AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Adieu, petite pirate ♣ [Tanako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Jeu 31 Jan - 11:47


Combattant tous les aléas du Gouvernement, j'avais finalement réussi à obtenir l'autorisation très spéciale de me rendre à Impel Down. Malgré mon statut de Capitaine Corsaire, les demandes étaient compliquées, les formulaires assez nombreux à remplir et il m'avait fallu beaucoup de patience et de relances pour parvenir à mon arrivée. Mon billet en poche, un navire de guerre était venu me chercher sur l'île où je me trouvais à ce moment-là. Rapidement, il avait mis le cap vers les portes de la Justice les plus proches : Enies Lobby. Derrière ces immenses monstres métalliques se cachait un courant gouvernemental qui permettait de rallier les places stratégies en un rien de temps ; à savoir Enies Lobby, Marine Ford et Impel Down. Suite à ça, le voyage n'avait pris que quelques heures et j'étais parvenu sans encombre à la prison.

Son surnom de prison "sous-marine" n'était pas volé puisque la partie visible, émergée, n'était pas très grande. On se doutait bien que ce n'était pas ici qu'étaient emprisonnés la majorité des prisonniers. Pénétrant les lieux, j'eus droit à une batterie de contrôles. Entre la fouille et les tests psychologiques, je pus retrouver différentes facettes de ma personnalité. J'en lâchai même quelques larmes, tant certaines questions ressassaient des moments difficiles de ma vie. Une fois l'interrogatoire terminé, le gardien me laissa finalement sortir. J'avais témoigné d'une certaine humanité et l'on me permettrait de rendre visite au prisonnier que je voulais voir. Arrivé récemment ici, je n'aurais pas pensé qu'il se retrouve au niveau 6. Je ne l'avais pas trouvé si dangereux que ça, mais peut-être qu'il avait caché sa force. Dans tous les cas, il n'avait sûrement pas mimé son côté stupide, tant il paraissait naturel. Si c'était le cas, j'avais déjà préparé un trophée en papier mâché. Sa mort était proche, il ne pourrait pas vraiment en faire usage. Au fond de l'océan, il aurait déjà sûrement beaucoup de mal à sortir de sa cellule, alors remonter.

Escorté par bon nombre de gardiens, le directeur de la prison ne souhaitant pas forcément se joindre à moins, j'attendais que l'ascenseur me descende jusqu'au dernier niveau. L'attente fut longue et l'atmosphère était pesante. Je sentais que chaque garde attendait un faux de ma part pour me sauter dessus et m'envoyer dans la même cellule que celui que je venais voir. Mes intentions étaient nobles, je n'avais aucune mauvaise intention, cherchant seulement à me moquer de celui que j'avais combattu précédemment.

Arrivant devant la grande porte qui menait au niveau 6, je pénétrai les lieux, toujours accompagné de mon boys band, espérant croiser le regard de celui qui avait tenté une infiltration dans la Marine. Malgré son air idiot, je l'avais cru plus malin que ça et il n'avait fallut que quelques semaines pour qu'il se fasse capturer. Pas terrible, mais logique quand je repensais à lui : il avait cramé sa couverture après seulement quelques secondes de conversation. Le dénoncer avait été un royal plaisir et j'avais espéré une mort rapide et dégueulasse pour sa part.

Devant lui, je n'eus aucun mal, malgré le décor plutôt effrayant, à lâcher un énorme :


« Hahahahahahahahah ! »

« On se retrouve vite, vieille face. T'aurais pas dû faire le malin, tu t'es fait chopper comme un bleu ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Sam 2 Fév - 16:26



Rencontre inatendue
Chroniques d'un Assassin Infiltré



Impel Down, la prison la plus sûre du monde était devenue pour moi la cage qui m'empêchait de goûter à la liberté. Elle était composée de six niveau : L'enfer cramoisi. Cet étage était rempli d'une végétation extrêmement dense et dangereuse. L'enfer des bêtes, qui était remplis de créatures extrêmement puissantes et dépourvue de pitié. L'enfer de la faim. Probablement l'un des pires de tous. On y a constamment faim et soif et il y règne une immense chaleur, car il est placé au dessus du niveau quatre, l'enfer de la chaleur. Les prisonniers sont jetés dans une cuve remplie de lave et de sang. Les prisonniers sont torturés par quatre gardiens monstrueux qui sont très puissants. L'enfer de glace. La température est excessivement basse, tout se congèle sur place. Les prisonniers sont obligés de bouger tout le temps pour ne pas refroidir sur place. Des loups encore plus féroces que les monstres du niveau 2 montent la garde. Et enfin l'endroit ou j'avais été placé : l'enfer de l'eternité, ou les prisonniers sont les criminels les plus dangereux. Ils sont condamnés à mort ou à perpétuité. Ils sont constamment torturés par les geôliers. C'est dans cette endroit que se solderait mon destin, qui était de mourir lors d'un combat contre un valeureux adversaire.

Pénétrer dans Impel Down n'était pas chose aisée, même pour quelqu'un comme un Amiral ou un Shichibukai. Il fallait passer de nombreux tests, remplir d'innombrables formulaires, répondre à des questions précise, en bref prouver qu'on est digne de confiance. Et mon visiteur le prouva, car on le laissa venir me rendre visite. Cette journée là, je ne comprenais pas pourquoi on nous avaient enchaînés plus que d'habitude, et on ne nous avait pas infligé de tortures particulières. Cela m'avait laissé particulièrement perplexe, et j'avais compris lorsque des bruits de pas s'étaient fait entendre dans le couloir. Presque aucun être humain ne circulait dans ces couloirs d'habitude, ou bien un ou deux, et là c'était une véritable petite troupe qui se dirigeaient droit vers moi. Je reconnaissais la personne qui venait me rendre visite immédiatement. Un oeil bandé, une moustache lui étant propre, cet homme était un Shichibukai, le Shichibukai John Heinson, personne que j'avais combattue lorsque j'étais encore en faction à la base G8. Il était particulièrement fort, et je me demandais bien ce qu'il venait faire ici. Certainement venu me narguer, son escorte lui ouvrit la porte et le laissa entrer. Il lâcha alors un rire qui résonna dans tout l'étage, et cela me fit sourire.

« Hahahahahahahahah ! »


« On se retrouve vite, vieille face. T'aurais pas dû faire le malin, tu t'es fait chopper comme un bleu ! »


Ces paroles me firent rire à mon tour, et cela déstabilisa toutes les personnes présentes dans les environs. Je relevais la tête et le défiais du regard, un sourire sadique sur les lèvres. Il n'avait pas tort, si je n'avais pas fait le malin, je n'en serais certainement pas là, mais si je l'avais fait, c'était dans un seul but : Me libérer du lourd poids de la vie, lors d'un combat. J'en avais effectivement plus qu'assez de cette vie misérable, et je ne voulais pas la finir dans une misérable prison du Gouvernement, à mourir de faim. Non je voulais faire un ultime combat, celui qui ôterait toute vie de mon corps. Je l'invitais alors à s'asseoir sur un ton calme. Les gardiens étaient effrayés par mon calme démoniaque.

- Dis moi Ossan, qu'est ce qui a bien pu t'entraîner a venir me voir ici ?


Je rigolais une fois de plus, et mon visage affichait toute la rancune envers la Marine et le Gouvernement. Je traçais sur le sol poussiéreux un seul mot : Combat. J'espérais qu'il avait compris le message, et je le fixais droit dans les yeux, attendant sa réponse.



Dernière édition par Sensoko Tanako le Jeu 7 Mar - 15:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Sam 2 Fév - 16:54


Alors que tout le monde aurait pu penser voir un homme en piteux état, aux portes de la mort, je trouvais qu'il avait plutôt bonne mine, à peu près la même que la dernière fois, en un peu plus fatigué. Je ne savais pas vraiment quel sort était réservé aux prisonniers de cet étage, je savais juste qu'Impel Down, réputée comme la meilleure du monde, ne laissait que peu d'évasions se produire. Il était au fond de la mer et il lui fallait tout remonter avant de trouver une issue raisonnable, qui ne le tuerait pas en quelques secondes. Je ne savais pas quel serait le mieux, tenter une sortie par la mer alors qu'on avait mangé un fruit ou du démon ou devoir subir la remontée, combattre tous les gardiens et être blessé, mutilé jusqu'à une porte de sortie que nous n'étions jamais sûr d'atteindre. Je n'aurais pas voulu choisir si on m'avait posé la question, alors si ma vie en dépendait, je pense qu'on aurait pu compter en semaines le temps que j'aurais passé dans cette cellule en train de réfléchir.

La réflexion d'ailleurs ne semblait pas être la plus grande qualité de mon « ami ». À peine étais-je arrivé, qu'à la suite d'une question, il écrivait sur le sol poussiéreux le mot « combat ». La dernière fois avait été un non-match et je pouvais admettre qu'il voulait aller plus loin, tester ses capacités. Pour ma part, je n'en avais pas vraiment envie et je doutais sincèrement que les gardes ici présents nous laissent nous battre de la sorte. J'avais bien une petite idée, mais je doutais qu'elle soit acceptée. Mon titre ne valait pas grand-chose ici, même si les gardes et moi-même dépendions tous de la même entité : le Gouvernement Mondial. Nous étions différentes branches : eux Impel Down, moi un Shichibukaï. Notre boss était le même, certes, mais cela ne me procurait aucun pouvoir ici. Nous n'étions qu'associés, appartenant à la même société, certes, mais sur un pied d'égalité. Chaque soldat, chaque garde et même chaque bête possédait plus de droits que moi.


« Pourquoi je suis venu ? Pour me foutre de ta gueule. » répondis-je d'abord au prisonnier avant de continuer, tournant la tête vers mes accompagnateurs.

« Un petit CDD d'exécuteur, ça vous intéresse pas ? C'est un homme, je pense qu'il peut choisir la manière dont il va mourir. Et s'il est d'accord, je veux bien m'y coller. J'évite de salir les murs, vous me regardez en même temps que vous êtes payés. Tout bénef pour vous, pour moi, pour lui ! »

Ils avaient pas l'air vraiment d'accord, je devais admettre que ma proposition était farfelue, qu'un inconnu avait rien à dire, mais je pouvais pas m'en empêcher. Parfois, j'étais un papy sensible, drôle, joueur, mais dans d'autres cas, je n'avais qu'une envie : tuer. Ce mec m'avait manqué de respect, j'étais content qu'il soit en prison pour l'éternité, mais je devais avouer que l'envie me démangeait de le démonter. Pas de manière rapide et propre comme je l'avais proposé, mais malproprement, en laissant traîner ses intestins sur les murs de la cellule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Ven 15 Fév - 14:18



Rencontre inatendue
Chroniques d'un Assassin Infiltré



Mes moyens furent plus efficaces que les siens pour arriver à mes fins. Je frappais le sol en rythme avec mon pied, et tout l'étage en fit de même. Les jeunes recrues s'enfuirent vers l'ascenseur, et leurs supérieurs eux-mêmes ne parvinrent à les raisonner. Finalement, leur supérieur le plus haut se retourna vers le Shichibukai et déclara :

- J'accepte, mais le combat aura lieu demain, et au niveau trois afin d'éviter que vous soyez vu par d'autres personnes, ça vous va ou pas, peu m'importe.

On me libéra et on me conduit dans une cellule spéciale, enfin une chambre avec des gardes devant, et je profitais du luxe que je pouvais m'offrir dans les derniers instants de ma vie. Puis sur le coup des dix heures environ, on m'appela dans le bureau de l'officier qui avait décidé de me convoquer pour m'expliquer certains détails. Entre autre pour m'expliquer que je mourrais le lendemain de toute manière pour faire un exemple de la force du gouvernement. Il me demanda néanmoins de faire le plus de grabuge possible et de mettre le Shichibukai en difficulté autant que je le pouvais. C'était un plan qui me convenait et j'avais de toute manière décidé de perdre la vie, alors autant le faire en foutant le plus gros boxon possibe. Ils voulaient du spectacle ? Ils allaient être servis. On me reconduisit donc dans la chambre, après m'avoir fourni une lame. On ne m'avait néanmoins pas autorisé à aller dans la salle d'entraînement, et je comprenais cette interdiction, parce qu'un gars qui attaque un Vice-Amiral et le Gouvernement Mondial par la même occasion autorisé à s'entraîner dans la salle d'entraînement de la prison la plus sécurisée du monde, c'est louche. J'avais donc profiter d'un repas lourd et d'un sommeil réparateur. On m'avait aussi rendu mes vêtements.

Le jour M était enfin arrivé, le dernier jour qui me restait à vivre sur cette misérable planète. J'allais sûrement perdre ce combat mais je le perdrais dans l'honneur et la souffrance, disons le de cette manière là, intense. J'avais revêtis ma tenue, et sorti ma lame. Ce jour était le dernier de ma vie, et cela me fit remonter touts les bons souvenirs, ainsi que les mauvais, parce qu'on n'y échappe jamais. Mais je n'avais aucun regret, et j'étais prêt à avancer en tant qu'un véritable Sensoko, un pirate qui n'a peur de rien. Et en parlant de Sensoko, c'est mon frère Ryusei qui poussa la porte de ma chambre et commença à crier que je n'avais aucune chance dans ce combat et qu'il pouvait encore négocier pour me faire sortir de là. Je l'interrompais dans ces vociférations, et le regardant droit dans les yeux je lui demandais de regarder mon combat jusqu'au bout, avant de récupérer mon corps et de l'enterrer dans le cimetière familial. Il me le promit, bien que je savais que c'étais impossible qu'il parvienne à faire sortir mon corps de cet enfer.

Je sortais de la chambre et me dirigeais droit vers l’ascenseur, escorté par un nombre conséquent de gardes. Je sentais bien qu'à la moindre tentative d'évasion, je serais exécuté par tout ces types, d'un seul coup. L'ascenseur remonta donc jusqu'au troisième étage, ou la chaleur était intense. On me fit sortir de l’ascenseur, et je constatais que ce désert était très chaud, et qu'il n'y avait pas la moindre trace de point d'eau. Et bien tant pis, je mourrais de soif dans ce cas là. Je vis alors le Shichibukai non loin de là, à environ deux-cents mètres. Je m'en rapprochais et arrivé à une vingtaine de mètre, je sortais mon sabre et me préparais. J'étais né sur une île glaciale de Grand-Line, et je mourrais dans un désert chaud d'Impel Down. Je lançais une lame de vent puis je fonçais sur mon ennemi et tentais un simple combo de frappes au sabre, avant de me dégager de l'endroit et de me placer à distance raisonnable. J'attendais maintenant sa riposte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Dim 17 Fév - 14:48



Ma requête avait été acceptée. J'en étais bien content puisque j'allais pouvoir terminer le combat de Navarone. Ce jour-là, j'avais joué la pute, je l'avais balancé pour éviter l'affrontement. Cette fois-ci, ce ne serait pas la même chanson. J'avais bien l'intention de le démonter dans les règles de l'art, sans intervention de personne. Je ne le voulais pas et ne le permettrais pas, j'étais un type de parole, qui avait surtout reçu un gros chèque pour effectuer le sale boulot. L'Amiral Shitori était derrière toute cette manigance et c'était lui qui avait négocié pour que Sensoko Tanako meure de mes mains. Il avait eu raison de me faire confiance sur ce coup-là, il savait que je pouvais être terrible envers les pirates, surtout envers ceux qui avaient essayé de me prendre pour un con. Ma moustache n'aimait pas trop ce genre d'attitudes et il n'était pas rare que je pète un câble pour moins que ça.

Le combat aurait donc lieu le lendemain de notre entrevue, au niveau 3, un enfer terriblement chaud et qui aurait pu tuer un type aussi affaibli que lui en quelques minutes. Je fus quand même heureux de voir qu'il serait nourri et un minimum armé pour notre affrontement. Je ne me surestimais pas, mais j'avais conscience de m'être quand même amélioré depuis notre dernière rencontre. Je devais sûrement être capable de le battre sans trop forcer, même si je devrais certainement sortir mes atouts.

Cet endroit, cette prison ne m'enchantait guère. J'étais constamment surveillé et vu comme traître potentiel. Ils étaient une autre branche du Gouvernement et n'avaient rien à voir avec la Marine. Peu d'informations filtraient d'ici et il aurait été facile pour eux de me faire passer pour un traître et de me descendre froidement. Pour ces différentes raisons, je restais prudent dans mes mouvements ainsi que dans le relucage de petits culs. Si une gardienne se plaignait d'une quelconque agression sexuelle, j'aurais été le premier inculpé, mais aussi le premier exécuté. Je ne pouvais pas mourir avant cette ordure de Sensoko, je n'allais pas hésiter à le détruire, à lui faire bouffer la poussière et lui montrer le terrible pouvoir des ténèbres.


« Putain ! C'est déjà l'heure !! »

Toutes ces pensées s'étaient passées dans mes rêves. J'avais plutôt bien dormi dans la petite cabine que j'avais utilisée, sauf que j'étais maintenant à la bourre. J'avais pioncé comme un petit loir et était complètement requinqué. Bien escorté, j'avais fait tombé la cape de manière à être plus à l'aise et à ne pas crever de chaud dans cet enfer. Dans l'ascenseur, personne ne bougeait, je me tenais droit, me concentrant sur ce que j'allais bientôt vivre. Les portes s'ouvrirent, je sortis et remarquai que personne ne suivait. Ils ne voulaient sans doute pas succomber à la chaleur. Plus je réfléchissais et m'avançais dans cette zone aride, plus je me demandais si ce n'était pas un moyen de se débarrasser de nous deux en même temps. Manque de chance, j'étais assez résistant et ne pas boire pendant quelques temps n'était pas quelque chose qui me dérangeait. En plus, même s'il avait bouffé un repas convenable, Sensoko ne devait pas forcément être au top de sa forme. Le combat ne durerait pas des heures, je pouvais donc me plonger sereinement dans la bataille.

Au bout de quelques minutes de marche, je le vis finalement, au loin, en train d'avancer dans ma direction. Une minute plus tard nous étions face à face alors qu'une légère brise chaude caressait nos corps humides de sueur. Il faisait chaud, très chaud. Ce n'était pas une atmosphère pour se dépenser physiquement, mais j'étais prêt, prêt à me battre et à lui montrer que je n'aurais pu faire qu'une bouchée de lui la dernière fois. Je lui laissai quand même l'honneur de la première attaque, préférant largement contre-attaquer que de ma lancer dans la bataille sur un coup de tête.

D'un coup, le combat commença. Il agita son arme blanche pour m'envoyer une vague d'air tranchante dont les bretteurs avaient le secret. Une pareille attaque n'était pas pour me déplaire, mais s'il voulait commencer à se la jouer à distance, il allait vite déchanter. S'il ne venait pas vers moi, c'était moi qui allait lui foncer dessus et son frêle corps allait prendre cher. Ne réfléchissant pas, bandant mes muscles au maximum, j'opposai mon épaule à la lame. D'un bref appui sur mes jambes fléchies, j'étais parvenu à dévier sa trajectoire et à faire s'enfoncer l'attaque dans le plafond. Mon épaule était égratignée, certes, la douleur était plutôt désagréable, surtout qu'amplifiée, mais je commençais à m'y faire. Ce genre de blessures était largement tenable, même si ça pissait un peu le sang. Je n'avais pas le temps de me soigner ou de faire quelque chose d'autre puisqu'il avait finalement choisi l'option de se ruer sur moi.


« APPROOOOOCHE ! »

Les coups fusèrent, je les esquivais tant bien que mal, reculant à grandes enjambées. Le fait que je n'ai pas d'autre arme que mon corps était plutôt problématique face à des bretteurs qui profitaient de l'allonge procurée par leur arme pour se tenir à distance. Mais j'étais un type avec des ressources, j'avais déjà combattu pas mal de bretteurs et j'avais plusieurs tours dans mon sac pour contrer leurs attaques. Dans une dernière esquive sur le côté, qui faillit me coûter un bout de nez et de moustache, j'avais tenté d'attraper son poignet de manière à l'immobiliser et lui envoyer un coup de poing dans le ventre : ma spécialité. Ce coup surpuissant m'avait sorti de pas mal de situations et m'avait permis de battre une belle quantité d'adversaires.

Ce mouvement réussi ou non, je laissais les ténèbres apparaître dans mes mains, délaissant ma blessure à l'épaule pour concentrer mon pouvoir sur l'offensive. Toujours dans la même optique, je le ruai de coup, usant de ma technique favorite, la plus basique, mais sûrement la plus destructrice.


DARK FUR

Fallait espérer que ses mouvements soient bons, parce que j'y allais pas de main morte. C'était plutôt coton à esquiver, surtout de la manière répulsive, qui amplifiait la puissance de mes coups.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Dim 17 Fév - 15:35



Dernières Limites Dépassées
Chroniques d'un Assassin Infiltré



]Mes coups furent malheureusement esquivés, et je ne vis pas la réplique venir, une serie de coups de poings entourés de sortes de ténèbres qui m'envoyèrent valser un peu plus loin. Malgré le fait que j'avais bandé mes muscles, la douleur était forte, mais supportable. Je me relevais et compris qu'il ne me fallait pas compter sur le corps à corps, ou bien il fallait que je l'utilise. Il avait dévié ma première lame de vent avec une simplicité étonnante. J'allais lui donner des lames de vent plus puissantes, les meilleures que j'ai jamais fait pour tout dire. Je me concentrais et rangeais mon sabre, baissant les yeux, puis d'un seul coup je sortais mon sabre et criais :

- Encaisse ça le vieux ! Kyōryokuna Sessaku !

La lame de vent fusa, et elle fut tellement rapide que je ne la vis même pas se déplacer et arriva sur le Capitaine Corsaire en moins d'une seconde. C'étais vraiment du grand art que je venais de produire. Mon dernier combat serait bien plus spectaculaire que les autres. Je m'élançais droit vers mon adversaire et arrivé à son niveau, j'utilisais une technique bien puissante aussi, que je venais d'imaginer. Elle se composait d'une technique que j'avais apprise sur Whyskey Peak, répétée de manière intense, soit vingt fois, et à un rythme excessivement rapide. En somme, un Yuu parfaitement amélioré. Une fois arrivé derrière lui après l'avoir frappé vingts fois de ma technique, je rengainais mon sabre, et je terminais ma technique par un :

- Surudoi Utau !

Mais je n'en avais pas fini, sautant en l'air et lançant une ultime lame de vent pour cet enchaînement. J’espérais seulement lui avoir fait comprendre qu'il ne m'aurait pas ainsi. Le seul problème résidait en le fait que j'étais fortement affaibli à cause de mon enfermement, et que mon corps ne suivait pas forcément, ce qui provoqua une grosse remontée de sang, que je crachais, mais ma volonté serait faite, je mourrais dans l'honneur. Je me redressais donc, et je dégainais mon sabre, prêt à combattre à nouveau. Mais une autre gerbe de sang remonta, et je tombais à genou. Quelle était cette faiblesse qui m'empêchait de rester digne ?! Je réussissais à me relever, et je reprenais une position normale. Mon organisme était déjà foutu. Et je n'avais pas encore terminé ce combat. Il me restais encore une puissante technique à exécuter, mais j'attendais ce coup-ci la riposte ennemie.

Je repensais alors à la première lame de vent que j'avais réussi à produire. C'étais contre Kanda Senchuro, qui avait été mon professeur par la suite. Elle était à peine capable de couper un rocher en deux. Et ensuite je m'étais amélioré et mes lames avaient gagné en rapidité, en puissance, jusqu'à atteindre mon apogée juste avant d'entrer dans le gouvernement. Mais comme on dit, les limites sont faites pour être dépassé, et je comptais bien le faire, dépasser mes propres limites, et produire la plus puissante lame de vent que j'aurais jamais faite. Et pour la première fois je lui donnerais une forme, une forme d'un oiseau, le héron qui m'inspirait tellement. Mon sabre était lui aussi parfait, car il était en train de faire des choses incroyables pour sa qualité. Qui vit par l'épée meurt par l'épée, cette citation, je la modifie et je déclare que vit dans l'honneur doit mourir dans l'honneur. C'est un but de se battre jusqu'au bout de façon valeureuse. Je regardais en direction de l'ascenseur et je vis mon frère, membre du grand Gouvernement, me regarder avec le sourire aux lèvres, bien que seule la tristesse emplissait son esprit. Puis je vis tout mes amis apparaître autour de lui. Je ne délirais pas, j'étais parfaitement conscient et en bonne santé mentale. Je développerais mes techniques les plus puissantes aujourd'hui, et ce serait le plus beau jour de ma vie que le dernier qui me reste à vivre.

J'avais une estimation du temps qui me restait à vivre si je combattais à ce rythme : 15 minutes. Mais les meilleures quinze minutes de ùma vie en tant que combattant. Je savais désormais ce que j'étais, un pirate se battant pour les causes justes et non pour sa gloire personnelle, un pirate qui aime les bonnes choses de la vie et qui ne veut pas les voir disparaître, un pirate au coeur d'or. Je me battais pour mes amis et pour personne d'autre. Je devais être plus puissant, et je me concentrais pour accumuler de la puissance avec de la concentration. Je sentais l'énergie monter en moi, et je ne pouvais l'expliquer mais je sentais que je montais d'un grade de puissance en quelque sorte.

- Sekai...

Je rangeais mon arme et attrapais le manche, prêt à dégainer pour la riposte. Il pouvait venir le Shichibukai, je l'attendais, surtout qu'après mes attaques il ne devait pas être dans un bon état.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Dim 17 Fév - 16:06



À la fin d'une succession interminable de coups, je sentis bien son abdomen partir. Je l'avais frappé avec bonne force et cela l'avait envoyé valser plus loin. Il pouvait déjà goûter la différence qu'il y avait entre moi maintenant et moi la dernière fois. Il devait avoir conscience que j'avais passé un cap et que j'évoluais maintenant à un niveau complètement différent. Mes pouvoirs m'étaient plus accessibles et je n'avais presque plus aucun mal à faire appel à eux pour augmenter mon pouvoir. De toute manière, s'il ne le comprenait pas, il s'en rendrait compte avec la suite des évènements puisque je lui prévoyais un magnifique final, une fin dantesque qui l'enverrait chez les morts dans la plus terrible des souffrances. C'était comme ça que je voyais les choses et que je voulais les voir, lui offrir une mort tranquille étant indigne de mon standing et des ordres qui m'avaient été confiés.

Fort de cette attaque qui l'avait repoussé, j'attendis seulement quelques secondes la riposte. Il était plus résistant que je ne le pensais puisqu'il n'eut aucun mal à dégager une nouvelle vague tranchante, cette fois-ci beaucoup plus destructrice que la première. Remettre mon épaule en confrontation avec une telle attaque risquait simplement de me couper en deux. Je ne pouvais pas me permettre ce genre de choses et tenta une technique défensive plus efficace. Pour dire vrai, il ne s'agissait pas vraiment d'une défense, mais plutôt d'une attaque à objectif défensif. Usant encore et toujours du Dark Fur sur mes deux poings, j'utilisais l'aspect absorbant des ténèbres de manière à réduire l'attaque, puis que la détruire au moyen d'un énième coup de poing. Des espoirs encore brisés pour le pirate, cela me permettait d'aborder encore plus sereinement la suite du combat.

Voir sa technique arrêtée ne l'avait pas amoché psychologiquement et il avait décidé de revenir au corps-à-corps. Je le trouvais plus rapide, plus fort qu'il y a quelques secondes, comme s'il avait enfin pris conscience que sa vie se jouait ici. Le sourire habituellement affiché sur mon visage s'effaça en moins d'une seconde. Je pris un air sérieux, comprenant que je n'aurais aucune facilité pour arrêter une telle débauche de vitesse. Sans même comprendre ce qui se passait, je sentis un premier coup de sabre pénétrer mon corps, puis un second, puis un troisième. La douleur me fit lâcher un hurlement. Par pur réflexe, j'utilisai un de mes bras pour le repousser et empêcher la technique de se poursuivre. Tout de suite après, ma main droite se porta à une de mes blessures, sur mon flanc gauche, mon sang coulait en abondance. Il avait été rapide et terriblement puissant, visant des points stratégies pour m'empêcher de bouger.

Repoussé par mes soins, il eut quand même la lucidité, une fois dans les airs, de m'envoyer une nouvelle vague d'air tranchante. N'ayant pas la lucidité pour esquiver, la douleur si intense m'empêchant de penser à autre chose, je n'eus d'autre choix que d'encaisser cette attaque dans le dos. Une explosion se créa après un enchaînement d'une telle intensité. Déjà, on me donnait pour mort dans les spectateurs. Pour eux, cet homme méritait vraiment sa place dans le niveau six pour arriver à mettre à mal l'un des pirates choisis par le Gouvernement. Pourtant, j'étais encore là, amoché, certes, presque mourant, je devais l'avouer, mais bien là. Peu à peu, les ténèbres prirent possession de mon corps, absorbant mes blessures, laissant un corps parfaitement indemne malgré toute la fatigue psychologique accumulée. Je transpirais encore plus que tout à l'heure et la chaleur n'y était pas pour quelque chose. Dans toute cette fumée, on pouvait finalement voir apparaître quelque chose.

Là, dans cette poussière sèche, là où l'humidité n'était presque pas présente, on pouvait distinguer une masse sombre, noire. J'étais là, debout, mon torse saillant et ruisselant de gouttes du sueur. Dans ma main se trouvait une épée noire fumante, dans mon dos s'était matérialisée une cape. De ma moustache émanait également cette fumée qui finit également par envelopper ma tête. Cette fois-ci, j'avais tout l'équipement du chevalier. Cette technique, je ne pouvais pas la maintenir très longtemps, certes, mais ce serait suffisant pour me débarrasser de cette vermine.


DARK KNIGHT

J'étais là, prêt à en découdre. Sans attendre, j'utilisai mon épée pour lui envoyer la partie de son attaque j'avais précédemment absorbé, en compagnie de mon sang. Cette lame tranchante, qui n'était pas de ma création, prit une couleur rougeâtre et avait une consistance un peu liquide, si bien qu'elle explosait en giclées de sang au moindre contact. J'étais fier de cette combinaison et espérait que renvoyer son attaque à son propriétaire avait produit un léger effet de surprise chez Sensoko.

Je me rapprochai à grandes enjambées, utilisant une autre technique dont j'étais plutôt fier : un coup d'épée qui frappait avant que la lame n'entre en contact avec la cible. La force de répulsion du fruit des ténèbres jouait grandement là-dessus. Alors qu'il s'apprêtait à bloquer ou esquiver le coup, il aurait la même sensation qu'un coup de poing. Une technique astucieuse qui pouvait marcher plusieurs fois si mêlée avec de véritables coups. J'espérais que cette attaque ne le tue pas tout de suite, j'avais encore envie de dévoiler tous mes pouvoirs. J'en avais déjà utilisé une bonne partie, mais je voulais lui montrer la noirceur qui l'attendait dans l'autre monde, la noirceur et le désespoir des ténèbres.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Dim 17 Fév - 18:28



Plus Que Dix Minutes A Vivre
Chroniques d'un Assassin Infiltré



]Un chevalier noir, c'était la vision que j'avais eu de mon adversaire. Un chevalier noir qui m'avait relancé ma première lame de vent. Mes compétences de sabreur m'avait permis de la stopper à nouveau, et même si j'avais été surpris de voir mon attaque revenir, je n'en avais rien laissé paraître. Mais bien que ce fut ma lame de vent qui revenait, elle était rouge et avait une consistance liquide, comme le sang. Et lorsque que les deux lames de vent se rencontrèrent, celle qui m'étais destiné éclata dans une gerbe de sang impressionnante. Je compris alors les pouvoirs de mon adversaire. C'étais un logia qu'il maîtrisais, si je ne m'abusais celui des ténèbres, qui lui permettait d'absorber toutes choses, tel un trou noir. Et désormais ce chevalier noir avançais droit vers moi, avec des envies de tueur. Il lança un coup avec son épée, mais je le reçut avant même de le parer, au torse. Je reculais sous la puissance du coup, et je me remettais en garde. Le problème avec cette attaque c'est qu'il y avait un décalage entre le moment ou le coup partait réellement et le moment ou je voyais l'épée commencer à bouger. Je crachais un autre flot de sang, et attaquais dans un seul but, calculer ce décalage. Car effectivement, il serait forcé de parer mon coup avec son épée, et je pourrais voir le moment ou mon épée se bloquerait. Je tentais donc un coup unique, et je reculais rapidement pour éviter une parade-riposte qui pourrait être contraignante pour la suite. Je n'avais pas d'autre choix que de l'attaquer et de tenter de le faire souffrir jusqu'à l'évanouissement. C'étais la seule option que j'avais pour survivre aux treize minutes qui me restais. Je reculais rapidement pour bien m'éloigner de ma cible, et je pouvais enfin réfléchir très rapidement. J'avais un début de plan se montant. Je rengainais mon sabre et m'élançais droit vers mon adversaire, puis à dix mètres à peine de lui, je me baissais au maximum et envoyais une lame de vent qui rasa le sol avant de remonter en lui frôlant le haut du crâne. Et maintenant qu'un nuage de sable s'étais levé, je pouvais réitérer une seconde fois ma technique précédente : Surudoi Utau. J'avais beaucoup plus de chance de le toucher à présent car le nuage de poussière ainsi soulevé l'empêchait de m’apercevoir, et moi je le savais au centre du nuage. Je lui infligeais donc vingts coups et me plaçais de face par rapport au nuage.

Je n'avais plus qu'une crainte : Celle que son pouvoir n'ait absorbé les blessures et les douleurs par la même occasion. Et là, un problème survint, un gros problème pour tout dire. Au moment ou le nuage de sable se dissipa, et ou j'allais donc lancer une attaque supplémentaire, un tros gros flot de sang sortis de ma bouche et je tombais au sol, plié en deux par la douleur de tous les coups que l'on m'avait infligé qui remontait. Je tentais de bouger mais je n'y parvenais pas, et je sentais mon ennemi se rapprocher. Il me restait onze minutes à vivre, et je voulais vivre onze minute et non pas tomber au sol de cette manière pour être achevé, comme une lavette. J'étais encore trop faible, il me fallait plus de puissance pour continuer ce combat. Je parvint à me mettre à genou, et criant de rage je me relevais et attrapais mon sabre planté dans le sol lors de ma chute, me retournant en lançant une lame de vent, quasiment au corps à corps, sur mon adversaire qui s'était rapproché. Je fus repoussé par ma propre lame de vent, et lorsque je me relevais, je vis que je pissais le sang par le torse et d'autres endroits ou des plaies avaient dû s'ouvrir. Mais la douleur ne me faisait plus rien, je ne la ressentais plus, la seule chose qui m'importait était ma prestation lors de ce combat. Un bras pouvait m'être ôté peut importe, parce que la seule valeur qui me restait était ma combativité. Je tombais néanmoins au sol dans un Argh significateur. Tout le monde dans cette arène pensait que j'étais mort, car je vis même des soldats commençant à se rapprocher de moi pour venir me ramasser. Mais au moment ou l'un d'entre eux me toucha le bras pour me tirer, il fut repoussé et s'écroula au sol en hurlant, son collègue fuyant en hurlant lui aussi, mais pas pour les mêmes raisons. L'un souffrait à cause de la douleur qu'il ressentais, et l'autre avait la peur de sa vie. Je me relevais et attrapais mon sabre, et le simple déplacement d'air que provoqua mon sabre fit partir une lame de vent.



- Sekai : Level 2

Ce que l'homme avait pris dans la trombine était de l'énergie pure s'échappant de mon corps. Car effectivement, je ne savais pas quel miracle me permettait de faire cela, mais j'étais un volcan en éruption, de l'énergie s'échappant de moi. Je commençais à marcher calmement en direction de mon adversaire, mais chacun de mes pas soulevais le sable dans un léger nuage qui recouvrait mes pieds. J'avais alors mon sabre rangé dans son fourreau. Vous pouvez vous dire que c'est un détail pas très important mais ça compte pour beaucoup dans la suite de ce combat. Il existe plusieurs types de sabreurs.Il y a les sabreurs normaux, qui privilégient le corps à corps, puis ensuite il y a les sabreurs à distance, qui lancent des lames de vents pour éviter le contact. Et enfin le style de sabreur que j'étais devenu, les sabreurs éclairs. Leurs capacités sont hors du commun et leurs attaques sont très dévastatrices. Je laissais le flot d'énergie monter en moi et une sorte d'aura se forma autour de mon corps. Je criais de rage en même temps pour augmenter encore plus cette aura. Je regardais alors John droit dans les yeux et lui déclarais :

- Ecoute moi Bien vieille branche, tu ne devrais pas sous-estimer les personnes comme moi, ça pourrais t'attirer bien des problèmes. Tu pense pouvoir suivre le rythme ?

J'étais sûrement impressionnant avec cette aura blanchâtre autour de moi, mais cela ne déstabiliserais pas une personne comme lui. Néanmoins, je constatais que les gardes autour de notre zone de combat étaient à présent tous armés, et la plupart avait la main sur la gâchette, prêt à me tirer dessus. Cette constatation me fit bien rire, un rire démoniaque qui déstabilisa la plupart de ces gardes. Je me retournais face à cet ennemi mortel et je riais en découvrant un rictus de démon. De l'énergie se dégageait abondamment de mon corps. Grâce à cela, j'avais un peu plus de marge d'action, et ma puissance étais en train d'augmenter. Je prenais néanmoins des dommages irréparables sur mon corps.

Il me reste 10 minutes à vivre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Lun 18 Fév - 18:08



De toutes les vermines que j'avais vues dans ce monde, Sensoko Tanako faisait sûrement partie des plus résistantes. Ce type était impressionnant par son envie de vivre. Il avait compris que ce combat était une exécution, rien de plus, qu'il n'avait aucune chance de vivre après l'affrontement ou les secondes qui suivraient. Les gardes étaient tous remontés et voulaient s'occuper de son cas autant que moi, peut-être plus. Ils attendaient patiemment ma défaite ou la sienne afin de le terminer. Pour moi, ça ne faisait aucun doute : ses blessures le tueraient, mais je n'y parviendrais pas de ma main. Il avait trop de volonté, trop d'envie pour mourir sous les coups d'un adversaire même si sa tête était tranchée.

Il se prit finalement mon attaque, surpris par l'attaque en avance que j'étais capable de produire. Cette technique, aussi bête soit elle dans l'utilisation, faisait toujours mouche dans la première utilisation. Pour les suivants, c'était une autre histoire, mais en variant les plaisirs je pouvais tout de même garder un avantage conséquent sur l'effet de surprise.
Éloigné, il me balança une nouvelle attaque venteuse. Dès le départ je vis qu'elle était peu précise, je mis ça sur le compte de sa fatigue mentale et physique. Pourtant, alors que de la poussière avait été soulevée par le brassage d'air passé au-dessus de mon crâne, je n'eus le temps que d'un réflexe pour utiliser ma cape ténébreuse. Il était là, très présent, prêt à m'exécuter une nouvelle fois grâce à sa technique des vingts coups. D'un main, j'avais attrapé une extrémité de mon vêtement ténébreux pour m'en servir comme bouclier. Les coups s'évanouirent dans les ténèbres tandis qu'il était passé derrière moi. J'étais conscient qu'il était rapide, très rapide, trop rapide et que sans une grand expérience du combat et l'anticipation, j'aurais sûrement trépassé, mais, vu ce que j'allais faire, je ne pouvais pas me permettre d'user de mon pouvoir pour les blessures. Ma technique prendrait bientôt fin et je n'aurais plus toutes les cartes en main pour terminer ce combat.

Il continua son offensive en utilisant une énième lame de vent. Ma cape toujours attrapée par une main, j'absorbai l'attaque pour lui renvoyer instantanément. C'était une manière de lui montrer qu'il en faisait trop et que sans une très grande maîtrise de son pouvoir, cela pouvait lui être fatal.

Ce fut comme s'il avait entendu mes paroles, comme s'il avait compris qu'il fallait faire quelque chose, passer à un niveau supérieur de manière à avoir une dernière chance de survie. Je ne compris pas vraiment d'où sortait cette lueur blanche qui émanait de lui, mais j'avais la sensation qu'il possédait une force supérieure à quelques instants auparavant. Chacun de ses pas semblait dégager de l'énergie et un simple mouvement d'épée créa une vague que je pus dégager d'un ample mouvement de bras. Cette dernière attaque, il n'avait pas semblé vouloir la faire, cela témoignait donc de la puissance qu'il était capable d'utiliser.
Moi non plus, je n'étais pas à bout de mes ressources et je possédais encore quelques techniques qui pouvaient me donner l'avantage dans ce terrible affrontement.

Mon casque de ténèbres disparut, laissant mon magnifique et aguicheur visage apparaître à nouveau devant ses yeux. Je n'avais plus besoin d'une protection à la tête et j'avais une toute autre idée pour les ténèbres qui émanaient de ma barbe et me donnaient encore plus un air de vieux monsieur. Peu à peu, les ténèbres glissèrent de mes joues pour retourner dans ma barbe avant de sortir en trombe, comme s'ils étaient incontrôlés. Au final, ils se divisèrent en huit branches de bonne taille, extensibles, qui me permettait d'ajouter un registre à mon style de combat : le mi-distance. Je n'avais pas la précision d'un tireur d'élite, mais je pouvais contrôler ces huit tentacules à ma guise, pour en faire des pieux ou des terribles matraques.


DARK BEARDSANITY

Alors qu'il ne bougeait pas, j'envoyais mes terribles tentacules vers lui. J'allais le poursuivre sans cesse, jusqu'à le toucher, même si je gardais vers moi un des mes précieux bouts de barbe histoire de pouvoir me protéger au cas où.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Ven 22 Fév - 18:58




Tension Palpable
Chroniques d'un Assassin Infiltré




Je venais de voir à quel point ma puissance était grande en mes derniers instants à vivre. Mais mon adversaire venait d'employer une technique à couper le souffle, enfin celui d'un homme normal qui observe ce combat. En parlant des hommes qui regardait ce combat, il y avait maintenant quelques unes de ces choses bleue avec les haches qui étaient dans l'assistance, et apparemment, elles n'attendaient qu'un ordre pour m'attaquer. C'est ainsi distrait que la première attaque ennemi me toucha, un tentacule me transperçant le bras. Je ne pus m'empêchais de rire car je ressentais la douleur de façon infime à ce moment là. Je me dégageai néanmoins, et continuais à esquiver les autres tentacules. J'était extrêmement rapide, mais les tentacules l'étaient tout autant. Je ne pouvais m'empêcher de rire tellement ce combat était excitant. Je me dégageais des tentacules d'une impulsion donnée sur le sol, et au moment ou je me stoppais, j'entendis des choses courir dans ma direction. Je me tournais vers l'origine du bruit et je vis deux machins bleus qui me fonçaient dessus.



- Vous auriez dû rester tranquillement dans votre coin.

Ils sautèrent au dessus de moi et je fermais les yeux après avoir rengainé mon arme. Visiblement, les supérieurs de la base avaient dû être informés et m'ayant sous-estimé avait jugé bon de n'envoyer que deux de leurs choses pour me battre. Sauf que dans mon état actuel, j'était capable d'en rayer une vingtaine de la surface de la carte en moins de dix coups. Leurs haches venaient d'être levées, et je percevais le moindre de leur mouvement rien qu'au son. Ils étaient d'une lenteur affligeante. J'ouvrais les yeux et contemplais cette scène des deux machins amorçant la descente de leur hache vers mon corps. Je sautais en l'air en dégainant mon sabre, projetant deux violentes lames de vent, qui partirait au moment où je le rengainerais. Et le temps paru reprendre son cours normal. Il y eu une explosion à l'endroit où j'étais quelques instants plus tôt.

Elle n'était pas dû à mes lames de vent mais aux haches des Bulgoris, pour arrêter de mal les nommer. C'est à ce moment là qu'ils comprirent tous qu'ils ne m'avaient pas touché. Et quand ils se retournèrent je fonçais, à une vitesse telle que seul John Heinson pouvait discerner correctement mes mouvements dans cette salle, vers ce dernier en esquivant tant bien que mal les tentacules qui me touchèrent néanmoins en quelques endroits. Mais je n'en avait que faire et mon visage affichait un immense sourire malsain. Arrivé à quelques mètres de lui je rengainais mon arme puis la dégainais rapidement, envoyant un flot d'énergie vers le Shichibukai. Les Bulgoris qui avaient décidé de me suivre furent dissous de la surface de la terre. J'entendis des exclamations dans la foule de Gouvernementaux qui regardaient sans tenter d'intervenir, car ils avaient compris que cela ne m'arrêterais pas. J'étais donc propulsé en arrière par la puissance de ma lame de vent, et une fois bien ancré sur mes pieds, je faisais volte face en lançant deux lames de vents beaucoup plus rapides et puissantes. D'autres Bulgori profitèrent de mon isolement pour lancer une nouvelle offensive, mais un flot d'énergie sortant de mon fourreau les en dissuada. Les ordres s’enchaînaient et je vis un bon nombre de fusil se lever. Puis une annonce se fit entendre dans tout l'étage :

- Je déclare ce match terminé, tuez moi ce prisonnier !!!

Les coups de feu partirent dans ma direction, et je rengainais mon sabre.Au moment où les balles arrivèrent sur moi, je hurlais afin de faire croître l'aura d'énergie autour de moi qui désintégra les balles qui explosèrent dans un grand "Boum".

Le soldat Hikojima était en train d'observer la scène incroyable qui se déroulait sous ses yeux. Non seulement un prisonnier se battait contre un Shichibukai et faisait jeu égal avec ce dernier, mais en plus, il venait de mettre hors d'état de nuire la moitié des hommes censé l’abattre, en quelques seconde, à une vitesse si effrayante que le soldat fut désarmé et seul debout au milieu de tout ses collègues allongés. Il vit alors l'homme qui venait de provoquer tout cela devant lui, et il préféra la fuite à la raclée. C'est du moins ce que devait penser ce soldat, de mon avis personnel. Mettre hors course tous ces subordonnés avait été d'une simplicité abusive, car aucun d'entre eux ne m'avait repéré durant l'assaut. J'avais maintenant une stratégie en tête et j'allais l'appliquer. Si il pouvait absorber les attaques, il serait bien simple de faire ce que je venais de prévoir. J'enverrais trois attaques leurres au corps à corps et une ultime lame de vent à environ deux mètre de distance, la plus puissante que je puisse faire pour l'instant. Et si mon plan fonctionnait, les trois premières attaques seraient absorbées, et la dernière ferait mouche. Néanmoins, cela demandais une application très sérieuse, et les tentacules de sa barbe étaient devenus plus difficile à franchir. Je m'élançais et le premier assaut fut un échec, qui eut en plus de ça des conséquences blessantes si je puis dire. La fatigue était devenue extrême, mais ma puissance augmentait à chaque instant, ce qui me donnerait la puissance maximale pour la dernière minute, celle ou je ferait s'envoler un Héron. Je repartais à l'assaut fermement décidé à réussir mon coup. Je devais y arriver, pour l'honneur de ma famille, vaincre ce Capitaine Corsaire.

Je partais droit vers ces huit tentacules qui se jetèrent également sur moi. Le premier arriva de face et une simple feinte sur la droite le berna. Je du sauter en l'air pour esquiver la seconde offensive, qui m'obligea à perdre de la vitesse, que je regagnais en déviant le troisième et le quatrième tentacule. Mais le cinquième opposa plus de résistance, m'obligeant à parer avec mon sabre, tandis que les premiers revenaient à la charge. Je continuais ma route le plus rapidement possible esquivant de justesse les attaques. Et j'étais enfin arrivé à mon but, en face du Shichibukai.



J'envoyais un coup direct vers le ventre de mon adversaire, un second à l'épaule droite et un troisième vers la jambe gauche, de façon rapide et pour l'empêcher de se concentrer sur la suite qui vint de suite. Il devait s'attendre à une attaque de front comme je le faisait d'habitude, mais là il venait sûrement de perdre son avantage dans le combat. Je me reculais et préparais la meilleure lame de vent que j'étais capable de produire. Cela me demandais un temps de préparation infime et j'accompagnais son entrée en scène d'un :

"Devil Way"

Le flot d'énergie sortit du fourreau et éclata littéralement projeté dans la direction de l'adversaire. Une grande explosion eut lieu, et au moment ou le sable se dissipais, mon adversaire put constater à quel point mon corps venait de prendre cher. Qu'allait-il faire ? J'étais pas encore mort

Il me reste cinq minutes à vivre !

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Mer 27 Fév - 16:36



Le spectacle de ce combat devenait des plus étranges. Au final, l'accord était rompu et on ne me laissait plus finir le travail. Peut-être pensaient-ils que je n'étais pas à la hauteur ? Pas assez fort pour me défaire de cette fiente, de cette merde qui prétendait être un pirate. Malgré sa petitesse et sa face qu'on avait envie de dégommer assez sauvagement rien qu'en la voyant, il avait quand même réussi à négocier un combat pour ses dernières minutes. Cette chose n'était que rarement accordée et je me doutais que l'Amiral Shitori avait dû aimer le démonter et voulait encore prendre du plaisir en voyant et revoyant la vidéo de ce combat, usant de sa main droite dans diverses actions figures acrobatiques vers son entre-jambe.
Je me distrayais en pensant à son occupation que j'aurais voulue mienne, non pas sur sa personne, mais sur la mienne, histoire de décompresser un peu et d'en finir avec ce gus qui commençaient à m'énerver. Je n'avais pas bien compris comment il avait fait tout ça, mais les forces de ce Sensoko Tanako étaient décuplées et une énergie blanche, comme s'il avait projeté de la semence sur tout son corps, puis soumis à des rayons ultraviolets, émanait de son corps. Cette énergie à l'allure dégueulasse, j'allais la surpasser sans lui broncher. J'avais déjà sorti ma forme chevaleresque, que j'avais préféré restreindre et que je choisissais d'annuler. Mes tentacules faisaient le boulot, rien à faire d'autre.

Pourtant, après avoir regardé la décapitation de certains membres de la prison, je le vis finalement se ruer vers moi, histoire de continuer le combat qui avait commencé. Sans attendre, il fut balancé plus loin dès qu'il entra dans le champ d'action de mes nouveaux bras qui sortaient de ma barbe.
Une seconde à peine, il surpassait déjà le problème, s'adaptant à vitesse phénoménale. Ses réflexes s'étaient améliorés en à peine un coup et il avait passé outre ma barrière un peu trop facilement à mon goût. Lorsque je le vis, là, me portant quelques coups, je ne bronchai pas, laissant les attaques m'atteindre, engrangeant la douleur comme il venait de le faire. Mon seul objectif ? Lui faire bouffer la poussière de la manière la plus dégueulasse possible.

Le coup dans le ventre me plia presque en deux malgré mes muscles bandés, certes, mais je me redressai rapidement.
J'eus l'impression qu'il m'arracha le bras lorsque son coup à l'épaule m'atteignit de plein fouet, mais mon buste restait droit, ma mine changeait petit à petit.
Ma jambe gauche fut certainement fracturée, mais cela ne m'empêcha pas de rester debout, droit, prêt à encaisser l'attaque.

Seulement, contrairement à lui, j'avais de la suite dans les idées, j'attendais son attaque de tapette et j'allais la lui rendre magnifiquement. Pendant qu'il s'était concentré pour me ruer de coups, mes tentacules avaient disparus, même si ma barbe noire était restée. J'avais prévu depuis le début une stratégie semblable, une attaque finale qui aurait pour but de montrer à tout le monde qu'il était le patron et qu'il aurait pu me battre même dans un état « normal ». J'avais sûrement emmerdé en acceptant d'encaisser tout ça, la douleur grandissait, mais j'avais pas le choix, j'allais lui montrer le patron que j'étais et pourquoi j'avais le titre exceptionnel de Stachibukaï.

Alors que son attaque allait être lancée, les ténèbres embaumèrent mon ventre et tout le devant de mon corps. Le flux d'énergie sorti tout droit de son épée, mais aussi de son imagination la plus délirante, fut littéralement absorbée, même si l'onde de choc souleva de la poussière. Alors que tout le monde pensait au coup final, celui qui m'avait couché et qui allait entraîner une exécution publique sans précédent, des mots s'élevèrent dans l'enfer bouillant. Oui, des mots qui marquaient la fin du pirate.


DARK SPIT

Mes mots prononcés, la terrible vague d'énergie qu'il m'avait envoyée fut relâchée. L'explosion fut encore plus meurtrière que la première fois, puisque j'avais ajouté de la force à mon coup de poing. À la distance où il était, aucun doute que ça le toucherait, aucun doute qu'il morflerait et que sa gueule serait en sang.
Il allait payer ce couillon, on emmerdait pas papy impunément, même si ça commençait à remonter. La moustache vous retrouve et vous abat toujours, fallait se mettre ça dans le crâne quand on traitait avec moi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Lun 4 Mar - 14:51

Je m'envolais et allais m'écraser lamentablement au sol. Cette attaque, la dernière du Corsaire venait de me coucher au sol, me laissant sans espoir de me relever. Mais un détail qui ne m'avait pas échappé me permettrait de finir ce combat en beauté. J'avais du sang qui coulait des multiples blessures, et il ne me restait plus qu'une attaque à lancer, une seule. Je me relèverais avec beaucoup de mal. Aussi je devais prévoir mon coup. Néanmoins personne ne bougeait pour venir récupérer mon corps. On allait me laisser pourrir ici. Même le Shichibukai pensait en avoir terminé. J'allais utiliser ce qui me restait d'énergie. Tout concentrer dans ma lame et le rejeter droit vers l'adversaire. La lame la plus parfaite au monde. J'étais à présent parfaitement lucide. Je me concentrais énormément et commençait à emmagasiner un flot d'énergie toujours plus grand dans mon épée. Enfin dans un dernier élan de volonté, j'arrivais à me redresser.

- Ossan, je te remerçie. Sans toi je serais mort honteusement. Voilà ton cadeau !!!

Je lançais mon bras en arrière tout en me ramassant. Puis d'un coup trop rapide je lançais la lame de vent la plus puissante que j'ai jamais créée. Un puissant Héron s'envola droit vers mon ennemi, à une vitesse beaucoup trop grande pour être esquivée. Si il avait fait un magnifique coup spécial qui m'avait envoyé au tapis, le mien lui ferait la même chose, sans le tuer bien sûr. Et là, d'un seul coup mon corps entier s'affaissa, mes os se brisant un par un dans une douleur atroce. Mais je ne criais pas, non au contraire, je souriais. Et mes yeux se fermèrent à jamais. Je n'aurais pas la force de les rouvrir. Il ne me restait que quelques minutes à vivre, et je vis toutes les bonnes et mauvaises choses qui s'étaient déroulées dans ma vie. Mes plus beaux combats avec celui contre le membre du CP9 en pôle position. Mes plus belles rencontres, et bien que ce n'était pas réciproque, la personne que j'estimais le plus était ce Stachibukai de malheur. Ma vie avait été brève mais intense. Et je refermais enfin le livre de mon existence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako] Jeu 7 Mar - 9:04



Ce spectacle, que dis-je, cet évènement touchait maintenant à sa fin. Mon état n'était pas terrible, mais j'avais connu pire. Je pouvais me dresser fièrement sur mes deux jambes pour assister à la défaite et mort de cet insignifiant pirate. J'avais connu pas mal de batailles, beaucoup de corps étaient passés entre mes mains avant leur mort, mais de toutes, c'était celle que je préférais. Si un jour j'étais amené à être condamné, c'est le traitement que j'aurais aimé recevoir. Pas forcément parce que j'étais heureux de tomber face à une figure emblématique du monde, j'étais pas un homme d'honneur ; simplement parce que ça permettait de tenter une fuite désespérée. Il était clair qu'à la seconde où il avait mis le pied dans ce niveau, même dans cette prison, c'était terminé pour lui. La même chose se serait produite pour moi. Il était donc primordial que je poursuive ma progression qui, malgré mon âge avancé, était toujours plutôt rapide. Je ne perdais pas de mes capacités et contrôlait de mieux en mieux le pouvoir que j'avais reçu il y a quelques mois seulement, celui qui me permettait de devenir l'un des êtres les plus craints du monde, sans forcément être le meilleur au combat.

Alors que Sensoko Tanako, pirate puissant, mais peu intelligent, tombait peu à peu, ou s'envolait selon les légendes, vers la mort, je pus voir une dernière lueur dans son regard, un dernier quelque chose, une dernière envie, celle de montrer qu'il était capable de rivaliser avec les Shichibukaï, qu'il faisait partie du gratin de ce monde. Aussi rapide soit son attaque, aussi stylisée soit-elle, ma moustache ne broncha pas. Les ténèbres accumulés dans ma main droite, j'utilisai mon arme la plus puissante pour détourner une énième fois une attaque : mon poing. Le héron plongea en piquée dans le sol, libérant une force astronomique. Les épais plafonds ne lui permirent pas de donner au niveau cinq, mais ce n'en était pas loin. Pas mal pour un homme mourant. S'il avait su utiliser cette force plusieurs fois, il aurait certainement pu atteindre un niveau mondial, devenir un pirate recherché. Malheureusement pour lui, il était tombé sur plus fort que lui de trop nombreuses fois. Ma moustache n'était pas à prendre à la légère et il faudrait compter sur moi désormais.

Mes premières pensées une fois ce combat terminé n'allaient pas pour mon adversaire, maintenant ramassé par les gardiens pour l'emmener je ne sais où, certainement le cuire et en faire des cendres. Mon sentiment allait pour le monde, pour la suite des évènements. Alors que j'étais là, les premières nouvelles tombaient : la guerre sur l'île des homme-poissons était terminée. Le Gouvernement avait vaincu le terrible « Dieu Noir », homme le plus craint du monde jusqu'à l'heure actuelle.

Noir ? Une belle couleur.
Secrètement, je ne pouvais pas m'empêcher de vouloir ce surnom, de vouloir être l'homme le plus puissant, le plus respecté, le plus craint et le plus riche de ce monde. Il était clair que mes objectifs étaient différents du battu. Il avait voulu dominer le monde, en devenir le maître. Je n'avais pas les intentions d'un gérant, non, mais plutôt d'un profiteur. Garder le système en place, que tout le monde fasse sa vie, ça m'allait. Ce que je voulais moi, c'était pouvoir profiter, disposer de ressources infinies, qu'on me craigne rien qu'à mon nom et que plus jamais on ne vienne m'énerver. Que je n'aie plus de chefs, plus d'ordres de missions, que je choisisse où aller et mes cibles.

Toutes mes ambitions étaient compatibles avec le poste de Shichibukaï, j'en étais certain. Il fallait seulement surpasser le conseil des cinq étoiles de l'intérieur, leur prouver que je n'étais pas une marionnette et que j'avais le pouvoir de les renverser s'ils m'emmerdaient. La chose n'était pas encore acquise, loin de là, mais je faisais mon petit bonhomme de chemin à chaque aventure.

Bientôt, je serai une moustache taille patron.


« Vous voulez des soins ? »
« Ramenez-moi à la sortie, ça sera suffisant. »

J'avais mal, ouais, mais je connaissais qu'un seule remède efficace : une bonne cuite. Et dehors, sur le navire du Gouvernement que j'avais pris pour venir, j'avais fait un petit tour pendant le voyage. Dans les cales : masse de bouteilles. J'allais m'en charger.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Adieu, petite pirate ♣ [Tanako]

Revenir en haut Aller en bas

Adieu, petite pirate ♣ [Tanako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Calm Belt :: Impel Down :: Niveau 6 : L'enfer de l'éternité-