AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Quand le ciel se trouble...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: [FB] Quand le ciel se trouble... Dim 7 Avr - 11:55

Nous avons fini par y arriver sur notre île ! Ça fait longtemps que nous sommes partis... Et c'est tellement bon d'y retourner ! D'être chez « soit ». Mais je ne sais pas combien de temps on va rester. Combien de jours, de mois vont passer avant que nous ayons atteint notre objectif... Avant que j'ai envie de bouger à nouveau ! J'ai du mal à rester en place, le ciel est trop vaste ! Mais il y avait des choses que nous devons faire avant de pouvoir voler dans ce nouveau ciel ! Nous n'avons pas les ailes assez solides et les évoluer dans ce ciel tourmenté ! Nous avons récupéré énormément de matériaux pour notre navire. Une jeune femme compétente pour les installer, coupler au connaissance de Gouki, rien ne devrait nous arrêter une fois ses préparatifs terminé, la mer sera dompté, aussi puissante qu'elle soit !

Mais je devais aussi me préparer moi ! Il y a des dizaines de personnes comme cette catin de Guren et des monstres comme ce Gongbao ! Nous étions plus fort, je pouvais le voir... Je suis plus fort, je peux le sentir ! Mais ce monstre n'était que l'homme le plus puissant de la mer de l'est ! La plus calme et la plus faible de toutes... Qu'en est-il des autres mers ? Qu'en est-il de Grand line ou du nouveau monde ! Le pouvoir c'est le pouvoir ! Cela ne fait aucun doute ! Mais il est bon de savoir qui seront nos ennemies et sur qui nous pourront compté... momentanément ! Nous avons rencontré énormément de monde durant nos aventures, qu'ils soient pirates, révolutionnaires ou porteurs des petits ailes de mouettes ! Et le monde est encore tellement vaste...

Ace et Igaku c'était installé un peu en amont de l'île. Avec les autres villageois. Gouki et moi étions retourné chez nos parents, dans la maison voisine, qu'ils avaient fait construire pour nous, pour le jour où nous reviendrons ! C'était une belle maison il faut le dire. Nous avions chacun notre chambre et notre salle d'eau. Le reste, c'était des partis communes. Gouki travaillait beaucoup sur le navire, en compagnie de notre nouvelle camarade, l'ingénieur aux cheveux roses ! Quant à Ace et Igaku... Mieux vaut ne pas savoir ce que ces deux là mijotaient ! Moi... J'étais en train de faire ce que j'avais trop longtemps négligé... Comprendre et assimilé ce qu'est ce monde et qui sont les gens qui le peuplent !

Le très vieux con était très content de mon choix. Un peu moins du reste et que nous ayons ramené nos camarades. Il avait râlé pour les primes qui étaient tombés sur nos têtes. Crachant un méchoui sans forme de parle intéressante ! Le seul truc qu'il avait trouvé bien, c'était sur notre drapeau et le nom du navire, de ça, il était fier ! Et du reste aussi sûrement mais, il est vieux ! Très vieux ! Et comme tout les gens de son âge, il est chiant ! Il n'était pas bien marrant avant, mais là... C'était la fête ! En plus de ça j'aidais le vieux con à l'entraînement des jeunes ! Je m'étais fait une véritable expérience de combat et c'était pas plus mal d'en faire profiter les autres... Si je pouvais leur sauver la vie !

Mais tout va basculer dans cette nouvelle routine tranquille... Mais ça, je ne le savais pas encore avant ce moment là ! J'étais parti aider mère à ramasser des fruits en forêt. Ainsi que des épices pour le repas de ce soir. A vrai dire, j'étais content de pouvoir à nouveau me balader dans les forêts que j'avais tant de fois explorer ! Et c'était toujours plus intéressant que les bouquins et les journaux que je devais potasser ! Nous nous étions séparés pour couvrir plus de terrain quand soudain, elle a poussé un cri de terreur et de douleur ! C'était maman ! J'ai lâché tout ce que j'avais dans les mains et je me suis transformer en foudre pour arriver dans l'instant là où elle était. Un immense fauve avait lacéré son ventre... La colère s'est alors emparé de moi... L'énergie étrange qui m'habite s'est manifesté dans l'instant... Laissant l'énorme ligre sombrer dans un coma qu'il ne mérite pas !

Je me suis alors jeté sur elle, soulevant sa tête sur mes genoux... Les larmes venant de suite et coulant sur mes joues... Je n’arrive pas à parler correctement ! Mais je devais faire quelque chose. J'ai pris une grande inspiration, je lui ai demandé de m'excuser et j'ai laissé aller le courant sur sa blessure. Une cautérisation de fortune, elle n'avait pas été éventré, empalé sur les griffes du fauve ! Elle n'avait pas supporter ce rafistolage de fortune... Elle avait fermé les yeux... J'avais le souffle cours, haletant... J'ai posé ma main sur son cou, il y avait encore un pouls, faible, mais il était encore là ! Je l'ai tant bien que mal soulevé. Essayant de pas la faire bouger pour aggraver la blessure ! Nous n'étions pas très loin du village... Mais j'ai eu l'impression d'avoir couru sur des kilomètres et des kilomètres... Jamais ne j'ai eu autant peur de ma vie ! Et ce n'était pas pour moi que j'avais peur...

Une fois arrivée au village, j'ai appelé Hernan et Raho ! Il devait être là pour elle, comme Gouki et moi ! Le très vieux con était dans un état semblable au mien... Pas de reproche dans ses yeux comme ce à quoi je pouvais m'attendre, juste de la peur... La même peur qui avait saisi mon cœur ! Nous l'avons déposé sur un lit dans la petite maison de papy. Je l'ai laissé à leur bon soin... Je devais aller chercher Gouki ! J'ai utilisé pour mon pouvoir pour arriver dans l'instant sur le chantier naval de fortune que nous avions installé. C'est là qu'il devait être... Il ne m'a pas fallu longtemps pour le trouver. Notre wifi bromantique étant au maximum de ses capacités sur l'île. J'avais la mine grave...

« -Gouki ! Vite ! Maman s'est fait attaquer ! Elle est gravement blessé, elle a besoin de nous ! »

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Dim 7 Avr - 20:59


    Voir ces rivages si familiers n'avait jamais fait autant plaisir à notre héros. Cela faisait longtemps que Ketsueki et lui n'étaient pas revenus sur leur île natale... Depuis qu'ils en étaient partis en se promettant de devenir pirates. A l'époque, ils étaient un oisillon et un mignon petit marcassin: désormais, ils étaient le faucon et le sanglier, rois du ciel et de la terre, maîtres de la foudre et du magma. Les cris des oiseaux tintant dans le ciel bleuté, l'odeur des fleurs empreinte de nostalgie... Non, vraiment, quand ils auraient trouvés le One Piece et que leur aventure serait terminée, notre Cahir se retirerait ici, et continuerait à inspirer les futures générations de pirates. Mais il leur restait beaucoup de chemin à parcourir avant cela. Et ce passage sur l'île n'était qu'une pause. Pause bien méritée après ce qui venait de leur arriver: la jeune femme sur laquelle était tombée notre héros se nommait Yasuho Hirose, elle avait embarqué avec eux et était une ingénieure. Avec les cales pleines à craquer de matériaux trouvés dans la base, notamment du Bois d' Adam, des électro-aimants, et un moteur, le navire des Sons of Cortes allait se refaire une petite beauté. Mais bon, vu l'aisance qu'avait notre héros avec les demoiselles, travailler avec Yasuho s'annonçait plutôt folklorique. Et donc, il allait sûrement se reposer un peu avant de commencer le chantier: après tout, il venait de faire face à John "Moustache" Heinson, Shichibukaï de son état et accessoirement rival du Cahir. Un terrible combat, qui avait mené le charpentier à un tout autre niveau. Et donc, il avait hâte de se reposer.

    Le navire accosta donc tranquillement, et des jeunes du village devaient l'avoir repéré, vu qu'il y avait un sacré comité d'accueil pour la petite troupe: Papy Hernan, ainsi que les parents des jumeaux Kyookoo, Kikuko et Raoh, étaient en tête de file. Le vieux grand-père bougonnait et avait le visage fermé, tandis que les géniteurs rayonnaient de bonheur. Kikuko se jeta sur notre guerrier, Raoh sur son autre fils, puis le couple échangea les enfants. Hernan se contenta de grogner et de tapoter l'épaule des deux frères, marmonnant dans sa barbe qu'ils avaient grandi et avaient l'air en forme. Puis il s'éloigna, ses sandales et sa canne cliquetant. Tous les gens du village étaient en cercle autour des nouveaux: Ace semblait se retenir d'insulter car il avait été briefé et morniflé par les jumeaux, Igaku avait un sourire malsain comme d'habitude, particulièrement en regardant certaines jeunes femmes, l' ex-clochard se frottait les yeux, mettant sur le compte de la bouteille tant d'êtres similaires en même temps, et Yasuho restait muette, timide. Les villageois avaient conduit l'équipage au village, harcelant de questions nos héros: si Gouki faisait fureur chez les enfants, toute les femmes interrogeaient Ketsueki ou Igaku, au grand dam du débilarbin. Pendant le festin, Hernan avait pris à part les jumeaux et les avait traités "de petits imbéciles qui apportaient le déshonneur" en brandissant leurs Wanted, mais les avait félicités pour le nom d'équipage, le pavillon et leur vaisseau. Et comme trois moins un faisaient deux, le vieux chaman était donc content. Bon, ils perdirent un point en disant qu'ils étaient juste de passage, mais ça faisait toujours un.

    Les jours suivant, avec l'aide du clochard, Gouki amena le navire dans une baie tranquille, et avec Yasuho, ils commencèrent leur œuvre de rénovation. Le charpentier et l'ingénieure engagèrent des jeunes du village pour faire la main d’œuvre. Lorsqu'elle avait vendu son talent, la jeune femme n'avait pas menti: en à peine quelques heures, elle dessina des plans et des applications aux matériaux: elle avait trouvé comment placer le bois d'Adam par-dessus l'actuelle coque, si tant est qu'il faille plus de solidité, et allait pouvoir faire voler le bateau avec les électro-aimants et le Logia de Ketsueki. Avec le moteur ramené par Ace, elle allait donner un coup de fouet au navire. Enfin, avec un minerai particulier, la bauxite, elle allait faire des armes capables d'exploiter le pouvoir de notre héros. Le travail avait donc aussitôt commencé, l'après-midi étant à peine entamée: Gouki avait noué un bandeau en serviette-éponge autour de son front, saisi ses outils, et au boulot! Si au départ il avait peur d'avoir du mal à coopérer avec Yasuho, au final, il était tellement motivé par cette œuvre colossale que leurs échanges se passaient bien... La jeune fille le regardait un peu bizarrement, d'ailleurs. Le soir, il rentrait à la maison, pour trouver son frère plongé dans les livres et les encyclopédies. Si notre charpentier allait se coucher directement, vanné qu'il était, Ketsueki veillait jusqu'à tôt dans la matinée. Mais bon, Gouki se levait à l'aube, et son jumeau plus aux alentours de midi.

    Mais hélas, quelques jours plus tard, alors que notre Gouki était toujours à l'ouvrage, une barbe de quelques jours mangeant le bas de son visage, tout vacilla: Ketsueki se matérialisa tel un beau diable au milieu du chantier, surprenant deux ouvriers qui lâchèrent la poutre qu'ils transportaient. Gouki sut immédiatement que quelque chose n'allait pas: son frère pleurait et avait l'air dévasté: il le somma de se presser: leur mère avait été attaquée et elle avait besoin d'eux. Les bras de Gouki tombèrent ballants le long de son corps, et sa gorge se serra. Il commença à courir: son frère était reparti aussitôt. Lorsque Yasuho sortit pour l'interroger, il dit qu'il avait un problème et qu'elle devait superviser l'équipe seule. Focalisé sur sa course, il ne vit pas la femme regarder les ouvriers, avoir l'air embarrassée, puis se plaindre de la sauvagerie des pirates tout en rougissant. Il enfonça les arbres de la forêt sur le chemin, se fichant bien des griffures. Après plusieurs minutes de course acharnée, il passa l'embrasure de la porte de la maison de papy Hernan, suant comme un bœuf et obligé de se baisser. Dans la petite salle commune, sa mère était étendue dans un lit, pâle comme un linge, un sang carmin perlant au travers de ses draps blancs. En voyant cela, les larmes coulèrent à flot sur le visage de notre guerrier. Son père était effondré à côté du lit, et semblait avoir le regard vide. Pourquoi aujourd'hui? Pourquoi? Il ne se passait rien d'habitude... Il tomba à genoux, et il sentit son frère se poser à côté de lui. Après quelques instants, Hernan toussota et prit la parole d'une voix tremblante:


    - Je... Je vais tenter tout ce qui est en mon possible. Je vous demanderais de bien vouloir sortir, s'il vous plaît. Gardez espoir, mes enfants.

    Tout ce petit monde s'exécuta, quittant la demeure du chaman. Les jumeaux durent guider leur père dehors. Ils s'assirent sur un banc, et notre Cahir commença à se tortiller, cherchant vainement à être bien assis. Après un quart d'heure, il n'y tenait plus et demanda comment ça s'était passé. La gorge serrée, son frère prit la parole d'une voix étouffée, racontant la balade et la cueillette. Pourquoi n'était-il pas allé avec Kikuko? Non, il fallait que Gouki arrête. Ce n'était pas le moment. Ce n'était pas la faute de son frère. Lentement, les minutes, puis les heures s’égrainèrent... A la tombée de la nuit, papy Hernan s'extirpa de sa demeure, les traits tirés et l'air épuisé. Il annonça d'une voix tremblante qu'il avait fait tout ce qui était possible, et qu'il ne restait plus qu'à prier. Il avait enfilé la tenue rituelle, et une de ses assistantes en tenait deux, visiblement pour les jumeaux vu la taille. Il est vrai qu'ils avaient été formés aux prières de base, et notre héros s'y était particulièrement intéressé vu qu'il devait devenir shaman. Il saisit donc la tunique, jeta son débardeur, et enfila le vêtement de cérémonie avant de se tourner vers son frère: il sentait que quelque chose n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Lun 8 Avr - 16:59

Rapidement, j'avais trouvé Gouki et tout aussi rapidement, il s'était élancé sur mes traces. Je lui avais rapidement expliqué la situation, juste dit que maman n'allait pas bien. J'étais arrivée avant, mon pouvoir m'offrant une capacité de déplacement sans réel limite. Il était trempé de sueur, son souffle était lent et roque. Il avait poussé son corps loin, peut être trop loin pour venir aussi vite ! Nous étions tous dans la petite salle sombre et puante de la maison du très vieux con, les herbes et les potions ont une odeur particulière, surtout couplé à celle du sang... Gouki s'était mis à pleurer dès qu'il fut rentré dans la pièce. Père était déjà effondré à son chevet... Igaku aurait pu faire quelque chose, mais mère n'est pas fait pour ce genre de médecine, il n'est pas fait pour ce genre de patient ! C'est une affaire qui va se régler en famille !

Gouki s'était effondré à côté du vieux con, et je l'avais rejoins... C'était une épreuve difficile à laquelle notre famille allait devoir faire face. Et je ne veux pas imaginer le résulter que pourrait avoir un échec... On devrait les enterrer un jour. Mais le très vieux con y passerait avant. Puis doucement, très doucement, en ayant vécu très vieux, père et mère les auraient rejoint... Si nous n'étions pas mort dans une île perdu, à l'autre bout du monde, affrontant je ne sais quel adversaire, le goût du sang et du sable dans la bouche. Enfin, il était entrée et avait demandé à tout le monde de sortir. Il avait déjà fait le minimum pour la stabiliser, mais il devait maintenant passer aux choses sérieuses... Il nous a demandé de sortir. Et ça a été difficile de faire sortir Raho de là... Mais nous y sommes parvenus avec Gouki, le guidant vers la sortie de la maisonnette.

Nous nous étions assis, ou du moins, nous essayons. C'était difficile de rester stoïque et le plus atteint de tous, c'était le vieux con. J'avais la tête dans mes bras, une cigarette dans la bouche. La deuxième depuis qu'on était sortie de la maison. Autant dire que je paquet n'allait pas vraiment vivre vieux... Le temps s'était mis à défilé. Et jamais je ne l'avais autant senti, lourd et tout puissant sur mes épaules. Immuable et impassible. J'avais déjà éprouvé ce genre de sensation dans les méandres de la prison où j'ai pourris. Mais jamais je n'avais eu de remord sur ce que j'avais fait... Là... Il me rongeait comme un rat enfermé dans un sceau, collé au ventre du pauvre condamné dans un sceau enflammé... Je n'étais ni le rat, ni le condamné... J'étais le sceau ! Outil inutile qu'on enflamme...

La nuit avait enfin fait tomber son manteau d'obscurité et je n'avais plus de cigarette depuis bien bien trop longtemps ! Enfin, papy Hernan est sorti de sa tante, il avait des nouvelles pour nous ! Sa voix était tremblante, déchiré ! Il avait dit qu'il avait tout ce qui était en son pouvoir pour la sauver ! Puis il avait déjà revêtu son costume idiot pour aller pratiquer ses danses idiotes ! Gouki l'avait suivi immédiatement et sans se poser de questions ! J'ai jeté le vêtement par terre d'un revers de la main, plutôt violent, qui avait laissé la pauvre assistante du très vieux con tout retournée... Elle avait déjà suffisamment de courage pour le supporter sur le long terme et j'avais un peu de remord à lui faire subir mon accès de colère... Mais il fallait que sa sorte... Je me sentais oppressé, lourd, comme quand l'orage arrive...


« - J’emmerde les dieux ! Les dieux ne nous aiment pas ! Ils ne nous ont jamais voulu ! Dans tout les cas, ils doivent nous haïr ! Mais ce n'est pas le pire... Le pire... C'est que nous n'avons pas besoin d'eux ! J'emmerde la rédemption ! Nous sommes le enfants non désiré des dieux ! Et le pire dans tout ça, c'est que ne sais pas ce qui est le plus rassurant... Qu'ils nous détestent, qu'ils n'existent pas... Ou qu'au contraire, ils existent et s'en foutent... J'emmerde le devoir, la rédemption et toutes vos conneries... Je vais avec ma mère ! »

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Lun 8 Avr - 21:23

Gouki a écrit:

    Effectivement, quelque chose n'allait pas: Ketsueki s'était levé, le visage déformé par la rage, et avait arraché la tunique des mains de la pauvre servante, avant de la faire tomber (la tunique) d'un revers de main. Ensuite, il commença à s'énerver, et c'était un grand coup de rage, comme celle qui avait envahi Cortes quand il avait aperçu le village dévasté par le serpent à plumes! Le faucon de tonnerre emmerdait les dieux, les dieux haïssaient les hommes, mais en contrepartie ceux-ci pouvaient s'en passer. Gouki serrait les poings, de plus en plus fort, au fil de la tirade de son frère. Ses ongles griffaient l'intérieur de ses paumes tandis que Ketsueki continuait crescendo. Il ne savait pas quoi choisir: l'existence de dieux qui n'avaient rien à faire des humains, ou bien des dieux qui n'existaient pas, et de toute façon auraient détesté la race humaine. Il conclut sa tirade ainsi "J'emmerde le devoir, la rédemption, et je vais avec ma mère". Dans les yeux de Gouki, le magma de sa colère brûlait en écho à son fruit du démon... Son frère avait dépassé les bornes. Alors que le jumeau du Cahir avançait vers la maison, Gouki s'approcha de lui et lui décocha un violent crochet du gauche, le plus fort qu'il ait jamais infligé à quelqu'un. Son visage était déformé par une colère animale, il n'était plus le calme second habituel mais bien un démon, un démon de magma dans le corps d'un homme. Sous le coup de la colère, d'ailleurs, sa sueur se changeait en magma et tombait au sol, réchauffant l'atmosphère, et forçant Hernan ainsi que sa servante à s'éloigner. Il fixa son frère, enfin, le connard qui le remplaçait, et prit la parole d'une voix crachotante, tremblant de fureur:

    - Ferme ta gueule, espèce de pauvre bâtard de fils indigne! Incapable! Tu n'es pas foutu de protéger notre mère, et tu remets en cause l'existence des Dieux? Sans eux, nous ne serions pas là, ancre-toi le bien dans ton crâne stupide de linotte écervelé! Ah, il est beau le faucon! Pas foutu de respecter ses pairs et de protéger sa génitrice... A l'heure qu'il est, tu n'es qu'un ridicule pigeon! Dégage d'ici! Va-t-en! Si tu réessayes d'entrer dans la maison, je te remets le même crochet. Je ne veux plus te voir. Je te renie. Tu es indigne de porter le nom de Kyookoo. Les dieux n'ont commis qu'une seule erreur: te faire venir sur cette terre!

    Autour d'eux, même le vent n'osait pas troubler le silence qui venait de s'installer. Les yeux de Papy Hernan avaient la taille de coupoles, sa servante n'avait qu'une envie, se glisser dans un trou de souris, Raoh était sorti de son mutisme et regardait tour à tour les jumeaux. Gouki, lui, était rouge comme son pouvoir, et haletait comme s'il sortait d'un marathon couru à la vitesse d'un sprint. Il s'était fait saigner les phalanges tellement il avait frappé fort, et tout son bras tremblait. Il se détourna de son frère, ne lui accordant même plus la moindre attention. Il demanda à Hernan s'il était prêt pour les prières, et le vieux chaman tremblait toujours, le visage figé par la surprise. Jamais il n'aurait pensé voir son petit fils, même tête brûlée, cracher à ce point sur les dieux, et il aurait encore moins vu son si calme petit fils décrocher un coup de poing à faire trembler un mur de métal à son frère jumeau. Le monde était devenu fou, et il espérait sincèrement que sa fille survivrait. Si elle passait la nuit, c'était bon. Mais ce serait une très longue nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Lun 8 Avr - 22:26

Je n'avais pas vraiment fait attention à Gouki... Mais j'aurais du retenir mes mots ou mieux les choisir ! Cet idiot accorde trop d'importance à des créatures qui sont supposés existait et qui ne l'ont sûrement jamais fait ! La seule chose qui aurait pu les faire exister, c'est que nous les hommes, y croyons tellement, qu'ils auraient pu exister... Mais ce n'est même pas le cas ! S'il avait vraiment de l’intérêt ou de une existence physique, il n'aurait jamais laissé ça arriver ! Jamais ! Le monde m'avait fait douter et les événements de ses derniers jours n'ont fait que confirmer ce que je pensais ! Il n'existe pas ! Ils s'en fouettent ! Grandi et accepte ça Gouki !

La fin de mon discours avait été l’élément déclencheur de la rage de mon frère. La colère c'était muait en magma et malgré tout, j'étais relativement clame. J'avais de la haine en moi, mais c'était contre le ciel et le monde, pas contre mon frère ! Je pouvais lire dans ses yeux qu'il n'avait pas encore tout compris... Que la vie était encore un tissu informe de mysticisme idiot pour lui... J'avais de la peine pour lui à ce moment où nos regards se sont croisé ! De la peine pour la rage qu'il éprouve, de la peine pour l'illusion dans laquelle il se vautre ! Il s'était avancé vers moi et avait frappé. La force et la violence était dans son poing ! L'amour m'avait empêcher mon pouvoir de s'activer.

Pendant que du magma s’écoule doucement de son corps, son pouvoir étant incontrôlable à cause de sa rage, de mes lèvres, doucement,coulait du sang ! Peut être même qu'une dent suivrait... Puis il m'avait répondu. Doucement, pendant qu'il parlait, une sorte de colère bien particulière était en train de monter en moins. Une colère froide, vide, indifférente ! Mélé à une grosse dose de pitié et de mépris... Oui, j'en venais à mépriser mon frère pour les mots qu'il venait de dire, sur notre mère, notre père... Sur son esprit trop fermé, trop bête pour comprendre vraiment le monde ! J'avais avalé chacun de ses mots, chacune de ses insultes, comme un nouvelle éclat de glace planté à l'intérieur de mon corps... Et quand il eu fini... Ce fut l’apothéose... Il voulait que je parte !

La petite cours entre nos maisons était bien silencieuse, aucun élément ne semblait vouloir se mêler à notre dispute de peur de prendre des balles perdus. Même les oiseaux, pourtant si actif en cette saison n'osait piailler le moindre son ! Mon pouvoir devenait doucement incontrôlable à son tour. Et je m'étais mis à crépiter... Comme une ampoule qu'on éteint et qu'on rallume trop vite, près à claquer ! Et doucement, je m'étais avancé vers Gouki, qui était dos à moi et face à notre grand-père, trop encré lui, de part son âge, dans ses traditions et ses croyances inutiles ! Et puis, je ne sais pas pourquoi... Je ne sais pas comment, mais j'ai levé mes deux mains, pour le pousser violemment au niveau des épaules. Sans même voir si je lui était passé au travers où s'il avait roulé sur le sol, je me suis mis à mon tour à répondre, la voix froide, sèche et sans pitié !

« - Si je suis un pigeon tu n'es qu'un gros porc, gras et inutile ! Qui préfère baisser la tête dans la boue que regarder le ciel ! Je ne dois rien aux dieux... A des entités imaginaire qui n'existent que ta tête ! Je n'ai pas besoin de sa pour comprendre le monde et l'accepter ! Le sacrifier et la douleur, voilà les seuls dieux dont se monde à besoin ! Sans elles, nous n'avons rien ! Mais tu es pire que moi... Oser utiliser ce genre de mot alors que mère est mourante ! Je crache sur ton nom, sur ton existence si pour toi, être un Kyookoo revient à être un idiot qui ne voit pas le monde par ses propres yeux ! La vie est rude petit frère... Il serait temps pour toi de le comprendre ! Et n’essaie pas de m’empêcher de la voir... Je jure sur mes ailes que je ne sais pas si j'arriverai à ne pas te tuer... »

Il faisait chaud et sec... Mais la météo n'y était pour rien ! Plus le ton monté et plus nos pouvoir devenait incontrôlable. Maintenant, des petits éclaires s’échappaient de mon corps sans même que je m'en rendent compte. Père n'avait pas les mots pour dire quoi que se soit. A vrai dire, il n'aurait rien pu faire, il était abattu, les genoux sur le sol... Grand-père s'était reculé rapidement quand j'avais poussé Gouki. Il nous connaissait comme personne et il savait que rien ne pourrait nous ramener à la raison... Nous étions la même personne au final et nous allons exploser ensemble !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Lun 8 Avr - 23:54


    Alors qu'il avançait vers l'embrasure de sa porte, essayant de reprendre son calme pour rendre ses prières efficaces, le Cahir discerna dans son dos un crépitement qu'il ne connaissait que trop bien: l'électricité de son "frère" se déchaînait derrière lui. Il s'immobilisa: à nouveau, son propre corps commençait à chauffer par moments. Il ne pouvait pas approcher sa mère, pas dans cet état. Avec une terrible poussée, et une force qu'il ne lui connaissait pas, le Capitaine des Sons of Cortes jeta notre pirate à terre, le faisant rouler sur le côté. Alors que Gouki se relevait, crachant un peu de sable et tournant la tête pour fixer l'objet de sa haine, celui-ci répliqua. Comme toujours, il était meilleur en métaphore: contre le pigeon, il opposait le gros porc gras et inutile, qui se courbait dans la fange pour des dieux inexistants. Selon lui, seuls les faibles avaient besoin de divinités, et en ce monde seules les sensations humaines de souffrance et sacrifice étaient nécessaires. Ensuite, il évoqua leur mère, dont Gouki remettait la vie entre les mains de chimères inexistantes, et il mit le coup fatal: il crachait sur Gouki, qui lui n'était pas un bon Kyookoo, car il ne s'émancipait pas des idées préconçues. Enfin, il fit quelque chose qu'il n'avait jamais osé faire: nommer le Cahir son petit frère. Et puis, il menaça de le tuer s'il ne le laissait pas voir sa mère. Certainement qu'il n'entrerait pas: vu toute l'électricité autour de lui, il pouvait la tuer rien qu'en passant l'embrasure! Gouki n'était pas mieux... Il allait régler le problème de ce déchet rapidement et aller prier pour guérir sa mère.

    Il se releva rapidement, le sang bouillonnant littéralement sous ses tempes. Sans s'en rendre compte, Raoh avait reculé de dix bons pas, et Hernan poussait sa servante au loin: il connaissait ses petit-fils. Le choc était inévitable. Et vu leur état, ils ne risquaient pas de contrôler les fruits des ancêtres. Il priait, sincèrement, malgré les blasphèmes de Ketsueki, pour que rien n'atteigne Kikuko. De son côté, le Cahir brûlait de rage, comme il n'avait pas ragé depuis... jamais. Même quand Gongbao avait insulté son frère, il n'était pas autant en colère qu'aujourd'hui. Il s'éloigna de la maison, faisant face à son frère, et il prit la parole d'une voix pleine d'une haine véritable, authentique:


    - Petit frère? Ne me fais pas rire! Tu n'es qu'un nourrisson qui pleure un peu trop fort parce que le monde ne tourne pas comme il l'entend! Moi vivant, un impie doublé d'un traître n'entrera pas dans cette maison... Et s'il me faut mettre ton cadavre en guise de paillasson, ça ne me gêne pas... Les Dieux frappent par ma main!

    Et aussitôt, le Cahir bondit vers son frère: plus question d'entraînement cette fois, il utilisait son Logia, et sans aucun doute son Haki sous le coup de la colère. Il frappait avec une simple intention: tuer. Il ne lui venait même pas à l'esprit que son "jumeau" avait lui aussi un Logia, non affecté par le magma qui plus est: il voulait juste frapper, frapper, frapper, jusqu'à réduire en une pulpe sanguinolente ce sourire narquois et cette bouche ne servant qu'à répandre des inepties avec sa langue de vipère. Son poing gauche changé en un magma qui luisait sous l'effet du Haki, il envoya un nouveau crochet à son Capitaine. Il ne contrôlait pas son pouvoir, et ses traces de pas faisaient fondre le sol. Il envoya ensuite un crochet du droit ayant subi les mêmes bonus, puis enchaîna ensuite par un coup de ses deux poings joints vers le sommet du crâne du pigeon électrique, toujours avec le même pouvoir. La purification était en marche, même si au fond de lui, une petite voix lui criait de cesser: il la faisait taire en la noyant sous le magma de sa colère. Si Ketsueki avait été un être humain normal, il serait sans doute mort. Mais bon, les deux frères se ressemblaient même sur leur côte surhomme, après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Mer 10 Avr - 23:04

Gouki avait roulé par terre et il n'y était pas resté longtemps. Visiblement, mon petit discours l'avait atteint. J'étais toujours été meilleur que lui a ce petit jeu là, depuis que nous étions tout petit. Souvent, il avait essayé de répondre, mais il s'y était toujours cassé les dents et quand on voit la tête qu'il tire maintenant, j'avais encore une fois réussi à lui rabattre son caquet ! Ce gros porc allait en avoir pour son argent ! Je vais lui donner un deuxième service vu qu'il en redemande à peine remis sur des jambes. Ainsi je suis un bébé qui pleure trop fort et qui n'aime pas voir le monde aller dans un autre sens que celui qu'il désire... Mais tout mon existence ne va pas dans le sens que j'avais voulu ! Jamais je n'ai voulu passer autant de temps à l'ombre. Jamais ne j'ai voulu qu'elle soit blessé... Je ne contrôle pas ma vie... Pas plus que les dieux le font !

Et à partir de ce moment là, les choses sont devenus plutôt sérieuses... Peut-être même trop sérieuses ! Mais on ne voit rien quand on est en colère. Gouki et moi étions tout les deux hors de nous. Mais pas de la même façon... J'étais plus détaché qu'il ne le serait jamais. Sa colère représentait son pouvoir, bouillante et explosif ! La mienne est plus... Froide, direct et précise, comme un éclair ! Et il avait explosé le premier... Il s'était jeté sur moi, utilisant son fruit et son fluide (#troll) contre moi. Des coups simples, direct qui aurait tué un homme normal, mais je n'étais pas normal...

Je connaissais ses coups et j'avais réussi à les voir. Et les éviter. J'avais utiliser mon pouvoir pour pouvoir faire des pas de côté à la vitesse de la lumière et ainsi danser entre ses attaques, comme un boxeur évite les coups. Du magma était en train de se rependre partout. On pouvait entre des petits grésillement et de la fumée se former là où la substance issu du corps de mon frère avait touché le sol. J'avais gardé le visage fermé durant ses petits slalomes ! Les dieux frappaient par tes poings hein ? Très bien, je n'avais donc rien à craindre !

« - Les dieux frappent avec toi alors ? Tu ne frappera donc jamais assez fort pour me toucher gros porc ! Tu crois que je ne m'en veux pas ? C'est comme si on m'avait arraché une partie de moi là bas ! Mais tu crois que te vautrer dans tes putains de dieu va la ramener ? Ils ne servent à rien, ils n'existent pas ! Et quant bien même... Ce sont les êtres les plus cruelles du monde pour le laisser tourner dans se sens ! Tu as vu... Deux hommes s'entre-tuer pour un bout de pain pour divertir ceux qui regardent ? Tu as vu... Des gens tuants pour le plaisir... pour l'argent ! Je ne crois plus aux dieux depuis trop longtemps... »

J'étais désabusé, dégoutté et en colère contre la connerie et le refus de voir la vérité en face. Elle est dur, elle ne te fait pas de petit bisous avant de dormir, mais elle t'apprend sèchement que les dieux n'existent pas et qu'ils sont des refuges pour les cons qui n'arrivent pas à endurer la réalité du monde... J'étais triste que mon frère en face partie ! Mais nous étions là pour nous battre et c'est ce que nous allons faire ! Je n'avais pas de Haki pour frapper, mais j'en avais une autre sorte, ce pouvoir étrange était le Haki des rois...Ainsi, j'ai donc posé mon regard (bien zehef) sur mon frère !

Une petite onde d'énergie c'est alors dégagé. Du coin de l'oeil, j'ai vu le vieux con poser un genoux à terre et le très vieux con tomber dans les pommes. La petite assistante elle, avait fait comme père. C'était un pouvoir terriblement efficace, mais il n'aurait pas autant d'effet sur mon frère. Mais c'était l'occasion de créer une faille dans sa garde. Il était devant moi, à un ou deux pas sur le côté. J'ai donc fait ses pas... Pris appuis sur mon pied gauche et pivoté avec le droit pour le frapper avec force et colère. Mon petit était électrique mais je ne pense pas que ce genre d'attaque le touchera... Un combat qui se jouerait sur la durée... Nous ne pouvons pas nous toucher !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Jeu 11 Avr - 9:55


    Aucune chance que ça marche. Gouki aurait dû le penser depuis le début. Non seulement son frère avait le Logia de la Foudre (#LikeaBuranchi), qui lui conférait invincibilité ou presque, ainsi qu'une vitesse n'ayant que peu de rivaux, mais de plus, après tous leurs affrontements, il le connaissait sûrement par cœur. Mais le voile noir de la colère obscurcissait ses yeux, et même si c'était futile, il continuerait à s'acharner. Même si son jumeau esquiverait sans doute tout, comme il venait de le faire. En plus, l'oisillon en rajoutait, insultant toujours le Cahir et brandissant un pseudo remord pour ce qui était arrivé à sa mère. Foutaises que cela! Il n'en avait rien à faire, pas plus que des dieux: il piétinait les sentiments et n'avait pas d'âme (#FusionCaroleetAlexandra), et tentait de transposer son problème sur les dieux, dieux qui laissaient chaque jour des innocents mourir. Pour l'instant, tout cela n'était que brindilles qui alimentaient le feu de la haine de notre guerrier, mais plus tard, il se poserait peut-être des questions. Pourquoi se battait-il comme ça? C'est simple: non pas qu'il soit un fervent croyant ou quoi que ce soit, auquel cas il aurait accepté le poste de chaman et n'aurait pas suivi son frère. Mais, avec sa mère entre la vie et la mort, il fallait qu'il s'occupe l'esprit. Et il préférait prier que rester à attendre, se rongeant les sangs. Les dieux n'étaient peut-être pas surpuissants, mais ils étaient bel et bien là, offrant un refuge et une épaule aux âmes tristes. Ils étaient la main qui tapotait l'épaule en disant "I know that feel, bro", ils étaient le sein dans lequel on pleurait, ils étaient le père qui veille sur ses enfants.

    Mais toutes ces réflexions passaient au-dessus de Gouki pour l'heure: le combat avec son jumeau continuait. Ce dernier utilisa sa propre forme de Haki, le Haoushoku: un onde d'énergie, indétectable mais bien là, émana de son regard, ce regard perçant, ce regard de conquérant, bien déplacé sur un pigeon. Notre pirate trembla, et ses bras tombèrent ballants l'espace d'un instant: son esprit s'éclaircissait, et il discernait très clairement sa conscience, en larmes, lui hurler d'arrêter ces conneries et d'aller voir sa mère, que ce soit pour prier ou non. Mais, alors que son frère lui envoyait un coup de pied, il remarqua Hernan dans les vapes, et son père ainsi que l'assistante à genoux, et une éruption volcanique effaça ses doutes, carbonisant sa conscience: ainsi donc son frère ne faisait pas de distinction, et il tendait vers le parricide... Un impie meurtrier, qu'avait-il fait aux dieux pour mériter ça? Il allait purifier cette terre de la présence de ce monstre! Alors que le pied de foudre l'atteignait, son Logia s'activa et c'est un être de magma qui encaissa le high kick, sans broncher. La puissance perçante de l'attaque lui laissa une trace dans l'épaule jusqu'à une bonne partie du cou, mais rien de grave. Il avait abandonné l'idée de raisonner son frère, car même dans cet état il savait qu'il ne l'aurait pas en discutant. Pour ça, le pigeon était le meilleur: toujours à roucouler, roucouler, même s'il n'avait rien à dire. Une grande gueule qui a oublié d'où elle vient.

    Profitant de la promiscuité de son frère, notre Cahir lui décocha un violent coup de tête, chaud comme le magma et luisant grâce à son Haki (qui, mine de rien, lui consommait pas mal d'énergie: sans cette colère, il aurait été vidé après tous ces coups), avant de balancer un violent double coup de poing au niveau des poumons, pour jeter son frère loin de la demeure où reposait leur mère. Puis, aussitôt après, sans s'inquiéter de savoir s'il avait réussi ou non, il commença à préparer sa technique secrète, laissant de petites boules de magma monter en l'air, et gonfler petit à petit. L'endroit allait devenir dangereux, s'il lançait cette attaque. Sa conscience se tuait à lui hurler, mais il n'écoutait pas. Il devait tuer son frère. Point final. Toutes ses croyances s'écroulaient, et il devait détruire le responsable.


    ***

    Il faisait chaud, terriblement chaud. Avec un gémissement de douleur, la femme bascula sur le côté, provoquant un tiraillement terrible au niveau de son ventre. Elle voulut poser la main dessus, comme pour se rassurer, mais rien que bouger le bras lui était impossible. Maudites plantes. Plus que sa blessure, elle sentait la chair de sa chair s'entre déchirer: comme si la moitié droite de son cœur se battait avec la gauche. Il fallait qu'elle arrête ça. Lentement, avec toute sa volonté, elle tendit le bras vers la petite table de chevet. Puis, elle prit appui dessus, et commença à se redresser. Alors que son buste formait un angle de trente degrés, elle retomba sur les oreillers en gémissant. Cette... douleur....
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Sam 20 Avr - 17:29

Le haki dans mes veines semblait avoir fait son effet sur Gouki et il était restait ballant un moment. Malheureusement, je ne maîtrisé pas encore ce pouvoir dans sa totalité et j'avais pas pu contrôler les effets secondaires et empêcher les autres d'en être victime. Et il n'avait pas manquer de le remarquer et de vouloir continuer le combat, encore plus énerver qu'avant... Enfin, il avait raison, j'aurai du faire attention, mais je n'étais pas vraiment en été de pouvoir contrôler mon pouvoir... Surtout ce pouvoir là ! Ainsi, contrairement à ce que j'avais pensé, mon « fluide » (#VF), n'avait pas affecté Gouki assez longtemps pour que je puisse le calmer... Et il s'était emporté de plus belle !

J'avais laissé une trace dans le corps de mon frère, mais pas une trace physique, j'avais enfoncé son corps intangible, laissant le sillon de mon coup. Faisant couler encore plus de lave, laissant le sol crépiter l'herbes brûler à des nombreux endroit... Longtemps le paysage se souviendra de notre combat et de la folie dans laquelle nous nous sommes embarqués... Ma colère était descendu... C'était contre le monde que j'en voulais, pas contre mon frère ! Et il en voulait toujours, il n'était pas décidé à se rendre compte de la connerie de ce qu'on était en train de faire... Mais il est trop con et trop enfermé dans ses croyances stupides pour se rentrent compte de la réalité des choses ! Ce n'était des prières dont elle avait besoin, c'était nous !

Et il avait continué l'assaut, enchaînant rapidement un combo tête poing, qui, s'il n'avait pas était mon frère ou quelqu'un d'autre, il se serait sûrement pris la plus belle joute de sa vie et me l'aurait sûrement laissé, sa vie. Mais j'avais dopé mes réflexes avec la foudre, augmentant mon potentielle de réaction. Ainsi, j'avais sans aucun problème esquivé son coup de boule d'un petit pas sur le côté. Puis, suivit ses deux coups de poing en me baissant et en sautant vers l'arrière pour esquiver l'attaque. Au final, j'avais reculé, comme il avait tenté de le faire. Ne me prend pas un idiot, Gouki, je lis parfaitement dans tout ce que tu veux faire, malgré la colère idiote qui t'aveugle ! Nous sommes la même personne !

Mais la suite était moins ragoutante ! Ce idiot était vraiment idiot... La colère l'avait intellectuellement conduit au niveaux d'Ace. Oublie ce que je viens de dire, nous ne sommes plus la même personne... Utilise ce genre de technique, qui ne sont là que pour détruire et éliminer les adversaires puissants le plus rapidement possible, utiliser ce genre de chose, qui risque plus de détruire tout ce à quoi tu tiens, plutôt que moi même... Gouki, tu es vraiment beaucoup plus idiot que ce que je pensais ! Enfin, la seule chance que j'ai pour moi de te stopper, c'est t'utiliser le feu pour arrêter ton incendie... Je n'avais personne à prier... Mais si j'avais encore la foie, j'aurais prié à ce moment là, pour que personne d'autre que nous ne sois blessé... J'ai alors commencé à concentré la foudre autour de moi et la dissipé en un instant, laissant apparaître une onde de choc...

Voilà encore une raison de plus pour que la terre se souvienne de nous ! Et que la honte nous frappe tout les matins, quand nous passerons ici, mais il n'y avait guère de choix ! J'avais osé espéré que mon explosion d'énergie dissiperai un peu sa folle technique, mais je n'y croyais pas, au fond de moi, je savais que je devrais utiliser le même genre d'attaque pour venir à bout de sa connerie ! L'air désabusé, consterné même, j'ai commencé à ramassé la foudre dans mon bras, l'entourant d'un crépitement violent... Espérant, que ma technique, que mon pouvoir serait près et suffisamment puissant pour stopper ce fou et protéger le peu qu'il me reste...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Dim 21 Avr - 15:07


    Tel son homologue d'un univers alternatif, notre Gouki était particulièrement en colère. A un point tel que désormais, il allait mettre en danger ses proches... Ce qu'il reprochait justement à son frère il y a à peine quelques instants. Mais la colère est vraiment un sentiment terrible. Et il en fallait beaucoup pour que le Cahir atteigne un tel état de rage. Au contraire de ce que beaucoup de gens croient, le sanglier est un animal assez tranquille, qui n'attaque que s'il se sent menacé ou bien a peur pour sa harde. Par exemple, contre Gongbao, il était entré dans une colère noire: qu'on le menace lui, cela lui passait au-dessus, mais qu'on s'en prenne au lien qui l'unit à son frère, ça, il ne le laissait pas passer. Enfin, lien qui l'unissait: là, il se battait pour protéger sa mère et ses croyances. C'était ou ça, ou il s'effondrait: sa rage était le ciment qui maintenait sa psyché intacte. Sans dieux, et peut-être sans génitrice, Gouki ne serait qu'un homme brisé. Et même son frère ne pourrait le rattraper. Heureusement d'ailleurs que les deux frères ne pouvaient pas s'entre-tuer. Sinon, le drame aurait été encore plus terrible. Les dieux se seraient vu offrir une terrible tragédie. Mais bon, Ketsueki avait évité sans problèmes le coup de tête, puis les deux coups de poing, avant de remettre un peu de distance entre son reflet et lui. Ensuite, il avait commencé à crépiter de plus belle, telle un phare essayant de guider notre héros dans l'océan agité de ses tourments.

    Aucun effet: notre héros sentit l'électricité glisser sur son corps magmatique sans même le déstabiliser, et il continua à charger sa technique ultime, développée il y a peu sur l'île des crabes. Tout allait bien à cette époque bénite: Maman n'était pas à l'agonie, et le charpentier avait encore un jumeau... Un jumeau. Pourquoi l'attaquer? Ils avaient passés neuf mois dans le même ventre, et n'avaient que rarement été séparés. Ketsueki ne pouvait pas haïr les dieux autant qu'il le prétendait. Non, il était trop similaire à Gouki. Il avait dû parler sous le coup de la colère. Oui, c'est ça. Là, ils ne faisaient qu'empirer les choses. Il fallait arrêter cette folie. Deux êtres si identiques ne peuvent pas se battre. Le monde ne résisterait pas. Et pourtant. Gouki lutta, lutta. Ses sphères de magma continuaient de gonfler, bouillonnant, recouvrant Hernan de sueur, faisant tousser ses poumons desséchés. La petite assistante avait pris ses jambes à son cou en trébuchant, tandis que Raoh était encore au sol. La rage de Gouki commençait à se briser, tandis que sa conscience s'acharnait sur ce mur de haine en frappant de ses poings à s'en faire saigner les phalanges. Ça y était presque... Notre héros baissa les bras, les sphères commencèrent à imperceptiblement diminuer. Mais, malheureusement, une nouvelle éruption surgit, carbonisant la conscience du Cahir, l'entraînant dans les tréfonds de son crâne: le bras de son jumeau commença à violemment crépiter: lui aussi sortait les grands moyens... Il voulait faire primer son point de vue hérétique!

    Bien sûr que non, imbécile! Tu devrais le savoir, voyons: Ketsueki est le plus posé des deux. On dit souvent que c'est les gens qui ne paient pas de mine qui ont les colères les plus violentes: et dans la vie de tous les jours, le sanglier était beaucoup plus introverti que le faucon. Moins bavard, moins franchouillard, moins grandiloquent... Si Ketsueki (#Kagami) était la lumière, alors Gouki (#Kuroko) était l'ombre (#DatbromanceKurokonobasket). Et une lumière ne tient pas sans sa part d'ombre, et vice-versa. Lors de la vie de tous les jours, le charpentier encaissait ce qui aurait fait rager un autre homme: il ravalait sa fierté, voulant que tout se passe bien et que tout le monde s'entende bien. Depuis qu'il était un petit Gouki, il avait cette conscience humaniste, et l'incident malheureux avec M. Whittaker n'avait fait qu'amplifier cela. Alors, quand les vannes cédaient et qu'il avait une bonne occasion de se mettre en colère, il était à craindre. Il rageait beaucoup plus que son jumeau, et était beaucoup plus direct: tel le sanglier, il chargeait, chargeait, jusqu'à ce que la source de sa colère soit détruite. Pas moyen de réfléchir, pas moyen de se poser de questions: les éventuels regrets venaient après, quand c'était trop tard. Un grand homme a dit un jour qu'on ne prend conscience de la valeur des choses que quand on les a perdues. Dans le cas de notre héros, c'était parfaitement vrai. Et il était presque trop tard. Il fallait qu'il arrête maintenant, qu'il annule sa technique, se jette sur son frère et lui demande de lui envoyer la plus grosse rouste qu'il ait jamais infligée à quelqu'un.

    Sa conscience se tuait à le lui dire, mais il ne l'écoutait pas. La Galaxian Explosion était prête, et porterait bien à son nom. La planète Impie, dans la galaxie Ketsueki, allait être rasée. Vu la portée de son attaque, il risquait de blesser (voire pire) Hernan, son père, et sans doute sa mère. Mais peu importe: le démon de la haine guidait ses gestes, lui mettant des œillères: il n'avait qu'une cible, Ketsueki, et il ferait tout pour l'éliminer. A ce moment-là, si les dieux avaient existé, ils auraient sans doute dressé leurs mains entre les jumeaux, et envoyé un bon bitchslap à Gouki pour qu'il cesse ses idioties... Mais il n'y avait pas de dieux. Non, il n'y en avait pas. Gouki hurla:


    - KETSUEKIIIIII! C'EN EST FINI DE TES BLASPHÈMES! LES FLAMMES DE L'ENFER VONT TE PURIFIER! GALAXIAN... EXPLOSION!!!

    Et, alors que le Cahir abattait ses bras, ses quinze météores se rassemblèrent en un monstrueux essaim infernal qui fila sur Ormas en grande pompe...

    ***

    Avec un effort surhumain, Kikuko avait réussi à basculer sur le côté, à balancer ses pieds au dessus du rebord du lit, et était en train de se redresser, pour s'asseoir. Ses pieds aux orteils fins touchaient quasiment le sol de la tente de son père. Plus que la chaleur terrible, plus que les crépitements de l'air ambiant qui faisaient se dresser ses cheveux sur sa tête, plus même que sa blessure lourdement couverte de baumes et bandée, c'était le conflit de la chair de sa chair qui lui faisaient mal, comme si la moitié droite de son cœur essayait d'empêcher la gauche de fonctionner, et vice-versa. Ses deux fils avaient dû partir sur un mauvais chemin... Ce qu'une mère craint le plus c'est que ses enfants meurent avant elle ou se battent. Surtout quand il s'agit de jumeaux qui ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre. Elle prit une grande inspiration, et se leva lentement, bien que sa peau soit plus pâle que d'habitude (d'après son père, sa blancheur comparé au teint hâlé des autres insulaires lui venaient de sa lointaine ancêtre, la femme de Cortes, qui était une "étrangère"), bien que ses cheveux immaculés, dont Gouki avait hérité à l'adolescence, soit dans tous leurs états, bien que ses pupilles rouges soient injectées de sang et encadrées de larmes. Elle devait empêcher les deux amours de sa vie de faire une erreur qu'ils regretteraient à tout jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Jeu 9 Mai - 15:40

J'avais voulu déstabiliser le processus de création de la technique de Gouki, je l'avais déjà vu à l’œuvre et c'était plutôt mauvais qu'il l'utilise ici ! Mais rien n'y avait fait, mes attaques étaient inutile... Quel idiot ! Il était justement en train de faire ce qu'il me reproche... Ouvre tes putains d'yeux crétins ! Il n'est pas encore trop tard pour revenir en arrière et tout arrêter, nous n'avons encore tué personne ! Respire un grand coup et oublie tes conneries ! Abruti profond ! Doucement, les sphères de magma étaient en train de grossir et de s’élever... Augmentant de façon considérable la température ambiante dans la zone qui nous servait d'arène de combat ! Et les dégâts du magma sont encore plus considérable de ceux de mon fluide (#kiff)...

Je ne sais pas ce qui s'est produit dans sa tête, brusquement, ses bras se sont tombé, ballant, comme si la vie avait quitté son corps. Les sphères de magma ont commencé à diminué... Il s'était rendu compte de son erreur et de sa folie ? Non... L'espoir qui avait habité mon cœur s'était rapidement éteint, aussi vite qu'il s'était allumé. Car comme le volcan qui regroupe ses forces pour exploser, la colère de Gouki était de nouveau plus vivace et plus forte que jamais... Sans que je comprenne vraiment pourquoi ! Nous étions la même personne, mais j'arrivais pas à comprendre mon frère, pour la première fois de notre vie, je ne savais pas ce qu'il avait en tête...

Mais le temps qu'il se dispute avec une partie de lui, j'en avais profité pour amasser suffisamment de foudre dans mon bras pour pouvoir tenter de contrer son attaque ou du moins, limiter ses effets ! Car c'était ça que j'allais faire... Je n'avais aucune chance de le blesser, je ne voulais pas le blesser de tout façon. Le choc de mon éclair foudroyant et de son explosion galactique... J'espère que la puissance sera suffisante pour limiter ses conneries ! Puis, il s'était mis à hurler, crachant toute la haine qui lui rongeait le cœur... Alors ses créatures fantasques ont tant de place dans ton monde Gouki ? Tu n'arrives pas à justifier comment le monde avance sans eux ? Es-tu vraiment mon frère ? Au fond de mon cœur, en ce moment même, je me pose la question...

« - Essaie... Tu n'en as pas la force ! Tu l'as dis... Les dieux guident ta main ! Tu es tout seul, accepte le ! Il n'est pas encore trop tard pour arrêter... »

Mais j'avais l'impression de déplacer tout l'océan avec une petite tasse vide... C'était impossible de faire entendre raison à cet abrutie... Ainsi, il a avait décidé que ça se terminerait comme ça et bien soit ! Ses météores se dirigeaient implacablement vers moi ! Mais je n'avais pas dit mon dernier mot. Je n'étais pas heureux de combattre... Je ne voulais pas livrer ce combat, mais je n'avais pas le choix ! Ainsi-soit-il ! Posant mes appuis sur le sol, j'ai alors tendu mon bras droit, qui était étincellent et crépitant ! La technique était prête et je m'étais amélioré depuis l'île des crabes ! Elle avait fait des ravages dans les rangs des mouettes lors de l'attaque de l'île de Sayuki et elle allait me sauver la vie et j'espère... celle des autres avant que Gouki ne nous enfoncent tous dans cette folie !

Puis, j'ai relâché toute l’électricité d'un seul coup. Ainsi, c'est pratiquement deux-cent cinquante éclair en plus par rapport à ce qu'il avait pu voir l'île des crabes. Ils étaient enfin à leur plein potentiel de vitesse ainsi, on avait l'impression d'un flot de lumière continu, crépitant d'énergie ! Mais c'était encore difficile de conserver la puissance électrique dans ce genre de concentration rapide et terrible d'énergie. Mais j'y arriverai bientôt ! Ainsi, mes éclaires s'étaient tous dirigé vers les sphères de Gouki. Le clash des éléments et de la puissance des techniques étaient puissant. La chaleur avait encore augmenté et c'était de plus en plus dur à supporter. Le vieux avait vraiment du mal à respirer. L'assistante était en train d'essayer de le tirer loin de là et le vieux con n'avait pas bougé... Pauvre papa...

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Jeu 9 Mai - 21:07


    Le choc s'annonçait rude. Les jumeaux Kyookoo étaient presque un seul et même être, mais bien entendu, ils s'étaient déjà battus dans leur enfance. Une fois, Gouki avait fait la tête à son frère pendant longtemps (au moins deux jours), car ce vaurien de Ketsueki l'avait accusé d'avoir écrasé les plantations de Papy Hernan. Certes, c'est bien notre marcassin qui était tombé dedans, mais l'oisillon lui avait fait un croche-pattes! Et donc, c'est le petit Gouki qui avait été puni, condamné à la corvée de balayage pour deux semaines. Il en avait voulu à son frère, mais les deux s'étaient rabibochés quand Ketsueki lui avait ramené des fruits cueillis pendant que notre héros s'occupait de son tour de balayage. Et il y avait eu d'autres bagarres, mais à l'époque, nos héros n'étaient des pirates dotés de puissants pouvoirs Logia (ou du moins, ils ne s'en servaient pas), des hommes qui, s'ils se battaient sérieusement, pouvaient sérieusement changer la face d'une île. Maintenant, c'était lancé... Quinze météores aussi chauds que l'enfer se dirigeaient vers Ketsueki, et il y aurait sûrement d'importants dommages collatéraux... Valait-ce le coup? Se battre pour des chimères, c'est très humain comme conception. Gouki était-il resté enfermé dans un stade primaire qu'il luttait pour les dieux... Ou la situation de sa mère l'avait-elle plongé dans un état d’anxiété tel qu'il lui fallait une raison pour décharger sa frustration de ne pouvoir l'aider? En tous les cas, il échouait complètement: avec cette attaque stupide, sa mère risquait d'y passer.

    Peu importe, tant que Ketsueki disparaissait. Rayé de la surface de la terre. Ce que les œillères cachaient à notre héros, c'est qu' Hernan allait sûrement mourir aussi, car l' assistante ne parvenait pas à le tirer loin d'ici, et Raoh semblait dans un état de choc. Le capitaine des Sons tendit son bras crépitant, et déchargea une imposante volée d'éclairs, beaucoup plus que sur l'île du crabe. Son frère l'avait décidément dépassé... Où était la justice divine dans tout cela? Pourquoi les impies sont-ils toujours les plus forts? Bien qu'attendu, le choc des météores contre la foudre fut aveuglant et bruyant: un grondement résonna, suivi de crépitements. La température monta d'un cran, et pendant un instant, notre héros se retrouva dans le blanc le plus total, ses yeux rendus inutiles par autant de lumière. Pour quoi avait-il fait tout ça? Pour rien. Il n'y avait pas de dieux. Il n'aurait jamais pu effacer Ketsueki puisque tous deux avaient la même particularité: leur Logia. Les fruits hérités de Cortes, les pouvoirs protecteurs des "dieux"... Ha ha ha ha ha. Quelle idiotie tout ça. Sans le savoir, Gouki venait de risquer de tuer ses proches pour rien. Peut-être même qu'il l'avait fait. La vue lui revint progressivement: aucune trace de brûlure, rien. Le père des jumeaux était en bonne santé, Raoh respirait plus calmement et l'assistante retirait progressivement ses bras de son visage. Le Cahir resta bouche bée, bras ballants le long du corps, avant de lever lentement sa main gauche, comme pour saisir quelque chose.

    Un éclair blanc, un bruit de gifle, et Gouki avait la tête décalée sur la droite, et la joue rouge avant qu'il s'en rende compte. Devant lui... Sa mère?!


    ***

    Kikuko haletait bruyamment, son visage ruisselant de sueur. Certes, elle était plus petite que ses fils, et ils avaient leur pouvoir magique, mais le pouvoir de l'amour triomphait de tout. Sa main reposait encore en l'air, à côté du visage de Gouki. Son préféré... Un garçon en or, mais qui s'emportait parfois pour des bêtises. Elle inspira, et envoya une nouvelle gifle à son fils. Elle commença à hurler alors, jusqu'à s'en casser la voix, des larmes fendant sa peau pâle:

    - Gouki, espèce d'imbécile! Est-ce que tu te rends compte des bêtises que tu fais? Tu aurais pu nous tuer tous, tout ça pour des dieux? Où est passé mon fils intelligent, doux et calme? Je ne te revois pas pendant plusieurs années, et tu deviens un bœuf stupide! Je suis déçue, vraiment!

    Le visage de Gouki commença à trembler, et il éclata en sanglots. Les mots avaient dû lui faire plus mal que les gifles, sûrement. Kikuko aurait-elle la force d'infliger le même traitement à Ketsueki? Oui, elle le devait. Elle s'approcha de son autre fils, lentement, et lui envoya une gifle, tout aussi violente et pleine du pouvoir de l'amour. Il n'en aurait qu'une seule, car il n'était pas le fautif dans cette histoire. Elle commença alors à le gronder lui aussi:

    - Ketsueki, tu aurais dû savoir que ton frère ne pouvait pas être raisonné comme ça! Quand il est en colère, il réagit violemment aux stimuli... Enfin, heureusement que tu l'as arrêté... Merci, mon fils.

    Elle le saisit par l'oreille, et le tira jusqu'à Gouki. Ensuite, sur la pointe des pieds, elle saisit le cou de ses deux grands dadais et les serra contre elle, laissant libre court à ses larmes. Comme toujours très sentimental, le guerrier des flammes pleurait comme une éponge relâchant toute l'eau emmagasinée. Une issue heureuse.. Et son père commençait à se relever, tandis que son époux s'était joint au câlin collectif.

    ***

    Gouki pleurait, pleurait, pleurait. Il implorait le pardon de tout le monde, en particulier de son frère. S'il n'avait pas été là, ses météores auraient sans doute tout brûlé sur un cercle de plusieurs dizaines de mètres. Tout ça pour des dieux qui n'avaient pas bougé le petit doigt... Y en avait-il vraiment? Le questionnement viendrait plus tard.. Pour l'heure, il allait savourer le fait d'avoir réglé ses problèmes et continuait de pleurer, pleurer, pleurer, ses larmes coulant sur son visage à mesure que la joie remplissait à nouveau son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Kyookoo Ketsueki
Supernovas
Supernovas
avatar
Messages : 166
Points d'activités : 701
Premier Haki : Haou-shoku : la Couleur du Roi Conquérant (3/4)
Age : 24

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 959
Points de popula' [PP] : 888
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble... Jeu 23 Mai - 15:18

C'était maintenant le moment de confronté nos deux techniques les plus puissantes. Un choc que j'aurais vraiment aimé éviter. Mais maintenant, il était inéluctable. Enfin, il faut dire aussi dire que si le combat avait été sérieux, j'aurais visé une zone plus large, de façon à être sûr d'attendre mon adversaire, au moins un peu, le manque de précision de cette technique peut s'avérer très utile dans ce genre de situation, pour balayer un large périmètre ! Mais là, j'avais levé bras pour écraser tout les météores de mon frère. J'avais plus de puissance dans ma technique, je savais mieux me servir de mon fruit que lui. Mais là, je voulais balayer son attaque, l'empecher de nuire aux autres ! Je m'en serais sortie sans dommage, la vitesse de la foudre m'aurait aidé à m'échapper, mon logia m'aurait protéger ! Les deux vieux cons, la jolie assistante et surtout mère... Aucun d'eux n'avait ce genre de protection !

Je n'avais pas souvent eu l'occasion de me battre pour protéger quelque chose à vrai dire. La quasi-totalité de mes combats ont été égoïstes, au mieux, pour ma survie au pire, pour mon plaisir ! Là, je me battais pour protéger ma famille contre mon idiot de frère... Je me battais contre ses convictions stupide et dépassé... Un combat que je n'aurais jamais voulu mener ! Mais les choses sont faîtes et les dés sont maintenant jetés ! Un violent éclair blanc est naît du choc de nos deux techniques... La lumière et la chaleur étaient omniprésentes... C'était un peu comme se balader dans un monde différent, en dehors de son propre corps. Tout ce qu'on pouvait entendre c'était des crépitement électrique et des bruits visqueux de la lave... Le choc des deux sons n'était pas vraiment ragoutant, c'était comme faire exploser les bulles d'un marais qu'on peut voir dans l'eau croupis d'un marais, l'odeur en moins !

Doucement, la vu me revient... La chaleur commençait à se dissiper et tout le monde recouvrait la vue et c'est là que je l'ai vu... Entre toute, jamais je n'aurais pu me tromper ! Elle s'était levé, elle avait trouver la force, mais quel bande de fils indigne nous sommes, vraiment... Obligé de faire lever notre mère pour mettre fin à notre dispute ! Et claque ! Le bruit de la baffe, sûrement la pluis violente qu'il n'a jamais prise de sa vie à rompu le silence qui s'était imposé dans la zone, que seul le crépitement des flammes qui étaient naît ça et là venait troubler le silence qui avait de nouveau repris ses droit... On pouvait voir le sang sur son ventre... Mais ce n'était pas pour longtemps car de nouveau, le visage de mon frère avait fait pratiquement un tour sur lui même, le pouvoir de l'amour est terriblement puissant... Puis, elle avait pris la parole, d'une voix dans laquelle on pouvait facilement deviner toute sa souffrance, tant physique que morale, mais malgré tout sûr d'elle et puissante !

J'aurais préféré me prendre une centaine de baffe que d'avoir à entendre ça, c'était moi la déception familial, par Gouki... Comme ça devait être dur pour lui, il a toujours été plus proche d'elle... Et ça n'a pas manquait, elle s'était écroulé, en larme... J'avais commencé à esquisser un mouvement vers lui, mais elle était devant moi, m’empêchant de bouger... Puis c'était à mon tour d'être victime du pouvoir de l'amour... J'ai baissé la tête, je ne pouvais rien faire d'autre... J'avais empêcher le sanglier de charger inutilement, c'était suffisant ! Par contre, j'aurais préféré allé vers Gouki autrement que traîné par l'oreille, mais on ne dit pas non à sa mère. Gouki était en train de couiner et entre deux crises de larme, on entendait qu'il essayait de d'excuser. J'ai alors gratifié mon frère d'une petite tape derrière la tête.

« - Ça me fait une victoire de plus ! »

Puis, après, j'ai fait un petit clin d'oeil à Gouki. Le très vieux con avait esquissé un sourir furtif avant de reprendre sa mine de vieux chieur ! On allait en entendre parler pendant un moment et j'en connais un qui va être bon pour des heures et des heures et des heures de méditations, de potions dégelasse et d'herbe chamanique... J'irais peut être dire bonjour pendant les séances sur les herbes ! Et j'en prendrais un peu et j'irais initier Igaku et Ace aux beauté du chamanisme et peut être le clodo tiens... La tempête avait soufflé, le clame était revenu et tout était déjà pardonné !

_____________________________________________________


Merci à James pour l'avatar <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Quand le ciel se trouble...

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Quand le ciel se trouble...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Autres Iles de South Blue-