile au-dessus de la porte. Mais le temps n'était pas aux réminiscences: les deux frères avaient six ans à se conter. Gouki ne souhaitait pas parler le premier, toute cette histoire était trop fraîche dans sa tête: repenser à Carly lui faisait mal, au moins aussi mal qu'un poignard dans son cœur, et pourtant son fruit était censé le protéger de cela. Le sourire de la jeune femme assombrit son visage, et il dit d'un ton plus tremblant qu'il n'aurait voulu le laisser paraître:

- Heureux de te revoir, Ketsueki. Que t'est-il arrivé pendant ces six longues années, mon frère?
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Sam 26 Jan - 1:30

    J'étais pratiquement en train de littéralement cracher mes poumons. J'avais parcouru toute l'île en courant. Mais le jeu en valait la chandelle ! C'était mon frère qui était au bout de la course, mon frère jumeau. L'autre partie de moi-même... Cependant, en plus de son tatouage, les années l'avaient changé. En plus de son tatouage, il avait maintenant, une cicatrice qui était visiblement relativement récente sur son front. Il semble plus petit que moi, mais, beaucoup plus massif. Plus que jamais, il est le sanglier ardent ! Je me demande ce qu'il a fait pour se faire marquer de cette façon. Pendant que j'étais en train de reprendre mon souffle, il s'est approché de moi, pour me donner l'accolade fraternelle que nous avions l'habitude de nous porter dans les coups durs. Je savais que ces six ans sans lui aller être dur, très dur... Mais je ne pensais pas qu'il serait si difficile à vivre. J'ai dû faire face à de nombre problèmes et à voir sa tête lui aussi. Nous n'étions plus les jeunes garçons qui partaient chasser le tigre pour s'amuser. Nous étions maintenant des hommes, qui aurait réussi à les avoir ses tigres ! Et qui auraient maintenant un tapis de la plus belle facture. Il me semble que nous étions passés par cette falaise pour rejoindre la forêt, c'est peut-être de là que vienne ces soudaines monté de souvenir... Va savoir. Visiblement, Gouki était aussi content de moi, mais, j'avais vu ce qu'il tente de me cacher. Je te connais aussi bien que je me connais. C'est la tristesse qui habite ton coeur... Et le Cahir ne s'attriste pas comme ça pour si peu ! Il va falloir que j'apprenne le fin mot de cette histoire et surtout, que j'aide Gouki à régler ce problème au plus vite. Je ne peux pas le laisser dans cet état ! Mes doutes furent rapidement et sans aucun doute confirmer. Le ton de sa voix était vibrant d'émotion, mais ce n'était pas de la joie qui l'habitait, mais une profonde tristesse... Un vide si profond qu'il me faisait moi aussi, souffrir à un certain niveau. Le lien de deux jumeaux, c'est quelque chose d'inscriptible et d'indivisible ! Mais... Le faire remarquer et n'était pas la meilleure chose à faire avec Gouki. J'ai donc fait semblant de ne pas avoir remarqué son tremblement vocal et je réponds donc à sa question...


« - Il m'est arrivé énormément d'aventure... J'ai rencontré des hommes magnifiques, capable d'égaler nos grands guerriers et d'autre plus bas et veules que les plus terribles monstres de nos légendes... J'ai découvert des choses, plus magnifique encore, que les verdoyantes forêt. C'est d'ailleurs, une autre sorte de forêt ! Les joies de l'alcool et des tavernes mais... J'ai découvert le monde dans sa plus entière cruauté... J'ai découvert ce que les hommes se font entre eux. J'ai découvert, que des hommes joues aux dieux. Décidant, de qui doit vivre ou mourir ! De qui doit être libre ou enfermé... Tu as dû toi aussi, mon frère, rencontrer la marine. Disons qu'entre eux et moi, tu t'en doutes sûrement ! Les choses ne se sont pas très bien passé ! Et j'ai terminé en prison... Pendant ces six longues années, j'étais enfermé dans une sombre et puante geôle de South blue... Forcé de combattre des gens dotés de pouvoir semblable aux notre ! Mais, j'ai aussi découvert des nouvelles légendes... Encore plus brillante et édifiante que les nôtres... Mais tu sembles avoir beaucoup plus à raconter que moi... Que t'es t'il arrivé ? Tu as toujours été le plus moche de nous, deux mais là c'est plus flagrant ! »


    J'avais surtout pris une grande décision pour ma vie, la suite de mon aventure, car elle n'allait pas s'arrêter là ! La prison, ce n'était qu'une étape nécessaire. Une étape qui m'a fait avancer, grandir ! J'ai choisi ce que je veux être. Je veux être, l'homme le plus libre sur terre, qu'aucune limite ne peut retenir, régit, uniquement par les limites du ciel, de la terre et de la mer ! Et pour ça... J'avais besoin de Gouki ! Car sans lui, je ne peux pas concevoir de légende ou d'aventure... Il manquerait toujours quelque chose, il me manquerait toujours quelque chose. Mon frère, sur qui je pourrais compter dans les moments les plus difficiles. Avec qui, je pourrais abattre touq les adversaires ! Et surtout, le moyen de soigner son âme... Je vois de grandes choses pour nous... Nous qui sommes les fils du légendaire guerrier Cortes !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3


Dernière édition par Kyookoo Ketsueki le Mar 29 Jan - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Lun 28 Jan - 23:41

La réponse de son frère ne se fit pas attendre. Comme d'habitude, il avait une aisance naturelle pour les discours: notre héros, lui, était plus porté sur l'écrit que son frère (d'où sa meilleure réussite lors des leçons de Papy!) mais avait du mal à s'exprimer: non pas qu'il soit stupide, mais, malgré sa carrure, il était plutôt timide! Ketsueki avait beaucoup bourlingué pendant ces six années, rencontré moult personnes, des hommes à la force digne de leurs ancêtres, d'autres indignes d'être appelés des humains. Il avait vu du pays, également, enfin, surtout des tavernes et de nouveaux alcools. Il avait fait face à l'autorité de ce monde. La Marine. Gouki avait entendu parler de cette soldatesque aux ordres du Gouvernement Mondial. Un Gouvernement qui régnait sans partage, on appelait cela une dictature... De par son caractère moins aventureux que son frère, il n'avait jamais eu de problèmes, ne buvant pas trop, ne se faisant pas remarquer, travaillant bien. Son frère avait fini dans des geôles, contraints de lutter contre d'autres hommes dotés de pouvoir, tout ça pour le plaisir malsain de ses geôliers. Cela dit, il avait pris connaissance de nouvelles légendes, et il semblait somme toute heureux. Puis, il retourna sa question à Gouki, procédant avec humour. Notre héros savait qu'autre chose brûlait les lèvres de son frère: il avait lu dans son regard qu'il comprenait son mal-être, mais que, bien que cela le peine, il acceptait que son frère ne veuille peut-être pas en parler. Mais son jumeau méritait de savoir. Notre héros resta debout un moment, silencieux, fixant son frère. Puis, lentement, il tendit son bras vers son frère, les lui présentant comme s'il souhaitait qu'on lui passe des menottes. D'un ton las, dénué d'émotions, il prit la parole:

- On ne s'y attend pas. On ne s'y attend jamais. Tout commence bien: on finit dans une autre partie du monde, on y travaille. On y apprend un métier: c'est intéressant, pour sûr. Autant que la chasse et les cours de Grand-père. Puis, un jour, ça vous tombe dessus. Ça peut prendre n'importe quelle forme: pour moi, elle était blonde, tout à fait mignonne, et peut-être aussi timide que moi. D'abord entrevues furtives, moi occupé à réparer un navire, elle m'apportant à boire... Puis dîner, rencontre sur la plage, enfin, baiser. On file le parfait amour. On envisage de se marier, on en oublie presque ses racines et son frère. Elle ne veut pas: son père la chérit parce qu'elle ressemble à feue sa mère, c'est malsain, mais on veut être gentil. Alors, un soir, on va voir le père, qui est aussi le patron, et on fait la demande en mariage. Bouteille de whisky vide, il n'est pas sobre. Un coup de tesson au visage, balafre, mes yeux n'ont été sauvé que par mon fruit. Fou de rage, j'ai frappé. Hélas, alors que je pensais maîtriser ce maudit pouvoir... Non. Impossible. Mon bras ne l'a pas transpercé. Ses yeux ne sont pas vitreux, son menton n'est pas ensanglanté. Ce n'est pas le trou béant dans son abdomen qui dégage cette abominable odeur de chair brûlée. Il n'est pas mort. Impossible. La porte s'ouvre. Non. Carly, n'entre pas. NON! Son regard embué de larmes, son désespoir. Sa peur. Oui, peur de l'homme qu'elle voulait épouser jusqu'à ce matin. Alors, on fuit. Parce qu'il est terrible: il vous tombe dessus, chamboule votre monde, puis s'en va. Alors on fuit, priant pour ne pas être retrouvé. On saute sur le premier navire venu. On atterrit sur les mers du sud, promesse de changement sur un atelier sombre. C'est un tatoueur. Retour aux racines. Retour à la maison. Non, ce n'est pas possible. On n'aimera plus. Plus jamais. Pourquoi, monsieur Whittaker? Pourquoi?

Sur la fin, Gouki avait replié ses avant-bras contre lui et avait commencé à lacérer profondément ses bras, ses ongles s'enfonçant sous la tension et le stress. Les souvenirs étaient trop récents, c'était une fournaise. Il était le magma, mais son cœur le brûlait. Tout son corps le brûlait. Et il griffait de plus belle. Carly. Carly. Carly. Des larmes commencèrent à s'écouler de ses yeux, et il tomba à genoux, prostré, le visage vers le sol. Là, il sentit une présence rassurante: son frère avait retiré ses ongles de sa peau et le serrait contre lui. Et, sa tête sur l'épaule de son jumeau, il pleura à chaudes larmes, bredouillant de temps à autre le nom de son aimée, et des "Pardonne-moi" qui, hélas, n'atteindraient jamais leur cible....
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mar 29 Jan - 22:22

    Gouki avait mis du temps à prendre... Je savais que quelque chose n'allait pas, s'était inscrit sur son front, au plus profond de ses yeux, gravé au fer rouge sur son cœur. Nous avons le même, je ressens moi aussi la brûlure ! Doucement, il bougeait ses bras, dans des mouvements au rythme saccadé et à l'assurance douteuse. Il s'est alors mis à prendre la parole, d'une voix complètement différente de la voix du Gouki habituel. Une voix morte... Comme si la vie l'avait déjà quitté depuis longtemps, comme s'il n'avait plus de volonté, vomissant machinalement son histoire. Ainsi, Gouki avait fait ce que je n'avais pas fait, ce que je n'aurai jamais pu faire, apprendre un métier, travailler... Je suis chasseur, je suis libre ! Je n'ai pas envie de devenir forgeron, bûcheron ou n'importe qu'elle autre connerie ! Je suis moi, pas tout ça... Mais Gouki avait toujours eu besoin de plus de repère, nous avons bon formé une seule et même personne au final, il est la partie raisonnable de nous deux ! Mise à part le fait qu'il soit en lave, c'est lui le plus normal de nous deux ! Puis, il avait trouvé l'amour. Doucement, il s'était lié d'affection avec une donzelle, une jolie blonde. Les chose se sont passé et il a même projeté de se marier ! De se marier putain ! Ça c'est le genre de nouvelle qui surprend un peu ! Et on oublie presque son frère hein ! Sacré Gouki... De toute façon, moi, je t'aurai trouvé, où que tu sois je t'aurai trouvé ! Et puis, je t’aurais botté le cul surtout. Mais c'est un détail technique, une histoire parallèle que nous n'aurons jamais à écrire ! Et c'est là que le bas blessé, il y avait forcément anguille sous roche. Ça ne pouvait pas être juste une histoire de cœur brisé, il y a plus... Nous sommes du même bois, il ne serait pas dans cet état là pour si peu... Oui, il l'avait tué... Tué le père de son amour, qui visiblement, aimait un trop sa fille... Elle ne s'est pas rendu compte du service que tu lui as rendu, des maux dont tu l'as préserver... Pour sauver une vie, il faut savoir en prendre parfois... Nous ne sommes pas dieux, nous ne choisissons pas pour le plaisir qui doit vivre ou mourir ! Mais ça, tu ne l'as pas encore compris mon frère... Tuer des gens pour le plaisir, pour la justice, pour l'argent, ce n'est que des choses détestable... Mais là, tu l'as sauver et elle s'en rendra compte un jour. Avant toi sûrement... Tu as toujours était le plus sensible de nous deux... Le plus humain au final. Celui qui ressent de l'empathie pour les gens, pour les choses. Tu auras fait un chaman exceptionnelle ! J'avais pris Gouki dans mes bras, pour le consoler. Mais ce n'était pas comme ça que son problème allait se régler ! Je vais m'occuper de toi tu vas voir ! On va retourner sur cette mer du nord et régler ton putain de problème ! Et si ça marche pas du premier coup, on y retournera encore et encore, jusqu'à ce que tu retrouves ton cœur ! Je prends alors Gouki par les épaules, l'éloignant un peu de moi. Le regardant droit dans les yeux !


« - J'ai pris une décision ! Maintenant, nous allons devenir pirate ! Je serais le capitaine Ketsueki et tu seras mon seconde ! Il n'y a qu'avec toi que je pourrais faire ça ! Ensemble nous allons devenir seigneur des pirates ! Nous n'aurons de limites que l'immensité du ciel ! Nous n'aurons aucune chaîne, aucun adversaire ! Nous serrons éternellement libre ! Voilà, la vie que je te propose, voilà, la vie dont je rêve ! Mais avant que tu acceptes, on a quelque chose à régler tout les deux... Tu te souviens des entraînements qu'on faisait tout les deux... Sous le regarde attentif du vieux con ! Tu mènes six cents soixante douze victoire à quatre cents trente sept ! J'ai du retard et je compte bien le rattraper ! Je vais te mettre un peu de plomb dans la tête moi ! En garde, mon frère ! Si je gagnes, tu m'accompagnes dans mon voyage et si je perds... Tu m'accompagnes quand même !»


    Je m'étais mis en garde rapidement. Gouki avait toujours eu un avantage sur moi. Il était légèrement plus rapide, mais maintenant, j'ai plus d'expérience et surtout, j'ai corrigé mon plus gros défaut. J'étais trop prévisible à l'époque. Maintenant, je suis mouvant et rapide, comme le tonnerre ! Alors tiens toi près ! Je vais m'occuper moi de ta Carly et ça va être régler vite fait bien fait !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mar 29 Jan - 23:27

Gouki était resté un petit moment à sangloter sur l'épaule de son frère. Après un temps, ses yeux se tarirent, et ne restèrent sur son visage que des traces sombres, vestiges des canaux de ses larmes. Puis, son jumeau l'éloigna de lui, le tenant par les épaules, et plongea ses yeux dans les siens, le noir dans le rouge. Il prit alors la parole, délicatement, lentement, comme une mère consolant son enfant après un gros chagrin, ou un jumeau consolant l'autre, au choix. Ils deviendraient pirates. Ketsueki serait le capitaine, notre héros le second, et ensemble ils deviendraient Seigneur des Pirates. Le Cahir avait entendu parler de cet homme, il était une sorte de dieu adulé par tous les forbans, le genre d'homme qui fait ce qu'il veut, qui, quand il pose ses couilles sur la table, se voit proposer une chupa et une glace vanille. Pas étonnant qu' Ormas souhaite atteindre ce poste: il avait toujours eu de grands rêves, comparé à notre héros qui restait plus dans le domaine du réalisable. Quoi qu'il savait, au fond de lui, que son frère y arriverait un jour. Pas sans son aide, cela dit. Ketsueki montra ensuite le ciel de sa main gauche, désignant les domaines où pourraient aller les jumeaux. La liberté, leurs propres décisions guidant leurs actes! Mais avant, quelque chose restait en suspens entre les jumeaux. Le plus grand des deux hommes évoqua leurs entraînements, sous le regard de celui qu'il appelait affectueusement le "vieux con". Papa. Gouki avait six cent soixante douze victoires contre quatre cent trente sept pour Ketsueki, mais ce dernier souhaitait se rattraper. S'il gagnait, Gouki devrait l'accompagner, sinon, il l'accompagnerait quand même. Promptement, Ketsueki recula et se mit en garde. Le plus solide des deux se remit debout, passa rapidement son coude sous ses yeux histoire d'enlever les dernières traces de larmes, puis eut un pâle sourire, avant de prendre la parole:

- Des pirates? Ça te rassemble bien, mon frère. Être libre comme l'air m'intéresserait: et tu sais que je ne peux pas refuser quand il s'agit de toi. En plus, je suis charpentier, donc vu que nous serons amenés à avoir un bateau, c'est plus que parfait. Et j'accepte aussi ton défi: il est temps de voir quel bien nous ont fait ces six années, et comme dit le proverbe, les images valent mieux qu'un long discours!

Le Sanglier se mit lui aussi en garde, et réfléchit: s'il avait l'avantage, c'est parce qu'il était plus rapide que son frère, et que ce dernier était très prévisible. Tout comme il était fort en gueule, Ketsueki avait tendance à faire de vastes mouvements, rendant claire comme de l'eau de roche ses intentions et surtout laissant du temps pour le contrer. Mais leur carrure avait changée, en six ans: Gouki était beaucoup plus épais, et ce qu'il avait gagné en force brute, il avait dû le perdre en vitesse. Il fallait donc qu'il attaque le premier, ou son frère le dépasserait. Mais celui-ci ne semblait pas vouloir bouger: il devait connaître les questions qui troublaient son frère. Après tout, ce combat serait un peu un combat miroir. Gouki inspira. Sur l'un des arbres, un oiseau prit son envol. C'est le moment que choisit le Cahir pour bondir droit vers son frère, lui envoyant un violent crochet en direction du visage. Mais, au dernier moment, il arrêta son solide poing, et envoya un coup de pied en direction de la cuisse gauche, avant d'enchaîner par un véritable crochet du droit et un uppercut.

°°°

A quelques mètres, à la lisière de la forêt, leur vieux père observait. Ses cheveux longs, sombres comme ceux de Ketsueki, étaient parsemés ça et là de mèches blanches, et ses traits solides aiguisés par une vie de chasseur étaient marqués par de légères rides. Son corps, bien que plus fin qu'auparavant, restait tendu seulement par des muscles. Ses fils n'attendaient pas pour s'y mettre. Si Gouki lui avait bel et bien paru déprimé, il n'avait pas osé lui en parler: après tout, il n'était pas l'homme le plus à-même de régler les soucis de son fils. Seul son jumeau le comprenait à ce point-là. Derrière lui, il entendit les froissements de l'herbe et n'eût pas besoin de se retourner: il reconnut l'odeur de fleurs sauvages de sa femme. Celle-ci posa sa main fine et délicate sur son épaule droite, et son visage fin sur la gauche, ses longs cheveux blancs caressant la peau du guerrier. Raoh posa sa main sur l'épaule fine de Kikuko, et cette dernière prit la parole:

- Dis-moi, amour, à ton avis, lequel va gagner?
- Je ne sais pas, amour. Les deux se valent, et surtout se connaissent comme personne ne les connait. Mais je miserais sur Ketsueki: de ce que j'ai compris, il n'a fait que se battre pendant six ans.
- C'est parce qu'il tient plus de toi, Raoh! Gouki n'est pas à sous-estimer: ses sentiments lui donnent la force de protéger, et rien ne dépasse cette force.

Raoh s'était tu. Il observait, tous ses sens en éveil, le combat qui se déroulait sous ses yeux... Ses fils avaient énormément progressé, et ce n'était pas peu dire. Son cœur fut étreint par la chaude main de la fierté, et il sentit que sa femme souriait devant les deux hommes qu'étaient devenus ses fils chéris.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mer 30 Jan - 1:33

    Les yeux de Gouki étaient brillants, mais pas seulement à cause des larmes. Mes mots l'avaient touché, touché au plus profond de son cœur. Comme la légende Roger l'avait fait avec moi dans cette situation difficile, dans cette prison humide, ignoble et sombre... Ce n'était pas facile, les combats étaient dur... J'en ai perdu, plus que j'en ai gagné, malgré mes pouvoirs. Il faut dire que nombres de ces combats étaient fait avec du granit marin à porté. Il nous aurait été facile de nous échapper et régler leur compte aux gardes sans ce genre de petite « mesure de précautions » si je puis dire. Mais, mon petit défi avait fait battre d'un nouveau souffle le cœur de mon frère. Nous étions jumeau et c'était exactement ce dont il avait besoin pour l'aider à aller mieux. Me battre contre tout ces types, ça ne voulait rien dire, ça ne voulait pas dire que j'étais fort ! C'était contre Gouki que j'avais besoin de me battre, contre celui qui m'avait battu tant de fois ! Je n'étais plus le même, j'avais grandi... C'était tant pour lui, que pour moi, que je devais gagner ce combat ! Il avait accepter mes deux conditions. Nous étions maintenant des pirates, des forbans s'aventurant sur les mers. Gouki avait retrouvé un peu le sourire, se concentrant sur autre chose. Il n'avait pas à se morfondre ça n'avait aucun intérêt ! Il n'a pas voulu prendre cette vie, prendre cette vie s'est peut être avéré salvateur pour celle qu'il aime ! Le destin a fait en sorte que les choses ne se passent pas comme il l'aurait voulu, mais pour le pousser droit dans les bras de quelques chose de plus grand, dans les bras de l'aventure !

    Gouki s'était mis en garde, attendant comme d'habitude que je lui fonce droit mais je n'ai pas bougé. Le laissant venir. Il avait longtemps était plus rapide et plus fort que moi, nous verrons maintenant, lequel de nous deux bouge le plus vite. Et ça, sans utiliser mon fruit ! J'ai découvert que je pouvais encore améliorer mes réflexes, aller plus vite encore que je peux déjà le faire. Un oiseau au plumage bleu, perché sur un arbre a pris son envole au moment où Gouki s'est élancé vers moi. Me laissant le temps d'une dernière expiration, pour me lancer dans ce combat avec toute ma force , mon expérience et mon corps ! Son premier coup de poing n'était qu'une simple feinte, un classique. Le véritable assaut viendra d'en bas ! Un petit coup de pied était venu pour arracher ma jambe. C'est à mon tour d'anticiper tes actions Gouki, un petit sourire aux lèvres, je lève ma jambe pour intercepter et prendre appuis sur lui pour pouvoir faire un saut suffisamment puissant pour éviter ces deux coups rapides qui ont suivit de suite le coup de pieds. Il n'avait donc frappé que du vide. J'ai adressé un petit clin d'oeil à notre publique. Car nous n’étions plus seul maintenant, le vieux con et maman était en train de nous regarder. Oui... Je suis content de les revoir et je dois leur faire honneur ! Même le très vieux con, j’aimerai bien qu'il soit là... Et ça n'avais pas tardé. Je n'avais pas eu le temps de repartir à l'assaut de Gouki que je sentais sa présence dans son dos. Son regard analysant le moindre mouvement des mes muscles, cherchant une faiblesse dans mon corps. Mais il n'y en a pas, sur ce point là, tu peux être fier de moi. N'attendant pas la suite, j'ai foncé à mon tour droit sur Gouki. Mais, pour faire quelque chose qu'il n'avait jamais vu ! Quelque chose, dont je n'avais aucune idée ! Une fois arrivé devant lui, je me suis jeté au sol pour me débotter un peu sur le côté droit. Essayant de cueillir son foie avec mon coude. Me relevant et me retournant de suite, accompagnant mon mouvement d'un violent crochet du droit en plein visage. J'espère que ça te fera plaisir Gouki !


***


    Un homme s'était rapproché doucement des deux parents des frères Kyoookoo. Il s'agissait d'Hernan, leur grand père, le père de leur mère. Le chaman du village. Il portait une coiffe traditionnelle des... chamans. Car il était très traditionaliste ! Il voulait faire de l'un de ses petits fils son successeur et de l'autre, le protecteur et grand guerrier du village. Il était le malgré tout, heureux que ses deux petits enfants soit revenu. Car même s'il se montrait dur parfois avec eux, il les aimait énormément et avait beaucoup souffert de leur longue absence. Mais on ne peut rien faire contre la jeunesse... Il les avait tant vu se battre... Il s'était positionné près de Raoh et de sa fille, un peu rentrait !

« - Je paris sur Gouki moi. Le malaise qui habite son cœur donne plus de force à ses points que Ketsueki... Chercher la liberté c'est quelque chose, mais il faut avant tout savoir se battre pour les siens. C'est en ça que Gouki lui est supérieur... »

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3


Dernière édition par Kyookoo Ketsueki le Mer 30 Jan - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mer 30 Jan - 23:44

Ketsueki s'était bel et bien amélioré pendant ces six années loin de son frère. Si auparavant il tombait quasiment systématiquement dans les feintes de notre héros, là, il ne se laissa pas faire et concentra plutôt son attention pour bloquer le coup de pied qui suivit. Il bloqua avec sa jambe, puis bondit, s'appuyant sur notre guerrier pour bondir et s'éloigner de lui. Le temps qu'il le remarque, son corps fut trop long à réagir et ses coups frappèrent le vide. Il étouffa un juron, tandis que son frère continuait la danse: il courait droit vers lui, après avoir adressé un clin d’œil. Sans doute à Père et Mère, que Gouki savait présents. Quoi de plus naturel que des parents venant observer leurs enfants se foutre joyeusement sur la gueule? Enfin, naturel dans une culture guerrière telle que la leur. Chez des personnes plus pacifiques, le père serait intervenu pour séparer les jumeaux, et la mère aurait éclaté en sanglots, se demandant ce qu'elle avait raté dans l'éducation de ses deux monstres. Une fois proche de son frère, c'est Gouki qui fut pris de court: Ormas abaissa son centre de gravité, glissant à côté de son frère, tout en lui décochant un coup de coude vers le fois. Le Cahir parvint à interposer son bras dans l'axe, mais il fut frappé pendant un mouvement et reçut donc un joli coup en plein sur l'avant-bras. Aussitôt, son frère pivota tout en se relevant, économisant le moindre mouvement, et décocha un crochet du droit. Le bras du charpentier qui avait servi pour bloquer le coude de son frère se détendit et bloqua le crochet, toujours avec l'avant-bras. Puis, le Sanglier exerça une impulsion sur le côté, pour peut-être repousser le bras de son frère et s'accorder quelques précieuses secondes, ou fractions de secondes vu la réactivité de son frère.

Ensuite, le plus solide des deux jumeaux se pencha en avant et tenta une charge vers l'estomac de son frère: après tout, son frère était devenu plus rapide que lui, et avait plus le sens du combat: il avait dû se battre vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, tandis que Gouki avait seulement amélioré sa force, mais comme disait un grand homme, "Une force immense ne sert à rien si tu ne peux pas toucher l'adversaire. Ça serait trop facile!". Bref, voilà donc notre guerrier qui offrait à son frère un magnifique tacle. Une fois sa charge terminée, il se redressa en jetant son corps en arrière pour plus de vitesse, et envoya un coup de pied montant vers son frère. Accompagnant son mouvement en arrière, il se plia sur lui-même, prit appui sur ses paumes et se propulsa: il avait de la force dans les bras et put donc se reposer sur ses pieds après avoir effectué une sorte de salto miniature. Histoire d'enfoncer le clou, pour ne pas laisser à son frère le temps de récupérer, il se jeta vers lui et lui asséna un coup de paume vers le sternum!


°°°

Raoh se retourna en voyant arriver son beau-père. Puis, il se reporta bien vite sur le combat: les deux frères ne se laissaient pas une minute de répit. Gouki venait d'essuyer le premier coup, mais son grand père croyait en lui car sa douleur le rendait plus fort, et qu'il se battait pour les siens plus qu'il ne cherchait à accomplir son rêve de liberté. Le vieil homme n'avait pas changé. Raoh savait qu'au fond de lui, le chaman voyait déjà sa coiffe sur la tête de Gouki, et la lance du mari de Kikuko dans les mains de Ketsueki. Les garçons étaient passés outre tout cela. Quelle que soit l'issue du combat, ils partiraient. Et ne reviendraient pas avant un petit moment. Il faudrait donc en profiter. Les yeux toujours rivés sur le combat, il proposa à sa femme et au vieillard d'organiser un repas en l'honneur des deux frères, une fois ce combat terminé, et de s'assurer que les esprits veilleraient sur eux. Hernan bougonna qu'il avait déjà fait toutes les prières nécessaires à leur bon voyage et à leur réussite, tandis que Kikuko eut un léger rire cristallin, déclarant que toutes les femmes du village s'attelaient à préparer leurs meilleurs plats pour les deux guerriers. Raoh sourit: décidément, cette famille l'étonnerait toujours par son unité.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Sam 2 Fév - 21:45

    La surprise était lisible sur le visage de Gouki. En temps normal, ses coups m'auraient touché sans problème, mais j'avais pour le moment, dévié tout ses assauts. C'était moi qui avait repris l’initiative dans ce combat, laçant une charge original sur un Gouki désappointé. Cependant, il avait réussi à se protéger de mon coup traître dans le foie et ce n'est pas son organe vital que j'ai frappé de mon coude, mais bien son propre avant bras. Je ne saurai dire qui a le plus souffert de nous deux dans cette échange... Taper directement sur les os, c'est quelques fois douloureux... La douleur... C'est quelque chose d'important qu'on oublie trop vite quand on possède un corps capable de l'éviter ! J'avais malgré tout continué mon mouvement, cherchant à le frapper en plein visage. Mais il a encore réussi à bloquer ce coup-là avec son même bras. Puis, profitant du choc entre nos deux bras, il avait donné une impulsion pour tenter de me déstabiliser et pouvoir souffler un peu ! Déjà fatigué mon cher ? Puis, Gouki avait à son tour abaissé un peu son torse, le sanglier prépare sa charge. J'encre alors solidement mes pieds dans le sol, près à recevoir l'énorme décharge de force que provoquera l'impact. Et ça ne manque pas, il se précipite alors droit sur moi. Bloquant ses deux épaules avec mes mains, j'annule ainsi l'effet de force de son tacle, mais la charge de l'animal m'a quand même fait glissé sur un bon mètre, laissant une trace dans l'herbe de la falaise et soulevant un peu de poussière. Il n'y avait pas de bruit, si ce n'est celui de nos corps en mouvement et de nos coups. La mer s'était fait oublié, la forêt également. Il n'y avait que nous, qui fêtions dignement nos retrouvailles, qui revivions notre enfance... Qui réglons nos comptes ! Puis, une fois l'impact complètement réduit, il a commencé à se redresser. Le corps étrangement tourné vers l'arrière. C'est ce moment-là, qu'il choisi pour ce jeter en arrière, le pied en avant. Un mouvement habile que je n'avais pas pu venir. J'ai cependant eu le temps de reculer, évitant ainsi que son pied ne frappe directement mon menton, mais, surpris pas l’enchaînement, son pied à frapper de plein fouet mon nez. Arrachant à mon corps un crispement de douleur et un peu de sang. Essuyant le sang d'un revers de la main, lui laissant de poursuivre son assaut... Il avait effectué un habile salto pour se remettre de suite sur ses pieds m’empêchant ainsi de contre-attaquer ! Habile... Profitant de cette petite avance, il avait continué son assaut, tentant de frapper directement mon plexus de la paume de sa main.

    C'est dommage, mais j'ai pu anticiper ce coup là, contrairement à son coup de pied. Au moment où il allait me frapper, je me suis rapidement baissé le laissant frapper le vide et espérant ainsi passé sou sa garde. J'ai à mon tour choisi de porter un coup du plat de la main directement dans son estomac, tout en me relevant. J'avais senti quelque chose à l'impact, mais je saurai dire s'il s'agit de son ventre comme je voulais ou d'une quelque conque autre partie de son corps... Ainsi relevé, j'avais ramener ma garde, proche de moi, comme me mordant les pouces. J'ai alors commencé en rapide enchaînement de jabs du gauche. Conservant mon bras droit parfaitement visé devant mon visage et mon cœur. Des points vitaux que j'ai rapidement appris à couvrir le mieux possible ! Sous couvert de l'enchaînement, je voulais détourner l'attention de Gouki de ce que je voulais faire. Ces jabs, même s'il les encaisse, ne lui ferait pratiquement aucun dégâts, vu la force que j'y mettais. Après en avoir porté quatre comme ça, sans lui laisse la possibilité de contre attaquer, j'ai alors levé rapidement ma jambe pour pouvoir frapper dans son genoux droit. D'un coup sec et violent. C'est un enchaînement que j'avais appris en prison. En trois temps, distraction, destruction et mise à mort ! Mais, sur Gouki, même si j'étais sur le point de porter les deux coups au maximum de leur force, ça n'aurait pas raison de lui ! Ça n'aurait pas raison de moi... Le coup dans la jambe avait pour but de le distraire au pire, au mieux, de lui faire courber l'échine sous l'impact et la douleur. Puis, une fois de mon coup de pied porté, j'ai tout de suite porté un coup direct, un violent coup de poing, en y mettant tout le poids de mon corps pour frapper dans son plexus, s'il ne s'était pas baissé à cause du coup de pied ou en pleine figure s'il avait été touché avant...


***


    De l'extérieur, le combat semblait violent. On pourrait croire que les jumeaux ne voulait laisser aucune chance à l'autre et c'était plus ou moins ça. Mais, les trois parents des deux jeunes hommes eux, savaient de quoi il en retournait. C'était pour eux, une façon de se retrouver, il avait toujours été comme ça. Depuis tout petit, il chercherait à se surpasser l'un l'autre, pour avoir le pouvoir de se protéger. De nombreuses fois, lors de leur bêtises, ils s'étaient protéger. Même si, généralement, c'était souvent Ketsueki qui était à l'origine de tout ça il faut le dire. Roah était fier de ses fils, il savait que, malgré tout, il ferai de fier guerrier, mais, il était de son sang... Lui aussi avait jadis, voulu quitter l'île pour voir le monde, mais les dieux en avait décidé autrement, il ne le reconnaîtrait jamais, mais ses fils l'avais surpassé il a bien des années, en tuant le crocodile gênant. Cependant, il savait, au plus profond de lui, qu'il serait à jamais, fier d'être leur père et qu'il ferrait honneur à leur sang ! Il n'était pas aussi borné que son beau père, mais il se posait là aussi ! Il n'avait pas hérité du surnom affectueux du « vieux con » de la part de Ketsueki pour rien !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Dim 3 Fév - 20:50

Le faucon avait de nombreuses fois affronté le sanglier. Si ses ailes lui donnaient parfois un sursis, en général le volatile finissait par choir à terre, encorné par le suidé. Mais l'oiseau avait amélioré sa vitesse: et le tacle de Gouki fut bloqué par les mains de Ketsueki. Toutefois, notre héros parvint à faire reculer son jumeau sur un bon mètre. Comme il l'avait prévu, son frère ne s'attendait peut-être pas à une telle cabriole et eut du mal à anticiper son coup de pied retourné. Il atteignit le nez de son frère, et se prémunit d'une contre-attaque en reculant. Ensuite, il balança un coup de paume vers son jumeau. Celui-ci esquiva en se baissant, glissant fluidement sous l'imposant bras de l'homme-magma. Puis, le futur Capitaine d'équipage envoya lui aussi un coup de paume, vers l'estomac de notre guerrier, tout en se relevant. Le Cahir n'eut pas le temps de réagir et encaissa donc le coup, crachant un peu sous l'impact. Ensuite, son frère se mit en garde, couvrant son visage et son cœur de son bras droit, puis commença à asséner des jabs du gauche. Un, deux, trois, Gouki les esquivait de petits mouvements de la tête tout en scrutant son frère: il savait que ça cachait quelque chose. Son frère, son second lui, son reflet, devait savoir que de si petits coups ne l'arrêteraient pas. Un quatrième jab, et un frémissement dans la jambe: il envoya un coup de pied vers son genou. Le bras droit du Cahir se détendit et son poing frappa le pied de son jumeau: le choc résultant avorta l'attaque. Gouki le sentit passer sur sa main, mais il avait préservé sa jambe. Mais immédiatement après, son frère lui envoya un puissant coup de poing vers le plexus. Notre guerrier porta son bras gauche cette fois au devant de l'assaut de son frère, paume ouverte, et il parvint à bloquer l'attaque, non sans sentir son bras heurter son plexus sous la force du choc. mais il tint bon, et resta serré sur le poing de son frère. Il ne le retiendrait pas bien longtemps mais assez pour contre-attaquer.

Cependant, le combat commençait à tourner en sa défaveur. Depuis tout à l'heure, chacun de ses blocages ne l'avait pas laissé indemne: son frère le dominait sur le plan de la vitesse et avait corrigé ses défauts d'anticipation et d'observation. Il était plus résistant mais il sentait qu'il allait perdre ce combat. Mais il ne pouvait pas. Pas sous les regards de ses aïeux et des dieux. La Nature retenait son souffle, attendant la suite. Il fallait que Gouki porte un coup décisif, ou sinon les prochains assauts lui seraient fatals. Son frère avait dû analyser toutes ses nouvelles techniques, et se douter qu'il ne s'était pas vraiment amélioré. Si son niveau suffisait pour vaincre à peu près n'importe qui, pour son frère il en faudrait bien plus. Alors, en l'espace de cette fraction de seconde où il tenait encore son jumeau, Gouki repoussa le bras de son frère pour le déstabiliser et lui envoya un coup de pied en direction de l'estomac, avant de retirer son pied et de pivoter pour lui asséner un coup de coude du gauche vers le nez. Une fois terminé, profitant de s'être rapproché, il envoya un violent coup de tête vers son frère. Qu'il ait touché ou non, le combat approchait des dernières passes d'arme!
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Dim 3 Fév - 23:15

    Le combat était maintenant sur le point d'entrer dans sa dernière phase. Nous allons y déverser nos dernières forces pour définir lequel de nous deux allait en sortir vainqueur. C'était toujours comme ça quand nous nous battions. Aussi longtemps que je me souviennes, nous ne nous sommes jamais fait de cadeau pendant ces combats. Nous étions capable de rire aux éclats après les plus violentes défaites, même si, certaines fois, nous nous sommes boudés un peu, mais jamais très longtemps. C'était exactement pareil pour ce combat, la différence étant, nous étions plus fort qu'avec... Beaucoup plus fort ! Gouki m'avait surpris en réussissant à se sortir de cette enchaînement. Mon premier coup directement dans son estomac l'avait touché assez durement. Arrachant même au passage, du contenu à son estomac ou à sa bouche, je n'ai pas envie de vérifier, mais quelques choses en est sorti et qui, part chance, ne m'est pas retombé dessus mais ça s'est joué à pas grand chose. Nous voilà maintenant à égalité, un coup partout. Cela aurait été trop facile si cet enchaînement avait marché sur lui. Les coups de poings que je lui avait adressé ont tous été évité d'un agile et rapide mouvement de tête, mais c'était pas plus mal. Puis, l'imposant coup de pied qui devait lui faire plier le genou avait lui aussi était dévié mais ce n'était qu'avec son bras qu'il avait réussi à parer le coup, il est plus agile avec ses mains l'animal.... Voilà donc ce que lui aurait apporté son travail de charpentier ? Mais, les jambes sont beaucoup plus fortes que les bras et le contre ne m'a fait que reculé quelques peu, lui, il a probablement du le sentir passer. Cependant, il allait rapidement reprendre l’initiative en bloquant le dernier coup que je voulais lui asséné. Son bras ayant bloqué le coup et comme un crocodile sur un gnous, ses doigts s'était refermé sur mon poing. Me laissant trop près de lui, avec une main en moins pour contre-attaquer ! Puis, il est mit à pousser sur mon bras pour me déstabiliser un peu. Je m'étais plus préparer à une prise au corps ou à me retrouver projeter au sol. Je n'ai donc pas vraiment bien pu anticiper la suite. Le coup était venu rapidement et je ne savais pas vraiment quoi faire pour le bloquer. Mon corps a bougé plus ou moins tout seul et c'est mon genou qui s'est porter garant pour réceptionner ce colis piégé ! J'avais réussi à déployer suffisamment de force pour limiter les dégâts, mais l’impact m'as arraché une petite grimace douloureuse ! Puis, il s'est mit à pivoter sur lui même. J'avais cependant eu le temps de me remettre sur mes deux pieds et me préparer à l'impact, j'ai donc bloqué le coup de coude en l’accueillant comme il faut avec mes mains. Conservant son bras à porté de main, il avait par contre, utilisé la proximité entre nous pour me frapper avec sa tête, la charge du sanglier. Je me souviens d'une fois, où la victoire de notre combat s'était joué sur un coup de tête qui m'avait fait voir quelques étoiles. Mais j'ai accueillie la tête de mon frère en pleine poitrine, étouffant un grognement de douleur à l'impact. Il avait tapé fort l'enculé, mon souffle en avait pris un coup !

    Je n'avais pas lâcher son bras, malgré l'impact, et j'en ai profiter pour placer nos épaules en contact et de pouvoir ainsi utiliser son dos comme tremplin pour lui rouler dessus et ainsi passer dans son dos. J'ai donc essayé de lui faucher les deux jambes d'une large et puissante balayette. Puis, profitant de l’impulsion, j'ai pris appuis sur mon autre pied pour pour lui donner un violent coup de pied circulaire, qui, en fonction de l'endroit où il se trouverait en fonction de mon coup précédant, frapperait directement son foie ou n'importe qu'elle autre partie de son corps à porté de mon pied...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mar 5 Fév - 0:18

Sa manœuvre de déstabilisation avait réussie. Mais son frère le dominait bel et bien sur le plan de la vitesse: il parvint à bloquer le coup de pied en dressant son genou, et le choc contre l'os fit quelque peu vibrer la voûte plantaire du charpentier et futur Pirate. De même pour le coup de coude, son jumeau le bloqua à l'aide de ses mains. Pour le coup de tête, il avait porté sa poitrine au devant du crâne de Gouki, soufflant sous le choc, mais ne s'arrêtant pas le moins du monde. Avec une fluidité évoquant plus un ballet qu'un combat, le faucon de tonnerre passa par-dessus son frère en s'appuyant sur ses épaules et se retrouva dans son dos. Il envoya donc une balayette à son frère, et celui-ci ne put rien faire pour esquiver: ses jambes furent fauchées et il sentit ses genoux défaillir. Alors qu'il tombait, le pied de son frère le frappa violemment à l'épaule, le jetant quelques mètres plus loin malgré la différence de carrure. Le Cahir interrompit sa roulade non contrôlée en enfonçant sa main dans le sol. Il se redressa en prenant appui sur ses deux mains, cracha un peu de sang (il s'était écorché l'intérieur de la joue) et reporta son attention sur son frère, avant de regarder son épaule: rien de cassé, rien de déboîté, mais il s'en sortirait sans doute avec un hématome. Son frère était fier comme s'il avait un bar-tabac d'avoir réussi à toucher. Oui, il allait sans doute gagner. Mais pas question que le Cahir se laisse faire. Il fit craquer ses deux mains, et prit la parole:

- On dirait qu'on approche de la fin, mon frère. Que dirais-tu de tout donner dans cette ultime attaque et de rentrer au village après? Je pense qu'on a pu se jauger. Mais pas question que je te laisse ajouter une victoire à ton palmarès!

Profitant de la distance, le Sanglier Ardent commença à courir vers son frère, se préparant pour un violent crochet du droit. Ce serait le dernier coup, le dernier crochet. Celui qui l'encaisserait et tomberait le premier serait le perdant. Et pas question qu'il soit celui-ci. Lorsque que le choc s'annonçait imminent, le plus épais des deux décocha son coup de poing, un crochet, une beigne, que dis-je, une mornifle! Lequel des deux jumeaux prendrait le dessus au terme de cet ultime échange?
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mar 5 Fév - 16:54

    Gouki s'était un peu ramolli... Ou c'est moi qui était devenu si rapide que ça ? J'avais un peu de mal à jaugé les progrès que j'avais fait durant toutes ces années... J'avais combattu pour rien, sans but précis, espérant juste une morte couverte de sang et de gloire, mais j'avais trouvé mieux que ça. J'avais trouvé un rêve, un but... Une légende à bâtir et tant d'aventures à vivre ! Oui, c'était ça que je voulais faire et mourir en essayant. Devenir quelqu'un qui marquera à jamais le monde, qui dépassera les légendes et dont l'esprit restera, pour protéger éternellement le village contre tout ses opposants. Il n'avais pas anticipé ce que j'avais fait. Passant dans son dos et fauchant ses jambes. Je l'avais vu s'écrouler... Puis, mon pied frapper avec violence son épaule. L'envoyant s'écraser sur le sol, quelques mètres plus loin. Je ne pensais pas avoir mis autant de force dans ce coup de pied. Il avait eu du mal à arrêter sa course, marquant le sol d'une traîné d'herbe arraché et de terre soulevé. Il avait craché du sang, sûrement s'était-il blessé lors de la course. J'ai frappé son épaule, mais vu la forme qu'elle a. Elle n'est pas déboîte par contre, il risque d'avoir mal un long moment. J'avais porté la main sur ma poitrine, canalisant doucement mon souffle. Le coup de tête de Gouki ne m'avait pas laissé indemne et cette action avait encore un peu plus vidé l'air, déjà rare, dans mes poumons. Il était maintenant loin, je pouvais calmement reprendre mon souffle. J'étais relativement fier de moi, c'était la première fois que je battais Gouki sur le plan de la force pure. Même si nous arrivons à nous synchroniser pour parfaitement effectué notre technique signature, je devais à chaque fois, trouver un moyen de compenser la différence. Souvent en partant de plus haut. Mais là, nous pourrions nous valloir je pense... Ouais, j'étais plus rapide, beaucoup plus rapide mais j''étais devenu plus fort aussi. Nous devrons essayer de voir ce qu'est devenu cette technique avant de repartir !


« - Une ultime charge hein ? Ça te ressemble bien ça mon frère ! Oui, nous nous sommes jaugés, et tu ferais un parfait second ! Et, je compte bien te rattraper au score mon gros, donc prépare toi à prendre... Et ça très souvent ! »


    Puis, méritant son nom de sanglier, il s'était mis à me foncer droit dessus. Profitant de la distance pour prendre un élan relativement puissant. J'avais poussé un petit rire amusé, temps de nos duels s'était terminés comme ça... Puis, j'ai pris appuis sur mes deux pieds pour me propulser et me lancer dans une course rapide. Puis, arrivé à une certaine distance, profitant de son allonge, il a tenté de porter son coup le premier, mais je l'ai déjà vu faire tant de fois... Et je me suis déjà laissé avoir tant de fois par ce coup, que ça ne marcherai pas une fois de plus. Arrivée à cette distance, j'ai fait un petit pas sur le côté droit, pivotant légèrement mon corps, pour éviter son coup et mettre en position de frappe. Puis, portant à mon tour, un puissant crochet du droit. Nous verrons bien, si ce coup, sonnerais la fin de notre duel et une victoire de plus, comblant un peu, le gouffre qui nous séparait encore...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mar 5 Fév - 23:49

La charge finale avait des airs d'envolée des Valkyries. Un observateur aurait pu sentir la terre vibrer sous l'effet de la titanesque musique accompagnant la charge du Sanglier Ardent vers son frère. Certes, Ketsueki se moqua gentiment sur la prévisibilité de son action, mais cela dit il le prenait comme second et n'avait pas abandonné l'idée de le rattraper. Son frère s'était mis à charger aussi, pour l'ultime choc de ce Showdown! Le coup de Gouki partit en premier, mais hélas, son frère l'esquiva en se déplaçant légèrement, et la violente mandale de l'homme magma ne fit qu'effleurer son frère, faisant siffler l'air au niveau de son oreille sans doute aucun. Et il attaqua à son tour: un violent crochet du droit. Notre héros vit les muscles fourmiller, vit le bras se détendre, et essaya de contrer. Mais son corps ne suivit pas: son frère avait bel et bien dépassé sa vitesse. Alors que son bras gauche était à mi-chemin, il encaissa le crochet et tomba sur le côté, des perles de salive s'échappant de sa bouche avec grâce. Il se releva bien vite, s'essuyant les lèvres, puis accorda un bro fist à son frère: c'était sa victoire, il lui transmit donc les félicitations adéquates (et à Ketsueki, vu que c'est quand même lui qui avait gagné!). Ensuite, les deux frères prirent donc la direction du village, traversant la forêt, à la lisière de laquelle ils n'eurent aucun mal à repérer les traces de leurs parents et d'une troisième personne, leur grand-père Hernan. Ils se demandèrent quand ils étaient partis, mais de toute façon ils les reverraient bien assez tôt.

Et en effet, ils furent exaucés au village: autour d'un gigantesque feu avaient été dressée des tables recouvertes de victuailles, et tous les villageois étaient là. Gouki ne put retenir une larme en voyant tout ça pour lui, et il savait que son frère en était proche aussi, bien que lui le cachât par fierté. Hernan s'avança, s'appuyant sur canne, et commença à traiter Ketsueki de petit branleur, avant de lui dire que son rêve était à peine digne de celui d'une fillette de douze ans, mais que bon, il ne devait rien regretter et il lui adressa donc les prières d'usage, notamment la bénédiction de Cortes, le guerrier dont Papy avait hérité du nom. Ensuite, il parla à Gouki pendant que, selon la tradition, les parents entraînaient Ormas à l'écart, dans la tente de l' Isolation, pour lui dire quelque chose que Gouki devrait ignorer toute sa vie, une sorte de Voeu sacré que Ketsueki devrait tenir même au prix de sa vie, deux même, vu que Papa et Maman lui parleraient secrètement chacun à leur tour. Hernan félicita Gouki, et grogna à l'idée qu'il parte, lui qui aurait fait un si bon chaman, mais bon, sa place était avec son idiot de frère pour éviter qu'il fasse des conneries. Ensuite, il offrit la bénédiction de Cortes à son petit fils et retourna traiter de tire-au-flancs les moines en prières permanentes devant le feu.

Ketsueki revint, suivi par Raoh et Kikuko, qui entraînèrent notre héros dans la tente de l' Isolation. C'est son père qui lui parla d'abord, lui faisant promettre de tout faire pour que son frère devienne le Seigneur des Pirates, ou du moins le poste qu'il visait, et qu'il ne connaisse jamais la perte de son jumeau qui pourrait le rendre fou. Intéressante façon qu'avait Raoh de contourner la clause "Tenir la promesse même au péril de sa vie". Gouki s'inclina respectueusement, jurant selon l'usage de se conformer à ce que ses aïeux, par la voix de son père, lui demandaient. Raoh offrit une accolade à son fils et quitta la tente sombre, avant d'y laisser entrer son épouse. Elle plongea ses grands yeux en amande dans ceux de son fils, puis posa ses fines mains sur ses joues avant de lui relever la tête, pour que leur visage soit au même niveau et de prendre la parole:


- Mon enfant, mon chéri, dès que je t'ai vu, j'ai su que tu avais une cicatrice là, et à ces mots elle posa un doigt sur son coeur J'ai entendu l'histoire que tu contais à ton frère, et je connais le cœur des femmes. Cette Carly est clairement faite pour toi, et elle ne t'a pas oublié. Laisse le temps au temps: les femmes sont têtues, et elle a l'air d'être du même bois que moi, mais elle comprendra qu'en éliminant son père tu lui as permis d'espérer grandir et devenir femme. Mon fils, héritier de mon sang, de mes yeux et de mes cheveux, tu épouseras cette Carly Whittaker. Et tu auras des enfants beaux et forts avec elle. Et, bien entendu, n'abandonne jamais ton frère, sois toujours là pour lui, mon chéri, car il est toi, et de fait je l'aime autant que toi.

Et la femme déposa un baiser sur le front de notre héros qui fondit en larmes. Il offrit un câlin plein d'amour filial à sa mère et tous deux quittèrent la tente. Dehors, leur père les suivit et ils allèrent au festin. Ketsueki faisait déjà le show, juché sur les tables à mimer ses terribles combats, sous les yeux plein d'étoiles des petits. Les parents des futurs jumeaux qui règneraient sur les mers éclatèrent d'un grand rire, et le festin dura toute la fin de l'après-midi et une bonne partie de la nuit. Le lendemain midi, les deux frères quittèrent l'île sur une petite embarcation, se dirigeant vers l'aventure. En ramant, Gouki observa le ciel, les nuages semblant former Carly: il aurait sûrement un long chemin de croix à faire avant de se remettre du meurtre, mais un jour ils se retrouveraient et ils feraient ce qu'ils auraient dû faire.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Bromance Mer 6 Fév - 17:53

    Pendant la charge final, qui allait clore notre combat à tout les deux, il n'y avait plus rien qui comptait. Il ne s'agissait plus que de savoir lequel de nous deux allait frapper le premier. Le décor avait disparu. Dans mon esprit, il n'y avait que mon frère et la longue ligne droite qui nous séparait. Tout c'était passé comme je l'avais espéré. Et Gouki avait frappé diablement trop tôt, me permettant d'éviter son coup et de porter le mien, certain moins puissant car j'avais perdu une bonne partie de l'élan avec ce mouvement de rotation, mais suffisamment pour l'envoyer au sol. Mon poing avait violemment heurté la mâchoire de Gouki, l'envoyant au tapis. Mais, il n'y est pas resté bien longtemps. Puis, après s'être relevé, nous avons coller nos poings l'un contre l'autre. Une sorte de salut rituel, pour se souhaiter bonne fortune ou là, reconnaître une défaite. Tout nos combats s'était terminé par cette accolade manuelle. Puis, après nous avons décidé de nous rendre au village, après tout, je venais de revenir et j'aurai bien aimé revoir tout les autres. Il y avait des traces on ne peut plus fraîche, de trois personnes. Mère, le vieux con et le très vieux con ! Il avait regardé le combat, en tout cas, une grosse partie, quand étaient-ils partis ? Un mystère qui n'aura probablement jamais de réponse, mais tous allaient se revoir dans quelques instants, donc ça n'importait peu. Peut-être avaient-ils déjà estimé lequel des deux jumeaux allait être victorieux car les parents sont plus aptes à lire dans le cœur de leurs enfants !

    Les choses avaient pris une tournure inattendu. En effet, tout le village était réuni pour faire une grande fête... En notre honneur ! Ce genre de chose... Voilà ce qui m'avait manqué dans cette infâme prison... Six longues années sans rien faire d'autre que ce battre, à attendre la mort et à rêver de liberté. Oui, c'était difficile et j’avais le cœur gros. J'aurai pu me laisser aller et fondre en larme, mais, ce n'était pas ce que font les guerriers ! Et je suis probablement le meilleur guerrier de l'île ! Puis, le très vieux con est venu joué son rôle de très vieux con ! J'avais oublié à quel point il était chiant celui-là, mais, même ses interminable sermons et c'est leçon sur je sais plus quoi, même ça, ça m'avait manqué ! Il était venu plus râler pour la forme qu'autre chose, c'était pas le genre à te faire un bisous, mais plutôt à te foutre une mornifle, mais, pour lui, ça avait la même signification ! Je l’appelle pas le très vieux con pour rien ! Puis, il nous avait quand même adressé les bénédictions de Cortes, le grand guerrier tueur du serpent à plume et protecteur immuable du village. Ce qui pour lui, valait tout les encouragements du monde ! Puis, les vieux m'ont traîné à l’écart, dans la tente de l'isolation... Pour nous dire, à tour de rôle à moi et à Gouki, un message que nous devrons à jamais gardé en nos cœurs. Si en plus il y a avec ça quelques herbes chamanique de papy, je dis pas non ! C'est le vieux con qui s'était présenté le premier...


« - Je suis fier de toi mon fils ! Je sais que tu aurais fait un grand chef pour ce village, épaulé par ton frère... Mais, tu es le faucon de tonnerre... J'ai toujours su qu'un jour, tes ailes auraient besoin de parcourir le ciel ! Ce jour est enfin arrivée... Fait en sorte que nous soyons fier de toi, moi et tout tes ancêtres ! Cependant, n'oublie jamais, nous ne pouvons décider pour la vie des gens ! Ne devient jamais comme ceux qui t'ont enfermé ! »


    Ses mots avaient raisonné dans ma tête comme une profonde révélation, et il y resterai à jamais ! Puis, mon père m'a tendu son bras, j'ai alors attrapé son avant-bras et il a fait de même puis, nous nous sommes serrés dans nos bras. Un salut à la foi de guerrier, et surtout, celui d'un père ! Puis, il est sorti de la tente, et c'est elle qui y est entrée. Elle m'a alors demandé de veillé sur moi et surtout, sur Gouki. Qu'il était beaucoup plus sensible, qu'il tenait ça d'elle ! Et que surtout, jamais elle ne voudrait voir la perte d'un de ses fils ! Ce sont les enfants qui entèrent les parents et surtout pas l'inverse. Mais avant tout, elle ne voulait pas nous voir séparer, car nous étions les deux facettes d'une même pièce... Elle m'a alors pris dans ses bras, elle était beaucoup plus petite que dans mon souvenir... Ou alors c'est moi qui suit devenu plus grand... Je ne sais pas vraiment... Puis, après un moment qui m'a semblait durée à la fois trop longtemps et être trop cours... Nous sommes sortis de la tente. Puis, tout les trois, sans rien dire, nous nous sommes dirigés vers la fête qui battait son plan ou papy Hernan était en train de râler, encore et toujours, sur les moins, à vu d’œil. Enfin, c'est pas à son âge qu'il changera, il était chiant il y a quinze ans, c'est pas maintenant qu'il allait se ramollir le vieux !

    C'était au tour de Gouki de passer dans la tente, mais pendant ce temps là, je pouvais profiter un peu. Les alcools locaux, c'était pas tellement question d'en boire quand je suis parti, maintenant, je vais en profiter pour m'enquiller un peu ! J'avais déjà descendus deux-trois chopines de mousse local, quand un gamin est venu me tirer par la jambe. Il voulait que je leur raconte une histoire... C'est vrai que j'en avais plein des histoire à raconter ! Au fur et à mesure que l'histoire avançait, j'en ai rajouté un peu il faut le dire, mais, ça doit être impressionnant ! Il faut que ça face rêver les gamins merde ! C'est ce moment-là qu'on choisi Gouki et les autres pour revenir ! Bref, the show must go on ! Puis, après une nuit agité et relativement courte, pleine de boisson et de quelques donzelles. Il y en avait des jolies sur l'île il faut le dire ! Puis, le lendemain, évitant des aux revoir déchirants. Ce n'était peut-être pas la meilleure des façons, mais c'est comme ça... Nous étions décidé et il nous fallait partir... Nous aurions pu changer d'avis...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Bromance

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Bromance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-