AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro] Jeu 7 Mar - 16:52


Souvenirs souvenirs

Je me réveillai sous une journée ensoleillée, je m’étais couché très tard suite à une soirée que j’avais faite avec Jin’Ichi Kintarô, mon ami, mon petit Jin. Alors que je me réveillai difficilement avec un mal de tête et une gueule de bois pas possible, je pris la décision de me débarbouiller le visage, pour ne pas me présenter avec cette tête que je me trimballais à cet instant précis dehors, ce serait la honte, et cela ternirait mon image. Après avoir pris une douche et un petit-déjeuner convenable, je m’habillai rapidement avec mes habits de fonction et remarqua que nous étions le 22 août, un jour que je n’oublierai pas car c’était celui de ma rencontre avec Kintarô. Après un certain temps assis sur le bord de mon lit je me mis à me souvenir des moments passés avec lui, les bons comme les mauvais, et aussi ma rencontre avec lui.

C’était il y a six ans, et je m’en rappelle comme si c’était hier, une journée ensoleillée comme celle-là, je n’avais que treize ans à l’époque, et j’étais un sacré numéro, je n’allais jamais en cours, étant orphelin et habitant dans un recueil pour jeunes orphelins, les remarques que je recevais de la part de mes éducateurs ne m’intéressaient guère, comme on dit, ça entre par une oreille et puis ça sort de l’autre. Enfin comme je le disais auparavant, il y a six ans, lorsque j’avais environ treize ans, je me promenais dehors pendant les heures de cours, je n’étais pas à l’aise à l’école, assis toute une journée à ne rien faire à part écouter quelqu’un qui déblatère des conneries, c’était pas pour moi, je préférai cent fois plus rester dehors et jouer tout seul.

Alors que je me promenais tranquillement dans la forêt malgré l’interdiction portée par les adultes de la ville et les éducateurs de l’orphelinat, je grimpai à un arbre de manière aisée, ayant l’habitude de jouer à Tarzan toute la journée, je fis donc comme tout les jours et m’empara d’une liane avant de me balancer dans le vide tout en me cramponnant fermement à celle-ci, je traversai la forêt très rapidement avec cette méthode.

Après un certain temps, le soleil commençait à se coucher, et cela signifiait aussi généralement la fin des cours, pour ne pas me faire cramer par mes éducateurs, je décidai de rentrer pour leur faire croire que je venais de sortir des cours, bien que je pense qu’ils ont cramés il y a longtemps que je ne me présentai pas du tout en classe, enfin qui ne tente rien n’a rien. Sur le chemin du retour à l’orphelinat, j’entends des cris, des cris de bagarre surtout, j’avais l’habitude avec les vieux du bar qui se fritaient à chaque fois qu’ils avaient bus un verre en trop. Curieux, je me dirigea vers les lieux des cris en question, ce que je vis m’énerva au plus haut point, une sorte d’embuscade tendu par plusieurs gamins contre un seul, ils étaient six conter lui, le pauvre, et je les connaissais tous, à part celui qui était agressé car les autres étaient dans ma classe lorsque j’étais encore présent en cours, je détestais les personnes qui s’attaquaient à plusieurs sur quelqu’un qui étaient plus faible qu’eux, bien que la personne en question se défende assez bien.

Après quelques temps à réfléchir, je pensais à un retournement de situation comme dans les films, rien ne se produisit, après un soupir d’agacement, je décidais de prendre part à la bagarre, et d’aider l’autre idiot qui avait du mal à s’en sortir avec tous ces poings qui l’attaquaient de partout, je suis sur qu’à lui seul, il pourrait s’en faire deux ou trois. Lorsque je sauta pour attaquer mes ennemis, bien qu’il ne m’ait rien fait, ils étaient tous surpris de me voir sortir de nulle part, mais étant trop lent à réagir, se prirent chacun une bonne rouste de ma part, j’en mis quatre Kos, tandis que l’autre finissait les deux autres, son style de combat était vraiment enfantin, mais brutal à la fois, assez paradoxale, enfin, il les avaient défoncés et c’était le principal. Je le regardai de haut en bas et je lui tendis ma main.

Salut ! Moi c’est Sting et toi ? On dirait que t’aurai eu du mal à t’en défaire tout seul, alors je me suis dit que j’allais peut-être t’aider.


Il me répondit avec un sourire, il me dit qu’il s’appelait Kintarô, Jin’ichi Kintarô pour être précis et qu’il était ravi que je sois venu l’aider. Après cela, nous parlions une bonne partie de la nuit en se découvrant des points communs mais aussi des points de divergences. Ainsi commença une belle amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Jin'ichi Kintarô
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar
Messages : 48
Points d'activités : 556
Localisation : South Blue - Ancienne base de Sayuki / East Blue - Orange Town / North Blue - Île du Chaton / East Blue - Season Town / Grand Line - Hoshikame > Shirokame

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 397
Points de popula' [PP] : 435
Divers:
MessageSujet: Re: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro] Jeu 7 Mar - 17:49

Il y a six ans de cela, une forte amitié se tissa entre deux jeunes individus nommés Jin’ichi Kintarô et Sting Crusher. Cela se déroula très exactement un vingt-deux août, après les cours, où le petit des Jin’ichis avait fini ses cours et prit un chemin inhabituel pour rentrer chez soi.

En effet, la veille, Kintarô avait passé une nuit agréable, il dormait paisiblement avant que sa mère ne vienne le réveiller afin qu’il se prépare pour aller à l’école. Être réveillé sans cesse à huit heures tous les jours de la semaine, c’ était vraiment très dur pour notre petit Jin’ichi. Après avoir pris une bonne douche revigorante, la mère de notre jeune héros préparait son petit-déjeuner qui le laissait comme tel après avoir fini de prendre sa douche. En effet, ce n’était pas le genre de personne à manger le matin.

Marchant les mains dans les poches, ce dernier alla tout seul à son école, en se curant le nez avec son petit doigt tout en rêvassant, les yeux levés en direction du ciel, son sac en bandoulière contre son épaule droite. Kintarô était souvent en retard, voir quasiment une fois sur deux sans le faire exprès : il marchait très doucement, à son allure, posé, plutôt que de courir surtout si c’était pour être assis des heures et des heures sur une chaise en train d’écouter un professeur qui narrait que de la merde. C’était un des nombreux points communs qu’il avait en rapport avec le jeune Sting, qu’il rencontrera plus tard dans cette journée.

Sa journée fut… Comment dire, le mot routine serait le plus approprié. Ce dernier assistait à ses cours seulement parce qu’il le devait, mais il se dit que dès qu’il serait indépendant, tout cela serait fini. De plus, il avait eu des échos sur un certains élève qui séchait presque quasiment ses cours et que son comportement était incorrigeable. Les heures passèrent rapidement lorsque notre jeune progéniture s’assoupit un petit instant avant de se rendre compte qu’il avait dormi plus de deux heures et que la sonnerie annonçant la fin du cours le réveilla. Rangeant rapidement ses affaires, il se hâta de sortir rapidement et se dirigeait vers la sortie.

En sortant de l’enceinte de son établissement, il jeta un bref regard rapide à son côté droit et aperçut la forêt où cette dernière était interdite à toute personne exceptée les adultes. Intriguant, Kintarô réfléchis et se dis qu’en empruntant la forêt il aurait pu se frayer un chemin vers chez lui et gagner le plus de temps possible, un raccourcis quoi, ce qui l’épuiserait moins. En faisant le premier pas vers la forêt, plusieurs choses perturbèrent l’esprit de Kintarô, notamment son professeur ; il avait du mal à l’admettre mais ce dernier était quand même un vrai salopard au fond, c’était un vieux chnoque avec des lunettes rondes, une salopette remontée à fond, de gros souliers… Un parfait enfoiré qui s’en foutait complètement de notre éducation : ce qui l’intéressait ce n’était que sa paie en fin de mois et basta.

Alors qu’il marchait tranquillement dans la forêt, Kintarô reçut une sorte de caillou au niveau de son épaule qui lui fit lâcher prise de son sac en bandoulière ; se retournant, il vit que c’était les élèves de l’autre classe qui l’embêtait ; son école était constituée de deux types de classe : une qui réunissait les élèves avec des capacités et pouvait aboutir à des choses dans la vie et une autre où il y avait ceux qui avaient déjà perdu avant même d’avoir commencé. Kintarô trouvait ce système un peu injuste mais bon, il fallait s’y faire quand même. D’ailleurs ce dernier avait évité de peu à se retrouver dans l’autre classe dû à son comportement qui ne correspondait point au profil d’un élève assidu.

Revenant à ses petits garnements. En recevant ce caillou, il ne faisait aucun doute que ces derniers chercher la guerre avec le jeune Kintarô, mais ayant un profil également pacifiste, ce dernier se contenta d’esquisser un sourire stupide dans un moment inapproprié et continuait son chemin en ramassant son sac. Hélas, encore une fois, les gamins refirent surface et l’un d’eux attrapa Kintarô en l’enchaînant d’une balayette pour qu’il tombe. Ses coéquipiers, quant à eux, le maintinrent solidement pour qu’il ne puisse pas s’échapper et pour leurs soi-disant fiertés, ces enfoirés commencèrent à donner plusieurs coups au jeune Kintarô qui ne pouvait se défendre, car il faisait parti de la classe d’élite. Essayant de se débattre de son maximum, Kintarô comprit que cela ne servait plus à rien lorsqu’un jeune individu vint à sa rescousse et le sorti de cette situation. Il se chargea de quatre personnes, tandis que Kintarô seulement deux. Cela fut assez rapide et pendant qu’ils reprenaient leurs souffles, ces deux congénères furent plus amples connaissances. Apparemment, ce dernier se prénommé Sting, Sting Crusher et provenait de la classe des moins que rien, et c’était aussi ce dernier qui avait cette réputation de sécheur.

Décidant de passer la soirée ici en compagnie de Sting, Kintarô remarqua pour la première fois qu’il avait enfin noué de véritables liens auprès d’une personne. Les autres à ses yeux n’étaient que des faux. Les deux semblables passèrent la nuit ensemble, en train de bavarder, papoter, discuter de leurs ambitions, ils avaient plus ou moins beaucoup de ressemblances ainsi que de différences notamment vis-à-vis de leurs caractères, leurs passe-temps mais concernant leurs ambitions ainsi que leurs rêves, projets à venir pour le futur, c’était la même. Après avoir passé une nuit plutôt agréable dans l’ensemble, Kintarô et Sting se saluèrent en se disant « à demain », étant donné qu’ils allaient se revoir ici même, juste après les cours peut-être ou bien lors de la récréation. N’ayant pas vu que le temps passa si rapidement, Kintarô s’empressa rentrer vite chez lui pour ne pas inquiéter ses parents, lui expliqua la situation qu’il venait de d’endurer et qu’un dénommé Sting, désormais son ami le sauva de ce pétrin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro] Jeu 7 Mar - 18:49


Mission infiltration !
Après le sauvetage de celui que je considère depuis ma première rencontre avec lui comme mon meilleur ami et une discussion qui aura duré jusqu’au petit matin, les deux nouveaux amis se séparèrent et je me préparais à me faire engueuler mais d’une manière, car il était strictement interdit de veiller dehors, et en plus dans la forêt, je venais de casser deux interdictions dans la même nuit, en plus de sécher encore les cours, olalala je n’allais pas m’en sortir comme ça et je le savais, mais bon je m’en fichais, je ne considérais pas les éducateurs comme mes parents mais comme des tuteurs, des personnes qui se portent garantes pour lui et je savais que je ne pouvais pas compter sur eux, si ils me trahissaient, je ne serai pas choqué, je serai même en quelques manières heureux, oui soulagé, je me sentirai plus libre de mes mouvements et j’éviterai de leur causer des problèmes, enfin je ne devais pas penser au pire, pas encore en tout cas, tout d’abord je devais aller dans ma chambre, en toute discrétion, avec un peu de chance, ils ne seront pas encore réveillés et je pourrai passer inaperçu.

Après avoir élaboré mon plan maléfique je le mis en place. Arrivé devant l’orphelinat je grimpai facilement le grillage d’un saut et passa par-dessus, je me mis alors à courir jusqu’à la fenêtre de ma chambre, elle se situait au deuxième étage de l’orphelinat, pas le choix je devais grimper, je sprinta et pris appui sur le mur et sauta pour atteindre la fenêtre de la chambre des éducateurs qui se trouvait au premier étage, la fenêtre étant ouverte, je me décidai à entrer par cette entrée, à partir de là, la discrétion était de rigueur et je marchais sur la pointe des pieds afin de faire le moins de bruit possible. Après être sorti de la chambre, je pris de la vitesse afin d’aller directement dans ma chambre. Après l’avoir atteint, je plongeais dans mon lit puis, je feins d’être endormi, un quart d’heure plus tard environ, un éducateur apparut dans ma chambre en claquant et commença à me sortir du lit à coups de pieds au derrière, il commença à me faire un sermon et je me défendais derrière tout en criant, une grosse dispute éclata entre lui et moi, après qu’il soit sorti de ma chambre, je décida de faire mes bagages pour quitter définitivement cet endroit de malheur.

Après être sorti avec le strict minimum, je sortis de l’enceinte de l’orphelinat et me dirigea dans le bar, là où les ivrognes étaient là h24, et le barman qui ne dort jamais, je l’appelle « le vieil insomniaque » car je ne le vois jamais dormir, ça m’a toujours foutu les jetons et j’évitais de parler avec lui, je n’appréciais seulement qu’un seul vieillard ivrogne dans tout ce joli petit monde. Il avait le visage typique d’un vieillard, ridé, pas très beau à voir, deux-trois dents restantes, dont on voit des signes qui disent qu’elles ne vont pas tarder à chuter elles aussi, des lobes d’oreilles énormissimes et un bon gros bide à bière comme on les aime, je l’appréciais car il aimait raconter des histoires, des histoires sur des héros de la Marine qui me fascinait, c’était lui qui m’avait donné envie devenir un grand Marin. Après lui avoir raconté la petite bagarre avec les éducateurs, il me fit un petit sermon et me proposa d’emménager chez lui, j’acceptai sans hésiter. Après avoir déposé mes affaires chez lui, je retournais au bar jusqu’au coucher du soleil et j’irai chercher Kintarô pour lui raconter tout ce qui s’était passé.

A la fin de la journée, j’étais devant l’école attendant Kintarô, après qu’il m’ait vu à l’entrée de l’école, il me fit signe de la main pour me saluer et me rejoignit quelques secondes plus tard. Après lui avoir raconté mes mésaventures, il prit peine pour moi et me demanda qu’est-ce que j’allais devenir, il me proposa de venir s’installer chez lui, je lui dis que je ne voulais pas lui créer de problèmes et que de toutes façons, j’avais trouvé un logement grâce à un vieillard que je considérai comme mon grand-père, et j’adorai les histoires qu’il me racontaient. Je promis à Kintarô de lui présenter un jour sans faute et que j’étais sur qu’il allait l’adorer.

Deux ans ont passés depuis cette journée qui aura marquée un tournant dans ma vie, je vois toujours autant Kintarô, et celui-ci à même commencer à sécher les cours, lui et moi passions toute notre journée dans la forêt, à améliorer nos capacités car j’avais découvert qu’il voulait lui aussi rejoindre la Marine. Je lui avais aussi présenté le vieux qu’il avait, comme ce que je pensais adorer. Il dormait beaucoup chez moi et moi chez lui, nous étions vraiment proches. Alors qu’un jour nous quittions la forêt après un bon entraînement physique, même si celui-ci est un grand flemmard, il m’annonça qu’il allait intégrer le dojo qui était sur l’île voisine, je lui conseilla tout simplement de foncer, il aurait bien besoin de quelques techniques à l’épée si il espérait gravir rapidement les échelons chez les Marines, mais aussi pouvoir me battre, il me sourit en retour et me dit qu’il y allait, je lui souhaita bonne chance et m’en alla chez moi plus déterminé que jamais à devenir plus forts.
Revenir en haut Aller en bas
Jin'ichi Kintarô
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar
Messages : 48
Points d'activités : 556
Localisation : South Blue - Ancienne base de Sayuki / East Blue - Orange Town / North Blue - Île du Chaton / East Blue - Season Town / Grand Line - Hoshikame > Shirokame

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 397
Points de popula' [PP] : 435
Divers:
MessageSujet: Re: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro] Jeu 7 Mar - 22:54

Les journées passaient rapidement et le lien que Kintarô avait forgé auprès de Sting augmenta d'intensité. Les deux congénères étaient à présent très complices, proches, inséparables ; à deux plus rien ne pouvait les arrêter. Il arrivait que Kintarô invite son cher camarade chez lui afin qu'ils puissent faire leurs devoirs ou du moins ceux de Kintarô étant donné que les manies de Sting n'avait pas changé : ce dernier continuait sans cesse de sécher les cours et préférait passer son temps à jouer, dormir et s'amuser dans la forêt.

Alors que ce dernier avait eu quelques petits querelles avec son internat, ce dernier est parti cohabiter avec un certains vieillard qui empestait l'alcool. Ce fut un peu comme le parrain de Sting. L'invitant souvent chez lui, Kintarô fit connaissance avec ce vieux bonhomme et remarqua qu'au fond il était très sympa, car avant de le connaître, ce dernier le jugea par son apparence physique et ne donnait pas bonne mine. D’ailleurs, c’est ce dernier qui conseilla à Sting ainsi que Kintarô le fait de rejoindre plus tard la Marine, lui disait les bonnes et mauvaises choses à ne pas faire grâces à ses maintes histoires avant de dormir (lorsque Sting invitait Kintarô a passé la nuit chez lui). C’était un peu comme son mentor et Kintarô considéra ce vieux comme quelqu’un à part entière de sa famille. Il en parla même à ses parents par la suite où ces derniers l’invitèrent chez lui afin de passer un dîner ensemble et faire plus amples connaissances.

Deux années passèrent, et Kintarô, sous l’influence de Sting, commença lui aussi également à sécher ses cours pour traîner dans la forêt en train de s’amuser. Il avait vécu plusieurs aventures et mésaventures en compagnie de son demi-frère, c’est ainsi qu’il considérait Sting, comme quelqu’un de sa propre famille. Se faisant remarquer par le directeur de l’établissement en question, celui-ci décida de convoquer les parents de Kintarô et lui en firent part. Ces derniers n’étaient pas très choqué, étant donné que leur fils leur racontait tout et il savait les raisons pour laquelle il séchait ses cours : en effet, Kintarô voulait absolument gagner en puissance afin de devenir un membre de la Marine et ainsi protéger les personnes qui lui sont proches, notamment sa famille et surtout son ami Sting, il voulait lui rendre la monnaie de sa pièce. Alors que les parents de Kintarô ainsi que le directeur débattirent assez longtemps, sans même que le jeune Kintarô ne soit au courant, vexé, le directeur décida de virer Kintarô de l’établissement. Cela était illégal étant donné que le directeur avait agi en fonction des attitudes de ses parents mais ne pouvant dire le dernier mot, il fallait s’y faire avec.

Alors que Kintarô était resté deux semaines sans école, en train de passer son temps à s’entraîner en compagnie de Sting, ses parents eurent l’idée de l’inscrire dans un dojo spécialisé avec des sabres, afin que Kintarô puisse vraiment s’entraîner comme un grand pour un engagement de trois ans. Kintarô ne fut pas contre et en parla au vieux Jiji ainsi que son ami Sting. Il leur expliqua également qu’il ne pouvait les voir que le week-end et qu’il était désolé mais plus tard, après avoir sagement réfléchis, Sting et Kintarô se firent la promesse de se revoir au-delà de ces trois ans et de montrer comment ils ont progressé…

Pendant ces trois années, Kintarô s’exercea de son maximum, à deux cents pour cents de son énergie. Il travailla durement son physique ainsi que son mental, c’était devenu un vrai homme. Le dojo était situé dans un îlot non loin de la ville où seul les adhérents de ce dojo pouvait y accéder. Une parfaite harmonie avec la nature régnait en lui, le dojo était assez espacé, il disposait de plusieurs hammam pour se relaxer, de machines pour s’exercer rapidement, c’était aéré quoi. En dehors, il n’y avait qu’une seule entrée, tout le tour de l’îlot était sécurisé par des barrières évitant les intrus d’y accéder et les gens du dojo de s’en aller, étant donné qu’ils étaient sous la responsabilité du chef. Kintarô s’était fait un nom au bout de six mois, lorsqu’il avait enfin fait ses preuves auprès des anciens. Il avait subit un entraînement très rugueux, se forgeant le corps ainsi qu’augmenter sa puissance. Il est devenu très habile à l’épée en si peu de temps, que même le chef le remarqua, c’était quelqu’un fait pour cela on eut l’impression mais lorsqu’il s’agissait de se reposer ou se détendre, Kintarô avait du mal à sortir dû à sa paresse.

~ Ellipse de trois ans.


Les trois années passèrent rapidement, Kintarô avait beaucoup changé niveau physique ; en effet son corps avait évolué à une vitesse fulminante, il avait gagné en taille, des cheveux en plus mi-longs, mi-courts et s’était laissé poussé le bouc. En passant rapidement chez ses parents pour les saluer, ces derniers ne le reconnurent point et celui-ci s’empressa de retourner chez lui avant le dîner, car juste avant il avait quelqu’un à voir. Il passa chez le vieillard qui avait abrité Sting pendant un petit moment et à sa plus grande surprise, c’était Sting qui était venu lui ouvrir. Ce dernier, lui aussi avait beaucoup changé. C’était devenu quelqu’un de beaucoup plus imposant, avec des yeux perçants, s’il ne l’aurait pas connu auparavant, il l’aurait sûrement considéré comme quelqu’un de très dangereux. Ce dernier l’invita à entrer et tapèrent la discussion avant d’attaquer directement les choses sérieuses, Kintarô haussa la voix.


« Yo Sting, sashiburi-dana ! … Te rappelles-tu de nos dernières paroles avant mon départ… Je suis maintenant prêt à te rendre la monnaie de ta pièce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro] Jeu 7 Mar - 23:03


Combat fraternel !

Je m’étais entrainé plus durement que jamais afin de montrer à Kin à quel point j’étais toujours meilleur que lui, je m’entraînais tout les jours sans relâche dans la forêt à améliorer mes capacités physique, ma vitesse, mon endurance, j’avais aussi appris que le vieillard chez qui je vivais était un ancien soldat de la Marine et c’était lui qui supervisait son entraînement physique. Ils allaient aussi souvent au bord de la mer dans un endroit où il ne serait pas déranger afin de méditer. Durant trois ans je m’entraînais sans relâche et un jour où j’étais en train de me reposer mon corps et mon esprit… en ronflant comme une bête. Quelqu’un se présenta à la porte de mon domicile, en allant ouvrir je ne reconnus pas au début la personne qui se tenait en face, de longs cheveux tirés en arrière, une belle gueule, un petit bouc bien entretenu. Il était habillé de manière étrange, une sorte de longue veste blanche qui était entrée dans un pantalon large et lui aussi blanc, un katana avec la manche de couleur jaune et un trou béant sur le torse… un trou ?! Non, après plus amples vérifications, c’était un tatouage, et le seul endroit où l’on pouvait voir ce tatouage était un endroit où l’on entrainait de futurs sabreurs, l’école sur la petite île pas très loin de Logue Town. Après un certains temps, je me mis à comprendre, cet air fatigué, le katana, le tatouage et le petit bâillement qui accompagne le tout ! Ca ne pouvait être que lui.

Kin… Kintarô ? C’est bien toi ?

Pour seule réponse, il bâilla tout simplement en me faisant un clin d’œil accompagné d’un sourire, je lui fis signe d’entrer et nous discutions une bonne partie de la journée, arrivé au coucher du soleil, je lu rappela la promesse que nous nous étions faites il y a de cela trois ans, il acquiesça et je l’emmenai dans un endroit où personne ne viendrait les déranger. Auparavant j’avais prévenu le vieillard ivrogne pour arbitrer le combat, il était très heureux de revoir Kintarô, il le considérait comme un petit-fils, et moi je le considérais comme mon frère. Arrivé au lieu où se tiendrait le combat entre moi et Kinkin, c’est vrai que j’aimais bien lui donner des nouveaux surnoms tout le temps ça m’amusait.

Après que le vieillard ait annoncé le début du combat, Jin’Ichi ne perdit pas une seconde et détacha son sabre de sa taille, il n’allait pas utiliser la lame de son sabre au risque d’un malencontreux accident qui pourrait subvenir si celui-ci utilisait son épée, Los Lobos, je ne perdis pas une seule seconde non plus et fonça sur lui avant de freiner à cinq mètres devant lui, il avait lui-même avancer durant et s’apprêta à me mettre un coup avec son katana, je sauta au-dessus et utilisa comme appui le poignet de mon adversaire afin de réduire la distance et lui asséner un coup de genou dans le menton, pendant qu’il chutait, il mit un pied en arrière et me mit un coup verticale avec son katana que je pris de plein fouet et qui me fit moi-même reculer de cinq bons mètres, empêchant un enchaînement fatal sur mon adversaire.

Après plusieurs heures de combats, j’étais recouverts de blessures, bien qu’elle ne soit pas grave grâce au katana qui n’était pas dégainer, sinon je serais mort à l’heure qu’il est, Kintarô était lui aussi recouvert de blessures mais ne s’avouait pas vaincu, je ne l’avais pas connu comme ça, on dirait bien que lors des combats, il n’était pas le même que dans la vie de tout les jours, il était beaucoup plus déterminé et beaucoup plus… effrayant, oui c’est le mot, sa ténacité à toute épreuve était assez angoissante, mais aussi… oui excitante, je n’avais jamais rencontré d’adversaires à ma hauteur, tous des gringalets incapable de tenir plus de 10 minutes face à moi, il avait tenu trois heures et nous étions toujours au même niveau, en plus de ça, je n’avais plus beaucoup d’énergie, pour moi tout se jouerait sur cette dernière offensive, elle déciderait de la victoire ou de la défaite, je rassembla le peu de force que j’avais en moi et la concentra dans mon poing et démarra ma course, plus rapide et plus vif que jamais, je réduisit l’écart qui nous séparait en quelques secondes et pourtant, il était déjà prêt à me recevoir, je souris, on dirait bien que j’allais perdre, puis je vis que son mouvement était plus lent que le mien, et saisit ma chance, je lui planta un crochet au foie monumentale qui aurait vomir n’importe qui, mais lui, il toussa, tout simplement, et m’envoya un coup d’épée en plein dans la gueule, voilà j’avais perdu, je m’effondrais doucement et pendant ma chute je lui dis.

Sale monstre héhé.


Suite à ça je repris connaissance dans mon lit et je vis Kintarô sur celui de grand-père à côté toujours en train de dormir, le vieux venait de m’expliquer la situation, Kintarô, après m’avoir infligé cette attaque était lui-même tomber à la renverse, ko, tout comme moi, ce qui voulait que je n’avais pas perdu, je n’avais pas perdu contre ce putain de monstre. Je décidai de rester quand même sagement allongé dans mon lit car j’avais vraiment trop mal pour me relever, je me rendormis le sourire aux lèvres, nous ferions vraiment la paire et nous serions vraiment connu du monde entier et j’étais vraiment content qu’il soit mon plus grand rival, mais aussi mon frère de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro]

Revenir en haut Aller en bas

FB - L'enfance des deux amis [PV:Sting Kintaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Logue Town-