AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Lun 25 Mar - 0:26

Un projet fou... C'était ce que j'avais en tête. Mais pour déclenche une guerre il faut des alliés et des armes. Même si naturellement, ce n'est pas que ce je préfère, nous n'avons pas le choix. Nous avons navigué un petit moment. Il nous as fallu quelques semaines pour changer de mer. Fini l'est et son calme. Ne revoilà sur la mer qui nous as vu naître, Gouki et moi... Là où j'ai vécu mes premières aventures et là où j'ai tant soufferts. Mais tout ça, c'était derrière nous ! C'est vers chez nous que nous nous dirigeons. Mais entre temps, il y avait cette île étrange... A vrai dire, nous avons eu ces informations complètement par hasard. Mais nous les avons eu ! Visiblement, il s'agissait d'une île étrange, qui avait appartenu à la révolution du « Dieu noir ». J'étais débout, près de la figure de proue, le pied posé sur un poutrelle de bois, la main au dessus de mes yeux fixant l'horizon. Une cigarette dans la bouche.

Brusquement, quelque chose à attiré mon attention. Non loin de l'endroit où nous nous trouvions, à quelques miles, nous pouvons voir d'épais nuage de fumée noir s’élever dans le ciel. Pas de doute, nous avons suivit le bon cape, nous ne pouvons être qu'au bon endroit... Mais nous n'étions pas les seuls à être arrivée. Il y avait des oiseaux de mauvaises augures... Pas des corbeaux non... Des oiseaux qui porte encore plus de mauvaises nouvelles ! Des mouettes ! Trop de mouette ! La marine était arrivée avant nous sur l'île... Et il n'était pas venus avec un petit contingent non... De l'angle où nous approchions, nous pouvions facilement voir cinq navires de guerres lourdement armées.

Rapidement, j'ai levé le branle-bas de combat sur la navire. Nous avions décidé de baisser la pavillon noir, pour voyager plus tranquillement, mais nous l'avons donc rapidement relevé ! Annonçant à la marine notre venu sur place ! Il n'y avait pas le temps pour la discrétion ! Rapidement, nous avons pris nos postes de combat habituelle. Maintenant nous étions mieux entraînés. Nous avons appris à mieux nous entraîné et nous nous battons parfaitement ensemble maintenant, d'un seul corps, d'un seul cœur ! Mais les choses vont être un peu différentes aujourd'hui. J'ai envie de prendre des risques, vivons l'aventure à fond ! J'ai donc donné les ordres de batailles ! Notre bon clodo était chargé des cannons, comme à son habitude. Igaku et Gouki s’occuperont de la défense du navire et ace... de la barre ! Une responsabilité de poids pour lui... Voyons s'il est à la hauteur !

Je me suis ensuite dirigé ensuite vers la figure de proue rapidement. Nous étions tous près au combat et les choses allaient bien commencé. J'ai d'abord donné l'ordre à Sakazuki de tirer une volée dans la direction des navires de guerre pour attirer définitivement leur attention. La plus part des boulets ont touché l'eau et avec un peu de chance, un pauvre crabe qui passait par là, mais rien de concret. Un sourire en coin, j'ai tendu mon bras en avant. Puis, un flash lumineux plus tard, j'étais ailleurs. Un éclair venait de mystérieusement toucher les réserves de poudre d'un navire. Qui a explosé sous l'impact. Et au bout de cet éclair, il y a avait moi. L'explosion ne m'avait rien fait et doucement, j'étais en train de remonter de la cale du navire.

Les coups pleuvaient sur moi et j'en rendais autant qu'on m'en donnait si ce n'est plus. Heureusement, personne n'avait du granit marin pour pouvoir me toucher et mon corps faisait la plus grosse totalité du travail lors de cette attaque. Les mornifles n'étais pas du coup des marins, Ace les auraient apprécié lui par contre, son côté cuir-moustache. Mais ce n'était pas des officiers. Vu la forte présence militaire sur cette île, il devait forcément y avoir des gens beaucoup plus fort que ça ici... On ne dépêche pas autant de matériel sans le protéger. Des subtilités de stratégie que je commence à assimiler. Même si je n'aime pas ça, nous en aurons besoin !

Visiblement, j'avais terminé de faire le ménage sur le navire, laissant les soldats là, je suis retourné sur mon navire qui avait fini d'en éperonner un autre, sûrement un coup d'Ace. Après l'avoir félicité j'ai repris la barre et je lui ai confié la place qu'il préfère, s'occuper des petits canons de ponts. Le pavillon noir que nous arborons maintenant était assez connu et avait poussé deux des trois navires restants à battre en retraite et le dernier n'avait pas résister au assaut combiner des canons du navire, de ma foudre, des sphères terriblement puissants d'Igaku et Ace avait achevé le tout avec les canons qu'il magné bien, il faut lui reconnaître ça ! Et voilà trois navire de guerre envoyé par le fond par les sons of cortes. Voilà aucun doute que nous avons sonné l'alarme. Mais nous aurons peut-être le temps de nous infiltrer dans l'île avant de tomber sur le plus des forces marines, celles qui vont nous empêcher de faire ce qu'on veut !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3


Dernière édition par Kyookoo Ketsueki le Lun 25 Mar - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Lagan
Grand criminel
Grand criminel
avatar
Messages : 85
Points d'activités : 639
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Localisation : Dans ton _ _ _

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 692
Points de popula' [PP] : 670
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Lun 25 Mar - 1:18



Sons Of Cortes en action !
« Permis de conduire improvisé »



Les contres temps mis de côté, je m'occupais de suivre les ordres. Nous semblions nous diriger vers une île plutôt plaisante puisqu'elle appartenait à l'ancien chef de la révolution connu dans le passé pour ne pas avoir été très gentil. Visiblement, Ketsu avait des idées malsaines derrière la tête et je dois avouer aimer ça de lui. Pour une fois, on allait jouer un gros jeu, comme lors de Logue Town. Sur le pont, armé de mon épée, je vins à faire les cent pas attendant la suite. Chacun occupé à ses affaires, je regardais sur le côté pour alors entendre Ketsu parler. Visiblement, il y allait avoir de la frite à midi. Sourire aux lèvres, tout content, j'admirais le pavillon noir de notre groupe de fier guerrier se dévoiler. Le pavillon noir flambant neuf des Sons Of Cortes. Ce tissu noir qui deviendra symbole de terreur positive. Le combat allait avoir lieu et moi, j'allais en jouir comme d'hab. Mais le must, s'était les dires de ce bon vieux capitaine. Pour une fois, ses mots me firent plaisir. En gros, ça se résumait à «  Aujourd'hui, jte laisse la barre Ace... ». Moi, MOI !!! Ace Lagan, premier nakama et sûrement le dernier qui mourra, j'avais droit de conduire ce magnifique bijoux des mers. Sourire aux lèvres donc, c'est avec engouement que je m'étais dirigé vers l'arrière pour prendre en main la barre du navire.

«  OK les gars... On y va... PAS DE QUARTIER !!! Faite pas dans votre froc, car moi, je compte pas conduire comme une mémé des mers haha !!! Faite donc confiance à tonton LAGAN ! »


Fou de joie, je maniais la barre comme je le sentais. À vrai dire, je devais switcher entre la barre et les canons comme des tourelles. Tout ceci donnait un résultat amusant car le navire suivait une direction précise, puis parfois, sans raisons il se mettait à partir autrement. Les coups pleuvaient, mais peu nous touchaient pour ne pas dire aucun. Combien en face ? Peu... trois ou cinq bateaux, mais Ketsu s'en occupait d'un. Alors autant aller terminer le deuxième. Sourire aux lèvres, sans demander l'avis de mes comparses, je vins à reprendre la barre disant d'un ton totalement loufoque pris par ma joie de l'action du moment.

«  Vous savez... Après les ninjas, cette bataille me rend tout heureux... Et vous savez quoi, j'ai envie de partager ma bonne humeur avec les autres... Alors... ON RENTRE DANS LE TAS... »


Ajoutant le geste à la parole, je vins à positionner le navire en parallèle par rapport à l'autre bateau, puis une fois en face, je vins à me positionner en perpendiculaire fonçant vers eux. Certes, s'était risquais, mais le toubib et gouki posté à l'avant s'ils y allait pourraient aisément contre carrer cette rangée de canon en face de nous. Fou de joie, je laissais le bateau foncer jusqu'à ce que le contact se fasse. Sons Of Cortes – 1 / Marines – 0. Sautillant sur place, je vins à voir Ketsu revenir et j'écoutais ses félicitations.

«  Avec plaisir captain... J'espère ne pas avoir fait mal à la proue de notre bateau, mais au pire, on fera payer ça à ces bleus... J'ai entendu dire que le toubib cherchait des cobayes kr kr kr ... »

Reprenant ma place, je commençais donc à bombarder les autres via les canons. Un plaisir de la vie ça aussi. M'en donnant à coeur joie, j'avais l'air d'un enfant qui avait tout le loisir qu'il désirait. Pas à dire... Entre mon recrutement et maintenant, j'avais changé. En bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Lun 25 Mar - 22:15


    Excitant, décidément! Après avoir heurté malencontreusement le sous-marin un peu plus tôt sur les mers d' East Blue, les Sons of Cortes avaient découvert quelque chose de fort alléchant: l'emplacement précis d'une base de Sayuki, le "Dieu Noir", celui là même qui avait été abattu par la Marine il y a peu, et qui avait créée Gongbao. Bien sur, Ketsueki avait tout de suite voulu y aller, suivi par Ace qui espérait sans doute trouver là-bas de l'action. Notre héros aurait voulu raisonner son frère et le larbin, mais il n'y était pas parvenu: lui aussi était excité. Il ressentait le frisson de l'aventure et avait hâte de savoir ce que l'équipage trouverait sur cette île. Ils avaient donc mis le cap sur South Blue, leur mer natale et accessoirement emplacement de la base de feu le leader de la Révolution, et le Conquistador n'avait fait qu'une bouchée des miles les séparant de la plus chaude et la plus exotique des Blues. Il faut dire que ce sous-marin leur était tombé dessus alors qu'ils faisaient route vers l'île natale des jumeaux, histoire de voir comment se portaient tout le monde, et de présenter aussi leurs nakamas. Ah, et bien évidemment pour se reposer et pouvoir s'entraîner tranquillement, car leur session sur l'île-crabe leur avait été profitable, et tous s'accordaient qu'avant de défier Grand Line ça ne ferait pas de mal de remettre ça.

    Donc, ils n'étaient pas loin du passage vers South Blue, et le Conquistador avait filé, fendant mer et ciel sans discrimination aucune. Une fois arrivé à leurs objectifs, à quelques encablures, ils purent apercevoir un petit... comité d'accueil. Visiblement, en faisant tomber Sayuki, la Marine avait aussi gagné l'emplacement de toutes ses bases et ils devaient être occupés à vider l'île. Cinq navires de guerre de la Marine. Tandis que Ketsueki distribuait les ordres, envoyant Sakazuki aux canons, affectant notre héros et le doc à la défense et Ace à la barre, le Cahir grimpa rapidement à la vigie, scrutant les vaisseaux ennemis avec une longue vue: il n'y avait pas l'air d'avoir d'hommes importants, simplement des troufions. Les officiers étaient sans doute déjà débarqués sur l'île, vu que les vaisseaux de guerre avaient l'air de mouiller ici depuis un moment. Ketsueki engagea la bataille, ordonnant à l'ex-clochard de tirer une salve de sommation. Aussitôt le choc des boulets contre la mer produit, les vaisseaux ennemis reportèrent leur attention sur le fier Conquistador, et Gouki fit craquer ses poings, les laissant bouillonner. Ketsueki avait déjà disparu, et les crépitements sur l'un des navires indiquaient qu'il s'y était rendu. Le pavillon des Sons claquait dans le vent, au rythme des tirs de canons... Sakazuki était devenu bon à ce petit jeu-là.

    Gouki étendait des bras et des murs de magma librement dans l'air, renvoyant sans soucis les boulets, appuyé par la Room d' Igaku. Depuis la précédente bataille navale, à Logue Town, ils avaient tous deux passés un cap dans l'utilisation de leur fruit. De son côté, Ace jubilait et poussait régulièrement des cris de joie, exultant à l'idée d'acquérir enfin les responsabilités dues à son rang de troisième-siège des Sons of Cortes. Ace lança ensuite la manœuvre d'éperonnage d'un navire, et la fière lame du vaisseau embrocha tel la viande d'un grec l'un des navires Marine. Le navire se fendit en deux sous l'impact, et les hommes l'évacuèrent. Pendant ce temps-là, Ketsueki était revenu de sa petite excursion, et il félicita principalement Ace qui, il est vrai, avait fait du très bon boulot pour une fois. Deux des trois navires restants prenaient la tangente, sans doute effrayés par l'étendard des Sons et, pour le dernier, le plus téméraire, Gouki se sentait motivé. Alors, il se mua entièrement en magma, dégaza la partie inférieure de son corps, et se propulsa en l'air tel une éruption. Il atterrit au milieu du pont, avec un craquement sinistre. Les canons tapaient ça et là, et Ketsueki l'appuyait avec ses éclairs. Dans la mêlée, notre charpentier, malgré son immunité, essayait d'esquiver au maximum: il s'était rendu compte pendant l'entraînement avec Ace qu'au contraire de son frère, il était un peu démuni pour les combats de masse. Sa Galaxian Explosion avait réduit un peu cet écart, mais elle était longue à produire. Il brisait des nez, cassait des dents, des bras et des genoux, sans trop se forcer. De temps à autres, il infligeait des brûlures mineures à ses opposants.

    Lorsqu'il sentit que le navire allait finir par le fond, c'est à dire après quelques minutes de bombardement acharné, il s'extirpa de nouveau à la façon d'une éruption, et atterrit sans dommage au côté de ses nakama. C'était une bien belle entrée! Les gradés étaient prévenus. Notre héros se demandait qui serait présent... Ce serait intéressant de recroiser John "Moustache" Heinson. Gouki n'était plus le même homme depuis leur dernière rencontre, et affronter ce rival serait une bonne idée pour jauger de son niveau!


Dernière édition par Gouki le Mer 27 Mar - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hidoi Igaku
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 51
Points d'activités : 550
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 472
Points de popula' [PP] : 486
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 10:25



Coucou!



Tu veux voir ma room?



Vraiment, c'était une belle journée sur South Blue. D'abord un sous-marin plein de mystères (et d'abrutis à découper en rondelles) et maintenant cette fameuse île! Une île qui aurait appartenue à Sayuki dit le Dieu Noir, un leader révolutionnaire qui, d'après les souvenirs du médecin, avait crée cet enfoiré de robot chef tyrannique Gongbao. Cette nouvelle aventure promettait d'être amusante, surtout s'ils recroisaient quelques créations du maître des sciences. Apparemment, le docteur n'était pas le seul à être enthousiaste. Ketsueki, Ace et même Gouki semblaient pressés d'arriver à cette île, même si chacun était certain que ça allait finir en bagarre générale. Peut être était-ce même ce que tous souhaitaient?

La route fut longue, mais le Conquistador en avait sous les voiles et il avalait les miles tel un monstre marin fondant vers sa proie. Quand ils arrivèrent à portée de l'île, Igaku reconnut immédiatement l'insigne des navires déjà présents. Les mouettes étaient au rendez-vous pour on ne savait quelles raisons! Surement avaient-elles fait leur nid après la mort du chef révolutionnaire. Vraiment, ça racle tout et n'importe quoi une mouette! Bref, du coup sur le pont, ce fut le bran le bas de combat. Sans surprise, Ketsueki prit les directives et envoya le clodo aux canons, son frère et le médecin en défense sur le pont et, plus surprenant, Ace à la barre. Tout le monde courrait pour se rendre à son poste tandis qu'Igaku s'alluma une cigarette en se plaignant:

- Il va vraiment laisser la barre à Violette? C'est qu'il s'rait quand même capable de faire péter le navire ce couillon.

Mais cela ne semblait gêner personne. Le médecin se plaça donc sur le pont et prit une nouvelle bouffée en tendant sa main libre et plaçant sa paume vers le ciel. Un petit cercle bleu apparut petit à petit dans le creux de sa main puis, d'un coup, s'étendit pour former une sphère qui englobait tout le bateau. Le doc' repensa à leur première bataille navale durant laquelle il ne pouvait à peine couvrir quelques mètres avec sa room. Mais il avait évolué. La taille de sa room, les possibilités, le temps de maintient, tout avait évolué de manière incroyable depuis qu'il était avec les Sons. Il faut dire qu'en plus de vivre d'incroyable aventures, l'équipage s'entraidait et semblait grandir chaque jour. D'ailleurs, dès le début des hostilités, on comprenait bien que ce n'était plus le même équipage qui avait chapardé un navire et qui avait souffert de légers combats. Ketsueki passait de bateau en bateau grâce à sa foudre, le clodo tirait juste avec ses canons et même Ace semblait naviguer la barre avec une dextérité qui lui était inhabituelle.

Les boulets pleuvaient mais, cette fois, aucun ne touchait le Conquistador. La room d'igaku renvoyait chaque boulet trop menaçant, et le magma de Gouki réduisait en cendre ceux qui trompaient sa vigilance. La sphère bleutée couplée à la lave ne laissaient rien passer, au plus grand désarroi de ceux qui tentaient vainement de les faire passer par le fond. Mais les seuls à couler étaient les mouettes! Le premier, celui sur lequel le capitaine s'était rendu, semblait subir diverses explosions et commença à prendre l'eau. Le deuxième, c'est Violette qui lui fit comprendre qu'on ne peut définitivement pas se prendre d'éperon dans la gueule sans avoir envie de faire quelques bisous aux fonds marins. Il ne restait donc que trois navires, dont deux qui semblaient avoir envie de prendre la poudre d'escampette. Pas de chance pour le plus téméraire, Gouki était aussi en manque d'action et il bondit dans une éruption de magma jusqu'à son bord. Même si Igaku ne doutait pas que cela suffirait pour le mettre hors d'état de nuire, il concentra ses renvois de boulet sur le-dit navire, mitraillant comme un beau diable avec tout ce qu'il avait sous la main. Au bout d'un certain temps, les tirs conjugués du Clodo, d'Ace et du médecin vinrent à bout du pauvre bateau du gouvernement et celui-ci commença à sombrer. C'est ce moment que choisit Gouki pour rentrer au bercail, ce qui ne surpris personne vu que cet idiot n'avait définitivement aucun dons en natation.

Le calme revint donc assez rapidement même si, avec tout ce grabuge, il n'auraient pas trop le temps d'en profiter. Le médecin se contenta donc de rallumer une cigarette avant de se rendre auprès d'Ace.

- Je retire ce que j'ai dit, p'tit con. T'es plutôt doué avec un manche dans la main. Des restes d'une vie ô combien sulfureuse et vraiment douteuse?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 14:30

















❝ LES FAUCONS SUR LES RUINES DU DIEU NOIR ❞
« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. »




Cela faisait des mois et des mois que je n'étais pas parti en mission, j'en avais profité pour rentrer chez moi à south blue, ou plutôt dans la maison de mon père adoptif, j'avais découvert une pièce étrange dissimulé derrière un lourd mur de pierre. Quel étrange endroit, c'est là que j'avais découvert l'armure ainsi que l'ancien daisho de mon père. Il y avait aussi de nombreuses cartes et notes des voyages de mon paternel, tout ceci datait de l'époque où mon père était encore attaché au Seigneur de Wanobi dans le nouveau monde. C'est là que je décidai alors de porter son armure ainsi que ses trois sabres, je devais mériter cela, porter l'armure comme un samouraï l'aurait fait, je me coupais alors les cheveux et me rasa, mon allure avait changé, je fis plus jeune ,mais surtout moins voyou. Je restais là encore une semaine à m'habituer à ma nouvelle tenue et au poids de mes nouveaux sabres. Soudain je reçu un appel d'urgence venant du quartier de général de marine-Ford. Une nouvelle mission ...

Je n'étais pas le seul officier qu'on avait appelé il avait d'autres de plus haut gradé que moi, notamment un shishibukai, autant dire que ça commençait à sentir mauvais. Mais je préférais la compagnie des corsaires que ceux des agents du gouvernement mondial et on allait encore en avoir dans les pattes, ses types, je ne les aime pas ... Ils ne sont pas digne de confiance et complètement égoïste et il n'agit que dans leurs propre désir exactement comme les pirates le font. Notre mission était simple : détruire tout ce que le dieu noir Sayuki à laisser sur cette terre. Pas de prisonnier, pas de réédition, seulement la destruction des secrets et des sbires de Sayuki. La base des renégats était plutôt impressionnante, moins que peut l'être Marine-Ford ,mais tout de même bien pensé et difficile à accosté sans dommage. Pour ma part j'avais pris bord d'un navire rapide et léger de la marine, très différent des cuirasser qu'on voit habituellement, facilement maniable et plus rapide, adéquat pour accoster rapidement, un peu à la manière d'une goélette pirate.

Nos ennemis nos avez repéré malgré cette légère brume qui était au-dessus de la surface de l'eau. Très vite les bruits de canons se mirent à gronder. Les boulets éclatèrent dans la flotte pas très loin de la coque, le navire était à toutes voiles tendus à sa vitesse maximale, je me dirigeais donc à la proue du navire et je dégainais mes deux sabres prêt à détruire les boulets d'acier venant sur le bateau. Trois boulets arriver vers moi de façon rapide et il était clair qu'ils allaient faire mouche, je lançai alors un Wind slash 72 soit deux lames de vents qui détruisent les trois boulets d'aciers avant qu'ils touchent le bois du navire. On se rapprochait du bord et c'est là que je remarquai que plusieurs navires du gouvernement était déjà là, le combat avait commencé. Quelques minutes plus tard on arriva sur la terre ferme. Des cuirasser de la marine arrivèrent également se positionnant autour du port de l'île, tactique classique, des troupes aux sols et un blocus maritime pour éviter de se faire prendre en tenaille.

Les anciens sbires du pas-vraiment-immortel Sayuki furent vite écrasé par les différents groupes qui débarquèrent sur l'île. Soudain je vis un navire sortir de nulle part. Les cuirasser furent coulé les un après les autres. Je ne comprenais pas ce qu'ils venaient faire ici, mais je pus voir alors l'étendard noir, ne distinguant pas bien le drapeau je ne pouvais pas distinguer de quel équipages il s'agissait, mais ils étaient du genre balèze pour détruire autant de navire aussi facilement. Il était crucial de les arrêter et de rassembler nos différents groupes et officiers pour les détruire. Un groupe d'individus encore vivants se réfugièrent et regroupèrent dans une sorte de grand bâtiment, je décidais alors de les poursuive avec quelques matelots avec moi.

Je rentrais alors dans ce qui semblait être une sorte de dortoir avec des chambres un peu partout, étrange à leurs places j'aurais préféré un bâtiment qui resterait un peu plus aux impacts de boulets. Après tout il ne faut pas s'attendre à beaucoup de logique et de tactique avec ce genre d'individus de bas-étage. Soudain deux types embusqués m'attaquèrent avec des sortes de grosses masses en bois. Je dégainai mon katana mais l'étroitesse du couloir je ne réussi pas à le touché, mon coude se cogna sur le mur. Un des types m'attrapa par derrière me tenant les bras, le deuxième leva sa masse en direction de ma tête, j'esquivai au dernier moment et la masse s'écrasa sur mon épaule gauche.

Le type relâcha sa prise et j'en profitais pour dégainer mon tanto bien plus adapté pour les endroits étroits comme celui-ci, je transperçais la gorge du type derrière moi en pivotant sur moi-même et je plantais ma lame dans le foie du typa à la masse. Il tomba au sol hurlant de douleur, je lui tranchais la gorge comme on le fait à une bête blessée gravement, pas de prisonnier ... Les autres types avaient fuis, je ressortis du bâtiment. Et cette fois-ci je vu alors de plus près le navire pirate mystérieux, je reconnaissais ce drapeau, c'était celui des Sons of Cortez, un équipage de rookie qui ont mis le foutoir pas possible sur les blues, si bien qu'ils étaient devenus une priorité pour l'amiral en chef, ils devaient être arrêté et brisé au nom de la Justice Absolue !








Dernière édition par James Marshall le Jeu 4 Avr - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 17:03



Nulle terre sans guerre.






Ah ma tête … Ma tête, pourquoi je me réveille nue dans mon lit sans homme à côté, mais un oiseau plutôt mignon qui se trouvait près de mes cuisses, j'ai pas envie de savoir enfaite … STOP, je veux pas continuer à penser à ça, enfaite je sais pourquoi je suis là, à moitié on va dire.

J'étais chez moi, enfin dans la maison que la marine m'avait confié sur l'île de Baterilla, mon île natal, j'étais là pour une simple mission, un assassinat, où il ne devait rester rien, ni corps ni sang ni quoi que ce soit cela devait être un pur et simple accident qui peuvent avoir lieux n'importe quand et n'importe où. J'étais donc là entrain de siroter un coktail tout en bronzant au soleil, la paille à la bouche ainsi qu'un paillasson aux pomme de terre sur mes genoux, j'étais bien. Je pouvais enfin me reposer après des missions consécutives sur South Blue, j'en avais marre personnellement des blues, je voulais partir au loin et ne plus jamais retourné sur ses îles que j'avais bien trop vu de mes yeux étincelants. Je poussais un petit soupire levant mes douces mirettes vers les cieux bleutés tout comme la mer qui m'avait porté toutes ses années, au final c'était sûrement ma plus grande allié, jamais elle ne m'avait abandonné, jamais elle n'avait sourit en voyant mes souffrances et mes plaies, était-elle fière de moi ? Non je ne crois pas, je n'avais rien accompli de bien dans ma vie, j'étais juste une pauvre fille qui cherchait la douce souffrance des autres. Le zéphyr carressait ma peau et menait les nuages à son gré. J'écoutais les mouettes dans les airs qui chantaient leurs joies et leurs peines, j'avais juste envie de les tuer pour tout vous dire, elles me cassaient les oreilles avec leurs musiques horribles … Je ferma lentement les yeux et peu à peu une équanimité s'emparait du lieu où je me trouvais, équanimité qui ne dura pas tellement un bruit horrible et audible à des kilomètres sans aucun doutes. Mon escargophone commença à sonner et je savais qu'il ne s'arrêtera sans que je décroche

« Mme Halliwell veuillez vous rendre sur le bâteau au même lieu où le navire vous a déposé … »

« … D'un c'est MADEMOISELLE ! De deux je suis entrain de faire bronzette ! De trois je pars pas tant que j'ai pas de bonnes raisons petit puceau écervelé … »

Bon d'accord je me suis levée du pied gauche là, mais bordel dès que je ferme les yeux y a un problème, ça me saoule …

« Euh veuillez m'excuser mademoiselle Halliwell vous êtes réquisitionnées pour exécuter la tâche suivante : Allez sur l'île où est passé le Dieu Noir et »

« Ta gueule, j'arrive tu m'expliqueras quand t'auras plus une voix de gamin qui a pas fait sa puberté donc c'est pas demain la veille … »

Je m'habillai immédiatement puis je me dirigeais vers le beau bâteau qui m'attendait toujours malgré que je les fasse poireauté.




J'étais dans un navire et apparemment le voyage allait duré un jour entier … Un jour sans combat et sans action … Rah bordel mais qu'est ce que j'ai fait pour être aussi poisseuse ? J'ai beau faire florès, des fois je préfèrerai être une simple demoiselle qui se baladerait au gré de ses envies, dicter uniquement par son coeur et son désir insassiable de sang doublé par son désir de connaissance ! Mais je ne suis pas ce genre de fille, je suis la fille qui fait tourner la tête aux hommes, la fille qui te met mal à l'aise, la fille qui te met plus bas que terre, cette même fille qui ira mettre le feu sur ta tombe ! Et oui je suis la folle, légèrement psychopathe sur les bords qui se fichent des sentiments des autres et ne pensent qu'à elle. Je suis digne des plus grandes princesses capricieuses qui ont foulé notre terre.

Bref je me trouvais donc en ces lieux où je pris rapidement congé dans la cabine qui m'était réservée, et je ne vus personne, vraiment personne. J'étais restée seule dans ma cabine pour élaborer une arme, une future arme de destruction, une arme bestiale enfaite. Je m'explique, sur l'île de Torino j'avais réussi à trouver tout un tas de plante à la toxicité qui ne peut être remise en cause par strictement personne ! De plus j'avais vu qu'un des oiseaux géants qui avaient décidé de vivre sur cette île il y avait une espèce, une espèce qui se nourrissait de ses plantes redoutable même pour un dinosaure géant. De là m'est venue une idée qui me paraissait assez bonne, je pris un oeuf d'un de ces oiseaux pour le modifier génétiquement et en faire une arme pour le gouvernement, l'empêchait de grandir n'était pas tellement dur il suffisait juste de lui donner quelques médicaments. De toute manière il m'aimait bien, il me croyait que j'étais sa mère le pauvre. Je passa un jour entier à travailler sans m'arrêter, malheureusement pendant ma recherche et mes découvertes succèssives sur les poisons que j'avais recueilli, je travaillais nue, car moi pauvre immortelle que je suis, je crevais de chaud ... Jusqu'à que le sommeille vienne me chercher, mes paupières devenaient de plus en plus lourdes et … Et maintenant vous connaissez la suite !

Je m'habillai rapidement pour pouvoir sortir, sous les pluies de cannons, attend je viens de dire des pluies de cannons là … Je sortis expressément de ma cabine sans même pouvoir prendre soin de ma peau ni même me peigner. J'ai vraiment la poisse je vous dis ! A l'aide du Geppou je décidai de sortir du bâteau pour rejoindre ma bonne vieille terre ferme. On pouvait entendre déjà des cris de douleurs au loin, mais rien bien affolant si ce n'est le fait que des bâteaux de la marine se faisait détruire à coup de cannon … J'espèrais tomber sur quelques marines pour pouvoir les tuer d'ailleurs, je supportais pas cinq secondes leurs discours sur le fait qu'il faut protéger « Les innocents » qui est innocent en ce monde ? Qui n'a jamais mentit ? Qui n'a jamais trahit ou bien frapper autrui ? Faut pas se leurrer s'il y a de la lumière en quelqu'un il y a de l'ombre, pour moi étant constituée à cent pour cent de noirceur je n'avais pas cette part de lumière, surement la raison que je sois si folle !

Je marchais sans presse tuant facilement tous les minus qui voulaient me combattre, ils étaient des sbires du Dieu noir … Et puis zut je me suis juste pommée sur le champs de bataille au final moi ! Après quelques minutes de marche je trouva enfin un homme, il possédait une arme, un katana j'étais plutôt heureuse de voir quelqu'un qui pourrait sûrement m'aider à me repérer dans ce foutoir sans panneau de signalisation ni d'objets encore plus voyants.

A l'aide du soru je me plaçai avec une extrême rapidité derrière le beau brun et lui lécha la joue avec ma langue


« Moi c'est Lady ravie de te rencontrer … Dit tu veux pas m'aider à me diriger et dis moi juste une truc au faite … QUI NOUS BOMBARDE ?! »


(c) mise en forme roleplay par Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Jin'ichi Kintarô
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar
Messages : 48
Points d'activités : 556
Localisation : South Blue - Ancienne base de Sayuki / East Blue - Orange Town / North Blue - Île du Chaton / East Blue - Season Town / Grand Line - Hoshikame > Shirokame

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 397
Points de popula' [PP] : 435
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 22:13





C’était enfin le jour J. Aujourd’hui, notre jeune héros, Jin’ichi Kintarô, en compagnie de son double, Sting Crusher avait une mission de la plus haute importance. Ces derniers, sous les ordres du Commandant en chef, devaient impérativement rejoindre South Blue, plus précisément à un endroit encore inconnu dans la carte, une mystérieuse île où se trouvait une des bases du Dieu Noir, Sayuki. Un révolutionnaire qui était enfin sorti de sa cachette et qui n’a pu faire long feu ; en effet, la presse l’avait indiqué. Revenons à nos petits moutons, nous deux congénères avaient pour but de se rendre dans cette base où ils devaient impérativement détruire la base de ce "Dieu Noir" ainsi que de finir les survivants des partisans de Sayuki afin de ne laisser plus aucunes preuves. Cependant, ils n’étaient pas seuls ; en effet, ils allaient peut-être avoir en leurs compagnies d’autres officiers venant des autres mers ainsi que des Capitaines Corsaires, voir des gens du Gouvernement en personne. Cela ne le rendait ni plus, ni moins heureux : il gardait une expression vague.

Trêve de bavardages, ce jour-là, Kintarô, qui avait fait de son mieux pour arriver à l’heure, n’avait pas pu réussir à tenir sa promesse et fit de nouveaux des siennes. Le bretteur était encore une fois à la bourre, d’une quinzaine de minutes environ et il se hâta de rejoindre le port où il allait embarquer en compagnie de son coéquipier. Contrairement à notre jeune héros, ce dernier était toujours à l’heure, ponctuel. Kintarô l’aperçut à perte de vue sur le pont du navire de guerre où ils allaient embarquer alors que celui-ci était encore sur le quai. Il le salua d’un bref sourire amical avant de grimper à bord. En finissant les dernières préparatifs, le voyage fut assez rapide : ils avaient traversé le Calm Belt où ils n'eurent aucuns problèmes avec les monstres marins, dû à leur dispositif qui était placé sous le vaisseau lui-même permettant ainsi de faire croire à ces bêtes dépourvus d’intelligence que nous étions invisibles dû au propriété du garnit marin.

Une journée passa entre East Blue et South Blue, et ils arrivèrent plutôt que prévu dû aux conditions météorologiques. Ces derniers n’étaient pas seuls, en effet, on pouvait constater quatre autres vaisseaux de guerre de la Marine qui était déjà sur place ; apparemment c’était les derniers, et ne tardèrent pas à accoster afin d’accomplir à bien leurs missions. Les deux frères sortirent chacun leur tour du navire où ils avaient décidé de rester ensemble. L’avantage avec ces deux-là, c’était tout simplement leur amitié, le « lien » infranchissable qu’ils avaient crée depuis leurs plus tendre enfances.

Ni une, ni deux, Kintarô prit rapidement les devants où il demanda à quelques soldats déjà présent sur les lieux où se trouvait la base de Sayuki, sachant qu’il n’était pas très futé ; en effet, on pouvait constater à perte de vue une fumée noire se dégageant à quatre heures exactement de leurs emplacements actuels et se rendit sur le champs. Il n’y avait apparemment aucun civil ici, ce qui ne compliqua pas la tâche entre reconnaître les partisans de Sayuki ainsi que les membres de la Marine. Arrivant sur place, Kintarô aperçut un groupe de deux ou trois personnes qui s’enfuirent rapidement vers la côte. Ce dernier les interpella mais se rappelant qu’il se devait de les exterminer, à contrecœur, il accourut jusqu’à eux en prenant appuie sur le sol afin de gagner en vitesse, les blessant gravement avec Los Lobos avec de simples attaques de bases. Cependant, l’un d’entre eux, qui était à l’agonie, se releva avec tant bien que mal tentant de donner un coup lâche à notre jeune héros. Ce dernier par chance, s’effondra au dernier moment… Il avala sa salive difficilement, se disant que cette fois-ci, il ne laisserait même pas une seconde de « vie » à ces pitoyables ennemis.

S’apprêtant à poursuivre son chemin, il s’arrêta net en sentant la terre plus ou moins tremblait, entendant des coups de canons, si son ouïe ne se trompait point et il s’avérera que c’était vrai. Notre jeune héros était parti vers la côte pour observer et avec une expression choquante il aperçut que les cinq navires qui étaient là y a même pas deux heures avaient disparus, laissant quelques planches flottaient à la surface et au loin… C’était impossible, c’était sans aucun doute le pavillon des Sons of Cortes comme indiqué dans le journal. Eh bien, il en apprenait des choses ce journal dis-donc. Se retournant derrière, il aperçut Sting à perte de vue, en lui faisant signe de venir vers lui.


« Merde t’as vu ça Sting… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 23:13


Un champ de bataille !
Je me réveillais aux aurores, les premiers rayons du soleil tapaient mon visage et me forcèrent à me réveiller, j’étais assez stressé à vrai dire, car aujourd’hui je participerai à une mission capitale dont j’avais été prévenue la veille. Celle-ci consistait à détruire une base qui appartenait à Sayuki « Le Dieu Noir », l’ancien leader de la Révolution, qui s’était fait vaincre par les forces de la Marine combinée avec celle des Shishibukais et du Gouvernement Mondial. Aujourd’hui, ni le Gouvernement ni la Marine ne souhaitait qu’une seule trace qui aurait permis de parler de l’existence de Sayuki, qui n’était maintenant plus qu’un mauvais souvenir pour toutes les personnes de ce monde. Ma mission qui consistait à détruire la base de cette légende vivante qui ne l’est plus vraiment maintenant n’allait surement pas être une mince affaire, et tout cela me tracassait. J’avais beaucoup de mal à garder mon calme ou bien à rester concentrer, c’est vrai quoi on s’infiltrait sur le territoire du « Dieu Noir », bien qu’il ne soit plus de ce monde, il y aura surement certains de ses subordonnées qui doivent encore se trouver là-bas, alors ou, je pense qu’il y a de quoi stresser, et quoi de mieux pour détresser qu’une bonne bouteille de saké dès le réveil ?

Arrivé au bar qui était encore fermé, normal me direz-vous, je faisais les cent pas en attendant son ouverture, qui était annoncé pour dans deux heures. « Merde, j’ai trop la flemme d’attendre, je me tire, pas que ça à foutre que d’attendre pour un saké quoi », était ma réaction du moment. Je rentrais chez moi rapidement car l’heure du rendez-vous était à neuf heures, c’est-à-dire dans une heure précisément. Je rentrais chez moi et je remplissais ma gourde de saké que je conservais pour les grandes occasions, cela fait, je me dirigeais vers le port où j’avais rendez-vous avec mon frère Jin’Ichi afin d’aller à l’endroit où notre mission devait se dérouler, c’est-à-dire sur South Blue, sur une île qui n’avait pas encore de nom.

J’attendais sur le pont du bateau mon frère Jin’Ichi Kintarô qui était déjà en retard de quinze minutes, je me tournais vers la ville et je le voyais au loin marchait les mains dans les poches, lentement mais surement, c’est ce qui avait le don de m’énerver un max chez lui, ce don de toujours être en retard, et encore, aujourd’hui il m’avait fait l’honneur de n’arriver qu’un quart d’heure en retard, et pas me mettre un plan de deux heures à rien branler. « Branleur », c’était ce que je lui avais dit lorsqu’il était monté sur le bateau, lui il baillait, les bâillements étaient ses réponses les plus élaborés des fois, et ça me foutait en rogne, mais en même temps il m’avait fait évacuer toute la pression que j’avais accumulée depuis l’annonce de cette mission.

Une journée avait suffit pour arriver à l’endroit de la base de Sayuki, le « Dieu Noir », et aussi l’endroit où se déroulerait notre mission qui serait pour sur, pas une partie de plaisir. Je descendais donc du bateau avec Kintarô où nous commencions à voir plusieurs combats qui se déroulaient, c’est bien ce que je pensais, cet endroit était devenu un champ de bataille qui opposait Révolutionnaire et les personnes qui servaient la Justice. Le mot d’ordre de cette mission était de ne laisser aucun survivant, mo et mon frère nous séparions pour pouvoir couvrir un peu plus d’espace, je me débarrassais de toute personne ne portant pas un uniforme de la Marine et qui était dans mon champ d’action.

Soudain j’entendis des boulets de canon, lorsque je regardais sur la berge, je voyais que cinq bateaux appartenant au Gouvernement venaient d’être détruits. Qui ? Qui pouvait posséder un telle puissance de feu, c’était incroyable, cinq navires de guerre, partis en fumée. L’ennemi s’avère être redoutable et il fallait s’en méfier, quand soudain j’aperçus au loin un bateau s’approchait avec un drapeau noir avec une tête de mort, je reconnaissais ce pavillon entre mille, c’était celui des Sons of Cortes qui faisait beaucoup de grabuges dans les Blues et qui en ferait surement autant sur Grand Line. Je regardais vers Kintarô qui me fit signe d’approcher, arrivé à sa hauteur il m’adressa la parole.

Merde t’as vu ça Sting…
Ouais j’ai vu ouais, crois-moi, ça ne va pas arranger nos affaires si tu veux connaître la vérité Kin’JinIchi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Mer 27 Mar - 23:57



... Une entrée plutôt hasardeuse ...


Je revenais d'un séjour sur l'île de Baterilla, je me trouvais sur un navire de la marine. C'était un bateau de taille moyenne, mais tout de même discret. Je comptais reprendre un peu du service, j'avais passé une semaine à boire et manger. Il me fallait de l'exercice et une mission allait me faire le plus grand bien. Soudain, l'escargot-phone du navire retentit. Cet appel m'était destiné, c'était bien la première fois. Un officier m'annonçait une mission de la plus haute importance. Je devais rejoindre l'île du dieu noir le plus vite possible. Je ne prenais même pas le temps d'écouter ce qu'il avait à me dire. Prit dans mon élan je raccrochais en lui disant "Ok, ça marche ! En avant !". Ce n'est qu'une fois avoir raccrocher l'escargot-phone que je m'apercevais que j'avais oublié de lui demander des détails. Pas besoin de ça, si la mission est urgente autant se presser et y aller. Le navire mettait le cape sur cette fameuse île. Je ne connaissais pas beaucoup South Blue et encore moins cette île. Rien que le nom évoque beaucoup de choses. J'imaginais une île pleine de légende, avec des monstres et des esprits. Je m'endormais sur le pont avec des rêves pleins la tête.

Je me réveillais quelques heures plus tard, réveiller par le bruit de canon au loin. Je rageais en sautant sur place. Une bataille avait éclaté et j'étais en retard pour m'amuser ! Je serrai les crocs et je sortais mes griffes en demandant au Marine d'accélérer la cadence. J'avais envie d'en découdre, j'étais chaud comme la braise. Le bateau n'allait pas assez vite pour moi, une fois qu'on était assez près de la berge, je prenais une barque direction la plage. Un pied sur la plage et je voyais le navire que j'avais prit exploser. Un navire pirate semblait mené les débats sur la mer. Tandis que sur la plage, d'autres combats faisaient rage. Des hommes de la Marine, ainsi que du Gouvernement. Affrontant des révolutionnaire. Je ne savais pas pourquoi il se battait, mais ça m'était égale. Je voulais de l'action et j'en avais. Je sortais mes griffes et je me mettais à trancher tous ceux qui osait m'attaquer. J'avais un large sourire sur le visage, c'était trop l'éclate. Je ne m'étais pas senti aussi bien depuis longtemps.

La Marine semblait prendre le dessus sur la plage, tout le contraire de la mer. Le navire pirate avait largement écraser les navires qui tentaient de l'arrêter. J'avais hâte de les voir débarquer. Je voulais voir ce qu'ils avaient dans le ventre. Cette mission s'annonçait passionnante. Sur la plage j'avais encore pas mal de boulot. Je tranchais tout ce qui bouge. Je me demandais ce qui pouvait pousser ce monde à se battre. Moi c'était simple, je faisais plus me défendre. Ces fous furieux n'hésitaient pas à se rué sur moi en brandissant leurs armes. Quand j'en avais finit avec mes assaillants je tournais en rond, regardant autour de moi. Plus rien, en revanche les autres Marines au combat en avait toujours. Seul sur mon côté de plage je me mettais à hurler.

-Non, mais sérieux laissez-moi en quoi ! Rhaaa c'est nul d'arriver en retard !

Je donnais un coup de patte dans le vent par mécontentement. Je regardais le navire des pirates. J'aurais été un peu plus à l'aise dans l'eau, j'aurais rejoints ce navire. Seulement il y a un peu trop d'eau entre lui et moi. D'autres hommes se ruaient sur moi, une nouvelle vague pour satisfaire mes lames. J'étais fou sur ce champ de bataille. Au loin je devais vraiment avoir l'air d'une espèce de cinglés. Je ne savais même pas ce que je faisais là. Bon, j'avais plus ou moins compris les grandes lignes. Trancher du méchant. Ensuite s'occuper des pirates ? Après, la raison de tout cet attroupement j'en avais aucune idée. Je revenais d'une semaine de vacance, mon cerveau était en pause. Je n'avais qu'une idée en tête me défouler. Tout en tranchant mes adversaires je me dirigeais vers le premier groupe de "collègue" que je voyais. J'imaginais qu'ils étaient des alliés, mais rien de sûr. C'était un humain et une humaine. Bon, à regarder de plus près, que ce soit au sol ou ailleurs, j'étais le seul Chat. Normal j'imagine. Je m'approchais des deux individus en face de moi.

-Dites... il se passe quoi ici ? On m'a dit de venir, je viens et une fois sur place c'est le bordel... Ils me sautent dessus on explose le navire où j'étais... je comprends rien et j'ai les crocs.

Je m'apercevais que mes griffes étaient toujours de sortie, je les rangeais avec un sourire gêné. Logiquement, ces deux là étaient de la Marine. Je n'avais donc rien à craindre. À moins qu'ils décident de faire de moi leur casse-croute. La fille était plutôt flippante d'ailleurs

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 29 Mar - 18:48



Le pouvoir des ratons était en moi et m'offrait une nouvelle mission des plus intrépides. Vu que je n'avais pas participé à la guerre contre cet enfoiré nommé Sayuki, on me laissait quand même ma part du gâteau. C'était pas le top, fallait l'admettre, je risquais pas d'avoir un adversaire intéressant à me mettre sous la dent, vu que tous les gros bras avaient buté tout le monde, mais j'allais pouvoir m'amuser un peu. Avant d'arriver, j'étais quand même confiant, je me disais que ça allait se passer tranquillement et que j'allais pas être très emmerdé par les forces ennemies. J'avais aucune raison de m'inquiéter : une base sur South Blue, pour être là, c'était que ça devait pas être très important, donc sécurité amoindrie. Pas de quoi en faire tout un fromage et je pourrais rapidement retourner à mes petites occupations personnelles : la conquête et la fornication de femmes.

Posé pépèrement à base de trankillade sur mon navire, je regardais les flots magnifiquement bleus défiler devant mes yeux. Une larme me monta à l'oeil lorsque je commençais à me remémorer toutes mes aventures. J'avais vécu pas mal de choses, avait eu des milliers de conquêtes différentes, des femmes de toutes les îles, de toutes les origines, mais qui étaient toutes nées femmes. J'étais plutôt satisfait de ce bilan et commençais sérieusement à penser à prendre ma retraite. J'avais des enfants illégitimes par centaines, mais c'était fini tout ça, trop d'enfants qui meurent de faim dans le monde. Et si vous ne voulez pas comprendre, c'est que vous ne comprenez rien à ma profondeur voilà tout. Pendant une petite seconde, je pensas à effectuer le grand plongeon, celui qui m'amènerait au fond de l'eau pour l'éternité.

Au final, mon attention se détourna sur un goéland fatigué, en galère d'énergie qui avait pensé pouvoir se reposer sur ma petite embarcation. D'un coup de manche à balai, je l'avais dégagé rapidos. Pas question de me faire chier pendant ma période de méditation annuelle qui me permettait un brin de nostalgie et de compassion envers le monde qui m'entourait. C'était comme ça, un peu de rédemption de temps en temps, ça faisait pas de mal. C'était un peu comme se confesser, une fois lavé, on repartait de zéro et faire toutes les conneries sans avoir peur d'un trop gros retour de bâton.


« Quelle bonnasse !! »

Oui, parce qu'après tout ça me fallait un peu de réconfort. Je regardais un magazine que je tenais avec mes deux mains, il était important de noter ce détail sans quoi vous auriez pu penser à beaucoup d'autres choses. Les femmes dessus étaient pas trop mal et faisaient partie des personnes les plus célèbres de la planète. Les voir dénudées dans ce magazine était synonyme de voir quelques millions de femmes faire la même chose pour ressembler à leur idole. En bref, ça permettait de décrypter les tendances et de connaître les périodes où la chasse serait bonne. Si les trois quarts posaient avec un pull-over, je comprenais que ce serait la pénurie pendant deux semaines. En cette période printanière, j'étais bien content de voir la présentation des nouveaux maillots de bain, ça annonçait de sacrés coups de filets.

Au final, alors que j'étais toujours plongé dans le bouquin, je débarquai sur l'île tout en gardant le fascicule. La tête plongée dedans, j'avançais à travers les bois, suivant le chemin de terre qui devait sûrement mener à cet entrepôt ou usine, j'avais déjà oublié. Seul l'ordre de mission résonnait dans ma tête : je devais casser du révolutionnaire et tout casser. J'avais aussi vu quelques noms de marines qui devaient m'accompagner, enfin que je devais accompagner puisque c'était moi qui devais les épauler. J'allais rapidement leur montrer qui était le patron et qui donnait les ordres. Après que j'aie fini ma lecture et mon analyse, presque de haute volée, de ce qui allait être possible à attraper dans les prochains jours.

Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 29 Mar - 23:13

Les navires de guerre que la marine avaient envoyé sur place venait de trouver une place qu'ils n'avaient que trop mérité, celle de maison pour les poissons. La résistance n'avait pas était très grande voir pratiquement nul à vrai dire... Peut-être étions nous plus fort que nous le pension, il est vrai que contre des adversaires comme le robot monstrueux de Sayuki, il était difficile d'être « fort ». J'espère que nous n'aurons pas à recroiser des monstres de cette trempe sur cette île. Mais nous devions faire vite. Car nombreux étaient les marines qui avaient vu notre petit arrivée fracassante. Je ne suis pas très pratiquant, pas aussi que le vieux con le voudrait, mais je priais bien si ça servait à quelque chose...

Mais c'est un risque que nous devions prendre. Nous sommes venus ici en sachant quelle risque nous étions amener à prendre et nous les avons accepter. Il était maintenant trop tard pour reculer ! Si n'arrivons pas là, nous n'arriverons pas plus tard sur Grand line et encore moins sur le nouveau monde ! Une fois accosté et le pont dégagé de nombreux marines avait pris place devant l'embarcadère. Mais le nouveau pouvoir qui coulait en moi s'avère relativement pratique dans ce genre de situation, la dizaine de marines qui s'étaient porté à notre rencontre se sont retrouver à baver et à compter les moutons dans le monde merveilleux de leur rêve. Ace avait donc fait naître suite à ce petit coup d’éclat une gerbe d'insulte. Il fallait s'y attendre. Mais c'était malgré tout relativement fatiguant de l'utiliser. Il ne faudrait donc pas que j'en abuse !

J'avais donné mes directives à l'équipage. Sakazuki était resté sur le navire, comme d'habitude, il était passé maître dans l'art de poster des pièges, de se faire passer pour mort et de faire tomber des tonneaux sur la tête des gens qui tentaient de monter sur la navire sans faire partie de la famille du grand Cortes. Dans le pire des cas, nous reprendrons le navire facilement ! Puis, pour les autres, la chose était relativement simple. Ensemble, nous prendrons trop de temps pour fouiller l'île et nous devions faire vite. Vu les forces militaires que nous venons d'éliminer, le reste ne doit pas être loin et même pour nous cela risque d'être difficile. J'ai donc donné l'ordre de se séparer et de revenir le plus rapidement possible avec le plus de chose possible... Simple, dangereux et aux chances de succès relativement faible. Ce qu'on peut en somme, appelé un bon plan ! Alors qu'attendons nous ?

Après l’inéluctable bro-fist entre membre d'équipage et l'accolade du guerrier échangé avec Gouki, nous étions près pour en découdre. Après avoir adressé un clin d’œil chargé de « fait attention à ton cul et je ferrais attention au miens bro » pour Gouki, je me suis volatilisé en un éclaire, utilisant le ciel pour me déplacer. Rapidement je m'étais engouffré à l'intérieur de l'île, qui était pleine de bâtiments en ruine et que le feu commençait doucement à ronger. Avide de faire des constructions qui jadis étaient fier et utilisé, des tas de cendres et de bois fumants ! L'un d'entre eux n'étaient pas encore totalement consumé, malgré tout un peu de fumée commençait à s'échapper des fenêtres... Et bien, voyons à quelle vitesse je peux courir contre la montre...

L'entrée du bâtiment n'étais pas gardé, visiblement, le jeu semblait avoir fait son office et le bâtiment semblait avoir été nettoyé. Moi qui pensait trouver des informations là dedans. Enfin, le problème de l'éclaire pour se déplacer, c'est que ce n'est pas vraiment discret. La foudre s’abattant précisément à cet endroit équivaut à se balader avec un panneau géant « je suce pour un mars » devant un un bar gay sponsorisé par la dîtes marque ! Bref, j'avais deux choix, monter les escaliers ou descendre dans une espèce de gave qui semblait plutôt large... Monter et avoir des changes de sortir ou s'enfoncer et risquer de se prendre un bâtiment sur le coin de la tronche... Descendons !

Après avoir avalé les marches, qui il faut le dire s'enfonçaient relativement profondément sous terre. Étrange... Je pense qu'on tient quelque chose là les enfants ! Une fois arrivée au bout des dîtes marches, une épaisse porte métal se trouvait là, bloquant l'accès à visiblement, quelque chose d'important. Et les traces d'explosion et les griffures sur le métal montre qu'on a tenté de le forcer, mais sans succès. Bien, augmentons donc la puissance ! J'ai concentré alors dans mon corps la puissance de l'énergie électrique. Un peu plus longtemps que d'habitude. Puis, j'ai tout relâcher brutalement dans un énorme impact électrique d'un million de volt. Mais je n'avais réussi à simplement rajouter des nouvelles traces de brûlures sur la porte...

Bien, utilisant la méthode suivante ! Je me suis alors collé à la porte, y apposant mes deux mains. Il n'était pas dit qu'un bout de métal me résisterait ! Un peu de concentration et de courant électrique, il suffisait de trouver le bonne décharge pour faire fondre le métal. Et après trois longue minutes, il venait enfin de s'écouler doucement devant moi, libérant un accès dans l'énorme porte. Cette salle était visiblement particulière... Et quelque chose à l'intérieur s'avère problématique... Le sol ainsi que le revêtement des murs semblent isolé électriquement ! Puis, m'avançant vers le centre de la pièce, il y avait une table, avec des dossiers. Sur le sol, de nombreux appareil détruit... Merde... J’arrivais trop tard ! Le table devant moi avait subit la colère du moment. Je venais de l’exploser d'un éclaire. Dans le mouvement, un bout de papier avait volé. Une fois qu'il a de nouveau touché le sol, je l'ai ramassé... Mais c'était complètement illisible, un langage trop technique pour moi. Gouki y comprendrait peut être quelque chose... Bien, maintenant, allons voir si je pouvais trouver quelque chose d'autre ou... sortir de là ! C'est vrai que le bâtiment était en feu après tout !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Lagan
Grand criminel
Grand criminel
avatar
Messages : 85
Points d'activités : 639
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Localisation : Dans ton _ _ _

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 692
Points de popula' [PP] : 670
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 29 Mar - 23:57



Sons Of Cortes en action !
« Mission trouver de quoi faire pour le navire. »



L'entrée en scène est une chose super importante et visiblement, nous l'avions fait de manière suffisamment belle pour être remarqué. Au fond, rien de bien spécial, puisque vu notre notoriété, il suffisait juste de mettre à vue notre drapeau et voilà qu'on faisait peur à bien du monde. Intérieurement, je me marrais d'avance de ce qui allait se passer. Du moins... en partant du principe que ça allait se passer autrement qu'un simple débarquement, une balade, une trouvaille puis pour finir, un départ comme si personne ne nous avaient vu. Non non, je ne voulais pas de ça moi... Je voulais un bon vieux toc toc qui est là, puis une bonne vieille baston contre des gars musclés ou des meufs, bien que meufs, ce serait plus pour faire bim et boom dans un endroit plus approprié. Bref...

Nous arrivions sur l'île après avoir fait peur à ces demi-portions. P as de quoi s'amuser plus que ça. Le capitaine ayant finit son oeuvre et nous la notre, nous allions nous séparer pour aller chercher de quoi être utile au navire. Pour ma part, j'allais rester proche de la côte. Quoi que non. Une fois le bro fist fait entre nous, je vins à descendre du navire accosté pour alors m'enfoncer dans la forêt. Seul, armé de mon épée assez imposante, je me faufilais lentement, conscient que si ça se trouve, à quelques mètres ici se trouve des gens de l'autre camp. Cette idée me fit plaisir puisqu'au moins, si s'était vrai, je pourrais me dire que la distraction est juste là.
Marcher seul n'est pas drôle... ça me fait même penser que j'ai oublié de dire un gros mot au toubib qui avait fait des sacrés sous entendus sur ma personne. Bah quoi ? Je sais manier une barre et alors ? Si manier une barre signifie être gay, alors le capitaine l'est depuis longtemps et plus que moi... Soupirant, je vins à dépasser ces arbres pour alors arriver dans une sorte de petite zone où les arbres étaient moins présents. Une tour était là, à moitié détruite. Sûrement une tour de guet, ou un truc dans le genre.

«  Hm ? »


Une ruine, mais sait-on jamais ce qu'on peut y trouver. Je vins donc à avancer pour tomber sur un nouveau bâtiment. La qualité de celui-ci était aussi grande que celui de la tour de guet mais bon... Sourire aux lèvres donc, je m'engouffrais dans cet ancien «  laboratoire  » puis je le visita tranquillement. Une bonne demi heure s'écoula puis c'est par pur hasard que je tomba sur une sorte d'appareil qui me fit tilter. Un mini moteur à explosion. Du moins, ça semblait être un truc du genre. C'est donc content de ma trouvaille que je vins à chercher comment transporter ce machin grand comme la moitié de ma personne. Hm... Porter m'aurait assuré un mal de dos, alors c'est dans un moment de génialitude que je vins à avoir l'idée de tirer/pousser l'engin.

«  Bon sang de... TU VAS BOUGER 'SPECE DE MERDE ??? »

En effet, tracter ce machin était assez dur, surtout quand le terrain est presque impraticable. C'est donc après dix bonnes minutes que je me trouvais à la sortie de ce labo avec l'engin en question. Un dispositif de moteur à explosion. De quoi nous donner des idées et surtout à moi. Après tout, c'est une pièce ou idée de pièce parfaite pour faire un motherfucking propulseur delamortquitue.
Malheureusement alors que je jurais et commençais à m'agiter, deux silhouettes semblèrent arriver vers moi sans que je le sâche. Pour ma part, j'étais trop euphorique pour m'en rendre compte. Tentant de tracter de nouveau l'engin, je m'exprimais.

" SALETE VA ! Poids mort, métal à deux balles... put** de... rhi puis merde."


Je donnais un coup dans la chose visiblement de mauvais poil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Sam 30 Mar - 16:01


    Maintenant que tous ces gêneurs avaient été écartés, les corps à la mer formant une haie d'honneur pour les Sons, il était temps pour nos héros de débarquer. Ketsueki ordonna à Sakazuki de veilleur sur le navire, comme il le faisait d'habitude. Le vieux clochard acquiesça, et s'ouvrit une nouvelle bouteille pour "lui tenir compagnie en l'absence de Conchita". Ensuite, les Sons avaient amené le navire jusqu'à l'embarcadère, où un joli comité d'accueil attendait. Ace aurait sans doute été ravi d'y déverser son trop plein d'énergie, mais le capitaine les écarta en un clin d’œil au moyen de son regard Zehef, faisant taire d'une mornifle les protestations de l'épéiste des Sons. Ces derniers échangèrent d'ailleurs des Bro fist, et notre Cahir adressa une prière à chacun de ses équipiers, avant d'offrir une accolade à son frère, réactivant la connexion entre les deux frères: ainsi, si quelque chose arrivait à l'un, l'autre le saurait.. Le lien bromantique, c'était un peu comme le wi-fi, sauf que ça marchait tout le temps. Puis Ketsueki était parti le premier, utilisant la vitesse de sa foudre et décollant littéralement en un éclair. Ace et Gouki filèrent tous deux dans la forêt aux allures de jungle, mais chacun dans une direction opposée. Quand à Igaku, il allait sûrement y aller à son rythme, mais quand viendrait le moment de se battre il serait sans doute à fond. Peut-être qu'il trouverait une charmante, ou étrange, créature à disséquer. Notre charpentier avançait avec la grâce d'un sanglier, enfonçant les plus petites branches, et écartant à grands coups de paluches les plus solides. Peu lui importait de faire du bruit: après tout, quoi qu'il arrive, nos Sons étaient repérés.

    Il s'enfonçait un peu plus dans la forêt, et des bruits de tirs résonnèrent dans ses oreilles, faisant s'envoler les oiseaux au loin, et aussi un couple de volatiles bigarrés au-dessus de sa tête. Il se demanda lequel de ses compagnons était tombé sur un opposant, et il arrêta de courir, observant en l'air un moment, tel un chien de chasse aux arrêts. Rien à signaler, il reprit sa course. Au détour d'un arbre, il tomba sur deux soldats de la Marine. En reconnaissant la balafre et le teint hâlé du "Gouki à deux-cent quinze millions de berries", leur fusil leur tomba des mains. Notre charpentier passa entre les deux, les assommant d'un double Lariat. Il vérifia qu'ils étaient vivants en prenant leur pouls, et effectivement les deux bleus respiraient encore. Il s'en serait voulu d'avoir été trop fort pour eux et de les avoir tué.. Parce qu'il était sacrément différent du Gouki qui avait quitté l'île avec son frère il y a quelques temps déjà. Désormais, beaucoup de regards étaient braqués sur lui.. Beaucoup plus qu'il ne l'aurait voulu. Peut-être... Non, sûrement que son nom résonnait déjà sur North Blue. Il se demanda ce qu'avait dû penser Carly en voyant son avis de recherche, et surtout en le voyant augmenter si vite. Sans s'en rendre compte, il ralentit le pas, et des cris féminins le tirèrent de sa rêverie. Une femme? Sur cette île? Était-ce un piège? Quoi qu'il en soit, il devait aller voir. Il était assez fort pour déjouer n'importe quel piège.

    Il écarta les fourrés, se dirigeant à l'ouïe, puis déboula dans une clairière. Les arbres avaient été coupés et déracinés: quelques trous restaient encore. Ce complexe avait l'air récent. Les métaux étaient flambants neufs, et lorsqu'il entrouvrit la porte, méfiant, elle ne grinça absolument pas. Il passa la tête dans l'embrasure, et eut confirmation que les cris venaient d'ici. Tout était sombre, alors il changea son poing gauche en une torche, et commença à avancer à pas feutrés. La personne à l'origine des cris avaient dû voir les reflets de la lumière, puisqu'elle s'était désormais tue. Une porte blindée barrait l'accès à une pièce où devait se trouver la crieuse. Notre héros posa sa main sur la porte, et la fit fondre, se créant ainsi un large trou par lequel il passa, et tenta de manipuler la poignée: pas de succès. Qu'à cela ne tienne, il fit fondre tous les gonds et enfonça la porte d'un coup de pied, la faisant tomber avec un fracas d'enfer. Sa torche improvisée devant lui, il avança et... tomba nez-à-nez avec une jeune femme aux cheveux roses. Il resta un moment, la bouche grande ouverte, tandis que la donzelle se cachait le visage derrière les bras, hurlant de plus belle qu'on allait la violer et la brûler vive, et pas forcément dans cet ordre. L'information venait de parvenir au cerveau de notre héros, qui se retourna, rouge comme une tomate et mal à l'aise. La femme était intriguée par ce drôle de type, et commença à se lever, méfiante; il se pouvait que cet homme essaye de lui mettre à l'envers. Notre guerrier prit la parole, toujours dos à la demoiselle:


    - Cessez de crier s'il vous plaît, je viens en ami. Vous avez peut-être déjà vu ma tête sur un avis de recherche, mais...
    - AAAAAAAAAAAAH UN PIRATE UN PIRATE UN PIRATE AU SECOURS QUELQU'UN IL VA ME VIOLER ET ME TUER AU SECOURS!

    Elle s'interrompit brusquement: notre héros, de haute stature par rapport à la femme, avait pivoté et avait plaqué sa main sur sa bouche, lui conseillant de se taire ou sinon ça allait mal finir pour elle. Il avait entendu des pas dehors: l'avantage de laisser toutes les portes ouvertes. Il lui fit signe d'aller se cacher dans un coin, sans la regarder (fini l'instant d'adrénaline), et elle s'exécuta, les mains plaquées sur sa bouche. Le second des Sons quitta la salle, faisant craquer ses poignets et tourner ses larges épaules: il avait un drôle de pressentiment. Il quitta le sombre complexe, et sortit dans la clairière, pour tomber nez-à-nez avec une vieille connaissance. Un léger sourire naquit sur les lèvres du charpentier, qui se fendit des paroles suivantes:

    - Tiens, comme on se retrouve... Je suppose que tu n'es pas venu discuter, John?

    [HRP: Si ça te va pas et que la façon dont j'amène la rencontre te plait pas tu me mp et j'édite Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Hidoi Igaku
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 51
Points d'activités : 550
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (1/4)

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 472
Points de popula' [PP] : 486
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Dim 31 Mar - 12:20



Coucou!



Tu veux voir ma room?



Il ne fallut pas plus de temps aux fils de Cortes pour décider de mettre pied à terre. Il venaient de mettre à l'eau quelques navires de guerre de la Marines et arrivaient donc confiants sur la petite île du Dieu Noir. Là encore, ils semblaient être attendus mais c'était inutile. D'un simple regard, le capitaine envoya tous les troufions au pays des rêves, ce qui ne manqua pas d'ennuyer Ace qui s'attendait à un sympathique combat. Au lieu de ça les Sons se réunirent un instant pour un Bro fist commun. Igaku n'était pas encore vraiment habitué à cette pratique qui n'apportait rien de concret, mais il voyait tout de même ça un peu comme une sorte de code qui lui permettait de se sentir vraiment inclus dans cette famille. Tout le monde se sépara suite à cela, laissant là le clodo et le navire. Comme d'habitude...

Contrairement aux autres, Igaku prit son temps. Sa faux sur son épaule, il marcha un bon moment, se fichant éperdument du bordel qui éclatait un peu partout autours de lui. Il lui semblait entendre des cris d'une plage assez proche, mais rien de bien folichon sur une île de révolutionnaires envahie par les mouettes! Le docteur se déplaça donc en s'approchant de cette plage jusqu'à tomber sur un grand bâtiment. Le type même de bâtisse qui ne peut que servir d'entrepôt et en général pour des choses assez conséquentes. Igaku approcha donc de cette chose, chercha tranquillement l'entrée et pénétra l’entrepôt comme si de rien n'était. Pas de chance, trois péons se tenaient juste derrière, sabre et fusil levé dans la direction de l’intrus.

- Wow wow wow, on se calme! Si vous voulez chasser la mouette, vaut mieux rester dehors! C'est carrément envahissant ces saloperies non?

Interloqués, les deux qui portaient un fusil ne firent pas feu de suite, peut être par peur d'être repérés par le boucan qu'aurait fait l'arme. Celui qui portait un sabre demanda au médecin ce qu'il faisait là et ce dernier répondit qui venait d'accoster avec son équipage, abordant même la possibilité d'aider les révolutionnaires contre la Marine. Les visages des trois abrutis se fendirent d'un sourire en entendant la nouvelle, signe qu'ils devaient vraiment être désespérés pour que leur seul salue se trouve être des pirates! Ils expliquèrent donc qu'ils devaient absolument garder cet endroit puisqu'il contenait tout ce qu'il fallait pour construire un immense navire qui serait impossible à couler. Il vantèrent en effet les qualités et la rareté du Bois d'Adam qu'ils avaient réussit à obtenir au prix d'incroyables efforts. En entendant cela, Igaku fut lui aussi tout sourire. Sans s'en rendre compte, les trois là venaient de donner au médecin ce qu'il cherchait, c'est à dire n'importe quoi qui pourrait aider l'équipage. Quoi de plus beau que le plus précieux des bois?

Igaku leva donc une main et déclencha instantanément sa Room, ce qui surprit les trois hommes. Sans attendre plus longtemps, le toubib frappa l'air de sa faux et les trois hommes se retrouvèrent tranchés au niveau du torse, leurs bras et leur moitié supérieur du tronc flottant dans les airs grâce aux pouvoirs étranges de l'Ope Ope no Mi. Bien évidemment, les trois gus commencèrent à crier, hurler ou pleurer, mais Igaku continuait à sourire. Le rêve de ces révolutionnaires, partir sur un nouveau bateau et combattre pour la liberté, le doc' des Sons of Cortes s'en foutait carrément. Ces trois là allaient mourir et il emporterait le bois peu importe ce que pourraient dire ou faire les hommes de Sayuki! D'ailleurs, il s’approcha d'eux et ramassa le sabre qu'il observa un instant avant de le laisser flotter dans les airs. Il fit ensuite un geste de la main vers les têtes des trois hommes et les fit léviter vers lui en sifflotant. Les trois hurlèrent de plus belle en voyant leur visage se rapprocher de la lame de l'épée, mais rien n'y fit. Un par un, ils finirent embrochés sur le sabre, jusqu'à ce que plus aucun bruit ne s'échappe de leur gorge.

Le médecin se tourna un instant vers le bois, évalua la charge qu'il aurait à transporter, puis il se concentra sur sa room qui s'étendit jusqu'à englober la porte qu'il avait franchis pour entrer et le mur qui l'entourait. En quatre coups de faux dans le vide, le mur se retrouva découpés tomba purement et simplement en avant, laissant la lumière entrer dans le bâtiment. Le bruit n'avait pas été négligeable mais il était plus simple pour Igaku de tout faire passer par ce trou plutôt que de sortir les planches une à une par les portes prévus à cet effet. Oui, l'Ope Ope no Mi aurait put être renommé le fruit du portier! Bref, voilà donc le médecin qui commence à faire léviter une petite partie du gros tas de bois pour le sortir de l'entrepôt. Grâce à son fruit, l'effort est carrément moindre que s'il avait fallut tout sortir à la main! Seulement, arrivé à la limite de sa Room, il se retrouva obligé de déposer les planches afin de la désactiver. Puis, profitant de cette petite pause obligatoire, il posa son illustre postérieur sur le tas de bois et s'alluma tranquillement une cigarette.

Autours de lui, la situation n'avait pas vraiment changée. Peut être les combats semblaient-ils moins violent sur la plage, signe que les hommes de Sayuki perdaient du terrain, mais Igaku s'en tamponnait l'oreille avec une babouche. Du moment que personne ne venait l'emmerder, il ferait son taf et ne tuerai presque personne! J'ai bien dis presque..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Jeu 4 Avr - 19:59

















❝ LES FAUCONS SUR LES RUINES DU DIEU NOIR ❞
« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. »




J'étais maintenant dehors un peu paumé sur ce que je devais réaliser, vis-à-vis de ma mission première. Je nettoyais, mon tanto recouvert de sang, l'acidité du sang pourrait à long terme abimer l'acier de la lame. Je rengainais mes armes et j'observais la situation dans son ensemble, vider mon esprit de toute chose inutile pendant une guerre. Le mieux serait d'appeler le quartier général pour lancer un buster call et l'histoire serait pliée en quelques coups de canon. Mais on ne peut faire recours à ce type d'intervention quand cas de danger imminent pour le gouvernement mondial et franchement là, à part quelques vies de trouffions d'officiers le gouvernement n'était vraiment pas menacé, au pire quelques pertes humaines.

Je vis alors une jeune femme s'approcher de moi, puis elle utilisa le soru, une technique de l'art secret de la justice que je maîtrisais également grâce aux enseignements d'Ellana une des seules agents du gouvernement que je respectais. Cette jeune femme était théoriquement de mon côté sois une marine soit un agent. Sa langue lécha ma joue, c'était surement sa façon de dire bonjour, comme un chien l'aurait fait en reniflant le cul d'un autre. Je ne sais pas si c'était un genre qu'elle se donne ou si elle était vraiment une sociopathe, mais à ce moment précis j'en avais rien à foutre, ce n'était ni le lieu ni le moment de fleureter avec une inconnue.


« Moi c'est Lady ravie de te rencontrer … Dit tu ne veux pas m'aider à me diriger et dis moi juste un truc au faite … QUI NOUS BOMBARDE ?! »

Je vois, une cinglée qui se la joue nonchalant. J'eu comme une envie presque inévitable de lui dire d'aller se faire mettre, mais je me souvenu de ce que j'avais lu dans le livre de mon père; « La meilleure attitude à avoir à l'égard de la parole, c'est de ne pas en user. Si vous pensez pouvoir vous passer d'elle, ne parlez pas. Ce qui doit être dit devrait toujours être dit aussi succinctement, logiquement et clairement que possible.» Je décidais de ne pas perdre du temps en lui disant ma façon de penser sur son attitude, je lui répondis alors simplement.

« C'est les Sons of Cortes »

Puis je décidai alors de partir de là, j'avais assez perdu de temps comme cela et la présence de cette énergumène à nibards me rendait irritable. Le navire de cet équipage avait débarqué sur l'île, je ne savais presque rien d'eux, je savais qu'ils étaient plutôt du genre à énerver les gens dans les hautes sphères, en tout assez pour avoir une prime conséquent sur leurs têtes. Je ne savais pas s'il y avait un type qui était censé nous commander ou pas, autant dire que c'était devenu un bordel sans nom, un foutoir anarchique où chacun fait ce qu'il veut. Je vu alors une épaisse fumée noire s'échapper au loin. Surement un feu, je décidais d'aller voir s'il y avait des blessé où non.

C'est à ma grande surprise que je vu sortir un homme du bâtiment en feu, il était presque indemne, comment l'expliquer et qui était t'il ami ou ennemi ? Une chose est sur, il ne portait pas d'uniforme et il ne semblait pas être un de ses sbires de la base peut importe qu'il était. Je m'approchais suffisamment de lui pour qu'il puisse m'entendre.


« Qui es tu ? »





[HRP] Désolé du temps de réponse, en plus c'est vraiment naze[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 5 Avr - 21:30



Être optimiste est un combat ~~ Eric-Emmanuel Schmitt






« C'est les Sons of Cortes »

C'était ce que le pignouf à la coupe ratée m'avait répondu … Franchement je sais pas si c'est pour se donner un style, mais il est moche avec cette coupe d'une puissance que même les rats qui trainaient à nos pieds s'effrayent en le voyant. Certains diront « Oui, mais les gouts et les couleurs ça se discute pas » … Sans déconner ? Là c'est plus que du mal goût d'un, de deux si c'est pour se mettre un raton laveur dégueulasse sur la tronche autant qu'il se fasse Seppuku tout de suite et on en parle plus ! Cela empêcherait mes yeux de saigner à chaque fois que je le vois, dès fois j'aimerais manquer encore plus de tact qu'à l'heure actuelle, le regarder en face et lui énoncer « En voyant ton visage j'ai rendu mon Déjeune et mon goûter, s'il te plait cache moi cette horreur afin de soulager mes yeux sensibles qui ne peuvent se permmettre d'être souillé en voyant la crasse sur ton facies et l'horreur qui te sert de « visage », cordialement. » Bon okay, je suis un peu violente, mais faut pas m'en vouloir vous savez, c'est plutôt à lui de s'en vouloir. Pourquoi ? Il m'avait mit littéralement un vent en s'occupant d'une put** de fumée qui se trouvait au loin … Pourquoi bordel je tombe sur un attardé qui préfère s'occupait d'une simple fumée que d'une demoiselle qui n'attendait qu'une chose : Que le samourai lui montre sa force à l'aide de petit coup de reims ♥ Mais non c'était un idiot qui au lieu de s'occuper de la beauté à ses côtés il allait chercher les embrouilles.

Au moins si quelques choses pouvait me rassurer c'est que je n'étais actuellement pas la seule à m'être fait remballer, non face à nous se trouver un homme chat qui nous avait adressé la parole, mais que le samourai avait ignoré sans aucun remord. Je pris de pitié cet homme-chat qui se trouvait être aussi incomprit que moi, peut-être voulait-il un plan à trois avec moi et le sabreur … Bon j'avoue que j'ai pas écouté sa question moi non plus, j'en avais rien à carrer qu'un chat veuille faire ceci ou cela, mais malgré tout je prenais un air sérieux afin de m'addresser à lui comme une marine digne de ce nom l'aurait fait

« Soldat ! Vous êtes sur un champ de bataille, donc maintenant deux choix s'offrent à vous, ou vous cherchez partout des pirates de Sons Of Cortez pour les éliminer ou alors vous rentrez dans les jupons de votre mère ! »

Je n'attendais pas la réaction du minou pour décamper, je ne savais pas vraiment qui était-il, mais je gardais en mémoire son apparence afin de le chercher dans les dossiers de la marine pour découvrir son identité, car oui, comme toute créature étrange en ce bas monde elle a eveillé ma curiosité et un chat qui parle et qui peut marcher sur ses deux pattes disont que s'est pas vraiment banale. Je rattrapais aisément à l'aide du soru le jeune samourai qui était face à un homme … Je connaissais son visage. Vous savez les moments où vous vous brisez un membre, mais que vous sentez la douleur vraiment après ? Genre vous tombez votre bras et tordu en deux, mais vous commencez à gémir et à crier qu'une fois que votre attention c'est porté sur le bras en question. Là ça m'a fait le même effet quand j'ai vu le visage de la personne qui se tenait face au Samourai, au début je recherchais à quels moments de ma longue vie j'avais vu ce visage, tout ce que je savais c'était un vilain pas beau. Un pirate ? Ouais c'était ça, mais qui était-il … Non … Mon corps ce mit à trembler peu à peu quand je compris qui était cet étrange homme. Vous pensez que je tremblais de peur ? Non loin de là c'était de l'exitation avec un zeste de folie. Je m'exitais d'avance en voyant cette personne, il était connu grâce à sa prime équivalente à 220 000 millions de berry'z, une jolie récompense pour ce jolie minois … Mais mon envie de me confronter à lui venait plus du fait qu'il était puissant, je voulais tester son pouvoir face aux miens, certes on pouvait facilement concevoir ma faiblesse face à cet homme, mais j'avais actuellement un sabreur à mes côtés je pourrais le combattre avec plus de facilité et puis au pire … Je sacrifierais l'épeiste en échange de ma vie ! Je n'avais aucun remord à le faire si l'occasion s'en présentait. Après tout je ne le connaissais pas donc pour moi se ne serait qu'une perte pour la « Justice » Qu'est-ce qu'une vie face à l'avenir de la marine ? Car oui pour moi le seul homme capable de provoquer un changement c'était lui Kyookoo Ketsueki. D'un simple cri j'annonçai à mon partenaire d'infortune

« Cet homme est le Capitaine Pirate Kyookoo Ketsueki, connu pour posséder une prime équivalente à l'heure actuelle à 220 Millions de berry'z … Autant de dire que si on lui fait la peau on a un bel avenir devant nous … Crois pas que ça m'enchante plus que ça sale babouin, incapable de reconnaître son ennemi, mais … On va devoir faire équipe si on veut réussir quelque chose mon grand »

Je dégainais ma lame et me positionnait face au pirate tristement célèbre dans nos rangs … Malgré tout je sentais que le combat allait s'annonçait des plus durs, à côté toutes mes batailles paraissaient dérisoires et pourtant … J'avais tellement galéré pendant toutes ses années, malgré le grand sourire que j'affichais et mon assurance naturelle au fond de moi j'avais peur, peur de mal finir, j'ai peur d'affronter cette épreuve, enfaite j'ai peur de l'échec ...









(c) mise en forme roleplay par Never-Utopia



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jin'ichi Kintarô
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar
Messages : 48
Points d'activités : 556
Localisation : South Blue - Ancienne base de Sayuki / East Blue - Orange Town / North Blue - Île du Chaton / East Blue - Season Town / Grand Line - Hoshikame > Shirokame

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 397
Points de popula' [PP] : 435
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 5 Avr - 22:51





Tandis que les Sons of Cortes étaient en train d’achever petit à petit les cinq vaisseaux de la Marine, Kintarô qui était bouche bée, ébahit par tant d’atrocité en même temps en voyant sous ses yeux plus ou moins différents cadavres comme de la merde sans avoir eu le temps de faire quoi que ce soit, d’autres qui étaient à l’agonie n’allant pas tarder d’une seconde à l’autre de perdre la vie, notre jeune héros revint à ses esprits ; il était en compagnie de son frère Sting, et ce dernier avait raison : ça annonçait rien qui vaille… Tout d’abord, qu’est-ce que ces foutus pirates venaient faire ici, dans une ancienne base du terrible révolutionnaire, Sayuki… Qu’avaient-ils bien en tête pour venir ici, et pourquoi maintenant ? On aurait dit que tout a été planifié, concocté et confectionné depuis des lustres… Et encore, non, qui plus est tout se déroulait selon leurs intentions, tout était coordonnée…

La Marine avait vraiment à faire à de puissants rockies… Fini les petites frappes, ils avaient face à eux de gros poissons. Ça avait vraiment foutu notre bretteur en rogne le fait que tous ces soldats de la Marine y perdent la vie, car ils avaient peut-être de la famille à côté, certes ils étaient morts en héros, cependant ce n’était vraiment pas nécessaire de commettre tous ces pêchés de meurtres… Le Sergent de la Marine avait perdu son sang-froid et hésitait à partir sur le champs de bataille mais en ayant un peu de self-control, il renonça, car c’était du pur et simple suicide. Après mûres réflexions, il décida d’observer la suite de ce qu’allait faire ces enculés ; après tout, en ce moment même il ne pouvait absolument rien faire à part compatir pour les familles des guerriers qui ont péri dans le champs de bataille.

Derrière, sur l’île où se trouvaient nos deux protagonistes, les cris s’enchaînèrent successivement. Apparemment pour couronner le tout, en plus d’avoirs des révolutionnaires sur les pattes ainsi que la venue des Sons of Cortes qui n’arrangeaient pas les choses, il y avait également quelques civils présents sur l’archipel. Même les mouettes qui étaient perchés sur les arbres commencèrent à migrer vers d’autres îles en sentant le danger. Cela s’annonçait vraiment mal, la nature ne se trompait jamais. S’il devait livrer un bataille ici, maintenant ça ne serait sous aucuns doutes pour venger ses camarades. Ils (la Marine) devaient à présent être environ une cinquantaine, plus ou moins, et ils devaient absolument appeler des renforts en plus pour faire ainsi embuscade aux Sons of Cortes mais en ce moment même, Kintarô n’avait point de Den Den Mushi et il doute que Sting avait le sien. Ils devaient en trouver un quelque part dans l’île ou bien survivre…

Après quelques minutes, un puissant jet d’éclair émanant du bateau se dirigea avec une vitesse impressionnante, voir même hallucinante vers le ciel ensoleillé, qui éblouissant notre jeune héros, ne put voir où l’éclair avait atterri. Le ciel était bel et bien ensoleillé et pour une quelconque raison il y avait un phénomène naturel inexplicable qui venait de se produire juste sous ses yeux. Le bretteur se retourna vers son confrère afin de lui montrer son étonnement avant de regarder à nouveau en direction du bateau. Cette fois-ci, un personnage mystérieux descendit de celui-ci, se dirigeant droit sur l’île, vers la forêt. C’était assez proche de la falaise où se trouvaient Sting et Kintarô. Ils avaient qu’à descendre la colline derrière eux qui leurs ramèneraient ainsi à la même forêt. Ni une, ni deux, Kintarô avait l’intention d’aller à se rencontre. Il n’avait pas eu le temps de reconnaître sa silhouette avant qu’il ne disparaisse dans la noirceur de la jungle…

« Ike Sting-san… ! »

Le Sergent de la Marine se retourna brusquement et descendit rapidement la colline qui se trouvait à présent en face de lui. Pour une fois qu’il courrait, un peu de sport n’allait quand même pas lui faire de mal, cependant, une fois qu’il fut arrivé au pied de la colline, il s’arrêta rapidement, en touchant sa côte gauche à l’aide de sa main droite où il fit quelques petites pressions : il avait un point de côté et avait oublié que le sport et lui c’était deux. Il continua une marche rapide en direction de la forêt en se remémorant le peu de description qu’il ait pu voir de l’antagoniste. Quelque chose l’avait vraiment marqué. Il avait une sorte de coupe en bol aux cheveux turquoise mais ce détail lui important peu.

Continuant sa marche rapide vers le fond de la forêt, il aperçut à perte de vue un immense bâtiment détruit… Ça avait la gueule d’une tourelle pour repérer les intrus qui venaient sur l’île, du moins c’est ce qu’il en restait. Kintarô poursuivit son trajet jusqu’à arriver au point J. Il était derrière trois ou quatre arbustes, en piteux états, et remarqua que la silhouette qui se dessinait devant lui c’était bien celui qu’il avait reconnu quelques minutes auparavant. En l’analysant de fond en comble, il finit par trouver ce qu’il le lui avait attiré l’attention : c’était son katana. Il portait un immense Katana, peut-être pas aussi grand que celui du Caporal Yohoshi Kentarô, sur son dos. Il laissa échapper quelques essouflements avant de tout récupérer et sortir de sa « cachette » du moins, s’il pouvait appeler cela ainsi. Il avait un sabreur devant lui. Ça le rendait assez heureux au premier coup d’œil, ça fait longtemps qu’il n’avait pas eu un combat de sabres depuis ses années passaient au dojo, cependant il devait bien se mettre à l’idée qu’il avait en face de lui un ennemi et que tous les coups étaient permis ; du moins, Kintarô n’allait quand même pas mettre des coups de putes mais que son adversaire, quant à lui, était un pirate et il devait faire terriblement attention.

Kintarô s’avança doucement, en se demandant au passage si Sting se trouvait derrière lui. Il ne pouvait pas encore voir son ennemi de face, étant donné que ce dernier était de dos et occupé à faire bouger une sorte de moteur.

« Tu veux un coup d’main… Kusso-gaki… »

Son visage le lui paraissait assez familier de plus, comme s’il l’avait déjà vu quelque part ; il avait la réponse au bout de sa langue mais elle ne sortait pas…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Sam 6 Avr - 8:48


Ace Lagan !

On sentait la puissance de feu des Sons of Cortes qui nous attaquaient, les cinq navires qui étaient présents venaient d’être détruits, comme si on avait soufflé sur une brindille et que celle-ci s’était envolée. Il n’y avait eu aucune résistance de notre part, ils avaient bien profités de l’effet de surprise, et nous l’avions bien subis, et nous en payions maintenant les conséquences. Je regardais Kintarô qui était bouche-bé et choqué de la manière avec laquelle les membres de la Marine présents sur les lieux se faisaient laminer, j’avais l’impression que c’était trop pour lui, qu’il ne tiendrait pas psychologiquement. La dernière phrase que j’avais prononcée le sortit de sa torpeur et lui remit un peu du poil de la bête, je le sentais maintenant en train de réfléchir, j’arrivais à lire en lire en lui comme dans un livre : Pourquoi êtes-vous là ? Que manigancez-vous ? ». Je sentais que c’était ce qu’il se demandait, et c’était aussi ce que je me posais comme question. Pourquoi ? Il est vrai que Sayuki faisait des recherches et possédait une technologie très avancée, mais comment pouvaient-ils être au courant de la localisation de la base, et pourquoi y aller en sachant pertinemment que la Marine serait présente.

Avec toutes ces questions en tête, j’en oubliais la bataille qui se déroulait devant moi, révolutionnaires, pirates, membres du gouvernement, il y avait de tout ici, tout le monde se battait, plusieurs personnes mouraient inutilement toutes les minutes. Qui plus est, avec l’effet de surprise, les Pirates avaient pris un ascendant psychologique sur cette pseudo-guerre pour savoir qui atteindrait son objectif en premier. Pour les révolutionnaires, c’était tout simplement de protéger cette base de l’ancien leader de leur organisation, pour les membres du gouvernement, c’était au contraire la destruction de celle-ci et de tous les partisans de la légende vivante qui ne l’est plus tellement maintenant Sayuki, mais pour les pirates, je n’en avais aucune idée, pourquoi étaient-ils là, telle était la véritable question.

Soudain, des cris se firent entendre, normal j’ai envie de dire, si personne ne crie sur un champ de bataille, c’est soit que tout le monde meurt instantanément, soit qu’il n’y a aucun combats et que tout le monde buvaient du thé tout en jouant aux cartes. Enfin d’après ce que je pouvais voir, il n’en était rien, aucune des deux hypothèses que je venais d’émettre n’étaient la bonne. La réponse à ma question vint rapidement, d’après Jin’Ichi, des civils étaient aussi sur l’île, comme si nous n’avions pas déjà assez de problèmes, en plus de ça des civils étaient là, qu’est-ce qu’ils branlaient sur une île qui était aussi hautement surveillée par les hautes instances de la Marine. Kintarô me regardait et je lui fis que je n’avais pas mon Den Den Mushi, je ne l’avais pas amené avec moi, il était encore sur le bateau et celui-ci venait de se faire détruire par les Sons of Cortes et avec lui, notre seul moyen pour dégager de cette île, et ils avaient surtout réussis à tuer une très grande partie des hommes de Kintarô, qui était maintenant vraiment en rogne, ça se sentait, une sorte d’aura émanait autour de lui.

Après une dizaine de minutes, un jet d’éclairs sortis du bateau des Sons of Cortes pour atteindre le ciel, bizarre, alors que le soleil était au beau fixe, ce qui me prouvait que l’un des membres de cet équipage ou une personne qui était sur le bateau possédait un fruit du Démon, surement le fruit de la Foudre. Soudain, le faisceau lumineux venait de disparaître, déclarant en même temps une offensive de la part des Pirates. Hmfff, il était temps pour le combat on dirait, j’étais excité et effrayé en même temps car j’allais affronter de puissants adversaires depuis très longtemps et je ne comptais surement pas mourir dans un endroit pareil. Je reposais mes yeux sur le bateau des ennemis principaux, quand soudain, un nouveau personnage descendit de celui-ci, se dirigeant vers la forêt, qui était très proche de notre position actuelle, seulement une colline nous séparaient de l’endroit de la rencontre avec cet étrange énergumène. Je regardais Kintarô qui avait lui aussi remarqué la sortie discrète de ce personnage, et je sentais qu’il avait l’intention de le suivre, en même temps c’est normal, vu que j’aurai fait pareil.

Il me faisait signe de le suivre ce que je faisais sans hésiter, qui plus est, c’était une première de voir Kintarô courir comme ça, alors pour rien au monde j’allais manquer ce moment. Après un certain temps, celui se stoppa et pressa ses côtes avec sa main, un point de côté, nan mais sérieusement, comment tu peux te taper un point de côté dans un moment pareil, c’était sur, si on revient vivant, je vais lui faire une séance de sport qu’il n’oublierait pas de si tôt, parole de Sting ! Malgré tout, comme si rien ne s’était passé, il se ressaisit et reprit en marche rapide, haha trop marrant ce mec, je ne peux pas le laisser mourir ici, il fallait qu’il me fasse encore marrer.

Plus on s’enfonçait dans la forêt, plus l’atmosphère était lourde, ça pesait, en plus le pire dans tout ça, c’était que cet enfoiré de Jin’Ichi n’avait pas l’air d’avoir remarqué que j’étais là, il l’avait pris pour proie, ça c’était sur, on dirait que j’allais enfin voir mon abruti de frère se battre avec de la haine au cœur, moi, quand je m’étais battu avec cette haine c’était à Goa, et je pouvais dire par « expérience » que l’on est beaucoup plus fort après avoir ressenti ce genre de choses. Nous arrivions alors vers ce que je pense était le centre de la forêt, où il y avait un énorme bâtiment en ruine, et aussi notre cible, il sortait de ces ruines en tirant et en poussant car cet idiot alternait entre les deux. Il avait les cheveux turquoises, une coupe au bol, des dents de requins et des yeux de pédophile, mais ce qui me rendait assez perplexe dans tout ça c’était l’énorme épée qu’il se trimballait, mais surtout la machine qu’il essayait de dégager de cet endroit, serait-elle la chose si importante pour qu’ils prennent autant de risques pour la récupérer ? C’était insensé, c’était un simple moteur, pourquoi risquer sa vie pour un simple moteur ? Enfin j’aurai la réponse à ma question après que nous ayons défoncés cet homme que j’avais reconnu car son visage était très connu dans toutes les bases de la Marine où j’étais passé. Kintarô avançait dans son dos, il s’arrêtait à quelques mètres et le regardait intensément, la haine dans les yeux, je sentais qu’il n’avait qu’une seule envie, c’était de dégainer Los Lobos et de trancher l’individu qui se trouvait en face de lui.

« Tu veux un coup d’main… Kusso-gaki… »

Belle provocation, avec ça l’ennemi saurait qu’il avait affaire à des personnes sérieuses et pas les petits rigolos qui fourmillaient dans le monde. Moi je l’avais reconnu et je comptais bien faire les présentations, pour qu’il ne nous oublie pas après son arrestation.

« Ace « Violette » Lagan, 85 000 000 de Berrys, considéré comme le « larbin » de l’équipage des Sons of Cortes. Je suis Sting Crusher et voici Jin’Ichi Kintarô, nous sommes là pour vous arrêter alors rendez-vous sagement sans faire d’histoires. »

C’était comme demander au vent de ne pas souffler, je savais qu’il ne comptait pas se rendre aussi facilement et qu’un grand combat allait se produire, enfin peut-être qu’il allait perdre ses couilles et allait abandonner, qui sait ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Sam 6 Avr - 17:04



... Trouver un adversaire ...


Ceux que j'avais rejoints discutait entre eux, mais je ne leur prêtais déjà plus attention. Un homme attirait mon attention un peu plus loin sur la plage. Sans même dire un mot je m'avançais en sa direction. Je marchais lentement pour ne pas me faire repérer. J'observais attentivement ce qu'il faisait. J'étais à la fois fasciner et surpris. Son étrange pouvoir était redoutable. Encore un adversaire avec un fruit du démon. Je sentais le sang bouillonner et je n'avais qu'une envie l'affronter. Il devait surement faire partie de l'équipage des Sons of Cortes. J'avais réussi à en apprendre un peu sur ce qui se passait, heureusement. Il se débarrassait des révolutionnaire avec une facilité déconcertante. Une fois qu'il eut finit son petit numéro il s'installait sur un tas de planche. Il disparaissait de mon champ de vision, mais je n'avais qu'une envie, en faire ma cible. Après tout, j'ai toujours voulu affronter des adversaires coriace et qui possédait une grande puissance. Celui-ci semblait être la cible idéale. De toute façon tous les Marines semblaient avoir trouvé leur adversaire. Je m'avançais en sa direction. Il était tranquillement installé tandis que je me postais à quelques mètres de lui. J'avais entrevu son pouvoir et je vais surement avoir beaucoup de mal à m'en défaire. Je crois que c'est ça qui me donnait envie de combattre ce type. Je me présentais à lui avec un calme à toute épreuve.

-Je suis le Lieutenant Tsume Azakeri... Quel est ton nom ? Je veux savoir qui je vais affronter, si l'un de nous deux meurt, l'autre pourra toujours mettre un nom sur la pierre tombale.

L'invitation était lancée et il ne pouvait pas refuser, c'était si gentiment proposer. Je n'avais qu'une envie, me lancer dans le combat. J'étais très attentif à ses mouvements, je ne voulais pas me faire piéger. Son étrange pouvoir semblait avoir une large zone d'action, ma vitesse allait être mise à rude épreuve. Si je me fais attraper je devrais trouver un moyen pour m'échapper rapidement. Il était un adversaire intéressant, c'est tout ce qui comptait. Contrairement aux crétins qu'il venait d'affronter je n'avais pas peur. J'ai vu bien pire comme pouvoir et bien plus puissant comme pirate. Ce n'est pas pour autant que je le sous-estimais. Au contraire, je ne prends jamais un combat à la légère. Je me donne à fond, quoi qu'il arrive. Ce combat encore plus que les autres. La mission était simple, stopper le plan des pirates. Autant s'y mettre tout de suite.

Je voyais bien que je l'avais dérangé et pour être franc, il n'avait pas l'air net. J'ai vu beaucoup d'humain, mais lui n'était pas comme les autres. Il sortait du lot par son accoutrement et son physique. Bien sûr je suis mal placé pour dire ça, puisque je suis un chat. Disons qu'on c'est bien trouvé en tant qu'adversaire. Deux combattant qui sortent du lot par rapport à leur camarade. Je ne sortais pas encore mes griffes, j'attendais sagement. Elles me démangeaient était j'étais sur les crocs. J'ai un certain respect pour mes adversaires, qu'il soit pirate ou autre. Quoi qu'il arrive je fais preuve de sérieux et de calme. Pas la peine de se précipiter, on avait tout notre temps. De plus, nous ne sommes pas des sauvages. S'il me proposait de prendre un verre de rhum et quelques poissons grillés avant le combat, je dirais oui. Il faut avouer que je commençais à avoir un peu faim, mais ce n'était pas le moment. Je devais me concentrer sur une seule chose, mon futur adversaire.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir ! Ven 12 Avr - 9:24



Le nez toujours plongé dans mon petit magazine, j'avais choisi de me la ramener tranquillement. Les rues étaient plutôt tranquilles et je ne remarquais pas vraiment les premiers cris qui émanaient des entrailles de petites rues sombres et délabrées. J'étais complètement absorbé par ce que je voyais, me demandant où je pouvais rencontrer de tels phénomènes, de telles créatures emplies de beauté. Il n'était jamais indiqué le lieu d'habitation de ces jeunes femmes, même si cela devait être trouvable. Être un membre du Gouvernement, même si c'était être le membre le plus détesté des Shichibukaï offrait quelques garanties en terme de recherches. Il était assez facile de s'introduire dans les archives et de demander à un binoclard de trouver quelques informations sur certaines personnes. Armé d'un crayon, je cochais celles qui m'intéressaient et qui pouvaient très bien devenir mes épouses. Il n'était pas question pour moi d'avoir une seule femme dans ce monde, même s'il n'était pas facile d'entretenir plusieurs relations. En faire capoter une pouvait parfois mener à la destruction de toutes.

Alors que de nouveaux cris émanaient de tous les endroits, je fus cette fois surpris par le hurlement strident d'une jeune femme. Alors que je passais à proximité d'une porte, mes oreilles sifflèrent, encaissant à peine les décibels envoyées. Certains mots qu'elle avait prononcé frappèrent mon esprit de plein fouet. « Viol » ou « tuer » : parlait-elle de moi ou voulait-on voler mon mode opératoire. La mine défaite, je fourrai le fascicule dans ma poche d'un geste vif. Mon visage était en colère, tout comme je l'étais aussi. On ne volait pas impunément ma signature ! Pour ma part, il ne s'agissait que rarement de viols puisque toutes les femmes finissaient par prendre un certain plaisir à avoir des relations corporelles avec ma personne. J'étais un expert, j'avais la patte de l'expert, en bref, dès que le feu était vert, j'avançais, prêt à créer une dizaine de mes descendants en moins d'une heure.


« Qui ooooooooooooooooooose... »

J'avais été surpris par ce que je venais de voir. Alors que je m'attendais à un brigand sans réelle importance, j'étais tombé face à une vieille connaissance, un type que j'avais combattu et qui m'avait quand même posé pas mal de problèmes. Gouki, l'homme-lave qui était, en quelque sorte, devenu un rival. Je m'étais pas attendu à le revoir de si tôt, mais j'avais suivi son parcours du coin de l'oeil. Sa prime dépassaient de beaucoup celle qu'il avait à notre rencontre. Lui et son capitaine s'étaient fait un nom et on leur avait certainement proposé ma place. Ils avaient sûrement refusé, sans quoi ils auraient sûrement été présents à la dernière réunion. Ils avaient donc choisi de poursuivre leur voie de pirate. Une décision sage qui allait nous permettre de nous taper dessus un peu plus longtemps.

« Tiens tiens tiens tiens tiens... Tiens ! On se retrouve donc !
J'te croyais quand même assez classe et assez intelligent pour pas m'imiter avec les femmes. Ca marche, mais seulement avec moi. Faut avoir une certaine prestance et un certain calibre pour que la mayonnaise prenne.
Faut que je t'apprenne que la plagiat c'est mal Raito petit sanglier fumant ?»


J'allais prendre ma revanche. Même si au final, on était un peu comme des potes, ça restait un type primé. Il pouvait me rapporter tellement de thunes que j'avais envie de lui proposer un deal. Pourquoi pas, mais je risquais ma place et tous mes avantages ! Pour deux cent millions, ça valait pas assez ! Je pouvais pas me permettre de me faire chasser par les amiraux pour quelques bricoles. En d'autres termes, j'allais me fritter convenablement contre lui, histoire de lui faire mordre la poussière, même si ça restait dans le plus grand respect mutuel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir !

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Les faucons sur les ruines du Dieu noir !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-