AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Poilocalypse [PV Goats]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Ven 15 Fév - 9:52

Rp parallèle à celui ci : Goatocalypse

Ce n'était pas possible! Foutue chèvre de crotte de brindilles séchées! Francisco venait non pas de bouffer une carte mais deux de suites, en plus d'avoir englouti la carte principale, le caprin avait en prime mangé celle de secours... Joe n'avait pu se retenir et c'est un véritable savon, pire qu'un lot de petit marseillais lors de la foire au gros du supermarché, qu'il lui passa. Le pauvre Bicket qui n'avait pas l'habitude d'une telle soufflante de la part de son collègue Capitaine Corsaire en avait eu les larmes aux yeux tellement il fut surpris et peiné par la réaction du vieux Joe. Mais lunatique et versatile étaient les autres prénom de Joe et dans l'heure qui suivit, le brave barbu était venu voir son ami avec une bouteille d'alcool de chou et ils trinquaient déjà tous les deux comme si rien ne s'était passé.

Comme à leur habitude les Goats comme au bon vieux temps de la piraterie naviguaient donc vers l'inconnu, se fiant à leurs log poses pour trouver une île et ce fut encore une île inconnue des deux compères Shichibukai qui s'offrit alors à eux.

_ L'océan est grand, Grand Line regorge de mystère c'est ainsi mon Bicket... Au moins on aura pas l'impression de se taper un reboot de nos aventures passées bwahahahaha...

Il tapa sur l'épaule du caprin, et but une rasade de la bouteille d'alcool qu'il tenait dans sa main droite. C'était du rhum et au final c'était la dernière. Il secoua la bouteille vide au dessus de sa langue et en fit tomber l'ultime goute. Joe espérait qu'il y aurait de la gnôle car il se souvenait de la dernière île visité où au final il n'y avait rien mais rien du tout... Des gens sur les quais, de la fumée dans les chaumières, ça sentait le graillon et la vinasse tout ça! Comme convenu préalablement, c'était Buchtroll qui gardait le navire, il fallait dire que le blondinet accro à la découpe était puni. Joe comprenait bien la punition et l'approuvait même, il n'était pas trop pardonnable sur ce coup la effectivement, Léo ayant taillé toutes les rambardes tribords pour se fabriquer des milliers de cure-dents avec... alors que Francisco était déjà parti flaner dans ce qui semblait être un marché portuaire, Joe accompagné du nouveau membre de l'équipe Walter avait pris pour charge, un peu comme d'habitude, les courses. Joe était heureux en fait, car maintenant il n'avait plus à gérer les courses alimentaires. En effet Walter dit Cramoisi avait pris la place de cook du navire. Joe lui allait se chargeait de l'alcool comme tout vieux loup de mer qu'il est ainsi que des bricoles qu'il fallait pour les réparations ou l'aménagement du navire. Par exemple la il fallait du bois pour réparer les conneries de Dubois... Joe regardait le cyborg faire ses courses et lui demanda de lui acheter quelques trucs, par grand chose, il avait vu une belle grosse dorage et des navets violets bien appétissant.

_ Tiens un ananas! T'es capable d'y sculpter un visage, ca ferait un bon cadeau pour le Bicket.


Après les courses alimentaires, vinrent le temps des courses alcooliques, rhum, whisky, vin aux herbes et autres spécialités locales tel que la bière roussâtre. Maintenant il fallait choper une quincaillerie, voir un armateur pour du bois, ils filèrent vers les quais à l'est de leur position. S'enfonçant sur cette partie de l'île Joe remarqua des taches blanches sur certaines personnes, personnes qui semblaient être évitées par les autres sans taches, il crut entendre parler de coup de lune... Étrange non?

_ Au fait Cramoisi, j'ai une question un peu perso mais bon, on est un peu des potes non? Dis moi donc, ton attirail calbutaire, il t'a était changé ou t'as encore le modèle d'origine?


Et oui, c'était bien ça, Fosters voulait savoir si Walter avait encore bien ses bijoux de familles et le manchon qui allait avec... C'est à ce moment la que deux mecs habillé bizarrement avec des masques de paille passèrent à coté des deux corsaires. Ils portaient à deux un seau contenant des asticots ou bien des godins, des trucs servant d’appâts quoi.

Spoiler:
 

_ La pêche est bonne dans le coin?

_ Ouais la notre l'est! Muéhéhégrégrégréhéhéhégrégré!!

D'une voix bizarre et enrouée, l'un d'eux répondit puis se mit à rire comme un con, soyons honnête... Ils disparurent ensuite dans la foule qui semblait s'écarter?



Dernière édition par Joe D. Fosters le Mer 20 Mar - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Ven 15 Fév - 22:28

    Après des aventures pour le moins rocambolesque, notre héros avait été accepté dans l'équipage atypique formé par les deux Shichibukais. Car oui, ils étaient deux capitaines. Enfin, techniquement, c'était Francisco Arkham le chef, et Joe D. Fosters zonait avec lui car il n'avait pas d'amis et qu'un homme-chèvre, ça vaut bien cinq amis, mais parfois l'autorité du vieillard pas si vieux faisait parfois force de loi. Il y avait aussi un troisième compère, un petit blondinet (mais qui n'est pas petit comparé à la masse qu'est notre cyborg?), avec une grosse hache, qui se nommait Léo Dubois, mais il était très introverti en comparaison du Capitaine et du Barbu. Enfin, Walter apprendrait sûrement à le connaître à un moment ou à un autre. Il allait passer un certain temps avec les chèvres, histoire de gagner la confiance du Gouvernement. Bref, leur aventure tournait court pour cette fois, vu que la carte avait mystérieusement atterri dans l'estomac du Capitaine. Sûrement une carte magique. Et, là où ça devenait encore plus terrible, c'est que la carte de secours avait elle aussi terminé dans l'estomac du caprin capitaine qui de fait était chagrin. Prouvant qu'il était aussi le Capitaine, non mais, Joe avait bien engueulé la chèvre, qui était rentrée dans son pré... sa cabine, pardon, toute penaude. Mais peu après c'était oublié, et les deux leaders s'échangeaient de grandes rasades d'alcool. Leur nouvellement acquis cuisinier avait observé ceci, heureux: puisqu'il devait rester avec eux, ils avaient intérêt à être des compagnons de route intéressants. Après un certain temps de voyage, ils mirent pied à terre sur une île. Beaucoup plus habitée que celles des Oneau Matopées, visiblement, ce qui n'était pas pour déplaire à Walter. Même le meilleur des cuisiniers ne pouvait rien faire sans nourriture.

    La troupe mit donc pied à terre, Léo gardant le navire pour le punir (il est vrai que tailler des cures-dents à partir des rambardes du navire n'était pas une idée géniale, et le punir était la moindre des choses, même si W.W trouvait idiot de laisser un type aimant découper le navire sur le dit navire, seul qui plus est, mais bon le chevelu n'était pas le Capitaine.) Pour plus d'hygiène, notre héros attacha ses cheveux en une épaisse queue de cheval: ils avaient tendance à se balader, et si ça donnait un charisme certain, ce n'était pas très hygiénique de les laisser se promener sur tous les étals. Une fois à terre, le caprin était parti de son côté, tandis que notre guerrier restait en compagnie de Joe. Walter remplissait les sacs de produits frais en tous genre, sa force de cyborg et les comptes des Shichibukai l'aidant à tout transporter sans mal aucun. Près d'un étal de légumes, son compagnon barbu lui fit remarquer un ananas, lui demandant s'il pourrait y sculpter un visage pour offrir en cadeau au "Bicket". Un homme-ananas.. Notre cyborg n'aurait su dire pourquoi, mais cela lui évoquait quelque chose de familier. Bizarre. Une fois que le cuisinier estima avoir assez pour tenir jusqu'à la prochaine île, il racheta encore un peu plus (Ça n'a pas de prix. Pour le reste, il y a la Shichibu-Card!) et laissa le vieux barbu prendre la tête de l'expédition pour acheter la tise, comme disent les jeunes. Tous les alcools y passèrent, Joe profitant des moult dégustations gratuites, puis vint le temps de réparer les âneries du bûcheron.

    Mettant le cap à l'est, les deux nakama se dirigèrent vers un armateur. Joe tenait le rôle d'intendant du navire, et ça n'avait pas l'air d'une sinécure vu le côté rigolo du Capichèvre. Plus ils avançaient, moins notre héros se sentait bien: certaines personnes étaient étrangement tâchées de blanc, et étaient évitées comme des pestiférés. Il avait même vu un petit garçon, une moitié du visage blanche, recevoir un coup de pied à l'estomac d'un marchand, et se faire cracher dessus. Il avait dû serrer les poings et les dents pour se retenir d'intervenir: il ne voulait pas lancer d'ennuis. Du moins pas tant qu'il n'aurait pas l'autorisation expresse de ses Capitaines. Alors qu'ils approchaient, Joe le tira de sa morosité en lui demandant si son "attirail calbutaire" était neuf ou d'origine. Ce vieux était très porté sur la chose, décidément. Le cyborg soupira et répondit d'un ton blasé:


    - D'origine, mon Capitaine. Et parfaitement fonctionnel. J'ai conquis pas mal de donzelles, d'ailleurs.

    Ensuite, l'étrange succéda au bizarre: deux hommes masqués et couverts de pailles, évoquant des épouvantails, à la maigreur presque squelettique, croisèrent nos deux protagonistes. Les hommes de paille tenaient à deux un seau remplis de trucs qui gigotaient, tirant une grimace de dégoût au cuisinier. Le barbu demanda si la pêche était bonne, et l'un des épouvantails ricana que la leur l'était. La leur? Tandis qu'ils s'éloignaient, notre héros suivit du regard les deux épouvantails: les badauds s'écartaient, et la terreur était visible sur le visage de certains. Un endroit étrange. Et malsain. Et sans doute source de problèmes. Le cuisinier s'adressa au vieux barbu, lui demandant s'ils pouvaient terminer leurs courses: quelque chose ne tournait pas rond sur cette île, et il était d'avis de fuir le plus vite possible. Alors qu'ils approchaient de l'armature, un môme aux bras tous blancs, couvert de haillons, errait d'étals en étals, demandant un peu de nourriture. Si la plupart des marchands le repoussaient sans violence, un poissonnier lui envoya une mandale qui le jeta au sol, avant de dégainer son couteau, d'attraper le col du petit, et de plaquer sa lame sur sa gorge, le dégoût peint sur son visage. Il commença alors à vociférer sur le petit, et Walter discerna une goutte de sang perler sur la gorge du garçon. C'en était trop. Il lâcha les courses, demanda à Joe de les surveiller, et il s'avança vers le poissonnier. Celui-ci tourna son regard vers lui... juste à temps pour recevoir une majestueuse droite au visage. Il lâcha son couteau et le petit, que notre héros rattrapa d'une main.

    Le gros marchand plaqua ses deux paumes sur son nez, étrangement tordu, d'où s'écoulaient des flots du sang. Il jura, sortit un autre couteau et courut comme un éléphant vers notre cyborg. Il tenta un estoc.. Pathétique. Le cyborg bloqua la lame entre son majeur et son annulaire, à quelques centimètres de son visage, et la brisa sans forcer. Il asséna ensuite un terrifiant coup de tête au poissonnier qui s'écroula sur le pavé, voyant trente-six chandelles. Autour de lui, la foule s'amassait, murmurant à propos de coups de lunes, de malédiction et de fin du monde... Putain, sur quelle île de taré notre héros avait-il débarqué?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mar 19 Fév - 17:02

Joe ne put qu'applaudir le spectacle que lui offrait Walter, ce dernier venait de mettre une correction à un marchand qui venait de mettre une rouste à un gosse devant eux. Le gosse en question semblait être un mendiant vivant dans la rue à la vue des haillons qu'il portait. Ses bras étaient blanchie par les étranges tâches qu'ils avait déjà vu sur d'autre personne, les fameux coup de lune. Il semblait que les personnes atteintes par cela soient méprisées et traitées comme des moins que rien, il entendit le mot malédiction ainsi que celui de mort, Joe fut choqué par l'attitude de la plupart des gens. Son regard était sérieux rempli de colère, il dégaina sa batte et s'approcha du poissonnier à terre, deux hommes étaient à ses cotés et commencer à crier à soulever un mouvement de protestation contre le cramoisi. Un sourire malsain naquit sur le visage de Joseph et il s’approcha du type de droite qu'il poussa d'abord avec son pied droit pour le faire basculer en arrière puis il le souleva et le plaqua contre un mur avec sa batte. Sous l'effet du mouvement son long manteau noir s'ouvrit laissant voir ses muscles à tous. Il appuya un peu plus sur la batte ce qui fit crier l'inconnu ami du poissonnier. Son compère tenta de frappa Joe mais le Shichibukai avait tout vu et l'homme gagna le fait de prendre le poing gauche de Joe en pleine gueule, il fut projeté en arrière, la bouche en sang, recracha deux dents au passage. Joe balança un regard meurtrier couleur d'émeraude qui fit stopper la plupart des badauds de gueuler.

_ Vous savez pas qui je suis? Je suis Joe D. Fosters le Shichibukai!


Murmures et messe-basses s'ensuivirent. Il s'adressa au mec coincé par Bertha.

_ Et bien on aime s'en prendre aux enfants ici? Alors dites moi donc pourquoi? C'est quoi votre problème?


_ Maudit! Il est maudit! Les coups de lune, il a la marque de la malédiction lunaire! Vous savez pas mais la fin du monde arrive!


_ Coups de lune? Les taches blanches? Cet enfant est malade, il n'est pas maudit vous délirez complétement ici.


_ Non! Il a été frappé par la malédiction de la lune, les paillas nous ont prévenu! Mais on a pas voulu les croire et voila, la lune pleure sur nous, elle reprend l'eau qu'elle deverse sur terre, elle aspire l'énergie des gens et elle crée des monstres pour nous tuer! Vous ne VOYEZ PAS QUE LE MONDE VAAA....


Joe avait retiré sa batte d'un geste vif et venait de frapper le crane du type avec. Son arcane droite explosa et il retomba à terre.

_ Allez viens Robotoboy, ces gens sont fous, la peur leur fait croire n'importe quoi...


Joe regarda le gosse et lui sourit, il lui lança alors un petit rouleau de billets, le gosse se mit ) pleurer et courrut alors pour surement rentrer chez lui. Ils continuèrent leur route et trouvèrent un charpentier. Joe commanda du bois, des clous, des outils et tout ce qu'il fallait pour réparer le navire des Goats, il demanda alors à se faire livrer dans les deux heures qui suivent. Il réussit même à faire que le marchand prenne en main le transport de l'alcool et de la nourriture qu'il venait d'acheter. Ils reprirent le direction du port mais ne reprirent pas les mêmes rues qu'à l'aller. Un bar se présenta devant eux, Joe entendit de la musique, il sourit.

_ Tu vois Walter, moi aussi je supporte pas qu'on s'en prenne aux enfants... Peut être parce que le mien a disparu trop tôt... Allez viens on va aller boire un coup, les courses ça donne soif.


Joe coupa court à sa révélation et il entra alors dans le bar qui portait l'étrange non du Black Love Lotus. Il se dirigea vers une table et entendit alors une fort jolie musique, il remarqua une blondasse entrain de chantonner ou mumuer plutôt.

_ Jolie croupe la blon...

Il se mit à tousser comme un cancéreux en phase terminale lorsque la blonde en question se retourna. C'était un homme...

_ Et merde...

Il était honteux et Walter semblait se foutre de lui, il le choppa par le cou avec son bras droit et l'attira à lui.

_ Fous-toi encore de ma gueule et je joue au Brugball avec ta tronche de métal.... Serveuse! Une bouteille de rhum!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mer 20 Fév - 22:24

    Le cyborg des Goats Privateer eut l'agréable surprise de constater que la raclée qu'il venait de coller au poissonnier avait fait plaisir à Joe. Celui-ci l’applaudissait à pleines mains. Deux collègues du gros poissonnier faisaient face à notre héros, et commençaient à retrousser leurs manches et à l'insulter, avec sa "face de carton", et la foule suivait comme des moutons. C'est ce moment que choisit le vieil homme pour intervenir: le regard Zehef, il poussa l'un des deux hommes de son pied, l'envoyant en arrière, avant de l'attraper par le col et de le plaquer contre un mur au moyen de sa batte en acier, Bertha de son petit patronyme, ouvrant au passage son manteau et révélant sa carrure solide. Le troisième homme restait là bouche-bée, son regard impuissant dérivant de plus belle de son gros copain étendu à terre à son copain conscient, qui criait sous la morsure de la batte. Il se décida finalement sur Joe, et essaya de le frapper d'un mouvement maladroit, mais une mornifle du Shichibukai l'envoya dans les bras de Morphée. Ensuite, comme le mac qu'il était, le Corsaire fit taire la foule en se présentant comme Joe D. Fosters. Il demanda à sa victime pourquoi ils aimaient s'en prendre aux enfants, et l'autre bafouilla à propos des problèmes de lune, de malédiction et de fin du monde. Encore des illuminés: le chevelu soupira et leva les yeux au ciel. Joe rétorqua que l'enfant était malade et pas maudit, vu ses tâches blanches. Quelque chose sembla lâcher dans le cerveau de l'autre qui délira complètement: l'enfant était maudit par la lune, et personne n'avait voulu écouter les "Paillas". Walter se demanda si ce n'était pas les illuminés de tout à l'heure, avec leur seau rempli de trucs qui gigotaient. La lune pleurait et reprenait l'eau qu'elle déversait sur eux (peut-être était-ce là l'origine des pluies inversées à propos des quelles notre héros avait entendu des murmures, avec son ouïe améliorée). La lune aspirait l'énergie des gens et créait des monstres! BAM!

    L'autre se tut puisque Joe lui avait démoli l'arcade droite d'un coup de sa jolie batte. Ensuite, le Corsaire invita "Robotboy" à le suivre, et notre héros ne se fit pas prier: cet endroit ne lui inspirait pas confiance, et plus vite ils finiraient leurs courses, plus vite ils mettraient le cap vers un endroit plus sain. Joe sourit au garçonnet, lui lança des billets et il partit en pleurant. Les deux nakama partirent aussi, mais sans pleurer. Plus loin, ils trouvèrent un charpentier, et Joe commanda tout le bordel nécessaire tandis que notre cyborg faisait des tours dans la boutique, observant avec curiosité les différents outils et les types de bois. Tellement le vieux au regard d'émeraude avait l'esprit commerçant, il parvint à se faire livrer dans les deux heures et réussit même à tout faire transporter, y compris la nourriture et la boisson, au commerçant. La loi de la rue mon frère, la galère avait fait de Joe un truand. Pour retourner au navire, le presque Capitaine et le cuistot empruntèrent un chemin différent, et des effluves de bière commencèrent à chatouiller les narines de notre guerrier, et de la musique se fraya un chemin dans son oreille. Le vieux corsaire pas si vieux expliqua qu'il ne supportait pas qu'on s'en prenne aux enfants, peut-être parce que le sien était parti trop tôt.. Walter avait entendu dire que le Shichibukai n'avait pas eu de chance dans sa vie. Mais il voulait aller boire un coup, et notre héros acquiesça: ils entrèrent donc dans le Black Love Lotus, un bar cosy à l'intérieur plutôt tranquille. Certes, certains des clients semblaient avoir des goûts bizarres, mais les maids étaient plutôt jolies.

    Walter grimaça en entrant: la musique était sympathique, mais le chanteur (oui, sa vue de cyborg avait remarqué les traits carrés, l'absence de poitrine et les biceps d'hommes) était vraiment immonde. Le genre à être recalé à The Voice. Toutefois, vu son look, il avait l'air aussi pédale que les chanteurs de Glee, cette série qui faisait fureur chez les jeunes, avec un pirate et un marine qui devenaient amis parce qu'ils étaient dans la même école avec des chansons.. Que de niaiseries. Notre cyborg et son supérieur s'installèrent à une table, et Joe commença à flatter le postérieur du chanteur, de dos, puis manqua s'étouffer lorsqu'il se retourna. Notre protagoniste ne résista pas à l'envie de se moquer de lui, et éclata d'un grand rire, ce qui vexa au plus haut point le vieux barbu: celui-ci menaça de jouer au "Brugball" avec sa tête en métal s'il continuait, puis il commanda une bouteille de rhum. Une jolie blondinette avec un uniforme de soubrette (d'où le black love, sans doute) et une fleur de lotus dans ses cheveux attachés en chignon (d'où le lotus, sans doute) amena le précieux liquide ambré, ainsi que deux verres avec des glaçons. Le cyborg jeta ses glaçons, et laissa Joseph lui servir un verre. Il profita du temps qu'ils avaient devant eux pour se renseigner et commença à interroger son chef:


    - On en apprend tous les jours! Entre cette île peuplée de fous, et ces "Paillas" qui font une bonne pêche, l'endroit est bien étrange! Mais apprendre que tu aimes les hommes est la grande nouvelle de la journée, Joe! Hola, du calme, lâche ta batte Capitaine! Je plaisante, je plaisante... Plus sérieusement... Comment es-tu devenu Shichibukaï? Pourquoi? Je t'ai entendu parler de la perte de ton enfant... Cela te dérangerait-il de m'en parler? Et, question subsidiaire: qu'est-ce que le Brugball, exactement?
Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Jeu 21 Fév - 17:45






Un travelo au micro



Je n'étais pas arrivé sur cette île depuis très longtemps et il y régnait quelque chose de très pénible. Et ce n'était pas très glamour et plein d'amour ! Une histoire de paille et généralement, quand ça commence dans la paille, sa gratte après ! Mais il faut bien vivre et s'acheter à manger. Et je n'étais pas okama à me réduire, à m'abaisser à faire la manche ! Non, j'étais la diva Célestine ! Je suis infiniment mieux que ça, je suis la plus belle... le plus beau aussi ! Je suis les deux, car je suis un travelo ! J'ai terminé sur cette île, simplement car c'était la destination du dernier navire que j'ai pris. Ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais trouver le royaume magique des okamas. Mais ce genre de quête demande de l'investissement ! Et des fonds, c'est précisément ce qui me manque pour pouvoir repartir en voyage. Je pourrais rentrer en douce dans un navire, mais pas de confort... Pas de douche, pas de place pour tes mes tenues ! Pour mes bisous, pour mes partitions ! Car on ne peut pas voyagé dignement dans des conditions si rudimentaire ! Pour m'avoir, il faut du prestige !

J'avais une certaine réputation dans monde très fermé du cabernet de travelo. Et je n'avais pas vraiment eu de mal à trouver un travail sur cette île. Le monde de la nuit étant comme une deuxième maison ! C'est tellement mieux que d'accompagner des jeunes cantatrice au piano... A... Célestine... Enfin, j'étais tout de même un peu nostalgique de sa compagnie, mais je n'étais plus l'homme... j'étais l'okama ! Et j'avais une vie d'Okama à vivre ! Il me fallait me constituer un petit pécule avant de partir pour la suite de mes voyages et ce gentil cabaret était le meilleur moyen ! Les négociations n'avaient été trop difficile. Mon musico-travelo avait fait des merveilles, mais je n'avais pas chanté lors de l’audition. Mon talent, n'est pas compris par la plus part des gens !

Voilà... C'est pour ça que je vie ! Pour sentir doucement la pression monté en coulisse avant de monter sur scène. Pour la joie de l'ovation du publique quand on fait son entrée ! Pour pouvoir faire bouger mes doigts habile sur le piano et produire une musique qu'aucun d'eux n'oubliera et pour être le centre d'attention de l'univers quelques instants, c'était ça le plus important ! J'avais déjà commencé mon numéro depuis un petit moment, j'en était à la partie chanté ! Qui était ma foi, un peu mieux que d'habitude ! Quand soudain deux grands hommes sont entrée dans la salle. Un avec une longue barbe d'argent, marqué par les ravages du temps... J'espère mourir avant de perdre ma superbe ! Et un autre, tout aussi grand mais avec des cheveux noirs comme la nuit, couvert de cicatrice ! J'espère mourir avant de devenir un sac à muscle et à cicatrice, ça attire une audience trop particulière à mon goût ! Et je ne mange pas de ce pain là ! Un okama assume sa part de féminité, mais rien ne l’empêche d'aimer les femmes et de ne pas aimer les hommes ! Même si c'est très amusant de jouer sur le doute avec certain qui se mettent à rager pour rien dès qu'on les titilles un peu ! Des vrais chèvres !

Bref, c'était le moment du grand solo ! Je me suis alors levé, pendant que ces deux hommes, installés au fond de la salle était en train de discuté en tête à tête collé serré ! Sûrement devait-il parler de moi ! Tout le monde, devrait parler de moi ! J'ai alors fait un petit clin d'oeil au vieux, un peu de réconfort pour ce vieil homme ! Puis, je me suis alors à chanter à plein poumon ! Une chanson d'amour et de pirate ! Voguant sur les mers à la recherche de l'île de leur rêve ! De mon royaume des Okamas !





© Oni N. Asura



Merci à Oni-chou ♥


Dernière édition par Jagu le Mar 5 Mar - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Lun 25 Fév - 10:50

Joe n'avait pas trop apprécié la nouvelle blague du cyborg et il était déjà monté sur ses grands chevaux près à lui redresser le métal lui servant de caboche. Mais le corsaire à la face cramé avait de suite calmé le jeu en s'excusant directement. Joe repris alors un air jovial et descendit d'une traite son premier verre tout en regardant le postérieur bien rebondit de la serveuse soubrette, il se disait qu'il tenterait bien de se la soulever si le temps le permettait mais à la vue de l'heure encore peu tardive, cela voulait dire rester encore un bon petit moment dans cet établissement. Walter voulait en savoir plus sur Joe, c'était tout naturel de vouloir connaitre celui qui était on pouvait dire son supérieur, après tout ils étaient compagnons de route maintenant et ils se devaient de se connaitre un minimum en fait.

_ Alors par où commencer... Déjà sache que je viens de Roscoco, une petite île aux abords de celle de Jaya. Dans cette partie de Grand Line on joue donc au Brugball. Tu connais le Baseball? On y joue normalement sur West East Blue. Bah dis-toi que le Brugball c'est sa version Grand Line, plus dure, plus rude plus physique... Une sorte d'amélioration version pirate on pourrait dire, hahahaha...


Il se resservit un verre et en avala la moitié de suite, il vit le verre à moitié vide du cramoisi et lui re-remplit donc aussi. Le chanteur ou la chanteuse, enfin le travelo musical entonnait un tour de chant assez joli. La chanson parlait des marins et de la mer et était il fallait le reconnaitre bien interprétée. Le Capitaine Corsaire reprit alors son histoire.

_ La batte au Brugball est un peu plus grande qu'au baseball, on peut lancer la balle à la main mais aussi au canon à certaines périodes du jeu... Comme tu le vois, c'est un jeu assez physique et brutal... J'ai même était champion une année, il faut dire que cette année là on avait tout déchiré, huhuhu...


Venait le moment de parler de chose plus personnelle, sa femme, sa fille et Milton Linus... Il but cul sec le reste de son verre et se resservit immédiatement, il marqua un temps de pause et regarda Walter. On pouvait voir dans son regard émeraude une sorte de tristesse mélancolique, un regard que rien au monde ne pourra changer.

_ Il n'y a rien de plus triste que de perdre un enfant... La logique des choses veux que les parents partent en premier et pourtant... Avant la piraterie, j'étais un homme simple, ancien champion de Brugall devenu tanneur sur mon île natale. J'avais une femme, Carisma, douce et belle et nous avions un enfant qui portait le nom de Silvia, un petit ange à mes cotés. Mais on m'a enlevait mon bonheur! On m'a volé ma vie!


Il but son verre d'une traite encore une fois et l'éclata sur la table en le reposant sur cette dernière. La peine s'entremélait à la haine dans son regard et dans sa voix.

_ Milton Linus... Actuellement capitaine des Blood Cross, des pirates vils et sanguinaires... Linus qui à cet époque était un lieutenant de la Marine arriviste qui faisait tout pour arriver à son but même canarder de centaines de balles une maison ou se cache un simple pirate! ... je n'étais pas voué à devenir celui qui je suis, mais voila le desti a fait de moi ensuite un homme perdu recherchant la vengeance puis voila, Joe devient pirate, un Darling Eagle puis un pirate solitaire puis Impel Down puis Shichibukai... Je pense que cette partie la de l'histoire du dois la connaitre...


Il attendit que le travelo arrête son tour de chant et l'interpella ensuite pour qu'il les rejoigne. Il devait surement être un troubadour allant d'île en île pour chanter ou pour faire des trucs okamastiques, peut être pourrait-il ou pourrait-elle les éclairer sur les fameux coups de lune.

_ Hep Rita Blondie, viens donc boire un petit verre à table, j'ai deux trois trucs à te demander... Les paillas et les coups de lune, t'as entendu quoi la dessus?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Lun 25 Fév - 13:43

    Comme tout bon homme, Joe n'appréciait pas les blagues sur sa sexualité. Walter devait accorder à son Cap'taine de remplacement que sans sa vue de cyborg, de dos, il aurait confondu le chanteur avec une chanteuse. Cela dit, comme avec la chèvre, Joe changeait très vite d'humeur et les excuses lui suffirent, lui rendant sa bonhomie habituelle. Le vieux barbu siffla son première verre tout en louchant ostensiblement sur la serveuse, qui elle était une vraie femme, puis entreprit de répondre aux questions de notre héros, ne se formalisant pas du caractère personnel des dites questions. Il venait de l'île de Roscoco, proche de Jaya. Une île de Grand Line dont le cyborg avait entendu parler: la Révolution était peu présente là-bas, du moins du temps où il y était, car c'est plus les pirates que les agents gouvernementaux qui avaient la mainmise sur l'île. Bref, Joe commençait par le Brugball: c'était une sorte de Base-ball, un sport pratiqué sur West et East Blue, mais en plus rude et physique. Une version pirate. Joe reprit un coup, remplit le verre de notre héros, et se tut un instant, écoutant la chanson de l' Okama. Toujours aussi discordante, mais celui-ci adressa un clin d'oeil à Joe qui l'ignora, parce qu'il avait repris son histoire: la batte de Brugball était plus grande que celle du base-ball, la balle se lançait à la main ou au canon selon la période de l'année, effectivement, c'était un jeu brutal, mais Joseph avait été champion une année, particulièrement bonne pour son équipe au demeurant. Le Corsaire termina son verre, s'en resservit un autre, puis fixa notre cyborg. Son regard avait changé: l'étincelle émeraude semblait s'être ternie, et d'un coup, il semblait vraiment plus vieux qu'il ne l'était réellement. Brace yourselves, tears are coming!

    Rien n'était plus triste que perdre un enfant, car en toute logique les parents partaient les premiers. Avant de devenir pirate, Joe était un champion de Brugball reconverti tanneur, sa femme se nommait Carisma et était douce et belle, et il avait une fille du nom de Silvia. On lui avait enlevé! Volé sa vie! Il siffla son verre cul-sec, et le brisa en le reposant sur la table, s'attirant les regards de la salle et des serveuses. Notre héros leur signifia d'un regard et d'un signe de tête de s'occuper de leurs affaires, et reporta son attention sur Joe D. Fosters: Milton Linus, capitaine des Blood Cross et ancien Lieutenant de la Marine, que rien n'empêchait d'arriver à ses fins, ce même s'il fallait noyer sous les balles une maison où se trouvait un simple pirate. Le lien se fit instantanément dans le cerveau du cyborg: Carisma et Silvia étaient mortes à cause de ce Milton Linus. Le destin avait fait de Joe un homme perdu, cherchant la vengeance, et il était devenu pirate, dans l'équipage des Darling Eagles puis en solitaire, puis avait fini à Impel Down et était devenu un Shichibukai, mais Walter connaissait la suite. Le chevelu cyborg restait silencieux. Joseph était bien plus profond que son caractère enjoué ne le laissait paraître. Derrière son côté grandiloquent se cachait des ténèbres d'une profondeur insondable... Ce qu'il pensait de Linus, Walter ne le comprenait que trop bien. Il ressentait la même haine envers les Tenryuubito et toutes les engeances identiques. Quand ces ordures ne fouleraient plus la face du monde, alors il serait satisfait. Il repoussa cette froide colère: Joe avait interpellé l' Okama chanteur, le nommant Rita Blondie, et l'invitant à boire un verre, pour ensuite lui demander s'il avait entendu quelque chose sur les Paillas et les coups de lune.

    Vu l'accoutrement de l' Okama et les regards haineux que lui envoyaient certains hommes de la salle, il ne devait pas être d'ici. Il y avait donc des chances pour qu'il ne sache rien sur les Paillas et les coups de lune. Mais bon, ils n'avaient rien à perdre à essayer. Walter recula un peu plus sa chaise, et croisa les bras, tout en jetant de discrètes oeillades par-dessus son épaule. Il lui semblait avoir aperçu leur ami de tout à l'heure, le troisième, celui qui n'avait eu droit qu'à une mornifle de Joe. Vu comme il parlait à grands renforts de gestes équivoque, il allait sûrement finir par vouloir sa revanche. Mais pour l'heure, le cyborg reporta son attention sur l' Okama.
Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mar 5 Mar - 14:34






Un travelo, un moche et une barbe en argent




Le numéro suivait son cours doucement et sûrement, la chanson tirait vers sa fin et le publique était en adoration devant moi. Et il ni a rien de mieux que d'être le centre de chaud de l'attention du monde entier. D'être la diva devant son publique. Oui, j'aime être une star ! Je suis naît pour ça, naît pour être la princesse du paradis rose de l'île de que Kedétrav ! Mais quelque chose a attiré mon attention, toujours ce vieux beau et son assistant brûlé, quel duo étrange, il forme un jolie couple malgré tout ! Une fois le numéro terminé, il m'a fait de grand signe et me mandant à sa table. Il faut dire que j'avais soif après avoir donné autant de ma personne et qu'un coup payé par des fans ne me ferait pas de mal. C'est toujours bon de prendre un bain de foule, de compliment et de recevoir plein de cadeau venant d'admirateur en délire.

« - Non, je ne veux pas t'épouser , tu es trop vieux, même si tu es plutôt mignon  ! »


Entre temps, le barman avait fait déposé à la table où nous nous trouvions ce que je buvais à chaque fois. Un cocktail traditionnel de l'île de Kedétrav, plein de couleur de sirop et de quelques gouttes d'alcool de fruit avec par dessus, un peu de miel, car un chanteur se doit de préserver sa voix.

« - Toi par contre, le brûler, je te t’épouserai vraiment pas  ! C'est même pas la peine d'y penser ! T'es trop moche et je ne fais pas dans ce qui a déjà servi ! Privilège de la première diva  ! Enfin bref, vous voulez en savoir plus sur les pailla ? Et bien, j'en sais pas énormément sur ces gens là ! Juste qu'ils sont étrange, encore plus étrange que toi, l'embrasé ! Mais quelque chose me dit qu'il n'y a pas plus de divinité derrière tout ça, que je n'ai pas de maquillage  ! Cependant, il y a quelques rumeurs étranges... Très étranges... Comme quoi, des gens serait mort à cause de la lune ! Et que ces gens là, serait mort de faims... Dans une maison remplit de nourriture ! Je vous avoue que ce mystère m'intéresse aussi, je peux vous y conduire si vous voulez ! Je n'aime pas qu'on s'attire plus d'attention que moi ! Surtout par des gens qui s’appelle les « pailla » c'est diablement laid et je suis angéliquement belle ! Oh mais suis-je bête, je ne me suis pas encore présenté, je suis Célestine  ! Futur reine du paradis rose 


J''en avais peut-être un peu trop fait avec les manières que j'ai habituellement mais bon, j'étais la diva Célestine après tout et c'était eux qui m'avait réclamé ! Mon public adoré ! Enfin bon, les deux hommes semblaient intéressé par mon histoire et m'ont demandé sans plus attendre de les conduire pour voir ça de leur yeux. J'ai lancé alors un clin d’œil plein d'amour à mon nouvel ami l'argenté puis, passant doucement le bout du mon indexe dans sa barbe pour le faire se lever et me survire. Rapidement, nous sommes sorti du cabaret, et bah, c'est vrai que le coin n'était pas fameux ! Enfin bref, continuons ! Mais, il y avait un détail qui me trottait dans la tête depuis un moment... J'étais persuadé d'avoir déjà vu la tête du beau gosse quelque part ! Nous nous sommes alors engouffré tranquillement dans les ruelles, c'était un chemin plus rapide mais plus inquiétant ! Je me suis alors rapproché de l'ami Silver barbe pour qu'il me protéger d'éventuel «méchant », enfin, il n'aurait pas mener large devant la puissance de l'Okama Kempo, mais bon, c'est toujours mieux de jouer la demoiselle en détresse ! Une fois sortie de la ruelle, nous étions pratiquement arrivée.

« - Mais attends une seconde mon mignon à la barbe d'argent ... Je suis sûr de t'avoir déjà vu quelques part ... Je suis sur que ton joli prénom me rafraîchira la mémoire mon chou  Oh et puis nous sommes arrivée ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mer 6 Mar - 13:29

La diva travelesque disait se nommait Célestine, un nom de scène il fallait bien, c'était cela le monde du spectacle. Il fallait dire que se faire appeler ou se prendre pour une diva du disco et garder son prénom masculin type Robert ou Jean-Marc lorsque l'on se fait passer pour une femme cela ne le faisait pas vraiment, surtout si on voulait percer dans ce monde. Célestine donc draguait d'une façon complétement ouverte le pauvre Fosters au grand dam du cramoisi qu'elle trouvait repoussant. Bien que cela soit assez choquant au départ, les traces de brulures du visage de Walter était maintenant une chose que Joe ne voyait même plus. Il se demandait même pourquoi il en avait. Justement autant lui demandait. Il avait écouter les dires de la demoiselle avec attention et cela lui piquait la curiosité, et non le cul!

_ En arrivant ici on a vu des gamins et des mendiants avec des traces blanches sur le corps, des coups de lunes d'après les autres. Et maintenant tu me dis que certains meurent à cause de l'astre nocturne? Et bien de plus en plus bizarre que tout cela. Soit Célestine, je veux bien te suivre pour me montrer ses étranges morts. Au passage mon petit Walter, un truc qui me turlupine. Pourquoi était ce que tu es, t'as la face cramé? T'es pas ignifugé?

C'est ainsi que Joe et Walter suivirent donc l'okama qui les conduit alors dans les ruelles de la ville en direction du nord. Joe repoussa un peu le travelo qui était un peu trop collant à son gout en gonflant son bras droit et tentant ainsi de la faire, le faire, décrocher. Voyant que la diva se retenait à lui comme un morpion sur sa couille droite, il lui prit la main et lui retira doucement tout en lui répondant.

_ Ah? Oui il est normal que tu m'ait déjà vu avant peut être. Il faut dire que mon visage était sur des avis de recherches, il y a encore quelques années. Mon nom est Joe D. Fosters et tu me connais soit comme étant le pirate surnommé l'Argenté ou comme étant maintenant l'un des sept Capitaine Corsaire. Excuses-moi d'avoir oublier de me présenter, mon acolyte là c'est Walter, Walter White, membre de l'équipage des Goat Privateer. Par contre je suis veuf et je ne compte pas me remarier.

Célestine reprit alors sa route et s'arrêta devant une batisse et désigna celle-ci comme étant le lieu où on avait retrouvait un couple mort dans le garde manger. Cela n'aurait pas était bizarre si le couple ne semblait pas être mort de faim alors que le dit garde manger était rempli à plus de moitié. Joe rentra dans la maison et se dirigea vers le fond de la maisonnette, une salle à moitié enterrée qui servait de cave. La marine et des agents étaient bien-sur déjà passé et avait donc tout fouillé. C'est alors qu'un homme rentra, il gueulait avec un sabre à la main. Walter était déjà sur lui et allait le frapper, Joe eut à peine le temps de crier pour qu'il arrête.

_ Arrêtes toi le cramé!

L'homme était de la Marine, et bien que Joe aurait bien laissé Walter lui en coller une par simple plaisir et nostalgie de voir un marine se prendre un bourre-pif, il avait eu raison de l'arrêter. Le soldat les menaça mais Joe sortit alors son laisser passer magique, ce que Walter appelait la Shichibucard et le Marine blanchit et s'excusa aussi vite qu'il était entré. Joe parla de la mort étrange des propriétaires et qu'il était la pour enquêter. Cela était un mensonge car il n'enquêtait pas officiellement mais au final c'était pareil, le gouvernement lui versera peut être une petite prime en récompense d'avoir résolu l'affaire. Le gars de la Marine, Joffrey de son prénom leur raconta même qu'il avait était appelé dans la matinée pour un cas similaire, deux rues plus haut, c'est ainsi que Célestine, Walter et Joe remontèrent vers le nord pour arriver à une autre maison. Joe montra sa carte au trois soldats montant la garde et débarqua alors dans la maison.

_ Shichibukai en mission! Je vous demanderai de tous sortir de cette bicoque et me laissait tranquille. Ok? Personne ne rentre avant que je ne sorte ok?

C'est ainsi que le Sergent qui s'occupait de l'affaire sortit en tirant la gueule, Joe avait le sourire large comme un croque-mitaine. Le garde-manger se trouvait dans un débaras jouxtant la grange. A terre, il y avait deux corps sous un drap. Il y avait des provisions pour au moins dix jours ici, sauiccon, jambon, pain, fruits et légumes, vin... Joe releva le drap et découvrit alors les corps d'une femme et d'un enfant. Les corps donnaient l'impression qu'ils étaient mort de faim et de soif, desséchés comme si on avait aspiré une partie de l'eau dans leur corps...

_ On dirait mes bourses après trois jours dans un bordel, complétement vider et dessécher comme une momie d'Alabasta...

Tout en disant cela, il repassa le drap sur le corps du petit garçon, geste bien contraire à la phrase qu'il venait de dire, montrant bien qu'il n'aimait pas voir le corps mort d'un enfant. Il retira complétement le drap du corps de la femme et le regarda. C'est alors qu'il crut voir un truc bouger vers l'abdomen. Il recula tout en se grattant la barbe de sa main gauche. Il regarda Walter et recula, faisant signe à la diva du disco de reculer aussi.

_ Walter, trouve un couteau et ouvre le ventre de cette brave maman, je crois qu'elle a en elle un étrange bébé.

Walter avait-il vu ce que le vieux corsaire avait vu? Et pourquoi voulait-il que ce soit le subordonné qui fasse cela? Ne pas croire que Joe ne voulait pas se salir les mains, il avait déjà fait pire. C'était plutôt que Walter était un cyborg et donc son corps n'était pas organique, il fallait mieux jouer sur la prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mer 6 Mar - 14:27

    L'okama et chanteur avait accepté l'invitation du vieux Shichibukai, et avait rejoint nos deux acolytes en marchant d'une façon plutôt maniérée, refusant la demande (pas encore formulée, ou du moins Walter ne l'avait pas entendue) en mariage de Joe. La grande folle blonde avait commandé un cocktail qui, s'il était aussi bon que rose, devait être délicieux, et avait commencé à répondre aux questions du vieux Fosters, après avoir refusé la demande (pas encore formulée, ou du moins Walter ne s'était pas entendu) en mariage de notre héros sous prétexte qu'il était trop moche. Soit. Pas la meilleure façon de commencer une conversation. Walter repensa un instant à ce tentaculaire enculé de Takoyaki, puis reporta son attention sur les paroles de l' Okama: les Paillas étaient des êtres plus qu'étranges, et leur dieu n'était que du bluff. Plus grave encore, le ou la chanteur/euse avait entendu parler de personnes mortes à cause de la lune, ou encore de faim alors qu'elles ne manquaient en apparence pas de nourriture. Elle voulait bien y conduire nos héros, et elle conclut la discussion en se présentant comme Célestine. Joli prénom, mais était-il d'origine? Bref, Joe prit la suite, évoquant les coups de lune, et opina du chef à la proposition de l'okama d'aller voir les scènes de crime. Mais avant, il demanda à Walter d'où venaient ses traces de brûlures. Notre cyborg fit une moue attristée: il n'aimait pas trop en parler, et ça se comprend. C'est pourquoi il resta très vague: ça datait d'avant qu'il devienne un cyborg, il avait eu la tête plongée dans un foyer ardent. Lors de sa cybernétisation, il s'était vu offrir un rabotage de ses cicatrices, mais il les avait gardées pour toujours se rappeler son but. Bien mystérieux, mais peut-être que ses compagnons sauraient le fin mot de l'histoire plus tard.

    Le Goat Privateer, le Shichibukai et la diva se mirent donc en route, la dernière particulièrement proche du second, au grand dam de celui-ci. La pensée que Joe se mariait bien avec la blonde fit ricaner plusieurs fois Walter. Lorsque le chanteur demanda au barbu s'il ne l'avait pas déjà vu, le vieux répliqua qu'il était un ancien pirate devenu Corsaire, et il présenta notre héros à Célestine. Ça risquait de devenir une habitude, Walter n'avait pas encore eu l'occasion de se présenter lui-même depuis qu'il avait rencontrés les Goats, et plus particulièrement Joe. Mais ils étaient arrivés, et Célestine indiqua la maison d'où provenaient les rumeurs macabres. Joe entra le premier, suivi de près par sa "belle", tandis que notre héros restait dans le hall, observant le peu de décorations restantes, et les nombreux rideaux dressés ça et là comme pour cacher quelque chose. Sûrement que la scène avait déjà été maintes fois examinée. Soudain, un hurluberlu entra dans la maison en beuglant, son sabre à la main. Prévenu à l'avance par son ouïe améliorée, notre guerrier était déjà sur lui, prêt à le mettre hors d'état de nuire, mais s'arrêta sur la demande de Joseph. L'hurluberlu, qui était de la Marine, se tut en voyant le vieux Shichibukai et, surtout, la Shichibucard. Le sabreur repartit aussi vite qu'il était venu, déconfit, même s'il avait pris soin d'évoquer une maison similaire, avec un crime plus frais: le matin-même. Il n'en fallait pas plus pour que notre trio de détectives en herbe (et en métal pour notre cyborg) reprenne la route, direction le nord!

    Une fois sur place, la Shichibucard fut mise à contribution, et bientôt nos protagonistes eurent la maison pour eux trois. Mais il ne se passa rien de très folichon, malgré ma tournure volontairement ambiguë. Le garde-manger était plein à craquer mais les cadavres semblaient pourtant morts d'inanition, au vu de leur apparence décharnée, les côtes saillantes, les lèvres sèches et les joues creusées. Si Joseph ne supporta pas bien longtemps la vue de l'enfant mort, il s'attarda en revanche plus sur la femme. Pour être décharnée elle l'était, et le commentaire du barbu résumait parfaitement la situation. Walter crut discerner quelque chose qui grouillait dans le creux de l'estomac de la femme, entre ses côtes plus que saillantes, et au même moment Joe recula, et regarda notre cyborg. Il se dressa en mâle protecteur devant Célestine (un beau couple, décidément), et demanda à notre cyborg de trouver un couteau pour faire une césarienne improvisée sur la femme. Le chevelu acquiesça et partit fouiller les tiroirs de la cuisine, en extirpant un couteau de cuisine. Sa formation aidant, il était un as avec ce genre de choses. Il retourna vers le corps, saisit fermement le couteau dans sa main droite, et cisailla rapidement, découpant un rectangle dans la femme. Il retira la lame. Pas de sang. Un chuintement, et en un clin d'oeil huit vers de bonne taille bondissaient depuis l'estomac de la femme. Un coup de couteau trancha la tête de deux d'entre eux, mais les six autres enfoncèrent leurs petites dents acérées dans son corps, sur ses larges épaules et aussi au niveau des pectoraux, trouant sa chemise. Mais ils se trouvèrent bien cons, et Walter eut un léger sourire, avant d'y aller de son petit commentaire:


    - Et bien, mes mignons rampants, vous êtes tombés sur un os? Ou plutôt sur un boulon!

    Il banda ses muscles, déchirant au passage sa chemise, et éjecta les vers. La réactivité et ses yeux de cyborg aidant, il aligna les vers à l'aide de son Littlefinger: les monstres tombèrent au sol, se tortillant encore, et il les acheva en leur écrasant ce qui semblait être la tête. Il cracha sur cette bouillie, puis se pencha sur la femme, zieutant par le trou qu'il venait de faire: plus d'organes, très peu de sang... Les vers étaient voraces, très voraces. Et s'il ne se trompait pas, ces vers ressemblaient beaucoup à ceux que Joe et lui avaient croisés dans le seau des étranges épouvantails du début. En plus gros, peut-être. Il se redressa, s'épousseta par réflexe puis se tourna vers ses deux compagnons, avant de prendre la parole:

    - Voilà qui explique ces soit-disants morts d'inanition: ces vers leur ont mangé les entrailles, et même certains vaisseaux sanguins. Ils étaient sacrément affamés. Et, si tu te souviens, Joe, les gusses épouvantails que nous avons croisés à notre arrivée avaient des vers dans un seau. Ça ne m'étonnerait pas que tout cela soit lié, et qu'ils s'en servent pour tuer des gens, choisis au hasard ou simplement des opposants à leur domination. Donc, si on veut solutionner cette affaire, il va nous falloir aller voir ces "Paillas", et leur apprendre la politesse à grands coups dans le nez!
Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Ven 15 Mar - 14:18






Deg'lasse !




Le beau gosse argenté avait demandé aux moches d'où venait ses cicatrices, c'est verrai que je suis curieuse d'où il est devenu aussi moche. Peut-être que sous les cicatrices il ne doit pas être si moche mais là, c'est vraiment un tue l'amour ! Jamais je ne me marierai avec lui ! Ainsi, c'était donc un cyborg, voilà une information intéressante, un vieux barbu et un tas de ferraille ! Voilà une rencontre intéressante. J'ai eu pitié de lui au moment où il a vaguement expliqué avoir été jeté dans un foyer ardent par quelqu'un. Mais vu sa tête, il ne voulait pas trop en parler. Donc je n'ai pas relancé le sujet. Puis, plus tard sur la route vers l'endroit du crime, l'ami argenté, qui m'avait une fois de plus demandé en mariage et une fois que j'ai une fois de plus refusé. Il a répondu à ma petite question. En effet, c'est là que j'avais déjà vu sa tête, le vieux beau était en réalité l'un des sept puissant capitaine corsaire. Voilà qui le rendait potentiellement un candidat pour des épousailles  Puis, c'était son compagnon qu'il avait présenté, s'appelant Walter White, ça me rappelle un spectacle d'un bar où j'ai joué tiens. Une comédie musicale sur un ancien professeur de chimie qui devient fabriquant de drogue et qui s'appelle Walter White !

Enfin, nous sommes rapidement arrivée sur place et tête de feu s'est rapidement fait remarqué mais le bel argenté l'a arrêté sans problème. Utilisant le laissé passer magique des lettres de marques... Oui. C'est un bon client ! Il va falloir que je m’arrange pour rester avec ceux là, sans en épouser aucun. Voilà un défi digne de ma beauté ! Trouver un moyen de pouvoir profiter de cette lettre de cachet qui pourrait être intéressante pour accéder au titre de reine du paradis rose ! Les officiels ont rapidement quitté les yeux sous les ordres du corsaires. C'est vraiment magique dit donc d'être un pirate légalisé par le gouvernement ! Une fois arrivée dans la maison, nous nous sommes dirigés vers le garde-mangé où se trouvaient les les cadavres que nous sommes venus voir. Joe a donc demandé à Walter de prendre un couteau et de leur ouvrir le ventre. Devant l'horreur de la scène, je me suis collé au corsaire et je me suis caché derrière son dos. Le cyborg a fait son office, passant un œil de derrière l'homme argenté. Je pouvais voir de nombreux vers se dirigé vers lui. Mais, visiblement, ce n'est pas le genre de vers qui apprécie le métal mais préfère la chair bien fraîche... Comme moi ! Une vision qui m'a arraché un frison ! Puis, l'ami balafré avait évoqué d'étrange pailla et je n'ai pas tout compris à l'histoire. Mais ça semblait intéressant et puis, je devais donner un peu du miens si je voulais profiter de la Shichibucard !

« - Et bien dit donc, je ne sais pas dans quoi on s'embarque mes choux mais ♥♥♥ Je vais vous accompagner ! Ca m'a toujours l'air d'être amusant au final et vous êtes ma fois très intéressant Et non ! Je n'épouserai aucun d'entre vous du mois, pour le moment fufufufu ♥♥♥♥ »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mar 19 Mar - 19:37

Walter en véritable expert de la découpe, commença une étrange césarienne sur la pauvre maman desséchée. Lui retirant un morceau de bidoche souple comme du carton, il fit la découverte d'une étrange cavité, là où il aurait du se trouver les entrailles de la jeune femme. Des vers gros comme des serpents jaillirent alors du ventre ouvert comme des serpentins d'une boite surprise. Hélas pour eux et heureusement pour Joe qui avait eu une bonne idée, ils se jetèrent affamés sur le cyborg qui comme son nom l'indiquait n'avait plus trop de chair à leur offrir. Il les extermina vite fait bien fait à la grande joie du travelo qui s'était encore blotti contre le corps robuste du Capitaine Corsaire. Lorsque Walter fit sa petite visite abdominale de la femme, Joe regarda d'un oeil rapide les dégâts et en fut dégouté. Qui pouvait être assez ignoble pour vouloir faire cela à de pauvre gens. Le cyborg souleva un point important de l'affaire, les grands vers ressemblaient comme deux gouttes d'eau à ceux que transportaient les hommes de paille qu'ils avaient vu. Mais avant de les courser Joe voulait savoir comment les victimes les avaient ingérés.

_ Effectivement Cramoisi, ces petites vermines gloutonnes ressemblent trop aux asticots des dénommés paillas… Mais je ne pense pas que cette famille et les autres s’amuseraient à bouffer des asticots pour le plaisir. On a donc du leur faire manger à leur insu. Cherchons d’abord dans quoi les godins se cachent. Walter prend l’étagère du fond, moi je prends celle de droite. Célestar si tu veux aider prend celle de gauche.


C’est ainsi que Joe et les deux autres commencèrent à ouvrir les conserves une par une et à les vider à même le sol. Ils éventraient les saucissons, ils tailladaient le jambon et trancher les fruits comme des ninjas. Puis la solution arriva lorsque comme un certain messie, Joseph rompit le pain et y trouva des morceaux. Ce n’était pas du lard ou encore des éclats de noix mais bien des petits asticots tout grouillant. Joe le laissa tomber à terre et le montra au cyborg pour qu’il le flambe aux lance-flammes.

_ Y’a plus qu’à trouver la boulangerie d’où viens ce pain. Déjà c’était une miche de blé noir, dois pas en avoir partout.

Joe fit signe à la diva et au cyborg de sortir avec lui et il dit aux simple soldats dehors qu’il pouvait maintenant tout nettoyer et rendre les corps à la famille et il rebroussa alors chemin vers le sud, vers les rues où lui et Walter avaient vu les hommes de paille. Justement il tomba nez à nez avec le marchand qui avait voulu frapper le gosse aux taches de lune. Il prit peur mais Joe le calma vite fait bien fait en le chopper par l’épaule et en le soulevant.

_ Je cherche du pain mais pas n’importe lequel. Je cherche du pain de blé noir, des belles miches de pain de blés noir… Tu sais où je peux avoir ça ?

_ Miche de blé noir, euh… Oui chez Spikerman trois rues plus haut ou bien chez Mirkots deux rues plus bas et deuxième à droite ensuite.

_ Tu saurais pas où se ravitaillent les paillas en pain aussi ?

_ Les Paillas ? Euh… euh… Si il traine le plus souvent vers chez Mirkots, ils ont une échoppe de produits en osier à deux maisons…

Le Shichibukai relâcha le marchand qui aterrit sur le cul et prit donc la direction de la boulangerie. Arrivé devant il se dit qu’il ferait mieux d’arriver par derrière. Il demanda à Walter de rentrer par le devant d’ici trois minutes, le temps qu’il fasse le tour du paté de maison avec la grande folle blonde. Arrivé devant la porte de service, celle des artisans, il dégaina Bertha et frappa la porte de bois qui éclata en centaine de cure-dents sous l’impact du coup. Il rentra en trombe et vit plusieurs paillas entrain de faire du pain spéciale. Le premier lui sauta dessus et Joe l’accueillit en lui décocha un coup de batte qui lui explosa la tête sous son masque, il alla s’encastrer dans le mur de gauche alors qu’un deuxième arrivait sur sa droite. Joe s’abaissa et lui frappa la jambe avec énergie, la jambe se brisa, non elle se déchiqueta sous le coup du corsaire lorsqu’il la frappa, la séparant du reste du corps de l’homme au masque d’épouvantail dans un cri de douleur et d’effroi. Deux autres arrivaient sur lui, il prit une balle d’acier dan sa sacoche et la frappa, elle cogna d’abord la tête de l’épouvantail de droite pour rebondir ensuite dans la gueule de l’autre, elle lui arracha son masque au passage, laissant voir que sous ces masques de débiles se trouvaient de simples hommes. Joe avança vers le fournil et c’est à ce moment la que Walter fit son entrée avec des éclaboussures de sang sur le visage. Lui aussi venait surement d’étriper des paillas dans l’entrée. Il regarda ensuite la diva qui avait sortie les griffes ou plutôt les pattes pour massacrer de l’homme de paille elle aussi.
Joe regarda son équipe du jour puis pensa qu’il devait parler de ses découvertes à son pote Bicket avant qu’il ne bouffe de l’herbe avec des asticots dedans. Il extirpa de sa poche son bébé denden mushi et le mit en route. Interférences, bruit de craquement puis ce fut une voix féminine qui sortit de l’escargot au lieu de celle du caprin, elle disait des choses incompréhensibles…
Spoiler:
 

_ Surement une erreur, elle avait trop une voix de fille trop bonne mais trop conne… Une nuit avec elle serait amusante…

Il appuya à nouveau sur le bouton de l’appareil. Ce fut bien Francisco qui décrocha cette fois la. Joe prit d’abord une fois nasillarde et chantonna.

_ Ecouteuh Bicket est avec toaaa, tu vas lui dire mon bickeeettt c’est Joseph pour toaa…. Bon alors t’es où mon pote ? Je sais pas ce qu’il t’arrive mais avec l’ami cyborg on a déjà fait les courses, puis on a rencontré un travelo-diva qui nous a raconté des choses sur des hommes crevant de faim malgré qu’ils aient de la bouffe. J’ai fait ma petite enquête et j’ai trouvé que des mecs qui s’habillent en épouvantails s’amusent à foutre des asticots dans du pain qui te bouffent de l’intérieur… Euh attends je raccroche, je crois qu’on a des problèmes…

Un mec venait de rentrer, vu sa tenue surement un pailla mais il était différent, il ne ressemblait à aucun des autres. Une aura dangereuse se dégageait de lui et sa faux qu’il tenait sans sa main droite ne laissait présager rien de bon. Il en donna un coup devant lui et c’est une lame de vent qui se créa, Joe eut à peine le temps de s’abaisser qu’elle trancha la boulangerie en deux. Le plafond vibra et il s’écroula alors sur Joe…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mar 19 Mar - 22:59

    Après la chirurgie abdominale improvisée par notre cyborg, Joe l'avait rejoint sur le fait que les vers ressemblaient beaucoup à ceux transportés par les Paillas qu'ils avaient croisé. Cela dit, le Crosaire pensait, à juste titre, que ça n'amusait personne de manger des vers et il proposa donc de fouiller les aliments, envoyant notre guerrier vers l'étagère du fond. Celui-ci s'y rendit, et commença à renverser boites et bocaux, fouillant en espérant trouver les vers. Il brisait en deux les légumes, fouillait chaque biscuit, mais rien de bizarre: seulement des ingrédients normaux. Après un moment, Joe appela notre héros et le travelo, présentant un pain sombre brisé en deux, où grouillaient de petits asticots. Avec son regard perçant, notre protagoniste discernait de petites dents triangulaires, et fit une légère grimace de dégoût. C'est donc avec plaisir qu'il exécuta la demande du Shichibukai, brûlant la miche. Joe prit la tête, direction la boulangerie d'où venait ce pain... Enfin, le trio de détectives en herbe et en acier partait à sa recherche. Le barbu les conduisait vers le marché où ils avaient croisé les Paillas pour la première fois, et ils trouvèrent une vieille connaissance: le marchand à qui Walter avait expliqué la vie un peu plus tôt. Joseph l'interrogea avec Tact et Subtilité (les deux avaient cinq doigts) et le marchand révéla que la miche pouvait venir de deux boulangeries, et que les Paillas traînaient souvent vers l'une d'elles, appelée Mirkots. L'équipe atteignit rapidement la boulangerie, et Joe fit le tour avec sa belle, demandant au cyborg d'attendre devant pendant trois minutes. Le chevelu au visage brûlé programma sa minuterie interne, et attendit en sifflotant, faisant craquer ses phalanges et ses articulations. Il fit un clin d'oeil à quelques filles qui passaient par là et admiraient sa musculature, puisqu'il n'avait pas de chemise depuis l'incident avec les vers. Il faut dire qu'elle n'avait vu que son meilleur profil, celui sans brûlure. Mais quoi qu'en dise ce dévergondé de Jagu, il plaisait quand même aux filles! La brûlure donnait un côté mystérieux et bad boy plutôt apprécié...

    Lorsque la minuterie sonna, il entra avec fracas, enfonçant la porte d'un coup de pied, l'abattant au passage sur un encapuchonné qui montait la garde. Il envoya un violent coup dans la mâchoire d'un autre garde, arrachant son capuchon et se voyant baptisé d'un peu de sang sur le visage. Rien d'anormal avec le visage du Pailla. Un troisième n'opposa pas plus de résistance, rapidement plié en deux par un coup à l'estomac et assommé par un coup sur le sommet du crâne. Il cracha sur l'un des types, puis avança dans l'arrière-boutique, retrouvant un Joe et un Jagu en position de combat, accompagnés par plusieurs épouvantails inanimés, et démasqués pour certains. Le Shichibubarbe extirpa un Den Den Mushi de son attirail et passa un appel. Un échec visiblement, puisqu'il marmonna à propos d'une femme bonne et conne, puis la seconde fois réussit, puisqu'il parvint à joindre son interlocuteur, à savoir Francisco. Il raconta ses aventures: le ravitaillement était fait, ils avaient un nouvel ami Okama, et surtout il parla des Paillas et des asticots qui dévoraient les entrailles, avant de raccrocher parce qu'il avait des problèmes... Effectivement. Walter se retourna et observa un Pailla level over nine-thousand. Des cheveux blancs, le visage couturé ça et là, un regard luisant, une étrange orbe sur la poitrine, une salopette et une faux plutôt élaboré. Sans doute un supérieur pailla: il dégageait une aura de combattant plutôt impressionnante.

    Et il n'était pas des plus amical puisqu'il fendit l'air de sa faux, projetant une lame de vent vers nos héros. Notre combattant esquiva en se jetant au sol, mais l'engin était d'une telle taille que la boulangerie finit coupée en deux, d'une coupure parfaitement lisse. Un gros morceau de plafond commença à s'écrouler, et Walter leva ses bras au-dessus de sa tête, retenant le toit en grognant: c'était un peu lourd. Il brisa le tout d'un coup de tête, transformant le gros pan de mur en de petits rochers inoffensifs, à part peut-être pour la manucure de Célestine. Puis il fixa leur puissant opposant: il n'avait vraiment pas l'air d'un rigolo, et il avait fait le premier pas: pas d'échappatoire, donc. Tant mieux. Notre héros n'avait eu droit qu'à des petites frappes jusqu'à maintenant, et ça le dérouillerait un peu. Il pointa sa paume gauche vers l'autre. Sa main s'abaissa, révélant un canon, et un boulet miniature fila vers l'homme à la faux. Malgré la taille, il y avait autant de poudre que dans un boulet explosif. Et explosion il y eut. Se servant de ses yeux cybernétiques, notre guerrier repéra la silhouette de l'épouvantail endimanché, et fondit sur lui: il ne savait pas s'il avait touché avec l'explosion, mais ses coups de poing ne faisaient jamais de bien! Il frappa droit vers le visage, d'un violent crochet, puis balança un coup de pied vers l'estomac et enfin il utilisa l'arme dont il avait le plus honte, qu'il nommait "Oh god why?" sortant un canon de pistolet de sa braguette, et tirant vers l'étrange sphère rouge sur la poitrine du Pailla!
Revenir en haut Aller en bas
Jagu
• Écumeur
• Écumeur
avatar
Messages : 18
Points d'activités : 125
Premier Haki : Aucun
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 278
Points de popula' [PP] : 282
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Lun 25 Mar - 17:58






Je veux son bijou




Après cette séance de demande en mariage plutôt musclé, ainsi le grand brûlée était complètement cramé et il s'était débarrassé des verres qui voulaient l'épouser d'un peu trop près ! Pour une fois, je suis contente de ne pas être le centre de l’intérêt et de toutes les demandes en mariage. Et je ne pensais jamais avoir à dire ça et pourtant, je l'ai dis ! Bien, une fois la pureté de nos yeux, que j'ai fort jolie il faut le dire, souillé par l'inspection de l'intérieur des entrailles, notre ami argenté nous as donc demandé de chercher les vers maléfique mangeur de gens ! Et bien nous nous sommes donc mis au travail, éventrant sans aucune forme de pitié toutes les aliments qui nous paissaient sous la main ! Adieu vache, veaux, poussins, couvées, enfin quand même pas, mais l'idée était là ! Et c'est l'argenté qui a trouvé, il a une bonne vu pour un vieux, c'est pour ça qu'il n'arrête pas de me mater le coquin fufufufu Le pain, s'était dans le pain que les vers se trouvaient ! Le pain étant la principal source d'alimentation des pauvres... Un plan maléfique au possible ! Rapidement donc, nous nous sommes dirigés vers la sortie où le passage magique de capitaine corsaire faisait des merveilles ! Rapidement, nous avons eu l'information sur la boulangerie et il me semble j'avais déjà entendu ses noms là. Sûrement que le cabaret devait être parmi ses clients... Mais j'ai peut être même mangé du pain empoisonné... Enfin, j'ai un grand brûlée complètement cramée et un beau gosse argenté pour me protéger maintenant fufufufu ♥♥♥

Rapidement, après voir croisé quelqu'un que les deux hommes avaient visiblement déjà rencontré, nous avons trouvé la boulangerie en question. La porte n'avait pas résister à la puissance du corsaire et nombreux paillas se trouvaient là ! LA batte d'acier de notre imposant corsaire faisait des merveilles. A vrai dire, c'était parfait pour moi je pourrais me la couler douce et éviter de me battre. Je dois préserver mes mains au maximum pour mon piano non mais oh ! Et puis, je suis trop beau pour me battre, je laisse faire les autres à ma places. J'étais donc un peu en retrait pour observer la scène. Walter et Joe ont rapidement éjecté ce problème, ils font de bons gardes du corps contre les demandes en mariage intempestive, si seulement ils n'étaient pas tout aussi intéressé que les prétendants qu'ils écourtaient ça serait parfait ! Puis, prenant les choses en mains, il avait décidé d'appeler quelqu'un, sortant un escargot-phone. Mais qui allait-il appelé ? Visiblement, le premier appelle n'avait pas vraiment bien marché car c'était une femme à la voix étrangement creuse qui venait de répondre ! Mais, finalement, il avait réussi a joindre son correspondant, un certain Fransico, encore une fois, un nom qui ne m'était pas inconnu. Il lui a donc rapidement expliqué la situation et lui a fait part de nos découvertes sur ces étranges bonhomme mangeur de verres. Par contre, leur réel objectif, pas la moindre idée... Peut-être qu'il voulait éliminer tout la concurrence pour pouvoir tranquillement se marier avec moi. Ça serait un plan tout à fait valable !

Un étrange individu est alors entrée dans la pièce, me poussant rapidement à me rapprocher du corsaire pour éviter les problèmes. Son énorme faux et son apparence plutôt étrange, ainsi que son rougeoyant bijoux, voilà qui en faisait quelqu'un qui n'était pas trop commode ! Et la suite ne se fit pas attendre, sans même nous faire de petit bisous, il s'est alors mis en tête de nous tuer sans même nous faire de petit bisous ! Ce qui n'était pas très gentil ! Généralement, on fait un bisous aux gens avant de les tuer ! Et bah pas là ! La lame d'air avait fauché la boulangerie et je m'étais alors couché pour éviter l'attaque. Roulé en boule près de Walter. L'énorme brûlé avait bloqué les murs qui nous tombaient sur la tête, nous sauvant tous ! Bien joué, je réfléchirai peut-être à te laisser embrasser ma main pour te récompenser ! Après avoir utilisé ses gadgets, il y avait pour moi une ouverture pour attaquer. Portant donc mes bras tendus au dessus de moi, rejoignant mes deux mains à l'horizontal, j'ai alors pris appuis sur mes jambes pour lui décoller un puissant coup de pied pour tenter de lui voler son rubis! Un trucs aussi beau ne peut que m'appartenir !

« - Mes choux, je veux son bijoux ♥♥♥ Celui qui me le donne aura le droit de me faire un baise-main ♥♥♥ »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats] Mer 27 Mar - 10:54

Malgré la tentative de Walter de retenir le toit, la partie au dessus de Joe s’effondra sur ce dernier avec fracas. N'allez pas croire que cela suffisait pour arrêter notre Shichibukai, cela allait le ralentir. Walter lui avait alors commençait le combat contre l'homme de paille à la faux. L'une de ses mains cachée en fait un canon miniature et il tira alors sur l'ennemi qui évita de justesse le tir en s'écartant d'un bond à droite, malgré cela, Walter le retrouva dans la poussière et la fumée qui avait envahit l'espace de combat. Le poing métallique du Cramoisi rencontra alors la face du Pailla qui résonna au coup, sa mâchoire était elle aussi en métal, la peinture vola sous le frottement métallique. Puis vint le pied du Corsaire que le cyborg car oui l'homme de paille semblait être un cyborg évita en reculant de justesse mais encore une fois il ne vit pas venir le dernier coup venant de la braguette de Face cramée. Joe sortait la tête des gravas au même moment et il commença à ricaner lorsqu'il vit cela. La balle du Corsaire toucha sa cible, l’énorme orbe rouge que le Pailla avait sur sa poitrine et la brisa ce qui provoqua un étrange bruit de bourdonnement électrique. C'est alors que la diva homme-femme prit part au combat pour décocher un violent coup de pied en pleine gueule du cyborg qui fut projeter contre l'une des poutres qui soutenait avant le toit, il la brisa en la rencontrant, perdant au passage son chapeau. Joe venait de sortir des décombres. Le feu du four à pain endommagé commençait à se répandre sur ce qui était avant un atelier de boulangerie qui donc commençait à prendre feu. Il regarda le cyborg qui semblait hors d'état maintenant. Il regarda ensuite Célestar et Cramoisi, tout sourire aux lèvres.

_ Et bah mes amis, sacré coup de savate la diva et Walter... que dire... Je pensais pas voir quelqu'un tiré un coup dans ce sens si littéral dans ma vie, huhuhu... Mais ton bastringue il marche quand même?


Le barbu d'argent ricanait lorsque le cyborg se releva d'un bond, ce dernier se jeta alors sur la personne la plus proche c'est à dire la diva. Joe bondit alors sur la trajectoire du robot de paille tout en dégainant sa batte qu'il lança vers l'avant pour venir frapper le cyborg en niveau du torse. Cette brave Bertha vint alors enfoncer le métal et envoya le cyborg au sol. Joe retomba au sol alors que le robot se relever déjà, le corps courbé suite à son dernier coup. Le cyborg fonça alors sur lui faux en avant dans sa main droite. Joe ancra ses pieds correctement au sol préparant un coup dévastateur. la faux arrivait sur lui, il inclina son corps sur la droite mais celle-ci vint tout de mêle l'entailler au flan gauche, puis il pivota sur sa jambe droit pour tourner d'un quart de tour de sa position initiale et il libéra ensuite la force destructrice qu'il avait dans son bras. Bertha frappa d'abord la faux du Pailla qui éclata en trois morceaux avant que la batte atteigne son bras au niveau du coude qu'il brisa. L'avant bras se détacha du reste du corps dans une petite explosion électrique. Le coup puissant et destructeur qui portait le nom de "Destruction Bat" souffla quelques débris se trouvant derrière le cyborg dans une sorte de petit boum dut à la dépression d'air de la vivacité et la force du coup. Le Pailla recolla de plusieurs pas, toujours silencieux, sa tête voulait dire bien des choses puis... BOUM BAM SSSUUUIIIIPPP!!!

Une énorme explosion se fit entendre ainsi qu'un flash lumineux venant de l'ouest. Le cyborg tout comme les corsaires tournèrent leur tête dans cette direction. Le Pailla émit d'étrange cliquetis puis il prit ses jambes à son cou.

_ On le rattrape ce paillasson!


Joe prit alors la direction de la sortie en sautant par dessus les débris et commença à courir après le cyborg qui prenait la direction de l'ouest là où s'était produit l'explosion. Le travelo et la face cramée le rejoignirent assez vite.

_ Il se dirige vers l’étrange explosion, je suis sur qu'elle est liée avec lui.


Joe eut une pensée pour le Shichibugoat. Où était-il? Était-ce lui qui avait encore manger le mauvais fil et avait provoquer un drame à l'insu de son plein gré?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Poilocalypse [PV Goats]

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Poilocalypse [PV Goats]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Les autres île de Grandline-