AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Erudiendum ad Gladium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 124
Points d'activités : 1215
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Age : 26

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 756
Points de popula' [PP] : 832
Divers:
MessageSujet: [FB] Erudiendum ad Gladium Jeu 28 Mar - 15:13
















Captivité




Bien avant les évènements récents sur Logue Town et bien après son combat contre le Vice-Amiral, notre héros venait d'atterrir sur une île qui lui était totalement inconnue. Il ne savait pas comment il c'était retrouvé ici. Il était à bords d'un navire marchand, tout ce passait bien et sa destination ne lui était pas encore dévoilée. Il dormait dans un coin de la cale pour que personne ne le remarque. Il était un clandestin et il ne voulait certainement pas finir par-dessus bords. Il n'avait aucune intention de faire du mal à ses citoyens. Il voulait simplement rejoindre la prochaine île. Alors qu'il s'enfonçait plus profondément dans son sommeil. Il ne fit pas attention à ce qui l'entourait. A son réveil, il était dans cet endroit ! Il avait certainement dû s'endormir dans une caisse de garnison. Il n'y voyait que cette solution. Il s'était assoupis dans une livraison et avait atterrit sur cette île. L'un dans l'autre, cela ne le dérangeait aucunement, il pouvait maintenant profiter de cette nouvelle destination. Il remarqua soudainement que la neige était présente sur ce continent. Comme il pouvait détester North Blue et le froid. Il préférait largement les paysages paradisiaques de South Blue.

Il serra son manteau et partit à la découverte de ce monde inconnu. Il était très agréable de se balader dans cette région, du moins si on faisait abstraction du froid. Il y avait de nombreux cerisier en fleur. Ce paysage était magnifique à observer. Ed' n'avait rien vu de semblable durant toute son existence. Il fallait l'admettre, la nature était d'une beauté très rare. Il regarda un peu autour de lui, il n'y avait personne et pas le moindre bruit. Comme cela était-il possible ? On n'entendait même pas le bruit des oiseaux. Cette citée était-elle donc une ville fantôme ? Il fallait le croire, c'était encore sa veine à notre jeune pirate. Il sortait tout juste d'un long voyage pour se retrouver seul dans une ville. Il avait horreur de ce genre de fait, il préférait encore être entouré par la foule. Il s'enfonça plus profondément dans la forêt de cerisier.

En apparence, il n'y avait rien de spécial dans les parages. Il y avait une belle vue et un magnifique champ de cerisier, à par ça, pas le moindre être vivant dans les parages. Pourtant, Rosen se sentait observer. Il avait cette mauvaise impression, comme si quelqu'un l'épiais dans l'ombre des arbres. Il devait certainement rêver. Il était beaucoup trop prudent et son attitude tournait légèrement vers la paranoïa. Il se reconcentra et entreprit de continuer son investigation. Toujours pas âme qui vive après une heure de marche. Il était toujours coincé dans cette forêt de cerisier, comme une sorte de labyrinthe. Il avait beau tourné à droite ou à gauche, il avait l'impression de tourner en rond. Il n'avait donc pas d'autre choix et de s'éclipser vers le ciel. D'un flash, il se retrouva à voguer avec les nuages. On pouvait nettement voir que la forêt s'étendait sur plusieurs kilomètres. Un autre flash et il se retrouva à plusieurs kilomètres de sa précédente position. Perché dans un arbre, il observait les alentours. Il commençait à distinguer des toitures au loin. Enfin, un semblant d'humanité dans cette île lugubre. Il s'éclipsa à nouveau et arriva à l'entrée de la ville.

Les maisons se ressemblaient toutes, seul leur couleur pouvait les différencier. Elles étaient toutes d'un style japonais antédiluvienne. Edward avait l'impression de retourner au temps des samouraïs et des grands guerriers de contes pour enfant. Il était éblouis par la beauté des choses et ne pouvait s'empêcher de les admirer. Il n'avait encore jamais eu la chance de pénétrer dans une telle contrée. Il était presque heureux d'avoir échoué sur cette île. Il fallait tout de même le dire : c'était une grande première pour lui. Il n'était habitué qu'aux massacres, à la guerre et au sang. Son amnésie le touchait depuis sa plus tendre enfance, qu'il ne connaissait même pas l'identité de ses géniteurs. Il était un orphelin endoctriné par une vision ecclésiastique qui s'était soudainement retrouvé à transgresser toutes les règles de ce monde. Il vécut toujours dans la droiture des règles et des obligations. La piraterie fut son second souffle, sa second vie, une vraie renaissance. Il aurait bien pu rejoindre la marine, mais certaines connaissances le firent prendre un autre tournant dans sa vie.

Alors qu'il divaguait sur son passé et sur le paysage, il ne remarqua pas les hommes qui s'approchait de lui. Un homme l'interpella au loin. Il ressemblait à un samouraï de la tête au pied, comment cela était-il possible ? Notre pirate avait entendu parlé de certaines où les traditions étaient fortement respectées. Un sourire s'afficha sur son visage. Il n'était pas là pour se faire des amis ou des ennemis. Il tourna les talons voulant repartir en arrière, mais des hommes étaient déjà postés derrière lui. Arf !! Il était encerclé ... C'était quoi leur problème à ceux là ? Il voulait simplement prendre le temps d'observer les alentours et surtout du repos. Il sortait d'un long combat et ne voulait pas remettre les couverts une seconde fois. L'homme l'interpella une seconde fois. Ed' n'avait pas encore compris ce qu'il disait, il était bien trop éloigné de sa position. Il se contenta de baisser l'échine et signe de respect. L'homme s'approcha lui, cette fois-ci il pourrait entendre ses dires.




Que fais-tu ici étranger ???

Je me suis échoué sur votre île et j'étais simplement à la recherche de civilisation

Retourne d'où tu viens ! Tu n'as rien à faire sur la terre sacrée des samouraïs !!!

Très bien. Pouvez-vous m'indiquer la direction de la prochaine île s'il vous plaît ...

Un homme doit savoir se débrouiller seul ... Attrapez le !



Edward ne comprenait de quoi il en retournait. Il ne comprenait rien de cette mentalité, ni de cette civilisation. Il voulait simplement rebrousser chemin, mais il semblerait que cela ne soit pas toléré. S'il fallait faire face à son adversaire, Vongola n'était pas du genre à rebrousser chemin, bien au contraire. Il laissa expulser sa haine et sa colère dans un torrent maléfique. Les samouraïs reculèrent de quelques pas, il n'avait pas l'intention de se laisser faire. Il combattrait jusqu'à la mort en tant qu'un homme libre. Un homme s'avança vers lui, épée à la main. Ed' n'avait pas d'arme et n'en avait pas besoin. Le guerrier voulut le trancher, mais sa lame passa au travers de son corps de lumière. Les soldats écarquillèrent les yeux et sortirent immédiatement tous leurs lames. Il semblerait que les utilisateurs de fruit ne soient pas très appréciés dans le coin. Rosen laissa libre cours à sa violence et à sa colère. Il éclata le premier samouraï d'un seul coup de poing. L'homme valsa sur une dizaine de mètres en arrière et percuta un cerisier.

Les hommes virent les uns après les autres et eurent le même traitement. La vitesse de notre pirate était gargantuesque et il pouvait facilement se défaire de ses adversaires. Ses frappes étaient méthodiques et étudiées pour mettre hors d'état de nuire en un ultime coup. Ses adversaires étaient de redoutable combattant à l'arme blanche, mais il ne pouvait rien faire contre les capacités d'un logia. Même un paramécia aurait pu se défaire de ses hommes. Alors que notre Supernova commençait à s'enflammer et à délivrer de nombreux coups, un homme vint se dresser devant lui et arrêta son poing de lumière. Les samouraïs reculèrent et laissèrent faire l'individu. Le chef de la tribu venait donc de se montrer. Il était en mesure de toucher le corps de notre héros, il maîtrisait donc le fluide l'armement. Son regard en disant long sur ses intentions, sa volonté était de fer ... Edward allait passer un sale quart d'heure. L'homme envoya son pied dans l'abdomen du pirate qui lui coupa le souffle sur le coup. Il tomba à genoux et eut beaucoup de mal à reprendre ses esprits. Les anciennes blessures contre le Vice-Amiral étaient encore présentes.

Vongola se releva avec beaucoup de mal. Ce combat ne serait pas évident à gagner. Il créa une épée de lumière dans la paume de ses mains et attaque son adversaire. L'homme évitait ses coups comme si cela était d'un aisance enfantine. Ed' n'était pas connu pour maîtriser une arme blanche. Ses prouesses étaient toutes concentrées sur l'usage unique de son fruit du démon. Le chef de tribu envoya un autre coup dans les côtes de notre héros. Il entendit un léger craquement au moment du choc et du sang lui monta à la bouche. Un léger fil de sang coula le long de sa bouche, c'était bien sa veine. Il était encore tombé sur une île de barges ! Le chef de tribu dégaina sa lame, brisa l'épée de lumière de notre héros et lui taillada l'abdomen. Sans le moindre effort l'homme venait de se défaire d'un Supernova ... Edward n'était qu'un minable, un moins que rien ... Notre héros tomba au sol dans une gerbe de sang, sa vue se troubla et il tomba dans l'inconscient.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 124
Points d'activités : 1215
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Age : 26

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 756
Points de popula' [PP] : 832
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Erudiendum ad Gladium Lun 1 Avr - 15:35
















6 Mois

La captivité de notre héros dura de longs mois. Il semblerait qu'il ne soit pas digne de quitter cette île sans avoir la force nécessaire pour y parvenir. Enfermé dans un simple box pour cheval, il recevait tout de même de la nourriture et de l'eau tous les jours. Pour un tortionnaire, le chef du village était tout de même un peu trop sympathique. Edward mit plusieurs semaines à se remettre de ses blessures. Les hommes de ce village étaient différent. L'harmonie et la culture, qui émergeaient dans cette citée, étaient aussi grande que dans les temps anciens. Il semblerait que cette île abrite des vestiges d'une ancienne communauté. Ici, on vivait encore dans les traditions des temps antédiluvienne. Les habitations respectaient toutes le même rigueur dans un contexte d'ancien guerrier. Les hommes portaient tous des sabres et les enfants s'entraînaient au maniement de ceux-ci. Les femmes s'occupaient de tâches ménagères et de la bonne condition physique des guerriers. Elles savaient tout faire, aussi bien les tâches ménagères et tenir une arme. Edward était légèrement sous le charme d'une telle contrée. Il était très rare pour lui d'observer un cadre aussi accueillant où il fait bon vivre.

Alors qu'il continuait à admirer les splendeurs de cette ville, un homme l'interpella et lui somma de retourner au fond de sa cache. Cette simple fenêtre était son seul moyen d'évasion vers d'autres mondes. En admirant le monde à travers ses barreaux de fer, il pouvait s'évader quelques minutes avant d'être rapidement rattrapé par la réalité des choses. Il était un possesseur de fruit du démon, enfermé dans une simple prison de bonne fortune. Une seule chose le retenait dans ce lieu : les menottes en granite marin qui étaient attachés à l'un de ses poignet. Avec un tel ustensile, Ed' devenait aussi docile qu'un chat de campagne et aussi vulnérable qu'un papillon bleuté. Le moindre écart de conduite et il pouvait y perdre la vie. Les soldats n'étaient pas du genre à pardonner. La rigueur et la droiture militaire qui imprégnaient ses lieux, étaient fortement présentes dans leurs esprits. Si Ed' voulait perdre la vie, il lui suffisait de faire la moindre erreur. Les hommes semblaient stressés et tendus. Il pensait tout d'abords que cela était dû à sa présence. Mais il remarqua prestement que son apparition n'avait rien à voir avec tous cela. Les soldats s'entraînaient de plus en plus, répétant sans cesse les mêmes mouvements. Les officiers s'occupaient d'établir des stratégies et autre subterfuge de la guerre. Oui ! C'est bien cela ... La guerre était imminente dans cette contrée.

Les hommes s'entraînaient d'arrache pied, les femmes faisaient le plein de nourriture et les enfants barricadaient les habitations. Hélas, personne ne pensait au triste sort de notre prisonnier. Il était seul, au beau milieu d'une prison dans une demeure à l'écart du village? Jouette !!! Certainement un bon endroit stratégique pour débuter une offensive. Que pouvait-il bien faire ? Il était tout seul et personne ne viendrait le sortir de ce mauvais pas. Il devrait se débrouiller seul et trouver le moyen de s'échapper de ce lieu de claustration. Quel enfer ! Il s'était encore fourré dans une sacrée histoire, lui qui désirait simplement prendre du repos. Enfin, vu comme son aventure avait débuté, il n'osait même pas imaginer la suite. Un boulet de canon défonça la toiture d'une maison. Le feu s’immisça dans la charpente. La femme sortit en courant pour éteindre le feu, mais elle fut happée par une flèche en plein thorax. Le bruit du boulet n'avait pas suffit à alerter tous les esprits. Rosen prit alors les devants en criant de toute ses forces au loup. L'ennemi était à l'entrée du village et les soldats n'avaient pas encore pris position. Les villageois arrivèrent à reprendre le dessus après de nombreux morts. Les portes se fermèrent et un état de siège fut annoncé. La nuit serait longue ...

On pouvait aisément reconnaitre un soldat du village et un ennemi. Les soldats du villages portaient tous une armure d'argent avec un masque bizarroïde. Les ennemis étaient dépourvus d'armure et ne portaient que des armes légères. Hum c'était certainement la première vague d'assaut ou une simple équipe de reconnaissance. Ed' dessinait, à l'aide d'une craie, des plans d'attaques sur son mur. La stratégie c'était pas trop son domaine, mais une esquisse sur dix était bonne à prendre. Des échelles apparurent et les tirs de canon se firent plus soutenu. La guerre venait de débuter, ce village serait le champ-de-bataille. Les soldats avaient pris position sur tout le périmètre. Pas un seul centimètre du mur n'était pas gardé par un homme. Les arbalètes lourdes et les chaudrons de goudron étaient utilisés pour défendre l'enceinte. Le périmètre devait être maintenu coûte que coûte. Les lourdes portes en bois avaient été consolidées par du métal et des barres de fer. Les forgerons avaient travaillés des nuits entières sur ce dispositif.

Les villageois hurlèrent de rage, la première vague d'assaut venait d'être repoussé. Un lourd bruit de pas se fit alors entendre au loin. Rosenkreuz ne voyait quasiment rien de son point de vue. Il n'avait que la porte d'entrée du village et quelques demeures sur la gauche en visu. Il était au première loge pour assister à la destruction de la défense. Il devait être prudent. Dans cette histoire, il pouvait aussi y laisser la vie. Il suffisait qu'un ennemi s'engouffre dans les geôles et qu'il lui tranche le cou. Arf ! Triste fin pour notre jeune pirate. Bon ! Il aurait certainement mériter après toutes ses exactions. Une lourde explosion retentit au niveau du mur. Une dizaine de soldats volèrent aux quatre coins de la zone de défense. La tête d'un bélier émergea au niveau des portes. Comment avait-il fait pour passer outre les défenses ? Ces assaillants disposaient d'une force de frappe hors du commun. Ed' commençait à douter de la force de ses tortionnaires. Ils les avaient vu s'entraîner durant des semaines, ils ne disposaient pas d'un appuis de feu aussi conséquent. Les ennemis déboulèrent dans le village. Maison après maison, c'était un véritable carnage et notre héros ne pouvait que y assister déplorablement.

L'entrée de la prison s'ouvrit dans un broua tonitruent. Les hommes hurlèrent à tout va et s'engouffrèrent dans les différentes geôles pour libérer leurs frères. Alors Vongola n'était pas le seul dans cet établissement de bonne fortune. Il y avait d'autres prisonniers, qui plus est, des ennemis du village. Cela pourrait jouer en son avantage, il pourrait embrasser la cause de l'ennemi et prendre la fuite. Un homme en armure noire vint devant sa cage. Il lui beugla quelques phrases dans une langue qu'il ne comprenait pas. Rosen recula jusqu'au fond de la cellule. Il devait le faire entrer pour pouvoir déverrouiller cette porte. L'individu ouvra la porte et dégaina une lame d'une couleur aussi sombre que son armure. Sans la moindre hésitation, Ed' lui pulvérisa le crâne à l'aide de son poing. Il disposait d'une force tout de même conséquente comparer à un humain lambda. Des nombreux trousseaux de clés étaient accrochés à un pan du mur. Il mit exactement trente minute avant de trouver la bonne clef pour ses menottes. Il quitta les lieux et entra dans le forêt. Hélas, il ne put s'empêcher de regarder en arrière. Les flammes s'élevaient jusqu'au ciel et on pouvait entendre des cris d'horreur toutes les secondes. Rosenkreuz faisait face à une vision cauchemardesque.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 124
Points d'activités : 1215
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Age : 26

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 756
Points de popula' [PP] : 832
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Erudiendum ad Gladium Lun 1 Avr - 16:28
















Une Promesse

La guerre faisait rage dans cette mystérieuse contrée. Qui était ses assaillants ? Ils étaient dotés d'une force de frappe hors du commun et leurs armures étaient aussi dur que de l'acier. Edward n'avait encore jamais vu pareil spectacle. Quelle était cette langue qui était incompréhensible aux oreilles de notre héros ? Il avait eu une drôle d'impression quand il avait rencontré cet ennemi dans la prison. Il dégageait une aura de peur, de colère, de chaos, de mort ... Il s'en était facilement débarrassé, alors pourquoi ses hommes sur-entraînés n'arrivaient pas à s'en défaire ? Il y avait un mystère sur cette offensive. Les hommes s'étaient tellement préparés et pourtant, leur défense fut anéantit en quelques minutes. Il y avait aiguille sous roche ! Cette situation était bizarre et désagréable. Le carnage continuait et les hommes continuaient de défiler par le seuil d'entré du village. Rosen était déjà dans la forêt et avait réussi à quitter les lieux. Pourtant, tout son corps lui sommait de rester. Il devait rester pour apporter son aide. Apporter son aide à ses tortionnaires ... C'était très inhabituel pour lui. Son esprit lui disait de partir, mais son cœur lui dictait de combattre. S'enfuir comme un lâche ou combattre dignement ? La réponse était vite trouvée pour notre héros. Il ramassa le sabre d'un adversaire et prit ses jambes à son cou. Il était temps de combattre l'adversité et cette discrimination. Les ténèbres seront éradiqués par la lumière.

Sans menotte en granite marin au poignet, Edward était devenu invulnérable contre ses agresseurs. Aucune attaque ne pouvait l'atteindre et sa vitesse était trop élevé pour espérer rivaliser avec celle-ci. Il arrivait à se défaire de la plus part de ses opposants et ses rayons de lumière ravageaient les rangs ennemis. Les soldats du village commençaient à reprendre espoir. En prenant leur courage à deux mains, ils réussissaient tout doucement à reprendre le dessus. Faire douter l'adversaire, il n'y avait rien de mieux pour gagner un combat. Une grande explosion germa dans le temple du village. Les villageois écarquillèrent les yeux et ils ne furent plus dicter par leur courage, mais par leur haine. Ce temple était certainement important pour eux. Croire en une divinité permettait souvent de garder espoir dans les pires situations. Ed' tailla le poitrail de quelques soldats et partit en direction du temple. Après une telle explosion, cette puissance de feu devait certainement se trouver dans les parages. Il devait promptement la mettre hors d'état de nuire, au risque de perdre cette bataille. Avec un tel engin de mort, les ennemis pouvaient terrasser n'importe quel bastion. Il ne pouvait pas permettre une telle tragédie. Même si notre pirate était quelqu'un de sanguinaire et de mauvais, il n'avait pas pour autant perdu son humanité.



Se déplaçant entre les petites escarmouches, il réussit à se créer un chemin jusqu'au temple. Il n'y avait que des cadavres dans les alentours, mais pas le moindre présence de poudre. Pourtant, pour une telle explosion, il faudrait au moins quelques barils. Il continua ses recherches dans l'espoir de trouver quelques survivants et des témoins. Hélas, sa quête se soldat d'un échec. Personne n'avait survécu à cette explosion et les coupables courraient toujours. Un cris aiguë de femme attira son attention dans la maison voisine. Un coup de pied dans la porte et il entra en trombe pour porter secours. Les enfants gisaient dans leur sang, le corps de leur mère couché sur eux. Ils étaient également mort, la gorge tranchée. Il devait avoir dans les dix ans pas plus. Des jumeaux, il les avait vu s'entraîner avec un sabre de bois dans le champ de blé non loin de la prison. Ils arboraient un large sourire et vive avec une grande gaieté de cœur. Il continua d'avancer et déboula dans la pièce principale de la demeure. Un homme gisait dans son sang sur le sol. Son visage était pâle et ses yeux injectés de sang. Il avait un bras trancher et une jambe en moins. Le bras tenait encore fermement son épée entre ses doigts. Plusieurs hommes en armure noire étaient présents dans la salle. L'un d'eux était gargantuesque et devait mesure deux mètres de haut et autant de large. Il tenait une jeune adolescente entre ses bras. Elle tenait un sabre en bois brisé entre ses mains. Elle avait certainement combattu pour sa liberté.

Le géant d'acier rigolait froidement et personne n'avait encore fait attention à la présence de notre héros. L'individu sur le sol, Rosen le connaissait. Il s'agissait du chef du village. Il avait combattu contre celui-ci et c'était fait démolir en quelques coups. Si un homme comme lui avait perdu contre ce titan, Edward ne serait d'aucune aide dans ce combat. Pourtant, une force intérieure lui sommait de rester. Il prit son courage à deux mains et tua les quelques troufions de base. Un laser entre les deux yeux et c'était réglé ! Goliath se retourna, une lame était dressé sous la gorge de la petite. Il utilisa cet otage comme bouclier et notre jeune pirate n'eut d'autre choix que de la laisser partir. Il se précipita alors au chevet du vieil homme. Celui-ci pleurait toutes les larmes de son corps. Sa famille avait été décimée et sa fille aînée servirait de sacrifice. Il plongea ses yeux dans ceux de Vongola. Il s'excusa de son attitude, mais avec cette guerre il ne pouvait pas faire confiance à un intrus. Il lui expliqua rapidement le sujet de ce massacre et fit une dernière requête avant de mourir.




Je vous promets de la ramener saine et sauve. Vous pouvez partir en paix ...

Une promesse à un mort n'était pas quelque chose à prendre à la légère. Edward avait promis et il tiendrait son engagement pour permettre à cet homme de trouver le repos éternel. Ed' avait ses propres croyances, mais celles de ce peuple étaient très similaires aux siennes. Il fallait l'admettre la tâche ne serait pas aisée, mais il avait promis. Une promesse est une promesse ! Une fois divulguée, on ne peut pas retourner en arrière. Rosen devrait sauver cette petite au péril de sa vie, mais pour l'instant il devait sauver le peu qu'il restait de ce village. Il attrapa l'épée du défunt et partit à nouveau à l'assaut. Durant ses combats, il ne pouvait s'empêcher d'y penser. Cette guerre était simplement basée sur la religion. Une guerre religieuse d'un clan supérieur pour contraindre un clan inférieur à utiliser les mêmes divinités. C'était vraiment absurde comme excuse, mais cela ne devait certainement que représenter la surface de l'iceberg. Notre héros n'était pas aussi stupide pour croire à de telles choses. Il devait y avoir autre chose à la clef. Un assouvissement, un gain de territoire, un gain d'esclaves ... Cette guerre ne pouvait pas avoir comme simple sujet un différent de divinité.

Après plusieurs jours de combat, la citée fut à nouveau sous l'emprise des soldats d'argent. Hélas, il y avait peut de survivant du côté des soldats et guère un peu plus du côté des civils. Il fallait être réaliste, la bataille avait été perdue. La citée était en ruine et le chef y avait perdu la vie. Il n'y avait plus de leadeur, plus de divinité pour les protéger, ils étaient seul au beau milieu de nulle part. Les survivants mourront de froid, de faim ou dévorer par les loups. Au moins on avait la choix de sa mort. Il fallait se rendre à l'évidence, cette citée n'avait plus lieu d'être. Après tant d'années de prospérités, le village avait été rayé de la carte en deux nuits. Les soldats étaient abasourdit et le nombre de blesser grandissait d'heure en heure. Vongola ne se sentait plus à sa place. Il ne faisait pas partit de cette tribu. Il quitta discrètement les lieux. Il s'engouffra dans la forêt à déchiffrant les quelques traces des soldats. Il avait une promesse à tenir et une petite fille à sauver. Il n'avait pas une seconde à perdre.

To Be Continued ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Erudiendum ad Gladium

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Erudiendum ad Gladium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-