AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Marécages sans fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [FB] Marécages sans fond Mer 3 Avr - 13:00

    C'était décidé: après leur combat d'entraînement, les jumeaux Kyookoo avaient pris la mer, direction de nouvelles aventures! La vie de piraterie commençait pour eux. Bon, au départ, il ne faisait pas fier allure, à deux dans leur barque, et notre héros se sentait à l'étroit, entouré par cette vaste mer. Même s'il avait vu le monde, il n'aurait jamais pensé qu'un jour il quitterait l'île. Il avait prévenu d'y revenir après dix ans, après avoir acquis de l'expérience, de se marier avec une femme de l'île (mais ça, c'était retardé même s'il voyageait), et de devenir le chaman tandis que son frère serait nommé à la tête des guerriers. Mais la faille dans ce plan de carrière se nommait Ketsueki: le jumeau du Cahir aimait trop bouger et voir le monde pour être retenu sur une île. Il respectait la culture et s'attachait aux traditions, mais il voulait bouger et devenir Seigneur des Pirates. Un rêve beaucoup plus difficile à toucher, mais Gouki aiderait son frère à y parvenir. Il aurait fait un bien piètre jumeau s'il avait refusé de le suivre. Étant le plus costaud des deux, c'est le Cahir qui ramait. Ils trouvaient souvent de petites îles où mettre pied à terre pour la nuit, et ils n'avaient pas trop de problèmes de faune agressive: un peu de foudre ou de magma suffisait à effrayer l'importun monstre marin. Enfin bref, ils étaient toujours deux dans un navire pathétique, mais déjà ils étaient pirates dans l'âme... ou presque. Dans les tavernes, Ketsueki était pour partir sans payer et soulever de la donzelle: Gouki ne parvenait à aucun des deux. Il était trop bon, et ça lui vaudrait sans doute des bricoles un jour. Mais peu importe, même pirate, il resterait fidèle à son idéal: effacer la violence du monde.

    Quelques semaines après le début de leur voyage, ils s'arrêtèrent sur une petite île qui ne payait pas de mine, du nom de NumaNumaYé. Une petite île connue pour deux choses: l'appétit de ses habitants, plutôt légendaire, et de profonds marécages où, disait-on, beaucoup de choses s'étaient fossilisées au cours du temps. Les marécages servaient beaucoup comme lieu de conservation, car la boue et autres liquides qui les composaient formait une fine gangue protectrice autour de ce qui y était plongé. En arrivant en ville aux alentours de midi, les rues étaient désertes, mais tous les habitants baffraient dans la centaine d'auberges ou tavernes. Notre héros se demandait bien ce qu'ils allaient trouver sur cette île... Peut-être un nouveau membre d'équipage? Car à deux, jamais ils n'iraient loin. Et de toute façon, Ketsueki avait déjà prévu de recruter moult nakama, comme il disait. Bref, les jumeaux entrèrent dans la première auberge, appelée "Au fruit de la vapeur", et s'installèrent à une table. S'il y avait une quelconque musique d'ambiance, elle était couverte par le bruit des habitants dévorant tout ce qui leur passait sous la main. Ce qui était étonnant, c'est que même en mangeant autant, ils n'étaient pas gros. Bref, Ketsueki commanda une choppe de bière, et notre héros se contenta d'un jus d'orange.

    L'aubergiste, qui lui par contre était gros et chauve, leur apporta leur commande après un moment, et notre Cahir observa rapidement la salle, évitant du regard toutes les femmes. Le souvenir de sa dulcinée était encore trop vif dans sa mémoire. La salle ne désemplissait pas, et la plupart des clients attaquaient leur troisième assiettée. Sans signe de ralentissement. Même si l'une des personnes présentes ici s'avérait faire un bon nakama, notre charpentier s'opposerait à son recrutement: jamais ils ne pourraient faire tenir assez de nourriture sur leur petite barque. Bref, notre héros se plongea dans l'observation des circonvolutions de son jus d'orange. Il espérait que Ketsueki n'abîmerait pas ce restaurant là.. Il avait la fâcheuse habitude d'abîmer les tavernes après quelques litres. Certes, le bâtiment était plus balèze que lui, mais dans sa tête (et pas que) il le niquait! Mais il n'était encore jamais allé jusqu'à les brûler. Et, s'il fallait un début à tout, notre pirate espérait que ce ne serait pas ici... Ces gros mangeurs seraient sans doute des poursuivants acharnés... ou finiraient dans la taverne d'à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Ven 5 Avr - 19:10

Je n'aime pas les plans tout fait ! Et je n'aimais pas ce qui était prévu pour moi... Depuis toujours, les choses avaient une destination et tout les événements de ma vie menaient vers ce chemin ! Et bien non ! Ça aurait bien plus à Gouki ce genre de truc, mais il avait choisi de venir avec moi malgré tout ça ! Lui pouvais se plier à ça... pas moi ! J'ai trop besoin de voler dans le ciel sans limite pour pouvoir me mettre moi même un collier autour du cou ! Même si devenir le chef des guerriers de l'île n'était pas un si mauvais poste que ça... Il y avait mieux ! Beaucoup mieux ! La place de seigneurs des pirates ! Enfin... C'était plutôt le seigneur des bas à sables là... Pour intrépide galion, nous n'avions qu'une barque à la place très limité. Gouki n’arrête pas de tourner et se retourner dedans. Il n'était pas habitué à ça... C'était plus d'espace que j'en ai eu pour durant les six longues années que j'ai passé en prison...

La place de rameur n'allait pas bien à Gouki, on avait besoin d'un larbin, plutôt débile, pour ne pas trop poser de question et s'occuper des tâches de bases. Ça serait un bon camarade ça ! Puis, un docteur, c'est important les toubib quand on est pirates. Y'a des trucs étranges qui traînent sur les mers et les bastons c'est marrant, mais on a souvent besoin d'un petit coup de fil après ça ! Gouki saurait parfaitement réparer le navire en cas de besoin, donc nous avons déjà notre charpentier. Un coq et un navigateur. C'était les basiques dont nous avions besoin. Mais là, on était que deux, on avait encore du boulot ! Mais la vie de pirate s'installée doucement... Vivre dans les tavernes la nuit et naviguer le jour. Boire et emmener des poulettes dans des coins sombres et peu fréquentable, c'était plus la belle vie ça ! Dommage que Gouki n'en profite pas... Cette histoire avec cette « Carie », l'avait rongé, il aurait dut aller cher le dentiste plus tôt !

Nous étions arrivé une fois de plus sur une île plutôt bucolique. Si ce n'est l'odeur permanente de pourriture ainsi que l'appétit sans faille de ses habitants rendaient l’île de suite moins amusante ! Enfin, il y avait sûrement de la donzelle et j'avais soif et faim ! Bref, on a décidé de s'arrêter là, ça pouvait pas être pire que les autres îles de tout façon ! La taverne était il faut le dire, plutôt sympa, la musique d'ambiance aidé à faire passer la tête étrange et les monceaux de nourriture un peu partout, surtout les assiettes vides ! Malgré leur appétit visiblement énorme, s'il n'était pas qu'alimentaire, cette île pouvait avoir d'autres trésors à offrir, cette île pouvait être bien ! Mais il n'y avait personne d'intéressant, qui sortait du lot, par sa connerie, ses talents ou le fait d'être particulièrement malsain ou étrange ! Pour coller avec l'ambiance que je veux donner à l'équipage !

Cette chopine de bière était passé tout seul dans ma gorge sèche et rapidement, il m'en avait fallu une deuxième. Mais il faut dire que, vu la quantité de nourriture que ces gens engloutissent, ils boivent aussi pas mal et la bière était très forte ! De quoi être saoul après seulement trois... ou deux ! Bref, j'avais faim aussi, alors j'ai demandé une grosse assiette de charcuterie, du fromage et du pain ! Un bon gros repas pirate ! Il avait demandé si on avait de quoi payer. J'ai répondu que bien évidemment nous avions ce qu'il fallait... Mais c'était totalement faux ! Nous n'avions plus un rond ! Fauché comme les blés, mais c'est un détail ! Nous sommes des pirates ! Et les pirates ne paient pas dans les tavernes ! Au pire, j'en taperai un ou deux et ça serait terminé ! Voilà une escale qui s'annonçait sympa ! On irait peut-être faire un tour dans les marais ! Voilà une aventure sympa tiens ! Surtout si on s'aventure dans les marais bourré

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Dim 7 Avr - 20:33

L'histoire que je vais vous conter, se situe, il y a assez longtemps, soit 4 ans avant l’ère actuelle. A cette époque-là, je n’étais pas sur Grand Line ! Eh ben oui, j’étais bien sur les Blues. Le shérif de l’île avait décidé de m’envoyer là-bas, afin que je puisse mieux comprendre les pirates, en évoluant à leurs côtés. Ainsi que d’augmenter ma force physique et mes réflexes, dans le but de mieux combattre les malfrats quand je reviendrai sur mon île. A ce moment de ma vie, je n’avais pas tout à fait la même gueule ! Tout d’abord, je ne portais pas d’étrange cagoule sur ma gueule. Mais bien un simple chapeau. Je cachais la blessure que j’avais sur le côté de ma tête, à l’aide de longues mèches châtaines. En gros, je ressemblais à ça :

Spoiler:
 

Comme à mon habitude de chieur. Je n’aimais pas l’île où j’étais ! Pourquoi ? Tout simplement, car cette île était un marais gigantesque ! À cause de cela, l’odeur environnante n’était pas celle de la rose, mais bien celle de la pourriture. De plus, marcher dans un endroit comme celui-ci, vous affaiblissez assez rapidement. Etant donné que vos pieds sont toujours englués dans cette vase et je ne vous parle de la gueule de vos chaussures, quand vous rentrez le soir à l’hôtel, elles sont tout le temps dégueulasse. Bref, moi, j’avais faim, à cause de cette longue journée à bord d’un navire, à vouloir pêcher le plus gros poisson qui existe. Alors j’allais dans la ville principale, qui rassemblais énormément de bar, la plupart de leurs spécialités, étaient en rapport avec la mer, car les animaux d’ici, mangeaient soit de la vase ou des choses au gout de celle-ci. Bref, après avoir regardé la carte des restaurants, j’en choisissais. Même si son extérieur n’était pas trop classe, ce qu’il faisait, avait l’air appétissant. Après avoir poussé doucement la porte cette taverne. J’entrais dans la taverne où l’ambiance était celles de la bouffe engloutie que celles des rires. D’ailleurs, il y avait même un mec, qui me fit bien rire, tellement qu’il mangeait salement. Il était assez grand et baraque, avec des cheveux violets, ainsi qu’une sale balafre sur le côté du visage et que quelques-unes sur ses bras. D’ailleurs, comme je ne pouvais contenir cette phrase dans ma bouche, je la disais : « put**, mais quel morfale ce type ! », heureusement pour moi, je ne l’avais pas crié haut et fort et mes dires avaient été couvert par le brouhaha alentour. Une fois que j’eus fini de regarder la salle en longueur et en largeur et que je me suis dit que c’était un bon bar pour pouvoir manger, j’allais au bar et je m’asseyais sur une chaise. Après avoir fait signe au barman, l’homme, qui était chauve et assez gros, vint à ma table, afin de prendre ma commande, alors, je lui disais cela :

Une tranche de thon rouge géant avec l’une de vos meilleures bières !


Alors, que l’homme notait ma commande, il se mettait à rire à rire et ça de plus en plus fort. Puis comme par magie, l’homme redevenu normal en passant simplement sa main devant son visage, puis il prononçât ces quelques mots à mon encontre :

Désolé petit, mais on ne sert pas d’alcool aux gosses, surtout ceux qui veulent faire les durs !


Enervé par ces propos, je me levais de sa chaise, me penchais vers lui, puis avec ma main gauche, je l’attrapais par son tablier de barman et le tirais vers moi. Puis pendant que l’homme se débattait, j’allais simplement chercher mes papiers d’identité dans ma poche, puis je les mettais devant sa grosse gueule d’obèse et après avoir prononcé ma tête de son oreille, je lui disais à voix basse ces quelques mots : « Hey gros porc, y’a marqué quoi sur mes papiers ! Hein ! A moins que t’aies bouffé ton cerveau et que tu ne saches plus lire ! ». Puis je lâchais doucement l’emprise de ma main de ses habits. Et l’homme allait préparer mon repas. Bien entendu, à cause de ce geste, tous les yeux des gens présents de bar, s’étaient retournés vers moi, avant de se reconcentrer vers leurs assiettes, comme les gros qu’ils étaient. Après quelques minutes d’attente, mon plat était venu à moi. Certes la présentation avait été faite à l’arrache, mais bon, ça avait l’air bien cuit. Et quand, je goutais ce poisson, cela se confirmât, il n’était pas trop cuit, la chair était fondante et se mariait parfaitement avec la sauce qui l’accompagnait. Après que j’eus mangé cette grosse bouchée, je ne pouvais m’empêcher de boire la bière, que j’avais comme boisson. Cette dernière était relativement forte, elle devait faire vers 9 ou 10°, quand vous n’êtes pas habitués, cela vous réveille d’un seul coup. Pendant que je buvais ces quelques centilitres de liquide. Un vieil homme vint me taper sur le coin de l’épaule. Quand je me retournais, j’eus un peu peur, car cette personne n’avait pas l’air net. Je ne sais pas, mais il était louche, peut-être que c’était son air de vieux sdf, d’ailleurs à son encontre, sans vouloir faire exprès, je disais cette phrase-là, après avoir fini d’avaler ma bière : « put**, mais il me veut quoi ce connard de SDF ? ». Quand j’eus dit ces quelques mots, l’homme fit une drôle de tête et je pouvais sentir qu’il avait l’intention de m’en mettre une bonne. Afin, que cela ne s’arrive pas, je m’excusais, en prononçant cette phrase-là :

Oï désolé ossan, c’est pas de ma faute, mais c’est juste que ta tête est un peu impressionnante.


Nan t’inquiète, ce n’est pas grave, aussi à votre âge, vous n’êtes que des p’tits cons ! Mais bon, vu ton comportement, j’aurai une mission à te proposer, ce serait de … Disait l’homme à voix haute dans toute la salle, au cas où s’il y avait d’autres intéressés.

Fermeture du rideau ! A vous d’improviser les artistes !

--------- Tête du vieux ---------

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Lun 8 Avr - 22:47

    Au moins, sur cette île, on mangeait bien. Les assiettes étaient copieuses, et vu la carrure des jumeaux, c'était positivement cool! Bon, après, il faudrait payer, mais Ketsueki avait réussi à retarder l'échéance en prétextant qu'il avait de quoi payer. Alors que les deux frères savouraient leur repas, un type fit irruption dans la salle. C'était un brun, avec des cheveux mi-longs, et tout de suite il se fit remarquer, pestant contre un gros mangeur à l'air particulièrement street cred (des muscles et des cicatrices, tout comme notre Gouki, tiens tiens), s'attirant des regards courroucés de toute la salle. Ensuite, une fois au bar, il commanda à manger et à boire, mais l'aubergiste refusait de lui servir l'alcool, alors ils se prirent la tête, arrachant un soupir au Sanglier Ardent... Toujours à se faire remarquer, ces citadins. Pendant qu'il mangeait, avec relativement peu de savoir-vivre vu qu'il faisait plus de bruit que toute la salle réunie, ce qui lui valut de nouveaux regards courroucés, un petit bonhomme à moustache et à l'apparence proche du vagabond, s'approcha de lui. Le brun l'accueillit avec sa politesse désormais légendaire, mais se fit rembarrer tandis que le bonhomme s'adressait à la cantonade, évoquant une mission. Avant qu'il n'ait pu en dire plus, Ketsueki entraînait son frère avec lui, attiré par l'aventure et l'appât du gain. Cela permettrait de dérouiller les jumeaux, et puis notre Cahir pourrait éduquer le brun, lui inculquer un peu de savoir-vivre.

    Le moustachu se réjouit en voyant approcher les deux grands Kyookoo, et notre charpentier salua d'un rapide signe de tête le brun, qui, de près, avait l'air encore moins fut fut. Il indiquerait à son frère qu'il ne recruterait pas plus stupide que ce type (à l'époque, il ne pensait pas qu'un jour Ace serait leur équipier... D'ailleurs, qui est le plus con entre Quentin et Jacky?). Le moustachu se frotta les mains tel une mouche, puis invita le trio de choc à le suivre dehors, pour qu'il leur explique le projet! Une fois tous sortis, il commença à raconter une histoire avec grandiloquence: il y a très longtemps, le capitaine Mikan, une guerrière légendaire connue pour sa soif de sang et son caractère pour le moins excentrique, avait fait escale sur cette île et y avait laissé son trésor. Malheureusement, trahie par un habitant de l'île à qui on avait promis de la Jewel Meat, elle avait été capturée par la Marine et le trésor attendait toujours dans les marais. Mais tous les humains partis à sa recherche n'étaient jamais revenus, et des bruits bizarres provenaient du marais.. Le moustachu voulait ce trésor, et partagerait avec tous ceux qui l'aideraient à s'en emparer. Gouki jeta un œil à son frère: sans doute qu'à la fin, il prendrait tout le trésor, que le vieux ou le brun le veuillent ou non. Après tout, ils étaient des pirates, et il fallait bien qu'ils rentrent dans leurs frais. Le trio fit donc route vers les marais, située au nord de la ville, mangeant tout l'hémisphère supérieur de l'île.

    En chemin, la conversation porta principalement sur les identités respectives de notre héros: le Cahir se présenta comme Kyookoo Gouki, second et accessoirement seul membre d'un équipage pirate, les Sons of Cortes, que Ketsueki présenta comme rien de moins que l'équipage du futur seigneur des Pirates! Le moustachu, lui, se nommait Aldo Crado (Gouki n'aurait su dire si c'était un surnom ou son véritable patronyme, et à vrai dire il s'en fichait un peu). Le brun était Fukashi Baka, et avait une façon rigolote de s'exprimer, qui lui valut le surnom de Jacky par le Faucon de Tonnerre. Le trajet dura une bonne demie-heure, et au bout de ce laps de temps, les Sons ainsi que leurs deux acolytes se trouvèrent face aux marais: de vastes étendues verdâtres, avec ça et là des îles qui parvenaient à tirer leurs épingles du jeu. En plissant les yeux, le charpentier pouvait voir des crânes humains, et des bêtes en train de se noyer. Des oiseaux qui n'inspiraient pas confiance fendaient les cieux. Bref, un très bel endroit de villégiature. Aldo dévoila plus d'informations: le trésor était réputé être dans un réseau de grottes qui plongeait sous terre, et dont l'entrée se situait plus loin dans le marais. Il fallait avancer, mais ça risquait d'être difficile: à part Ketsueki grâce à son Logia, aucun de nos héros n'avait de pouvoirs particuliers pour se déplacer. Notre héros l'annonça donc à son frère et ses camarades du jour:


    - Il va falloir qu'on passe d'îlots en îlots, mais comment? Si quelqu'un a une idée, je suis preneur. Jacky, tu peux nous être utile?
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Jeu 11 Avr - 19:17

J'avais faim et soif et ça tombait bien, c'était le genre de problème qu'on allait régler dans cette auberge. Et peut-être qu'on en sortira sans aucun problème. Gouki et moi devisions tranquillement en mangeant et buvant pendant (un jus d'orange pour mon frère sûrement), visiblement, il a toujours les mêmes problèmes avec l'alcool. Je me souviens une fois, où nous nous étions faufilé en douce pendant le banquet pour finir les coupes de vins qui traînaillaient, et qu'au final, il s'est retrouvé complètement saoul et qu'il avait failli foutre le feu à tout le camp ! Dieu que j'avais rigolé, j'étais un peu éméché aussi, mais la correction qu'on s'est prises le lendemain, une fois décuvé ne faisait pas diminuer l'amusement et le bon souvenir que laissera pendant longtemps ce petit exploit...

Soudain, un étrange bonhomme, aux sur-cils trop touffus et fournis pour être honnête a fait son entrée, extrêmement remarqué dans l'auberge. Puis, après un petit esclandre, il s'est mit à manger, comme un porc... Non, c'était très peu flatteur pour les porcs, qui mangeait avec une rare distinction par rapport à cet homme là ! Et c'était peu dire, pour faire pire que lui, il aurait fallu plonger sa tête dans l'assiette et encore, je suis sur que ça aurait encore plus raffiné et moins insultant que tout ça ! Même en prison on avait plus de manière et de respect... C'est dire ! Soudain, un vieux pouilleux est entré dans la salle avant d'aller voir Jacky, un nom qui correspond bien à ce genre d’énergumène limité, qui l'a poliment, du moins dans son étrange dialecte, envoyé chier ! Mais les vieux clodos qui veinent te voir dans la taverne, c'est souvent bon signe ! La dernière fois, avec cet abruti d'homme-singe, on s'était bien marré !

Ni une ni deux, je me suis levé, traînant Gouki par le bras ! Il n'était pas motivé pour les aventures, mais il fallait qu'il s'habitue doucement à ce genre de chose ! Mais il n'avait pas l'air de faire trop la tronche, il devait trouver un intérêt dans cette histoire, peut être l'éducation de gros-sourcils (#Tsubaki), qui avait sûrement du manquer de mornifle dans son enfance pour se comporter de cette façon. Le vieillard était très content de voir la fine équipe ainsi réuni pour le suivre. Une histoire de vieux capitaine pirate et de trésor perdu ! Décidément, ça avait un petit air de déjà vu ! Mais Gouki serait beaucoup plus utile que ce crétin d'homme-singe ! Et je me demande qui du capitaine Grigori ou du capitaine Mikan... La confrontation des légendes, voilà qui serait intéressant !

Voilà qui était le moment parfait pour s'éclipser sans payer notre repas. Gouki serait content, nous ne devrons taper personne et nous n'aurons aucun problème avec les gens de cette île. En chemin donc, nous avons échanger nos nom et nous sommes présentés. J'avais expliqué qui j'étais, c'est à dire, Kyookoo Ketsueki, futur seigneur des pirates ! Quant à notre homme sans manière, il avait dit s’appelle Fukashi Baka... Jacky serait suffisant ! Un nom qui décidément, lui allait très bien ! Avant moi, Gouki s'était rapidement présenté, discret et sans esbroufe, comme à son habitude !

Visiblement, on devait s’engouffrer dans les profondeurs sombres et humide du marais, pour ensuite terminer notre voyage dans un endroit encore plus sombre et humide qui n'a rien à voir avec les endroits sombres et humide que je fréquente habituellement. Mais c'était plutôt marrant. On n'avait pas vraiment de marrer comme ça dans l'île et courir sur les mangroves qui pullulent dans ce genre d'endroit c'est quelque chose que j'ai toujours voulu faire ! Gouki n'avait pas d'idée, mais il n'avait pas vu la possibilité des mangroves !

« - Mais on a un chemin tout tracé Goukiche ! Regarde ses arbres, ça ne te rappelle rien ! On a de quoi de une s'amuser ! Et de deux, aller n'importe où dans ces marais puants ! Enfin, reste à savoir si Jacky et le vieux peuvent nous suivre... »



_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Ven 19 Avr - 13:46


(Image à peu près représentative, vu que dans notre rp', il y a un peu plus de palétuviers et de morceaux de terre)


Posé, tranquille, dans le bar, j'étais en train de déguster mon plat, qui était un simple poisson cuit au grill, accompagné de quelques frites maisons. Je préférais presque ces dernières au thon. Alors que je n'avais rien demandé à personne. Un vieux vient s'incruster à la place d'à côté. Bien entendu, comme je n'aimais guère les sans-abris, à cause de leurs manies et de leurs accoutumances. Au début, je l'avais rejeté d'une simple phrase, proche du célèbre « Casse-toi pauv' con ! ». Néanmoins, cela n'avais pas suffit à repousser le moustachu, qui revenait encore une fois à la charge. De plus, il dit sa phrase haut et fort, afin d'attirer le plus de personnes et de me faire chier un peu plus :

Nan t’inquiète, ce n’est pas grave, aussi à votre âge, vous n’êtes que des p’tits cons ! Mais bon, vu ton comportement, j’aurai une mission à te proposer, ce serait de rechercher un put** de trésor, mec.


Alors comme ça, ce pauv' type me proposait un taff. Vu que mon travail du moment, qui était pêcheur, ne me plaisait guère. J'acceptais sa petite mission, d'un simple signe de la main. Néanmoins, je n'étais pas le seul à vouloir partir à cette chasse aux trésors. Deux autres venirent, de plus même si je n'avais pas la peau sur les os, à côté de ces deux vikings indiens (chose rare dans le monde où on vit), je n'étais qu'un simple homme. De plus, l'un essayait de se donner un air de mec dark avec sa capuche. Quant à l'autre, un peu plus badass et musclé, il faut l'avouer, il avait une vilaine cicatrice en croix en plein milieu de son front. Après qu'il fut arrivé, le vieil homme assit à côté de moi, un gigantesque sourire se formait sur sa gueule, laissant apparaître les quelques dents qu'il manquait. Tellement heureux, l'homme nous ordonnât de partir sur-le-champ. Comme il restait quelque chose dans mon assiette et que j'avais encore faim. Je demandais au barman de me faire un doggy-bag, avec quelques frites maisons à l'intérieur. Après avoir fait ça, tous motivés, nous partîmes vers l'endroit où se trouvait ce trésor. Sur le chemin, le sans-abris nous expliquait la mission qui nous attendait, disant qu'il fallait traverser un marais, afin de trouver une grotte et là, il y avait le fameux trésor, d'une dénommée Mikan, célèbre pirate, qui aurait créé sa renommée sur le sang coulé des combats et de l'argent volé. Bien entendu, comme je n'appréciais guère ces personnes-là, je ne pouvais m'empêcher de dire ça :

Encore une connasse de pirate, qui ne pense qu'à son petit plaisir en faisant souffrir les autres.


Néanmoins, afin de ne pas me faire taper sur la gueule, au cas où s'il y avait des représentants de ce genre dans le coin, j'avais dit cette phrase-là à voix basse. Après qu'il ait fait son petit spitch, le vieil homme se présentât, son nom était Aldo Crado, cela me fit un peu rire sur le coup. Bien entendu, pour ne pas vexer le plus sage du groupe, j'essayais de contenir mon petit éclat. Après que ce fut au vieil homme de présenter. C'était au tour de l'encapuchonné (oui, je sais, j'utilise souvent ce surnom dans mes rp's, mais bon, faut essayer de ne pas ressembler à ses voisins les gens!), son homme était Kyookoo Ketsueki. Puis ce fut son frère qui se présentât, et oui, ils étaient de la même famille, gare à ne pas en insulter un et dieu sait, que c'est une tâche difficile pour moi. Bref, son nom était Kyookoo Gouki et celui-là semblait beaucoup bourrin. Et enfin, je me présentais d'un simple « Yo, moi c'est Fukashi Baka », comme vous pouvez le remarquer, à cette époque-là aussi, j'utilisais déjà ce surnom, dit débile. Après ces quelques minutes de discussion et de marche intensive. Nous arrivâmes devant un endroit, qui avait beaucoup à envier à d'autres paysages. Car là, c'était un marais, avec d'étranges et terribles bêtes, comme ces petits crocodiles, qu'on voyait grâce à leurs écailles, qui ressortaient un peu de l'eau. Et qui sait, il y avait quoi d'autre ici, peut être des piranhas, des singes mangeurs d'hommes, des indiens guère sympas (peut être des amis aux deux frères, cela expliquait peut être leur présence sur cette île). De plus, l'odeur ne pouvait convenir à des femmelettes, étant donné que ça sentait la mort, on pouvait même voir que des hommes étaient déjà morts ici, des crânes et des os traînaient un peu partout. Bref, après que chacun de nous aient contemplé ce paysage. Un prit la parole, c'était sûrement le plus con du groupe, soit Gouki :

- Il va falloir qu'on passe d'îlots en îlots, mais comment? Si quelqu'un a une idée, je suis preneur. Jacky, tu peux nous être utile?


C'était qui ce Jacky d'abord ? Moi ? Ce connard avait osé me traiter de Jacky ! Il n'allait pas tarder à avoir un surnom affligeant, en guise de réponse ! De plus, il me faisait de plus en plus penser à quelqu'un, enfin quelque chose. C'était à un phacochère de 300 kilos, que j'avais rencontré, durant mon précédent entraînement. Comme son homologue humain, il avait aussi une vilaine balafre sur le visage, sauf que l'animal ne l'avait en plein sur le front, mais bien sur la joue. De plus, il n'était pas très intelligent, il tombait souvent dans des pièges, plutôt basiques, mais du fait de sa force et de sa robustesse, il trouvait toujours un moyen de s'en sortir. Et oui ! Il faut toujours se méfier d'un animal blessé ! Bref, fier de ce surnom et tellement content de moi, je ne pouvais retenir toutes cette excitation et petites tirades, que j'avais à l'encontre de ce type, que comme par magie (enfin, avec moi, c'est plutôt habituer), qu'elles me sortirent de la bouche :

Pfff s'il ne sait pas réfléchir. A quand il se met à chanter Hakuna Matata ce phacochère humain ?


Heureusement pour moi, afin de ne pas attirer la foudre des deux frangins, j'avais marmoné ces quelques mots dans mes poils de barbe naissants, donc ils n'avaient rien entendu ! Et oui, plus futé que moi, on ne fait pas (Ironie, quand tu nous tiens) ! Bref, après que j'eus prononcé cette phrase, ce fut au mec à la capuche de parler. Celui-là, comme son frère était un peu con ! Pourquoi disais-je cela ? Oui, je sais que je suis un gros connard ! Mais bon, c'est dans mes gènes et on n'y peut rien ! Car, le mec disait que pour eux deux, cela allait être facile, mais pour un vieux et un mec comme moi, cela n'allait pas du tout être facile ! Et oui, encore une fois dans ma vie, j'étais en face d'un Kevin, et là, c'en était un à 100 %, car malgré, son look d’indien cool et tranquille, il ne pouvait pas s'empêcher de vanter ses qualités. Bref, après que j'eus écouté ces quelques mots, je riais un peu (et oui, les gens, c'est bon pour la santé, de pratiquer cela), néanmoins, ce n'était pas par pur plaisir, mais bien ironniquement, d'ailleurs après quelques exclamations, un magnifique « Connard ! » s'échappât d'entre mes lèvres ! Après cela, je fais demi-tour. Pourquoi ? Est-ce que je m'enfuyais ? Bien sûr que non ! J'aime le danger et je suis même attiré par lui, car ça rent la vie beaucoup plus intéressante qu'elle ne l'est, mais je me cassais, afin de les aider. Une fois, que je fus arrivé proche de l'un des arbres de la mangrove, je dégainais l'une des deux machettes que je possédais. Non pas pour la balancer sur l'un de ses deux types assez cons, mais bien pour couper des lianes, puis je leur donnais et là, je me lançais dans un petit monologue, quelque peu riche en pic à leurs égares :

Alors là, les mecs, heureusement que vous m'avez ! Car est-ce que je suis utilie ! Oui, le phacochère-humain ! Et pas qu'un peu ! Contrairement à ce Kevin, qui fonce sans réfléchir, je pense à notre sécurité. Et oui, c'est très important, si vous ne voulez pas mourir d'une façon conne. Bref, ces cordes d'origines naturelles vont nous aider à nous déplacer. Et non, on ne vas pas s'en servir comme des laçots, afin de se balancer d'arbre en arbre, comme Barsan (HS : Vous le savez, je déteste reprendre les noms IRL, si vous me citez, ne copiez pas cette phrase Wink), mais bien, en entourant les arbres avec, pour ne pas glisser et tomber comme des cons dans la boue, car après tout, on n'est pas tous des cousins des cochons *petit clin d'oeil à Gouki*



Après cette explication riche en émotion. Un homme s'exprimât « Hein Hein … Exceeeeellent ! ». Pourquoi disais-je cela ? Car j'avais sauvé la sitation. Ou se réjouissait-il de la « super-cohésion » du groupe (Oh ça va, on a tous le droit d'être parano' une fois dans sa vie) ? Je ne le savais pas ! Mais je sentais que ma réponse n'allait pas tarder à arriver. Nous avançâmes dans ces marécages, entre chaque îlot, il y avait des arbres, typiques de la mangrove, soit entre 6 et 8 mètres, pour les plus grands, avec leur taille, relativement modeste, comparé à d'autres arbres, leurs troncs étaient vraiment très larges. De plus, leurs racines allaient nous servir comme des marches, afin de ne pas marcher dans l'eau et se faire bouffer les jambes par des animaux guère sympatriques. Bien entendu, je passais en premier, afin de leur montrer comment faire. Quand nous fumes arrivés entre les deux îlots, nous croisâmes des animaux assez étrange, c'était un mix entre une tortue (pour la carapace qu'ils avaient sur le dos), des grues (cf. la taille de leurs jambes) et des caméléons (vu leur gueule et la taille de leurs langues). Néanmoins, ils n'étaient pas trop méchants, ils ne s'occupaient que d'une seule chose, gober le plus de moustiques, d'ailleurs quand ils étaient sur nous, ils n'osaient pas nous fouetter avec leur langue, cela nous faisait quelques guilis. Néanmoins, ils ne purent faire cela pendant longtemps. Étant donné, qu'ils n'étaient pas les seuls animaux du marais. On pouvait voir quelques crocodiles se rapprochaient d'eux et faire de plus en plus de bulles, quand ils les entouraient. Visiblement pour eux, c'étaient de bonnes proies. Alerté par tout ce danger, ces torgruons (Bien l'imagination, hein!) se cassèrent, comme si de rien n'était, en faisant de larges pas avec leurs immenses jambes. Malheureusement pour un, il se rétamât et son prédateur n'eut qu'à ouvrir sa gueule en grand pour le saisir au niveau de son cou et l'emporter sous l'eau, là où il allait attendre qu'il meurt d'asphyxie (Vive France 5!). Bien entendu, un seul pauvre animal ne leur avait pas suffit et vu que tous les autres s'étaient cassés. Ils ne restaient plus que nous, jouant à chat perché dans la mangrove. Afin de nous avoir, les reptiles avaient eu l'idée de foncer dans les racines, afin de déstabiliser l'arbre, pour qu'il tombe dans l'eau. L’élite intellectuel de ses animaux, ouvraient même en grand leur bouche, afin de broyer les plus grosses branches, au lieu de s'abimer les écailles, laissant ainsi apparaître une gueule disproportionnée (#HippoID), remplis de véritables lames de rasoir. Étant donné que je ne voulais pas mourir maintenant, comme un pauvre con, en équilibre sur les racines et avec plus d'assurance autour du tronc, donc en mode « one again bis to fly », je sortais tout doucement mon pistolet de son étui, afin de tuer l'un de nos assaillant, afin de faire peur à ces bêtes affamés ! Quand l'un ouvrir sa gueule en grand, comme d'un réflexe avec un œil de lynx, je tirais une balle. Heureusement pour moi ! L'animal n'avait pas assez vite refermé sa gueule et se l'était pris en plein dans le fond de la gorge. Après que l'animal s'est basculé dans tous les sens, il se retournât sur le dos, se noyant par la même occasion. Cependant, avant de mourir, il eut une petite pensée pour son assassin et me vomissait sur la gueule, maintenant, on pouvait dire, que j'étais vraiment swag, sentant le gerbis et le sang de croco' à 3 kilomètres à la ronde. Après qu'il eut fait ça, le pauvre animal n'eut pas une mort des plus glorieuses, ses confrères qui ne l'aimaient guère et qui voyaient en lui, un repas, se jetèrent littéralement dessus. Quant aux autres, énervé par le geste que j'avais fait, se défoulèrent encore plus sur le végétal où nous étions. Et là, je pouvais dire cette phrase :

Et merde, je crois avoir fait encore une connerie dans ma vie ! Oh moins, y'en a mois ! Qui sait, peut être que vous serez bouffés et pas moi … Hé … hé … hé


Disais-je cela d'une touche d'humour noir. Allions-nous finir dans l'estomac de ses super-prédateurs des marais ou couverts d'or ? La réponse dans le prochain post' ! Même forum ! Même rp' !

--------- Tête des supers crocos ---------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Ven 19 Avr - 22:33

    Alors que Gouki se demandait comment ils allaient bien pouvoir progresser dans ce maudit marais, enfin, surtout comment faire avancer le petit Fukashi et le vieux Aldo Crado, son frère lui montra les mangroves qui encadraient le marais. Il est vrai que, dans leur enfance, les jumeaux étaient de vrais petits homme-singes. Donc oui, ils n'auraient aucun problème pour avancer. Par contre, Jacky (qui marmonnait depuis tout à l'heure, comme s'il n'était pas content d'être là) et le vieux sans-abri auraient sans doute des problèmes. Le jeune Fukashi insulta Ketsueki qui mettait en doute ses capacités, puis partit s'affairer sur les arbres, coupant des lianes qu'il jeta à nos héros et au vieux Crado. Il se lança alors dans un monologue de son dialecte particulier, parlant de Barsan, de phacochère-humain et de sécurité... Une chose était certaine, ce Baka portait bien son nom et avait sans doute de drôles de penchants. Aldo Crado attacha donc la liane à sa taille, avant de rester con: comment s'en servir? Gouki soupira, puis chargea le petit vieux sur son épaule, tandis que Ketsueki et lui se lançaient à l'assaut des mangroves, Jacky en tête, magouillant fièrement avec sa liane. Pour les jumeaux, marcher sur les racines était d'une simplicité enfantine, et notre héros eut tôt fait de dépasser Baka. Le sanglier s'arrêta un instant, observant la faune particulière: de drôles d'oiseaux aux pattes hautes gambergeaient tranquillement, s'enquillant des moustiques à grands coups de langue. Plutôt attendrissant. Hélas, Mère Nature était une bien cruelle mère: comme dans tous les marais, il y avait des crocodiles, et l'un d'entre eux, de forme plutôt carrée, se jeta sur l'une des grues, l'entraînant dans les fin fonds du bayou avant qu'elle ait pu faire quoi que ce soit.

    Les autres avaient eu le temps de fuir, mais les sauriens avaient encore faim: nos héros feraient donc un parfait snack! Les crocos chargèrent donc les mangroves, arrachant les racines à grands coups de dents ou de tête. Et bien et bien, en voilà des animaux pas très contents. Jacky en descendit un, mais au moment de mourir, le saurien déversa tous ses fluides corporels sur le pauvre homme qui finit sale comme un peigne. Les crocos se séparèrent en deux bandes, dont l'une fonçait droit vers notre Cahir. Aldo Crado commença à crier comme un porc qu'on égorge. Notre héros le souleva à bout de bras par le col, et lui ordonna de s'accrocher à une branche. Le vieil homme s'exécuta en pleurnichant, et notre guerrier se mit en garde, s'assurant que ses deux appuis étaient bien stables. Puis, un crocodile, rond comme une boule, presque mignon, bondit hors de l'eau, gueule grande ouverte, dents scintillantes, visant la gorge du balafré. Ce dernier écarta ses poings, et saisit les mâchoires du crocodile, les refermant d'un claquement sec. La bestiole grogna, se débattit, mais Gouki maintint sa prise, les veines ressortant un peu sur ses bras musculeux sous le coup de l'effort. Il renvoya la bête dans l'eau d'un coup de pied, et se frotta les mains, satisfait, tandis que le saurien filait en prenant sa queue à son cou. Un deuxième bondit, attaquant cette fois la taille. Le Cahir sauta sur la racine suivante, et les mâchoires du croco claquèrent fermement dans l'arbre, le faisant un peu trembler, et tirant des cris de porc qu'on égorge au pauvre Aldo. Notre charpentier retira le crocodile de l'arbre, et le jeta aussi au loin, bandant ses muscles pour un maximum d'effet. A nouveau, il se frotta les mains. Ketsueki et Jacky y ayant également mis du leur, les sauriens prirent la fuite, se tenant désormais à bonne distance du trio. Le reste de la traversée se fit donc tranquillement.

    Rien à signaler de particulier sur les îlots, et si Jacky traînait la patte, les frères Kyooko caracolaient en tête tels des bouquetins dans la montagne. Parfois, en voyant Gouki faire un saut tricky, Aldo Crado se cachait les yeux et chouinait un peu, mais tout se passa bien, et les deux frères arrivèrent rapidement à l'entrée de la grotte. Des courants d'air peu avenants semblaient s'extirper des profondeurs tels les râles d'un cadavre agonisant en train de mourir (#lourdeurpompeuseEdwardstyle), et une fois que Jacky eut rejoint le lot, Aldo Crado commença à raconter les rumeurs sur cette grotte: apparemment, de terribles monstres la gardaient, mais le jeu en valait la chandelle: le trésor pouvait rendre n'importe qui l'homme le plus riche du monde. Les yeux du petit bonhomme se changèrent d'ailleurs en Berries lorsqu'il en parla. Notre héros décida de profiter de cette pause pour lui demander pourquoi il voulait tant ce trésor. Le clochard commença donc à pleurer, racontant d'une voix nasillarde:


    C'est très simple! Avant, j'étais un gradé dans la Marine! J'avais tout ce dont un homme pouvait rêver: une solde honnête, une jolie femme et deux petites filles adorables! J'étais le reconnu et craint Lieutenant Yôki! Mais hélas, un jour, un pirate m'a blessé au genou, et depuis je n'ai jamais réussi à m'en remettre totalement: handicapé, je ne pouvais plus me battre.. Et donc plus d'argent! Ma femme est partie avec mes filles, et j'ai fini à la rue tel un clochard moyen, gagnant ce patronyme d' Aldo Crado! Alors, j'veux ce trésor! Pour recommencer une vie et réussir! Bien sûr, nous partagerons... Sauf si vous êtes des pirates, hu hu. Dites, vous n'êtes pas des pirates?

    Gouki se tut, et jeta un oeil à son frère: il le laissait répondre. C'était lui le cap'taine, après tout!
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Jeu 9 Mai - 15:41

Jacky avait tenté de communiquer avec nous, visiblement, il n'était pas capable de courir sur les mangroves, comme Gouki, qui avait accepter mon idée avec un plaisir relatif, il a toujours aimé courir sur les arbres avec moi. Combien de bêtises ont a pu faire à l'ombre de ses arbres... A là là, le bon temps de la jeunesse ! Bref, il avait en gros, tenté d'expliquer que d'après lui, il fallait qu'on s'encorde pour progresser... C'était totalement con mais bon, il faut pas chercher avec ses gens là ! Vu la hauteur à laquelle nous allons évoluer, on aurait vite fait de tomber dans la boue avec que la corde ne se tendent enfin, c'était toujours plus simple pour venir les repêcher, c'était ça qu'il fallait lui reconnaître au moins !

Enfin, Gouki et moi lui avons subtilement dit d'aller se faire mettre avec son bout de ficelle mon frère avait décidé de s'occuper du clochard puant... Un clochard.... Voilà ce qu'il nous faudrait dans l'équipage ! Ça serait marrant d'avoir un poivrot débrouillard dans l'équipe, qui connaîtrait plus de type d'alcool et d'insulte que de mot normaux ! De quoi énerver Gouki et passer de bonne soirée en organisant des combats entre lui et notre futur larbin ! Car oui, nous aurons un larbin ! L'équipage prenait doucement forme dans ma tête ! C'était idéal pour progresser sur les branches que d'avoir la tête plein de rêve. D'habitude, je pensais aux conneries que nous allions faire, mais là, c'était à plus grande échelle ! Ainsi, rapidement, nous avons laissé Baka à quelques mètres derrière nous, le laissant jouer avec ses cordes en salades !

Ainsi, des crocodiles vinrent nous arracher à notre tranquille petite promenade dans les marais. Ils avaient des formes étranges ! Enfin, Jacky s'en était débarrassé d'un en lui explosant la cervelle mais il s'était retrouvé couvert de jus de croco ! Il était encore plus puant que d'habitude ! Visiblement, les animaux voulaient en découdre et avait décidé de se faire des cures-dents des mangroves avant de s'attaquer à nous. J'avais donc pris une impulsion sur une branche particulièrement souple pour me projeter à quelques mètres sur une branche qui pendait au dessus de l'eau, suspendu par les bras. L'un des crocodiles s'est dirigé droit sur moi, bondissant la mâchoire ouverte. Petite sourire en coin, j'ai tendu le bras rapidement à l'intérieur de sa bouche, il l'avait gobé jusqu'à l'épaule le fumier quand même ! Mais la décharge qui s'en est résultait l'a fait tourné de l’œil et il est retombé lamentablement dans l'eau, dégageant un épais nuage de fumée de l'intérieur de sa bouche. Voilà une bonne chose de faite !

Nous avons donc repris notre route sans être de nouveau dérangé par les animaux plus ou moins hostiles de ce marré. Si ce n'est l’amoncellement ignoble de moustique et d'autre insectes qui pouvait traîné. On pouvait aussi apercevoir des sangsue grosse comme le poing d'un enfant de dix ans qui grouillait près des mangroves. Enfin, le chemin était relativement tranquille et amusant, il faut le dire ! Enfin, nous sommes arrivés devant une grotte. Jacky quelques instants après nous. Il avait suivit, c'était pas mal pour un débutant idiot ! Enfin, une fois devant la dite grotte, notre ami clodo s'était mis à table et nous avait raconté son histoire. Ainsi, c'était un ancien haut gardé de la marine, qui s'était blessé au genou et qui avait tout perdu ! Et qui voulait refaire fortune, mais ne partagerait pas avec des pirates...

« - Ce n'est pas comme si les pirates voulaient partagé avec toi ! Tu prendras ce qu'ils ne voudront pas... Car c'est ça, être un pirate, c'est faire ce qu'on veut, quand on le veut, comment on le veut ! C'est pour ça, que nous sommes des pirates et c'est pour ça, que je vais poser mon cul sur le trône de seigneur des pirates, pour pouvoir pisser à la raie de l'humanité entière !  Et de tout façon, je doute que tu ai les moyens de nous empêcher, mon second et moi, de prendre notre part de l'éventuel trésor ! »

J'étais presque crédibilité en capitaine pirate sanguinaire ! Mais l'éclat de rire tonitruant qui avait terminé mon discours avait sûrement sapé de cette crédibilité et c'était pas plus mal ! Nous ne sommes pas de ceux qui versent gratuitement le sang des gens !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Mar 14 Mai - 18:11



Une chasse au trésor !



J'aime pô les pirates !

Toujours sur ces palétuviers. De petits crocodiles avaient commencé à nous combattre ! Le problème qu'il y avait avec eux ! C'est qu'ils avaient une gueule grandissant à vue d’œil, quand il l'ouvrait. Afin de leur faire peur, j'avais tiré sur un. Malheureusement pour nous, cela ne leur avait pas fait peur ! Mais maintenant, ils étaient dorénavant plus énervés ! En plus, celui que j'avais éliminé, m'avait vomi dessus comme punition ! Maintenant, ma magnifique veste en cuir, était dégueulasse ! Elle puait la gerbe et le sang de reptile ! Ce n'était pas avec ça que j'allais pécho en revenant au village. Alors, que j'avançais, le premier qui me dépassait fut Gouki, avec le vieil homme sur ses épaules, ce dernier ne pouvais s'empêcher de crier, tel un cochon que l'on tentait d'égorger. Trouvant qu'il y avait un rapport entre ce cri et le surnom de l'indien barbare, je disais cela à ce dernier :

Hey le phacochère ! Je crois que le vieux essaye de te parler !


Alors que mes paroles fusaient vers les deux hommes. Un crocodile se mettait à les attaquer. Néanmoins Goukiche montrait quelque chose de nouveau. Il attrapât l'un des animaux par sa tête et l'écrasât contre le tronc d'un des palétuviers. Transformant ainsi sa caboche en bouillie. Alors que j'étais impressioné par son attaque, ce fut à son frère de me dépasser, lui aussi avançait beaucoup plus vite que moi ! Et comme le phacochère-humain, il fit attaquer par un reptile à la grande gueule. Néanmoins, lui il utilisé une autre technique, quelque peu plus étrange. Il se fit gober entièrement le bras, de la main à l'épaule et déclenchât une sorte de pouvoir, qui envoyât une puissante dose d'électricité à l'animal ! Sonné et grillé par cette châtaigne. L'homme tombait à l'eau et rejoignait ses compères, qui n’attendirent guère longtemps pour s'attaquer au corps inerte de leur précédemment ami. Visiblement, sans le vouloir, on leur servait de traiteur à domicile. Alors qu'il n'y avait plus que moi sur les arbres. Étant donné que j'étais un peu plus fragile, étant tout seul. Tous ensemble  ! Les animaux aux petites jambes et à la grande gueule ! Un peu comme moi, on avait un poing commun visiblement, s'attaquait maintenant aux racines de l'arbres, afin de le faire basculer dans l'eau. Sachant que je ne pouvais pas rejoindre la terre ferme, sans passer par la case « eau ». Je fis quelque chose de fifou, digne de moi. Lâchant ma sécurité, qui était ma liane autour du tronc. J'attendais patiemment que l'arbre tombe peu à peu vers l'eau, avant de prendre une impulsion et de sauter à la flotte. Enfin comme je n'étais pas totalement suicidaire, je visais le dos d'un crocodile ! Chose que je réussissais avec exploit. Étant donné que j'arrivais sur le dos de l'animal. Alors que nous coulions tous les deux et que les autres prédateurs nous arrivaient dessus. Je fis encore un saut, mais cette fois-ci plus artistique, étant donné qu'il y avait un salto pour arriver sur la terre ferme. Une fois que je fus de retour sur un sol composé de terre, j'eus quelques problémes pour me stabiliser droit, étant donné que la terre n'était pas très stable, du fait qu'elle était gorgée d'eau. Mais j'eus le bon réflexe de faire une roulade en avant pour ne pas crever. Maintenant, tous étions sauvés et loin de la portée des aligathors et nous reprimes la route vers la grotte. Alors que nous nous rapprochâmes de cette dernière, on se stoppât net et ce fut le moment où le sdf nous racontait son histoire. Il nous disait quavant être sdf, il était un puissant marine avec une famille. Malheureusement un jour, il a été blessé par un pirate et à cause de cet incident-là, il avait tout perdu. Puis, il nous disait qu'il partagera le trésor avec nous, à moins qu'il y ait des pirates présents ici. Et malheureusement pour nous deux ! Il y en avait deux ! Les deux indiens ! Ce fut Kevin qui prit la parole en premier, disant que le trésor était pour lui et son frère et que nous, nous aurons les restes ! Comme de vulgaire cafard. Puis il entamait le tradition discours des pirates trop fiers d'eux ! Disant qu'il voulait devenir seigneur des pirates, pour être au-dessus des autres. Comme vous le savez, cher lecteurs ! Vous le savez ! Je n'aime guère les pirates, à cause de la blessure au visage qu'ils m'ont fait, donc j'étais un peu obligé de répondre aux deux frères débiles !

Tu sais mec ce qu'on dit ! Tu peux être au desuss de tous, mais toujours aussi con ! Et visiblement, c'est ce que tu veux devenir, car tu sais l'argent ne te rend pas plus intelligent, mais bien encore plus con ! Et visiblement, vu le stade où t'en es, si ton idiotie progresse encore plus, tu deviendras bien le roi des cons, en plus ou au lieu de celui des pirates ! Sinon, les chevilles ça va ? T'en as pas marre de te vanter ? Sinon, être pirate, ça explique tout ! Vous gagnez quelques trésors et malheureusement pour ta gueule ! Ton frère dépense tout dans la bouffe et c'est pour cela que t'en veux plus ! *Me tournant vers l'ancien marine maintenant* Ne t'inquiète pas ! Toi aussi, tu vas t'en prendre plein la gueule ! Car les marines, je ne kiffe pas ça non plus ! Une soit disant police des mers, qui ne protèges que les île où il y a du pognon à se faire, c'est nul ! Bref, vous l'aurez compris les gens, je ne suis ni pirate, ni marine, je ne suis qu'un simple milicien d'une île de Grand Line, ainsi qu'aventurier à ses heures perdues.


Après que tous ces mots furent dits, nous arrivâmes dans la grotte. Néanmoins, afin qu'on ait un moyen de se déplacer à l'intérieur. Je décidais de construire une torche. Alors j'allais vers un arbre. J'y arrachais une grosse branche, où au bout je mettais de la mousse, que je trempais préalablement dans de la sève, avant de l'allumer. Je fis cela à quatres reprises, afin que tout le monde ait sa torche. Après que j'eus fait cela, nous pumes entrer dans la grotte. Une fois que nous ayons fait quelques pas, nous arrivâmes devant un mur, où de petits esprits nous attendaient. À leur look et à leur taille, je les prenais pour des feu-folets. En plus de briller et de courir dans tous les ses, ils nous disaient cela :

Bravo d'être parvenu aussi loin ! Mais bon ! Vous n'allez pas être assez forts et nombreux. Pour la combattre, elle ! Beaucoup sont morts à cause d'ELLE ! De quoi est-ce que nous parlons ? De la follie bien entendu, dans cette grotte, tout peut arriver !


Après que ces quelques mots furent prononcés, les esprits partaient. Mais qu'allait-il se passer maintenant ? Allions nous réellement devenir fou ? Telle était la question que je me posais ! La réponse dans mon prochain rp' ! Même forum ! Même blue ! Même rp' !

Les fameux esprits de la grotte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Jeu 16 Mai - 9:51

    C'est bel et bien Ketsueki qui avait répondu le premier à l'ex-Lieutenant Yôki. Concrètement, il venait de piétiner méthodiquement les sentiments du vieux moustachu, clamant haut et fort que les pirates qu'ils étaient faisaient ce qui leur semblait bon, et que de fait ils s'empareraient de tous les trésors, ne laissant que des miettes au moustachu, qui ne pourrait de toute façon pas espérer les arrêter, que ce soit Ketsueki ou bien notre héros. Il avait éclaté de rire après, mais le clochard avait l'air d'y croire puisqu'il serrait son petit poing et tremblait d'une rage silencieuse. On aurait presque pu le voir baver. Comme pour répondre au désir de vengeance de l'ancien officier Marine, Baka s'avança (peut-être qu'en tant que gens sales, il y avait un lien entre le soldat déchu et le petit brun), et commença à chercher le clash avec le jumeau du Cahir. Ce dernier essaya vainement de l'arrêter, mais l'autre était lancé avant qu'il n'ait pu dire un mot. Soit, Ketsueki allait lui rabattre son caquet, et il ne viendrait pas pleurer après: de mémoire de jumeau, jamais Gouki n'avait connu quelqu'un capable de dominer son frère sur le plan du dialogue. Jamais. Et pourtant, il avait vu une ribambelle de personnes, toutes plus ou moins fluentes dans l'art de la rhétorique. Enfin, Jacky restait relativement simple, et le mot "con" revint trois fois dans sept phrases. De plus il égratigna aussi Gouki, qui se contenta de le regarder avec une poker face: non, vraiment, Baka se faisait du mal et il aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Cela lui aurait évité de se faire démolir. Enfin bon, aussitôt sa tentative de duel terminée, il s'en était aussitôt pris au vagabond, et le sanglier avait remarqué que l'argent revenait beaucoup dans sa tirade, avait-il un problème inavoué et inavouable avec la monnaie? Enfin bon, comme prévu, Ketsueki réduisit la moindre ébauche d'argument en bouillie, et après un tel spectacle, notre héros ne put que tapoter l'épaule de Baka, essayant de le rassurer sur sa valeur après une telle déculottée.

    Jacky était parti faire des torches, et il en alluma quatre, sauf que lorsqu'il revint, Gouki lui dit qu'il s'était ennuyé pour rien. Le charpentier mua sa main en magma, et la roche en fusion avait assez de lueur pour quatre, surtout que notre héros allait prendre le lead. Ils avancèrent dans la grotte dans l'ordre suivant: d'abord notre guerrier, donc, suivi par le clochard, puis Baka, et enfin Ketsueki fermait la marche. Alors qu'ils avançaient plus profondément, le vent commença à ululer, et de petits bonhommes se formèrent sur le mur. Ils étaient plutôt mignons, avec leurs têtes rondouillardes et surdimensionnées, et leur corps simple ressemblant plus à des dessins d'enfant qu'à de véritable corps. D'un concerto de petites voix évoquant de petits garçons et filles, ils lancèrent un avertissement presque prophétique au quatuor: ils auraient à affronter un adversaire terrible, et malgré toute leur force ils ne pourraient rien contre... la folie. Ricanant de plus belle, les petits êtres disparurent dans l'air ambiant. La folie, hein? Le Cahir ne put que sourire: le seul fou du lot, c'était Jacky. Et si il essayait quelque chose contre eux, ils auraient tôt fait de l'envoyer dans les bras de Morphée. L'ex-lieutenant n'était par contre pas autant rassuré et tremblait comme une feuille, marmonnant qu'il voulait retourner chez lui. Notre pirate soupira et, indifférent aux protestations de l'autre, commença à avancer dans la grotte, menant la marche telle une locomotive. A mesure qu'ils avançaient dans les profondeurs, ils se rendirent vite compte qu'il n'y avait pas besoin de torche: en effet, un lichen particulier reposait sur les murs, et il en exhalait une radiance verdâtre, offrant une lumière tamisée plutôt apaisante à la grotte.

    Rien de proche de la folie, étrange. On était même plutôt bien, et Gouki se surprit plusieurs fois à bâiller, plus que de raison? Ce n'est qu'après quelques minutes de marche qu'il comprit en voyant le clochard tomber raide endormi: des gaz soporifiques? Bon sang... Et son esprit qui s'embrumait... Ketsueki et Jacky n'avaient pas l'air en meilleur état, et, bien malgré lui, le sanglier tomba face contre terre, enserré dans les bras de Morphée. Lorsqu'il s'éveilla, il était seul, sans doute toujours dans la grotte. La mousse étrange n'était plus là, et il faisait noir comme dans un four. Bientôt, il ferait chaud comme dans un four, puisqu'il utilisa son Logia pour transformer sa main et se faire à nouveau une torche improvisée. Il regarda à l'entour (#GoTintégrale1), la lumière de son élément se réverbérant sur les murs, mais ne lui révélant rien d'autre que des parois grisâtres et ternes. Mais, lorsqu'il éclaira le sol derrière lui, il remarqua le clochard endormi. Cependant, aucune trace de son frère ou de Jacky. Quel autre choix avait-il que de partir à leur recherche? Le sanglier chargea le petit moustachu sur son dos (sans oublier avant de rendre à sa main sa consistance normale, bien entendu), prenant soin de ne pas le réveiller, peu désireux qu'il était de subir ses cris effrayés, et il commença à avancer, sa main-torche remise à contribution. Après quelques pas et un dédale de couloirs, les ricanements des feu-follet résonnèrent de nouveau, et leur tête rondelette commencèrent à sortir des murs, leurs yeux semblables à de simples points noirs fixés sur notre Cahir, qui les ignorait: les esprits étaient ses amis. Après tout, s'il n'était pas parti explorer le vaste monde, il serait devenu Chaman. L'une des petites créatures, qui possédait un ornement facial s'apparentant à une crête osseuse telle celle de certains gros lézards, prit la parole d'une voix sifflante:


    - Et bien, petit marcassin, comment vont Hernan et Raoh? Et Kikuko? Non, ce n'est pas ta première priorité, bien entendu... C'est Carly. Carly la catin hihihihihihihi. Cette traînée qui a écrasé tes sentiments. Aujourd'hui, si tu le pouvais, qu'est-ce que tu lui ferais?

    Dès qu'il avait entendu le nom de son grand-père, Gouki s'était tourné vers l'origine de la voix, devenant de plus en plus circonspect en entendant le nom de son père et de sa tendre mère. Le nom de sa bien-aimée avait été le coup fatal, et il avait regardé avec horreur la silhouette de l'esprit s'allonger, gonfler au niveau de la poitrine, se fendre au niveau des cuisses, pour révéler une silhouette éthérée mais nue de sa belle. Elle était comme dans ses souvenirs... Cette courbe délicate de la poitrine, ce postérieur cambré, et cette chevelure soyeuse, bouclant aux extrémités... Il tendit la main vers elle, et ne sut pas quoi dire. Quelle sorcellerie était-ce là?


[Pour la suite, grosso modo on a été séparés, je vous laisse gérer ce qui vous arrive avec les esprits. On se retrouvera à la fin du prochain tour pour un "boss final" avant, peut-être, le trésor ]
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Jeu 23 Mai - 17:24

Le petit bonhomme sale qu'on venait de se trimbaler dans notre escapade dans les mangroves n'avait visiblement pas aimé ma réponse et on pouvait lire la colère sur son visage. Une veine était en train de danser sur sa tempe au rythme des contractions de ses poings et du souffle de ses nasaux dilatés, oui, il était vraiment furieux ! Et comme une sorte de fraternité invisible et immuable entre les clochards et les débiles, Jacky a pris les devants pour défendre le petit bonhomme ! Il s'était mis à vomir un petit discours plus ou moins compressible, qui se voulait méchant, vu le nombre de gros mots qui avait à l'intérieur. Il y avait des moyens plus simple s'il cherchait la baston !

« - Oh tu sais Jacky, j'en ai rien à foutre de l'argent ! Je suis un pirate, je vole ce dont j'ai besoin, amasser des trésors ne m'intéresse pas ! Le seigneur des pirates, c'est celui qui pisse à la raie de l'humanité ! Et faut savoir commencer petit ! C'est juste pour vous faire chier que je fais ça ! C'est tout, pour être la petite épine dans votre pied, pour vous emmerder, car c'est mon bon plaisir ! Pas plus, pas moins ! »


Puis, j'avais éclaté de rire et gratifié l'idiot d'une bonne tape dans le dos, plutôt franche. Il était con, sale et mal élevé. Mais qu'-est-ce qu'il était marrant ! Un débile, c'est ça qu'il nous faudrait dans l'équipage, pour en faire notre mascotte, ouais... un débi-larbin ! Mais pas aussi débile que Jacky, il faut pas déconner, il serait capable de se taper le pied avec un balais et d'attraper la gangrène comme ça ce débile ! Enfin, il se plié déjà au rôle de larbin et était parti chercher des torches, mais c'était inutile pour Gouki et moi. Mon frère avait mué son bras en lave et c'était diablement bon pour l'éclairage ! Après m'être encore une fois moqué de son inefficacité, nous avons repris notre route à l'intérieur de la grotte, j'étais le dernier.. J'avais eu un peu de mal à me remettre de la tête de Jacky devant l'inutilité de sa nouvelle trouvaille, qu'il avait continué à avancé pendant que je me tenais les côtés, riant de bon cœur !

Puis, après quelques mètres passé dans la grotte, une étrange aventure nous ait arrivée. Ce n'était pas un coup de Jacky, je ne l'avais pas vu bouger et il avait l'air lui aussi sur ses gardes, contrairement au petit homme qui était complètement terrorisé. Gouki n'était plus ou moins pas trop chambouler par cette apparition, moi non plus. La seule chose qui devait le gêner, c'était les protestations et les hurlement, pratiquement larmoyant de notre petit invité. Mais malgré tout, aussi impassible que d'habitude et après un profond soupir, il avait repris la route... Enfin, plus nous nous enfoncions dans la grotte et plus il faisait clair... Décidément, la nature était bien étrange et si le très vieux con nous avaient accompagné, il aurait eu tout un tas de chose à nous dire sur cette plante je suis sur et je n'en aurais eu... rien à foutre ! C'était le fait d'avoir penser aux classes de papy qui me faisait planer comme ça ou c'était autre chose... Non, il y avait champignon sous roche dans cette grotte ! Et tous mes doutes on était confirmé quand j'ai vu le petit clodo sombrer et Gouki, quelques instants après lui. Je me dirigeais vers mon frère et je me suis moi même écroulé...

Je ne sais pas combien de temps s'est passé entre ce moment où ma tête à heurté le sol et le moment où je me suis réveillé, mais sûrement un trop long moment. Je n'avais pas mal à la tête et toujours mes vêtements, voilà ce que m'avais appris une rapide inspection. C'était toujours ça de pris. Enfin, il faisait noir ici, très noir... Mais j'ai rapidement réglé ce problème en muant ma main en un éclair parfaitement stable. Bien, maintenant que je savais où je mettais les pieds, il était tant de s'aventurer enfin dans cette grotte ! Je devais commencer par retrouver Gouki, puis après, on aviserait ! Après quelques mètres, les petits esprits étaient revenu, brillant comme des petits feu-follets ! Parlant d'une voix qui venait visiblement d'un autre monde...

« - Et bien, petit oissilon, comment vont Hernan et Raoh? Et Kikuko?
- Vous avez de leur nouvelle ils vont bien ?
- Euh...
- Vous avez de leur nouvelle ou pas alors ?
- Non, ce n'est pas ta première priorité, bien entendu... C'est.... C'est...
- J'attends...
- Ouais bon ça va, on cherche quelque chose qui te tiens à cœur, à part toi, mais c'est difficile !
- Bof, pas tant que ça ! Là comme ça c'est mon frère qui me vient !
- Non mais on cherche quelqu'un qui pourrait être utilisé contre toi...
- Ah ! Bah là comme ça je vois pas... Enfin vous me faîtes perdre mon temps là vous savez ?
- Ouais mais nous sommes des esprits malins...
- Malin... malin... C'est vite dit, vous êtes un peu débile hein ! Vous avez abusé des champignons, bon maintenant j'ai des trucs à faire alors je me tire ! Des fantômes autistes, mais sans déconner, on aura tout vu dans cette aventure de fou ! »

Je n'entendais maintenant plus qu'un petit crie plaintif, comme une petite fille qu'on venait de vexer ! Bon, il était temps pour moi de retrouver Gouki ! Après encore quelques pas, je me suis retrouvé face à une intersection... Droite, gauche... tout droit ! Les aventurier ne vont jamais tout droit, c'est toujours par là que sont les trésors ! Après encore quelques minutes de marche, j’apercevais enfin une lumière au loin, j'ai donc pressé le pas dans sa direction...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Lun 27 Mai - 17:12



Une chasse au trésor !



C’est quoi cette merde?
Nous étions à présent dans la grotte ! C’était un endroit guère accueillant ! Tout d’abord, il y avait cette obscurité ! Certes nous avions les torches, que j’avais préalablement construites, et la main du phacochère, qui nous servait de lampes biologiques, mais bon ! Vu que tout ça n’éclairait guère loin, un tas de chose pouvait sortir de la pénombre et nous attaquer, sans que l’on ne puisse rien faire ! Et ça, c’est vraiment balo ! En plus, de ce climat guère chaleureux ! Il y avait aussi la fraicheur de la grotte ! Ce n’est pas que je suis frileux, mais je préfère toujours un endroit où il fait au moins 20°C et là, je suis sûr qu’on avait du mal à dépasser les 10°C ! À ces deux contraintes s’ajoutaient une troisième ! Et ce n’était pas la moindre, mais bien la plus flippante ! Bien entendu, je parle des bruits ! Quoi que l’on fasse, on se sentait toujours entourer et observer par quelque chose ! Si ce n’est pas par ces étranges esprits blancs volants aux gros yeux noirs ! D’ailleurs, ils nous avaient prévenus contre une chose ! Cette dernière était la folie ! Selon eux, beaucoup d’aventuriers qui avaient tenté d’avoir le trésor de Mikan entre leurs mains, étaient devenus fous ! Croyant qu’ils blaguaient avec nous, je décidais de prendre ce commentaire à la légère ! Or ce fut une erreur que je fis ! Et oui, pendant que l’on marchait dans la grotte, on pouvait remarquer sur les murs, une plante assez bizarre, c’étaient de drôles champignons fluos, qui avaient comme capacité d’illuminer les endroits les plus sombres. S’ils entendaient par la folie, être choqué par des choses que nous verrons ! Bah c’était loupé ! Et oui, il m’en fallait plus pour que je me croie devenir fou. Alors que j’observais ces drôles de plantes. Je sentais mes bras pesaient de plus en plus lourds ! Puis, ce furent mes paupières qui prenaient du poids ! J’étais maintenant étrangement fatigué. Après avoir baillé à de multiples reprises, comme les gens qui m’accompagnaient, je tombais au sol. Après quelques minutes ou heures d’un profond sommeil. Je me réveillais peu à peu. Après m’être levé, j’essuyais le léger filet de bave, qui avait coulé de ma bouche. Une fois que j’eus fini de faire ça, j’essayais d’enlever les traces de boues, qui avait salit mes habits pendant que je dormais. Maintenant que j’étais propre, je regardais autour de moi et je voyais que les deux frères avaient disparu ! Étonné par cela et ne sachant pas où ils étaient, je criais, afin de voir s’ils pouvaient toujours m’entendre ou pas !

Oh Kevin ! Tu veux pas te la péter un petit coup ! Putain le Phacohère humain ! Fais-toi plais’ ! Grommelles un peu !


Néanmoins, aucune réponse venant de mes amis ! Celle qui parvenait jusqu’à mes oreilles, était de celles d’un mes anciens amis, désormais ennemis. Et oui, c’était une personne, que je n’aimais guère, une qui s’était moqué de moi, il y a quelques années, avant que je ne m’exile dans la forêt. Il me disait cela :

Aaaaaaaah c’est toi Johnny! Ça fait un bail ! Visiblement, t’as l’air toujours aussi paumé !


Je me retournais maintenant vers lui ! Il n’avait pas trop changé ! Il était juste un peu plus grand ! Mais il avait toujours son air niais et fatigué, avec son bouc naissant, qui était maintenant devenu une véritable barbe ! N’aimant guère ce qu’il m’avait dit, je lui répondais :

T’ain qu’est-ce tu fous ici ? C’est ta nouvelle maison ici ? Vu comment c’est crasseux !

Tiens, c’est marrant, venant d’un type qui a vécu dans la jungle ! Sache que je suis le chef de cet endroit ! Chaque animal qui est ici est sous mon contrôle !


Quand il disait cela, je ne pouvais pas m’empêcher de rire ! Un type aussi con ! être le chef d’une île ! Pffff, vraiment n’importe quoi ça ! Il a fumé ou quoi. D’ailleurs, trouvant ça tellement drôle, je lui disais cela, tout en riant, vu que j’étais pris dans un fou rire :

Ah ah ah ! C’est ça ! Ah ah ah ! Le roi des cafards ! Comment un mec, qui se tapait des 2 aux contrôles de math peut devenir le roi de quelque part ? Pfff pathétique comme toi ! Ah ah ah !

Ce n’est pas l’intelligence qui compte là, mais l’image de supériorité ! Saches que tous ici, ont peur de moi !

En tout cas ton sens de l’humour s’est vu amélioré ! Bref, moi je me casse, j’ai pas besoin de parler avec un pseudo roi des fourmis !


Alors que j’avançais ! J’entendais l’autre me crier « Stop ! ». S’il voulait autant m’arrêter ! Qu’il fasse surgir ces hordes d’insecte ! Peut-être qu’ils seraient plus utiles que lui, même si je les écrasais. Au bout d’un moment, comme j’en eus marre de l’entendre. Je me retournais et lui tirais une balle dans sa tête ! Et ô bonheur ! Je ne l’avais pas loupé ! Cependant, cela n’avait pas suffi pour qu’il s’arrête de déblatérer 100 conneries à la minute. Il était devenu invincible ou quoi ? Voulant me narguer avec son corps invincible, il me disait cela :

Tu vois, je suis même devenu invincible ! Tu ne peux pas me vaincre !

Oui, mais t’es toujours aussi con ! Comme à l’époque où je m’étais fait tirer dessus par ce pirate ! Tu ne bouges pas ! Montre que t’as des couilles maintenant ! Et contre-attaque ! Ou reste dans l’oubli, comme tu l’as toujours été !


Et là son corps se mettait à faire quelque chose de bizarre ! Peu à peu des bulbes se mettaient à apparaître sur son corps et ils grossissaient de plus en plus ! Faisait-il une allergie ? C’était assez con pour un mec qui se prend pour le maître des souterrains ! Car ici, il y a que des allergènes ! Après quelques secondes, son corps se divisât en de multiples feu-follets ! Alors comme ça, ces esprits de pacotilles avaient tenté de me faire un tour, mais s’étaient loupés ? Ils sont vraiment cons ou quoi ! Alors que tous étaient en train de pleurer dans leur coin. Je m’en allais vers une lumière qui me semblait de plus en plus proche.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Lun 27 Mai - 18:28

    Face à notre héros se trouvait rien de moins que la silhouette éthérée de Carly Whittaker, la seule femme qu'il ait jamais aimé, l'amour de sa vie, sa promise, son âme sœur. Si des circonstances malheureuses ne les avaient pas séparés, aujourd'hui ils seraient sans doute mariés et fileraient le parfait amour. La belle blonde attendrait peut-être même déjà un enfant. Mais hélas, la séparation avait été plutôt déchirante, et pour cause: Gouki avait malencontreusement tué le père de la demoiselle, ivrogne notoire qui était le patron du chantier naval où travaillait le Cahir. Et là, elle était là, nue, devant lui... Non, c'était un rêve, ou une illusion, ça n'était pas possible... Si, ça l'était, parla la demoiselle, avec exactement le même timbre délicat qu'auparavant. Notre guerrier resta médusé: elle lisait dans les pensées?! C'était un coup des esprits, ça n'était pas possible autrement! Il repensa à la phrase sur la folie, mais avant qu'il n'ait pu se la restituer complètement, la demoiselle était là, sa poitrine contre les pectoraux du Sanglier, sa main aux doigts délicats caressant la joue de notre héros. Ses yeux d'un bleu magnifique se posèrent dans les siens, et il y lut de la peine lorsqu'elle caressa la balafre. Laissant ses sentiments le guider, le Kyookoo bougea ses bras, enlaçant les délicates épaules de sa douce. Comme auparavant, il la dominait en taille et en envergure... Elle était la petite belette amoureuse du sanglier... Là, avec elle en son sein, il oubliait tout: son frère, Jacky, le trésor... Ne comptaient plus qu'elle et lui. La chevelure de sa promise caressait agréablement son cou épais, et son cœur était réchauffé par tant d'affection (et, de façon plus terre à terre, par les boobs de la silhouette... Éthérés ou pas, ils étaient exactement comme des vrais!)

    Et soudain, une douleur aigüe: le Cahir porta sa main à sa poitrine, serrant violemment son cœur, tandis que Carly reculait, une langue reptilienne passant sur ses babines, l'organe vital de notre pirate battant encore dans sa main gauche tâchée de sang. Par quelle sorcellerie était-ce donc possible? Il voulait parler, mais il parvint seulement à bafouiller le prénom de la blonde. Les pupilles de cette dernière se fendirent, et sa langue jouait de plus belle avec son visage. D'un coup sec, elle s'allongea, et lécha la balafre du Cahir, qui restait de marbre: il ne comprenait absolument rien à cette situation. Elle se jeta sur lui, et il y eut un flash. La seconde d'après, il n'avait plus mal et la jeune femme était à nouveau dans ses bras, caressant sa tête sur son pectoral gauche. Il voulut parler, mais elle le fit taire en posant son index sur sa bouche, et lui offrit un baiser langoureux. Il ferma les yeux, s'abîmant dans cet état de bonheur absolu. Rien ni personne ne pourrait lui faire du mal... Tant pis pour le trésor, tant pis pour son frère, il resterait ici pour toujours. Alors que la scène devenait plus torride, et que Gouki commençait à retirer son débardeur, une nouvelle douleur s'empara de son corps, et il entendit très nettement des gouttes de sang sur le sol. Il baissa les yeux, horrifié, et découvrit son ventre transpercé net, exactement comme ce qu'il avait infligé à M. Whittaker. A nouveau, la silhouette de sa femme avait ces horribles yeux reptiliens, et cette langue gigantesque, qui léchait le pourtour de la plaie béante du Cahir.

    Il tomba à genoux, les mains sur sa blessure, essayant vainement d'épancher le sang. Bientôt, tous ses avant-bras avaient pris une teinte carmin. Nouveau flash, et l'étreinte continuait. Carly, à genoux, commençait à batailler avec la ceinture du Cahir. Et sa blessure? Plus rien. Il commençait sérieusement à devenir fou, et la jeune femme dit d'un ton salace qu'il n'était pas fou, juste un peu fatigué, et qu'elle allait le soulager.... La folie! C'est ça: cette femme n'était pas sa promise. Elle n'était pas aussi entreprenante! Et, surtout, ça n'était peut-être pas une femme. Les esprits, la folie, la grotte... Tout lui revint, et son poing partit comme un ressort se détendant, emportant nettement la tête de l'apparition, qui se dissipa en un nuage de fumée, son cri d'agonie ayant des relents de la voix de la donzelle, mais en beaucoup plus aigu. Gouki tomba à quatre pattes, et vomit un bon coup. C'était... traumatisant. Il avait failli céder à la folie, et perdre face à une stupide grotte. Que se serait-il passé s'il s'était abandonné? Les feux follets auraient-ils dévoré son âme et fait de lui l'un des leurs? Et où était passé le clochard? Aucune trace nul part. Gouki se mordit la lèvre, puis se rassura en pensant qu'il était vivant. Pas le choix, il devait avancer ou il ne retrouverait jamais son frère, et il ne sortirait jamais de cette grotte. Il s'asséna quelques claques pour se redonner des forces, maudit sa pâleur, puis commença à avancer, une jambe, puis l'autre. Et on recommence.

    Il n'aurait su dire combien de temps il avait marché, ou sur quelle distance, mais après un moment, il repéra une lumière et se dirigea vers la source de cette soudaine clarté. Il pressa le pas, et finit par atteindre un immense coffre débordant d'or et de bijoux, qui provoquaient cette brillance. Il repéra aussitôt Ketsueki et Baka, déjà arrivés, et avant même qu'il ait le temps de manifester sa joie, il remarqua la petite vieille toute ratatinée devant le coffre. Elle marmonnait dans sa barbe, à propos d'intrus, de feux follets, et d'autres folies de ce genre. Puis, elle leva la tête et remarqua le trio d'aventuriers. Elle cria alors, révélant sa bouche quasiment édentée:


    - Vous allez regretter d'avoir pénétré dans la demeure de Mikan, dans ma demeure, impudents mortels! Si la folie ne vous a pas eu, peut-être que ma FOLIE VOUS AURA!

    Elle leva ses mains décharnées, et plusieurs centaines d'esprits s'assemblèrent au-dessus d'elle, avant de commencer à former des conglomérats, conglomérats qui donnèrent peu à peu une forme humaine, représentant un être couvert de bandages, avec deux mains droites et des lames sur les poignets. Malgré son air éthéré, un peu comme Carly (Gouki tiqua), les lames semblaient bien réelles, et dangereuses... pour quelqu'un qui n'avait pas de Logia.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Dim 16 Juin - 21:21

Je m'étais élancé dans le couloir illuminé pour atterrir dans une pièce qui m'étais étrangement familière ! Oui... J'étais de retour dans la prison sombre et humide dans laquelle j'ai passé des années ! Je déteste cet endroit, plus que tout autre chose au monde ! Ces fantômes ont décidément plus d'une carte à jouer mais ils sont tombés sur le mauvais garçon ! J'ai concentré de la foudre dans mon bras avant de la projeter directement dans le mur du fond de la cellule et elle a explosé, littéralement ! Je me suis alors de suite engouffré dans la sortie ainsi crée mais c'était pour tomber de Charybde en Scylla ! Je n'étais plus dans ma cage mais dans l'arène !

Je ne pouvais pas sentir le sable encore humide du sang des précèdent combat glisser entre mes pieds, j'avais toujours mes vêtements normaux et pas ma tenu de prisonnier ! Mais l'odeur était là, acre de sueur et de sang ! L'oppressante humidité et la chaleur malsaine de la prison arrachait à mon corps une transpiration douloureuse ! Il n'y a pas de doute possible, j'étais de retour dans l'arène dans laquelle j'avais tant de fois combattu, dans ce lieu qui été devenu au fur et à mesure mon chez moi ! Cet endroit où j'avais espéré tant de fois y mourir, cet endroit que j'avais dompté et dont j'étais devenu le roi...

En face de moi ce tenais un homme, plutôt grand et musclé, masqué également ! J'aurais reconnu ce masque bicolore entre mille ! Bennett ! Ce sale petit rat, il était là devant moi, agitant ses lames, les yeux fixés dans les miens ! Et je pouvais y lire tout ce qu'il avait à offrir ! Le sang et la mort ! J'ai gagné son respect, une sorte d'affection, mais il m'en a toujours voulu pour lui avoir pris sa place de champion je dois dire ! Je l'ai toujours su, je l'ai vu dès le début, mais j'ai choisi de l'ignorer ! Ainsi, il était décidé à combattre et j'allais relever son défis ! Il a foncé droit sur moi, tranchant de long en large mon corps... Le truc, c'est que j'avais plus besoin à me faire chier pour éviter son attaque, je suis la foudre incarné mon gars ! La lame m'étais passé au travers !

Il avait peut-être la forme de Bennett, une partie de son caractère, il n'avait pas son esprit ! Ce vieux con savait que j'étais un logia et jamais il ne m'aurait attaqué de cette façon sans que j'ai les putains de bracelets en granit marin que j'ai porté pendant des années ! Ainsi, je le suis débarrassé du fantôme et de l'illusion en concentrant et relâchant une onde éclectique plutôt bien joué pour des fantômes idiots ! J'avais retrouvé Jacky à quelques pas de là, il avait sûrement du faire face à ce genre de fantôme, je n'avais pas envie d'en parler avec lui, je devais faire face à mes propres démons... Je crois que je n'en parlerais pas à Gouki non plus, il a du en chier lui aussi... Sans échanger le moindre mot, nous avons continué d'avancer, avant d'arriver dans une petite salle, avec un coffre et une vieille...

Avant que nous ayons le temps de parler avec elle, Gouki a fait son entré dans la petite caravane dans l'immense grotte ! J'aurais voulu accueillir mon frère comme il se doit, mais nous avons été interrompu par la petite chose qui avait à son tour choisi de se manifester ! Elle avait parlé de folie et de truc qu'on allait regretter, qu'elle aille se faire foutre ! Puis elle s'était visiblement mise à faire une sorte de magie, je n'avais jamais entendu parler de ça par le très vieux con, enfin, c'était pas un indice ! Gouki lui, avait peut-être entendu, je dormais pendant les cours de chamanisme, seul les herbes à fumé de papy m'intéressait !

Ainsi, sans autre forme de pitié ou d'avertissement, j'ai tendu ma main dans la direction de la créature, concentré un peu d'énergie électrique et laissé partir l'éclaire ainsi formé accompagné d'une insulte plutôt bien senti, quelque chose du genre : va crevé vieille peau ! De quoi posé tout de suite les bases d'une relation scène !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Mer 3 Juil - 9:29



Une chasse au trésor !



Et deux momies pour le prix d’une !

En suivant cette lumière ! J’étais arrivé dans l’antichambre de la grotte. Cette aura jaune, que je suivais depuis tout à l’heure, venait d’un trésor, qui comprenait de nombreuses choses, tel que des pièces, des couronnes, des bijoux et un autre paquet d’autres conneries, construites en or ! Malheureusement, je n’étais pas seul ! En plus, du phacochère et de capuche-man ! Il y avait une mémé et vu les rides, qu’il y avait sur son visage, elle avait au moins 200 ans, voire plus ! Ça se trouve, c’était même une cousine de Yado, célèbre soldat jide d’un conte que je lisais, lorsque j’étais plus jeune. Comme vous le savez ! Je ne peux retenir une connerie dans ma bouche et un jour, il faut bien qu’elle sorte ! D’ailleurs, c’est ce qu’il se passât, d’un air assez con, je criais cela, alors que l’un des principaux intéressés de mon dialogue n’était pas là ! Et oui, notre SDF adoré, s’était perdu dans la grotte, qui sait Gouki avait peut-être eu un petit creux, en plus d’être con et pirate, ça se trouve, il était cannibale :

Putain ! Je crois qu’on a trouvé la femme de Crado ! Je ne savais pas que les momies, ça existait encore à notre époque ! Je trouve qu’elle a un air de ressemblance avec toi Phacochère-man, tu ne trouves pas ?


Alors, que je venais de parler ! La vieille femme levât la tête vers nous. Visiblement, ma voix l’avait sortie de son long sommeil ! Puis, comme une détraquée, elle prononçât un tas de conneries ! Disant que c’était sa grotte ! Et qu’en pénétrant à l’intérieur d’elle, on avait réveillé son courroux ! À cause de ça, on devra subir sa folie ! Si c’était celle de l’écouter parler, c’était déjà fait. Alors, que je lui faisais 25 000 grimaces à la seconde pour détendre l’atmosphère. Elle levât ses mains, haut dans le ciel ! Et là, ce n’était pas dix ou vingt esprits, qui vinrent, mais bien des centaines ! En plus, ce n’était pas un stupide bonhomme qu’ils formaient ! Mais bien un monstre, qui n’avait pas l’air sympathique. La première offensive qu’il y eut dans ce petit combat, fut une de nos ennemis ! À l’aide de pouvoirs mystiques. L’étrange homme avait formé plusieurs lames et bien entendu, comme il n’avait pas l’air de trop nous aimer, il me les balançait dessus. Pourquoi seulement moi ? Car j’avais réveillé la vieille ? En tout cas, mec plus chiant et revanchard, ça n’existe pas ! Etait-ce une illusion ? Nan, je ne pense pas ! Les armes étaient drôlement bien faites, elles reflétaient le peu de lumières qu’il y avait dans la grotte et faisait le bruit que faisait une lame, qui bougeait dans l’air ! Ne voulant pas jouer au plus fou ! Je décidais de ne pas prendre cette attaque à la légère et comme j’avais mes mains proches de mes deux machettes. Je fis quelques larges mouvements de bras, accompagnés de mes armes, pour repousser celles qui fusaient sur moi. Vu que je n’étais pas un grand épéiste. Je ne pus repousser entièrement cette vague de lames et quelques-unes me laissèrent quelques coupures. Vu que l’homme s’était pris à l’un des nôtres. Kevin n’était plus trop content ! Il était même en colère, puisqu’il attaquât la momie.

Ainsi, il contre-attaquât ! Et comme d’habitude, il ne réfléchissait pas et se contentait de foncer dans le tas ! En tendant sa main vers notre ennemi commun. Il lançât un étrange rayon lumineux, cela me fit quelques peu mal aux yeux ! Avec la vitesse qu’il avait mise dans cette attaque. La créature ne put rien faire. Elle se le prit dans le bras. Malheureusement, cela ne le tuât. En émettant un cri plus que bizarre ! Ressemblant plus à celui d’un gourou ifracian qu’à celui d’un barbare. Elle appelait des esprits et ces derniers se plaçaient sur son bras blessé, afin de la soigner. Néanmoins, cela n’avait pas suffi, visiblement, il n’y en avait plus assez dans la grotte ! Et comme un humain, dit lambda ! La momie des temps modernes, se tenaient maintenant le bras meurtri ! Comme je pouvais le constater ! Il fallait que je m’y mette aussi pour battre un ennemi aussi étrange. Alors, je me mettais à courir vers la vieille dame et son ami ! Puis, comme un footballer, je jetais mon corps en avant et fis un tacle. Vu qu’on était dans un caverne, le sol de la grotte était humide, du fait que beaucoup de grottes sont creusées à cause de l’eau et que peu d’air arrive à en échapper. Grâce à cela, je glissais sur le sol ! Bien entendu, cela n’arrangeait pas mes affaires et les salissait encore plus ! Néanmoins, dans un combat, tous les coups sont permis pour gagner et on s’en fout d’être propre ou sale ! Car le but, est celui de ne pas avoir son propre sang comme salissure sur soi. Après cette petite glissade, avec laquelle, j’avais pu passer entre le monstre et la vieille peau. Je me relevais d’un seul coup ! Comme j’avais pu constater il y a quelques secondes ! Si la vieille peau n’avait pas été là, ce monstre ne serait pas apparu ! Donc ma prochaine attaque ne viserait pas seulement un seul adversaire, mais bien deux ! Car après tout, cette vieille dame n’est pas innocente, vu qu’elle s’oppose à notre petit groupe ! À l’aide de mes deux lames, je lançais deux attaques verticales, voulant ainsi décapiter la mémé et laisser une profonde blessure dans le dos de la momie. En plus de faire cette attaque, j’espérais que cela allait suffire pour créer une ouverture, afin que l’un des deux pirates qui m’accompagnent, s’y engouffrent, afin de donner le coup final ! Est-ce que je faisais confiances à ces pirates, en quête de trésor ! Nan ! Mais parfois, dans la vie, il faut faire le fifou ! Et parfois, faire cela paye. De plus, depuis que j’étais né, je n’arrêtais pas de faire cela et je n’étais toujours pas mort ! Comme quoi, j’étais un minimum chanceux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Lun 8 Juil - 21:02



    Notre héros venait de débarquer dans l'ultime salle de la grotte au trésor, rejoignant par la même occasion son jumeau et leur acolyte du moment, le petit Jacky. La petite vieille ridée qui se trouvait face à eux venait de rentrer dans une colère noire, puisque, sur des cris de sa part, elle rassembla les esprits, formant un être éthéré à l'air mauvais. En le voyant, le Cahir s'était mis en garde, prêt à se battre, même s'il doutait qu'une créature de ce genre ait de quoi atteindre son Logia. Comme d'habitude, Ketsueki lança l'assaut le premier, décochant un éclair en direction de l'esprit aux lames de poignets. Pendant ce temps, Jacky déblatérait des insanités qui n'avaient aucun sens, comme d'habitude. Notre héros soupira, s'offrant même un facepalm: pauvre Baka, il portait bien son prénom. L'éclair atteignit sa cible, et en se faisant toucher, un espèce de cri étrange, ressemblant à un drôle de chuintement, s'échappa de ce qui semblait être la bouche de la créature. Il invoquait des esprits pour soigner ses blessures! Ça risquait d'être ennuyeux, aussi le cerveau du Sanglier commença à tourner à plein régime. En plissant les yeux, notre guerrier aperçut que la vieille femme se tenait le bras là où la créature avait été touchée par l'éclair. Les traces de brûlures semblaient indiquer qu'elle avait subi les blessures infligées aux esprits. C'était bon à savoir pour la suite! Et Jacky semblait aussi prêt à attaquer, puisqu'il commença à charger avec la violence d'un éléphant dans un magasin de porcelaines.

    En abaissant son centre de gravité, ou peut-être simplement en se cassant la figure, le compagnon des jumeaux réussit à se placer entre l'esprit et la vieille femme. Il dégaina ses deux lames courtes, et envoya une attaque verticale vers le dos de l'esprit étrange, et une horizontale pour couper la tête de la grand-mère. Cette dernière para avec l'embout de sa canne, ricanant comme la vieille folle qu'elle était, tandis que l'esprit balança un coup d'une de ses lames de poignet vers Baka. Déjà prêt à intervenir, le Cahir accéléra sa charge, et s'interposa entre le troisième homme et leur adversaire, prêt à activer sa défense Logia. Toutefois, il ressentit un frisson d'outre tombe lorsque la lame se planta au niveau de son épaule gauche: il avait l'impression que tout son corps gelait de l'intérieur. Il se retira rapidement de la lame, tombant en arrière. La vieille ricanait toujours, clamant que l'esprit touchait l'âme et pouvait ainsi tuer même les Logia! Notre héros jura, puis se remit sur ses jambes d'un bond souple: pas de temps à perdre, il fallait trouver une solution. Il pivota, désireux à mettre hors de combat la vieille femme, armant son poing gauche pour lui envoyer un bon crochet au visage, histoire de l'envoyer au lit sans faire d'histoires. Cependant, l'esprit était déjà sur lui, et le sanglier ne dût sa survie qu'à ses réflexes aiguisés: après tout, il combattait depuis des années, donc ce n'est pas le premier esprit venu qui allait lui faire peur. Son grand-père, Hernan, avait un dicton simple pour les esprits: "Dans la mesure du possible, il faut négocier et parler avec nos ancêtres. Mais dans certains cas, seul une bonne patate fonctionne, si tu me passes l'expression... Ketsueki! Réveille-toi bon sang!". Hum. La dernière partie n'était peut-être pas dans le dicton.

    Bref, l'homme-magma fit une roulade sur le côté, esquivant un estoc de la lame de l'esprit. Il balança son genou, décochant un coup de pied vers les jambes de l'esprit. L'opposant tenta une esquive, mais la vitesse du Cahir le prit de cours, et le pirate sentit un genou craquer sous la force de sa semelle. Se rétablissant à l'aide de ses mains, il enchaîna par un violent crochet du gauche, enfonçant la joue du monstre humanoïde mais toute joie s'effaça lorsqu'il sentit ce froid d'outre-tombe mordre ses phalanges. De son côté, la vieille femme cracha du sang, et grimaça lorsque son genou craqua, mais elle tint bon, tapant le sol de sa canne. D'autres esprits apparurent, s'amassèrent sous ses pieds et la soulevèrent, empêchant ainsi sa boiterie de se remarquer. Ça s'annonçait plus compliqué qu'initialement prévu tout ça... Le Cahir ne se démotiva pas, et se remit sur deux pieds, adoptant à nouveau sa garde classique. La Mikan, comme elle disait s'appeler, semblait l'avoir pris en grippe, puisqu'elle ordonna à l'esprit de concentrer ses attaques sur le jumeau de Ketsueki. Notre pirate esquiva d'abord un estoc visant sa gorge, décalant sa tête sur le côté, et tenta de frapper du tranchant de la paume vers le poignet. Le fantôme bloqua avec son autre main, et à nouveau sa poigne sembla geler le membre du natif d' Altamirano, qui s'empressa de se libérer de l'étreinte hivernale en envoyant un coup de pied droit vers le sternum de l'esprit (ou l'équivalent chez un humain, du moins). Il mua son poing en magma tandis que la vieille femme, toujours maintenue en l'air par ses esprits, toussait et crachait sans cesse, et envoya un coup vers l'estomac du fantôme, avec la ferme intention de le transpercer.

    Et le poing enflammé fit mouche, traversant l'esprit tandis que la vieille folle crachait du sang, un trou similaire se formant dans son abdomen. Alors que Gouki tournait la tête vers elle, vérifiant qu'elle n'était pas morte, il comprit son erreur en voyant le sourire mauvais sur son visage. Pris de panique, il regarda son bras: la blessure s'était resserrée autour de son tatouage, et il avait le bras enfermé. Son pouvoir était inutile... Alors qu'il jetait un regard implorant vers son frère, contre toute attente, ce fut Baka qui le sauva: il s'était jeté sur l'esprit, brandissant ses deux lames, et avait réussi à le tuer, libérant par la même notre guerrier de l'étreinte de la mort. Clignant des yeux un moment, étonné, il offrit une puissante poignée de main à son sauveur, puis s'approcha du corps de Mikan, priant un moment ses dieux pour l'âme de la femme. Soudain, avec un bruit horrible de succion, tout ce qui était l'or, les bijoux, bref, le trésor, sembla comme absorbé dans une sorte de faille, où le cadavre de l'esprit et de la vieille femme furent aspirés eux aussi. Lorsque notre héros s'approcha des coffres, il ne restait qu'un simple fruit. Fruit du démon? Il se tourna vers son jumeau. Tous deux possédaient les trésors de l'île, et Jacky avait acquis le droit de l'avoir. Le Cahir se tourna vers Baka, et prit la parole d'un ton plus conciliant que tout à l'heure:


    - Merci pour ton aide, Baka, sans toi je ne serais sans doute plus de ce monde. Je te laisse t'emparer de cette récompense, tu l'as bien méritée. Quand à nous, nous allons partir vers de nouvelles aventures. Peut-être nous recroiserons-nous un jour. Bonne chance d'ici là, l'ami.

    Et comme ils étaient venus, les frères Kyookoo disparurent. Personne n'eut plus jamais aucune nouvelle d' Aldo Crado, et la grotte sembla se résorber sur elle-même, disparaissant comme si elle n'avait jamais existée... Et cette aventure, comme beaucoup, repose désormais dans les limbes de la mémoire du Cahir...



[RP fini pour Ketsueki et moi]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond Ven 12 Juil - 21:26



Une chasse au trésor !



La fin d’une aventure, riche en émotion !

A l’aide d’une idéale glissade. J’étais passé entre mes deux ennemis. Quand je me relevais, j’étais à présent derrière eux. Prenant mes deux lames en main, je voulais décapiter la vieille et laissais une profonde trace dans le dos de l’esprit. Cependant, ma tentative fut un gros échec ! La première machette fut stoppée par la canne de la vieille ! D’ailleurs, la femme était tellement contente d’elle, qu’elle ne pouvait s’empêcher de rigoler. Quant à ma seconde arme, elle fut stoppée par une lame de coude. Avec cette dernière, l’esprit tentit de me tuer. Néanmoins, il fut stoppé dans son geste par le phacochère. Sur ce coup-là, le pirate me sauvât bel et bien la vie. Puis un combat s’en suivait entre les deux monstres de puissances. Chacun essayait de faire de son mieux. Les esquives et attaques étaient parfaites. En plus, de ça, je pus remarquer quelque chose de bizarre. A chaque fois que la momie géante se prenait un coup. C’en était de même pour la mémé. Elle se mettait à saigner de l’endroit frappé. Alors que son poing était devenu comme de la lave. Gouki arrivait à transpercer l’esprit. Néanmoins, il fois qu’il eut fini de faire ça ! Il ne pouvait retirer son poing de là, comme si l’esprit ne voulait quitter le monde, sans avoir tué Groin-Groin-Man. En plus ! Comme s’il voulait lui donner une mort honorable. La momie fit apparaitre une gigantesque lame ! Et quand il la descendit vers Goukiche. Je sautais sur l’esprit. En l’air, je tenais mes lames à l’envers, soit vers l’intérieur de mes bras. Et je plantais ces deux armes dans les yeux du monstre, les creuvant au passage. Avec la force que j’avais donné à mon attaque en sautant. Je transperçais la boite crânienne de l’ennemi. On pouvait voir mes lames ressortirent de l’autre côté de sa tête. Du sang et de la cervelle s’en échappait. Lorsque je retirais mes machettes de là. Je pouvais voir que la mémé avait eu exactement les mêmes blessures et elle aussi était donc morte. Groin-Groin-Man me remerciait de l’avoir sauvé et me disait qu’en récompense, je pouvais avoir tout le trésor pour moi. Je lui répondais cela :


Woooaw ! Mais t’es super sympa comme pirate ! Comme quoi z’êtes pas tous des salops ! Tu sais, toi aussi tu m’as sauvé la vie ! Enfin, même si j’aurai peut-être pu éviter l’attaquer ! Ouai et à la prochaine sur Grand Line ou sur les Blues !


Voilà on venait de vaincre cet ennemi. Son sang coulait par terre. Comme on dit : « Après l’effort, il y a le réconfort ». Afin de nous reposer. Je décidais d’inspecter le trésor, qui était rempli d'or, de diverses bijoux (colliers, bagues, bracelet, couronne ...), ainsi que de lama, sertie de diamants. Alors que je m'avançais vert ce objet. Je vis une crevasse, avalait ce trésor. Heureusement pour moi, d'un bond en arrière, j'arrivais à ne pas tomber dans ce trou, pronfond de 20 ou 30 mètres. Sur le sol, il ne restait qu'une seule chose. C'était un fruit Celui-là était relativement bizarre. Il ressemblait à une grosse poire orange, comportant d’étranges signes sur sa peau. Comme cette aventure m’avait demandé des forces. Je décidais de manger cet aliment, qui me semblait comestible. Alors d’une grande bouchée. Je croquais dedans. Mais bon ! Je fis cette erreur une seule fois et non plusieurs fois ! Pourquoi parlais-je d’erreur ? Tout simplement, car le gout était dégoutant. Rassemblant à de l’eau, où étaient entreposées des dizaines de mégots. En plus d’être dégueulasse. Ce fruit me donnait des hallucinations. Je voyais mon corps se transformait en un étrange liquide sirupeux. Je ne comprenais pas du tout ce qu’il m’arrivait. Après quelques minutes, où ces effets n’avaient pas tendance à s’atténuer. Je compris que je venais de croquer dans un fruit du démon ! Ce dernier était un des plus rares qu’il existe, soit un logia. En me concentrant et en visualisant mes jambes originelles dans ma tête. J’arrivais à les reconstituer après quelques minutes. Après que les deux pirates eurent fini de se reposer. Nous nous en allâmes de la grotte. Quelques jours plus tard. Je décidais de revenir là-bas, afin que cela devienne ma planque. Néanmoins, c’était comme si la grotte avait disparu, absorbé par les marais ! Alors, que tout autour ressemblait à ce que j’avais vu, il y avait quelques jours. En plus, je ne m’étais pas trompé de chemin, vu que celui-là m’avait tellement choqué, qu’il restera éternellement dans mon esprit. Et quand je revins en ville. Je décidais de partir à la recherche d’Aldo, mais en ville, personne ne le connaissait. Comme si cet homme était tout comme la grotte, un fantôme. Qui sait, ça se trouve, c’était lui aussi un feu-folet, qui en avait marre d'être victime d'une quelconque malédiction !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Marécages sans fond

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Marécages sans fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-