AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Sam 20 Avr - 5:23

A venir


Dernière édition par Oni N. Asura le Sam 28 Déc - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Dim 21 Avr - 5:04

Pirate. Pirate. Un mot que je me plaisais à répéter à longueur de journée pour tenter de m'en imprégner le plus possible. J'étais devenu une hors-la-loi. Une flibustière, bachibouzouk et plein d'autres noms moins galants. Oni, mon capitaine, ça aussi fallait que je m'y fasse, m'avait ouvert un monde nouveau. Il avait été celui qui avait cassé les portes de ma timidité, m'assurant un tout nouvel univers où je serais libre d'enfin agir comme bon me semblerait, avec qui je voulais et quand je le voudrais. Ce qui fait que, pour un temps, je gardais toujours un sourire joyeux sur les lèvres. C'était assez rare pour être noté vu qu'en général je finis par m’énerver assez vite et tabasser tout ce qui passe.

Il m'avait promis des aventures excitantes et des adversaires de valeur. Je l'avais cru sur parole même si les jours suivantes m'avaient laissé entrevoir une face moins digne de confiance du bonhomme. L'idée d'aller naviguer sans plan ni boussole par exemple. Après notre petite entrevue sur Orange, il m'avait emmené faire la connaissance de Kira, l'un de mes désormais nakamas. Un petit gars bizarre mais sympa. Bien vite, il fut chargé d'aller nous chercher les outils nécessaires pour aller sur Grand Line.

Grand Line. Un nom qui ne me dit pas grand-chose. Tout juste j'appris par la suite qu'on surnommait cette étendue d'eau le « cimetière des pirates ». De quoi faire battre mon cœur. Un défi lancé à mon âme. Intérieurement j'avais brandi mon doigt en insulte à tous ceux présent sur cette mer, oc »an, cours d'eau, qu'importe. Personne ne m'enterrerait. PERSONNE ! J'allais venir et leur botter le cul vite fait, bien fait. Mais pour ça, il fallait un navire d'après le Taisho. Pour moi, on n'avait qu'à y aller et les défoncer. Point. Mais selon l'homme aux cheveux de jade, un nakama devait écouter son capitaine. Je fis donc avec.

Nous avions donc navigué jusqu'à une zone gelé. À vrai dire nous avions navigué longtemps et je me disais qu'on allait finir par crever de faim, excepté quelques autres navires passants non loin. Simple navire de plaisance ou de commerce que nous n'avions pas hésité à piller pour ramener vivre et souvenirs heureux. Toujours est-il que nous continuâmes notre chemin jusqu'à apercevoir cette masse informe et menaçante au loin. Il faisait carrément froid à cet instant et bientôt la température chuta en dessous de zéro. On se les gelait sur place, et la seule façon de se réchauffer était... de boire. Beaucoup. Autant dire que le navire avança de manière très bizarrement par la suite. Heureusement pour nous, notre resserve d'alcool fini avant que l'on arrive au bout de notre parcourt.

-Un pont ?

Un pont gigantesque qui s'étendait à doute comme à gauche, bouchant même l'horizon. Aucune île à côté même si c'était logique qu'il dût relier deux lopins de terre. Je n'avais pas été très motivé à l'idée d'escalader l'ensemble, surtout vu le temps et la neige qui ne s’arrêtait pas de tomber mais encore une fois, je me décidais à écouter le capitaine. On aurait pu croire que la situation d'obéir à la tête d'algue me dérangeait pas étrangement, pas tant que ça. D'une certaine façon, il me bottait le cul quand il me fallait, me poussant encore et encore. Arrivé en haut, c'est à court de souffle et les jambes tremblantes, de froids et d'effort que je me laissais tomber sur le sol enneigé. Heureusement pour nous, personne ne sembla dans les environs.

-Pourquoi y a personne ?

C'était particulièrement étrange d'ailleurs. Il n'y avait pas juste personne dans les environs mais à perte de vue. Aucun navire. Aucun passant. Juste diverses baraques recouvertes de neige. Des débris plus qu'autre chose. Certains semblaient même sur le point de s'effondrer sous le poids de leurs manteaux blancs. Le bou t'chou me servant de capitaine répondit rapidement à mes interrogations. Tequila Wolf donc. Voilà un pays bizarre. Quelle idée de faire un pont reliant toutes les îles du monde ? Enfin, si, en théorie, ce n'était pas bête. En pratique, c'était un travail ahurissant. Pas étonnants qu'après sept cents ans, ils ne l'eussent toujours pas terminé. Nous avions donc supposé qu'en continuant d'un côté nous trouverions de la populace. Soit les fameux prisonniers ouvriers, soit l'île originale. Aussi nous avions choisi au pif. Remontant vers l'Est, nous avions eu beau fouiller les bâtiments restants, il n'y avait que des outils brisés et déchets sans intérêt. Notre petit parcourt dura près d'une heure avant que, tout doucement, nous commencions à entendre des bruits dans le lointain.

Pendant quelque temps, nous crurent être les jouets du vent, prenant nos espoirs pour des réalités. Dans ce froid, cette solitude, tu en viens vite à prier pour de la compagnie humaine. L'idée de recruter des nakamas avait même totalement disparu de mon esprit. Pensons déjà survivre avant de se faire des amis. La tempête de neige se mit à encore augmenter en puissance alors que nous commencions à observer des lumières plus loin. Obliger à avancer en se propageant, presque à l'aveuglette, nous n'avions pas vu arriver une jeune fille en plein sur nous. De fait, elle envoya Oni et moi s'étaler dans le sol trempé. Mon capitaine prit la parole en premier mais je fus celle qui gueula le plus fort.

-REGARDE OÙ TU VAS BORDEL !!!!


J'avais crié ma colère, me relevant d'un coup et agrippant la nouvelle arrivée sans même y penser. Le col de son manteau dans ma main gelée, je le serrais avec moins de force que je ne le voulais, manquant de sensation au bout de mes doigts. Passèrent quelques secondes où mon esprit ne fit que fureur et affront puis, mon cerveau se remit à marcher, me rappelant les derniers instants écoulés.

-Ouais donc t'es qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 12
Points d'activités : 76
Age : 29

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 70
Points de popula' [PP] : 72
Divers:
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Mer 24 Avr - 12:09




TEQUILA WOLF





Résumé des faits précédents

Kazuma a été arrêté après avoir participé à des combats et des paris illégaux à Logue Town. Il a été conduit sur Tequila Wolf, pour y effectuer des travaux forcés. Nezumi sait peu de choses sur l’endroit si ce n’est que peu importe le crime qui les y conduit, personne ne quitte Tequila Wolf. Elle décide donc de tenter de se rapprocher de son frère, quitte à devoir faire dans l’illégale pour lui permettre de s’enfuir. Elle se fait embaucher sous un faux nom parmi les civils volontaires travaillant sur place.







* mais qu’est-ce que je fou là… qu’est ce qui m’a pris de répondre à cette offre d’emploi…*

Après le départ de son frère, Nezumi avait fait le tour de la ville à la recherche d’informations sur Tequila Wolf. Kazuma était la seule famille qui lui restait, elle ne pouvait pas le laisser finir ses jours dans un bagne du gouvernement. C’était au-dessus de ses forces. Elle avait beau être quelqu’un de réfléchi, ne jamais rien faire sans avoir longuement pesé le pour et le contre, elle avait suivi son instinct plutôt que sa raison.
Il y avait cette annonce. Ils cherchaient quelqu’un de compétant pour les repas des officiers sur Tequila Wolf. Les prisonniers étaient mis à contributions pour les repas, mais les officiers… il leur fallait de vrais cuisiniers. Elle avait passé son adolescence à cuisiner pour elle et son frère, puis pour Orthon quand le vieil homme avait commencé à fatiguer. Elle savait que nourrir une centaine de personne n’était pas du même niveau que de nourrir une seule petite famille, mais… elle se devait de tenter sa chance. Un job en cuisine, c’était la seule chose qu’elle pouvait faire là-bas. La seule couverture possible pour elle. Le seul moyen de se rapprocher de Kazuma et de chercher un moyen de le sortir de là.

A son arrivée au pont, elle fut tout d’abord saisie par la taille du chantier. C’était un projet gargantuesque. Mais très vite, elle fut prise de nausées. Les conditions de travails, le nombre de prisonniers trop jeunes, ou trop vieux pour effectuer leurs taches…


* c’est inhumain…comment peut-on forcer ces gens à bâtir ce pont ridicule…à quoi ça va servir d’abord ? est-ce que ça sera jamais terminé un jour ?....inhumain…*

Puis elle fut prise de panique.

*Kazuma…*

La vision qui lui traversa l’esprit lui retourna l’estomac. Son frère, son petit frère, celui qu’elle s’était juré de protéger, était là quelque part. Au milieu de ces prisonniers travaillant dans d’atroces conditions, il y avait la personne qu’elle chérissait le plus au monde. Un des hommes qui guidaient les employés volontaires, ceux comme elle qui étaient venu ici de leur plein grès chercher un travail facile, un de ces marines se moqua d’elle.


- Allons ma belle tu croyais que c’était quoi ici ? Un camp de vacances ? Si les voir bosser comme ça, ça te met dans cet état, tu devrais reprendre la navette dès maintenant.

Mais elle n’avait pas le choix. Elle savait qu’elle devait faire profil bas, ne pas se faire remarquer pour mieux chercher une solution dans l’ombre. Alors elle s’était tournée vers lui et lui avait lancé un regard aguicheur.

- Ma belle tu dis ? C’est justement ce qui me dérange ici…pas un homme à mon gout.

*…un beau sourire et les bons mots… si Kazuma arrive à manipuler les filles de cette façon, je devrais pouvoir m’en servir aussi…après tout…je suis pas plus laide qu’une autre…ni plus stupide*

Le marine avait rougit puis leur avait montré à elle et aux trois autres qui étaient arrivés par la même navette les baraquements réservés aux civils. C’était loin d’être le confort parfait, mais comparé aux conditions de vie des prisonniers, c’était déjà Byzance. Les civils qui venaient travailler ici ne restaient généralement pas longtemps, cinq ou six mois, parfois moins, ainsi les installations n’étaient pas pensées pour du long terme.

Le travail aux cuisines était finalement plus simple que ce qu’elle aurait pensé. Ils étaient quatre, un homme et trois femmes. Les filles faisaient un roulement entre le service et la préparation, ce qui lui permettait de tendre l’oreille à l’affut des infos dont elle avait besoin.
Elle profitait aussi de l’obscurité de la nuit, obscurité renforcée par le brouillard et la neige, pour revêtir sa forme animale et chercher des traces de son frère. Si elle avait été vue ainsi… s’il était courant de voir passer des rats ici, voir un rongeur de la taille d’un gros chien l’était déjà beaucoup moins. Mais pour le moment personne ne semblait avoir remarqué cet étrange animal. Nezumi avait eu du mal à se faire à ses nouvelles capacités mais elle avait fini par y trouver un intérêt. En effet, elle s’était vite rendu compte que sous cette forme, la moindre odeur était simple à identifier puis suivre. Seulement le problème c’est qu’il y avait bien trop de monde ici, bien trop d’odeurs…transpiration, sang, déchets alimentaires ou non…elle manquait d’entrainement.
Les jours passants, elle avait finit par découvrir dans quel bloc était son frère, elle l’avait même aperçu de loin. Il avait l’air de tenir le coup. Ca l’avait rassurée, mais elle ne pouvait toujours pas s’approcher de lui. Encore moins l’aider à s’enfuir.


*…patience…*

Ce jour-là, elle avait du temps libre. Comme chaque jour, il neigeait, il neigeait même beaucoup, c’était une belle tempête. Elle décida de profiter du camouflage que lui offrirait le temps pour tester sas capacités dans un autre domaine.

*dans le pire des cas, ils verront une ombre…si je n’y arrive pas là avec cette purée de poids, c’est même pas la peine d’essayer de le sortir de là….*

Ainsi elle était sortie sous sa forme hybride, plus rapide, plus agile. Elle avait couru entre les bâtiments en essayant d’âtre le plus discrète possible, le plus rapide… Mais elle se stressait tellement de pouvoir être vue ainsi qu’elle ne regardait pas vraiment devant elle. C’était surtout sur les postes de gardes qu’elle gardait un œil.

*toujours pas repérée… je pourrais peut être récupérer une clef des baraquements du bloc de Kazuma….c’est un début de plan et…*

Comme elle était perdue dans ses pensées, elle ne vit pas l’homme et la femme qui avançaient vers elle. Et ce qui devait arriver arriva…elle les percuta de plein fouet. Elle eut juste le temps de reprendre son apparence humaine.

- Qui es-tu ?

-REGARDE OÙ TU VAS BORDEL !!!!

La fille avait hurlé.

-Ouais donc t'es qui ?

Elle tendit la main pour les aider à se relever. Des civils. C’était simple à deviner…ils ne portaient pas d’uniforme, ni celui de la marine, ni celui imposé aux prisonniers. Le mieux était de leur répondre le plus vaguement possible, au cas où.

- Désolée... je suis Nezumi Fu...Takeda...Nezumi Takeda, je bosse aux messes…je veux dire… je suis civil volontaire, je travaille aux cuisines.

*merde…j'ai faillit donner mon vrai nom….si quelqu'un se rend compte que j'ai de la famille parmi les prisonniers ça va être la cata*

Elle essaya de paraitre le moins gênée et le moins louche possible, mais elle savait bien que c’était complètement foiré.

- Je vous avais encore jamais vu par ici…je…et puis qu’est-ce que vous faites dehors par ce temps ? Vous devriez faire attention, certains septiques pourraient penser que vous cherchez des ennuis…

*…heu…je suis dehors aussi non… et j’ai aucune explication logique à fournir en plus….*




(c) mise en forme roleplay par Never-Utopia édité par Nezumi





Dernière édition par Nezumi Fujiro le Mar 30 Avr - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Sam 27 Avr - 14:28

A venir


Dernière édition par Oni N. Asura le Sam 28 Déc - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 12
Points d'activités : 76
Age : 29

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 70
Points de popula' [PP] : 72
Divers:
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Mar 7 Mai - 13:30






Il ne lui répondit pas tout de suite. Il parcourait les environs du regard, comme s’il cherchait quelque chose. Nezumi le trouvait étrange. Il était étrange, physiquement parlant, ça on ne pouvait le nier. Un homme avec une queue et des cheveux verts… Mais après tout, n’avait-elle pas elle-même une paire d’ailes, certes discrètes, dans le dos ? Peut-être venait-il d’une île à part, où tous naitraient ainsi…. Peut-être était-il lui aussi utilisateur de fruit du démon… Ou peut-être était-ce autre chose….
Quant à la fille qui l’accompagnait, c’était une petite blonde à priori tout à fait normale. Elle était nerveuse, certes, mais Nezumi la trouvait bien moins étrange que lui.
Il n’était pas seulement physiquement bizarre, il agissait aussi de façon peut courante. Il lorgnait les portes séparant les bâtiments civils des baraquements de la prison. Il avait un regard lubrique assez inquiétant qui fit faire une moue écœurée à la jeune femme. Cet homme était vraiment étrange. Il finit par reporter son attention sur elle et répondre à ses questions.


-Heuu… Ne vous inquiétez pas pour nous, les ennuie ça nous connait.
La réponse n’étonna pas vraiment Nezumi. Il avait en effet l’air d’être le genre de personne à s’attirer rapidement des problèmes. Cette dégaine nonchalante, ce regard de travers…

-Moi c’est Oni N. Asura et la petite nerveuse qui est à côté de moi, c’est Kate. Dis-moi, si tu travailles ici, tu connaitrais bien un bar où on pourrait se poser. J’aurais quelque question à te poser sur cet endroit. Plus particulièrement sur la prison. Nous sommes pi… heu journaliste. Enfin, si tu as le temps.

Nezumi resta quoi…

*un bar… ce mec cherche réellement un bar ici ou il se paye ma tête ?*

En revanche, le fait qu’il se dise journaliste attira l’attention de la jeune femme. Un journaliste, ça aime fourrer son nez partout, ça se pose des questions, ça cherche et surtout ça publie. Non pas qu’elle comptait attendre les retombées qu’auraient un papier sur les conditions des prisonniers sur Tequila Wolf. Non. D’une part ça aurait pris bien trop de temps avant de faire de l’effet, et d’autre part….ça n’aurait de toutes façons probablement aucun effet. Un paquet de gens avaient déjà essayé de dénoncer l’absurdité du projet, et rien n’avait encore aboutit jusqu’ici.
Non elle comptait plutôt sur la diversion que cela pouvait créer. La plupart des officiers travaillant ici ne n’aimeraient pas l’éventualité que leur nom soit souillé par un mauvais article.
C’était une occasion à saisir, filer quelques tuyaux à ce type et sa copine pour se créer des opportunités d’actions et peut être voir son frère libre.

Elle cherchait un truc à lui répondre mais deux gardes qui s’inquiétaient de les voir stagner si prêt des portes leur firent signe de circuler puis s’impatientèrent en leur demandant plus sèchement. Ce n’était pas le moment de risquer de perdre son job. Pas là qu’elle avait potentiellement trouvé des alliés.


-Faut pas qu’on reste là, on va avoir des problèmes sinon, ils plaisantent pas avec la sécurité et je ne veux pas passer de l’autre côté de cette porte. Y a pas vraiment de bar ici, mais y a une salle commune pour les civils. On sera au moins au chaud.

Elle leur indiqua le chemin d’un signe de tête. La blonde partit devant et elle lui emboita le pas. Elle insista auprès d’Oni N. Asura pour qu’il les suive et lâche la porte et les gardes du regard. Ils ne devaient pas s’attarder ici, c’était vraiment une mauvaise idée.
Elle espérait vraiment avoir trouvé une aide, aussi infime dusse-t-elle être au final, pour aider son frère. Mais elle restait méfiante, c’était trop beau pour être vrai, et ces deux-là semblaient cacher le véritable but de leur venue ici. Elle devait rester prudente pour éviter de se retrouver enfermée elle aussi. Car qui viendrait les chercher, Kazuma et elle, si ils se retrouvaient tous deux coincés ici ?


*Kazuma…tient bon…. J’arrive….*

Elle les conduisit donc au baraquement où se trouvait la salle commune des travailleurs civils. Comme le vent s'était calmé et qu'on voyait de nouveau le sol, elle remarqua quelques une des traces qu'elle avait précédemment laissé dans la neige. Des traces de pas....de pattes... Elle ne put retenir un sourire en imaginant la réactions des gardes en les voyant. Elle avait courut tantôt sur ses pieds, tantôt à quatre pattes. Ils allaient se payer quelques cauchemars ou mettre ça sur le compte de l'alcool qu'ils consommaient en cachettes quand les rondes étaient trop longues.
Ils finirent par arriver à la battisse destinée à servir de refuge avec un semblant de civilisation pour éviter aux civils de devenir complétement dingues. Ils s'installèrent à une table dans un coin et elle alla chercher trois verres et une bouteille. Ce n’était pas la meilleure boisson du monde, mais c’était la seule chose qu’on pouvait s’acheter ici avec le salaire qu’on leur donnait. En fait c’était surtout la seule chose qu'on trouvait sans avoir besoin de demander aux marines faisant l’allée retour avec d'autres iles, de faire le transport. c'était surtout ça qui coutait cher, leur demander des services. Même si elle arrivait à jouer de son sourire pour obtenir quelques avantages. Cette bouteille par exemple, elle ne l'avait pas payée, elle avait simplement sourit et promit à un sous officier d'être son porte bonheur lors d'une partie de cartes. Elle avait passé la soirée à s'ennuyer, debout derrière lui, et il avait un peu moins perdu que d'habitude. Il lui avait offert la bouteille pour la remercier et avait tenter de terminer la nuit avec elle, elle avait su le repousser subtilement.
C'était aussi une des raisons pour lesquelles elle avait hâte d'en finir, de voir Kazuma dehors saint et sauf et de fuir cet endroit. Elle ne supportait plus d'avoir à jouer ce jeun cette hypocrisie malsaine permanente.

En repensant à ces derniers jours, Nezumi laissa échapper un soupir. Elle leur remplit chacun un verre et se servit le sien.


-Je vous écoute, de quel genre d’infos vous avez besoin?




(c) mise en forme roleplay par Never-Utopia édité par Nezumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuma Fujiro
Moussaillon
Moussaillon
avatar
Messages : 14
Points d'activités : 96
Age : 26
Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 45
Points de popula' [PP] : 44
Divers:
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami] Mar 14 Mai - 13:29



Jail Song is boring


Day 1

Je me réveil au bruit de l'eau. Le bateau tangue. Ma tête rebondis légèrement sur le bois qui me protège de la noyade. Mes poignets me font mal. Ecchymosés , ankylosés, quelques perles de sang séchées autour des plaies que provoque les menottes. J'ai la bouche pâteuse. Comme un lendemain de cuite. Mais là, c'est la chaleur qui règne dans cette cale de bateau qui m'attire vers une mort par suffocation. Je n'arrive pas à me souvenir si c'est le sommeil ou une simple perte de connaissance qui m’amène à me réveiller. Je ne serais dire combien de temps à durer le voyage. Dans tout les cas, je n'ai pas hâte de sortir. En écoutant les peu de conversation qui avaient eu court durant la traversée, j'allais bien à Tequila Wolf. Mais loin d'être un bar, c'était un ensemble d'ile où était basé une prison de la Marine. Un projet fou de rallier toutes les iles du monde et une bonne excuse pour massacrer mon avenir.

Le bateau s’immobilise. Le chef des gardes nous hurle dessus de monter sur le pont pour débarquer, et avec un sourire sadique, il nous dis de profiter du séjour. Dès l'ouverture de la porte de la cale, je réalise que j'arrive en enfer. Mais pas l'enfer où il fait chaud. Non. L'enfer du froid. Encore dans la tenu de mon arrestation, c'est à dire torse nu, je sors sur le pont où tombe en rafale une neige drue. Un vent à vous faire figer les articulations s'infiltre jusque sous ma peau. Je n'avais jamais connu le froid de ma vie. Mon Ile de naissance profite d'un climat assez clément. Et Logue Town qui ... Finalement ne m'aura connu qu'une poignée de jours, était du même acabits. Ici, je connais mes premières sueurs froides.

Le temps passe vite, on nous compte, on nous donne un uniforme plus chaud, on nous désigne un bâtiment, un partenaire de travaux. Pourquoi ? Simple. Si l'un ne fait pas le travail les deux prennes. Un bon système de motivation. Sauf quand comme moi, on en a rien à foutre de son sort et de celui de notre partenaire. Malheureusement pour lui, je tombe avec un ancien du nom de Io. Son ancien partenaire était un vieil homme mort en travaillant. Avant de dormir, il me montra où prendre notre ration quotidienne de repas. Une bouillis de blé infâme. Je refusa gentiment de manger ça en demandant du bacon ... avec mon éternel air d’insolence. Tout ce dont j'ai eut le droit en plus c'est une bonne bouffe dans la tronche et sans moyen de répliquer. Le soir venu, je m'enferme dans un mutisme pendant que Io pense mes blessures. Demain il faudra commencer le travail.


Day 2

Je ne m'habitue pas vraiment au froid. J'ai des engelure. J'ai mal aux mains. Travail de dingue. Pour le moment tout ce qu'on nous demande c'est creuser. Mais Io le sait. Il me l'a dit. Dans une vingtaine de jours, on passera à la soudure. C'est dans ces périodes que beaucoup de prisonniers mourraient. Mais vous savez ce qui me met hors de moi ? Voir qui sont les prisonniers. Bon, je l'admets, une majorité sont des ordures du genre qui ont été enfermer en même temps que moi. Mais certain sont des vieillards ou des gosses. Io m'explique. Les vieillards sont des rares qui ont survécu à des années de prison et les petits sont des enfants de forcenés. Mais pourquoi les traiter comme criminel ? Simplement parce qu'il ne savent pas quoi faire d'eux. Je suis étonner de la cruauté de leurs parents. Mettre un enfant au monde dans de tel condition ? ... Il faut être abjecte.

Dans mon malheur, j'ai de la chance. J'ai Io. C'est un chouette gars. Même si c'est un véritable poltron qu'il n'a aucune ambition et qu'il est exaspérant à souhait, il est incroyablement gentil avec moi. Il est capable de prouesses. Il a manger une fruit du démon avant d’atterrir ici. Une fois, je l'ai traité d'idiot. Pourquoi est-il encore là s'il possède des pouvoirs. Il m'offre une pomme. Je ne comprends pas tout de suite. Puis je plonge dans le désespoir voyant mon outil de fuite partir en fumée. Oui ... Second jour et je cherche déjà à m'enfuir. Impossible de rester ici. Je préfère encore être abattu en essayant de partir.



Day 8

Je pleure. Je pleure avec Io inconscient contre mon flanc. Je pleure. Je suis stupide. Je fais du mal aux gens et pourquoi ? Par orgueil.

Voilà quelques jours avec Io. Le travail est fatiguant, les condition de vie abominable mais je sais que ce ne sera bon qu'un temps. Alors je profite de mon temps avec le jeune homme. Son optimiste instopable malgré une vie des plus cruel avec lui, le rend assez attachant. Je sais que je le regretterais une fois partit. Oui. C'est aujourd'hui que je m'en vais. On travail proche du pont maintenant. Il y a peut de gardes mais beaucoup de bagnards. Ce sera d'une simplicité enfantine. D'une simplicité qui me trouble. Pourquoi tout le onde ne fait pas pareil ?

Dis Io. Tu ferais quoi de ta vie si tu retrouvais ta liberté ?

Pelle à la main, il la plante dans le sol et me sourit.

Mon Zouzou, je n'en sais vraiment rien. J'ai toujours connu l'enfermement ... Alors bon. Si j'étais vraiment libre, je serais un peu perdu. Pour ça que je me dis que rester ici c'est par forcement l'enfer. La bande de Pirate enfermé ici avec moi était de vrai bourreau avec moi. J'en étais à penser que j'aurais mieux fait d'être exécuter comme prévu à la base.

Il ne lâcha pas son sourire malgré les paroles dures qu'il prononçait. Moi, une moue dubitative accrocher au visage, je me demandais ce qui me faisait l'apprécier. C'est peut-être juste les fruits qu'il me fournit qui me plaise ... J'en sais rien. Je reprends le travail. Deux gardes discute prêt du pont empêchant mon plan impossible pour le moment. Je guette une occasion. L'un d'eux hurle sur Io de reprendre le travail. Il s'exécute. Puis, un temps plus tard, une bagarre se déclare un peu plus bas. L'un des participants n'est autre que le mec qui avait démonter son adversaire à coup de chaise dans l’entrepôt. Je profite de l'occasion. Je cours vers le pont. Le bruit de chaine est assourdissant. Io hurle, je comprends pas ce qu'il me dit. Peut-être adieu. Car c'est un adieu. Je vois d'autre gardes courir vers moi. C'est le moment, je saute à l'eau.

Quand je reprend conscience, je tremble de tout mon être. Io est au dessus de moi. On est dans notre case. Il m'entoure de tout le linge disponible. Je me rend compte que je suis nu. Mon uniforme trempé est en train de durcir au froid un peu plus loin. Quel idiot. J'aurais du réfléchir. L'eau glacée. Le froid ... et où aller. Voilà pourquoi on était à peine surveiller. Où fuir ? J'essaie de bouger.

Tu bouges, je t’assommes. T'es en hypothermie crétin !
Je dois ... me barrer d'ici !

A ce moment précis, le garde en chef et quatre de ses subordonnés rentre dans la pièce. Io se met entre eux et moi.

On est là pour lui. Il doit s'en souvenir. Casses-toi petit

Il écarte les bras pour leur barrer la route.

Vous oubliez le principe des punitions ? Je suis son partenaire. Je suis sensé prendre pour lui non ? Foutez lui la paix !
Très bien gamin. Comme tu voudras.
NOOOON !

Je me prends un coup sur la tempe. Impossible à dire s'il vient d'un garde où d'Io. Je perd connaissance. A mon réveil, il est là. Roué de coups. Au sol. Inconscient. Je hurle. Les larmes perles sur mon visage. Je le prend dans mes bras. Pourquoi ? Pourquoi à-t-il fait ça ? Je répète cette question en boucle. Je m'excuse mille ... un millions de fois. Je finis par m'assoupir.


Day 15

Je m'essuie le front et regarde Io. Trois jours avant la soudure. J'ai un peu peur maintenant. Je le vois. Il a mal. Il a encore mal aux cotes. Un pincement au cœur, je lui envoie un sourire. Depuis ma tentative de fuite infructueuse, je me tiens plus que jamais à carreau. Lui, toujours éternel optimisme n'a jamais su me dire pourquoi il avait fait ça. Depuis, je cherche à ne plus lui infliger ça. Si je dois fuir, je dois être certain de réussir et qu'il vienne avec moi. Je m'interdit de lui refaire du mal.

Il y a quelques jours, j'ai cru voir ma sœur. Mais ce n'est pas possible. Qu'est-ce qu'elle ferait ici ? Impossible pour elle de finir criminel. C'est une bien trop belle perle. J’espère qu'aujourd'hui elle s'en sort. Qu'elle s'en sort sans moi. Je sais maintenant ce qu'elle ressens. Maintenant que je me comporte avec Io comme un grand frère. Enfin, je crois. Je le protège. Je passe le plus clair de mon temps avec lui. Même pendant les temps libres. Je me suis vraiment attaché à lui. Avec lui au creux de mes bras chaque nuits, je rêve de partir et de voyager.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami]

Revenir en haut Aller en bas

Les Midorigamis passent à l'action ! [pv les midorigami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Tequila Wolf-