AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Vento Aureo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Vento Aureo Sam 9 Mar - 0:08

    Ces dernières semaines n'avaient pas été de tout repos pour notre jeune charpentier. Du haut de ses presque vingt ans, il avait dû quitter l'île de Cardoff, car les ouvriers avaient mené une révolte contre le patron. C'était bien beau les révolutions, mais pas pratique pour conserver un travail. Il avait pu accumuler quelques économies pendant les trois années passées sur ce chantier naval, car il avait un mode de vie ascétique: pas plus à manger que nécessaire, pas trop d'excès et peu de dépenses. Bref, il avait pu se payer un voyage sur un navire de qualité, direction Néapolis Island, une autre île de North Blue. D'après ce qu'il avait entendu, il y avait une forte présence Marine sur cette île. Et comme l'avait prouvé le père Akaike quelques temps plus tôt, les Marines aimaient les navires. Voilà donc Gouki arrivé sur l'île de Néapolis, à la recherche d'un travail. Sur le port, les gens étaient agités et la foule dense: une île pleine de vie. Notre Cahir commença donc sa promenade, cherchant à savoir s'il y avait un chantier naval sur l'île. Mais tous les marins ou marchands à qui il demandait l'envoyaient bouler, car "trop occupé", "j'parle pas aux nègres", j'en passe et des meilleures. Bref, au bout d'un moment, notre charpentier se rendit compte qu'aussi gentil serait-il, personne ne lui répondrait. Par dépit, il entra donc dans une taverne: son frère aurait sûrement dit que c'est là qu'on trouvait le plus d'informations. Il se demanda d'ailleurs ce qu'il devenait, son frère. Peut-être avait-il fini en prison. Non, Gouki espérait que non. Ormas détestait être enfermé. Bref, il s'installa au bar, et commanda un jus de fruit. Indifférent aux insultes de deux pochards à côté de lui, il sirota sa boisson tout en tendant l'oreille, écoutant les voix parmi le brouhaha.

    Une conversation l'intéressa particulièrement: deux types costauds, l'un avec une moustache fournie et le second avec une épaisse barbe, discutaient d'une proposition de la Marine: un crieur en place publique recherchait du monde pour concevoir un navire de la Marine. Gouki se leva et s'approcha des deux hommes, avant de s'asseoir à leur table. Ils le regardèrent d'abord avec stupeur, puis avec un air qui voulait dire "De quoi tu t'mêles morveux?". Gouki sortit de sa poche son badge avec l'emblème du charpentier, le rabot et le marteau, et les visages s'illuminèrent. Le moustachu demanda une tournée et parla plus en détail: le Colonel de l'île voisine voulait moderniser l'image de sa base et réclamait donc un navire. Mais il ne voulait que le gratin des charpentiers, et de plus tous les chantiers navals étaient loin. Donc son crieur recrutait sur la place de Néapolis. Gouki remercia les deux autres, acheva son jus de fruit, s'arrêta lorsque le barbu insista pour lui payer son verre, remercia ses deux interlocuteurs, et quitta la taverne, son sac de voyage sur l'épaule. Ce n'est pas ici qu'il trouverait du travail donc, mais cette idée de bosser pour la Marine pourrait lui faire du bien. Bref, il fila donc vers la place de Néapolis, pour se faire engager. Le trajet fut court, car à la naissance, il avait hérité du sens de l'orientation pour deux, et il arriva rapidement sur la place. Effectivement, un crieur était là, vêtu de blanc et de bleu, avec des cheveux rouges dressés sur sa tête, histoire qu'on le voie de loin. Il clamait sans cesse la même chose "Oyez, oyez, habitants de Néapolis! Le Colonel Polpo cherche des charpentiers d'élite pour lui construire un nouveau navire! Intéressés présentez-vous ici!".

    Notre héros s'approcha et affirma qu'il était intéressé. Le crieur fit un petit sourire, puis lui donna un formulaire à remplir, ce que Gouki fit en un clin d’œil. Le crieur le parcourut rapidement, sembla heureux, et lui indiqua une adresse où se rendre le lendemain matin. Pour le reste de la journée, notre héros visita Néapolis. Il s'intéressa à l'artisanat local, s'offrant un bracelet qui lui rappelait son île, puis manqua se faire voler son sac par un gamin démuni. Entraîné comme il était, le Cahir récupéra rapidement son sac et donna cent berries à l'enfant qui le remercia et en fit son modèle. Il assista aussi à un spectacle de danse particulièrement dénudée, représentation interrompue par une vieille femme qui était montée sur scène en hurlant à ces traînées de se couvrir. Puis ça avait été l'heure du dîner, et il s'était offert un bon repas dans le restaurant de l'hôtel où il passa ensuite la nuit. Le lendemain huit heures, il était en route pour l'endroit indiqué par le crieur. Lorsqu'il arriva, il constata que c'était un grand bâtiment bleu et blanc, en fait le centre de recrutement de la Marine. Il entra, se présenta à l'accueil, et la jolie secrétaire l'envoya vers la troisième porte à droite. Il s'y rendit, et entra sans frapper. Il y avait là déjà quelques personnes: un jeune blondinet aux cheveux ébouriffés, un grand colosse chauve, un garçon assez fin, de dos seulement, avec une natte et une tenue bleue, et quelques autres types à l'air peu amical. Ne sachant pas où se mettre au milieu de toutes ces gueules patibulaires ou presque, notre héros s'installa sur une chaise, bras croisés, attendant un supérieur, ou quelque chose du genre.


Dernière édition par Gouki le Jeu 21 Mar - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Vento Aureo Sam 16 Mar - 16:51








____________________________________________________________________________________________
• Le navire du futur ! ..
____________________________________________________________________________________________

18 ans ! J'avais dix huit et j'avais déjà mon diplôme de charpentier. Il me restait encore deux années de formation avant d'obtenir celui d'archéologue, comme quoi quand on voulait, on pouvait tout avoir. J'avais toujours soif, je voulais apprendre encore plus, découvrir les mystères de ce bas monde, connaître les histoires de nos ancêtres, découvrir l'histoire oublié, le siècle perdu. Je voulais tant apprendre qu'on m'avait puni. Mon maître, celui qui s'occupait de moi depuis qu'il m'avait sauvé la vie m'avait puni en m’interdisant l'accès de la salle d'apprentissage. Il m'avait dit que si je continuais comme ça, je risquerais d'avoir des mots de tête qui entraînerons ma mort. Une sorte de tumeur de cerveau ! Je ne le croyais pas, mais je décidais d'obéir aux ordres ! Par contre, je ne pouvais pas rester sans rien faire, ce n'était pas dans ma nature. La curiosité était ce qui faisait de moi un homme, malgré mon jeune âge.

La marine débarquait sur l'île, mes ennemis sur mon territoire. Il était à la recherche du meilleur ingénieur de l'île, une chose était sûr, ce n'était pas moi. Je devais être dans la moyenne, mais loin de là le meilleur. Tous les ingénieur donnaient mon prénom sans donner mon nom. J'étais donc obliger de préparer mes bagages et d'aller travailler quelques temps pour la marine, c'est drôle, je n'arrivais pas à m'empêcher de sourire. Travailler pour mes ennemis ! Hum .. Qu'importe ! J'avais donc été pris par la marine pour aller en direction de North blue, une île non répertorié sur la carte du monde et de North blue. Dans le navire se trouvaient deux hommes, un qui venaient de East blue et l'autre qui venaient de grandline, plus précisément Water seven. Ils portaient tous les deux des uniformes de la marine, quand on me proposait je refusais directement.

Ils insistaient, il était hors de question que je porte l'uniforme de la marine, autant mourir. Je leur faisais savoir que la marine était la police du monde et ils n'avaient en aucun cas le droit d'obliger une quelconque personne à porter leur uniforme. Ils étaient surpris par ma réaction et décidaient de passer à autre chose. Quelques jours plus tard, nous arrivions sur l'île, nous avions été conduit à l'atelier de construction de navire. Chacun de nous avaient eux des documents, nous avions pour objectif de les étudier et d'essayer de mettre en place un moyen de rendre les navires de la marine plus puissant et plus résistant. Nous devions aussi trouver et travailler sur un projet pour rendre les navires du gouvernement indépendant. C'est-à-dire faire en sorte qu'ils soient automatisé ! Étaient-ils vraiment sérieux ? Croyaient-ils que nous pourrions faire cela à trois ? Soudain une autre personne arrivaient, cheveux gris, musclés, tatoué … Le crâne rasé de Water seven m'adressait la parole en disant :

« Hey Tensei .. Regarde ça .. Dans mes documents le gouvernement dit avoir des matériels électronique pour rendre les navires indépendants et si nous faisions cela pour le gouvernement, tôt ou tard nous serions capturé et obliger de le faire pour les pirates. » disait-il avec un air effrayé.


Il n'avait pas tort, mais moi je trouvais cela très intéressant. Et si je créais à l'aide de leur matériels un plan pour un futur navire qui m'appartiendrait ? Je rappliquais en lui disant :



« C'est vrai .. Si tu ne veux pas prendre ce risque, retire-toi ! » disais-je tout ne me retournant vers le nouveau, je lui adressais la parole à son tour en disant : « Bonjour, bienvenu dans le projet du futur. Je m'appelle Tensei et toi ? »


Suite à cela, je prenais deux grandes feuilles dont je les plaçais sur le support en bois. Je prenais un crayon, un rapporteur et un compas. Je commençais par faire un plan en vue de face et en vu de profil. Je commençais par tracé deux droites parallèles dont je nommais (a,b et c,d), j'enchaînais en faisant deux segments de même longueur. Je prenais ensuite les plans de la marine et je l'examinais de près. N'importe qui pourrait voir que ce que j'étais en train de faire n'est pas ce qui était demandé. La question que les gens devaient se poser « qu'ais-je derrière la tête ? »


_________________________________________________________________________________________________________________
Hors rpg : Si problème mp-moi !
___________________________________________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Vento Aureo Mar 19 Mar - 21:46

    Rien ne se passait comme il l'avait prévu. Pour Gouki, qui était un peu timide, et qui surtout avait la sale habitude d'essayer de tout prévoir à l'avance (ce qui lui avait sauvé la vie de nombreuses fois dans son enfance.. Son frère ne faisait jamais de plan et ne pensait jamais aux conséquences, lui le faisait pour deux, au final ça s'équilibrait, sauf quand il n'y avait pas son frère pour tirer vers le bas le résultat). Donc, alors qu'il venait d'arriver et était en train de s'installer, l'homme qui l'accosta était loin d'avoir une tête de chef. C'était un jeune blondinet aux cheveux hérissés, avec des grands yeux bleus et une tenue peu adapté pour le travail: il devait avoir chaud là-dedans. Il était en grande discussion avec un grand costaud au crâne rasé, sans doute un charpentier ou un ingénieur, et lui disait de faire marche arrière s'il ne voulait pas prendre "ce risque". Un risque? Quel risque? Un traquenard? Était-ce vraiment un truc de la Marine ou bien est-ce qu'il s'était fait piéger pour une expérience sociologique bizarre, ou pire un kidnapping! Un réseau de prostitution! Ciel! Ça expliquait la tête de lover boy du blondinet! Ce dernier se présenta d'ailleurs comme "Tensei", souhaitant la bienvenue à notre charpentier dans le projet du futur. Encore un illuminé... Enfin bon, le blond s'éloigna, déroula des feuilles et commença à griffonner. Décidément, plus le temps avançait, moins le Cahir comprenait.

    D'autres types arrivaient, et bientôt une vingtaine de charpentiers étaient là, de tous types et tous genres: des femmes, des types petits et râblés, de grands costauds, un garçon tellement efféminé qu'à côté la mère de Gouki paraissait virile, notamment. Le blondinet continuait à s'activer sur ses plans, mais notre héros s'en était désintéressé: sûrement un original qui comptait faire son petit truc de son côté. Mais s'il voulait l'imposer aux autres, c'était râpé: notre Cahir, déjà, n'écouterait pas ce type qui était peut-être plus jeune que lui, car rien ne lui prouvait qu'il était compétent, et vu la tête de certains des ouvriers présents, ce serait la même pour eux. Mais ce blond était bizarre... Il l'avait accueilli comme s'il était le chef du projet, et rien ne semblait pourtant l'indiquer. Notre guerrier espérait que quelqu'un arriverait et le tirerait de ce fouillis. Et effectivement, un petit bonhomme entra dans la pièce, accompagné par deux matelots. Le bonhomme était blond avec des cheveux dressés sur la tête, et avait de grands yeux bleus... C'était la fête aux blonds, ici. Notre héros était peut-être tombé dans le traquenard de types se prenant pour une race supérieure et qui voulaient faire éliminer tous les gens différents... Mais non, le petit bonhomme prit la parole:


    Spoiler:
     
    - Salut à vous, civils! Je suis le Colonel Polpo, de la Marine! Si vous êtes ici, c'est pour fièrement servir votre patrie et me fabriquer un navire! Mais pas n'importe quel navire, civils! Non! Un navire moderne! FUTURISTIQUE! C'est un prototype de navire automatisé! le secret professionnel m'interdit d'en dire plus, mais il y aura de grandes possibilités si l'expérience est une réussite... Et aussi un grand nombre de zéros en plus sur votre compte en banque, civils! Vu la difficulté du travail, les ingénieurs du gouvernement ont déjà fait les plans: certains l'ont eu, les autres vont l'avoir dès maintenant! et là-dessus le petit bonhomme claqua des doigts, et l'un des matelots commença à distribuer des enveloppes cachetées - Mes hommes ici présents vous guideront jusqu'au chantier naval où les matériaux attendent! Et... j'ai ouï dire que certains d'entre vous avaient fait des difficultés pour venir... Soit. Mais sachez une chose, messieurs et mesdames: si vous essayez de me la mettre à l'envers, vous me le payerez. Cher. On ne joue pas avec Polpo! Au travail, et pensez à la patrie!

    Et le petit bonhomme fila, claquant la porte avec beaucoup de violence pour un si petit corps. Pendant ce temps, Gouki ouvrait l'enveloppe et observait les plans: une sacrée bête, ce navire. Le gouvernail, le mât, les voiles à déployer, tout était automatisé par le biais de transferts d'impulsions électriques (il pensa à son frère) et d'étranges machines. Un projet qui lui apprendrait certainement quelque chose. Mais... Si les plans étaient là, alors le dénommé Tensei essayait de mettre une quenelle au Colonel. Soit il était autiste et n'avait pas tout compris, soit il aimait vivre dangereusement. Même si notre héros suspectait que le deuxième cas soit plus probable, il s'en serait voulu de laisser un potentiel autiste faire n'importe quoi. Tandis que l'un des matelots attendait dans l'entrée que tout le monde ait pris connaissance des plans et soit prêt à partir, jetant de temps à autres des regards suspicieux au blond qui griffonnait toujours, notre protagoniste s'avança vers Tensei et lui conseilla d'arrêter ses dessins, quoi que ce soit, car même si Polpo était petit, il avait l'air hargneux et pourrait sans doute mettre sa menace à exécution. Un Colonel avait des soldats, et un chétif petit blondinet ne pourrait pas lutter. Petit blondinet qui n'avait pas répondu et avait donc été laissé ici. Peut-être qu'un jour notre héros le recroiserait. Qui sait?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Vento Aureo

Revenir en haut Aller en bas

Vento Aureo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-