AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Stone Ocean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Stone Ocean Mer 13 Mar - 22:50

    Depuis quelques jours, Gouki était dans un état second. Une sorte de passerelle entre une vie vide de sens et une mort qui ne pourrait l'apaiser. Il n'avait pas eu la vie facile, et les embruns piquaient ses bras qu'il venait tout juste de faire tatouer après être tombé fortuitement sur un tatoueur. Il avait choisi des motifs propres à sa tribu, symbolisant les Dieux, la vie et la mort. La mort. Son île. Il devait y retourner, même s'il arrivait en avance par rapport à son frère. Et donc, lorsqu'il était tombé sur ce bateau qui proposait de l'amener sur son île natale, il avait sauté sur l'occasion. Il n'avait jamais été très dépensier, et avait toujours eu des extras plutôt juteux au cours de ses années de boulot, il avait donc quelques berries de côté et s'était payé une cabine luxueuse. Certes, il dépareillait avec les nobles et autres richards qui logeaient dans cette partie du bateau, mais il s'en fichait. Il n'était qu'un fantôme et ne sortait pas de la cabine. Tous les repas auxquels il n'avait pas touché attendaient là, refroidis depuis plus ou moins longtemps. Son regard vague fixait le plafonnier, indifférent à l'éclairage. Il repensait aux évènements confus de ces derniers jours.

    ***

    Gouki resta immobile tandis que la lampe à huile sur le bureau vacillait avant de s'éteindre. Tout son corps tremblait comme une feuille, et il lui fallut un effort surhumain pour baisser les yeux vers son poing. Ce bruit de gouttes qui tombaient... Il voyait, dans l'obscurité nouvelle, le sang sur son poing et son avant-bras. Mr Whittaker posa ses deux mains sur son ventre béant, du sang coulant à flots de sa bouche. Il essaya de dire un mot, puis s'effondra. Notre héros le rattrapa, et essaya de le soutenir, mais son regard était déjà vitreux. Et puis, le sang qui coulait devant ses yeux n'aidait pas. Soudain, la porte s'ouvrit, et un bruit de verre brisé retentit. Le Cahir se retourna, et ce qu'il vit était ce qu'il craignait le plus: Carly était là, dans l'embrasure de la porte, et elle avait fait tomber son chandelier. Sa bouche tremblait et des larmes coulaient à grosses gouttes de ses yeux. Gouki lâcha le père de sa belle, et s'approcha d'elle, une main tendue, comme pour la retenir, mais elle partit en courant et en criant, non sans lui avoir jeté les morceaux d'une armure décorative et l'avoir menacé de loin avec l'épée. Notre héros jura et fila vers la fenêtre, des larmes se mêlant au sang de sa future balafre. Pourquoi fallait-il que ça se termine comme ça? Il bondit par la fenêtre, et atterrit quelques mètres plus bas dans une pluie d'éclats de verre. Le port. Il fallait qu'il fuie. Des cris commençaient à résonner: les forces de l'ordre s'organisaient pour attraper le meurtrier.

    Il connaissait la ville comme sa poche, et emprunta des coursives pour arriver au port. Dans l'une d'elle, il tomba hélas sur deux policiers qui avaient un Den den Mushi à la main. Les ayant repéré à l'avance, il essaya d'être discret, mais on leur avait communiqué sa description et ils menacèrent le guerrier avec leurs armes. Il fit fondre celle du premier et l'étala d'un coup de poing à l'estomac et au menton, puis assomma le second avec un coup dans la tempe, avant de reprendre sa course effrénée. Une fois au port, un bateau nocturne partait. Un navire de croisière. Il se faufila dedans, et se pressa dans la cale, où il se terra dans un coin obscur, recroquevillé en position fœtale. Il entreprit de compter ses possessions: il avait abandonné son appartement, ses meubles et ses vêtements, mais il avait son épargne personnelle sur lui. De quoi voir venir. S'il ne mourait pas. Il avait perdu Carly. Celle qui était prête à l'épouser il y a de cela deux heures lui vouait à présent une haine inimaginable. Il aurait dû l'écouter et ne pas demander à son père. Il tâta son visage, se rappelant soudain du coup de tesson de Mr Whittaker. Le sang avait séché par endroits, mais il s'était mêlé à la sueur à d'autres et c'était dégueulasse. Il devait trouver de l'eau. Il se leva et quitta la cale, errant sur le navire tel un fantôme. Peu importait de croiser des gens. Il voulait juste de l'eau pour se laver le visage et étancher sa soif et il aviserait. Mais que lui restait-il comme choix à part la mort?


    ***

    La suite était floue. Sur le bateau, on l'avait pris en pitié après avoir vu que les menaces de le jeter à l'eau ne fonctionnaient pas, sans doute parce qu'il était limité mentalement (l'air hagard et le sang ne devaient pas aider à paraître civilisé). Il avait suivi la croisière jusqu'à son terme, une île de South Blue. Là il s'était fait tatouer après avoir été mystérieusement attiré par l'enseigne de la boutique, et tout lui apparut clair: il devait retourner sur son île. Et attendre Ketsueki. Lui saurait se débrouiller. Lui saurait sortir Gouki de ce simulacre de vie qui avait remplacé sa vie si parfaite. Et c'est donc après avoir acheté un billet pour une croisière passant par son île (certains endroits étaient conçus pour accueillir les touristes, car même si Papy Hernan voulait éviter les autres, il fallait bien faire rentrer un peu d'argent pour les ressources introuvables sur l'île) qu'il s'était retrouvé ici, par cette nuit étoilée, à rester comme un flan dans son lit. Soudain, pris d'une envie soudaine, il se leva et marcha tel un robot jusqu'au pont. Là, il s'appuya sur le bastingage, laissant le vent frais de la nuit caresser son visage. Il y voyait clairement grâce à la lune et aux étoiles. Sur South Blue, le climat était plus chaud et beaucoup plus lumineux que parmi les grisailles de North Blue. C'est ce qui lui permit de remarquer une silhouette humanoïde dans l'eau. Un passager tombé à l'eau? Il ne pouvait pas l'aider à cause de son fruit. Peut-être appeler quelqu'un. Il se tourna vers les cabines, le regard toujours aussi vide. Difficile de parler.


Dernière édition par Gouki le Jeu 21 Mar - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Jeu 14 Mar - 20:51

Frigorifiée, Kana nageait à toute vitesse vers le south blue pour ne plus jamais aller dans le north blue. Pourquoi? Par-ce qu'il fait trop froid et que mademoiselle est trop idiote pour s'en protéger efficacement. La raison de la venue de la mercenaire était une de ses cibles qui a essayé de lui échapper en se réfugiant sur une île gelée du north blue. La cible était le capitaine Svenson, un pirate qui avait tué des enfants lors d'un raid contre un village. Heureusement, Kana était présente et l'a chassé...cependant, elle n'a pas pu sauver les mômes et elle s'est prit une balle de sa part.Elle lui en veut depuis tout ce temps, et sa quête de la justice s'est transformée en une obsession déraisonnable pour la vengeance. Ça c'est la petite histoire, mais la poursuite de Svenson avait duré des semaines. Un peu naîf quand même de croire que l'on peut semer une femme poulpe dans l'eau en bateau, même à grande vitesse. Bref, Kana n'a pas pu agir tout de suite, par-ce que de un, elle n'était pas aussi forte qu'aujourd'hui, et les nombreux filets étaient dangereux pour elle, car si elle les touchait, ça voulait simplement dire qu'elle serait capturée. Bref, elle dû entrer dans le north blue à son plus grand déplaisir et elle attendit..patiemment. Elle décida d'agir le troisième jour suivant l'amarrage du bateau, pendant une froide nuit ou un blizzard s'était levé. Entre temps, elle avait soigné sa blessure. À moitié gelée, Kanamari monta alors sur le navire. Une tuerie s'en suivit, car la femme poisson ne pouvait plus se contenir. Elle avait faim, froid et soif de vengeance. L'affrontement ne fut pas sans blessures, mais la puissance d'une créature enragée de ce genre est terrible à contempler. Bref, je ne vous raconterai pas ce qui s'est passé car Kanamari s'est montré particulièrement sadique et elle a même faillit dévorer les entrailles de Svenson après lui avoir arracher l'estomac alors qu'il était encore vivant. Le seul truc notable est le fait qu'elle ait fait sauter le navire en mettant le feu aux poudres et aux munitions. On entendit plus jamais parler de Vincent E. Svenson. Pour la suite, Kana est repartie au south blue, voulant goûter à des climats magnifiques et des eaux chaudes.


La mer du North blue était vraiment glaciale comparativement à South blue qui ressemblait au paradis en comparaison. L'exploratrice voulait connaître les eaux dans lesquelles elle allait faire ses opérations et surtout, pratiquer son métier de mercenaire. Franchement, elle allait oublier le north blue...il faisait trop froid et les poissons n'étaient pas excellents. Bref, Kana explora les fonds marin du sud pendant une grosse partie de la journée. Les prédateurs n'étaient pas excessivement dangereux et la pêche au crâbe était excellente pour les déjeuner. Le fait d'évoluer dans une eau claire et lucide permettait aussi à Kana de repérer des bateaux de loin et donc, ses cibles ou des ennemis potentiels. Pouvant se camoufler dans les fonds marins, elle n'avait aucun problème à tromper les pirates et la marine quand elle devait attaquer ou s'enfuir. Bon, tout ça c'est bien beau, mais maintenant, il fallait que la femme poulpe puisse trouver des gens un bateau qui voudrait bien faire cuire ses poissons pour elle.

Je dis çà par-ce que la donzelle a trouvé un jolie banc de thon et elle en avait attrapé énormément. Le problème était le fait qu'elle soit un peu difficile et qu'il lui prenne parfois des goûts de luxe. Elle aime bien la viande chaude et légèrement salée au sel de mer, alors pourquoi ne pas demander aux humains? La journée s'achève, le soleil se couche et Kana avait faim, alors elle trouva rapidement un bateau qui pourrait l'intéresser...et après une heure de recherche, elle trouva ce qu'elle voulait: Un bateau de croisière. Tant pis si les humains ne veulent pas l'aider, elle les forcera à l'accepter s'ils ne veulent pas d'elle. Maintenant, le but était de monter sur le pont, chose qui n'est pas toujours facile pour des raisons évidentes. Faisant le tour du navire en nageant rapidement, la poulpe repéra enfin des cordages sur lesquels elle pourra grimper. Se propulsant violemment de l'eau, elle attrapa le cordage tout en tenant son gros filet de poisson avec ses tentacules. Elle fut à bord en moins de deux, et pour ne pas semer la panique, elle se montra à la vue de tous les matelots présents.


La surprise fut grande en voyant la femme poulpe qui expliqua rapidement ses intentions. Pour ''payer'' sa venue sur le navire, Kana donna alors une magnifique perle aux couleurs d'arc-en-ciel au capitaine qui n'eut d'autre choix que d'accepter. Le paiement en valait la peine et elle ne semblait pas dangereuse. Fort aise, le capitaine lui offrit même de faire cuisiner son repas. Il fallait cependant qu'elle attende sur le pont, car les cabines étaient pour les clients. Se fichant des cabines, la femme poulpe leur donna ses prises et s'assit sur le rebord en laissant ses tentacules à l'air libre hors du bateau.


Dernière édition par Kanamari le Jeu 14 Mar - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Jeu 14 Mar - 23:05

    La silhouette qu'il avait repérée dans l'eau disparut bien vite, filant à toute vitesse. Un gros poisson d'une espèce inconnue? Non ça avait l'air trop humain. Peut-être qu'il hallucinait. Peut-être que bientôt il finirait dans l'eau parce que le bastingage avait disparu sous ses yeux. Mais non, la silhouette tira bientôt le rideau sur sa véritable identité: avec un bruissement d'eau des plus repérables, et qui se rapprochait, la forme mystérieuse monta sur le bateau, et Gouki resta bouche-bée un moment: des cheveux noirs, des espèces de protubérances sur les épaules, un visage féminin, deux "monts du plaisir" comme les appelait un de ses anciens collègues et... des tentacules. Oui. Des tentacules. Comme si un poulpe essayait de dévorer la femme et était restée bloquée parce que son postérieur était trop gros. Mais nulle trace de morsure ou de sang: il avait bien affaire à un hybride entre un poulpe et une femme. Il se frotta les yeux, ne pensant même pas que c'était une femme (il avait remarqué, depuis l'incident avec Carly, qu'il n'arrivait plus à les regarder en face et avait tendance à les éviter au maximum), et resta incrédule tandis que la femme pieuvre saluait les matelots à la cantonade, et demanda qu'on lui cuisine les thons qu'elle avait ramené avec elle. Elle offrit une grosse perle au capitaine, qui avait des yeux ronds au moins aussi gros que la perle et celui-ci fila en traînant les poissons de la femme poulpe.

    Puis, la créature avait "marché" avec ses tentacules et s'était assise sur la rambarde du navire, indifférente aux chuchotements de tous les passagers, telle une émo, parmi lesquelles elle était, il faut le dire, une exception. Beaucoup étaient sceptiques sur le côté mi-femme mi-poisson, de nombreuses femmes donnaient des coups d'éventails sur leurs époux qui saignaient du nez devant de si jolis seins à l'air (Gouki ne parvenait plus à les regarder, mais de ce qu'il avait vu ils étaient loin d'être moches, mais tout de même moins biens que ceux de Carly... Y penser lui enferma le cœur dans un étau, alors que l'image souriante de sa douce envahissait son esprit), et même une femme un peu bizarre appelée Sophie qui ne pouvait s'empêcher de gémir de plaisir en voyant tant de tentacules. Bref, Gouki restait là à réfléchir: parler à cette femme? Ne pas lui parler? Il ne savait pas ce que mangeaient les homme-poissons. Si ça se trouve elle voulait ajouter un Gouki à son dîner. Mais bon. Son arrivée aussi soudaine qu'inattendue avait réussi à le tirer un peu de son mutisme. Il s'en approcha à pas lents, et baissa les yeux, fixant ses tentacules qui gigotaient beaucoup, tandis qu'en fond sonore Sophie avait beaucoup de mal à se contenir. Notre charpentier prit la parole:


    - Bonsoir, mademoiselle. Excusez-moi, mais qu'êtes-vous? Je n'ai jamais vu d'êtres similaires. Un poulpe a couché avec votre maman? Ou bien vous êtes née de pratiques zoophiles que je ne juge pas? Je dois vous avouer être assez curieux là-dessus, même si c'est assez malpoli d'être trop curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Ven 15 Mar - 0:00

Kana était toujours assise sur la rambarde, perdue dans ses pensées. Elle fixait le ciel, chose qu'elle trouvait magnifique et qu'elle n'avait découvert que très récemment. Il faut dire qu'une telle chose n'existait pas sur l'île des hommes poissons. Un des buts de Kana est actuellement de voir Skypea de ses propres yeux. D'ailleurs, elle serait probablement la première de son espèce à accéder à cet endroit mystique. On dit que la mer est faite de nuages et que des anges vivent là bas. La poulpe n'a jamais vu d'anges de sa vie, mais elle ne sait pas ce qu'elle donnerait pour poser le pied sur cette île, ne serait-ce que quelque instants.Soudain, une voix masculine la tira de son rêve.

- Bonsoir, mademoiselle. Excusez-moi, mais qu'êtes-vous? Je n'ai jamais vu d'êtres similaires.

La réponse était pourtant évidente. Le reste de la phrase insulta la donzelle qui ne répondit pas tout de suite. Se retournant pour voir à quel crétin elle avait affaire, Kana posa son regard sur un humain, un homme en faite. Il ressemblait à un barbare qui a rejoint la civilisation il y a peu de temps. Enfin, ce sont les tatouages qui ont provoqué la métaphore. Bref, la femme poulpe se retenait de ne pas lui foutre un gnon des plus puissants. Pour qui cet idiot la prenait? Elle lui répondit froidement.

-Vos propos sont blessants, mais soit, je vous pardonne votre ignorance. Je suis une femme poisson et mon père était un homme poisson. Ma mère était une sirène. Je suis issue de leur union et je viens de l'île des hommes poissons, située quelque part sur le red line. Non, je ne suis pas née de pratiques contre natures. Ne me comparez pas à vous, les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Ven 15 Mar - 22:25

    Une chose est sûre, s'il y avait une façon correcte de s'adresser à une femme qui ressemblait à un mélange entre une humaine et un poulpe, notre charpentier n'avait pas choisi la bonne. La brune lui répondit avec froideur, expliquant qu'elle était blessée par son ignorance, et qu'elle était une femme poisson. Sans doute une espèce existante et avérée... Décidément, les mers étaient bien vastes! Son père était de la même race, sa mère était une sirène, et elle venait de l'ile des homme-poissons (oh, comme c'était original), qui se trouvait à Red Line. Elle était née de rapports normaux, et ne voulait pas qu'on la juge égale aux humains. Il y avait quelque chose dans sa façon de dire ça qui ne plaisait pas à notre héros. Une espèce de condescendance teintée de vanité. Elle se jugeait supérieure aux êtres humains, peut-être. Pourquoi? Parce qu'elle pouvait respirer sous l'eau et avait des tentacules. Mais ce n'était que des suppositions. Peut-être qu'elle détestait tout le monde, après tout. Ou que c'était sa voix naturelle. Mais l'hypothèse du mépris se tenait aussi puisqu'elle n'avait pas cherché à nouer le contact avec notre héros, ne lui demandant ni son nom ni quoi que ce soit. Peut-être l'avait-il vexée. Ou alors elle n'était pas bavarde. Ça tombe bien, lui non plus. La soirée aurait pu se finir comme ça, lui retournant dans sa cabine après avoir non sans mal écarté la foule de badauds qui observait la femme-poulpe, et cette dernière replongeant à l'eau après avoir eu son repas. Mais hélas, ce soir-là, des types à l'esprit plutôt étroit étaient montés sur le navire.

    Un homme s'avança. Grand, la trentaine, le teint clair, les cheveux courts, des traits carrés et des biceps solides, il plongeait des yeux gris brûlant de haine sur la femme qui se tenait sur le bastingage. Notre héros frémit en voyant son regard: c'était le même que celui de M. Whittaker, ce fameux soir où... Il trembla de plus belle. L'autre s'avança encore un peu, dévisageant toujours la femme-poisson, puis la pointa du doigt et dit d'un ton haineux qu'il n'y avait pas de place pour les sous-hommes sur cette croisière, et qu'elle devait retourner à la mer, où il l'aiderait à grands coups de pied dans sa gueule, des fois que ça la rende moins moche. Mais il n'allait pas lui laisser le temps de réfléchir, puisque sitôt sa phrase terminée, il commença à s'approcher de la femme. Dans la foule, des murmures d'approbation résonnaient: même les marins considéraient l'option de la renvoyer à l'eau. Après tout, maintenant qu'elle avait donné sa perle, rien ne les obligeait à donner ses poissons à cette sous-race. Gouki restait là, à observer, les poings se serrant petit à petit malgré son mode loque de ces derniers jours. Tant d'étroitesse d'esprit... Comme le père de Carly qui refusait qu'elle épouse un sauvage, préférant un gars de la ville. Après tout... Ce type haïssait les hommes-poissons parce qu'ils n'étaient pas comme lui, qu'est-ce qui l'empêchait de détester les personnes venant d'îles autres que la sienne?

    Ni une ni deux, il s'interposa entre le gars et la femme-poulpe, et décocha un crochet à l'autre. Le choc de ses phalanges sur la joue du type le fit vibrer, comme un électrochoc: il se sentait soudainement plus vivant. La tête de l'autre partit à quatre-vingt dix degrés et il tomba au sol, du sang s'écoulant de sa lèvre. Gouki fit craquer ses poings, tandis que d'autres racistes s'avançaient, certains levant leurs chemises, dévoilant des pistolets. Les marins du lot avaient des matraques, et sa première victime commençait à se relever. Il prit la parole, en proie à la colère pour une raison qui lui était inconnue, après tout il ignorait tout de la bonne femme:


    - Je ne tolèrerais pas que des types à l'esprit étroit soient sur le même bateau que moi. Venez prendre une douche froide pour vous remettre les idées en place! Il se tourna vers la femme à tentacules, prenant soin de fixer ces dernières: Mettez-vous à l'abri, l'amie. Ça risque de cogner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Lun 18 Mar - 21:53

Franchement, quel rustre celui-là! Était-elle un extraterrestre à ses yeux, malgré que le fait qu'elle possédait des tentacules? De toute façon, les humains avaient beau être excessivement variés physiquement et psychologiquement, on dirait que les humains qu'elle rencontraient étaient tous pareil; c'est à dire idiots, méchants ou ignorants. Dire que la reine a essayé de faire la paix et même de cohabiter avec cette race de la surface. Ce n'est pas pure folie, mais selon Kana, les humains et les hommes poissons ne sont pas encore prêts à vivre en parfaite harmonie pour des raisons évidentes. Pourtant, l'alliance des deux races pourraient former une véritable puissance, autant commerciale que militaire. Bref, cette époque n'est pas encore arrivé, mais sait-t-on jamais. Cependant, avec l'attitude raciste qu'on les humains et particulièrement ceux qui sont sur le pont, il sera difficile de penser à vivre aux côtés de ces raclures. Bon...grosso modo, les clients ne semblent pas très très content de sa présence sur le bateau et ils voudraient bien qu'elle fiche le camp, quitte à la tabasser. Loin de vouloir forcer la main à ces humains, la femme poulpe ne répondit pas aux insultes et aux tirades des crétins hostiles et des matelots méchants. Elle n'attendait qu'une seule chose...enfin deux. La première est évidement son repas et la deuxième est l'attaque. Les insultes ne la touchent jamais, mais elle espère qu'ils en viendront aux coups rapidement pour leur mettre une véritable raclée dont ils se souviendront. Cette idée s'estompa rapidement quand l'autre type impoli se mêla de tout ça et envoya valdinguer un des mec d'un vaillant coup de poing.

La scène fit éclater la donzelle de rire. Elle n'avait pas imaginé une seule seconde que ce type la défendrait. Mieux même, il se proposait pour prendre soin de tous ces crétins pour elle alors qu'elle se mettrait à l'abris. Tout ça c'est très romantique et plutôt inattendu, mais Kana avait d'autres idées en tête. Elle lui ôta sa vision chevaleresque de la tête en crachant un puissant jet d'encre sur l'un des mec armés d'un pistolet. N'ayant pas craché à puissance maximum, Kana est à peu près sûre que le bras de sa victime n'est pas cassé...en théorie. Elle fit la même chose aux autres qui avaient encore une arme à feu...elle n'aime pas les armes à feu. Lorsque la balance pencha un peu plus envers la faveur du duo, Kana se propulsa et attrapa une poêle à frire qu'elle sortie de son sac, de quoi faire rire tout le monde. Pourquoi une ridicule poêle à frire? Par-ce que la donzelle ne voulait blesser personne, voilà tout. Devant cette arme ridicule, la plupart des attaquants décidèrent...bah d'attaquer. Quelque-uns se lancèrent sur la femme poisson, d'autres sur son partenaire de baston. Esquivant un coup de bâton, Kana fit trébucher le premier assaillant avec sa tentacule et le balança sur deux autres crétins. Les trois s'affalèrent sur le sol, mais un coup de matraque sur une de ses tentacule(Par-ce qu'il a deviné la tactique) fit grimacer la femme poisson qui se retourna pour lui foutre un coup de poêle qui l'envoya dans un tas de cordage. Étrangement, celui-là n'est pas sensé se relever et la foule ne riait plus autant de son arme qui pourtant, semblait tellement anodine au départ. Entre temps, la femme poulpe observait le barbare pour voir comment il s'en sortait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Mar 19 Mar - 22:08

    La jeune femme-poulpe ne fit rien de ce qu'avait demandé notre Cahir: non seulement elle ne retourna pas à l'eau pour s'abriter du combat à venir, mais en plus elle cracha un violent jet d'encre, confirmant ses caractéristiques poulpesque, si vous me passez le néologisme, arrachant au passage son pistolet et un cri à l'un des types armés. Son bras avait d'ailleurs pris un angle un peu bizarre pendant un petit moment. Elle fit de même à plusieurs reprises, faisant voler tous les pistolets, certains tombant à la mer, d'autres sur le bateau, tombant inutiles sur le plancher. Puis, elle extirpa une... poêle à frire de ses affaires et fondit vers les autres, qui lancèrent eux aussi la mêlée. Les femmes et les innocents étaient déjà partis se réfugier dans leurs cabines, mais notre héros pouvait clairement discerner les têtes aplaties contre les hublots pour ne pas manquer une miette du spectacle. La poêle provoquait des "BONG" réguliers en heurtant les crânes, et Gouki avait fort à faire: puisqu'il avait défendu la femme, alors c'est qu'il était un ami des hommes-poissons, et les amis de mes ennemis sont mes ennemis, après-tout. Il esquiva un crochet en se baissant, s'étonnant au passage de le trouver si lent même s'il n'avait pas combattu depuis longtemps, et contre-attaqua avec un direct à l'estomac, plus fort que dans ses souvenirs. Finalement, ça servait de soulever de lourdes poutres et autres pièces pendant près de six ans! Il acheva de sonner le bonhomme avec un uppercut, et esquiva un coup de couteau en pivotant sur le côté. Jab dans le nez, coup de tête, deuxième cible étalée.

    Deux racistes l'attaquèrent en même temps. Ils avaient bien la tête de l'emploi, avec leur crâne rasé et leur regard mauvais. Il para un crochet en déviant le poing dans le visage du second, puis fit une balayette à la victime du coup de poing. Il saisit les épaules du premier et frappa dans le creux du genou, faisant flageoler les jambes de l'autre, qu'il maintenait toujours aux épaules. Il lâcha tout en donnant une impulsion, résultat l'autre tomba sur le dos avec un bruit sourd. Le second se relevait déjà: crochet du gauche, du droit. Il était sonné, alors notre héros le souleva au-dessus de sa tête avec un grognement et le jeta sur son camarade, achevant les deux. Il souffla et esquiva une nouvelle lame, la brisa d'un coup du tranchant de la main (mauvaise qualité+ charpentier pendant six ans+ formation de guerrier= équation gagnante) avant de jeter son porteur médusé à l'eau d'un violent coup de pied au visage. Il n'avait pas frappé trop fort, pour éviter que l'autre ne soit assommé et se noie. Alors que les assauts commençaient à se calmer, il remarqua que sa première victime avait ramassé un pistolet et pointait la femme-poulpe, qui n'avait rien vu. Merde! Gouki commença à courir, tandis que le coup de feu résonnait.

    Il arriva juste à temps, son bras tendu bloquant la balle... avec sa défense Logia, qui avait changé sa paume en magma. Il la regarda en tremblant, et revit le corps transpercé de M. Whittaker devant lui. Non... Non, impossible. Il ne l'avait... pas fait exprès? Il tremblait comme une feuille, et c'est de cette faille que profita le raciste pour le tacler, le jetant en arrière. Il fracassa la rambarde et tomba à l'eau. Il se sentait lourd.. comme une enclume. Et privé de ses forces... Rien à voir avec son trouble, c'était juste la contre-partie de son fruit du démon. Il avait pensé, après le meurtre du père de l'amour de sa vie, que le décès était la seule solution, car il n'avait plus rien. Mais non, il y avait Ketsueki. Il voulait rentrer sur l'île, bordel! Et il coulait, coulait.... Alors qu'il commençait à ne plus pouvoir respirer, et ne pouvait pas même agiter les bras, entraîné inexorablement vers le fond qu'il était, il vit son frère fendre les flots et plonger vers lui... Ketsueki? Ici? Impossible!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Stone Ocean Lun 25 Mar - 0:59

[HRP: Double post, mais je conclus vu qu'il est fort probable que Kanamari nous claque entre les doigts]

    Son frère fendait l'eau comme s'il n'avait jamais mangé de fruit, descendant pour sauver le Cahir. Celui-ci ouvrit la bouche, ne pouvant plus retenir son souffle, et des bulles d'air remontèrent à la surface. La poigne de Ketsueki le saisit sous les aisselles, et aussi au niveau des côtes et des jambes... Hum, il ne se souvenait pas que son frère possédait autant de bras. Il le tira vers le haut à toute vitesse et l'extirpa de l'eau, avant de bondir sur le pont, de le poser par terre et de commencer à lui appuyer sur la poitrine pour qu'il crache l'eau avalée. Après un moment, le charpentier pivota sur le côté et vomit un mélange d'eau salée et de salive. Il se redressa et constata que ce n'était pas son frère qui l'avait sauvé, mais la femme-poulpe. En voyant son visage et sa poitrine, il détourna rapidement la tête, rougissant. Les racistes étaient calmés, grâce notamment à l'intervention du capitaine et de ses hommes les plus costauds qui étaient restés sains d'esprit, eux. Notre héros, fixant les tentacules de sa sauveuse, commença à bafouiller, la remerciant et lui demandant son nom. Elle se présenta comme Kanamari. Lui se présenta comme Gouki. Soudain, la femme-poulpe redressa la tête et sembla remarquer quelque chose. Le capitaine avançait avec ses thons grillés, mais la femme-poisson déclina et fondit dans l'eau, prétextant qu'elle avait des choses à faire. Notre héros resta pantois un moment: pourquoi était-elle partie si vite? Que devait-elle faire de si pressant?

    Bref, il se releva et, gêné par la foule et les excuses incessantes des racistes, surtout celles de l'homme qui l'avait poussé à l'eau, il filait vers sa cabine. Il marmonna des "Ce n'est pas grave", puis s'enferma dans sa chambre. Le reste du voyage se passa plutôt bien et Gouki arriva quelques jours plus tard sur son île, où il espérait vite retrouver son frère...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Stone Ocean

Revenir en haut Aller en bas

Stone Ocean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Sur les mers de South blue-