AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB6]Goatocalypse [PV Goats]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Jeu 14 Fév - 15:27

Francisco poussa un lourd soupir tandis que son navire avançait par à-coup. L'homme-chèvre était accoudé à son bastingage, surplombant les canaux de Paramina qui amenait son bâtiment au niveau des cités. Sur sa droite, ses compagnons passaient le temps, discutaient ou faisaient peu importaient quoi d'autres. Une semaine plus tôt, le corsaire avait d'une manière directive posé son index sur une île sur la carte.

-C'est là qu'on va !

Sauf que depuis...eh bien, depuis, il avait mangé la carte. Un petit creux, une impulsion naturelle et le tissu avaient disparu dans ses intestins. Joe avait été le premier à l'engueuler sur la stupidité d'une telle action ce qui n'avait fait que repousser le caprin dans sa culpabilité, larmes aux yeux. Ho bien sûrs, il avait accusé le vent de lui jouer des tours mais lorsqu'il bouffa aussi la carte de secours...hum et bien c' était difficile de continuer la même stratégie. De fait, les Goats Privateer et leur invité avaient dû changer de cap, ayant perdu leur ancien cap de toute façon !

-Je me demande pourquoi, même après des années de piraterie, on tombe toujours sur des îles inconnues....

Le corsaire se grattait son bouc de bouc tandis que des marchands leur faisaient « coucou » sur les rives de bois de chaque côté du canal. L'homme-chèvre leur répondit vaguement dans ses pensées jusqu'à ce que Joe reprenne la parole, soulignant le fait que si personne ne mangeait les cartes, ils auraient pu savoir où ils allaient. Le caprin émit un petit rire gêné et s'en fut rapidement pour éviter un savon plus long. Littéralement. Le vieux avait tendance à balancer des trucs dès qu'il s’énervait, réflexe de joueur de Brugball. Francisco sauta par-dessus bord, atterrissant sur le sol non loin.

-On se retrouve dans deux jours, Léo, tu es en charge du navire, le coupe pas trop. À plus les gars !

Sans plus attendre, le capitaine cornu s’en fut dans la marée humaine qui commençait déjà à se former sur une espèce de marché. Partout où il levait la tête, il pouvait ressentir des étranges flagrance, curieuse, enchanteresse même. La chèvre allait de droite à gauche, d'un étal à un autre vidant sa bourse en un rien de temps. Bientôt à sec, il n'eut plus qu'à s’asseoir sur un banc, dévorant avec empressement un tissu qui devait être utilisé pour faire des chapeaux d'après le vendeur. C'est avec encore un bout coincé entre les dents qu'il entendit pour la première fois les rumeurs. Sa mâchoire s’arrêta instantanément de fonctionner, petit miracle en soi.

Il eut beau tenter de retrouver la personne des yeux, impossible. Seules ses oreilles s'orientant dans tous les sens arrivaient à retrouver quelques mots lâchés dans le vent. La plupart des gens étaient stressés, certains laissant apercevoir d'étranges plaques blanches sur leurs peaux. Des « coups de Lune » selon la populace locale. Ces pauvres hères étaient regardé avec pitié mais bien évité par le reste des passants. À vrai dire, il faisait plus attention à ce type de maladie qu'à un homme-chèvre déjeunant d'un chapeau. D'autres effectuaient de grands détours, géant tout le monde pour éviter la moindre flaque d'eau, la regardant avec suspicion et courroux avant de prendre leurs jambes à leurs cous une fois dépasse leur victime aquatique.


Derrière ses lunettes, Francisco était profondément perturbé. Voilà une île qui apparaissait bien banale mais qui possédait des habitants bien étranges. Et c'était un ancien pirate homme-chèvre qui se faisait la remarque... Ces doutes se confirmèrent lorsqu'un vieux monsieur passa en regrettant le temps où la pluie tombait du ciel vers le sol. S'en fut trop et le corsaire éclata de rire, s'attirant les regards, enfin pourrait-on dire, de tous les gens sur la place. La situation le mit rapidement dans une position inconfortable alors avala-t -il le reste de son chapeau en une gorgée sonore. Le corsaire s’apprêta à se présenter pour évacuer un peu la pression mais c'est une autre voix sonore qui prit place dans l'air. Aussitôt, toute la populace se retourna vers l'une des ruelles, se figeant de peur un instant avant de tous hocher la tête avec énergie.



Spoiler:
 


-Laisser passer pour la fin du monde...trois berrys quarante-cinq pour arpenter le temple de la récolte ! Laissez passer pour la fin du monde...

Tous se dépêchèrent d'acheter les laisser passer, certains en prenant plus d'une vingtaine à la fois. Le vendeur finit par faire le tour de la place et arriver devant Francisco, toujours assis sur son banc.

-Laisser passer . Seulement trois berrys quarante-cinq.

Francisco regarda le bout de papier puis le mec puis le bout de papier puis le mec. Aussi prit-il le laisser passer et croqua prudemment dedans. Un arrière-goût de blé était imprégné, pas si mauvais que ça.

-J'en prends cent !




Dernière édition par Francisco Arkham le Mer 20 Mar - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo White
Chasseur de prime confirmé
Chasseur de prime confirmé
avatar
Messages : 117
Points d'activités : 640
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 636
Points de popula' [PP] : 622
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Jeu 14 Fév - 18:49



Un vol ?.

    Une journée comme les autres ? Non, car aujourd'hui, je débarquais sur une île, mais pas n'importe laquelle. Une sur Grand Line. Une île classique mais qui ne manquait pas d'un certain charme. Arrivé par la porte de derrière, je me suis amusé à arriver au petit village en empruntant la forêt non loin de là. Ainsi, j'ai pu gambader un peu sous ma forme animal. Certes, pour les gens ça pourrait faire bizarre de croiser un roi du Crétacé, mais bon, pour ma part, ça ne me gênais pas. Autant certaines aiment faire du nudisme, autant moi j'aime me balader ainsi sans aucune gêne. En plus de ça, je ne me trimballais pas nu, mais habillé, de ce fait, quand j'étais habillé en « serveur », ma forme t-rex aussi était en tant que tel. Amusant n'est-ce pas ?
    Bref, c'est ainsi que j'étais arrivé ici, via l'aide d'un bateau et d'un peu de marche. Je me suis dirigé donc vers un petit bar tranquille de ce petit village semblant calme. Ça me faisait penser à un village sur l'île du karaté... La fois où j'ai rencontre Elena. Une femme fort charmante et dont j'aurais croqué un peu la personne... Mais bon, étant du gouvernement et donc esclave de cela, alors que moi je suis plus un électron libre, je ne peux pas trop la voir. Dommage, mais il n'était pas question de renier ma liberté pour une femme aussi belle soit-elle. Bref, tant pis, sûrement m'en mordrais-je les doigts, mais pour l'heure ce n'est pas le cas. Je repensais donc à cette rencontre en voyant la tranquillité de l'endroit sans me douter que d'ici peu, ce sera moins calme.

    Buvant en paix, je sirotais un rhum bien frais. Mais alors que je sirotais ce nectar divin, je ne sentis pas la main se faufiler dans ma veste. Fourbe, lente mais efficace, c'est ainsi que mon porte monnaie fraichement rangé vint à s'envoler, mais fort heureusement, curieux de compter ma monnaie, je tâta ma poche pour alors sentir et découvrir que je ne l'avais plus. Immédiatement, ayant payé avant fort heureusement, je vida cul sec mon verre pour alors aller dans la ruelle. Fou de rage ? Pas forcément, mais un peu en colère contre le voleur en question. Heureusement, une silhouette semblait se déplacer rapidement entre tout le beau monde. Tient tient, suspect... Je lui couru après le voyant accélérer le pas une fois repéré. Petit rat... J'allais le piéger, mais alors que je m'engouffrais dans une ruelle, c'est là qu'il surgit me lançant une planche à la gueule avant de re-fuire profitant de mon étourdissement. Plaçant ma main sur mon visage un bref instant je pesta dans ma barbe.

    «  Petit salopiot... il va me le payer... »


    Il semblait agile et rapide pour un gosse. Sûrement une racaille du coin... Qui vie de ça, le vol et la course. Petit rat de rue, je le traquais pour alors le voir pris au piège. Cul de sac, derrière un petit mur trop haut pour lui, mais celui-ci semblait fin, je vins à le regarder mon ombre arrivant à ses pieds. Craquant mes doigts, je m'approchais l'air amusé.

    «  Alors alors... On pensait fuir tranquillement petit rat ? Je vais t'apprendre à voler moi... »

    Sérieux, je vins à regarder autour de moi voyant un lampadaire assez raisonnable. Deux ou trois mètres de haut maximum, le tout pour un poids raisonnable. Je l'empoigna d'une main pour alors broyer la base que je prenais en main, puis usant de la force de mon corps, je vins à littéralement arracher ce lampadaire le prenant telle une arme. Je vins donc à le tester niveau poids, puis souriant, je disais de ne pas bouger. D'un coup, telle une fléchette géante, je vins à lancer ce lampadaire dans le mur fin qui se fit transpercer en partie. Le môme était sain et sauf, j'allais pas l'empaler même s'il m'a volé. Le voyant mort de peur sur le coup, je vins à reprendre mon porte monnaie séchement pour alors le laisser filer.

    Bon... Un peu de ménage s'impose. Soupirant, je vins à retirer le lampadaire de ce mur pour alors le laisser derrière moi et regarder à travers le trou dans ce mur gros comme ma tête. Frappant dans mes mains, je vins à donner plusieurs coups dans le mur le laissant s'effondrer dans un bruit sonore et un léger soulèvement de poussière pour alors épousseter mon habit et sortir de ce nuage de poussière et marcher comme si de rien étant allant reprendre une marche comme les autres.

    «  Quoi ? Il n'y a rien à voir... Circulez s'il vous plait... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 19 Fév - 15:24

    - Mais puisque j'vous dis que j'attends quelqu'un ! Une chèvre oui ! Shichibukai qui plus est ! Si ce n'est pas la classe hein ?!
    - J'en ai rien à foutre de tes histoires à dormir debout, tu paies ta consommation ou tu dégages.
    - Mon ami à sabots paiera pour moi, j'vous demande seulement de patienter quelques instants !
    - …


Un long silence qui s'installe dans la taverne, le sommelier reste muet et se contente de faire un signe de tête à Belzebuth, l'gars chargé de faire un peu de ménage dans le coin lorsque cela devient nécessaire. Cette fois, le déchet à balancer dehors, c'est moi. J'ai bu, beaucoup bu. Sans aucun berrys en poche pour régler la note derrière. Je le savais avant d'entrer que j'avais que dalle, je comptais toutefois sur l'apparition de ce fameux ami homme-chèvre pour me dépanner. De ce que j'avais compris en les côtoyant sur l'île précédente où je me trouvais, son ami Joe, un vieux alcoolique, s'arrêtait souvent dans les tavernes des îles qu'ils visitaient. En me renseignant sur ces types, j'ai appris qui ils étaient, deux Capitaines Corsaires, les puissants pirates à la solde du Gouvernement. Forcément que j'ai voulu miser sur eux dans c'tte histoire, il semblerait que j'ai perdu.

Crac. Porte constituée de bois qui explose en morceaux et la silhouette imposante d'une tortue ninja qui vint s'écraser dans le sol poussiéreux de l'île. Ce connard de Belzebuth cogne sacrément fort, rien pu faire pour éviter l'expulsion. Grognant des injures à l'encontre du sommelier et de son ami le colosse, j'me relève péniblement, une main massant ma mâchoire souffrante. Sur Grand Line, même un homme-poisson longuement entraîné au combat éprouve des difficultés à se faire comprendre. C'est ce que j'aime avec cette route de tous les périls, avec ma puissance actuelle, j'suis qu'un faible côtoyant les grands. Il ne tient qu'à moi de m'élever au plus haut niveau, devenir un sabreur de renom. Je le deviendrai un jour, ce sabreur que personne ne pourra battre, mais pas encore. Pour l'heure, se relever et établir un plan B est plus important, c'est que j'ai un équipage à intercepter moi.

Il me faut leur mettre la main dessus, au moins sur l'un d'entre eux. J'ai appris de source sûre qu'ils viendraient sur Paramina, reste à savoir sur quelle île ils ont débarqué. C'est que je n'ai pas forcément envie de m'attarder dans le coin moi, toutes ces histoires de coup de lune et de pluie remontant vers les cieux me file la chair de poule. Ouai, à moi, une tortue. J'explose de rire comme un déglingué, sans aucune raison pour les gens alentour autre que ma folie. Une tortue apeurée comme une poule mouillée, cela me fait marrer ! 'Fin bref, cessons les conneries. A la recherche d'informations sur Arkham et Fosters, mes pas me menèrent au beau milieu d'un marché installé sur la place de la ville, endroit rêvé pour soutirer quelques infos'. Les marchands voient tellement de monde passer, ce serait malheureux qu'aucun n'est aperçu les deux énergumènes.

Y'a des femmes qui gueulent dans tous les sens, tentant de vendre leurs produits évidemment moins cher que ceux de leurs concurrents. Bon nombre d'étalages de fruits et légumes, des spécialités de l'île comme le banabanabanaro. Un mot imprononçable pour un fruit hideux néanmoins délicieux et merveilleusement juteux. L'odeur la plus imposante étant celle de la viande grillée, celle qui met l'eau à la bouche et vous pousse vers elle sans même vous en rendre compte. Ainsi, tel un zombie attiré par la chair humaine, j'avançais vers le stand où cuisait la viande. Passant devant une chèvre à lunettes noires et mastiquant un morceau de tissu sans même m'en rendre compte. La fameuse chèvre que je cherchais ! Rendu devant l'imposant morceau de viande cuisant sur une grille, la gueule grande ouvert déversant son flot de salive, je lâchais un seul et unique mot...

    - Viiiiiaaaaanddeeeuuuuuhhh...


Le vendeur fait les gros yeux, ce n'est pas tous les jours qu'il se retrouve face à une tortue géante armée d'un sabre et masquant son identité d'un bandana bleu. Mieux encore, cette tortue parle. Il se trouve que ce vendeur, c'est Jean Broche, le plus célèbre des cuisiniers de Paramina spécialisés dans la viande d'espèces rares, comme le tigre à dents de sabre qui est en train de rôtir. Pensez-vous réellement que lorsque l’occasion, d'ajouter un homme-poisson de l'espèce des tortues à son trophée, lui tombe sur le coin de la tronche, il la laisserait filer ?

Spoiler:
 

    - Foutre de dieu que non que j'vais pas t'laisser filer ma jolie !
    - Gné ? WOOOOOOOOOOOOOOOW !


Ce grand malade de Jean m'sort une hache deux fois plus grosse que moi et l'abat avec fureur sur mon crâne. Du moins, c'est ce qui serait passé si je n'avais pas réagi à temps en bondissant sur le côté. Il hurle des choses inaudibles à une vitesse alarmante tandis que l’incompréhension me gagne. Mais merde ! Pour une fois que j'ai rien fait ! Bondissant par-dessus son stand fendu en deux, il revient au galop d'un enchaînement coups de hache dévastateur, fracassant le sol sous nos pieds à chaque impact. J'esquive tout, j'veux pas finir en steak ! La panique s'allie à l'ignorance et me voilà à détaler à toute vitesse, les bras en l'air, hurlant comme une gonzesse et pleurant à chaudes larmes. S'il y a bien une chose que redoute tout animal, c'est de finir comme repas aux humains. Je renverse toute chose sur mon chemin, étalage comme humains, seule l'idée de semer mon bourreau m'importe.

Seulement Jean Broche s'accroche, il court vite le sale enfoiré ! Alors je continue de courir, pleurer et hurler. Non, je ne vois pas de nouveau la chèvre devant laquelle je passe pour la seconde fois. Non, je ne la vois pas non plus lorsqu'au retour, j'lui rentre dans le lard, ramassant un vol plané et terminant trois mètres derrière, bouffant la poussière par le nez de nouveau. Non plus, Jean Broche ne s'interrompit pas en découvrant un tout nouveau spécimen rare d'animal à découper en morceaux pour ensuite le faire griller. Les chèvres sont réputées pour avoir un bon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 26 Fév - 18:07

Le moment crucial arrivait. Comment persuader le vendeur de ticket de les donner gratuitement ? Francisco pensait miser sur son titre de Shishibukai, en imposé par un petit coup de charisme et dans le pire des cas, une reconnaissance de dettes...jusqu'à ce que le chaos s'abatte sur le marché. D'abord, un bout de métal sortit du mur, juste au-dessus de l'épaule du corsaire...et jusque dans le bide du vendeur. L'homme-chèvre reste un moment silencieux, trop surpris pour ne serait-ce que penser...juste avant d'éclater de rire. L'instant d'après, le lampadaire puisque s'en est un repars dans l'autre sens, laissant un corps avec les tripes qui se répandent sur le sol et son propriétaire suivant rapidement le mouvement. Un vrai marine ou tout autre homme de bien se serait dépêcher pour porter secours au commerçant. Mais Francisco possède l'âme d'un pirate et selon son pont de vue, il n'a rien fait contre le mourant donc, il n'est pas responsable.

De plus, le mur contre lequel il était adossé c'est décidé à s'effondrer manquant d’écraser la chèvre sous l'amas de pierres. Le corsaire c'était donc jeté vers l'avant dans une mimique de sauver le malade, le fouillant pour trouver le reste des tickets et se faire un délicieux mille feuilles. Ce faisant, il ne vit pas la tortue sur deux pattes. Ignorance réciproque et partagée par le sabreur. Le caprin, une fois sa prise de guerre dans les mains croqua vigoureusement dedans, fermant les yeux pour mieux en ressentir les sensations sur sa la langue. Il ronronnait presque et s'il avait été un chat, il l'aurait fait !

Assis en tailleur sur le sol et près du cadavre car, désormais, le malade était passé de vie à trépas, de la fumée dissimulatrice couvrait une large partie de la zone et donc l'inutilité du shishibukai. À côté de ça, un mec avec une hache et toujours la même tortue jouait au chat et à la souris sur la place, amenant plus de bordel que dans l'établissement préféré du vieux Joe portant le même nom. C'est l'instant que choisit un autre homme en costume pour claquer une voix pleine d'autorité. Le caprin le regarda un instant, des morceaux de tickets coincés entre les dents, juste le temps que le samouraï vienne le percuter de plein fouet.

-Bordel mais ça va pas ?!


Le cri rageur était sorti de la gorge de Francisco avant même que la pensée ne se forme clairement dans son esprit. Sa main droite vint rapidement attraper le baudrier de l’homme-poisson alors que la gauche réajustait ses lunettes pendues à une oreille. Un petit bruit métallique à sa gauche attira son attention sur le cuisinier aux yeux envieux. Le sourire torve, il englobait les deux étranges êtres dans une même désignation de nourriture à cuisinier. Les yeux de l'Arkham se plissèrent de suspicion envers cette personne à l'hygiène douteuse.

-Keskiveuxlui ?

Partagé entre la colère et la suspicion, le corsaire avait parlé plus à lui-même qu’autre chose, ses dents resserré les unes contre les autres dans une attitude bestiale. L'agitation amenait de plus en plus de curieux autour de la petite scénette ce qui ne faisait qu’accroître la colère de l'homme-chèvre, un baudrier de tortue toujours dans la main. Tout ceci aurait pu se terminer en bain de sang si la fumée due à l’éboulement ne s'était dissipé, laissant apparaître le cadavre avec son trou dans le bide et ses organes un non loin. Une grimace de dégoût se forma sur de nombreux visages, incitant les précédents curieux à continuer leur chemin. Souvent à grand renfort de cris d’effroi. L'agitation détourna l'attention du cuistot de ses cibles pendant quelques secondes. Quelques secondes qui permirent à la chèvre de se calmer un peu. Elle aussi changea de cible son regard, évaluant la chose qui lui était rentrée dedans à peine vitesse. C'est alors que l'apparence de tortue lui sauta aux yeux.

-Toi ? Mais qu'est-ce que tu fous ici ? T'as perdu ton commando .

L'homme-tortue, n’ayons pas peur des mots, avait en effet déjà croisé le chemin du shishibukai. Le jour précis où l'équipage des Goats Privateer perdait l'un de leurs plus anciens membres, la colère en personne. Un jour noir pour les chèvres car le géant vert avait été le premier nakama du, alors pirate. Drôle de coïncidence de retrouver l'étrange sabreur sur cette île. Leur rencontre ne datait à tout casser que de quelques semaines. Aussi, une pensée tout aussi étrange vint se loger dans l'esprit du caprin.

-Ne me dis pas que tu me suis ? Mais tu n'as pas des bébés tortues à diriger? Ou des vaches à tuer ?

Francisco n'avait jamais compris la dévotion de Koh pour ses croyances. Une religion basée sur une vache sacrée logée dans les étoiles et voulant détruire la race humaine . Surtout pour créer un monde de vaches ? C'était absolument ridicule ! Non, tant qu'à faire, autant créer un monde d'homme-chèvre et lui, qui venait du ciel justement, savait bien de quoi il parlait ! Dans tous les cas, le conflit vache/tortue n'tétait plus de son ressort. Ils pouvaient n'entre-tuer que cela ne le dérangerait pas de se regarder dans ses sabots bien nettoyés. Malheureusement pour le corsaire, la petite session de retrouvailles ne put être prolongée plus longuement. Déjà parce que le cuisinier sanguinaire aiguisait sa hache monumentale, le genre que Léo aurait apprécié mais surtout parce qu'un drôle d'individu, le genre encore plus drôle et étrange qu'un attroupement de tortue, chèvre, cuistot mal lavé et serveur sur une place à côté d'un cadavre peut provoquer.

Spoiler:
 

-Wololooooo....Wolololooooo

Semblant particulièrement loin d'être sobre, sa démarche le faisait pencher d'un côté puis de l'autre. Ses bras quant à eux s'agitaient comme pourvut de leurs propre volonté, ramassant quelques produits sur les étales pour mieux les jeter, les renifler ou jongler avec le temps de quelques pas. Et puis il était roux. Très roux. Soit particulièrement appétissante aux papilles de la chèvre.


-Bonjour, bonjour ! Je me nomme Benoit la Renne. Prêtre de la Paille d'or au goût Fraise.

Durant son discours, ses mains continuaient de s'agiter, caressant le serveur du bout des doigts pour mieux s'essuyer sur le cuisinier ou mimer quelqu'un marchant sur la carapace de la tortue. Lorsque ses paroles se terminèrent, une petite chansonnette s'échappa de ses lèvres, une gigue rythmée dont sa tête marquait le tempo. Francisco laissa son regard sur le bonhomme quelques instants avant que sa main vienne attraper la longue barbe rousse et se met à en bouffer un bout comme si de rien n'était. L'acte ne semblait pas déranger le religieux qui souriait béatement à l'homme-chèvre. Techniquement, il souriait d'une manière stupide à tout le monde. Il était dur de dire s'il avait une pensée particulière autre que se « sentir bien ». Chose qu'il répétait régulièrement comme si cela faisait partie des paroles de sa chanson.

-Vous savez, c'est bientôt la fin. Nous allons tous revenir nous loger dans le sein de l'amour et alors seulement, nous serons frères et sœurs dans illumination... Hou ! Regardez... Voici l'heure du breuvage mirifique

D'un magnifique mouvement de poignet pour remonter sa manche, le prêtre avait laissé quatre montres apparaître sur son poignet. Depuis, toujours avec son air de bovin (comme quoi, on y revient toujours), il regardait autour de lui. Francisco, barbe toujours dans la bouche, barbe réduit de moitié désormais ne perçut rien pendant quelques secondes avant que, petit à petit, enfin, un son de fond se fit entendre. Un étrange son comme une armée de fourmi, des milliers de petits pas frappant le sol en même temps. Bientôt le sol se mit à légèrement trembler avant que des ondes de choc, visible à l’œil nu le parcourt.

Enfin, à l'origine de ses centaines d'ondes de choc, des gouttes d'eau se firent, lentement, sûrement. Et ces centaines de gouttes d'eau, sur toute l'île, s'envolèrent vers le ciel....
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo White
Chasseur de prime confirmé
Chasseur de prime confirmé
avatar
Messages : 117
Points d'activités : 640
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 636
Points de popula' [PP] : 622
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Jeu 28 Fév - 21:08



Un vol ?.


    Drôle de situation non ? Au fond, on dit que Grands Line est un truc risqué, mais au fond c'est une blague... Rien de bien impressionnant. Du moins c'est ce que je pensais ne notant pas toute l'horreur du lieu, à savoir un homme visiblement mort par ma faute puis tout ça.. Mon dieu, en faite la situation est ennuyante à mourir ici... Non seulement c'est nul, mais en plus, tous me regardent d'un drôle d'air. Quoi ? Hm ? Baissant doucement la tête, je voyais le vendeur de mes deux visiblement « troué ». Pfff foule stupide va.. Seul un gars sur tout ce monde venait à retenir mon attention semblant l'avoir déjà vu quelque part... Un pirate ? Non, autre chose. En tout cas, cet homme capricorne était connu de mon service en bien ou en mal... Un homme capricorne, grand, musclé, avec des lunettes noires faisant de lui un homme sérieux. Pourquoi je me souvenais pas de sa tête alors que... FRANCISCO ARKHAM !!! Voilà où je l'ai déjà vu, un des septs shichibukai.
    Que faisait-il ici ? Sur cette île du moins ? Visiblement il mâchouillait un truc. Du papier ???
    PAF !!, le voilà percuté par un individu semblant être tortue. Ah... Un homme tortu, manquait plus que ça. Serais-je sur l'île de la folie ? Visiblement... Alors que l'ambiance commençait à devenir malsaine, pour ma part je venais à sortir une cigarette et commencer à fumer un bâton de mort. La situation était vraiment apocalyptique puisque je n'y comprenais absolument RIEN !!!
    Où étais-je ? Un village ? Une place de marchands ou autre ? Mon dieu quel bordel... Soupirant, je laissais la fumée s'échapper d'entre mes lèvres jusqu'à ce que des doigts me firent reculer. Un mec venait-il de me toucher ? Oula... Sa démarche était celle d'un alcoolique... La chèvre commeçait à bouffer sa barbe et la tortue.. Mon dieu mais où suis-je moi ?

    " ... "


    C'est là que le plus étrange arriva. Comme si le sol se mettait à trembler, des ondes de choc se firent ressentir. Il tremblait de plus en plus jusqu'à ce que par miracle, ou apocalypse selon les regards, le sol se mettant à pleuvoir. Oui oui... Le sol. Du sol vers le ciel, il pleuvait. Pas l'inverse, mais l'inverse de l'inverse. Il pleuvait de bas en haut alors que d'ordinaire c'est de haut en bas... D'un coup d'un seul, une voix raisonna dans presque toute la place. Une voix rauque et pommée.

    " QUE SE PASSE-T-IL ICI ???!!! "


    Je me demandais quoi faire sincèrement. Entre un cuistot mal lavé qui arrivait avec sa hache l'air d'en vouloir à la chèvre et/ou la tortue, un roux qui était fou et le reste... On se croirait au pays des fous, je vins donc à céder à la panique de l'incompréhension. Saisissant le roux semblant être un genre de Nostradamus, je le secoua pour qu'il parle. Cela avait du arracher la nourritude de la bouche de Fransisco, mais c'est ainsi. Je le secouais comme un linge pour le faire sécher, mais s'était le seul moyen... Mais visiblement il était trop dans son trip. Tant pis, je vins à le projeter vers le cuistot qui semblait interessé par les animaux humains que sont le shichibukai et l'homme tortue. Soupirant, je vins à aller vers l'homme tortue et le pirate aux services du gouverement priant qu'ils soient plus... intelligents.

    " Quelqu'un aurait-il le mérite de me dire ce qui se passe ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Lun 4 Mar - 16:16

Jean Broche faisait face, sa hache dans les mains, trépignant d'impatience à l'idée de commencer la cuisson de ces nouveaux plats. Un homme-tortue et un homme-chèvre dans la même journée, qu'est-ce qui aurait pu le rendre plus heureux aujourd'hui ? Me relevant lentement, la peur s'en étant allée à l'instant même ou la douleur suite au choc avec le Shichibukai s'était propagée dans tout mon corps. Ce dernier m'empêchant de fuir davantage en me retenant d'une main, j'commence à tirer d'mon côté en remarque le cuisinier se rapprocher dangereusement. Et l'autre qui demande ce qu'il veut ? Ce qu'il veut c'est me bouffer abruti alors laisse-moi partir au plus vite !

    - Oh mon dieu... mais qu'est-ce que ? Nom d'un caniche obèse ! C'est...


Un cadavre, ni plus ni moins. A nos pieds, vidé de ses tripes. Auparavant dissimulé par un écran de poussière, dû à l'éboulement d'un mur que la situation périlleuse dans laquelle j'étais, m'avait empêché de remarquer. Un homme déguisé en épouvantail, visiblement. De la paille... une chèvre... des organes au sol... une mort atroce... Oh bordel de merde ! C'est lui qui l'a tué ! Mon regard apeuré se posa sur les lunettes du Capitaine Corsaire à mes côtés, me retenant de partir d'ici. Cette chèvre c'est un meurtrier ! Ou une meurtrière ? Après tout, c'est une chèvre. Si l'on m'avait dit qu'il ou elle était du genre à tuer de pauvres innocents jouant à se déguiser comme pour Halloween...

La scène donnait des frissons et nombreux furent les malheureux attirés par ce foutoir qui préférèrent s'en aller que de risquer de vomir. Moi aussi j'aurais bien voulu continuer mon chemin, mais non, l'Arkham bloquait toute retraite ! Et dire que j'étais venu sur cette île de dingue en espérant le rejoindre, quelle idée moisie ! Aucune foutue envie de passer mes jours en mer avec un tueur sanguinaire ! Il m'avait paru amusant lors de notre première rencontre, là c'était tout le contraire. Et le voilà qui me reconnaît ! Raaah je suis foutu ! Foutu, foutu, foutu...


    - Gnééééééééh ?! Des bébés tortues à diriger ?! Non mais t'as cru que j'étais une gonzesse ou quoi ?! Ce n'est pas moi la chèvre hein ! Et mon commando n'est plus, la faute aux vaches ! Foutues races bovines, elles ont exterminées mes camarades !


Un bien triste jour que celui de la dissolution du commando de tortues ninjas... Si la folie ne guidait pas mes émotions, certainement que j'en aurais versé une larme, ce qui n'avait pas été le cas. Salement amoché, la fuite avait été préférable plutôt que de m’apitoyer sur mon sort. Quoiqu'il en soit, aujourd'hui j'étais totalement seul et cela ne me plaisait guère. Voilà pourquoi j'étais parti à la recherche de cet équipage étrange et amusant. Du moins en apparence... la situation actuelle me prouvait à quel point je pouvais m'être trompé dans mon jugement. Francisco me doit de sérieuses explications ! Mais avant... tenter d'arrêter tout ce délire n'était pas une mauvaise idée.

    - Dis, maintenant que tu sais qui je suis, il serait préférable de me lâcher que je puisse éviter de me retrouver découper en morceaux... S'il te plaît ?


Accompagnant la demande d'un sourire forcé, difficile d'être sincère lorsque sa vie était en jeu, je forçais la chèvre à retirer son sabot de mon baudrier. Ainsi libre de tout mouvement, je sortais immédiatement mes sabres, au cas ou Jean lancerait la reprise des hostilités. C'est le moment que choisit un illuminé pour faire irruption, ne prêtant aucun intérêt à la scène qui se déroulait sous ses yeux, seul déblayer ses conneries le préoccuper. Risque à tout moment de se retrouver entre une grosse hache et deux sabres ne l'apeurait pas le moindre du monde ! Et en plus il était plus roux qu'un roux lui-même ! Une grimace de dégoût me déforma le faciès tandis que je le dévisageais. Qu'il aille crever.

    - Mais... mais... mais c'est qui lui ?!


Benoit la Renne. Prêtre de la Paille d'or au goût Fraise. Et moi je n'ai rien compris de qui il était. Je l'observe dans son manège, ne prête pas attention à sa chanson, tout en gardant un œil sur mon bourreau cuistot. S'il croit me surprendre dans un moment d’inattention, il se fourre la hache bien profondément dans le nez. Et l'autre ivrogne maudit par les cieux qui continuent de déblatérer ses absurdités... Francisco lui préférait dévorait sa longue barbe... tandis que je remarquais à peine la présence d'un autre individu. Un blondinet, plus silencieux et moins ridicule que les autres protagonistes, fumant sa cigarette et donnant l'impression d'être complètement paumé.

Qu'il se rassure, il n'était pas le seul à se demander ce qu'il foutait là. Et plus le temps s'écoulait et plus l'envie de trancher dans le tas m'envahissait l'esprit. Seulement aujourd'hui n'était pas une journée comme les autres. Avec la venue du Shichibukai venait son lot de problèmes, chose qui ne changera jamais. Les secousses dont nous étions victimes le prouvait bien. Ses secousses n'étaient pas le fruit du travail d'un myope déglingué en colère, mais un phénomène de la nature. Les ondes de choc annonçaient la pluie. Une pluie se déversant d'une manière plus qu'étrange... Du sol vers le ciel. Se dessina alors sur mon visage la plus inimitable des tronches du type qui assiste à un phénomène jugé surnaturelle.


    - Nom d'un Basilic amnésique, mais dans quel merdier je me suis encore fourré... ?


L'blondinet resté en retrait jusqu'à présent pète son câble, compréhensible. Il va même jusqu'à venir nous demander de lui expliquer tout ce joyeux bordel. Ouai, mais non. Est-ce que j'ai l'air de savoir pourquoi la pluie tombe à l'envers ? B le maudit le sait, lui. Mais il est roux et je ne touche jamais les roux, une légende raconte qu'ils feraient tomber les cheveux de tous ceux qui oseraient les toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 19 Mar - 16:30

Francisco était déçu. Légèrement agacé même. Encore quelques mèches de barbe dans la bouche, on lui avait retiré son déjeuner. Pas sympa, pas sympa du tout. Mais à la limite si ce n'était que ça ! Non ! Non ! Il avait fallu qu'il pleuve. La chèvre mouillée, soyons clair, ça pue. Autant dire que sa journée devenait passablement pète-sabot. Le caprin commençait à grigner son ressentiment quand le cuisinier fou se décida à bouger . Pour l'instant il était resté là, quelque peu paralysé par l'étrangeté de la situation mais son appétit dégueulasse (car qui veut cuisiner ET de la tortue ET de la chèvre?) avait repris le dessus.

-Wolololooooo...vous voyez, c'est le breuvage mirifique c'est ? Wolololo ? Que  f...?

Le prêtre n'eut jamais le temps de finir car Jean Broche le dégagea d'un coup d'épaules dans son rush vers ses proies. Un sourire avide sur les lèvres il sauta dans les airs ses deux machettes en avant pour les planter avec force dans les ingrédients. Les yeux de Francisco se rétrécirent de suspicion un moment pendant qu'il analysait la situation. Oui, la pluie réduit aussi efficacité d'un cerveau de chèvre. Révisez vos classiques !

-MAIS IL EST SERIEUX LUI ????!!!!

Le caprin cria son indignation tandis que son sabot s'envolait pour craquer le nez de son opposant. Le gros vola sur quelques mètres avant de retomber mollement au sol dans un geyser sanguin. L'Arkham l'observa quelques secondes par-dessus ses lunettes avant de se retourner vers le petit groupe de trois. Le jeune homme blond perdu toujours aussi perdu avec sa question dans le vide, Duncan et ses déclarations bizarres et finalement... le prêtre . Ce dernier continuait d'afficher son air béat comme si rien de tout ceci ne l'affectait, ce qui devait probablement être le cas. Il avait les vêtements tout croûtés de boue après avoir été envoyé boulé mais cela ne le dérangeait visiblement pas. Ouvrant grand les bras, il les invita à le suivre. Tout en marchant, il mimait un oiseau en train de voler et s'amusait même à pousser des petits cris de temps à autre.

Ainsi, le religieux sortit le petit groupe hors de la ville. Pas une route très longue au demeurant, vu que la cité s’étendait surtout en longueur. Francisco pour passer le temps avait récupéré le bout de la barbe du prêtre et en récupérait les mèches pas entachées par sa chute avant de les dévorer. Il aurait pu s'occuper de la tortue et du blondinet mais non. Cela attendrait. Ou n'arriverait jamais pour ce que ça lui importait. Leur guide continua à les amener à travers champs qui n'avait de champ que le nom. Plus un amas rocailleux avec de temps a autres quelques arbres rachitiques.

Pourtant, petit à petit une odeur marinière se faisait sentir. Lorsque le son et la vision lointaine de quelques mouettes apparurent, le sol se recouvrit d'homme de paille un peu partout. Le caprin eut l'impression qu'ils avaient poussée en un battement de paupières et, en vérité, c'était exactement ça. La route qu'ils empruntaient montait également à vitesse grand V et bientôt, ils marchaient plus sur un chemin de montagne qu'une route côtière. Leur guide finit par s’arrêter non loin d'une éminence rocheuse. De là où était le petit groupe, on pouvait apercevoir un la quatrième île composant l'archipel de Paramina. Le religieux se retourna vers sa compagnie.

-Wolololoooo... Le breuvage mirifique annonce le début de la prophétie. Observer la grandeur du Grand Pailla-Son. Il viendra sur notre pauvre terre apporter la révélation.

Francisco pencha légèrement la tête sur le côté, surpris du changement de ton et d'expression que le prêtre venait d’effectuer. Il allait prendre la parole pour en donner la raison quand une gigantesque goutte pouvant englober tout le religieux tomba du ciel. Une goutte qui était, en fait, les centaines minuscules ayant composé la pluie précédemment. La sphère bleutée s'écrasa au sol mais garda sa forme arrondie de longues secondes avant enfin de s'écouler. Ce faisant, elle laissa une autre personne à la place du guide. Enfin presque.

-Abracadabra !

Plus de vêtement vivement coloré. Au revoir le violet, le roux et bonjour le bleu terne et le gris de la vieillesse. Les yeux de l'être crépité d'une étrange lumière verte tandis que de nombreux bâtons de dynamite étaient fourrés dans sa ceinture. Rapidement, très rapidement, il se retourna vers l'autre île, par-delà le bras de mer.

-Shazam ! Dans les deux tours !

À peine avait-il prononcé ce mot que la moitié de l'île voisine paraît dans un enfer de flamme. Le ciel se remplissait de cendres noires. Francisco pouvait sentir la chaleur pénétrer l'air même depuis son promontoire. La lumière en était aveuglante alors qu'il portait des lunettes. Une lumière qui teintait chacun des protagonistes présent d'un orange enflammé. Mais le plus étrange restait l'homme en face d'eux, le presque prêtre qui affichait un sourire...eh bien, un sourit aimable.

-Des questions ?





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo White
Chasseur de prime confirmé
Chasseur de prime confirmé
avatar
Messages : 117
Points d'activités : 640
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 636
Points de popula' [PP] : 622
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 19 Mar - 19:20



Un vol ?.

    Ce lieu était un lieu pour les fous. Voilà la seule explications logique qu’il y avait à tout ceci. Depuis longtemps j’aurais dû me barrer d’ici, mais la présence d’un homme chèvre connu pour être Shichibukai m’avait fait rester ici. C’est ainsi que je demandais ce qui se passait, mais rien n’y fait… Même les gens les plus censés ici semblaient ne rien savoir. Autant dire nous étions dans un beau drap pas possible. Soupirant, je vins donc à subir la suite. C’est-à-dire, l’homme à la barbichette nous dit de le suivre et bien sûr, nous le fîmes comme si cela était normal… Ce qu’il voulait ? Moi-même je ne savais pas et je m’en fichais. Au moins geste suspect, je me taillais d’ici car ça n’avait ni queue ni tête. L’eau qui pleut en sens inverse, la situation grotesque… Dire qu’il y a quelques minutes de ça, je m’occupais de boire un coup, me faire voler mon porte monnaie avant de me récupérer. Alala… On en est bien loin.

    Là, nous arrivons vers les bords de l’île et nous avions une vue imprenable sur l’horizon. Le religieux fou vint à faire un discours puis là… Il se transforma d’une manière des plus étonnantes. Pour moi, s’en étais trop. J’allais pas subir plus longtemps. D’autant plus quand on voit la suite, à savoir, une sorte d’explosion au loin qui semblait être le fruit de ses actes. Du terrorisme ? On se croirait dans des vieux films, mais là, c’est bien réel.
    Au fond… ce type n’était rien d’autre qu’un terroriste ? Il allait donc payer pour ses actes. Peu importe ses pouvoirs… J’allais le démanteler et basta. D’un coup, sortant d’entre mes jambes, une queue verdâtre fonça vers lui l’enlaçant comme un serpent prenant dans sa queue une victime. Je vins à l’envoyer contre un tas de roche. Me transformer totalement était impossible vu l’étroiture de l’endroit, mais l’amoche à coup de pierre, ça devait être une belle idée.

    « Question ? Tu préfères la lapidation ou la noyade ? »


    Suite à ces mots, je me dirigeais vers un gros rocher qu’un humain n’aurait pas pu soulever, pourtant, le prenant à deux mains, je vins à forcer poussant un léger grognement puis je commençais à me redresser tenant le rocher en question. Tel Hercule, je soulevais ce rocher démontrant malgré tout une aisance.

    « Va pour la lapidation… »

    Phrase finit, voilà que le rocher volait vers lui pour l’emprisonner à jamais sous les roches. Un meurtre froid, sans appel, mais qui au fond valait sans doute mieux qu’une discutions à l’hérétique du genre rejoignez le mouvement, dieu vous donnera une mort bien etcetc.. Sans sang, l’homme était désormais sous les décombres. La poussière s’était levé de part le gros rocher qui était tombé, puis je me retournais vers les deux hommes sans me soucier si l’autre avait survécut ou non. Au fond, il n’aurait pas pu si ? L’air plus calme que tout à l’heure, laissant ma queue redisparaitre, je regardais le caprin et la tortue.

    « Bon… Si on faisais les présentations ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Jeu 21 Mar - 16:24

Oh merde, il lui arrive quoi à l'ivrogne ? C'est un super méchant, c'est ça ? Tous les super méchants peuvent changer de costume à volonté ! Passant ainsi du roux au gris, du style clochard au style poseur de bombes fou. Jetant un regard inquiet à la dynamite présente en grand nombre sur lui, j'guette le moindre mouvement suspect de sa part pour l'amputer de ses mains. Sans elles, pas moyen qu'il s'amuse à nous faire sauter avec ses explosifs. Encore fallait-il qu'il le veuille. Si rien ne vint m'alarmer quant au comportement du type, la déflagration qui ravagea les terres s'étendant devant nous, elle, attira tous les regards. L'enfer semblait se déverser sur l'île voisine, détruisant quiconque se trouverait pris à l'intérieur de l'explosion. Paysages, habitations, vies humaines, rien ne pouvait survivre à une détonation de cette envergure. Et nous étions aux premières loges...

Le spectacle me clouait le bec, une vive lumière orangée me forçant à plisser les yeux pour ne pas finir aveugle, la température s'affolant. Si la folie dictait mes actes, qu'il lui arrivait de souhaiter la mort d'autrui, jamais elle ne cautionnerait un massacre d'une telle ampleur. Cela ne lui arracha pas même un sourire, attristé qu'elle était d'assister à une telle chose. Mon faciès se déformait lentement sous les traits de la colère et ma poigne sur le manche de mes armes se resserra brusquement. Madness rendait son jugement, cet homme ne vivrait pas une minute de plus. Et alors que je m'apprêtais à me transformer en son bourreau, le blondinet me devança, mettant à mort l'étrange terroriste d'une manière toute spéciale. Cette queue d'animal et cette force surhumaine...


    - Nom d'un punk mythomane ! T'es quoi exactement toi ?!


Une question lâchait alors que je m'avançais vers le tas de pierres sous lequel reposait l'ancien terroriste dont j'étais censé me charger. Ce type avec sa gueule d'ange... il était tout sauf normal. Soulever une masse aussi importante, même moi à mon niveau actuel je doutais de pouvoir le faire. Pourtant, un homme-poisson est supposé être dix fois plus fort qu'un humain. Sans attendre une quelconque réponse, je bondissais au sommet de la pierre, histoire de prendre de la hauteur, plus encore que l'offrait notre position actuelle. En plus de cracher sur le cadavre de ce fou, responsable de la destruction de la moitié d'une l'île. Levant un bras en l'air, mon katana prolongeant mon membre, le tour tourné en direction de l'île en proie aux flammes, je déclarais alors d'une voix forte.

    - Moi, Duncan Madness ! Ex-ninja au service de son Dieu et de son Légat, aujourd'hui membre de l'équipage du Shichibukai Francisco Arkham, je déclare à ce groupe terroriste sévissant sur cette archipel, la guerre ! Mais avant, n'ayez crainte braves gens, je m'en vais vous porter secours ! KAWABUNGAAAAA !


Sur ce cri de guerre, sans même adresser un quelconque signe à mes deux camarades, je m'élançais d'un bond dans le vide. Sans même avoir pris connaissance auparavant de la hauteur séparant le sommet de ce point d'observation au sol. Sans même savoir ce qu'il pourrait m'y attendre, sans même m'assurer d'avoir un quelconque obstacle pouvant ralentir la chute libre dans laquelle je m'étais lancé, vaillamment. Stupidement ! Commença alors une descente vertigineuse dans le vide, en position étoile de mer comme je l'appelais. La différence était minime. Au lieu de flotter à la surface de l'eau, je chutais de plusieurs mètres. Combien ? Des dizaines, voir des centaines, qui sait. Je n'avais jamais eu la chance de voler comme un papillon, maintenant oui. Du moins, je ressentais ce que l'on pouvait éprouver en défiant les lois de la pesanteur.

Un long cri mêlant joie et folie perça les cieux, remontant jusqu'à l'emplacement où se trouvait certainement encore la chèvre et la chose humaine. L'instant était magique ! Il allait pourtant falloir penser à atterrir. Une masse verte ressemblant vaguement à une immense forêt se dessina au fur et à mesure que je me rapprochais du sol. Les arbres et ses branchages ralentiraient sans aucun doute la chute, amoindrissant l'impact avec la terre ferme. Encore fallait-il réchapper à une telle chute. Craaac. Pas le temps d'y réfléchir, mon corps entra en contact avec le sommet des arbres, fracassant branches et feuilles dans son élan. Je me sentais ralentir sans m'arrêter, cela n'était pas suffisant. Un second cri fut expulsé de ma gorge, un de panique cette fois. La mort semblait vouloir me prendre dans ses bras.

Malmené dans tous les sens durant la traversée de mon matelas naturel, tout se déroula en une fraction de seconde. Plouuf. Pure chance ou intervention divine ? Toujours est-il qu'il n'y eut pas de crash brutal et mortel avec le sol de l'île victime de terrorisme. Non pas de la terre qui m'aurait brisé le corps en mille morceaux, mais un lac profond au possible. Mon élément naturel. L'eau.


    - Merci ô Dieu Saumon ! Votre intervention ne sera pas inutile !


Car c'était bien de cela qu'il s'agissait, d'une intervention divine. Il me faisait l'immense honneur d'user de son pouvoir sans limite pour faire couler un lac m'empêcher une mort cruelle. La folie riait bien elle, ayant particulièrement appréciée notre chute libre du haut de cette montagne. Nageant un instant dans les profondeurs du lac, je profitais de cet instant de tranquillité avant de réapparaître à la surface. Mon tout nouveau Capitaine, à qui je n'avais pas demandé l'autorisation de rejoindre son équipage, devait me croire mort après un acte aussi fou. Ou alors simplement était-il en train d'essayer lui aussi ? Bwéhéhé, ce serait fun ! Peu importait pour l'instant, une mission m'avait été confié ! Il fallait faire taire ce feu ! Sortant du lac, j'observais les alentours à la recherche d'une quelconque direction à prendre. Un signe, une anomalie dans la forêt amazonienne, n'importe quoi !

Rien l'instant de quelques minutes de marche hasardeuse. Jusqu'à ce qu'un tremblement inquiétant commence à se propager jusqu'à mes pattes. D'abord insignifiant, puis plus inquiétant, le tout gagnant en ampleur à chaque seconde. Et de ce que je pus en déduire, cela venait vers moi et à vitesse grand V ! Plusieurs craquements semblables à des arbres s'effondrant en masse ne tardèrent pas à s'ajouter au vrombissement de la terre sous mes pattes. De quoi largement suffire pour m'effrayer et me faire courir en sens inverse du fléau ravageant la forêt, non loin de moi. Slaloment entre les arbres, tranchant feuillages et branchages obstruant mon champ de vision, je courrais à en perdre haleine. Je comprenais bien vite l'inutilité de mon acte, quand des cris vinrent s'ajouter au chaos ambiant, m'alertant de la présence imminente de la menace.

Il me suffit de tourner les yeux pour découvrir que...


    - ELEPHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANTS ?! ICIIIIIIIIIIIIIIII ?! ELEPHAAAAAAAAAAAAAAAAANTS EN COLERE ! J'VEUX PAS MOURRIIIIIIIIR !
    - PLUS VITE ! LE FEU NE NOUS ATTENDRA PAS !


Un troupeau entier d'éléphants s'élançant à toute allure sur les lieux de l'explosion, troupeau que rien ni personne n'aurait pu à cet instant arrêter. Pas même une souris. Et moi je vais mourir écraser par toutes ces tonnes qui m'écraseront les os ! J'en pleure déjà, hurlant à la mort ! Trop apeuré pour m'arrêter, trop con pour tenter de changer de trajectoire. L’éléphant de tête se rapproche, me frôle et tandis que je m'imagine mort, hurlant sous une douleur fictive, la trompe de l'animal m'agripper au niveau de la taille et m'envoie valdinguer sur son dos. Les yeux clos, je continue de penser à une mort abominable. Hurlant encore et toujours.

    - Mais tu vas la fermer la tortue ! Tu n'es pas mort imbécile ! Tu crois que tu pourrais m'entendre si t'étais mort ?
    - Gnééé ? J'suis pas mouru ?
    - T'es pas mourru la tortue, t'es pas mouru.
    - YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !


Un cri qui vient du fond du cœur. Le grand Duncan n'est pas encore mort ! Je me tiens au courant de la situation ici. Ce qu'ils foutent là et pourquoi. Ces éléphants constituent les Secours de l'île. Du moins, les secours animaliers. Pas de vrais sauveteurs quoi. Pas aux yeux des humains du moins. Ils assurent la sécurité sur l'île. Et ils se dirigent à vive allure vers les incendies déclenchés par l'explosion. J'affiche un sourire satisfait, c'est justement là-bas que je voulais aller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Ven 22 Mar - 14:56

Francisco enleva son veston recouvert de sang pour le jeter plus loin d'un air dégoutté. Il était vrai que l'étrange scénario qui c'était passé sous ses yeux laissés prit de cours. Tous ces changements de costume et l'explosion surréaliste... Il n'avait même pas encore bien traité l'information que le blondinet à ses côtés se la jouait barbare. Puis la tortue fit son entrée en scène. Un beau spectacle a coupé le souffle que ce kamikaze aquatique. Le caprin l'avait suivi jusqu’au bout de la corniche, faisant attention à éviter les flaques de sang et la chair écrabouiller pour observer par-dessus le vide. Heureusement pour lui, l'homme-poisson finit par retomber dans une petite cuvette. Enfin cuvette du point de vue de la chèvre. Un large lac pour ceux dedans. Chavrou poussa un soupir de soulagement lorsqu'il vit Duncan nager tranquillement bien des mètres plus bas. Cet être à moitié fou avait le chic pour se mettre sous votre peau. Soit vous ne le supportiez pas, soit vous l'aimiez bien. Pas de demi-mesure. Aussi le Corsaire se releva, rassuré.

-Il va bien. Enfin physiquement, je ne m'engagerais pas à évaluer sa santé...


Il avait commencé à parler à l'inconnu sans le regarder, les yeux toujours braqués vers la cuvette en bas et la forêt de flammes. Une image presque poétique si elle n'était pas si meurtrière. De fait, la chaleur grimpait encore de plusieurs degrés là où étaient resté les deux hommes. Francisco défit donc largement sa cravate puis sa chemise pour abaisser sa température corporelle avant de reprendre la parole, se rapprochant de son interlocuteur.

-Un étrange pouvoir que t'as là... Tu es un zoan ? En tout cas tu en as la force, impressionnant. Je me présente, Francisco Arkham, Shishibukai comme l'a dit notre ami précédemment. Et tu es ?

Ce faisant, le caprin s'était encore rapproché, tendant sa main dans l'espoir de serrer celle du blondinet. Simple politesse qui était, étrangement peu respecté sur les mers. Les marines préféraient saluer militairement et les pirates vous crachez dessus. Cette présentation habituelle sur un lieu qui ne s'y prêtait pas du tout passé, restait le souci de cette île maculé de flammes. Une grosse partie était déjà parti en tant que cendre dans le ciel et recommençait à descendre dans une nuit presque surnaturelle. La chèvre observa ce plafond étrange qui s'abaissait de plus en plus vite vers la petite corniche.

-Hum... je crois bien qu'on devrait suivre Duncan là-dessus. Mourir étouffé ici ne serait pas très bon pour le business.

D'un coup d’œil il évalua l'avis du Zoan puis se décida que, peu importe ce dernier, il préférait encore tenter le grand plongeon. Plongeon qui était vraiment grand. La chèvre avait beau avoir décidé de sauter, la hauteur le retint de longues secondes sur le bord de la corniche. Il jeta un second coup d’œil au blondinet et d'un signe de tête lui donna rendez-vous en bas. Le reste, c'est l'histoire d'une chèvre volante. Pas la première fois, il était bien descendu des îles céleste mais c'était la première fois qu'il n'avait absolument rien pour ralentir sa chute. Aussi tombât-il droit comme un « I » dans le lac, ressentant le choc avec l'eau comme s'il avait percuté un mur de brique. Pas une sensation agréable. Heureusement qu'il entraînait son corps dès son plus jeune âge grâce au Goating Karaté sinon il n'y aurait probablement jamais survécu. Lorsqu'il ressortit en chèvre trempé, ce ne fut que pour voir un drôle de personnage assis sur une branche au-dessus de lui. Armé d'un bloc-notes et d'un crayon, il écrivait tout en marmonnant jusqu'à ce qu'un corbeau posé sur une branche légèrement plus haute remarqua Chavrou.

-CORN ! CORN !

Les cris de l'oiseau attirèrent l'attention de l’écrivain qui releva la tête vers le volatile avant de se retourner vers le caprin. Un « ho » d'étonnement sonna dans l'air entre les deux personnes avant que l'homme ne saute de sa branche pour revenir sur le plancher des chèvres. On aurait pu le prendre pour un clochard avec ses vêtements déchiré de partout, ses cheveux crasseux et... et son masque de paille. Il faisait peur à voir, probablement était-ce le but. Le corbeau vint se poser sur son épaule, observant le corsaire de plus près. Il cria de nouveau qu'il voulait du mais ce que lui donna son perchoir humain d'une main négligente.

Spoiler:
 

-Bien le bonjour monsieur ! Voilà un drôle de déguisement que vous avez là. Vous êtes de quelle branche ? Je n'avais jamais entendu parler de membres de notre communauté avec des déguisements de chèvre. Déguisement très impressionnant. Ho mais vous êtes tout mouillé. Vous êtes tombé dans le lacs . Il y a eu un énorme bruit tout à l'heure, puis un deuxième il y a peu. Probablement des rochers expulsés de l'île.

L’homme avait parlé sur un rythme particulièrement rapide sans même reprendre son souffle. Francisco l'observa étonner et à dire vrai, également amusé. Il allait lui répondre quand son interlocuteur le devança, venait le serrer dans ses bras avant de reprendre la parole.

-En tout cas bienvenu ! je m'appelle Myrmillion. Je suis de la branche des Maïssacreur. Je ne suis pas très porté sur le massacre personnellement mais que veux-tu, quand c'est la fin du monde, c'est la fin du monde ! Justement, c'est à cause de ça que je ne t’ai pas entendu arriver. T' as vu cette énooooooooooorme explosion . Certains d'autres branches disent que c'est la fin du monde mais ça ne peut pas n'est-ce pas . Je veux dire, ce n'est pas censé être en 2012 . Nan, Nan, Nan, ça ne peut pas être ça. Beaucoup trop tôt. Beaucoup trop tôt. T'en penses quoi toi .

La chèvre resta sans voix un instant, incapable de produire ne serait-ce qu'un seul son. Il restait là, bouche béé, tentant difficilement de prendre toutes les informations en compte et l'attitude plus qu'amical de l'étranger. Au final, son cerveau produit une pensée totalement hors sujet. Comment un utilisateur de fruit du démon allait survivre à son arrivée dans le lac ? C'est là qu'une deuxième pensée heurta son cerveau. D'un adroit léchage de lèvre, il récolta quelques gouttes restantes de son passage dans l'eau. Une eau qui n’était pas salée. Elle était même carrément potable. Tout sourire, il leva la main pour faire patienter Myrmillion qui hocha la tête en accord. Le caprin se retourna alors vers la falaise et les mains en entonnoirs crièrent aussi fort que possible.

-HEY HOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO ! MONSIEUR ZOAN ! C'EST DE L'EAU DOUCE !!! VOUS POUVEZ SAUTER !

Lorsqu'il se retourna vers le pailla car s'en était bien un, ça Francisco avait finit par le comprendre, ce dernier affichait un sourire fier comme s'il avait résolu une équation particulièrement difficile. Aussi, se présenta une nouvelle fois en quelques minutes.

-Moi c'est Francisco. Je me promenais avec deux amis quand un prêtre avec une succulente barbe rousse nous a emmené sur la corniche là-haut. C'est là qu'il a fait sauter un bout de l'île. Un grand malade ! Tu le connais ?

-Hum... ça semble être Monseigneur Benoît et son alter ego. Faut pas faire attention, il est généralement à côté de la plaque mais il est incapable de faire sauter une île. Avec l'aide de sa branche par contre....

Myrmillion se frotta le menton pensif quelques instants. Son corbeau s'était mis à dépiauter son chapeau visiblement vexé d'avoir pas eu assez de graine. Francisco aurait bien voulu en savoir plus sur Benoît et sa branche mais, malheureusement, le sol se mit à trembler comme prit d'un séisme. La chèvre se retint de glapir de justesse, la peur que le reste de l'île explose de nouveau et lui avec ayant submergé son âme. Heureusement pour lui, ce n'était là qu'un troupeau d’éléphants bleus. Oui, oui, Bleu. Venue avec une tortue sur le dos du premier rempli de joie le pailla.

-Ho ! Pachynko  te voilà ! Tous les incendies sont arrêtés ? Bien. Francisco ici présent vient de confirmer que c'est la branche de Monseigneur Benoît qui fait encore des siennes. Ils ne veulent pas comprendre qu'ils sont beaucoup trop en avance sur les prédictions. Puis cette idée d'aider à réaliser la prophétie ...n'importe quoi. Bref ! Que portes-tu sur ton dos Pachy ?

Comme à chaque fois, Myrmillion avait parlé d'une traite sans même reprendre son souffle. Un exercice impressionnant qui semblait pas le gêner le moins du monde. Le Shishibukai s'était avancé d'un pas lorsque son nom avait été évoqué et profita du cours instant où le pailla se tut pour prendre la parole à son tour.

-Salut Duncan. Tu t'es fait des copains à ce que je vois .

La chèvre se balançait sur ses sabots, rassuré de revoir la tortue qu'il avait apparemment embarquée dans son équipage. Le prie était qu'il avait accepté cette nouvelle sans trop de difficulté. Fallait dire qu'une tortue ninja sabreuse homme-poisson...et bien c'était quelque chose à voir et à avoir. Un bruit de succion dans le dos du caprin le fit se retourner pour observer le zoan blondinet. Le corsaire lui fit un signe de tête de bienvenue avant de se retourner vers le petit groupe de pailla et d’éléphant. Il attendit que le dernier arrivé se rapproche un peu plus.

-Avec la tortue et le blond, nous sommes tous membre de la branche...la branche mangeur2 paille. Une toute nouvelle branche. D'ailleurs ne connaît pas tout. Peut-être pourrais-tu nous éduquer Myrmillion ?
-Ho oui bien sûrs. Vous savez que notre grand leader a eu la vision que la fin du monde allait arriver ici, sur Paramina. On est donc tous venue, chacun avec nos propres buts. Ceux de Benoît comme je te l'ai dit veulent aider cette fin du monde pour respecter le « cours des évènements ». D'autres cherchent à l’empêcher, comme quoi c'est une bataille sainte. Je n'ai pas trop compris leur délire à eux. D'autres encore comme ma branche, nous sommes là pour noter l’évolution de cette île jusqu'à l'arrivée du chaos de la fin. Pachy et ses frères ici présent...eh bien ils vous expliqueront mieux leurs rôles dans tout ça que moi. Et vous ?
-Hum...nous...nous sommes venue assistez à un évènement exceptionnel.


Myrmillion hocha la tête comme s'il comprenait tout à fait cette volonté qui, au final, n'était pas loin de la sienne. Le pachyderme allait prendre la parole à son tour pour expliquer ses liens avec tout ça quand un bruit résonna en écho dans l'air.

« Pulu Pulu Pulu Pulu. Pulu Pulu Pulu Pulu. »

Dans la poche de chavrou, un bébé den den mushi vibrait. Le Shishibukai récupéra donc l’objet qui semblait avoir plutôt bien survécu à la chute vertigineuse. Le caprin décrocha donc le combiné pour entendre une voix nasillarde au relent de vieux pervers.

-Allooooo ?

_ Ecouteuh Bicket est avec toaaa, tu vas lui dire mon bickeeettt c’est Joseph pour toaa…. Bon alors t’es où mon pote ? Je sais pas ce qu’il t’arrive mais avec l’ami cyborg on a déjà fait les courses, puis on a rencontré un travelo-diva qui nous a raconté des choses sur des hommes crevant de faim malgré qu’ils aient de la bouffe. J’ai fait ma petite enquête et j’ai trouvé que des mecs qui s’habillent en épouvantails s’amusent à foutre des asticots dans du pain qui te bouffent de l’intérieur… Euh attends je raccroche, je crois qu’on a des problèmes…

-salut Joe, et bien nous on...Ha. Ça a raccroché.

Francisco eut l'air interdit un moment, combiné en main avant de hausser les épaules et de ranger le petit appareil. Il vit de nombreux de visages avec beaucoup de questions en tête aussi inventèrent un rapide mensonge. Il valait mieux ne pas dire que lui et ses hommes étaient aux prises avec d'autres pailla autre part.

-C'est une autre branche. Les...Pailleperverse. Une branche un peu rebelle. Sympa mais que de loin.

Un grand sourire vint clore cette justification pour tenter de la faire passer un peu mieux. Il ne savait pas où étaient Joe et Walter mais visiblement, là-bas aussi les pailla se la jouaient mystique. Un truc vaguement bioterroriste et dans tous les cas, hors de la portée de la chèvre pour l'instant. Le caprin les rappellerait plus tard, une fois en plus petit comité. Cela serait bête de se mettre à dos, la seule personne qui faisait pas exploser des îles dans le coin...
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo White
Chasseur de prime confirmé
Chasseur de prime confirmé
avatar
Messages : 117
Points d'activités : 640
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 636
Points de popula' [PP] : 622
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Ven 22 Mar - 22:49



Un vol ?.

    Fin de la situation psycho-chaotique. Le papy jouant Nostradamus semblait mort sous ce rocher. Zut... J'aurais cru qu'il l'aurait joué comme d'autre, à s'en sortir comme si jeter un cailloux de cette taille n'était que chose normale, mais non... Il semblait écrabouillé et de son sang coulait d'ailleurs. Dommage. Mais passons, le bon côté de tout ça est que maintenant; nous allons pouvoir nous concentrer entre nous. Après tout, j'avais deux acolytes là. Une tortue jouant le ninja et une chèvre jouant le pirate vendu au gouvernement. Souriant, je les écoutaient doucement laissant la tortue faire son mariol avant de disparaître sautant de la falaise. Soupirant je vins à regarder le caprin bien habillé pour un animal et je lui dit afin de répondre à sa question. Après tout, ce pirate caprin méritait réponses non ?

    «  Pour ma part c'est Shizuo White. Simple chasseur de prime à la recherche d'argent... Toujours plus d'argent. »

    La suite s'enchaîna rapidement. Le caprin sautant visiblement apeuré par les nuages de cendres/poussières qui retombaient fatalement sur nous. Dommage, je ne peux pas aller dans l'eau de mer alors bon. Je me devais de rester là. Soupirant, je regardais cet homme puis j'entendis sa voix après un long moment. Il semblait avoir trouvé un truc alors il me conseilla de sauter tout en précisant que cela n'était pas de l'eau de mer. De ce fait, je pouvais nager dans ces eaux là sans risque de couler telle une encre. Je vins donc à sauter du haut de cette falaise finissant telle une bombe dans l'eau. Remontant à la surface, je me dirigea vers Fran qui semblait en compagnie d'un... épouvantaille ? Il commençait à déballer des paroles que je ne suivais pas, depuis le début après tout, j'étais complétement largué, ne comprenant rien aux délires réalistiques qui se passaient devant moi.

    «  Exactement... Une branche peu appréciable à la longue étant très... adepte du combat. Allez savoir pourquoi... Mais dès qu'on bouge très peu, bah on a des crampes et paf, faut que ça parte... »


    Que dire de plus hein ? Je ne savais pas où ce monde allait nous mener. Depuis ce matin, je suis pommé, me disant que je n'aurais pas du me faire chiper mon porte monnaie comme quoi, j'aurais rencontré personne et donc je n'en serais pas là à jouer le put** de suiveurs qui pige rien sur le coup. Pommé, complétement à côté de la plage, je commençais à prendre racine et ça m'énervais vraiment... Au moins, ça collerais avec la description de la branche, car d'ici peu, j'allais devoir taper quelqu'un à la longue. Le seigneur qui ne m'envoie rien de bon depuis un moment... Raaaah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Lun 25 Mar - 16:08

    - Je suis fier de vous les gars ! L'incendie faisait rage et à présent, il n'est plus ! Observez ces cendres et ressentez la fierté d'un travail accompli avec brio !
    - Bwéhéhéhé, vous avez géré Pachynko, si j'avais su, j'aurais pas sauté d'la falaise pour v'nir éteindre l'incendie moi-même !
    - Tu es brave Duncan et ton cœur est grand, ton aide nous a été précieuse et tous les animaux de l'île te remercie pour ton travail ! Rentrons faire notre rapport à la branche à présent.
    - A la branche... ?


Question qui restera sans réponse, le chef de la patrouille sonna le retour au camp et tous s'exécutèrent sans broncher. Je ne profitais pas du trajet pour relancer la discussion, une tortue sur le dos d'un animal aussi massif à tendance à être secouée dans tous les sens lorsque celui cavale à vive allure. Aussi, je préférais focaliser mon attention sur mon équilibre et rien d'autre. Nous revenions sur nos pas, jusqu'à revenir à l'endroit exact où j'avais atterris sur cette île voisine à l'autre. Ce fut avec surprise et joie que je découvrais que le Shichibukai n'avait pas résisté à l'envie de venir me rejoindre ! Que voulez-vous, l'on ne se passe pas du grand Duncan ! D'un grand geste de la main, je saluais mon nouveau Boss, jetant un regard suspicieux à la personne qui l'accompagnait.

    - Toi ! Oui toi l'homme de paille ! T'es qui ?! Pas un complice de l'autre enflure j'espère ?!
    - Allons Duncan, garde ton calme, Myrmillon est un ami. Il n'est pas complice de ce fou de Benoît.
    - Mouai. L'a une gueule étrange ton ami.
    - Ahahah, c'est vrai ! Il fait peur, mais il est gentil ! Bref, Myrmillon, voilà Duncan Madness. Duncan, voilà Myrmillon, membre de la branche des Maïssacreur.
    - Des quoi ? Les massacreur de quoi ?! Et t’appelles ça un ami !
    - Il n'est pas comme eux !
    - Mouai.


Francisco coupa l'échange avec le grand Pachynko, qui aurait certainement tourné en une rapide engueulade afin de savoir qui était vraiment ce Myrmillon en qui je n'avais pas confiance. Instant que choisit le blondinet aux transformations étranges pour réaliser le grand plongeon. Splah, le voilà qui atterrissait dans le lac. Héhéhé, toujours autant heureux de constater que mon idée n'était pas si stupide que cela ! A peine le blondinet nous rejoignait, rentrant dans le jeu de la chèvre qui montait une histoire à dormir debout, que l'heure des explications sonnait. J'n'allais pas continuer cette aventure avec un mec aussi dangereux ! L'est pas humain, l'a une queue de reptile ! J'le sais maintenant ! Et j'veux pas qu'il me bouffe ce sale type ! Alors il va devoir causer un peu !

D'un bond, mes pieds foulent le sol, mes sabres sortant de leur fourreau pour effleurer la gorge de la chose. Si Francisco ne semblait pas dérangé par ce qu'il avait vu, moi je l'étais !

    - Tu pourrais m'expliquer c'que t'es exactement ducon ? Madness me dit que t'es un de ces bouffeurs de fruits, elle s'trompe ? Moi j'pense que tu caches bien ton jeu derrière tes allures de chic type ! Alors cause ou j'te tranche la gorge !
    - Duncan ! Cesse de te comporter comme un sauvage !
    - La ferme Pachynko ! J'vais pas m'laisser bouffer par un type que j'crois être un allié !


« Pulu Pulu Pulu Pulu. Pulu Pulu Pulu Pulu. »

Quoi ? C'quoi c'bruit ? Mes yeux ne lâchent pas l'endroit d'où semble provenir le bruit, du corps du Capitaine. Mmes yeux s'élargissent lorsqu'il sort un bébé escargot à la coquille particulière d'ses fringues. Oh merde. Un bébé escargot fringué comme la chèvre. J'ai l'impression d’halluciner. Les autres n'ont pas l'air choqué par ce qu'ils voient. J'suis l'seul saint d'esprit ici ou quoi ? Les protagonistes se figent un instant, écoutant la conversation de la chèvre avec son ami. A mes yeux, il parle dans l'vide ou à son escargot qu'il prend pour un téléphone, m'enfin... Escargot qui lui répond. Qui raconte des choses. Puis qui raccroche. J'ai rien compris...

    - Breeeeeeef ! L'est temps d'avoir des réponses mon p'tit gars !
    - PAS MAINTENANT DUNCAN !


Blaam. V'là la patte de l'éléphant qui s'abbat sur mon crâne, m'foutant à terre et stoppant l'interrogatoire à peine commencé. J'ai mal, une larme perle de mes yeux tandis que j'me frotte la zone d'impact. Pachynko manquait pas de force, comme j'le pensais ! J'me relève après quelques secondes d'immobilité, à reprendre mes esprits. Temps qu'a pris Pachynko pour expliquer en quoi consistait sa branche.

    - Je suis Pachynko, le chef de l'unité de secours. Nous sommes de la branche des Pailles d'Ivoire, cette branche même qui assure la sécurité des quatre îles. La branche est divisée en plusieurs unités, les principales étant celle de secours, celle d'assaut et défense des territoires, l'unité médicale et l'unité logistique. Rentrons à la branche, nous vous en dirons plus là-bas. Montez sur le dos de mes frères, nous irons plus vite.
    - Preum's sur l'dos de Pachynko !


Un véritable enfant... Et voilà la troupe des éléphants bleus, transportant une chèvre, une tortue, un homme au masque de paille et une chose, faisant marche jusqu'au repaire où est établie leur branche. Nul question de courir cette fois. Seulement le destin en décida autrement, et tandis que nous progressions sereinement dans l'espèce de forêt, du mouvement se fit ressentir dans les hauteurs. Une dizaine de choses se mouvaient parmi les branches des arbres, nous tournant autour un instant, avant que l'un d'eux décide de se montrer. Un foutu singe ! Singe fringué bien étrangement, comme le reste de sa bande d'ailleurs. Pantalon bleu, ceinture et bandana jaune. Il sauta sur la crâne de Pachynko, poussant un cri guerrier qui eu pour effet de me sentir menacer.

Ma main droite vint immédiatement attraper la poignée de mon katana, tandis que le singe adoptait une posture défensive. Il me faisait autant confiance que moi pour lui.


Spoiler:
 

    - Ouuuuuyaaah ! Toi qui être, face de laitue ?!
    - Mais je t'emmerde tête de con ! J'vais t'enfoncer une banane dans l'pif tu vas moins faire l'malin !
    - Ouuuuuuyaaaah ! Une aura négative tout autour de toi, je ressens. Aux forces du mal, face de laitue, tu devras prendre garde. Consumé par la noirceur sinon, tu finiras.
    - Mais j'vais t'briser s'pèce de chien chauve ! Viens tâter d'ma lame du con !
    - Duncan arrête ! C'est aussi un ami ! Voici Adoy, les amis.
    - A vous, le bonjour, amis de Pachynko.
    - Connard...
    - DUNCAN ! NE M'OBLIGE PAS A TE FRAPPER ! Que se passe-t-il Adoy, nous t'écoutons ?
    - En proie aux flammes, sont les terres au sud. De Benoît, la branche, est la responsable de ces incendies, nouveaux. Réagir immédiatement, il vous faut. Armes à la main, l'unité d'assaut et défense, est parti arrêter la branche de Benoît.
    - Ok les gars ! Vous avez entendu ? ON FILE REJOINDRE NOS FRERES ! DIRECTION LES TERRES DU SUD ET VITE ! LES HOMMES DE BENOIT SERONT LA, AUSSI L'AFFRONTEMENT EST INEVITABLE ! Espérons seulement que nous pourrons éteindre les incendies avant... ON FONCE !


Des dizaines d'éléphants bleus levant leur trompe en l'air pour hurler un bon coup plus tard, voilà la patrouille qui s'remet en marche, à vive allure, direction le sud. Le vrai défi nous attend là-bas, y'a pas à chier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Sam 30 Mar - 4:06

Francisco était assis en lotus sur le dos d'un éléphant courant à fond la caisse. Autant dire que ce n'était pas confortable ni même sûr. Il rebondissait sans cesse, tentant de garder une pause un minimum classe. Tentative vouée à l’échec. Régulièrement de nouvelles explosions se faisaient entendre mais bien moins importante que la première. À peine voyait-on le champignon de flamme à l'horizon. Trop pris par les soubresauts de son mode de transport, le caprin ne put observer les épouvantails qui semblaient pousser entre les racines des arbres. Bientôt, la petite troupe atteignit la zone brûlée. Plus grand-chose n'avait résisté au souffle de l'explosion première puis aux incendies. Cendres et caillou brûlée, voilà ce qui restait.

Duncan, quant à lui semblait prendre son pied assit sur le dos de Pachynko, il avait pris la tête du convoi avec son éléphant et sabre en avant criait des ordres invraisemblables qui n'étaient jamais suivis par sa monture. Logique vu qu'il était difficile pour un pachyderme de voler grâce à ses oreilles ou faire un brushing avec sa trompe. Plus tôt, il avait menacé Shizuo avec son sabre, tenant de découvrir ce qui se cachait la couche humaine et zoanesque. Francisco avait observé ça d'un œil distant. S'il voulait le couper en deux ou se faire bouffer, c'était son problème. Entre autres problèmes qu'il avait déjà, mental surtout.

Malheureusement, les trois humains ne purent jamais rejoindre la section de défense de l'île. Alors que leurs éléphants couraient à peine vitesse, une pluie dantesque se mit à tomber, sans pour autant nettoyer le ciel, ça serait trop beau. Elle semblait se former dans l'air juste au-dessus de la petite troupe pour leur tomber dessus avec force. Gravité ? Poids ? Vitesse ? Rien de tout ceci ne semblait s'appliquer. Les animaux parlant s'arrêtèrent surpris. La plupart des gens présents levèrent le nez pour observer le phénomène jusqu'à ce qu'un singe assis sur l'un des éléphants soit projeté violemment dans les airs. Son cri attira tout de suite l'attention des autres qui s'excitèrent inquiets. Francisco lui, observa un instant la victime avant de se retourner vers la direction opposée. Le vent s'était mis à souffler avec force et des éclairs déchiraient le ciel. L'un de ces derniers projeta une lumière blanche sur toute la scène.
Spoiler:
 


Debout sur un caillou, quelqu'un, armé d'une large faux affichait un sourire macabre. Il leva lentement un doigt en l'air avant de le balancer de gauche à droite. Sa voix rocailleuse résonna dans l'air en écho désagréable.

-Tu, tu, tu, tu... y a déjà trop de monde à la fête. Désolé mais vous ne pouvez pas rentrer.
Son sourire s'agrandit encore tandis qu'il mit sa main sur sa faux. Il la manœuvra sous la pluie en un large coup dans le vide. Mouvement inutile en apparence mais sur plusieurs membres du convoi, plusieurs singes qui venait venger leurs amis notamment, des gouttes d'eau de leurs tailles les percutèrent pour les éparpiller plus loin, à demi assommé.


-Vous savez, ce n'est pas très gentil de vous mêler à une fête privée. Mes amis sont en train de chasser l’éléphant. Laissez-les à leurs plaisirs.

Son sourire s'agrandit encore en prononçant ces paroles, les éléphants commençaient à s'agiter, prêt à l’écraser sous leurs pattes. Nombreux furent ceux à prendre leurs appuis pour le faire mais ils ne passèrent pas inaperçu.

-Les gars. Il semblerait que nos squatteurs veuillent déranger notre petite fête. Si on les raccompagnait dehors ? Gentiment bien sûrs.

Cette fois-ci, de petits rires fusèrent tout autour. Profitant de l'attention qu'avait glanée le porteur de la faux, ils s'étaient rapproché incognito. Tout semblait aussi dérangé que leurs leaders mais contre toute attente, ils s’arrêtèrent lorsque Myrmillion prit la parole.


Spoiler:
 


-ARRETER ! Vous êtes de la branche des Paillasang n'est-ce pas . Celle de Monseigneur Benoît ? Votre Maître est mort tout à l'heure, à quoi cela sert de continuer ses massacres . Vous n'avez pas à aider la prophétie à se réaliser. Stopper votre hérésie avant que le pire n'arrive.
-Le pire ? Comme faire exploser une île par exemple ?


Cette fois-ci le leader se courba en arrière, prit dans son éclat de rire glauque. Tout autour du petit groupe d’éléphant et d’humains, les autres Paillasang ricanaient, toujours dans cet étrange écho. Leur chef ouvrait grand les bras, plantant sa faux dans le sol peu de temps auparavant.

-Le Maître est peut-être mort mais ses idées continuent de vivre avec nous ! C'est vous les hérétiques ! Les incapables ! Ceux qui je comprends pas la beauté de cette apocalypse ! Vous tous serrez simplement exterminer tandis que nous, choisi par les cieux, les élus allons accéder à un autre monde ! À cet instant précis, vos pauvres frères de branches sont en train de tomber sous les coups des miens. Vous êtes les sacrifices pour sustenter les dieux ! Vous....

Le leader se tu un instant, ses yeux s'agrandissant tandis qu'une ombre le recouvra. À quelques mètres de lui, une chèvre venait d’apparaître, recouvrant l’horizon du religieux. Francisco en avait eu marre d'entendre ce dernier se vantait de son droit fondé de faire exploser des îles et tuer des éléphants. Éléphants qui, s'ils étaient de terribles moyen de transports, étaient de très gentils camarades. Sautant depuis le dos de celui qui e transportait, il arrivait avec vitesse et poing armée pour frapper sa cible. Le Paillasang esquiva dans un réflexe, sautant du caillou pour atterrir sans aucune grâce sur le sol plus loin. Le rocher lui, eut moins de chance et finit en morceaux tandis que le poing du corsaire le frappait avec force.

-Ok, alors deux petites choses. Un, je suis Francisco Arkham, Shishibukai de mon état. Deux, j'aime ni ta gueule, ni tes paroles. Trois, les mecs derrière, ce sont mes potes alors je vais te casser tes dents pour le respect de la loi, de l'amitié et d'autres trucs fleurs bleues mais surtout parce que j'ai envie de voir ta bouche en sang.

Tout en parlant, le corsaire avait agité son bras dans des mouvements circulaires. Technique très conne, censé similaire un échauffement est menacé l’adversaire par la même occasion. Sa victime grimaça tandis qu'il se relevait. Un instant, il sembla paniqué mais la présence de ses camarades le rassura. C'est avec une attitude confiante qu'il reprit la parole.

-Parfait, tu seras donc un sacrifice de choix. Nous pourrons continuer éradication des branches hérétiques plus tard.

L'homme découvrit sa manche pour y laisser voir un drôle d'objet. Une espèce de bijou qui serpentait sur tout son bras jusqu'à se caler dans la paume de sa main. Les yeux de Francisco se plissèrent en reconnaissant le dispositif.

-Un Aquadial Modifié? Comment un objet du marché noir des mers blanches à ut finir en la possession de minable comme vous ?
-Hoho...un connaisseur à ce que je vois. Je ne sais pas d'où tu viens monsieur le Shishibukai au masque de chèvre mais tu ne fais que gagner plus de valeur pour notre sacrifice. LES GARS ! Préparez-la mare de sang ! Les eaux sont sombres et pleines de terreur mon agneau.

Le leader serra le poing sous la pluie démentielle, le dial emmagasinant le liquide pour former une sphère autour de la main de son propriétaire. Dès qu'il fit charger, le religieux frappa dans le vide, propulsant un boulet de canon d'eau de pluie. Boulet que Francisco évita facilement mais juste pour s'apercevoir que la cible n'était qu'un des éléphants bleus plus loin. Ce dernier barrit de douleur avant de manquer de s'écrouler sous la force du coup. Tout autour du groupe, les autres Saillasang activaient également leurs dials modifiés. Certains manipulant l'eau, d'autres le vent ou encore le feu. Le chaos s'abattit sur la zone dans une semi-obscurité qu'entrecoupé par les éclairs blancs.
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo White
Chasseur de prime confirmé
Chasseur de prime confirmé
avatar
Messages : 117
Points d'activités : 640
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 636
Points de popula' [PP] : 622
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Dim 31 Mar - 13:39



Un vol ?.

    La situation toujours aussi incompréhensible, j'allais me laisser trainer par ces gens et ces paillasses. Pas question de partir comme un lâcheur, mais après je ne savais pas dans quoi je m'engageais. Soupirant, je montais sur un de ces éléphants qui se mis à suivre les autres. Fonçant tel un bolide lancé à toute allure, j'attendais la suite me demandant encore et toujours dans quelle merde je m'étais fourré. Je réfléchissais jusqu'à ce que nous soyons réveillés par de la pluie. Les nuages n'étaient pas là, mais la pluie vint à battre son plein. D'un coup, un déluge se créait et cela n'annonçait rien de bon. Nous fûmes stoppés par un homme semblant effrayant armé d'une belle faux d'ailleurs. Regardant l'arme, je me taisais laissant les gens, mes acolytes régler la situation. Cigarette au bec, celle-ci se mourrait rapidement à cause de la pluie et je me disais que ma patience serait égale à ma cigarette... Une fois éteinte, je laisserais exploser ma colère. Nous nous fîmes encerclé et cela ne me plaisais pas vraiment. Mes lunettes sur mes yeux, je laissais les gens discuter entre eux, le paillasson sur patte semblant de mauvais poil avec ses potes sur la même longueur d'onde. La situation chauffait. Voilà que Fransisco avait foncé pour frapper le leader, mais celui-ci vint à esquiver. La guerre était donc déclaré et ça tombais bien, car ma cigarette venait de s'éteindre suite à une goutte de trop. Voilà, la situation était vraiment merdique. Des paillassons armés de dials modifiés, un temps de merde qui leur donnaient un avantage... Que demander de plus ?

    «  Je crois que Fran n'est pas le seul à en avoir marre... »


    Je descendis de mon éléphant pour alors admirer environ cinq paillassons viser. Ils chargeaient leurs dials et sur les cinq, un était de l'eau, le reste du feu. Visiblement, ils comptaient me faire à la vapeur ? Je vins à me déplacer derrière un rocher assez imposant pour alors les laisser faire feu. Une gigantesque boule de feu additionnée d'eau pour créer un peu de vapeur allait frapper le rocher provoquant ainsi une belle explosion qui se fit ressentir. De mon côté, j'avais eu juste quelques brûlures légères la puissance de l'attaque visiblement n'ayant pas été au summum. Je soupirais de soulagement. Visiblement, il n'y avait pas à chercher plus loin... Il fallait attaquer. Derrière mon rocher, je vins à planter mes mains dessous pour alors grogner doucement telle une personne forçant. Poussant des râles légers, je vins à soulever doucement mais sûrement la pierre pour alors la porter à bout de bras. Celle-ci devant faire une bonne centaines de kilos, je vins à leur dire, l'air visiblement souffrant, cela n'était pas trop facile à porter malgré tout.

    «  Vous savez quoi... Je crois que je vais vous faire goûter à la même mort de votre chef... TOUS !!! Je vais vous écraser sous un put** de rocher et on va en finir vite fait.. »

    Suite à ces mots, je lança la roche sur ce groupe de cinq personnes qui finirent écrasés malgré leurs dials pas assez chargés pour contrer cette charge imposante. Je vins donc à me retourner pour voir six personnes qui furent feu avec leurs dials enflammés. Cette fois, pas le temps d'esquiver, je pris l'attaque de plein fouet et un large nuage de fumée se fit. J'avais crié ayant eu mal c'est vrai, mais j'étais au final plus qu'énervé. Une voix plus grave se fit entendre, mais on pouvait facilement la reconnaître, la mienne.

    «  … Vous avez osé hein.... Mon costume... Mon put** de costume préféré... Vous... Vous allez finir comme jeanne d'arc... Bande de résidu de paille »


    Sortant de la fumée, un lézard géant. Devenu dinosaure, je fonçais dans cette foule comptant bien faire un carnage. Pas de pitié étant attendu dans ce combat la raison n'ayant pas sa place ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 2 Avr - 15:07

    - Eh trou d'cul ! C'est quoi votre problème à tous ?


Eux, les guignols qui se déguisent en épouvantail pour ravager le monde et engendrer le chaos sur ces terres, c'est quoi leur problème ?

    - Z'avez pas encore compris qu'on pouvait pas vous blairer ? Des connards dans votre genre qui s'amusent à faire exploser des îles sous-prétexte que la fin du monde est annoncée, ça me fait juste gerber. Et chez Madness, ça réveille une affreuse pulsion sanguinaire qu'aucun d'entre vous ne voudriez voir.


L'assaut combiné de ces pantins de pailles avait été efficace, plusieurs éléphants et singes gisaient à terre, gémissant sous la douleur, certains fleurtant même avec la mort. Je venais de me relevais, précédemment atteint par un sphère de vent m'ayant propulsé quelques mètres en arrière. Lèvre et front ensanglanté, l'bide souffrant encore de sa rencontre avec le projectile élémentaire, je crachais d'vant moi, lançant un regard noir au patron du groupe. S'il y a bien une chose que j'ai conservé de ces années à vivre auprès de mes frères ninjas, c'est cette volonté de garder en vie mes camarades. Cet enfoiré avec sa faux avait eu le malheur de leur faire du mal, j'allais lui enfoncer son arme si profondément dans l’œil qu'elle ressortirait par le coude. Mais avant de découper sourire mortel, je comptais m'occuper de ses p'tits copains.

    - Vous allez regretter les minables d'avoir croisés la route de Duncan et Madness, regretter d'avoir frappé leurs amis, regretter d'avoir commis ces meurtres et regretter d''être né. Vos gadgets ne serviront à rien contre mes lames ! LES GARS ! C'EST L'HEURE DE LA RIPOSTE ! KAWABUNGAAA !
    - AOUH ! AOUH ! AOUH !


A ma suite, d'un seul et même homme, éléphants et singes s’élancèrent sur les Paillasang, qui tentèrent de les contenir tant bien que mal à grands renforts de dials modifiés. La bataille commençait ici et maintenant. Un déluge d'éclairs, de bulles aqueuses, de tornades de flammes et de rafales de vent s'abattait sur la zone de combat, modifiant complètement la topographie des lieux. De mon côté, la rage au ventre, je finissais de trancher un adversaire, mordant un second pour mieux shooter dans un troisième. Ils n'avaient pas affaire à un simple sabreur. Pas un vulgaire homme-poisson déguisé en ninja. Ils avaient devant eux l'unique Duncan, épaulé par l'irremplaçable Madness, le tout offrant un cocktail explosif. Madness guidait mes mouvements, d'ou le style brutal au possible, affreusement violent et sanglant.

    - Tortoise Rocket !


Une impulsion et je décollais telle une fusée sur mes adversaires, tourbillonnant à vive allure, sabres en avant, enfonçant brutalement la ligne ennemi. Le sang de ces monstres coulaient en abondance sur le sol et le long de mes lames, certains se retrouvaient à terre, le ventre troué, d'autres arboraient de profondes entailles sur le torse ou le visage. Il n'est jamais bon de provoquer la fureur de Madness, il est sans pitié contrairement à moi. Le nombre joue en leur faveur, du haut des branches, les flammes et la foudre frappent de concert dans mon angle mort. L'éclair s'écrase sur l'arrière de mon corps, ma carapace plus exactement, sans même l’égratigner. Il en faudra plus que cela pour qu'elle cède ! Les flammes en revanche morde ma chair et la brûle, m'obligeant à bondir hors de portée pour éviter de finir en tortue grillée.

Madness souhaite mettre la main sur ces misérables planqués dans les arbres, quand Adoy et deux de ses frères nous devance. Une lutte au corps à corps s'engage entre chimpanzés et Paillasang dont la finalité ne m'intéresse pas. Mon attention se reporte sur le combat au sol et sur la prochaine action. La folie installée au plus profond de mon âme, elle qui la noircie depuis tant d'années, je la sens gronder et réclamer la mort de ses hommes de pailles.

    - Fury of the tortoise !


La porte est définitivement ouverte, Madness. Entre et prend pleinement possession de mon esprit, abreuve-toi de leur sang, ils le méritent bien ! Bondissant sur une cible au hasard, cette dernière ramasse une avalanche de coups tranchant sans pouvoir distinguer quoique ce soit. L'action dure trois secondes tout au plus, avant que Madness ne passe à autre chose. Allant d’adversaire en adversaire, submergeant ces derniers sous les coups, sa rage gronde et nul ne peut l'arrêter. Si bien qu'au bout d'un certain temps, il n'a plus personne à combattre. Les Paillasang étant tous vaincus. Tous tombés sous les coups vengeurs de mes camarades et moi-même. Ils ont néanmoins causé de lourds dommages au groupe. Nous ne sommes pas dans un meilleur état, avec Madness.

La peau noircie, le visage ensanglanté, les muscles fatigués, visage déformé par une haine qui ne retombera que lorsque l'homme à la faux périra, c'est tout naturellement que je m'avance vers lui. Le souffle rauque, aveuglé par la fureur, l'extrémité de mes sabres traînant sur le sol. Souillés par le sang de nos victimes, traçant un fin sillon à mesure que nous progressons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mer 3 Avr - 10:29

Je viens du suuuuuuuuuuud... euh de http://www.op-history.net/t2918-fb-poilocalypse-pv-goats plutôt

    L'offensive de notre héros contre l'épouvantail des ténèbres avait plutôt porté ses fruits: il avait d'une part révélé que c'était un cyborg, mais aussi, sans doute grâce à la surprise (qui s'attendrait à voir un pistolet sortir d'une braguette? Enfin, du moins, pas ce genre de pistolet #CellecielleestpourJoe ) Bref, en atteignant ce rubis, notre héros avait visé juste puisque leur cyborg d'opposant commença à grésiller et à laisser des arcs électriques de mauvais augure s'échapper de son corps. Jagu de Rustéphan avait ensuite joint la danse, dévoilant pour la première fois des capacités de combat respectables, puisque le coup de tatane qu'elle envoya au Pailla high level fit son petit effet. C'est Joe qui se chargea de finir le travail, non sans au passage y aller de son commentaire salace sur la technique dont Walter avait le plus honte (le cyborg aurait mis sa main à couper que Joe n'aurait pas résisté). Le vieux Joe priva donc le cyborg d'un bras, et alors que l'épouvantail des ténèbres semblait reprendre des forces avant la contre-attaque, un bruit terrible résonna, et nos héros ainsi que leur opposant purent nettement distinguer un champignon à l'ouest. Et un champignon de sacrée taille: là-bas, il devait y avoir des explosifs très puissants. Profitant de cette diversion, le Pailla géant prit ses jambes à son cou, filant droit vers l'explosion. Le vieux Joe partit le premier à sa suite, très vite suivi par Célestine et Walter, ce dernier ne souhaitant pas trop rester dans une boulangerie en feu. Joseph D Fosters suggéra que l'explosion était liée au Pailla, ce qu'approuva notre héros: beaucoup de trucs louches sur cette île semblaient liés aux Pailla...

    Le grand cyborg, malgré son bras en moins et ses grésillement réguliers, parvenait à maintenir la distance entre nos héros et lui. Notre petite troupe traversait des rues désertées, les rares habitants encore dehors se dissimulant sous les tables et les étals. Les éventuels murs ne posaient aucun problème à l'épouvantail aux hormones, puisqu'il les traversait simplement. Dans ces moments-là, notre héros, puisqu'il était le plus solide des trois, prenait la tête, et ouvrait une Waltdoor pour le vieux Joe et l' Okama. Plus ils approchaient de l'explosion, plus c'était n'importe quoi: des cadavres, des bâtiments détruits. La course-poursuite avait quitté la ville et traversait une forêt qui rougeoyait de flammes: régulièrement, de petites répliques résonnaient, mais rien de comparable avec l'explosion première. Enfin, le cyborg s'arrêta une fois une clairière toute fraîche atteinte: terres brûlées, arbres en vrac, et ce sur une vaste distance. Toutefois, le pire dans tout ça n'était pas le paysage, mais bien le spectacle, une espèce de chevauchée des Valkyries sous LSD. Des hommes épouvantails étaient aux prises avec des éléphants anthropomorphes, avec un avantage certain pour les premiers. Les Paillas maniaient d'étranges armes. Un peu plus loin, la vue améliorée du cyborg chevelu distingua un espèce de lézard géant aux prises avec des Pailla, et encore plus loin, il aperçut Francisco aux prises avec un étrange Pailla qui possédait un peu de prestance, sans doute un lieutenant.

    Dans tout ce bordel, nos héros tout comme leur précédent adversaire semblaient perdus. Et comme l'a dit Darwin, c'est celui qui s'adapte le plus vite qui survit. Walter retira donc une de ses oreilles, et la jeta droit vers le cyborg Pailla, où elle explosa comme une grenade. Une sacrée grenade. Lorsque la fumée se dissipa, le pailla cyborg avait été réduit en morceaux. Notre chevelu héros se tourna vers Joe et Jagu, et ne résista pas à l'envie de faire un petit jeu de mots:


    - Et bien, c'était plutôt assourdissant comme explosion!

    Ceci étant dit, il ouvrit une réserve sur torse et ressortit une oreille, qu'il se revissa comme si de rien n'était. Maintenant, il était temps d'aider ses camarades. Ah, tiens, il y avait aussi une tortue dans le lot des éléphants. Mais elle, elle faisait la peau aux Paillas. Bel exemple pour la jeunesse. Walter roula des mécaniques, et se jeta sur un Pailla qui tenait un étrange coquillage d'où il laissa s'échapper un jet d'eau à haute pression, qu'il appela Carr-Scher. Mais il en fallait plus pour blesser notre héros, qui envoya une violente mandale au visage du Pailla, avant de le finir d'un coup de coude, sauvant ainsi un éléphant d'une mort certaine. Deux autres Paillas plus loin pointèrent l'un de ces étranges coquillages vers le cyborg, mais ce dernier les avait vu venir: ses cheveux commencèrent à s'agiter, et les pointes visèrent les deux épouvantails, avant de laisser s'échapper des balles, étalant les deux autres. Mes aïeux, que d'aventures sur cette île!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Jeu 4 Avr - 10:56

Spoiler:
 

Une folle course-poursuite s'était installé entre le cyborg pailla et le trio magique, c'est à dire un cyborg à face cramé, un travelo diva et un vieux barbu pervers. Le cyborg était vif malgré les mouvements quelques fois étranges tel un tic de l'épaule ou un inclinaison de la tête qu'il faisait. Il lâchait des étincelles venait du trou dans sa poitrine ou encore du moignon de son bras mais malgré tout cela, il maintenant la distance entre le groupe de corsaire et lui. Walter se la jouait bulldozer pour tenter d'aller plus vite, n'hésitant pas à défoncer les maison de part en part au lieu de sauter sur les toits de ces dernières comme le faisait le faucheur robotisé. Walter pensait peut être gagné de l'avance mais le cyborg avait une bonne allonge de saut et c'était seulement un voir deux mètres qu'ils gagnaient, ce qui ne réduisait pas vraiment la distance au final. Après la ville venait la foret et Joe n'hésitait pas à faire de la place en dégommant les arbres à coup de Bertha, créant des écharde gros comme des épées en les éclatant. La forêt s'offrit bientôt en spectacle car c'est en flamme qu'elle devint puis la forêt disparut pour laisser place à une clairière qui n'était que le résultat d'un chaos sans nom.

_ WHAT THE FUCK!!!!

Joe lâcha un juron en Langlet qu'il ne faut mieux pas traduire mais qui marqua bien son faramineux étonnement. C'était quoi ce merdier? On aurait cru une scène de bataille sortit d'un livre sur les cirques douteux qu'on trouvait aux Sabaody. Des hommes de paille se battait contre des sortes d'éléphants? Mais What the fuck again!! Regardant cette étrange spectacle, Joe vit Francisco se battre contre une personne qui pouvait être un responsable pailla d'après sa tenue qui était un peu différente, plus loin il reconnut une des tortues du commandos de l'île de la Vache Sacrée, qu'est-ce qu'elle branlait ici la Tortue Janine? Oh le clou du spectacle, il vit encore un mec qui venait de se faire cramé au lance-flamme se transformé en put** de dinosaure! Et pas un herbivore zen, le genre de gros prédateur qui t'engloutit en une bouchée. S'il n'avait pas si soif après sa terrible course à travers toute l'île, le corsaire aurait été tenté de dire qu'il était en plein délirium suite à avoir englouti un tonneau de rhum à lui tout seul. Mais non ce foutoir irréel était bien réel en fait...

Joe regarda Walter en finir avec le cyborg et ne put que ricanait de sa petite tirade. Au moins ça c'était réglé mais ça n'expliquait pas tout ce foutoir.

_ Ding-dong, the witch is dead...


Il devait savoir de quoi retournait tout cela, il décida alors de rejoindre son petit Bicket sur le champ de bataille. Bertha en main il commença à avancer à petites foulées dans ce joyeux bordel, faisant danser son ami de métal dans des mouvements brutaux qui allait cogner le crane des enfoirés de cinglés de paillas dans des gerbe de sang et de chair broyée. La batte dégoulinante encore du cerveau et du cuir chevelu d'un des paillas qui avait voulu l'embrocher avec une fourche, il arriva vers le Shichibugoat.

_ C'est un joyeux bordel ici... Tu peux me raconter?


L'ennemi de Francisco semblait ne pas être content de l'arrivé du vieux pervers et c'est une balle d'eau à haute pression qu'il envoya sur le vieux couple d'ami. Joe s'avança de deux pas et prit sa batte à deux mains et vint frapper la sphère aqueuse avec force, violence mais aussi précision dans un geste d'une grande technicité. Il fut éclaboussé par un peu d'eau mais la balle repartit, un peu plus petite vers l'envoyeur qui se vit la prendre en plein torse et en tomba à la renverse. Cela allait permettre à Fosters d'écouter Arkham. Mais il fallait croire qu'il n'aurait pas le fin mot de l'histoire car au milieu du discours de son ami caprin, il reçut un éclair en pleine poire, ce qui le foudroya sur place. Il avait basulé en arrière mais il fut rattraper par l'homme-chèvre et Joe vit alors la source de ce choc électrique qui venait de lui roussir la barbe, il sentait le cochon grillé maintenant, il pesta comme un lama. L'homme était étrange, habillé de noir et de blanc, une gueule aussi blanche qu'un cul de pucelle anorexique. Joe ne put qu'y voir une ressemblance avec les mômes aux coups de lune, comme si ce type en avait reçu un géant, genre le mec était un naturiste exhibitionniste qui courait à poil au clair de lune, la merguez ballotant à la lumière de l'astre nocturne... Le Shichibukai se remémora avoir fait de même en coursant une petit brune aux gros obus peu de temps avant son arrestation...


_ Hey!! Face de cul d'albinos! C'est quoi ton blem'??

Joe avait envie de le courser et de lui enfoncer la tête de sa batte dans la gorge en lui éclatant l’émail des dents au passage...
Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Dim 7 Avr - 20:42






On devrait tous avoir un T-rex de compagnie



Le petit saligot bien bijouté s'était avéré être un informe tas de ferraille ! Mais il était pimp, car il avait des gros rubis et je voulais ses gros rubis ! Pendant notre début de combat, nous avions pris l’avantage. Mais quelque chose vient troubler cette victoire facile ! Un énorme bruit d'explosion, suivit d'un champignon sans précèdent ! Il n'en avait pas fallu plus pour que l'autre fil de paille se tire. En fait, une explosion géante, c'était déjà pas mal ! Nous étions parti à la poursuite de cet étrange créature cybernétique. Car il avait des pierreries qui ont l'air très intéressantes ! Et seul une diva aussi belle que moi devrait porter ce genre de bijoux ! Oh, ça me fait penser qu'il faut que je récupérer mes affaires au cabaret. Mes robes, mes parures, mes chapeaux, mes écharpes, mes sous-vêtements coquins ! J'avais la tête remplis de choses importantes, et c'est deux rustres, que je n'épouserai jamais, continuais de suivre la piste du gros cyborg paillesque. Les maisons qui avaient le malheur de se trouver sur notre route, se retrouvait maintenant pourvu d'une nouvelle porte, en forme de chevelu cybernétique. Je m'étais arrangé pour passé au milieu du groupe, la position la plus sécurisé. Joe était passé devant Walt pendant que nous pénétrions dans la forêt. Pour pouvoir ouvrir le chemin à coup de grosse batte ! Plutôt efficace ! La forêt a rapidement laissé sa place à un large bûcher ! J'avais failli y laisser des plumes, mais nous avons réussi à nous en sortir, pour finalement arrivée devant une large clairière complètement... ravagé !

Ravagé par un spectacle on ne peut plus particulier ! Les hommes de pailles qui se battaient avec des éléphants... Est-ce que j'avais encore abusé du vin pétillant aux fruits pour avoir ce genre de vision ? Ou est-ce qu'un de ces hommes m'avaient drogué pour m'épouser à mon insu ? Il faut dire que c'était une vision plutôt étrange ! Un homme chèvre se battant avec ce qui semblait être les potes du collier sur patte, un homme tortue, un bonhomme qui vient de jouer dans le jeu mais qui se transforme en dinosaure géant mangeur d'homme ! Et le pire, c'est que j'aurais presque l'impression de trouver sa normal vu la situation ! C'est vrai, un homme chèvre, c'est logique après avoir vu des vers dévorer des gens de l'intérieur en se cachant dans du pain ! L'ami carbonisé venait de s'arracher l'oreille pour l'envoyer sur le robot que nous poursuivons depuis tout à l'heure. Il n'en avait pas fallu beaucoup pour en venir à bout et la blagounette de Walter m'avait arraché un petit gloussement amusé. Mais c'était un véritable carnage, il y avait des bouts de paillas et d'autre trucs un peu partout. Je me suis alors dirigé discrètement et gracieusement vers le cadavre du robot. Pour voir mon rubis ! Mais ça n'en était pas un ! Juste des grosses lampes ! Il ne faut pas se moquer de moi ! Je m'étais donc à mon tour lancé dans la bataille, enchaînant les coups de lattes dans les paillas qui se présentait à moi. Soudain, un étrange bonhomme a fait son apparition, mettant dans le mal le vieil à coup de tonnerre, pendant qu'il discutait avec le caprin... Étrange étrange ! Mais il en fallait plus pour dégommer l'homme. Mais il n'en fallait pas moins faire reculer le travelo. Enchaînant les entre-chats, je me suis doucement dirigé vers... vers quoi d'ailleurs... Il n'y avait pas de coin tranquille ! Walter, faisait peut être un coin tranquille ! Mais il était trop loin ! Le T-rex, il semblait mangé les pailla ! C'est bien le genre de truc que j'enchaînerai devant ma maison pour faire peur aux voleurs ! Donc, avec la grâce d'une diva danseuse de ballet, c'est tout moi ça, je me suis placé derrière le T-rex, hurlant alors à l'étrange bonhomme qui avait attaqué le vieil homme :

« - Je ne vous épouserai pas ♥♥♥ Et lui non plus, pas la peine de vous battre pour moi ♥♥♥ Sauf si ça vous fait vraiment plaisir, et que vous voulez me donner des cadeaux♥♥♥ Des gros rubis, ça serait parfait pour une nouvelle parure ♥♥♥  »









© Oni N. Asura



Merci à Oni-chou ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Lun 8 Avr - 11:38

L'enfer s'était abattu pendant quelques instants sur terre. Derrière Francisco, éléphants, tortues et lézard géants faisaient la guerre contre des hommes avec des masques de paille. Pendant un constant les deux camps semblèrent faire jeu égal mais l'arrivée du papy pervers, « Zé wane andeuh oneulie » comme ils disent en Langlet avec Walter et...et un étrange truc blond, réussit à faire pencher la balance en la faveur des shishibukais. L'homme-chèvre quant à lui, continuait d'affronter le chef du petit groupe de religieux totalement cramé. Utilisant la pluie démentielle comme arme, ce dernier projetait de nombreuses bulles d'eau, certaines grosses comme des boulets de canon, d'autres petites comme des balles de pistolet et plus perforantes. Si le corsaire s'en sortait, esquivant la plupart, il possédait tout de même quelques trous dans son beau pelage trempé désormais.

Du sang coulait notamment de sa lèvre après avoir mangé une vicieuse attaque de son adversaire. Celui-ci aussi avait eu son compte, son bras gauche faisant un drôle d'angle et ses mouvements étaient devenus plus lents après un coup porté par le caprin à la cheville de sa victime. Là aussi, on se dirigeait vers une victoire des goats, victoire d'autant plus nette lorsque Joe se pointa au côté de son ami. Utilisant sa batte pour renvoyer l'assaut du pailla, le vieux laissa son collègue lui résumer la situation. Résumer interrompue par un éclair type x-files. « Venu d'ailleurs ». Francisco eut à peine le temps de rattraper son ami avant qu'il ne s'effondre en un tas fumant dans la boue.

Les deux corsaires accroupis suite à l'attaque, Joe sous le coup reçut et son camarade suite à son léger sauvetage, les deux hommes purent observer l'arrivée d'un nouveau venu, non loin du premier pailla. La chèvre sentit la colère montée en lui en même temps que le vieux à ses côtés. Les deux s'exprimèrent en même temps, leurs voix se mêlant en un chaos inaudible.

-Nan mais ça va pas la tête ?!!!

Francisco allait continuer à engueuler le nouveau venu quand son regard se posa sur le religieux. Quelques pas derrière le sosie de Pierrot, le rôle de théâtre, il avait mis un genou au sol et gardé sa nuque découverte, ses yeux rivé dans la boue. Alors, le Shishibugoat dirigea son regard vers l'assaillant. Les éclairs qui parcouraient un dispositif sur sa main droite attirèrent son œil, lui infligeant une claque mental. Il ne portait pas de masque mais entre la maîtrise de l’élément et l'attitude du bombardier aquatique, la situation était assez claire.

-Un pailla ?

Les deux mots s’échappèrent comme un murmure des lèvres de l'Arkham et Joe devait être le seul à l'avoir entendu. Derrière eux, les combats n'étaient pas terminés mais l’éclair qui avait frappé le vieux avait grandement ralenti leurs rythmes. L'un après l'autre, les regards se tournaient vers la petite scène et ses quatre protagonistes. Ce fut le religieux qui prit la parole le premier. Ou tout du moins essaya. À peine formait-il une syllabe que la main gauche de l'arrivant s’éleva, autoritaire pour le faire taire. Les yeux de Francisco rétrécirent, suspicieuse. Toute cette histoire sentait particulièrement mauvais et, pour une chèvre mouillé, ça veut dire beaucoup.

-Qui es-tu ?!

La question du caprin fusa, comme un ordre. C'était le shishibukai qui parlait et il entendait qu'on lui réponde franchement et ce, sans attendre. Aussi manquât-il de s'étrangler en entendant la voix de son interlocuteur.

-Pourquoi voudrais-je te parler ?

L'arrivant qui restait inconnu avait répondu d'une voix parfaitement calme. Pire, elle en était presque innocente, étonné qu'on lui demande des choses. Pour lui, clairement, il n'avait pas à répondre ou même parler à ces étrangers. Ils ne venaient pas du même monde. Vexé, Francisco voulut lui prouver qu'il avait tort à coups de sabot dans la tronche mais alors qu'il se relevait, l'homme posa la main sur le religieux et tous deux disparurent en un éclair. Littéralement. Ils devinrent de la foudre, s'envolant dans le ciel avant de partir vers l'Est, facilement visible, seul trait de lumière dans le ciel noir. L'homme-chèvre resta ainsi silencieux, perturbé même, face à la disparition de ses cibles. La pluie qui s'était arrêté de tomber le temps que l'homme-éclair était sur terre, reprit avec plus de force. Les pailla eux s'étaient enfui sans attendre leurs restes de douleurs et de mort. Le Shishibukai resta debout, l'averse se faisant lourde sur ses épaules.

-Qu'est-ce qui vient de se passer ici ? C'était un logia ?

Le corsaire se parlait plus à lui-même qu'à quelqu'un d'autres. Son cerveau se refusait à lui donner des réponses. Bien plus loin, à des centaines de kilomètres, l'éclair terminait sa course dans un grand jardin. Des nappes de brouillard se déplaçaient au-dessus d'une herbe ravagée par manque d'entretien. Les bâtiments eux-mêmes semblaient en piteux état comme abandonné depuis des dizaines d'années. Pourtant, les pièces à l’intérieur de la propriété étaient éclairés.

Spoiler:
 

Les deux arrivants se matérialisèrent à genoux dans un bruit particulièrement sonore. Le pailla lui se laissa tomber au sol, vomissant tout repas avalé depuis le début de la semaine. L’homme qui l'avait transporté se releva, silencieux et en parfaite forme pour se diriger vers l’intérieur de l'enceinte. Dans le bâtiment, les gens s'agitaient. Des médecins en tenues colorés comme des scientifiques en tenues blanches. De nombreux hommes de main avec masque de paille sur le visage étaient réuni ici. Oskar Nomis, car tel était son nom, marcha au milieu d'eux d'un pas confiant majestueux même. Tous s'écartaient et baissaient la tête en signe de salué respectueux. L'homme enleva le dispositif de sa main tira dessus avec force mais sans brutalité. La chose crépitait depuis son arrivée, clignotant d'une lumière rouge montrant que sa batterie était quasiment vidée. Le dispositif atteignait bien les deux mètres de long et s'accrochait sur tout le corps de son utilisateur en temps normal. De fait, des traits rougissaient le tissu blanc du seigneur, un tel outil n'était pas totalement inoffensif. Oskar ne montrait aucun signe de douleur, arpentant un monde rempli d'insecte qui n'était pas de son calibre, ne pouvait imaginer ce qu'était l'existence du Prince Pailla. Montant les divers escaliers, la foule se fit plus fine et bientôt seul de rares personnes arpentèrent les étages. Les membres d'élites. Ses propres chevaliers. Le prince finit par arriver dans la longue salle. Il y a bien longtemps, c'était la salle du trône appartenant à son ancêtre.

Avant l'arrivée des pailla sous ses ordres, la propriété et ses nombreux manoirs avaient été laissé à l'abandon pendant plus de cent ans. Cent ans où la royauté avait été renversé, chassé de ses propres terres natales. Mais il était revenu, patientant, préparant son heure. Il était revenu en fils prodigue, plus fort que tous ses parents. Poussant les lourdes portes de chêne, il entra dans la grande salle. Plus aucun courtisant de soie, plus aucune bougie et autres lustres péteux. La dite salle restait allumée dans la pénombre de la lune et excepté en quelques endroits, dans l'ombre totale. Un bruit de chaîne près de la fenêtre attira son attention. Son révélateur était là, observant comme souvent l’extérieur.

-Illustre, nos membres sont presque prêts. Dans deux jours, l'Apocalypse aura bien lieu. Vous pourrez alors récupérer votre véritable corps.
-Bien.


La voix sembla émaner de toute la salle. Gronde, sévère, c'était la montagne elle-même qui parlait. Un monstre à la forme terrible. Une âme damnée. Ses yeux blancs semblèrent briller avec plus d'intensité alors que l'image de l'homme qui l'avait emprisonné ainsi se montrait à son esprit. Il avait dû attendre tant d'années pour prendre sa revanche que l'idée qu'il aurait bientôt son rêve devenu réalité lui faisait presque mal. Son sourire de citrouille s'agrandit. Il avait faim. Faim de sang, de victoire, faim de tuer lentement, très lentement sa nemesis.

Spoiler:
 

Les pièces de son échiquier se mettaient tout doucement en place. Depuis qu'il avait été maudit sur l'île de Votre D'âme, il avait dû se terrer dans les recoins les plus salles de Grand Line. Mais enfin, enfin...il arrivait à la fin de ce calvaire. Ho bien sûrs, il avait vengé certaines personnes entre-temps. Plus personne ne vivait sur l'île de son malheur. Il en avait profité pour récupérer nombre de traité de divination et de Lecteurs au passage. Ce qui, bien des années plus tard, donneraient naissance au mouvement Pailla. Un petit rire s'échappa de ses lèvres orangées.

-Cri,cri,cri,criiiii...

Une fois qu'il aurait récupéré son corps, il pourrait enfin allez prendre sa revanche. Sur votre d'Âme, il avait appris que son ennemi apparaîtrait bientôt. Lorsque ce dernier le ferait, alors, enfin, l'Illustre le mettrais à genoux. Il en salivait d'avance. Il se voyait déjà armé de ses trois technologies. Lui et son petit Prince, régnerait sur un nouveau monde, fait de terreur. Il l'avait trouvé enfant perdue, membre déraciné et il l'avait fait devenir un homme de talent. Même s'ils étaient nombreux sous ses ordres, Oskar garderait toujours sa préférence. Sa technique de dials modifiés marchait mieux avec lui qu'avec aucun autre. Ajouté à son teint de lune, cela en faisait un guerrier redoutable et un collaborateur de choix. De nouveau son rire emplit la salle. Les Pailla. Toutes ces branches se croyant libre d'agir n'étaient que des fourmis dans la paume de sa main et en temps voulut, son Prince les exterminerait sans états d'âme. Mais pour l'instant, il faisait leurs rôles, petites marionnettes inconscientes de leurs sorts.

Bien sûrs, parfois, des événements imprévus éclataient comme Benoît mais cela amusait l'Illustre plus qu'autres choses. À terme, il vaincrait, tout simplement. Les peaux de lunes grandissaient chaque jour plus fort et bientôt leurs pouvoirs se révélerait une arme mortelle. Une armée invisible, des couteaux dans la nuit...même en pleins jours. Nombreux étaient ceux morts durant les expérimentations mais même si deux pour cent survivaient, les résultats seraient sensationnels. Et ce n'était encore rien face au catalyseur. Près de quatre cents dials réunifiée en une seule machine. L'idée lui était venue après avoir entendu la légende de Pluton, l'arme antique. Depuis il rêvait d'une arme capable de contrôler la mer. Elle assurerait la sécurité de son royaume. Ce n'était pas encore au point malheureusement. Mais déjà prometteur... Enfin, les vers. Des mignons petits êtres génétiquement modifiés. Linda Banana, sa chef de recherche biologique avait beaucoup travaillé là-dessus et la récompense tombait à point nommé. Produit en masse, il pourrait détruire toute une population en quelques heures.

Arme de destruction massive, assassinat silencieux et barrière naturelle. Trois outils qui l’amenaient au sommet du monde. Mais avant tout ça. Il faudrait qu'il LE tue. Lentement, lui arrachant chaque bout de peau les uns après les autres....


oooOOOooo




Pendant que l'Illustre se voyait pris par ses désirs de revanche et ses rêves de grandeur, les shishibukai étaient toujours sous la pluie, loin de la protection d'un manoir ou même d'un arbre feuillu. Tellement de questions et si peu de réponses. Les éléphants blues et les singes kung-fu c'étaient vite décidé à soigner leurs blessés puis à aller vers le lieu où le reste de leurs troupes affrontaient les pailla sang. Francisco lui, était réticent. La venue de l'inconnue continuait de le perturber.

-Nous sommes dans un nid à emmerdes encore plus grands que ce que je pensais. Preuve en est, ce faux pierrot qui semble être un logis. Cependant si mes souvenirs sont bons, je crois que l'un des frères de cet équipage pirate, les sons of Cortez possèdent le logia de la foudre. Trop de brumes entourent toute cette affaire.


Walter et Joe choisirent le moment où l'Arkham se tut, incapable de formuler d'hypothèse crédible pour annoncer leurs plans. Eux aussi avaient rencontré des soucis auparavant et souhaitent mettre les choses au clair. Les goats et leurs invités profitèrent de l’aparté pour résumer leurs quelques aventures à leurs camarades ainsi que faire les présentations de chacun.

-... Et ça c'est Duncan, Joe, tu t'en rappelles du commando homme-tortue, c'est désormais notre nouveau membre de l'équipage. Il l'a décidé tout seul et ça m'a plut. Puisque vous souhaitez enquêter sur ces vers bizarres, allez-y. Duncan et moi allons remonter la piste de l’éclair et lui arracher des réponses à coups de mandale. Je suppose que ça te dérange pas la tortue .

Francisco allait continuer quand la chose bizarre sautilla au milieu de la conversion comme sur le terrain. Un blabla de truc sans queue ni tête qui semblait ne pas déranger le vieux et le robot, probablement déjà habituer vu qu'ils l'avaient emmené. Le corsaire essaya un moment de comprendre avant de laisser tomber. Un truc à propos que Pierrot brillait et que ça devait être précieux...

-Bon et bien je prends Celestar avec nous. Shizuo, ça te dérangerait d'aller avec mes camarades . Qui sait quand on peut avoir besoin d'un lézard géant ? Chouette transformation au passage. Tout le monde sait quoi faire . Alors ne perdons pas de temps. Joe, contact den sur base régulière. On a été chanceux de se retrouver ici, ça ne risque pas de se renouveler.

Ainsi, le désormais assez gros groupe se divisa à nouveau, Shizuo et le travelo échangeant de partenaire. Un des éléphants du troupeau se proposa de les emmener en remerciement de les avoir sauvés. La tortue poussa un crié de joie, la chèvre beaucoup moins. Quitte à se faire trimbaler quelque part, autant que cela soit confortable. Après quelques remerciements et au revoir, le nouveau trio s'en fut, tous les trois sur un même éléphant bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mer 10 Avr - 10:14

La face de cul lunaire était péteux comme un chat persan, autant dire que c'était logique d'être péteux quand on a une gueule d'anus non? Face de craie eut même le culot de ramasser son pote le grand prêtre pailla que Francisco venait de malmener et de disparaître dans une sorte d'éclair télétransporteur... Un mot naquit sur les lèvres du vieux Joseph :

_ Enculé.

L'éclair était parti vers l'est, allait-il tenter de poursuivre ce clown triste qui semblait être l'un des grands dirigeants de cette secte merdique d'hommes de paille? Il continuaient de pleuvoir et malgré cela les survivants des clans ennemis semblaient vouloir continuer à se foutre sur la gueule. Le petit groupe de corsaire s'était lui arrêté et rassemblé pour une sorte de conseil si on pouvait appeler cela comme ça. Joe répondait à son homologue capitaine corsaire lorsque ce dernier posait des questions ou proposait une suite à cette aventure.

_ Effectivement il me semble avoir entendu que les Cortes avait deux logias aux commandes et je crois que oui c'est bien celui de la foudre pour l'un des deux. Foutus bouffeurs de fruits pourris. PFF!!

Joe cracha un gros mollard à terre comme si le fait d'avoir dit ces mots lui en avait donné le gout dans la bouche. Il maudissait les hommes ayant reçu des pouvoirs car ils avaient ingurgités des fruits du démon, il préférait les gens comme lui qui était devenu fort par l'entrainement et l’expérience. Dire que tout cela allait sombrer dans peu de temps dans le futur lorsque ce vieux pervers ingurgitera lui aussi un fruit démoniaque pour se sauver d'une mort certaine...

_ Je serais d'avis de poursuivre ce connard faiseur d'éclair, je suis sur qu'on peut en apprendre plus sur les vers bouffeurs d'entraille.

C'est alors que Francisco présenta le nouveau membre autoproclamé des Goats, une tortue ou plutôt un homme poisson de la race des tortue si on veut être plus précis. Joe avait bien reconnu l'un des ninjas qu'il avait surnommait Janine sur l'île de la vache sacrée. Joe lui devait présenter Jagu à son ami et c'est ce qu'il fit.

_ Ainsi donc Tortuga t'es SEF, sans équipage fixe, bah bien venu chez les Goats je te dirais... Tiens voila Céléstar, c'est la diva qui nous a aidé comme je t'avais dit au denden... Ah c'était donc toi le dino géant? Et bien t'es pas tombé sur une orange pourri quand t'as bouffé ta merde de fruit toi... Je me porte garant que Jagu est clean, tu peux faire pareil avec ce petit gars?

Joe regarda ensuite Francisco, Duncan et Jagu partir à dos d'un éléphant bleu, Jagu semblait ne pas être super heureux d'être en compagnie d'une chèvre et d'une tortue. Le corsaire regarda Walter et Shizuo et leur fit signe d'avancer.

_ Go est les amis! On va tacher de retrouver ce petit connard blanc et d'en apprendre peut être plus sur nos petites bestioles!

C'est au pas de course que les trois hommes partirent alors en direction de la suite de l'aventure. Après plusieurs minutes de course à petites foulées, ils tombèrent sur une crique avec plusieurs petits barque à moteur d'attacher.

_ Bon hop hop hop! On en prend une et on file droit vers l'est et cette île la haut.


Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Lun 15 Avr - 18:36






C'est aussi logique que de péter un arc-en-ciel !



Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il se passait. Passé d'une chasse aux vers de terre tout petit, même s'ils sont méchants, à une sorte de bataille rangé et de mise à mort de je sais pas quoi, par je sais pas qui avec des éléphants, tout ça je suis sur, pour pouvoir me mettre la main dessus et vouloir m'épouser ! Ça devrait être la seule raison logique pour autant de baston, moi ! Je suis toujours la raison de tout de tout façon, je ne sais même pas pourquoi je me pose encore des questions. Mais le fait que, les demoiselles en détressent doivent toujours se tirer dans l'autre sens du combat ! On ne sait jamais, une baffe pourrait abîmer mon beau visage ou pire... Mes mains... Et c'était visiblement des adversaires des poids que c'est fanatiques tas de paille ! Mais mais c'était pratiquement plus dur d'éviter les combats que d'y participer ! D'ailleurs, ma fuite m'avait amené à quitter le gros lézard et je m'étais plus ou moins contre mon grés, rapproché des deux capitaines corsaires aux prises avec un étrange bonhomme. Le capritaine, un mot valise avec caprin et capitaine, semblait au prise avec un homme électrique qui s'était tiré rapidement, laissant la chèvre ballante, comme une... chèvre ! C'était plutôt juste au final !

Et la suite n'était pas plus clair dans ma tête. Des singes, des éléphants, mais seigneur dieu, dans quel merdier j'avais fini ? Mais bon, visiblement, c'était un équipage et ils se sont réunis pour discuter et la chèvre était à la tête de tout ça. De plus en plus fou. Il avait supposé l'hypothèse que celui qui avait jouer avec la foudre était le possesseur du logia de la foudre. Mais j'avais vu dans le journal que le plus beau pirate des mers l'avait, lui j'aimerai bien l'épouser tellement il avait l'air beau et fort (#masturbation). La tortue s’appelait Duncan et je n'avais rien compris à la suite. La seule chose qui était intéressante dans cette histoire qu'elle ferait un sac à main d'une valeur inestimable ! Il y avait peut être même de quoi faire des sublimes escarpins. Oui, il était plus intéressant que le cuir de chèvre ! Et moins que le cuir de dinosaure, c'est tellement difficile à travailler et pas très agréables au toucher. Ça fait des bouts renforcés pour les boots, mais pas plus, parfait pour les coups de pieds ! Puis, le caprin s'était intéressé à moi, comme tout le monde, mais avait fini par exprimé son amour, il voulait me prendre ! Mais je ne suis pas zoophile ! Je n'avais pas vraiment envie d'y aller... Mais bon, c'était toujours mieux d'aller avec une chèvre, on peut la manger en cas de coup dur et l'offrir en sacrifice à tout sorte de dieux, voilà qui pourrait être utile avec les fanatiques fous avec lesquelles nous avons affaire. Traînant la patte, j'ai suivi sur l’éléphant qui voulais nous emmener. Mais avant, j'avais fait clairement comprendre au capritaine que je n'étais pas intéressé par ses avances, il n'était pas mon genre, mais alors vraiment pas ! Peut-être qu'une épilation le rendrai plus présentable ! Je dois avoir des bandes de cires qui traînent, enfin, on lui laissera les jambes, c'est important les poils aux gambettes !





© Oni N. Asura



Merci à Oni-chou ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats] Mar 16 Avr - 10:23

    - Madness, tu vois c'que moi j'vois ? Non parce que là, ça ressemble à une énorme blague hein...


Nous n'avions pas eu le temps de rejoindre notre tout nouveau meneur afin de l'épauler dans son combat contre cette pourriture d'épouvantail, d'autres s'en chargeaient à notre place. La vérité était que si nous n'avions pas rencontré d'autres épouvantails miniatures armés d'armes étranges déchaînant les éléments, nous aurions été les premiers aux côtés de la chèvre. M'enfin, je ne pouvais blâmer ces gens de vouloir soutenir un ami. Personnellement, je ne voulais qu'une chose, trancher cette ordure armée de sa faux, le responsable de cette bataille épique, mais sanglante, qui avait en ce moment même lieu. De notre position, nous entendions très clairement les quelques déflagrations, cris de douleur ou de rage, les arbres chutaient sous le poids des assauts monstrueux des deux camps. Ce qui me blasait en cet instant très précis, n'était pas qu'on vienne aider l'Arkham, mais la gueule de ceux qui semblaient être ses camarades. Aussi, lentement, je m'approchais du groupe, lâchant cette seule phrase en guise de salutation.

    - Z'êtes qui vous ?


Les présentations eurent lieu, afin d'éclaircir les choses et éviter à Madness de devoir trancher pour s'assurer qu'ils soient tous du bon côté. Le grand avec la moitié de la gueule cramée, était Walters. Le centenaire avec la barbe, c'est Joe. L'vieux Joe est Shichibukai lui aussi, j'le savais déjà 'faut dire, on s'est croisé sur l'île où était établi mon commando. L'plus choquant de tous, ou la plus choquante de toute ? J'avoue que j'sais pas trop, plus je l'observe et plus l'doute s'fait présent. Homme ou femme, ou une fusion des deux, tel un homme-chèvre, c'est ainsi que Celestar m'apparaissait. Un sacré spécimen qui devait avoir de sérieux troubles psychologiques pour aimer à c'point s'fringuer comme une gonzesse. L'genre d'homme que j'préfère éviter si j'en croise un. J'vais donc faire comme si elle n'existait pas pour l'moment, ils retourneront d'où ils viennent, avec un poil de chance. Vint alors mon tour d'être présenté à tous. J'étais pas peu fier en cet instant. Homme-tortue ninja et sabreur, c'pas rien quoi !

    - Yo les gens ! Duncan que je m’appelle ouai ! Et lui c'est Madness !


Hum... le blanc qui venait de s'installer n'était en rien dû au hasard. Présenter Madness à tous, sans doute pas la meilleure des idées puisque personne ne pouvait le voir. La folie n'a pas de corps, elle habite mon esprit. Aucun n'est en mesure d'le distinguer, j'me suis légèrement emporté par tant d’enthousiasme j'crois bien. Et me v'là comme un con, v'nant d'présenter c'qui apparaîtrait aux yeux de tous comme un vieil ami imaginaire. Ce n'est pas avec ça qu'leur première impression d'ma personne sera bonne. Et pour l'coup, j'préfère m'écraser qu'en rajouter avec une vieille blague foireuse. Ainsi Francisco donnait les instructions, divisant tout c'beau monde de nouveau en deux. Joe, Walters et la chose d'un côté, tant mieux que ce dernier reste loin de moi, lui et son allure d'montre à grandes dents. Et l'second groupe, c'lui des distributeurs de mandales aux couillons, moi, le grand Madness et... eux. Eux désignant l'homme/femme, deux personnes coexistants ensemble, ce qui donne eux.

Bwarf, tant qu'ils ne tentent pas d'se frotter à moi, pas d'soucis à s'faire d'eux. Nous allions suivre la trajectoire de l'éclair, afin de découvrir où se planquer l'épouvantail et blanc comme neige.

    - Les amis, grimpez sur mon dos, je vous y emmène.
    - YEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !


Et nous voilà parti, à dos d'éléphant bleu, direction la castagne. Kawabunga style !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB6]Goatocalypse [PV Goats]

Revenir en haut Aller en bas

[FB6]Goatocalypse [PV Goats]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Les autres île de Grandline-