AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mar 12 Mar - 0:23

Du grabuge à Goa ? Tsume débarque !
Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô & Oni N. Asura

Au départ de cette mission, je ne savais pas vraiment ce que représentait un Noble. C'est un membre de la Marine qui m'a expliqué. C'est une personne issue d'une riche famille. Très influant et très important. Il paraitrait même que certains ont le bras assez long pour agir au sein du gouvernement. Je trouvais ça idiot. Pourquoi l'argent doit-il être plus fort que la puissance ? J'imagine que ceux qui ont de l'argent, ne sont pas très puissant. En tout cas, pas en combat. C'est assez ambigüe toute cette histoire. En tout cas, j'avais une mission importante pour des nobles. Ma destination était le Royaume de Goa. D'après les informations c'est un lieu étrange. Fractionné en plusieurs parties, en fonction d'un seul critère. Être noble ou non. Les humains sont de plus en plus bizarres. En tout cas, un groupe de ces fameux nobles avaient été assassinés. J'étais donc chargé de mener mon enquête. Un Navire de la Marine m'a conduit à Goa et est resté sur place en cas de besoin. Les victimes étaient au nombre de huit, tous nobles et retrouver dans les hauts quartiers. Tout s'était passé dans la nuit dernière, mais a priori c'était urgent. Ils sont morts, car ils sont faibles, pourquoi enquêter ? Ils sont inutiles. D'après le premier rapport des forces de l'ordre présente sur place, il ne s'était même pas défendu. C'est bien ce que je dis, ils sont faibles. Ce n'est pas tout d'avoir de l'argent. Ce n'est pas avec l'argent que vous allez être le plus fort. Surtout s'ils ne sont même pas capables de se payer une armée. En tout cas ça me profitait. Si j'ai de la chance, je trouverais le coupable encore sur place.

J'arrivais enfin en ville et bien sûr j'attirais une nouvelle fois tous regards. Cette fois, pas question de faire le touriste, j'étais extrêmement sérieux. Mon supérieur m'avait prévenu. Je devais être prudent, les nobles ont beaucoup d'influence. Je l'ai écouté, pour une fois, mais je dois avouer que je me fiche de ce qu'ils peuvent me faire. Je n'ai pas peur de l'argent ou de l'influence si ça ne peut pas me toucher. Au départ même les gardes ignoraient que j'étais de la Marine. C'est seulement après plusieurs vérifications qu'ils m'ont laissé entrer. C'était une grande ville, très belle, mais les gens avaient un drôle de comportement. Un peu comme si on leur avait coincé quelque chose pour qu'il marche aussi droit. J'ai dû passer plusieurs postes de sécurité. À chaque fois c'était les mêmes vérifications, c'était lassant. Au bout d'un moment, j'arrivais enfin sur le lieu du crime. Ne voulant pas effrayer plus que nécessaire les habitants, la garde avait fait enlever les corps. Tout s'était passé dans l'une des plus grandes maisons. L'intérieur respirait le luxe et la bourgeoisie. La seule chose qui m'importait c'était l'état des lieux. Toute avait été retourné, le responsable avait dû prendre un malin plaisir à terroriser ses victimes. Plusieurs témoignages disent avoir vu une ombre fuir les lieux. Pour tous c'était évident qu'il s'agissait d'un pirate. Moi je commençais à croire que les gens trouvaient un pirate derrière chaque goûte de sang.

Je ne trouvais pas beaucoup d'indices. Même si la maison était retournée, il n'avait pas laissé de preuves flagrantes. Le sang sur les murs et au sol indiquait la violence de l'action. Bien entendu la plupart des objets de valeurs avaient été dérobés. Si on cumule les meurtres et le vol, ça va coûter cher. Malgré le désordre qui régnait, ce n'était pas un acte de vandalisme simple. Tout ceci était une action calculée. Le responsable voulait frapper fort. Les nobles ont été tués pour ce qu'ils représentent. À en juger par l'état de la salle, il n'avait aucune chance.
J'étais arrêté dans mon enquête par un homme très corpulent qui entrait sans gêne dans la maison. Je me dirigeais vers lui pour le prévenir qu'une enquête est en cours.

-Vous ne pouvez pas rester ici, c'est une enquête de la Marine.
-Hum ? Vous faites ce que je vous dis misérable.
-Misérable ? Vous voulez que je vous fasse ravaler vos paroles avec mes griffes ?
-Tsh, ces non-humains... tous des raclures.

Au moment où j'allais m'énerver, un garde entrait pour murmurer à l'oreille de l'homme. Aussitôt son regard changeait. Il ne s'excusait pas, mais il comprit que j'étais celui charger de l'enquête. Il murmurait quelques mots. J'entendis une partie "Décidément il recrute n'importe quoi dans la Marine". Je me suis retenu de faire un nouveau carnage. Je ne serai pas de la Marine, il serait déjà en train de demander pardon. L'homme se baladait dans la maison sans même regarder où il mettait les pieds. Marchant dans le sang ou écrasant des objets. Je commençais à perdre patience et à montrer les crocs. Le garde me murmurait de garder mon calme. Il ne valait mieux pas s'opposer à cet homme. D'après le garde, ce gros bonhomme était l'un des plus importants de la ville. Je reprenais donc mon calme, tandis que le noble me faisait face.

-Toi la bestiole écoute moi attentivement, je veux que tu arrêtes tous les pirates que tu croises, ces misérables vont payer pour ce qu'ils ont fait... Commence par la décharge de Grey Terminal, ces bon-à-rien sont assez envieux pour venir nous déranger... Une dernière chose, ne fait pas de vague si tu ne veux pas avoir d'ennuis, j'espère avoir été clair. Pas question de voir un non-humain trainer trop longtemps dans ma ville.

Il partait en me bousculant à moitié. Je gardais mon calme, mais c'était dur. Il quittait enfin les lieux et le garde m'emmenait voir les corps. J'avais besoin de respirer un peu, il m'avait énervé. Les corps se trouvait chez un médecin non loin de là. Lui aussi était surpris de me voir, mais agréablement pour une fois. Il m'expliquait que le massacre avait été violent. Les victimes n'avaient pas eu la chance de pouvoir s'enfuit. Certains avaient plus souffert que d'autre et c'était volontaire. Il m'expliquait qu'un pillard ou un bandit n'aurait pas prit la peine de les massacrer. C'était l'oeuvre d'un pirate. Je commençais moi aussi à y croire. Seulement, je ne voulais pas tirer de conclusions trop hâtives. J'ai l'impression que cette ville cache beaucoup de choses. Je ne suis pas là pour ça, les problèmes des nobles m'importent peu. Je crois seulement ce que je vois et pour l'instant, je vois un crime. Il est tant que je fasse un peu mon boulot. Je sortais donc dé là en m'étendant un peu. Finit de rire, de s'amuser et de manger... Non, quand même pas sérieux jusque là, il est l'heure de manger.

Une fois un bon repas d'avaler, j'étais fin prêt à faire mes recherches dans la ville. Je fouillais dans ma manche pour sortir mon Kiseru. Un peu de tabac, une allumette et hop, j'avais presque l'air sérieux ainsi. Je devais rapidement trouver quelque chose, sans quoi ce gros plein de soupe risque de venir fourrer son nez. La prochaine fois que je le croise, je ne sais pas si je vais me retenir. Les nobles je n'aime pas ça, ils se croient tout permis. Si ça ne dépendait que de moi je leur ferais ravaler leur sourire. Je ne comprends pas pourquoi la Marine s'encombre d'eux. C'est à la fois troublant et décevant. Soudain, un visage connu apparaissait. Je me dirigeais vers cette personne que j'avais reconnue. Je tapotais son épaule avec ma patte et j'affichais un grand sourire.

-Hé Yohoshi ? Qu'est-ce que tu fais là ? Me dis pas que toi aussi tu viens voir ces nobles... Je commence à le regretter... Ils sont insupportables, j'ai bien cru que j'allais en égorger un à un moment.

Je me mettais à rire, pour ne pas qu'il s'imagine que je suis un sauvage. Ils se croient tout permis avec leur argent, mais ça ne sert à rien. Je commençais à comprendre ce pirate. C'est vrai quoi, leur comportement est énervant. Bon, j'imagine que ce n'est pas comme ça ici. Nous n'avons pas le droit d'agir comme des sauvages. Pourtant, ça démange parfois. Je n'ai pas rejoint la Marine pour me rabaisser devant ce genre de personnage. La Marine est au-dessus de ces faibles. Heureusement que je venais de croiser Yohoshi. Je passerais peut-être un peu moins inaperçu avec lui. Surtout, j'éviterais de faire une bêtise.


Dernière édition par Tsume Azakeri le Dim 24 Mar - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mer 13 Mar - 21:56

Facéties du destin..


Goa... Un royaume fleurissant, réputé pour être un vrai petit paradis! Un royaume riche, sans problème, sans aucuns soucis notoires. Habité principalement par des nobles et des descendants de dragons célestes, ce royaume se place à la botte du gouvernement mondial, et n'hésite pas à user, et à abuser de ce pouvoir exceptionnel. Qui pourrait imaginer que derrière les hautes murailles de protection du bourg se trouve la plus grande décharge des mers? Qui pourrait imaginer que tant de gens sans le sou vivent là, à quelques pas seulement des gens les plus riches du monde? Qui pourrait donc se soucier de cette tâche dans la beauté du monde, posé sur le pantalon du luxe et des plaisirs simples? Un seul homme en est capable. Cet homme c'est moi. Je m'appelle Yohoshi Kentarô, et je suis Caporal de la Marine. Et si je viens aujourd'hui dans la décharge de Goa, dans les bas fonds de la ville, ce n'est pas pour discuter..

D'après le rapport de mission que j'ai reçu, le criminel de grande renommée Renoir Isme, primé à plus de 15 millions, réputé pour naviguer aux abords de Redline, d'ordinaire, se serait caché dans cet endroit peu connu d'East Blue.. Et depuis un certain temps, je traînais aussi dans le coin. On avait décidé de me renvoyer à la base de Baterilla, sur South Blue, mais à chaque fois que je me préparais à repartir, l'escargophone de bord se mettait à hurler, m'annonçant une nouvelle mission. J'étais cette fois ci en train de croiser aux abords de ce Grand Royaume, quand un colonel me lança sur cette mission, de la plus grande importance disait il. Misère! Moi qui avait pensé aller me faire dorer la pilule après mes triomphants succès de début de carrière. Mais un pirate de malheur venait encore tout gâcher..

J'avais donc actuellement les pieds dans la boue, pestant contre la mauvaise tenue de cette décharge, hurlant sur l'ensemble de ma troupe. À peine 10 Hommes, mais qui en avaient déjà pris plein la vue avec un chef comme moi. Ils avaient connus les pires déboires imaginables. Bref. Mon enquête était, pour le moment, un fiasco total. Quand soudain, alors que mes derniers espoirs commençaient à s'envoler en fumée, un jeune homme très enthousiaste vint le tirer par la manche.

Hé missié! Hé m'sieur l'Marine! Mi j'la aperçu vot' pirate avec sa tronche toute fracturée! L'est passé par là, y'a pas si longtemps! Y montai vers la ville riche, voir les "nobles

Il termina son discours par un lourd crachat qui s'écrasa sur le sol, montrant la distance qui séparait ces deux mondes.. Son bras était encore tendu vers ce qui semblait être une entrée vers la ville haute. Lui jetant un merci, marmonné rapidement entre mes dents, je fais un geste à ma troupe, qui se remit en marche, leurs pas dans les miens. Nous nous dirigions tranquillement vers la ville. Arrivés devant la grande arche qui annonçait la fin de la misère et le début de l'absurdité, je levais un bras, pour parler à mes hommes.

Soldats! J'ai pas l'habitude des grands discours, et ça va pas changer aujourd'hui. Je veux juste vous donner un ordre. Vous restez ici, afin de garantir la sécurité des citoyens de la décharge. Et si vous voyez notre cible, nous sommes en contact par escargophone miniature. Bonne chance-yosha!

Ces paroles s'ensuivirent d'un "Oui Caporal" collectif, me laissant un peu perplexe. Enfin bon. Je rentrais dans cette ville, au sens propre du terme. Des étals partout, des dorures, des fleurs aux balcons en marbre, toute la grandeur du luxe! Et tout ça, à même pas 100 mètres de la décharge! Incroyable que l'on ne s'en rende jamais compte.. Le signalement de ma cible était si simple, et cet imbécile se croyait tellement bien dissimulé, que cela ne me prit pas beaucoup de temps à le repérer. Ou du moins, à repérer un de ses hommes. Cet idiot l'était assez pour s'être fait tatoué le drapeau de son chef sur le front. Dans un mouvement fluide, et assez théâtral, je l'attrapai au revers de son col, me saisit d'un couteau à poisson qui traînait, et posait celui ci sur la gorge de ma cible. Il ne me fallut pas plus de menaces pour que cet imbécile balance tout ce qu'il savait.

À ce moment précis, il se passa deux événements différents, en très peu de temps.. Le premier, fut que mon regard se posa sur un autre homme. Un homme, aux cheveux verts, assez fin, qui regardait la scène du coin de l'œil, narquois.. Il avait salement une tête de malfrat celui ci.. Et il dégageait une telle force.. Bien supérieure à celle de l'homme évanoui à mes pieds. Je m'apprêtais à me lancer après lui, quand une voix me rappela au monde réel. Une voix, qui ne m'était pas inconnue.. En me retournant, je savais que je devrais baisser le regard. Ce chat, le destin avait vraiment décidé de nous lier. Et vu la discussion qui avait clos notre capture précédente, je n'étais pas d'avis à le lâcher. Mais je ne lâchais pas ce bandit du coin de l'œil, le surveillant attentivement, me demandant si il avait vu que j'allais l'arrêter.. Tsume était là, et engagea la discussion très vite, comme à son habitude.. Apparemment les nobles commençaient déjà à l'énerver, ce qui ne m'étonnait pas plus que ça..

Tsume! Ça me fait bien plaisir de te revoir tu sais! On s'est quittés trop vite la dernière fois! À peine arrivé, et tu as déjà des envies de meurtre.. Moi, comme tu peux le voir sur mes vêtements, je viens du côté "sale" de la ville. On m'a débarqué pour une affaire dans la décharge, mais qui, au final, va se dérouler ici.. Au fait, donne moi ton avis.. Le type la bas,avec les cheveux verts, tu crois qu'il est dangereux?



©Oni N. Asura, Le Ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Jeu 14 Mar - 6:41




†Le fauteur

de trouble†




Feat
Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô

Après mon rude combat contre Shizuo White à Orange, je débarque sur l’ile de Dawn, au Royaume de Goa.





Le combat avait été rude. Je ne m’en étais pas trop mal sortie. J’avais réussi à l’intimider et l’avais forcé à abandonner. Non, mais vous y croyez vous. On voulait me vendre aux marchés noirs, comme une vulgaire marchandise. Moi ! C’est à tomber par terre. Je l’avais très mal pris. Et ce, je lui avais très vite fait comprendre. Notre combat s’était finalement achevé sur un score nul. Dommage, j’aurais tant voulu lui mette une bonne déraillé à ce fichu chasseur de prime. J’espère qu’il colportera mon nom jusqu’aux bouches de la marine. Enfin… Si ce dernier n’était pas trop lâche pour avouer son échec. Qui dit me faire un nom auprès de ces chiens en uniforme, qui dit également me faire respecter par les autres pirates. Il fallait que l’on me craigne, que l’on me reconnaisse, que l’on cherche, que l’on me traque et que l’on murmure mon appellation. Pour cela, quoi de mieux que de créer mon propre équipage ? Cette idée trottait dans mon esprit depuis quelque temps. Et pour tout vous dire, elle n’est point venue toute seule, sans un petit aide extérieur. Au cours de mes voyages, dès mes premiers pas dans la piraterie, j’avais rencontré une merveilleuse femme du nom de Oni D. Sakura. Qui l’aurait crue ? Qui aurait cru que je rencontrerais une si merveilleuse femme, qui plus est une femme démon. C’est cette femme qui sculpta l’homme, avec ses idéaux, ses pensées, ses rêves, et ses ambitions. Cette avec elle que ma mission commença. C’est avec elle que notre équipage émergea.

Cette femme, était en quelque sorte ma conscience, ma fidèle et seule amie, ma confidente ainsi que ma conseillère, nous vaguions tous les deux à la recherche de nakamas. Selon ces dires, le D présent dans son prénom signifiait qu’elle était destinée à faire de grande chose à travers le nom. Elle me raconta son histoire. Cette histoire qui me passionnait. Petit à petit, je découvrais le monde. Petit à petit, elle me transmettait tous ce qu’elle avait de bon ainsi que sa volonté. C’était vraiment tune-personne de bien. Je commençais enfin à rentrer sur le droit chemin. Enfin sur le chemin des révolutionnaires. Mais un évènement survint brutalement, ce qui déclencha chez moi un tout autre changement. Un dragon céleste, qui par un miracle d’Azure avait croisé notre chemin. Sans nulle pitié, m’ayant immobilisé, il m’ôta ma chère et tendre Sakura. Surement, pour la réduire n’esclavage. C’est à partir de ce moment-là que je vouai une haine infernale envers ces pourritures de nobles qui se croient toutes permises. En faite c’est à partir de ce moment que je me suis laisser un peu aller, niveau comportement. Massacre, tragédie, génocide. Tous ces évènements dont je fus l’auteur ne m’enchantaient guère, mais c’était une forme pour décompresser. Petit à petit, seule, je me remets sur un chemin plus calme d’esprit. J’adopte peu à peu un esprit vif et intellect, abandonnant mon côté sauvage. Mais ! Je vous toujours une haine contre n’importe qu’elle type de noblesse, et encore plus envers ceux que l’on appelle dragon céleste.

Enfin bref… J’avais élaboré une stratégie assez simple d’esprit. Faire le plus de dégâts, me faire un nom, une prime, et me rapprocher le plus du gouvernement tout en me faisant des alliés et des nakamas de confiance, ce qui constituera une force de frappe colossale lorsque viendra le moment pour moi de délivrer ma compagne. Ceci étant dit, j’étais encore très loin de mes objectifs, et cela faisait déjà six mois qu’elle m’avait été enlevée sous mes yeux impuissants, à cette époque-là. Pour l’instant, ma préoccupation était de me dénicher des membres pour mon équipage. Sur l’eau, naviguant depuis des semaines, dérivant ainsi comme un bateau fantôme, je m’étais réfugié et enfui à bord d’un vieux navire de pèche à mon départ d’orange. Durant ces deux semaines, je profitai pour essayer de refermer mes plais. Reprenant de jour en jour mes forces, me trimbalant tout le temps avec mon pavillon, gorgé de souvenir. Elle avait justement été peinte par la malheureusement disparue. C’était lui qui me rappelait tant de choses inexplicables. Comme quoi… Même un démon peut trouver l’amour. L’accrochant fièrement au mat du navire, je le regardais se déhancher au rythme du vent. Cela faisait des semaines que j’avais pris la mer. Plusieurs semaines que je n’avais pas foulé la terre ferme. Soudain, devant moi, une ile apparut. Dans quelle misère je me fourrais encore ! Sans plus tarder, je me dirigeais vers ce petit Bou de terre. En regardant plus attentivement ma carte, j’en déduisis qu’il s’agissait de l’ile de Dawn. Là, où se trouvait le Royaume de Goa, réputer pour sa classification sociale très stricte et très riche en nobles ? Foutu Royaume me voici !

Arrivant au port, je ne put m’empêcher de me demander si je n’avais pas fait une bêtise en venant ici. Au milieu de tous ces nobles, je ne sais pas si je pourrais me retenir. Garant mon navire dans le port laissant fièrement mon drapeau, je me mis en tête de nourrir ma panse. J’avais eu la chance d’accoster à la tombée de la nuit. Ainsi je passerais peut-être plus inaperçue. Enfin, remarque… Avec cette coupe de cheveux aussi verdoyante, cela allait être très difficile. Enfin je laisserais le bénéfice du doute planer sur ce voile mystérieux. Je n’avais pas de tune, rien de quoi me mettre sur la dent. Et il faisait un froid de canard. Alalalalae quelle dure ironie du sort. Voilà une famille. Non ! Deux familles. Ou bien était-ce une grande famille ? Dans tous les cas, un groupe des nobles passait leur chemin, surement en direction de leur demeure de riche. Malheureusement pour eux, je dévoue une haine à leur égard. Malheureusement pour eux, ils étaient passés devant moi à un moment vraiment mal choisi. J’avais faim, j’étais pommé, et sans rien de quoi subvenir à mes besoins. Suivant leur trace telle une bête reniflant sa proie, je pénétrais avec eux dans leur maison. Ce n’était pas possible de vive dans un luxe aussi tallé. Je vous épargnerais les détails sanglants, car ce n’est vraiment pas joli à voir. Que ce soit enfant, homme, femme, leur sang coulait désormais à flot dans leur propre maison. Ce dernier leur servira de tombeau.

Mais… Oui parce qu’il y a un mai… le lendemain, je voyais déjà quelques mecs de la marine se pointer sur les lieux du crime. Les ennuis étaient arrivés. Quand je disais que ça sentait le roussi pour moi. Il fallait que je trouve un moyen efficace, pas très glauque, et qui serait à la fois très divertissant. Je ne désirais pas me battre… encore. J’en avais vu des vertes et des pas mures, j’aspirais à un repos bien mérité sans nulle autre blessure pendant quelque semaine encore. Mouahahahah !! Je venais d’avoir une lumineuse et frappante révélation stratégique. J’allais me jouer, un peu, de ses pauvres chiens du gouvernement. Prenant l’apparence d’un petit gamin d’à peine une dizaine d’années, je me rendis sans nulle crainte de me faire repérer, vers la sortie menant à la décharge de l’ile. Là, où selon les dires de la populace, se trouverait une caporale de la marine ? J’allais enfin pouvoir faire jouer mes talents d’acteur. Mettant un peu de bouts par-ci et par-là, un peu de poussière dans les cheveux, j’aperçu enfin cedit Caporal. Ce dernier portait un kimono de vieux samouraï. Ces cheveux en bataille étaient une d’une teinture marronne. M’approchant de lui, avec mon plus beau souri, je vins à sa rencontre dans le seul but de l’envoyer sur une piste totalement contrôler par mes soins. Mouahahaha. C’était vraiment diabolique comme plan. Ils n’en vont pas en revenir lorsqu’ils découvriront le poteau rose. S’il le découvre un jour.

« Hé missié! Hé m'sieur l'Marine! Mi j'la aperçu vot' pirates avec sa tronche toute fracturée! L'est passé par là, y'a pas si longtemps! Y montai vers la ville riche, voir les "nobles avec une voix d’enfant.»


Franchement c’était hallucinant avec quelle aisance j’avais réussis à le berné. Le suivant comme son ombre, j’observais ses faits et gestes. De retour dans ce beau quartier de riche, je cachai dans la pénombre d’un coin, pouvant reprendre mon apparence. Comme je le disais, mais cheveux verts, était véritablement emmerdant. Soudain, je sentis son regard se poser sur moi. Punaise vous pensez qu’il m’a vue ?!! Heureusement, ce dernier ne fut que de courte durée. Je décidai alors d’entamer la seconde partie de mon plan, un peu plus tôt que prévu. Prenant l’apparence d’un vieillard, j’étais méconnaissable. Même ma chevelure verdoyante avec laisser place à une longue crinière grisâtre. Soudain, un être très étrange apparut auprès de ce caporal. Si j’avais bien suivi la conversation, il se nommait Yasushi Kentaro et le nouvel arrivant répondait du nom de Tsume. C’était vraiment un être très étrange. Était-ce un chat, ou un humain déguiser en chat ? Les chats ne parlent pas ! ohoho !! il était un véritable casse-tête à lui tout seul. Quelques minutes après sont arrivées, je sentis de nouveau leur regard se tourner vers moi, sous mon apparence de vieux, je n’avais aucune crainte à avoir. Profitant de ce moment de connexion visuel. Je m’avançais vers eux. Punaise !!! Mais comment les vieillards font ! C’est vraiment très chiant d’entendre tous ses os craquer. Arrivé auprès de ces deux marines, après quelques minutes de marches, qui me semblèrent durée, des heures et des heures, je pris pour la première fois la parole.

« Bonjour… (toussé) excusez-moi…j’ai bien (toussé) vu que vous enquetiez sur la mort des nobles ce matin (toussé) d’une voix typique du vieux de fortboillard. J’ai été témoin de (toussé) toute la scène. Rassurez-moi (toussé) vous êtes bien de la marine ?! »



©Oni N. Asura, Le Ténébreux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Jeu 14 Mar - 10:44


J'étais super content de revoir Yohoshi. Même si ça ne faisait pas longtemps qu'on se connaissait, c'était un lien spécial. Entre estime et rivalité, nous avions même pensé à un duo. Bien sûr pour l'instant rien d'officiel. Il nous faut encore faire nos preuves. Ce n'est que lorsqu'il parlait que je me rendais compte que je l'avais interrompu. Un homme était évanoui à côté de lui. Décidément il ne toujours pas dans la finesse. Je pestai intérieurement. Lui n'avait aucun souci à se balader ainsi dans la ville. Il pouvait faire ce que bon lui semble, personne n'était derrière lui. Si j'avais le malheur de faire un faux pas, l'autre me tombe dessus. Il était plein de boue et il n'avait pas joué dans la boue. Non, il était venu de Grey Terminal. Suite à cette brève explication il me demandait mon avis. J'écoutais attentivement ce qu'il avait à me dire. Lorsqu'il me montrait l'homme aux cheveux verts... non, aux cheveux gris. Il a dit vert ? Ils sont gris... Ce n'est pas le même homme ? En tout cas, il n'avait pas l'air méchant. C'était un vieil homme qui avait du mal à marcher. Malgré tout, quelque chose m'intriguait en lui. Une étrange odeur émanait de lui. Indescriptible puisque je n'avais jamais senti ça auparavant. C'est surement un vieux noble tout simplement.

Le vieil homme s'étant approché de nous, il ouvrait la bouche pour nous parler. Il semblait détenir des informations sur ma cible. C'était parfait ! J'allais pouvoir conclure cette histoire rapidement et me tirer d'ici. C'est un véritable enfer cet endroit. Moi je le revois, mieux je me porterais. Même si leur nourriture n'est pas mauvaise, ça ne vaut pas le coup de revenir. Je regardais Yohoshi, puis le vieil homme. Je regardais de nouveau Yohoshi puis le vieil homme... ainsi de suite au moins deux ou trois fois. Puis je regardais Yohoshi avec un large sourire.

-Il n'a pas les cheveux verts ce type... c'est juste un vieillard. Je vois que tu n'as pas beaucoup changé Yohoshi ! Tu es toujours aussi sérieux. Un jour lorsque tu seras libre on ira dans un petit bar que je connais bien, tu verras comme c'est sympa de s'amuser de temps à autre.

Le vieil homme avait l'air étrange, mais pas au point d'être dangereux. C'était l'un des rares à bien vouloir m'adresser la parole ici. Je n'allai tout de même pas l'arrêter. Yohoshi ne devait pas être là pour les mêmes raisons que moi. Surement qu'il était là pour une autre mission. La Marine ne nous aurait pas fait le coup deux fois. Je devais lui faire un rapide résumé de la situation. S'il s'avère que ce vieillard a réellement vu toute la scène, je bouclerais toute cette histoire rapidement. Je me tournais d'abord vers le vieillard pour lui répondre. Ensuite, j'enchaînerais avec Yohoshi pour lui expliquer cette histoire. Quoi qu'il fasse, je suis sûr que mon affaire va l'intéresser.

-On est bien de la Marine et c'est moi qui enquête sur la tuerie des nobles... Ah oui d'ailleurs faut que je t'explique une histoire de dingue Yohoshi ! Imagine la scène... huit nobles assassiner dans une maison, un vrai carnage et qui est chargé de l'enquête ? Super Tsume ! Bon je l'ai vite regretté... ces fichus nobles me sortent par les yeux. Surtout l'autre gros... ça doit être un dragon je sais plus quoi. L'un des gardes m'a dit que c'était le plus influant de la ville... Je te le dis Yohoshi, cette ville a beau être belle, elle est pourrie de l'intérieur. Donc si ce vieil homme peut m'aider à me tirer plus vite de là, je suis preneur !

C'était ville était gangrénée et je ne comprenais pas pourquoi la Marine se souciait d'eux. J'imagine que l'argent est bien plus important. La guerre, la poursuite des pirates et les révolutionnaires... Il faut surement beaucoup d'argent. Seulement est-ce vraiment nécessaire de se farcir ces nobles ? L'argent n'est pas ce qui fait gagner des guerres. Pour gagner il faut se battre. Ces nobles n'auraient pas tenu une seconde dans la jungle. Leur argent est inutile là-bas. Il se serait fait bouffé par tout ce qui est vivant. L'autre dragon machin aurait nourri au moins une quinzaine d'animaux. Bon je m'égare. Le plus important pour commencer, c'est de résoudre rapidement cette affaire. Ensuite je me prends une semaine de vacances pour boire et manger tous les jours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Jeu 14 Mar - 17:51

D'une pierre deux coups..


Un étrange phénomène avait eu lieu. J'avais tourné la tête deux secondes durant lesquelles, à la place du jeune homme aux cheveux verts, se tenait un vieillard tout ce qu'il y a de plus normal. Celui ci s'approchait de nous. Machinalement, ma main se posait sur la garde de mon sabre, par pure précaution. Tsume, pour sa part, avait l'ait assez enjoué, ou en tout cas, il n'était pas paniqué.. Il me rapprochait mon sérieux, mais sa legerté était assez inquiétant aussi, dans un sens. Le vieillard se mît alors, spontanément, à parler d'une affaire qui concernait Tsume.. Étrange.. Comment pouvait il être au courant? Encore si nous portions l'uniforme de la marine, cela serait compréhensible,mais ni lui ni moi ne nous soumettions aux règles vestimentaires de l'armée. Bien évidemment, Tsume goba ses paroles, le remerciant même pour son aide.. Décidément, il avait éteint son cerveau récemment lui.. Il se mît à me regarder sérieusement, m'expliquant toute l'affaire qui s'occupait. Mes soupçons était sûrement infondés, du moins je l'espérait. C'est vrai que ses propos était légèrement étranges, mais pas impossibles non plus. Le doute hantait mon cerveau tout de même.. Je n'avais pas révé tout de même, ce vieillard, trois minutes auparavant, était un jeune homme aux cheveux verts! Comment avait il fait, je ne savais pas vraiment.. Bref! Revenons à l'affaire de Tsume. Une affaire tordue, qui pourrait bien être liée à la mienne, en vérité. Il semblerait que ce soit un pirate qui ait commis ces meurtres, et j'en avais un qui traînait dans ces rues.

Affaire bien complexe qui t'occupe mon cher. Mais il se pourrait qu'elle soit liée à la mienne.. Je suis actuellement à la recherche d'un pirate en cavale, primé à 15 millions de berrys, une vraie pointure par ici. Il parait qu'il se cache dans la ville haute, et il n'est pas impossible qu'il soit coupable ici.. À moins qu'il y ait ici un autre criminel...

Mon regard se posa lourdement sur le vieillard qui se tenait à nos côtés.. Il comprendrait bien que je le soupçonnais beaucoup d'être un bandit, mais s'il avait un peu de jugeote, il resterait caché pour le moment. J'étais perdu dans mes pensées, quand un homme traversa la rue devant. Sa tête, je la reconnus immédiatement..
Spoiler:
 

Renoir Isme, dit le balafré, l'homme que je cherchais. C'était mon jour de chance apparemment. Il était là, devant moi, en train d'acheter des pommes à une pauvre marchande. Il finit par commettre une erreur, assez rapidement. Il piqua la pomme, après avoir frappé la caissière, en profitant pour fuir par derrière. Je pouvais faire d'une pierre deux coups, ou plutôt d'un coup de sabre deux arrestations. Je sortais ma lame rapidement de son étui, la préparant en arrière. Je m'étais décalé légèrement du groupe de Tsume et du vieillard, pour mieux viser. Je laissais mon coup partir, ne laissant apparemment aucune chance au fuyard. Sauf que ce ne fut pas une lame de vent qui partit. Au dernier moment, je tournais ma lame, laissant apparaître le plat de mon sabre géant. Trop tard pour esquiver,en principe. Le but était de frapper le vieux, pour l'envoyer voler et s'écraser sur le pirate. Entre mes dents serrées, je balançais ces quelques mots..

Kankyô Sutoraiku! Frappe d'environnement!




©Oni N. Asura, Le Ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mar 19 Mar - 2:25





†Identité cachée

reste cachée †




Feat
Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô

...





Gnééééééééé !!!!! Mais qu’est-ce qu’il fait ? Il ne va pas frapper un vieil homme tout de même ! Si !!! 5… Quoi j’avais 5 secondes pour trouver une solution ?!!! La merde ! 4… Je voyais le marine habillé en paysan japonais empoigner sa grosse massue. 3… Punaise que dois-je faire, sans pour cela révéler ma véritable identité ?! 2… Ah ! Eurêka ! J’ai trouvé ! 1. Tic. Tac. Tic… tac. Tic tac, tic tac, tictactictactictactictac… BOUUUUMMM!En une fraction de seconde, je me retrouvais sous un homme à la chevelure argentée, et d’une musculature beaucoup plus ferme et développé que la mienne. Ce coup était si puissant, qu’il avait réussis à me projeter dans les aires. Au ralenti, on aurait di un catcheur qui se faisait prendre par une charge pour être plaqué au sol violemment. C’était hallucinant, la grosse massue avait pris la totalité de mon corps pour le balancer comme une balle de base-ball. Mais que l’avait-il poussé à me frapper moi, sous ma forme de vieux mandant ? Serait-il possible qu’il soit quelques doutes à mon sujet ? Si oui, il faudrait que je me méfis d’avantage de lui à l’avenir ? Enfin, l’avenir, pour l’instant son coup m’avait propulsé à pleine vitesse sur une parfaite inconnue. Pas si inconnu que cela en y repensant bien. Enfin pour le bon déroulement de mon plan, il fallait que je puisse jouer le rôle de du Pépé assommé pendant quelque heure.

Hein ! Vous vous demandez sans doute comment ai-je fait pour résister à un tel coup, sous mon enveloppe datant ?! J’aurais surement crevé, si je n’avais pas eu la bonne idée de rajeunir, non pas ma peau pour dévoilé ma véritable identité, mais bel et bien mes organes, qui eux sont cachés par mon déguisement. Ceci étant fait, je pouvais encaisser ce coup sans trop déplorer la perte d’un os, et ainsi jouet plus longtemps ma comédie. Enfin, on pouvait dire que l’agent de la marine n’était pas tout aussi discret qu’on pouvait bien le penser. L’intervention du paysan-soldat avait alerté les passants. La boutique visée fut complètement détruite par l’onde-choc, si violent fût-il. Les passants c’étaient rapprocher du lieu du crache pour assouvir leur curiosité. Certain regardait dans quelque état le pauvre vieux monsieur était. Laissant ma bouche ouverte en proie à tout objet non identifié, mais yeux, voyais le blanc, et mon corps ne semblait plus répondre. Un vent de panique se souleva. Heureusement, ma chute avait été amortie par ce gros gaillard qui était en position assiette sous moi. Sous mois ! OHOHOH !!! Waht the fuck ! Heureusement qu’il n’était pas SUR moi !!! Fiuuu aller respire, c’est pour ne pas te faire repérer que tu fais tout cela. Aalalala !! C’était franchement humiliant. On aurait une véritable scène pornographique. Inerte, j’attendais que l’on me sorte doucement de mon podium humain.

Allé allé faite qu’il y a quelqu’un qui puisse me sortir de là ! Après quelques secondes, ne voyant personne me soulever, je fis un signe de vie en toussant. Subitement quelqu’un me râlât, et me posa au sol. Qui était-ce cette personne ? Que me voulait-elle ? Ouvrant délicatement les yeux, je pus voir mon mystérieux sauveur. C’était l’un des marines. Le chat parlant. Me relevant tout doucement, toujours dans le rôle d’un vieux, je me mis à tousser, pour faire un peu plus vrai. Je regardais dans le vide sans rien pouvoir faire. Enfin c’est ce qui semblait être. Soudain, ouvrant complètement les yeux, après plusieurs minutes de convalescences, je fixai nette du regard, mon précédent agresseur. Faisant en sorte de montrer que je rassemblais mes forces, je me mis littéralement à lui gueuler dessus.


«HHHHHHEyyyy ! Mais ça ne vas pas chez toi ou quoi ! Tu ne sais pas qui tu viens de frapper!....(TOUSS) (TOUSS) Je suis le grand et l’unique marshal Macfy ! Le plus grand combattant de tout Goa ( touss ) (touss)…. tout en essayant d’emmagasiner le plus d’aires..»


Ne me demander pas d’ou je tire ce nom. Je ne saurais quoi vous répondre. Je l’ai entendu de la bouche d’un des gamins de Grey Terminal, lorsque je m’y suis rendu. Qu’allait-il se produire maintenant ? Laissons au temps, le temps de faire sont temps, et mais tant et pourtant, le temps fera sont temps.

©Oni N. Asura, Le Ténébreux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mar 19 Mar - 18:44


Au début tout ce passait bien, on ne faisait que discuté avec ce vieillard. Autour de nous c'était le calme plat. Les gens marchaient tranquillement et une légère brise venait nous fouetter le visage. Soudain les choses dérapaient. Je vis Yohoshi sortir son imposante arme. Que voulait-il faire ? Pas vieux quand même ! Non, surement avait-il vu autre chose. Le temps de chercher je vis passer le vieillard passer à toute vitesse devant moi. Il s'écrasait sur un autre homme détruisant une échoppe. J'étais complètement sous le choc. Je ne reconnaissais pas Yohoshi sur cette action. Quoi qu'à bien y réfléchir, c'était plutôt logique. Il est bien plus bourrin que moi. J'ai pourtant été élever sur une île sauvage. Lui c'était un humain tout à fait banal. En tout cas, le vieux était chaos et l'homme en dessous aussi. J'étais toujours sous le choc, je ne savais pas quoi faire. Lorsque le vieillard tentait de se relever je me précipitais pour l'aider. Les gens autour de nous commençais à se regrouper. C'était mauvais pour moi, l'autre gros tas va encore venir me gueuler dessus. J'aidais le vieillard à se relever, il reprenait doucement son souffle. Il se mit à hurler après Yohoshi et c'était compréhensible. Moi aussi je n'aurais pas apprécié qu'on me pousse de la sorte. Une fois qu'il avait terminé son petit discours, je regardais l'homme encore au sol. Lui était complètement chaos. Il avait subi un choc à la tête en plus du vieux. Il commençait à y avoir beaucoup de monde autour de nous. Les murmures se faisaient entendre.

-Il va bien ne vous inquiétez pas... Il est surement juste un peu sonné, je suis sûr que cet homme à la grosse épée a fait une erreur... Vous pouvez reprendre vos activités.

Les gens n'étaient pas convaincus et pire encore, le propriétaire de l'étale se frayait un chemin à travers la foule. Lorsqu'il apercevait les dégâts il n'en revenait pas. Bien sûr, plutôt que de s'en prendre à l'humain il s'en prenait à moi. Il commençait à me gueuler dessus, les passants commençait à le rejoindre dans ses propos. C'était mauvais pour moi. Je savais bien que cette ville n'était pas faite pour moi. Le marchand semblait se calmer, mais ce n'était que le début. La foule s'écartait pour laisser passer le gros bonhomme du début. Il ne manquait plus que lui ! J'étais fini, j'allais me faire virer de cette ville. Lorsqu'il demandait ce qui s'était passé, tout le monde m'accusait. Même ceux qui avaient nettement vue la scène. Du coup ça recommençait à zéro. Le gros bonhomme se mit à hurler, sur moi bien sûr. Me maudissant, m'insultant et me promettant de me faire virer de la Marine. Je lâchais le vieillard en prenant soin qu'il tienne sur ses jambes. Je baissais la tête tandis qu'il continuait à me gueuler dessus. Je tentais de me calmer, mais impossible ils avaient été trop loin cette fois. Je précipitais vers celui qui hurlait toujours. En un coup de patte je le faisais tomber au sol. La foule était outrée, je venais de m'en prendre à l'homme le plus influant de la ville. Bien sûr ça ne suffisait pas à le faire taire. Je me penchais vers lui en sortant mes griffes. L'une sur son gros ventre et l'autre sous sa gorge. Un silence pesant s'installait.

-Ce n'était qu'un accident, d'accord ? Si tu crois que tu vas me faire peur avec tes menaces tu te trompes... Je ne suis pas le genre de Marine que tu vas impressionner avec tes paroles, alors ferme-la ! Sinon je me ferais une joie de te désosser... Dissipe la foule et fous moi le camps de là, j'ai une enquête à conclure.

Je rangeais mes griffes et je me relevais. Mon regard noir fixait toujours l'homme à terre. Il était terrorisé. J'étais rarement dans ces états, mais depuis le début il m'avait cherché. Sa réaction ne se faisait pas attendre. Il dispersait la foule et partait en pestant, en criant au scandale. Même le propriétaire de l'étale avait disparu. Je prenais une grande bouffée d'air pour me calmer. Je me tournais vers Yohoshi pour tenter d'avoir des explications.

-Tu sais où on est ici ? Le quartier le plus riche de la ville ! Tu ne sors pas ton arme comme un vulgaire couteau à beurre Yohoshi... J'espère que tu as une bonne raison, parce que là je ne te comprends pas.

J'avais perdu mon sourire, j'étais très sérieux. Yohoshi ne m'avait surement jamais vu ainsi. Depuis mon départ de mon île natale, je n'ai jamais craqué. Seulement là, toute cette foule qui me criait dessus et ce gros tas, je n'ai pas pu me contrôler. Je m'en veux d'avoir craqué, mais au moins la situation est éclaircie. J'accepterais les conséquences de mes actes. Pour l'heure je dois résoudre cette affaire au plus vite pour quitter les lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mer 20 Mar - 21:53

Erreur, ou intuition géniale?


Peut être avais-je fait une erreur.. L'idée que ce vieillard ne puisse être qu'un simple vieillard me frappait seulement. Pour moi, il était le type aux cheveux verts que j'avais vu. Mais quel idiot. Si ça se trouve, le verdâtre s'était tiré pendant que je tournais la tête et le vieux avait débarqué. En tout cas, vu le vol plané que je venais de lui faire faire, il était trop tard pour réfléchir. Tsume était marqué par une expression de surprise. Il devait encore moins s'attendre à ça que le vieux lui-même. Pendant une bonne paire d'instants, je crus que je l'avais tué. Je venais de dégommer un vieux noble, sous les yeux ébahis de tous ses congénère. Quand soudain Tsume partit vers lui. Il le releva difficilement, le remettant sur ses pieds. Le vieux flageolait, et avait l'air un peu marqué. Je commençais vraiment à regretter mon geste.. Mais il se mît à me gueuler dessus. Littéralement! Il m'aboya dessus, prétendant être le meilleur combattant de Goa. À ce moment là, tous mes doutes furent dissipés. À vue d'œil, ce vieux devait avoir dans les 80-90 ans. Et il venait de se relever d'un vol plané de 10 mètres, et d'une collision avec une échoppe. Quoi de plus anormal!! Il n'était décidément pas clair. Mais pour le moment, l'heure n'était pas à cela.. Je passais à côté de lui, froid et distant, lui balançant juste quelques mots.

Ta gueule vieux schnoque, je m'occupe de toi juste après.

Je m'approchais de Renoir, le chopant par le col. Il était complètement KO, lui. Alors si cet homme, primé et jeune était assommé, expliquez moi comment ce fringant vieillard a-t-il pu se relever aussi vite. Il se pourrait bien que ma mission se prolonge. Quand soudain, la foule se tut. Sauf un. Un gros homme, épais comme tout, poussa tout le monde, et se planta devant Tsume, lui parlant comme à une bestiole sale et idiote. Ma main se posa immédiatement sur mon sabre, prêt à le ressortir. Je pensais que la foule m'accablerait, mais cela ne se passa pas ainsi. Tous autant qu'ils étaient, ils se mirent à accuser le chat. Incompréhensible. Un homme à côté de moi le traita de "Rat Puant". Il n'en fallut pas plus pour que mon poing s'écrase sur sa joue, l'envoyant dans le décor. Ce fut le cas de plusieurs autres citoyens. Je m'apprêtais à faire de même avec le gros homme, sachant que mon comparse était de nature plutôt calme. Mais je n'en eu pas le temps. Le noble venait d'être plaqué au sol, par un Tsume violent, et fou de rage. Ses paroles furent cinglantes, et le gras se tut immédiatement. La foule était choquée, et je savais que ce qu'il venait de faire était hautement inqualifiable. Mais il n'eut pas l'air géné par ces regards, et s'adressa à moi.. Pour me reprocher mes actions? Alors qu'il venait de faire pire? Enfin soites, il voulait des explications, il allait en avoir.

Écoute moi bien, et tu vas comprendre. Cet homme, que tu vois la bas, n'est pas un vrai vieillard. Je n'en étais pas sur, et je voulais en avoir le cœur net. Donc, quand j'ai vu ma cible de mission apparaître, je n'ai pas hésité. Et cela m'a donné la preuve de ce que j'avançais. Regarde la différence d'âge entre les deux.. Il y a au minimum 50 ans d'écart.. Comment expliques tu que Renoir soit KO, et pas ce vieux couillon? Moi j'ai la réponse. C'est lui, l'homme aux cheveux verts de tout à l'heure, et il n'a pas de bonnes intentions. Alors méfie toi. J'ai l'air nourrir comme ça, mais j'ai aussi un cerveau, tâche de ne pas l'oublier... Ah oui aussi. Bravo pour avoir remis en place ce gros sac plein de fric.

J'avais fini de parler, quand je remarquait le vieillard en retrait. Peut être valait il mieux essayer de faire en sorte qu'il ne se tire pas maintenant. Je pris un élan, m'approchais très vite de lui, volant un vieux couteau rouillé au passage. Je posai ma main sur son col, le soulevant à quelques centimètres du sol, à la hauteur de mes yeux. Je déposait lentement la lame du couteau sur sa peau fripée, lui sussurant, uniquement pour lui, quelqus mots.

Maintenant que mon premier problème est réglé, je m'occupe du deuxieme. Ne t'en fais pas, je ne suis pas quelqu'un de complexe. J'ai deux questions. Qui est tu vraiment, et que viens tu faire ici. Attention, à chaque réponse fausse, ma main pourrait glisser sur ta gorge. Je me suis bien fait comprendre?





©Oni N. Asura, Le Ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mer 27 Mar - 4:22





†Enfin

démasqué†




Feat
Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô

resumé.





« il va bien ne vous inquiéter pas... Il est surement juste un peu sonné, je suis sûr que cet homme à la grosse épée a fait une erreur... Vous pouvez reprendre vos activités. en faisant signe au passant de circuler.»


Non mais je vous jure ! J’étais vraiment outré ! Enfin c’est ce que je voulais bien faire croire ! Car pour la bonne continuité de mon plan fabuleusement bien manigancer, il fallait que je l’aire crédible. Apparemment, je tenais le petit chaton dans mon panier, mais le paysan se montrait plus coriace et moins dupe. Très bien !! Cela mettait du piment dans ma journée. Intérieurement, je jubilais d’extase et de joie, même si à l’extérieur je laissais paraitre une toute autre expression. J’étais vraiment doué pour le théâtre. C’était la première que je m’amusais ainsi contre des caporales de marine, et ce n’était point la dernière. J’avais beau m’amuser, mais je cachais en moi une véritable envie de me faire remarquer. Et quoi de mieux, que de faire passer des agents de la marine pour des cruches, pour se faire une renommé. Secrètement, j’aspirais à la libération de ma femme. Cela faisait déjà six mois, qu’elle s’était fait capturer et enfermer dans un lieu que l’on appelé Marie-Joa. Il fallait que je trouve un moyen radical pour la sauver. Enfin ! Pour ce qu’il s’agit de la discrétion, je peux vous dire que ces deux zouaves n’en étaient maitres dans l’art. L’agression de l’un deux envers ma personne, avait susciter la curiosité et l’émotion chez les passants. Si bien que ces derniers s’étaient amassés autour de mon pauvre corps, un peu n’endolorit pas le coup.

« -Ce n'était qu'un accident, d'accord ? Si tu crois que tu vas me faire peur avec tes menaces tu te trompes... Je ne suis pas le genre de Marine que tu vas impressionner avec tes paroles, alors ferme-la ! Sinon je me ferais une joie de te désosser... Dissipe la foule et fous-moi le camp de là, j'ai une enquête à conclure. les griffes armées vers le gros tas.»


Telement j’étais fixé sur le marine en kimono, je ne m’aperçut même pas que l’autre chat m’avait laissé à mon sort, pour sauter de rage sur un homme, apparemment très respecter sur l’ile. Comment je sais que cet homme a une très grande réputation ? C’était évidant en voyant les yeux écarquiller des spectateurs, regardant passaient ou bruyamment la scène. Ce dernier avait carrément pété un câble. Remarque, je le comprends, car moi aussi je ne peux supporter, ces êtres inférieurs qui se croient tout même supérieur aux autres, juste parce qu’ils ont du fric ! J’avais une dent contre tous ces accros du pouvoir et tous ces nobles de pacotille. Il était si pathétique, si faible… Je l’ai prouvé en assassinant toute une famille, en une seule nuit, sans pour autant que l’on m’arrête. C’est deux soi-disant enquêteurs était indiscipline et pas très intelligent. Surtout le chat ! On ne pouvait pas faire plus con. J’en venais même à me demander si ce n n’était pas ses poires qui empêchait que son cerveau ne se ventile. Ehhhh ! Mais maintenant que j’y pense, comment ce fait-il qu’un matou puisse parler?!!!! Cela m’avait choquerais. Comment pouvait-il manger ? Pouvait-il prendre un verre d’eau sans jeter tout son contenu. Enfin bref !! L’agressé, terroriser pas les griffes et les canines du chat, partit sans demander ses restes d’une démarche ferme et colérique, tout en dispersant la foule de curieux. C’est alors que le Poilus se tourna vers son acolyte. J’étais stupéfait de la scène qui se déroulait sous mes yeux. Encore un peu et je les fais se chamailler entre eux. Je continuais à crier sur ce pauvre paysan.

« -Tu sais où on est ici ? Le quartier le plus riche de la ville ! Tu ne sors pas ton arme comme un vulgaire couteau à beurre Yohoshi... J'espère que tu as une bonne raison, parce que là je ne te comprends pas. fixant son coéquipier.»


« Ta gueule vieux schnoque, je m'occupe de toi juste après. m’assassinant du regard.»


« Tu veux te battre avec moi morveux !! en balançant mes poings d’avant en arrière telle une mamie voulant protéger son sac d’un voleur»


« Écoute-moi bien, et tu vas comprendre. Cet homme, que tu vois là-bas, n'est pas un vrai vieillard. Je n'en étais pas sur, et je voulais en avoir le cœur net. Donc, quand j'ai vu ma cible de mission apparaître, je n'ai pas hésité. Et cela m'a donné la preuve de ce que j'avançais. Regarde la différence d'âge entre les deux. Il y a au minimum 50 ans d'écart. Comment expliques-tu que Renoir soit KO, et pas ce vieux couillon ? Moi j'ai la réponse. C'est lui, l'homme aux cheveux verts de tout à l'heure, et il n'a pas de bonnes intentions. Alors, méfie-toi. J'ai l'air nourrir comme ça, mais j'ai aussi un cerveau, tâche de ne pas l'oublier... Ah oui aussi. Bravo pour avoir remis en place ce gros sac plein de fric. en m’ignorant complètement.»


Bien sure, toute cette mise en scène permettait, je l’espère, à couillonner mes cherches partenaire de spectacle. Pff ! Il m’avait carrément snobé. Il m’avait complètement ignoré pour pouvoir expliquer son geste à son acolyte. Il divulgua carrément devant moi, ses craintes et ses doutes, me laissant un large choix pour réfléchir à un nouveau plan, essayant toujours de dissiper tout doute envers moi. Apparemment, ce qui le dérangeait vraiment était le faite que j’ai pu me relever aussi vite. Il faudrait donc que je trouve une solution à ce petit problème. Mon jeu n’était pas parfait, mais grâce à ces imprudences de la part de mes adversaires, je pouvais aisément régler ces petits défauts au fils des conversations. Bon ! Comment allais-je bien pouvoir me justifier ? Restais-je dans mon personnage ? C’est-à-dire un vieux débris, plu puissant qu’il en à l’aire, cachant vraiment son jeu, niveau puissance, et ainsi gagner leur confiance, en quelque sorte. Après quelques minutes de cogitations, je dénichai au fond de mon esprit la parade imparable fasse au scepticisme de cette brute de malheur. Soudain, si tôt finit sa phrase, ce dernier se jeta littéralement sur moi. M’attrapant par le col, il me souleva avec une aisance déconcertante, à quelque mètre du sol. Il place un objet tranchant au niveau de ma gorge et me susurra quelques mots. Il croyait vraiment que j’allais lui répondre sous la menace. Cela tombait très bien, je venais d’avoir une idée.

« Maintenant que mon premier problème est réglé, je m'occupe du deuxième. Ne t'en fais pas, je ne suis pas quelqu'un de complexe. J'ai deux questions. Qui es-tu vraiment, et que viens-tu faire ici ? Attention, à chaque réponse fausse, ma main pourrait glisser sur ta gorge. Je me suis bien fait comprendre ? en m’ignorant complètement.»


Un large sourire s’afficha sur mon visage ridé et plissé. Il n’aurait jamais dû me sous-estimer. J’étais en bonne posture pour lui prouver mes faux dires. D’un coup de pied sec dans le ventre, je le fis me lâcher immédiatement. Malheureusement pour lui, il alla se fracasser contre un autre point de vente. Comme quoi, la malchance s’abattait sur les vendeurs aujourd’hui. Un immense amas de poussière se souleva, sous l’impact du choc. Je suis sure qu’il y a beaucoup de questions lui traversaient maintenant l’esprit. Je savais qu’n simple petit coup comme celui-ci n’avait pas pu le mettre HS, mais cela lui avait tout de même ouvert les yeux. Mais mon geste ne pouvait prendre tout son sens que s’il était accompagné d’une réplique de la mort qui tue. Bien sûr j’ai pensé à tout ! Les amis. Mes chers compatriotes, le super Mario brosse est arrivée (et surtout ne me demandez pas pourquoi il brosse). Il me manque plus que la carapace.

« Je t’avais prévenue gamin !!! J’ai été dans mon temps l’un des plus forts combattant de ce Royaume. Et tu penses franchement que c’est en prenant de l’Âge que j’ai tout perdu. PFFFF l’ignorance de la jeunesse est vraiment pitoyable. Aouuch !!! Voilà tu es content de toi j’espère, maintenant mon arthrose est revenue. en te tordant, t’étirant dans tous les sens pour faire passer la douleur»


Allait-il gober ma comédie ? ! alalalal ! Cela serait vraiment super, pour qu’on puisse enfin passer à autre chose.


©Oni N. Asura, Le Ténébreux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Mer 27 Mar - 10:54


Yohoshi ne pouvait pas avoir raison. Comment ce vieillard était capable de changer son âge sérieusement. Un fruit du démon ? Manquerait plus que ça. Le doute s'immisçait dans mon esprit, mais je tentais de trouver une réponse logique. Il soulevait le vieillard en le menaçant et cette fois, je ne bougeais pas. Bien que cette méthode soit un peu radicale, je voulais savoir. Le vieux ne semblait pas du genre à se laisser faire. Il donna un coup de pied à Yohoshi, dans le ventre. Puis il se vantait d'être un ancien redoutable combattant. Je regardais le vieillard avec de gros yeux ronds, impressionner par sa souplesse. En réalité, je pensais à autre chose. Je connais bien les limites du corps, je suis un sabreur. Je sais lorsqu'on peut faire quelque chose où non. Son coup de pied était plutôt puissant pour un vieillard. J'étais intrigué et je commençais à avoir des doutes à mon tour. Je ne montrais aucun signe, j'affichais un large sourire en regardant le vieux. Si Yohoshi ne s'est pas trompé, on peut se servir de lui. Seulement il doit arrêter de jouer les bourrins, sans quoi il va finir par nous filer entre les pattes. Je prenais un air innocent et amusé en regardant Yohoshi.

-Tu vois bien que ce n'est qu'un vieillard... Tu crois qu'il peut changer d'apparences aussi facilement ? Si c'était le cas, je suis sûr qu'il préférerait être jeune, plutôt que vieux. Laisse le tranquille pour l'instant... J'attends toujours mes informations et j'ai envie de partir d'ici au plus vite. Aller Yohoshi, fait ça pour moi et on ira manger un morceau après.

Mon sourire était toujours le même. Quand bien même c'était un pirate, ce vieux devait me raconter ce qu'il avait vu. Il est facile pour moi de jouer les chats naïfs et impressionné, puisque je le suis tout le temps. Il n'y verra que du feu, tandis que je réfléchirais sérieusement à la situation. Il va simplement falloir que Yohoshi soit patient et qu'il me laisse gérer ça. Si cet homme a voulu profité de ma gentillesse, je vais le piéger à son propre jeu. Je n'en ai peut-être pas l'air, mais il ne faut pas me sous-estimer. Malgré son côté bourrin, Yohoshi est quelqu'un d'intelligent. Il comprendra surement ce que je veux dire. Peut-être même qu'il pourra entrevoir mon plan, il me connait un peu après tout. Ce qui n'est pas le cas de ce vieillard, qui s'imagine surement avoir un chat naïf en face de lui... Bon d'accord, c'est presque le cas, mais je suis en train de me rattraper !

Je m'approchais du vieil homme toujours avec un grand sourire. Je le regardais de tous les côtés en soulevant ses bras pour regarder ses muscles. Tel un gamin impressionné par les prouesse d'un puissant combattant. De toute façon, si c'était réellement un vieillard, j'étais vraiment impressionné. Je voulais mes infos, j'en avais marre de cette ville. Je devais quitter ce lieu au plus vite. Sans oublier que les ennuies allaient surement me suivre avec ce foutu noble. Je regardais le vieux avec un large sourire, encore plus grand qu'avant.

-Moi vous m'avez convaincu l'ami ! J'aimerais connaître votre histoire devant un bon repas, mais avant ça, j'aimerais que vous me racontiez ce que vous avez vu. Il est important que je coince se dégénérer. Même si je hais ces foutus nobles, s'attaquer à des faibles... c'est une forme de faiblesse. Donc si grâce à vous je pouvais mettre la patte sur ce fichu pirate, je pourrais lui montrer ce que ça fait d'avoir un adversaire à sa taille. Je n'en ai pas l'air, mais moi aussi je suis un redoutable combattant vous savez.

Je passais une patte derrière ma tête avec un regard tout fier. Je cherchais à me vanter un peu devant ce vieillard. Bien sûr ce n'était que dans un seul but, qu'il me raconte tout. Je déciderais ensuite de ce qu'on fait. Mon petit discours visait à le déstabiliser un peu. Si Yohoshi avait raison, cet homme n'accepterait pas de se faire insulter. Bien sûr, vu ma tête il ne pouvait pas se douter de ce que je préparais. Sauf s'il lit dans les pensées. Bien sûr, si j'aurais dû être sérieux ça aurait été plus difficile, mais naïf et souriant, je sais faire. J'espérais que Yohoshi comprendrais, il faut qu'il me laisse avoir le fin mot de cette histoire. Il pourra toujours reprendre son interrogatoire plus tard, moi je veux sa version. Un pirate qui tue des gens aussi faibles n'est qu'un lâche, je le pensais réellement. Si ce n'est que pour se faire remarquer, autant prouver sa valeur au combat. Bien que tuer des nobles permet de se faire remarquer, c'est pitoyable de passer par là. Si je mettais la patte sur cette personne, que ce soit ce vieillard ou un autre, je n'hésiterais pas à le lacérer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Dim 31 Mar - 19:42

Tel est pris qui croyait prendre..


Aouch! Quel choc! Ma tête venait de buter contre plusieurs centimètres de bois et de fruits, et j'étais presque assommé. Qu'on vienne pas me faire croire que c'est un vieillard après un coup pareil! Je sentais le sang me monter à la tête, et je pouvais aisément suivre les battements de mon cœur à travers ma caboche. Qu'est ce que ça fait mal bon dieu! À chaque mission je me prends un pain dans la gueule, c'est vraiment pas possible ça! Et là en plus, c'est par un pseudo-vieillard que je viens de me faire dégommer. Si Tsume n'avait aucun doute à présent, c'était bien le diable... Et apparemment le diable était en lui. Il vint me parler avec un air niais, me disant que le vieillard était un vieillard. Mais avec quelle force je désirais lui ouvrir les yeux! Quel idiot quand il s'y mettait. Il avait toujours cet air naïf... Trop naïf peut être.. J'analysai ses dires et ses mimiques, m'efforçant de comprendre quelque chose, une lueur qui me redonnerait espoir en lui. Et je le trouvais. Ce petit sourire amusé n'était pas du tout naturel. Il se forçait. Parce qu'il avait des doutes. Mais pourquoi s'acharnait il? Pour ses informations.. Si ce papy avait réellement des informations sur son affaire, moi je suis l'amiral en chef de la Marine! Je commençais à me relever, affichant un visage dur, et un peu vexé de m'être fait boxé par un papy. Tout allais aller très vite. Je fit un petit saut, prêt à bondir, mais je fus stoppé. Stoppé par le poids des regards. Tout les passants me regardaient avec inquiétude, et avec peur. Nous avions déjà détruit deux échoppes, et chacun craignait pour son échoppe. Ok.. J'ai compris le message. Tout le monde est contre moi.. Je fouillais au fond de ma poche, trouvant quelques billets moisis, environ 300 berrys. Je les lançait au marchand, m'excusant de lui donner si peu. Je m'epoussetais un peu, avant d'enfoncer mes poings dans mes poches. J'aimais pas tellement faire semblant, mais cela semblait être de circonstance. Je vais me faire chier pendant la fin de cette mission, je le sens bien..

Mais une phrase de Tsume, ou plutôt une attitude, me rendit le sourire. Il venait d'insulter l'assassin, qui était peut être ce vieillard, qui sait. Et à ce jeu là, je suis bien meilleur que n'importe qui.. Je les rattrapait, posant ma main sur l'épaule du vieil homme.

Excuse moi grand-père, je pensais vraiment que tu étais un criminel. Tu devais être sacrément balèze dans ta jeunesse. Ton coup de patte m'a fait vachement mal. Mais c'est le chat qui a raison. Il est plus important d'arrêter cette tarlouze d'assassin plutôt que de s'acharner sur toi. Même si j'aime pas plus les nobles que ça, pardon pour toi, j'aime encore moins les lâche comme ce criminel là. J'espère que tes infos sont bonnes, qu'on puisse le choper et lui faire la peau.

Quelle réaction allait il avoir? C'est la que se jouait à peu près tout. Soit il avait assez de sang froid pour rester calme et dans son rôle, soit il s'énervait, et on résolvait l'affaire encore plus vite. Dans tout les cas, on étaient vainqueurs.



©Oni N. Asura, Le Ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Ven 5 Avr - 17:37

hrpg: désoler pour la qualité mais quelque petit problème IRL vienne obscurcir mon chemin.



†Un Bon Déjeuner†




Feat
Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô

204 PF pour Asura 141 PF pour Tsume Azakeri et 107 pour Yohoshi au moment du récit.





Le matou revenait vers moi avec un large sourire, diffèrent de celui de tout à l’heure. Ma prestation contre son ami aurait-elle remis son jugement en considération ? Avait-il des doutes ? Non, j’en doute fort ! Et même s’il en avait, cela ne changerait rien. Il se rapprocha de moi, toujours muni de ce sourire si faux qu’il sentait l’arnaque à plein nez, puis me dit : « — Moi vous m'avez convaincu l'ami ! J'aimerais connaître votre histoire devant un bon repas, mais avant ça, j'aimerais que vous me racontiez ce que vous avez vu. Il est important que je coince se dégénérer. Même si je hais ces foutus nobles, s'attaquer à des faibles... c'est une forme de faiblesse. Donc si grâce à vous je pouvais mettre la patte sur ce fichu pirate, je pourrais lui montrer ce que ça fait d'avoir un adversaire à sa taille. Je n'en ai pas l'air, mais moi aussi je suis un redoutable combattant, vous savez. » Quoi ? Un lâche??!! Moi !!? Ce petit matou de merde ne savait rien de ma vie, rien de mon histoire, et rien de ce qui m’avait poussé à massacrer ces faiblards de noble à la con ! Il a osé ce petit con ! Je jubilais intérieurement, essayant de ne laisser paraitre aucune émotion néfaste à mon rôle. RAAAAhh !!! Ce sale matou m’énervait, mais il fallait que je me calme. Mais voilà que son acolyte en rajoute en me traitant de tarlouze. Refoulant ma rage, je pris la parole.

«Et si on allait s’asseoir devant un bon repas ?! Je connais un très bon resto. Suivez-moien rageant de l’intérieur.»


Bien sûr, je ne connaissais aucun restaurant de l’ile, mais en marchant, on allait bien tomber sur un. Et puis il fallait, malgré leur doute, que je reste crédible dans mon personnage. Marchant dans les ruelles du quartier des nobles, les deux soldats de la marine me suivaient. Après quelques minutes de marches, je tombai enfin sur un qui me paraissait à vue d’œil très chic et très populaire. Bin quoi ?! Autant qu’il me paye le repas, autant choisir celui qui est le plus cher. En rentrant dans cette bâtisse magnifiquement peinte d’un blanc immaculé, dresser par des colonnes romanesques et foulé d’un marbre blanc. Pour tous vous avouer, cette situation tombait bien, car, le démon que je suis crevait la dalle. Les clients étaient bien sur tous issus de la même classe sociale, les serveurs étaient vêtus d’un gilet noir et se tenait plus droit qu’une perche. Les tables étaient nappées d’un délicieux voile noir ainsi que de magnifiques verres et assiette posés en sa surface. Prenant place sur l’une des tables, de nombreux regards s’étaient portés sur nous. Sans doute, car nous trimbalions un sac à puces derrière nous. Le sac à puces étant bien évidemment ce chat de malheur. Regardant la carte, choisissant mon plat, je fixais mes interlocuteurs. Ils s’étaient placés devant moi, sur une table ronde. Une courte distance nous séparait. J’avais commandé un somptueux filet de bœuf à la sauce aux poivres avec pour accompagnement un délicieux gratin de citrouille. Je ne sais pas pour les deux Marines, mais moi, dès que mon repas me fut servi, je commençai à manger, tel un vieillard affamé. Non, mais blague à part. J’espère qu’ils avaient de quoi payer, car je ne compte point débourser un centime. Je n’ai même pas un centime !

Arrivé à la fin de mon plat, ne restant que quelques morceaux de viande, sentant l’agacement et l’impatience des imbéciles qui se trouvait en face de moi, je décidai de leur dire ce qui c’était réellement passé. Après de m’être exclamé sur la bonne qualité du repas, d’un geste de la main, je leur demandai de se rapprocher, toujours le sourire aux lèvres.

«Bon ! Je vois que vous vous impatientez. Je vais vous dire ce que j’ai vu hier soir.(tousse) ça avait été une très de la journée pour moi, car, depuis l’époque de ma reconversion en simple marchand de bricoles de pèches, je rentrais donc mon matériel, dans les locaux qui m’avaient été délégués. Ce local se situait à quelques mètres de la maison de ces pauvres gens. Tard dans la soirée, lorsque je m’apprêtais à fermer, j’aperçus une ombre marcher aux alentours de la maison. Lorsqu’il se mit à la lumière d’un lampadaire, je pus faire sa description. Il avait une coiffure assez étrange. Il était de couleur verte. Ses dents étaient pointues, et ses oreilles également. Des griffes dépassaient de ses manches. Oui j’en suis sure c’est cet individu qui a tué ces pauvres gens.en rageant de l’intérieur.»


Amenant un morceau de viande à ma bouche, d’une aire joviale, je passai brutalement à un air sérieux. Soudain, une lueur entoura mon être. Une lumière verdâtre. Qu’est-ce que j’étais en train de faire sous les yeux de ces deux marines ? Je dévoilais enfin mon véritable visage. Le fameux « lâche », la « tarlouze » venaient d’apparaître devant leurs yeux. Oui ! Je n’avais pas du tout apprécié ces insultes, et je pouvais enfin me lâcher, tout en ne faisant pas de vague dans ce restaurant. Oui, brusquement, j’ai révélé mon identité. Ce jeu ne m’amusait plus du tout, et ma seule envie était de partir d’ici. Je ne sais pas s’ils étaient sur le coup de l’étonnement, mais je pris à nouveau la parole :

«Bon, j’en ai marre de jouer la comédie (mange). Vous ne connaissez pas mon histoire, vous ne savez rien de moi. Vous ne savez pas pourquoi je déteste autant ces nobles. En plus je suis un pirate et j’en suis fière. Donc autant se faire remarquer et satisfaire son besoin de vengeance, vous ne croyez pas ?! (Essuie sa bouche) On fait d’une pierre deux coups ! Enfin bref, je vais m’en aller ! Sur ce, à bon entendeur, salut. (dépose le mouchoir sur la table).en fixant ses interlocuteurs.»


C’est la fin ! Le spectacle est terminé. Il y a un temps pour tout. Et le temps de ma comédie venait de prendre fin. Pourquoi étais-je si confiant ?! Pour la simple et bonne raison qu’une simple table nous séparait. Au moindre mouvement suspect, je doute fort que ces derniers puissent esquiver un de mes rayons. Comment allait-il réagir ? Se jetteront-ils sur moi comme de vulgaires bêtes, en plein milieu de ce restaurant ? Dans tous les cas, mes interlocuteurs resteront sur place avec quelques années mentales en moins. Sans crainte, et sans attendre une quelconque réaction, je me leva et pris la direction de la sorti. De toutes les façons au moindre geste de leur part suffiront pour que je puisse agir. Qu’allait-il se passer maintenant ?

©Oni N. Asura, Le Ténébreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Ven 5 Avr - 22:15



... La rage d'un sabreur ...


Mon petit discours avait eu le résultat souhaité. Malgré son calme inflexible je voyais la lueur qui habitait son regard. J'ai souvent eu la même, celle de la rage et de la colère. J'avais piqué cet homme au vif et sans le vouloir il avait dévoilé son masque. C'était encore trop tôt pour agir, nous devions prendre notre temps. C'est une cible de choix, qui sera ravi de rejoindre Tequila Wolf. Le vieil homme proposait d'aller manger un repas, c'était parfait. On prenait la route en le suivant, mais il ignorait où il allait. Je l'ai fait assez souvent pour reconnaître ce genre d'attitude. Vous marchez lourdement en regardant discrètement de droite à gauche. Lorsque vous découvre le dit restaurant, vous êtes vous-même étonner. Ce n'est pas au vieux chat qu'on apprend à faire la grimace ! Ou un truc du genre. C'était un restaurant assez chic, mais il y avait que ça ici. L'intérieur était très classe et distingué. Bien sûr tous les regards étaient braqués sur nous. Les raisons étaient diverses. Notre petite scène dans la rue, notre accoutrement ou tout simplement moi. J'attendais de voir comment il allait réagir. Il devait surement se douter de quelque chose. Avait-il un plan de secours ? Mes griffes sont prêtent pour l'éventrer, il a intérêt à bien préparer son coup.

Un fois dans le restaurant, nous commandions et nous étions rapidement servi. J'avais commandé plusieurs plats de poisson, que je dégustais avec faim. Une fois terminé, je m'essuyais les moustaches et je regardais le vieillard qui racontait sa petite histoire. Peu de temps après il perdit son sourire, il était plus sérieux. Une aura verdâtre l'entoura et il se dévoilait à nous. Aucun étonnement sur mon visage, je n'allais pas lui faire ce plaisir. J'étais très sérieux.

Son petit discours était plutôt bien ficelé, il se croyait même intouchable en se levant de la table. Ce n'était rien d'autre qu'un pirate de seconde zone. Un moins que rien qui ne trouve rien de mieux que d'affronter de faibles nobles pour réussir à gratter quelque Berrys sur sa prime. Il ne vaut pas mieux que ces foutues nobles. Je gardais mon calme, je déposais doucement ma serviette sur la table. Je repoussais ma chaise doucement, sans un bruit. Mon attitude était calme et je me tournais vers le pirate. Il n'avait pas encore quitté le restaurant, il était toujours a distance pour que je l'attaque. Je n'en faisais rien, je le regardais. Bien sûr il avait surement remarqué que je m'étais levé. Je n'avais montré aucune attitude hostile pour le moment. Les gens autour sentait la tension monter. Un silence pesant s'était installé.

-Un pirate... J'ai rencontré des pirates, des vrais. Du jour qui ne font pas dans la demi-mesure, ils explosent un navire d'un seul geste. Rien à voir avec toi. Tu crois intouchable ? Quand bien même tu sors d'ici vivant, je vais te traquer et t'anéantirais... Tu crois être en mesure de m'arrêter à chaque fois ? Crois-tu vraiment que tu sois en mesure de stoppe une bête enrager...

J'avais un large sourire qui montrait nettement mes crocs, j'avais presque une étincelle de folie dans mon regard. Je me retenais de lui sauter dessus pour lui arracher un ou deux membres. Je n'avais pas terminé mon petit discours. Cette fois-ci je prenais un ton beaucoup plus glaciale et tranchant.

-Ecoute moi bien le pirate, je me fous de ton histoire, elle ne changera rien à mon opinion... Tu n'es qu'un lâche ! Un ridicule petit pirate de pacotille qui croit qu'en tuant de vulgaire noble il va gratter quelques Berrys sur sa prime ? AH !! Laisse-moi rire... Sache que tu n'es qu'un misérable pirate, totalement insignifiant... Préférant affronter les faibles, plutôt que des adversaires plus coriaces. Tu me dégoûtes... Je suis venu dans le vaste monde pour affronter des pirates redoutables et voilà sur quoi je tombe... Un pirate de pacotille... de seconde zone... Contredis moi en m'affrontant ! Montre que tu n'es pas un lâche ! Ne fuis pas devant ce combat...

J'étais énervé et je ne me contrôlais plus, mes griffes étaient de sortie et mon regard de braise fusillait le pirate du regard. Ma rage se voyait et si personne n'intervenait je faisais un carnage sans distinction. Je ne savais pas ce que pensait Yohoshi, ni ce qu'allait décider ce pirate. Moi je voulais l'affronter et lui montrer ce que vaut un véritable adversaire. Ce lâche ne mérite pas de vivre, il ne mérite même pas l'attention de la Marine. Il ne vaut pas un clous et ne m'était pas dérangé pour le dire. Je me foutais des conséquences, de la Marine ou de Goa sur ce coup. J'assumerais l'entière responsabilité de mes actes. Les rôles étaient inversés, cette fois-ci si ce pirate bouge je le découpe en deux. Il pouvait toujours fuir, mais je lui avais fait la promesse de le traquer. Ce que je ferais, je l'anéantirais et je l'enverrais moisir au plus profond d'Impel Down. Je bouillonnais de l'intérieur, mes yeux étaient rouges écarlate, presque brillant. Je sentais les battements de mon cœur qui s'accélérait. Dans ma tête j'imaginais plusieurs façons de le découper. Quand bien même il était un pirate, il ne savait pas ce qu'il avait déclenché.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Ven 19 Avr - 13:03




†Un chat mal

dressé†




Feat
;"> Tsume Azakeri & Yohoshi Kentarô

resumé.





« -Un pirate... J'ai rencontré des pirates, des vrais. Du jour qui ne font pas dans la demi-mesure, ils explosent un navire d'un seul geste. Rien à voir avec toi. Tu crois intouchable ? Quand bien même tu sors d'ici vivant, je vais te traquer et t'anéantirais... Tu crois être en mesure de m'arrêter à chaque fois ? Crois-tu vraiment que tu sois en mesure de stoppe une bête enrager... Ecoute moi bien le pirate, je me fous de ton histoire, elle ne changera rien à mon opinion... Tu n'es qu'un lâche ! Un ridicule petit pirate de pacotille qui croit qu'en tuant de vulgaire noble il va gratter quelques Berrys sur sa prime ? AH !! Laisse-moi rire... Sache que tu n'es qu'un misérable pirate, totalement insignifiant... Préférant affronter les faibles, plutôt que des adversaires plus coriaces. Tu me dégoûtes... Je suis venu dans le vaste monde pour affronter des pirates redoutables et voilà sur quoi je tombe... Un pirate de pacotille... de seconde zone... Contredis moi en m'affrontant ! Montre que tu n'es pas un lâche ! Ne fuis pas devant ce combat...»


Moi ?! Un lâche ?! Un pirate de seconde zone ? Ce chat commençait vraiment à me casser les burnes ?! Pour lui un pirate se résumait à quelqu’un détruisant tout sur son passage sans but ni objectif dans la vie, sans stratégie et sans finesse. Ce matou ne sait rien de moi et des épreuves que j’ai dû endurer. Il confortait l’idée générale que j’avais de lui. C’était qu’un sale chat mal dressé que le gouvernement ne prenait même pas au sérieux. Il était obligé de calquer sa situation sur la mienne. Lorsque j’entendis son petit discourt de merde, mes poils se hérissèrent sur tout mon corps. En une seconde je pris ma forme démoniaque devant tout le restaurant. Un reptile, muni d’une queue épaisse et d’un tient verdâtre, sauf pour la partie du visage. Des griffes acérer, encore plus que celles de ce malheureux petit minou. Deux bêtes venaient de sortir leurs griffes et leurs crocs. Mes yeux avaient fixé ma proie. Ce sale chat vous se défouler. Il voulait combattre ! Car selon lui un homme ne se reconnaît en tant que telle que lorsqu’il répond à la violence et à l’imbécillité. Soit ! On voit bien que ce Tsume n’est pas un homme. D’ailleurs je n’en étais pas un non plus. Laissant éclater toute ma rage et ma colère. Ma langue de lézard apparue, faisant le tour de mes lèvres. J’étais déjà debout près de la sortie. Je m’étais retourné brusquement, pointant mon viseur sur ce chat.

«Si tu le souhaites… Je vais te montrer ce dont un démon est capable sale Chat errant !!! commençant à revenir vers sa table.»


Il l’aura bien cherché ! Je m’avançais vers mes deux cibles. J’étais vraiment désolé pour ce restaurant. Il m’avait pourtant si bien servi, si bien nourri. Je suis vraiment désolé, mais je crois que je vais détruire quelques assiettes. Plus je m’avançais et plus je voyais ce chat hérisser ses poils. Cela se voyait à vue d’œil que le pauvre matou ne pouvait même pas se retenir de m’attaquer. Avançant un tout petit peu, je donnais l’alerte au chat, et comme prévu se dernier sauta, chargea, grogna, et plein d’action se terminant en « a », en ma direction. Alalalalala ! Pauvre de lui ! Je n’attendais que cela. Laissez-moi vous faire la topologie, sociologie, et tout les mots qui se termine en « logie ». Oui ! Je sais je suis très joueur avec les mots aujourd’hui. Sans doute la fatigue ! Sans doute l’ennui que ce combat m’apporte. Au-dessus de moi se trouvait un magnifique lustre d’un poids facilement devinable. Il devait peser extrêmement lourd, étant donné qu’il était retenu par des chaines de gros calibre. Vous imaginer bien la suite ! Un seul bon pour trancher ses chaines suffirait à faire s’écraser ce poids lourd sur le pauvre minou en pleine course offensive. Comme dit comme fait, pile au bon moment, parfaitement dans sa trajectoire, d’un bond, tranchant les chaines retenant le lustre au plafond, ce dernier s’écrasa dans un bruit sourd sur le chat de la marine. Ce choc stoppa nette la course enrager du chat potée, car il était vraiment en beauté. N’était-il pas plus magnifique ainsi ?! Allonger comme un cadavre sans vie enfin remarque un cadavre est une personne morte donc c’est sur qu’il soit sans vie. Enfin bref ! Je disais ! N’était-il magnifique la langue sortie et le corps disposer comme un paillasson, comme trophée de guerre.

Voyant son camarade mordre littéralement la poussière ce dernier se jeta également dans la gueule du loup. C’était sans compter que sur le faite ceci était vraiment très prévisible de sa part. Si bien qu’un de mes rayons rajeunissants était déjà parti à sa rencontre. Yohoshi avait fait paraitre l’envie d’utiliser sa grande masse. Je vous le dis moi, je l’ai pris une fois, mais pas deux ! Maintenant âgé de cinq ans, ce pauvre petit Bambi n’avait plus la force nécessaire pour tenir cette immense masse, qui faisait plus de 5 fois sa taille. C’est toujours très amusant de voir les gens lorsqu’il était bébé. Ils étaient tous moches, moi y compris. Rendu inoffensif, j’avais le champ libre pour sortir du restaurant. Mais, avant, je laissai un petit cadeau pour la police locale. En un claquement de doigts, tous les nobles qui se trouvaient à l’intérieur de la bâtisse se changèrent en bébé ou en adolescent. Ce qui mit le désordre complet dans le restaurant et les alentours. Une parfaite diversion pour que je puisse m’enfuir à bord d’un petit bateau de pêche. Je quittai Goa sans le moindre dédommagement à payer. Je quittai Goa l’esprit tranquille et une furieuse envie de me mesurer à un menu plus épicer que ces deux caporaux. Je ne sais pas pourquoi, mais je présentais que se ne serait pas la dernière fois que je rencontrer ce maudit chat. Je l’avais humilié, assommé, insulté, dupé, et je croie que cela ne lui passera jamais. Heureusement pour moi, le bateau était sans surveillance. C’était un petit bateau une place très confortable. PFFFF !!! Confortable de mon cul oui ! J’étais compressé, oppresser, et concentrer avec des poissons tout au tour de moi. Alalalal ! Qu’est-ce que l’on ne ferait pas pour pouvoir s’enfuir ?!


«PFFF !!! Je m’attendais à plus de résistance… Quelle perte de temps ! commençant à revenir vers sa table.»



©Oni N. Asura, Le Ténébreux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura] Lun 22 Avr - 16:31



... Pirate lâche et fourberies ...


J'étais fou de rage, j'avais du mal à contenir ma colère. Je regardais furieusement ce maudit pirate. Je voulais le voir saigner et ramper. J'étais incapable de mon contrôler à cet instant. Lorsqu'il avançait je changeais. Je me doutais bien qu'il avait encore une fourberie derrière la tête, mais c'était plus fort que moi. Un instinct sauvage qui me pousse à détruire tout ce qui se trouve sur mon passage. Sans crier garde ce démon sauta au plafond et le temps que je comprenne il était trop tard. Un lustre s'écrasa sur moi de tout son poids. J'étais sonné, mais pas encore dans les vapes. Je l'ai vu rajeunir mon camarades et s'enfuir tel un lâche. Je perdais conscience. Il n'avait fait que prouver ce que j'avais dit, une fois de plus. Ce n'était qu'un pirate de pacotille, préférant la fourberie plutôt que l'affrontement. Lorsque je mettrais mes griffes autour de son cou il ne pourra plus fuir. Un jour viendra où je pourrais enfin le détruire. Pour l'instant j'avais été dupé et surtout, j'avais laissé mes pulsions prendre le dessus. Une drôle de sensation m'avait envahi. C'était inqualifiable. Je n'avais pas ressenti ça depuis mes affrontements sur l'île. J'espérais que ça ne se reproduise plus, car j'avais laissé filer ce foutu pirate. Aussi lâche qu'il soit, c'est ma faute, je n'aurais pas été aveugler par ma colère il serait tombé sous mes griffes.

Plus tard je me réveillais lorsque Yohoshi me dégageait du lustre. J'étais encore sonné, mais j'étais toujours en colère. Je ne voulais qu'une chose, retrouver ce foutu pirate et lui faire payer. Un de plus sur ma liste qui commence à s'agrandir. Je leur montrerais à tout ce que je vaux réellement. Je serai au-dessus d'eux dans peu de temps et je les retrouverais. La défaite sera violente et le gouffre entre eux et moi si important, qu'il me supplieront de les épargner. Je suis un Sabreur, mais je suis un traqueur, je retrouverais ce démon tôt ou tard. Yohoshi tenta de me calmer et de m'aider, mais je n'écoutais pas.

-Laisse... ce foutu pirate paiera un jour pour ces fourberies. Lorsqu'il ne pourra plus fuir je lui enfoncerais mes griffes dans ses côtes et je lui ferais craché ses tripes...

Je quittais le restaurant qui était encore sous le choc. Le gros tas de noble qui m'avait saoulé pendant tout mon séjour m'attendait à la sortie avec un escadron de la milice locale. Mes yeux rouges suffisaient à les faire trembler. Je n'étais pas d'humeur à écouter ses jérémiades. Voyant que je lui tournais le dos il envoya ses toutous dans mon dos. Une poignée d'homme... cinq tout au plus. Je les maîtrisais rapidement, mais je ne faisais que les désarmer. Je n'en avais blessé aucun, il n'avait que de légères coupures. Je me précipitais vers le noble qui était une nouvelle fois effrayé. Il reculais en me voyant et puis à un moment il tomba en arrière. La tête en bas, il était coincé dans un puits en train de hurler. J'étais satisfait et je pouvais partir d'ici une bonne fois pour toute. Ils ont mis plusieurs heures à le sortir de ce puits, moi j'étais déjà loin. Je pouvais l'imaginer hurlant à s'en faire péter les veines. J'avais d'autre chose en tête. Je devais retrouver ce foutu pirate pour le lacérer et lui faire payer. La prochaine fois il n'allait pas s'en sortir, il sera ma proie et je serais le chasseur.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura]

Revenir en haut Aller en bas

[FlashBack] Du grabuge à Goa ? Tsume débarque ! [PV : Yohoshi Kentarô / Oni N. Asura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Royaume de Goa-