AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

La Grosse Bertha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: La Grosse Bertha Lun 11 Mar - 19:51



Royaume de Dione
★★★★★




Déjà quinze jours que le Striking Blue, l’embarcation des Bakogane Kaizokudan, avait prit le large à partir de Drum, suivant la direction d’un Log Pos donné par un des médecins du pays hivernal. Ils avaient eu de la chance, car c’est sans navigateur que le voyage se fut effectué sans la présence de tempête ou d’un quelconque incident. Ah si… peut-être le fait qu’une mouette avait lâché une bombe sur les lunettes du capitaine… un véritable exploit, surtout quand on sait à quel point Grand Line est une mer dangereuse.

Il faisait beau aujourd’hui. Le vent soufflait peu, ce qui rendait l’avancée particulièrement lente. Mais tout cela était compensé par un soleil radieux qui donnait envie d’enlever son haut. Sur le pont, les pirates jouaient aux échecs, aux dés, pariaient des sommes qu’ils ne pourraient jamais rembourser. Le capitaine lui, perché sur le toit d’une cabine, bronzant allongé sur un transat, se désaltérait d’un bon cocktail de fruit fraichement préparé par Boss T. la tortue la plus cool de tous les temps. Un de ses nakamas, un jeune mousse l’ayant rejoint fraichement, lisait en même temps le journal à voix haute qu’une mouette avait lâché un peu plus tôt, pour que ses nakamas entendent et puissent commenter avec lui les évènements. Les nouvelles étaient diverses et variées : visiblement, le monde s’agitait en ce moment.


Ecoutez-ça les gars : « Le leader de la révolution à été déclaré mort, tué par les forces de la marine sur l’île des Hommes Poissons lors de la grande guerre… »
Non, impossible ! s’écrièrent les pirates. Sayuki celui qu’on appelait « Kurokami » ?
Bah dis-donc… vous savez, on disait que cet homme avait plus de trois cent ans !
Trois cent ans… c’est impossible abruti, aucun humain ne peut vivre aussi longtemps… à part s’il est un géant…

Le jeune qui lisait le journal continua.

Enfin c’est ce que dit le journal… après personne ne sait réellement si c’est vrai… Vous en pensez quoi, capitaine ?
Mouais… répondit-il d’un désintéressement total…
Ah, écoutez-ça ! Il y a autre chose : « Les Sons Of Cortes, des pirates venant de la North Blue devient l’occupation principale des autorités de Grand Line. En effet, ce groupe de pirates ayant fait des terreurs sur la North Blue, devraient rapidement rejoindre la Grand Line. On offre 220 000 000 de Berrys pour la tête de leur capitaine, Kyookoo Ketsueki… »
220 000 000 de Berrys ??? La prime est même plus élevée que celle de notre capitaine Zaïmon-sama ! Ce gars doit être terrible !

Mouais…

En effet, le monde en ce moment était drôlement agité. Au fur et à mesure de la lecture du journal, on découvrait qu’énormément de caporaux de la marine tels que Jitz ou Bob Korosko avaient trouvé la mort sur l’île des Hommes-Poissons, que les Hommes-Poissons étaient désormais alliés avec le gouvernement, et que les dommages causés sur l’île étaient énormes. Du côté pirate également : beaucoup de nouvelles têtes ressortaient avec des primes colossales, telles que celles de Gouki, Edward Rosenkreuz ou encore Ryuuk Sawayoshi, l’ami d’enfance de Zaïmon. En effet, le monde bougeait bel et bien, et les Bakogane étaient pour une fois exclus du journal. Cela faisait des mois qu’ils avaient été annoncés comme « disparus » aux yeux de la marine. Le naturel de Zaïmon, qui ne cessait auparavant d’être flatté par des annonces le concernant dans le journal s’était réveillé. Oui cela faisait vraiment longtemps qu’on n’avait pas entendu parler des Niru No Kaizoku, ou plutôt les nouveaux « Bakogane Kaizokudan ». Tout cela était dû à la perte de trois membres de l’équipage : son frère Kayl, qui s’était exilé sur la South Blue pour s’occuper de pingouin avec sa femme Sylvanna, ainsi que Pegasus qui avait déclaré retourner sur l’île des Hommes-Poissons. Mais il fallait se relever de cette perte soudaine, après tout il était le capitaine et devait motiver ses troupes. Il se leva alors brusquement de son transat, faisant tomber son cocktail au sol et interrompant la lecture du pirate.

Et nous alors ?


Les pirates eurent alors toute son attention, le regardant. Un large sourire se dessinait sur la face de leur capitaine.

On est plus dans le temps, les gars ! Faut qu’on fasse gaffe ! Le gouvernement ne se méfie plus assez de nous à notre avis ! Il est temps de refaire surface les gars !

Ces paroles firent sourire la cinquantaine de pirates à son service. Ils avaient eu peur, pendant un moment, que la perte d’autant de membres d’un coup affaiblisse leur capitaine. C’était un véritable baume au cœur pour eux, une bouffée d’air frais : leur équipage n’avait pas signé leur arrêt de mort. C’est d’ailleurs dans ces paroles cinglantes et revigorantes que le vent se remit à souffler avec plus d’ardeur.





Les nuages commençaient à s’amonceler. Une tempête allait sûrement éclater, le vent redoublait d’intensité et la pluie commençait à tomber. Heureusement, on annonçait qu’une terre était en vue pour le plus grand bonheur des pirates. Cela soulageait aussi le capitaine des Bakogane qui craignait qu’un événement de ce genre arrive. L’île en question était celle du royaume de Dione, un royaume qui, selon les habitants de Drum, aurait rejoint la coupelle de la révolution il y a quelques années.
Ce fut à l’ouest de l’île que l’énorme Striking Blue ancra, laissant ses passagers descendre sur une plaine rugueuse. La ville semblait être de l’autre côté de l’île, on la voyait s’étendre sur une colline plus loin. Pour l’heure, c’était devant un immense entrepôt que Zaïmon et ses pirates débarquèrent. C’était désert, il n y avait personne. Enfin personne… presque personne, ne pourrait-on dire. Y avait bien là un minuscule petit homme, trente centimètres pas loin, assez grossier, portant un casque vert et armé d’un fusil.


Hep’ vous ! C’est une zone privée ici, alors dégag…


Zaïmon ne remarqua même pas le petit homme et ne manqua pas de l’écraser sans lui prêter la moindre attention. Il se retourna alors vers l’un de ses hommes d’équipage.

Tu as dit quelque chose toi ?
Hein ? Non, je n’ai rien dit…
Bizarre, il m’a semblé entendre… une voix.

Sans donc y prêter plus d’importance, le capitaine et son équipage arrivèrent devant ce qui semblait être un entrepot. C’était un énorme bâtiment blanc avec de hautes tourelles et des barbelés, sauf qu’on aurait dit qu’il avait été déserté. Une emblème particulière était gravée sur un des bâtiments: le symbole des Révolutionnaires. Après tout ce semblait normal, au vu de ce qu'avaient déclaré les Drumois au sujet de l'appartenance politique de Dione

J’me demande bien ou on est encore tombés cette fois-ci…


Dernière édition par Zaïmon le Mar 12 Mar - 15:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La Grosse Bertha Mar 12 Mar - 0:19




Le Réveil Du Joker !
Renaissance d'un clown ?







Quand Zefka avait ouvert les yeux, sa vision était floue. Tout son corps lui faisait mal comme si il avait couru un marathon. Ses sens redevenaient actifs, mais à l’endroit où il se trouvait, celui lui avait rapidement fait regretter le moment où il ne ressentait rien et ou il n’avait plus la pleine possession de tout ses sens. Un froid horrible l’avait rapidement envahit et il se mit à grelotter avec violence. De lourdes menottes lui tenaient chacune des mains et leur contact froid était particulièrement désagréable. Il se redressait péniblement pour s’adosser au mur. Sa vue était maintenant rétablit et il avait pu constater qu’il s’était retrouvé dans une cage. Zefka surnommé le « Joker » tentait de se mettre sur ses deux jambes mais il se sentait tiré par la manche. Ses forces n’étant pas revenues totalement, il s’écrasait lamentablement sur le sol. En relevant le nez, il aperçut quatre hommes au visage obscur qui le toisait de haut. Tous avaient les traits burinés par le froid et les tourments qu’ils avaient pu endurer en ces murs.

♥ ♠ ♣ ♦

Zefka compatissait, d’autant plus qu’il partageait leurs sorts désormais, mais la lueur malsaine qu’il avait vu dans leurs regards l’avait fortement inquiété. Cependant le clown fut vite fixée sur leurs intentions quand ils avaient prit violemment celui-ci par les cheveux pour tenter de déshabiller le pauvre arlequin qui était complètement livré à lui même. Ils avaient entreprit de lui déchirer son pantalon mais Zefka se débattait si ardument qu’ils avaient du reculer. Malheureusement, ses membres ankylosés par le froid ne lui permettaient pas de se défendre correctement. Qu’est ce qu’il faisait froid ! Sans ses vêtements amples du cirque il ressentait d’autant plus ce froid glacial qui lui mordait chaque centimètre de peau. Un des prisonniers, plus téméraire que les autre se rua de nouveau sur Zefka démuni. Il avait saisit au cou le clown et par pur réflexe, le Joker lui envoyait une droite bien placé au niveau menton, mai rien ne se passa et de ce fait il avait tenté d’utiliser les pouvoirs liées à son fruit du démon mais impossible, rien ne se produisait comme à l’accoutumée.

♥ ♠ ♣ ♦

Il réalisait dans la douleur que les menottes qu’il avait au poignet étaient surement en granit marin et que cela bloquerait ses pouvoirs en plus de l’affaiblir inéluctablement. Cette seconde de réflexion fut fatal au pantalon du jeune clown puisque le prisonnier l’avait déchiré d’un coup sec pour tenter de violer l’arlequin. Pauvre Zefka, il devait faire face à des hommes qui avaient des forts penchants pour les hommes. Il s’était retrouvé alors seulement vêtue d’un caleçon avec comme représentation le tigre de la marque de corn flakes « Frosties ». Voyant qu’il était découvert et que le tigre était maintenant apparent, Zefka tentait de couvrir son corps de ses mains, honteux de se retrouver dans cette condition devant ces types. Le prisonnier qui l’avait déshabillée le regardait maintenant, la bave à la lèvre suivit d’un ricanement inquiétant et sournois. Quand même! Se rincer l’œil sur le corps d’un clown, ce mec débectait Zefka au plus haut point. Zefka se retrouvait à terre, le prisonnier au dessus de lui s’apprêtant à passer à la suite. Mais le clown lui n’avait aucune envie de passer à la suite.

♥ ♠ ♣ ♦

Profitant d’un moment d’inattention, Zefka avait envoyé son genou en plein dans l’entrejambe. Il hurla de douleur et tomba sur lui de son énorme corps de bœuf. Zefka avait du le pousser pour le dégager, mais déjà les trois autres types lui fonçaient dessus. Pendant plusieurs minutes qui lui avaient paru durer des siècles, il se débâtait pour sortir de leurs étreintes, griffant, mordant et tapant avec acharnement. N’arrivant pas à leur fin ils avaient finit par reculer. Zefka tout comme eux, ils reprenaient leurs souffles, et le clown sentait bien qu’ils pourraient revenir à l’assaut à n’importe quel moment. Cette empoignade avait eu un avantage, tout son corps était bouillant sous l’effet de l’adrénaline et il pouvait me mouvoir bien plus facilement. Il ne pouvait pas compter sur son pouvoir, mais plutôt sur son agilité d’acrobate comme au bon vieux temps ou il faisait preuve de son talent au cirque ambulant. Oui avec ça il pouvait peut être faire la différence. Comme il s’y attendait, ils revinrent tous à l’assaut. Zefka esquivait le premier tout en le saisissant par l’arrière de la tête pour l’écraser contre le mur. Pendant la seconde où il avait effectué ce mouvement, un autre l’empoigna par les cheveux et le tira en arrière et immédiatement Zefka basculai au sol et avec une roulade, il arrivait finalement à esquiver un coup de pied.

♥ ♠ ♣ ♦

Le troisième larron tenta une nouvelle fois de saisir les cheveux du clown. Pour ne pas que çela devienne une habitude, l’arlequin lui avait écrasé le nez avec un surpuissant « High kick » bien placé en visant la base du nez. L’ennemi allait s’écraser un peu plus loin contre le mur de la cellule commune. Puis soudain, il avait put sentir une douleur aigue sur son flanc. C’était le premier qui l’avait émasculé, il reprenait vite le con…D’un uppercut, il avait mit à genoux Zefka. Il se plaça devant lui en regardant le clown avec son regard bestial. Si Zefka ne faisait rien, il allait...Il ne voulait même pas y penser. Dans un seul mouvement il se redressa sur le bout de ses pieds, prenait une bonne impulsion et se jeta littéralement sur le prisonnier. Avec un réflexe animal étant donner l’état de stress dans lequel se trouvait Zefka, il avait mordu à pleine dents dans le cou de l’homme. Les deux hommes finirent par tomber à la renverse mais la chute fut moins rude pour le clown que pour l’autre prisonnier étant donné qu’il se tenait sur lui.

♥ ♠ ♣ ♦

Il se redressait d'un cou sec lui arrachant la partie du coup qu’il tenait entre mes dents. Le sang coulait à flot... Assit sur le torse de l’homme, il regardait les trois autres, pétrifiés de peur. Zefka avait fait son petit effet, mais à quel prix. Sans les lâcher du regard, le clown sanglant recrachait le morceau de chair qu’il avait dans la bouche pour finalement se relever et reprendre ses vêtements. En remettant ceux-ci à son contact, le froid l’avait fait d’abord frissonner puis il finit par ressentir un peu de chaleur. Se blottissant dans un coin de la cage Zefka observait les trois prisonniers restant s’approcher du cadavre et ceux-ci commençaient à le manger. On en était donc réduit à ça ici ? Au cannibalisme. La pensée de passer le restant de ses jours ici effrayait au plus haut point le clown qui devenait fou petit à petit. La tension était retombée et il réalisait enfin ce qu’il avait fait, ce a quoi il avait échappé, et ce qui l’attendait en restant ici également. Le pauvre clown qui avait été arraché à son cirque ambulant, sa famille, finit par mettre sa tête entre ses genoux et fondait en larme.





Ce souvenir atroce, n’était autre que le premier jour de détention dans une prison, une cellule sur l’île de la terrible Tequila Wolf à East Blue. Ce souvenir revenait sans cesse en cauchemar dans la tête du pauvre clown. Cependant c’était ce même cauchemar qui allait réveiller le clown de son sommeil. Actuellement Zefka se trouvait dans une sorte de sarcophage qui maintenait son corps hors de danger face aux intempéries et à toute sorte de menace. Ce cauchemar l’avait réveillé d’un long sommeil. Faiblement mais sûrement, il se délectait en faisant craquer ses membres, avec ses deux mains il plaçait ses paumes contre la paroi du sarcophage pour faire glisser la stèle qui recouvrant son corps, laissant y échapper un regard vif et effrayant, la lueur de ses yeux pouvait laisser éclater la lueur de ses yeux presque démoniaque. Le clown fou et psychopathe éprouvait un immense plaisir et soulagement en revoyant la lumière du jour. Il allait pouvoir enfin retrouver une vie « normal » ou presque.


╚> Que disent deux crocodiles mâles lorsqu’ils voient passer une croco-girl ?



╚> Personne pour répondre ? Soit ! Je vais vous répondre…Ils disent : « On Lacoste ! » HIHIHIHIHEEEEHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!




Le clown venait de refaire surface avec une blague des plus hilarantes selon sa propre personne. Son rire effrayant de « Joker » comme il était surnommé venait de retentir dans tout le bâtiment. Entre temps un petit soldat ridicule venait de rejoindre la salle du trône de la grosse Bertha, la reine de ces lieux depuis la mort de l’ex-chef Révolutionnaire Sayuki. Il avait prévenu la reine qu’un intrus venait d’entrer dans la zone avec une certaine arrogance d’ailleurs. Cependant une autre ombre se rapprochait de la salle du trône, une personne qui venait de remarquer le réveil de Zefka via un Den Den Mushi vidéo, puis personne n’avait pu échapper à l’entente de ce rire sinistre qui avait résonnait dans tout le bâtiment. La personne en question n’était autre qu’un chat, oui une sorte de race mystérieuse qui sévissait sur les mers. Dans la marine d’ailleurs une personne répondant au nom de « Tsume Azakeri » était également de la race des chats. Bref l’homme-chat habillé de manière classe finit par entrer dans la salle du trône et il déclara alors avec une voix rauque :


« Bertha-Sama, nous avons un problème, le sujet de test le plus instable des travaux de Sayuki vient de reprendre connaissance ! Oui en effet le sujet 313 s’est réveillé de sa période d’hibernation de manière prématuré…Tout le royaume est en émois depuis la mort de Sayuki et rien ne va plus, on a relevé des cas de pillage un peu partout dans tout le royaume…Je crains bien que nous avons à faire à une crise sans précédant ! »



Le trouble venait d’être annoncé, la grosse Bertha rageait sur son trône, on ne voyait pas son corps car il était caché sous l’ombre d’une immense chapelle. Qui était-elle vraiment ? Que se passerait-il pour Zaïmon et quel serait son sort pour son intrusion ? Zefka serait-il soumit à la contrainte de rester un cobaye une vie même après la mort du légendaire Sayuki ? Tout dépendait de ce que chacun entreprendrait. Zefka finit par sortit du sarcophage étrange pour revêtir ses vêtements de clown à l’apparence de celle d’un arlequin également. Après s’être vêtu il finit part quitter le mystérieux et lugubre laboratoire dans lequel il avait été mit sous surveillance caméra via des Den Den Mushi vidéo. Pour le clown s’était le début d’une folle aventure qui l’amènerait pour l’instant à errer dans les couloirs dans l’un des repères du défunt Sayuki.


♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣

© By ZakuS-Sama, so don't touch !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La Grosse Bertha Mar 12 Mar - 17:24







Dehors, les pirates de Zaïmon étaient terrifiés. Tous étaient là, devant la gigantesque porte du bâtiment principal de l’entrepôt. Ils tremblaient. Des gouttes de sueur commençaient à perler leur front, et leurs mines étaient celles d’hommes terrorisées. En effet, ils venaient d’entendre une sorte rire surpuissant, hors du commun, étrange, long, inquiétant, glauque, morbide, maléfique… Ils ne savaient pas exactement d’où cela venait. Leur inquiétude faisait contraste avec la mine surprise de Zaïmon qui avait à peine bougé d’un pouce, et qui était resté là, les bras croisés.

Vous… vous avez entendu ça ??
C’était quoi ??

Le capitaine n’avait pas répondu et se demandait vraiment qu’est-ce qui pouvait bien rire comme une hyène assoiffée. De sa vie, il en avait entendu des rires, mais celui-là était sûrement le plus bizarre qu’ il ait entendu. Il s’était même demandé comment celui qui avait émit ce ricanement avait fait pour ne pas s’étouffer dans sa lancée.
Cela avait évidemment bien refroidit tous les nakamas de Zaïmon, qui n’avaient sûrement qu’une seule envie : retourner au bateau. Le capitaine alors, dans tout le panache de sa classe, avait redressé ses lunettes, quand la légendaire tortue la plus cool de tout les temps, Boss T, sauta sur sa tête en prenant la même posture que lui.


Z’avez vu, vous êtes pitoyables ! Même Boss T est plus courageux que vous ! Pour la peine, j’interdis à tout le monde de rejoindre le navire avant qu’on n’ait pas découvert qui est-ce qui rigole comme un chimpanzé des sous-sols ! Maintenant vous m’accompagnez ! Et avec le sourire !



S’écriât-il en riant à perte d’haleine allongé dans les airs tout en flottant, s’étouffant Presque dans sa fourberie et son humour qui le faisait lui-même rire. Ce rire si effrayant et inquiétant qui le rendait encore plus fou et son allure fantomatique n’arrangeait absolument rien aux choses. Au final le « Joker » était lui-même fan de sa propre personne il était lui-même le public le plus fidèle et le plus attaché à son sens de l’humour. D’autant plus qu’une nouvelle caractéristique venait encore une fois rendre sa folle personnalité encore plus étrange. A chaque fin de phrase il rajoutait inconsciemment le mot « Joke » qui signifiât littéralement « Blague ou Drôle ». Son narcissisme l’amenait involontairement au fait d’appréhender que ces blagues étaient forcément drôles. Sa condition mentale l’obligeait, le convainquait au fait qu’il était forcément quelqu’un de géniale. Il n’y avait pas à dire, Sayuki avait foutu un bordel monstre dans le cerveau du pauvre Zefka qui sombrait encore chaque minute dans une folie intrépide. Cependant Zefka dans son fou rire effrayant s’aperçut très vite de l’attitude passif des deux hommes qu’il jugeait être « son public ».


╚> Quel mauvais public vous faite-Joke ! Ca ne m’étonne pas venant des chiens qui servent ce maudit Sayuki-Joke ! Puisque vous ne voulez pas plaisanter à mes supers blagues-Joke, je vais vous faire déprimer-Joke !!



Dit-il toujours sous sa forme astrale d’un sourire des plus inquiétants. Concernant Zaïmon et Mitroy, Zefka avait malheureusement pensé immédiatement que ces deux là étaient sous les ordres de Sayuki puisqu’il se trouvait librement dans le laboratoire et étant donné la haine qui aveuglait le Joker, il n’était pas eu la réflexion de se demander si ils étaient bel et bien du mouvement révolutionnaire du « Dieu Noir ». Sa folie l’empêchait parfois d’agir avec diplomatie et délicatesse. Sous sa forme fantomatique et spectrale Zefka se mit à s’envoler dans les airs pour tournoyer sur lui-même et finalement se lancer à l’attaque. Il avait croisé ses deux bras, les paumes de mains en évidence tout en visant avec précision Mitroy et Zaïmon qui serait en bas puisque le Joker les survolaient en hauteur à quelques centimètres du plafond de l’immense salle :




Zefka venait de former en tout et pour tout huit fantômes qui avaient la formidable capacité de saper le moral des gens. Il avait répartie les fantômes de manière à ce que chacun puisse avoir son lot de désespoir et de déprime. Quatre fantômes traverseraient immédiatement Zaïmon et pareil pour Mitroy. Un combat venait de débuter au sein même du laboratoire à cause d’un malentendu puisque Zefka avait jugé trop rapidement les personnes qui se tenaient devant lui. Entre temps dans le même bâtiment à une centaine de mètres des lieux de la salle du laboratoire immense, l’homme-chat accompagnée du petit soldat se dirigeaient vers ce lieu. Ils avaient ramené des renforts puisqu’ils étaient suivit par une horde de cyborg étrange ainsi que par des animaux génétiquement modifié. Tandis que la grosse Bertha elle demeurait sur son trône attendait le dénouement de toute cette histoire, elle n’interviendrait que ses fidèles sujets étaient amené à être en péril. A ce même moment précis, Le sujet 4584 Spider Mouse et le sujet 5484 Atomic Duck commençait peu à peu à se réveiller de leur long sommeil eux aussi tout comme l’avait fait Zefka. La situation devenait extrêmement dangereuse d’autant plus que ce laboratoire crée par le génie inventif de Sayuki regorgeait de chose encore plus absurde que l’actuelle situation. Que se passerait-il ? A suivre !



♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣

© By ZakuS-Sama, so don't touch !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: La Grosse Bertha Ven 15 Mar - 10:39









Avait-il dit d’un rire presque diabolique et sinistre toujours sous sa forme de projection astrale en prenant une pose étrange dans les airs. La tête à l’envers tout en faisant une grimace digne des plus grands clowns ou gamin de son espèce pour narguer Zaïmon et lui faire comprendre clairement qu’il le laisserait dans la merde. Sans plus attendre le Joker sous sa forme spectrale quitta les lieux pour s’engouffrer dans l’immense couloir par lequel il était venu. Il se dirigeait vers la position ou il avait laissé son corps à savoir dans un coin sombre bien caché et dissimulé loin des regards contre un mur imposant. La forme fantomatique de Zefka réintégra rapidement son corps d’origine. Il retrouvait cette sensation de bassesse et de faiblesse qui était propre à la condition humaine. Une fois ses sens retrouvés le jeune clown se releva du coin sombre d’où il s’était dissimulé pour courir à toute allure dans la direction opposé du laboratoire afin de tout bonnement fuir laissant en plan les Bakogane, ainsi que Zaïmon et Mitroy dans la galère. C’est alors que l’homme chat décida d’entrer en en action en pointant une arme à feu droit vers Zaïmon et celui-ci s’écria à ses troupes :


« Il ne doit pas nous échapper, « l’expérience 313 » est l’une des reliques de Sayuki-Sama !! Poursuivez-le immédiatement, je m’occupe des intrus !! »



S’écriât-il l’air sérieux et plus déterminé que jamais. Gardant dans son champ de tir Zaïmon, c’est alors que la troupe composé de : robots, cyborgs et des bêtes en tout genre ainsi que des « Mewto » se mettaient à courir pour poursuivre le pauvre clown lubrique. Dans la salle du laboratoire il ne restait plus que Zaïmon, l’homme-chat ainsi que Mitroy et son adversaire le chef des « Mewto » et bien évidemment le reste des Bakogane spectateurs malgré eux, toujours aussi effrayé et démunie. Pendant ce temps là Spider-Mousse et Atomic Duck commençaient peu à peu à se réveiller également, la glace dans laquelle ils avaient été gelés se mit à fondre petit à petit. Le seul moyen de ne pas avoir d’autres ennemies était de briser la glace pour ainsi briser les corps de ces deux légendes afin de ne pas avoir à les combattre dans un futur proche. Bref une fois que la troupe s’était chargée de poursuivre Zefka en quittant donc la salle du laboratoire, l’homme-chat décida de passer à l’action à son tour. Après avoir allumé une cigarette fraîchement sortit de l’intérieur de sa veste de détective, d’un saut ahurissant il se mit à rebondir grâce au « Geppou » sur les murs tels en digne félin qu’il était. Agile, habile et puissant :


« Tu ne m’échapperas pas ! »



L’homme-chat une fois dans les airs, avec son arme à feu se mit à tirer une flopée de balle en direction de Zaïmon. Les balles n’étaient pas que des simples balles, elles étaient blindé et en plus de cela fait avec du pure granit marin. Une dizaine de balles, non une vingtaine de balles fuseraient en direction du Capitaine pirate. Les balles avaient été tirées de manière à toucher tout le haut du corps. Un combat assez intense avait débuté d’une part pour Zaïmon et d’autre part pour Mitroy. Dirigeons nous maintenant du côté de notre clown farceur. Il était en train de courir à toute allure tout en riant à perte d’haleine comme-ci tout cela l’amusait, quel imbécile, son rire n’allait pas l’aider à semer la troupe puisqu’il se faisait repérer facilement grâce au son strident qu’il émettait de par son rire semblable à celle de hyène. On aurait dit un fou qui tentait de s’échapper d’un asile psychiatrique. Cependant étant donné que Joker ne connaissait pas du tout les lieux, il courrait totalement au hasard ne sachant pas ce qu’il trouverait sur son chemin. Et comme il fallait s’y attendre, les choses ne s’arrangeraient pas, dans sa folle course le clown venait de percuter quelque chose, non quelqu’un de très puissant, voir surpuissant même ce qui avait eut pour effet de le faire tomber vers l’arrière, la tête enflé laissant apparaître une bosse exactement comme dans les cartoons. Ce moment de court désagrément avait eut pour effet de stopper net sa course ce qui avait permit à la troupe hideuse de rattraper aisément le clown.


« Tu ne t’échappera pas « Expérience 313 » ! Bertha-Sama est extrêmement énervé ! Rend toi immédiatement ! »



S’écria l’une des bêtes présentes parmi la troupe. Ils étaient facilement une trentaine, en première ligne on pouvait distinguer les robots et les animaux parlant sur pattes et derrière dissimulé par les gros corps de ceux de devant les « Mewto » qui attendaient le bon moment pour passer à l’offensive. Cependant il ne fallait pas oublier la personne sur laquelle Joker s’était cogné il y a quelque seconde déjà. Zefka redressa la tête pour voir qui se tenait devant lui, de bas en haut en commençant par les pieds il montait son regard jusqu’en haut et stupeur total, la personne qui se tenait devant lui était l’une des personnes des plus influentes et puissantes au monde. Il s’agissait d’un amiral de la marine, non ce n’était pas une blague ou une mauvaise plaisanterie, ni même un vulgaire mensonge. L’Amiral Kurowashi se trouvait là, droit comme un roc, debout devant le Joker qui lui était assit au sol totalement prit en tenaille. D’un côté un amiral de la marine et de l’autre tout une troupe sauvage à sa poursuite. Mais l’amiral ne semblait pas du tout être du côté de Bertha. Puisque de manière curieuse il dit alors d’une voix calme mais puissante :




« Bon sang mais qu’est ce qui se passe ici !? Gensui Makkura avait donc raison, même après la mort de Sayuki les activités et expériences illicites continuent dans le plus grand secret ! »



Une chose était sûre maintenant, tout le monde était bel et bien fichue, la venue d’un amiral de la marine ne signifiait jamais rien de bon. Zefka était-il en danger ? Dans le doute il ne pouvait pas se permettre de jouer au plus malin, il allait jouer la carte de la détresse. Immédiatement le clown se mit à jouer la comédie et à pleurer en se forçant de toute ses forces pour faire jaillir des larmes de ses yeux et c’est alors qu’il s’écria en pleure, faisant preuve d’un jeu d’acteur rudement bien mené :


╚> BOUHHHHAAAAAARG !!!! QUEL SOULAGEMENT DE VOIR UN AMIRAL DE LA MARINE !! JE ME SUIS FAIT CAPTURER ET J'AI SUBIT DES MALTRAITANCES !!! PITIÉ !!! CES BRUTES VEULENT ME TUER PARCE QUE J’AI TENTÉ DE LEUR ÉCHAPPER !! AIDEZ MOI JE VOUS EN PRIE !!!


Dit-il en chialant littéralement, jouant la comédie à la perfection pour tenter de se mettre l’amiral dans la poche, en jouant la victime de cette manière peut être que le clown aurait un petit avantage qui l’aiderait à se sortir de ce pétrin. La question était de savoir si l’Amiral Kurowashi tomberait dans le panneau ou non, mais rien ne laisser présager que Zefka soit un criminel, le fait d’ailleurs qu’il avait été appelé « expérience 313 » par la troupe morbide jouait plutôt en sa faveur. L’Amiral semblait peut être enclin à laisser vivre Zefka ?




♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣ ♥ ♠ ♣

© By ZakuS-Sama, so don't touch !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La Grosse Bertha

Revenir en haut Aller en bas

La Grosse Bertha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Les autres île de Grandline-