AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Entretien d'embauche [PV : Ellana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Lun 22 Avr - 22:44




Le nouvel arrivant !
____________________________________________



Prosterne toi !
Danse !
Rêve !
Come to us
I could be good
Come to us
Enjoy the blue
So, be with us
And feel the sound


[Sébastien Tellier -- Cochon Ville]


Mais qui était ce Sébastien Tellier ? Peut être la " Maman " d'un autre monde qui aurait découvert la pop du futur. Ah, les rêves bleus. Cellle-ci était la onzième mixture que je venais de boire, niché sur un canapé d'une cabine grand luxe du navire qui m'amenait à Enies Lobby. Mon escorte était composé de hauts fonctionnaires. Et j'avais profité de l'absence de on hôte pour consommer mes petits déclices comme je les nommait. J'avais fait pousser quelques champipis, des petits champignons bleus qui avaient la propriété de donner des hallucinations et de rendre addict quiconque en fumait ou en buvait. Pour ma part, cette-fois çi ce fut sous forme de bouillon que j'ingérai ce petit bijou. D'ordinaire je les réduisait en poudre puis les transformait en une petite pâte verdâtre que je bourrai dans une pipe à opium avant de fumer. En tout cas, on état euphorique me berçait légèrement, puisque je sombrai dans un délire où tout était devenu bleu. Même un papillon à tête d'oiseau vint se poser de ma main, impossible de dire s'il était réel ou non. Il fallait une autre dose. Je posai ma main sur le canapé, trois petits champipis poussèrent. Je les déracinait, les émiettai au maximu, puis versai de l'eau dans ma main qui contenait le broyat du produit avant de malaxer le tout. La pâte était prête, je sortis ma pipe à opium qui fut remplie à ras bord de " champipâte ". Puis j'allumai, et aspirai une grande bouffée. Les vapeurs envahirent mon esprit, de la brûme s'échappait de la pipe, dansant sous mes yeux. C'était beau ... Tout devint beaucoup plus bleu qu'à l'ordinaire. J'étais satisfait. La porte de la cabine s'ouvrit, mon accompagnateur officiel se mit à secouer l'air ambiant de sa main en se bouchant le nez.


" Pouah ! Mais quelle odeur insupportable ! La rumeur disait vrai, vous n'êtes pas en reste en ce qui concerne votre " part d'ombre " ! Et puis d'abord quel genre d'homme pourrait être en bonne santé après autant d'excès ? Je me demande comment vos anciens collègues faisaient pour vous supporter au quotidien. "


" Gwo ho ho ho ! Je faisais partager tout naturellement, cher Bradiflor. Et d'ailleurs je ne vous cache pas que j'allais vous proposer une petite potion de champipi ou une petite inhalation de champipâte pour donner du courage. Mais je crains que votre puritanisme n'entrave une potentielle sincère complaisance vers un rêve bleu ! Ce rêve bleu ... Je n'y crois pas, c'est merveilleux ... Allons, chantons monsieur Frigide ! Gwo ho ho ho ! Et puis je peux supporter toutes les drogues étant donné que je suis un lutin, et la nature magique des lutins est tout à fait formidable puisqu'elle est à l'épreuve de tous les effets néfastes des stupéfiants. "

" Un lutin magique ? Cette théorie vaseuse est peu crédible ... Je ne vois pas pourquoi le gouvernement tient à vous faire intégrer le CP9, c'est tout à fait ridicule. Vous passez votre temps à vous droguer, à rigoler et ... "

" ... A tuer. Parlons plus sérieusement, Bradiflor. Vous avez devant vous que la face imergée de l'iceberg. Vous vous cantonnez trop aux apparences, ce qui est une grossière erreur. Et pourtant vous m'avez tout l'air d'être un savant. Faites fonctionner vos méninges, et prenez garde à ce pied géant qui vous menace dans votre dos. Le CP9 jouit du permis de tue au nom de la Justice de l'Ombre. Je n'ai jamais été vraiment porté par des idéologies de justice ou autres âneries de ce genre. J'apprécie simplement la vie que je mène au sein du Gouvernement Mondial. Le monde actuel ne me fait pas spécialement vomir, je le trouve au contraire sauvage et excitant. Toutes ces âmes qui pululent sont à la fois grossières et touchantes, ne trouvez-vous donc pas ? AAAH, UN BILBOQUET ! Excusez-moi, les effets de la champipâte sont plus violents que eux de la potion. Tout ce qui compte c'est l'action et la récompense à la clé. Cette directrice, Ellana Shiwara, quel genre de personne est-ce ? "

" Je ne sais que très peu de choses à son sujet si ce n'est qu'elle est une amie de longue date à l'Amiral en Chef actuel, Byakuya Makkura. Autrement dit, une grande pointure, elle ne se laissera pas faire par votre arrogance, du moins je l'éspère. Et pour l'amour du ciel, eteignez cette pipe ! "

" Ca alors ... J'aurais juré que cette commode s'était transformée en orang-outang bleu à l'instant même ... Hors de question que j'éteigne ma chère pipe. De toute façon, c'est soit l'odeur de la champipâte, soit l'odeur du gros tabac que je me plais à fumer également. J'adore particulièrement les cigares. Ils me rappellent mon père adoptif d'une certaine façon. Ouvrez la fenêtre si le parfum vous accomode à ce point. Quelle petite nature vous faites ! Heureusement pour moi que j'apprécie toutes sortes d'odeurs .. Sauf le caca et le vomi bien évidemment. Une fois de plus, c'est sûrement grâce à mes capacités de lutin magique. "

" Mais vous n'êtes pas un lutin magique ... "


Quel imbécile celui-là. Si je n'étais pas un lutin magique, qu'étais-je ? Il y a deux sortes de gars dans la vie : les humains, et les lutins magiques. C'est bien connu.Une fois qu'il ne resta qu'un petit tas de cendre de la champipâte, je rangeai la pipe pour sortir un cigare de ma poche que j'allumais. Les idées me revinrent en place peu à peu. Pendant que mon interlocuteur se mit à m'expliquer tout ce qui concernait les papiers administratifs, je réfléchissais profondément. Qu'était vraiment le CP9 ? Personne n'était au courant de leurs véritables activités. Qui composait l'unité ? Quelle était la nature de leur mission ? Y'avait-il un moyen d'augmenter les effets hallucinogènes du champipi en le mélangeant à de la javel ? Toutes ces questions trottaient dans ma tête, sans réponses. Mais le navire accosta à Enies Lobby, l'île de la Justice. Un lieu que je ne connaissais que trop bien puisque j'y avais travaillé pendant trois ans avant que je ne devienne un agent. Nous traversâmes le port, puis le pont suspendu au dessus du gouffre, et nous arrivâmes devant la tour de la Justice, symbole de l'implacable volonté du gouvernement d'anéantir les pirates et la Révolution.

Je montai au cinquième étage afin d'attendre la directrice devant un bureau d'entretien. Bradiflor me salua, et parti de son côté, me laissant seul au milieu du couloir. Je croisai les jambes, tout l'étage était désert en vérité. C'était le moment. Je sortai une petite boite en fer de ma poche, elle contenait mes réserves de champipâte. Je plaçai une boulette dans le trou de ma pipe avant de l'allumer. C'était parti pour le voyage avant l'entretien.


Revenir en haut Aller en bas
Ellana Shiwara
Chef du cp9
Chef du cp9
avatar
Messages : 60
Points d'activités : 638
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (2/4)
Age : 23
Localisation : Sur ton cadavre

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 4001
Points de popula' [PP] : 0
Divers:
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Mer 24 Avr - 23:03

Qui a dit que les éléphants roses ne volaient pas?"
«La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues.»


Quel bonheur. Cette vie me semblait parfois si douce, si calme, si gentille. J'étais dans cet état là depuis mon retour de vacance sur l'île des désirs. Et j'étais dans un petit nuage flottant au gré du vent. Comme la vu que donnait le siège placé en face de mon bureau ne me plaisait guère, je m'étais étendue sur le sol de la pièce. Celui ci était recouvert d'une fine moquette fort agréable qui me fit facilement oublier la tour de papier siégeant sur le bureau. Les mains placées derrière la tête, mes yeux se fermèrent. Alors que dans un tourbillon de plume mon monde s’effaçait, une gigantesque porte dorée apparut. Méticuleusement sculptée, une sorte d'arabesque mélangeant harmonie et droiture l'encadrait. A moitié cachée par une sorte de brouillard qui sortait du sol, je m'approchai pour plus facilement l’ausculter. C'est alors que je me rendis compte que je ne pouvais plus marcher... En effet, mes jambes n'étaient plus, et à leur place se trouvaient des immenses tentacules gluantes qui m'emplirent d'un enthousiasme sans borne. Classe!!! Je tendis donc mes nouveaux membres vers la porte afin de l'ouvrir puisque cela me semblait être la seule issue possible dans cet étrange monde. Seulement, ma route était semé d'embuches, à commencer par le fait que la porte n'avait pas de poignet. J'eus beau la parcourir de long en large, rien n'y faisait, du moins, jusqu'à ce qu'avec un petit cri de douleur mes yeux s'ouvrirent. J'eus comme magnifique spectacle le visage tout rouge de Katy, et, ma main parcourant sa cuisse. Me rendant compte de la situation qui pouvait être des plus gênante pour elle, j'en prie mon parti en lui décochant un sourire taquin.


" La douceur de ta peau m'est aussi agréable que la plus douce des pèches que j'ai pu à ce jour gouter. Ô ma mie, ferme donc la porte que je fasse de petites choses de ton cas ♥~"


Ma main remonta de plus belle la jambe semblant viser toujours plus haut. Mais la jambe tant chérie se leva, et s'étendit afin d'écraser mon visage au sol avec son extrémité. Malheureusement pour moi, Katy portait des talons se jours là.


"Aïe! Katy pas si fort tu vas entacher la perfection de mon sublime visage! Oh! ne bouge pas en faite, ta culotte est de toute beauté aujourd'hui!

Décidément, j'avais passé un véritable bon moment sur l'île des délices. Et je me rendais aujourd'hui compte que je n'avais pas du tout manqué à Katy. Cette dernière cessa de m'écraser pour me tourner ostensiblement le dos, telle une fière guerrière. Mais je devinai ses joues d'un jolie pourpre. Me relevant, je passai ma main sur mon visage douloureux et entourai de mon bras ses épaules. Katy s'esquiva en me prenant en joute de son doigts:

" Je ne tolère plus votre forme de plaisanterie Madame Shiwara! Je vous prie de cesser immédiatement... De plus... faites attention, je risque de céder à vos avances..."

Sa dernière phrase me prit de cours, et ce n'est qu'après lui avoir jeté un regard surprit que j’aperçus la malice dans ses yeux. Qu'elle était mignonne! J'eus un petit rire ravi de sa répartie alors qu'elle relevait fièrement les épaules en haussant prétentieusement un sourcil, contente de son effet. J'en découvrais de plus en plus sur elle. Et il ne m'aurait nullement étonnée de la voir le lendemain, une faux à la main et un tas de cadavre autour d'elle. J'en avais maintenant la certitude, elle savait se battre, ses jambes avaient parlé pour elle. Elle reprit la parole avec un petit air aguicheur:


" Madame Shiwara, je vous prie de commencer à bosser, sinon je commencerai à m'en vouloir de vous avoir laissé partir pour ce stupide projet de vacances qui nous à couté plus cher que si nous avions acheté le plus grand des navires!"


C'est dans un sifflement d'entendement que je lui répondis. Qu'importe le temps qui passe, il n'allait pas m'être facile de me mettre à bosser, seulement, je le devais. Sinon Katy allait se retrouver avec des plaques rouges sur le corps, comme à chaque fois qu'elle est contrariée, soit... assez souvent. J'ai beau la décrire comme la bête immonde qu'elle est, je l'aime bien ma petite Katy... Je fermai les yeux, profitant de quelques secondes de calme. Soudain, un individus ouvrit la porte. Il se présenta comme faisant parti de l'équipage d'un certain Bradiflor et que mon invité était arrivé et m'attendais dans une salle adjointe. Lorsqu'il repartit, Katy poussa un soupir d'épuisement et se passa la main sur le front.

" Le sort s'acharne sur moi... Mais allez donc Mademoiselle, fuyez une fois de plus ce bureau que vous ne videz jamais de son "trop plein". Et nianiania, y a toujours quelque chose pour me contrarier ici!

Je m'approchai gentiment d'elle alors que ses épaules s'affaissaient et, posant une main réconfortante sur son épaule, je dis:

" Pauvre Katy, le sort s'acharne. Tu ne voudrais pas partir en vacance? Je connais une bonne adresse si tu veux, nous devons posséder encore suffisamment d'argent pour ça!"

Je lui adressai un clin d’œil puis, me dirigeai vers le couloir que l'on m'avait indiqué, adjacente à mon bureau. Alors que ma main se posai sur la poignet, une pensée des plus concrète me vint à l'esprit. Qui était mon invité déjà? En faite... je ne me souvenais pas avoir invité quelqu'un... Comme je revenais de vacances, une affaire était peut être passé sans que j'en entende ouïe dire, Katy avait du oublier de m'en faire part. J'ouvris tout de même la porte, quoique l'affaire concerne, je le devinerai tôt ou tard. Et bien je dois avouer que, face au spectacle qui s'offrait à moi, aucune idée de scénario quand à la raison de la venue de ce spécimen ne vint dans mon esprit.
Tout ce qui arriva dans mon cerveau fut cet incroyable odeur qui imprégna mes poumons. Fort proche de quelques délicieuses drogues de lointains pays, je sentis le calme en moi se faire encore plus profond. Refermant le plus doucement possible la porte derrière moi pour ne pas gêner mon visiteur qui semblait au mieux installé, je fis quelques pas dans la pièce. Le bonshommes était tout sauf ce qu'on peut traiter de "normal". Possédant un bon embonpoint, il était vêtu de vêtements sombres, d'un chapeau biscornu et il la pipe qu'il tenait à la main retint vivement mon attention. Installé sur l'un des banc de velours qui longeait le mur, je décidai de l'y rejoindre en m'asseyant à ses côtés. Avec un beau sourire je lui adressai quelques mots:


" Les éléphants roses volent chez vous? Si oui, je peux sérieusement commencer à m’intéresser à vous, surtout s'ils sont roses"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Jeu 25 Avr - 20:33





Au pays des lutins ...
____________________________________________


Aaah ... Enfin un digne voyage vers l'au-delà ... J'inspirai profondément et avalai la fumée grasse qui se dégageait de la pipe à opium. Le goût de la champipâte dans le palais est tout à fait succulent, imaginez-vous en train de fumer un narguilé aux cèpes ... Pour les amateurs de gastronomie c'est tout à fait délectable. Quand j'ouvris les yeux, le banc décolla. Le plafond s'ouvrit en deux, me laissant la voie libre vers le ciel, comme un ballon gonflé à l'hélium qui s'échappait. Je ricanai tout bêtement alors que je contemplai Enies Lobby qui semblait être très loin. D'ailleurs, l'île tout entière semblait s'être transformée en une forêt de champignon géante. Mais j'avais mieux à faire, et nottement faire face à ce voyage onirique qui m'envoûtait l'esprit. Les nuages se mirent à danser autour de moi alors que des troupes de lutins magique (c'est à dire ceux de mon espèce) se mettaient à dandiner des fesses en chantant la cucaracha. Quel chant mélodieux. Il semblait y avoir une distorsion dans l'air, le son se faisait ondulant et appaisant. Avec des choeurs somptueux qui faisaient office d'instrument soliste. J'étais emporté et empoigné. La rêverie était bien belle, et je restai assis sur mon banc volant. Jusqu'à ce que je vis une élégante silhouette se rapprocher de moi. La silhouette bondissais de nuages en nuages pour finalement s'assoir à mes côtés. C'était un humaine fort charmante, à l'air un peu perdu mais néanmoins satisfait. Elle semblait être dans un état second elle aussi. Pas étonnant lorsqu'on se retrouve à plusieurs kilomètres du sol, sur une mer de nuages sur laquelle les lutins magiques exécutent leur pas de danse préférée. L'inconnue ne prit pas la peine de se présenter. Elle se contenta de me sonder du regard et de déclarer :

" Les éléphants roses volent chez vous? Si oui, je peux sérieusement commencer à m’intéresser à vous, surtout s'ils sont roses "

Avant de lui répondre, je compris immédiatement. Elle était sans aucun doute soumise aux vapeurs hallucinatoires champipiesques de ma propre consommation ! Eh oui, la champipâte était faite pour être consommée à plusieurs. Un longue exposition, et on voyage dans les minutes qui suivent (sauf pour un départ immédiat, dans ce cas-là il faut respirer à même la pipe). Sous l'effet du champipi, le temps n'existe plus, il n'y a pas de repères. Vu l'état avancé de ma chère camarade, je devais être assis sur ce banc depuis au moins quinze minutes. Cela faisait donc un quart d'heure que cette femme respirait sans le savoir des vapeurs de champipi ! La boulette. Il était grand temps de mettre fin au joyeux périple. Je saisis mon mouchoir de poche et enveloppai le trou de ma pipe de ce dernier afin d'en étouffer les émanations et de l'éteindre. Une dernière bouffée avant de ranger l'objet dans sa boite dans ma poche intérieure, et j'allais retrouver mes esprits dans les minutes qui suivirent. Une fois la drogue à l'abri, je pris la main de mon interlocutrice qui se réclamait être une passionnée de pachydermes colorés. Dans son voyage, il en devait être ainsi, mais le mien était plus sensationnel pour ainsi dire. Puis je procédai à un baise-main de la manière la plus raffinée qui soit, comme les manières d'un gentilhomme l'inculquaient. Ensuite je me redressai, me levai du banc. Avec surprise, je remarquai que je flottai dans les airs. J'ôtai mon haut-de-forme qui dévoila mon crâne chauve, et fit la révérence.

" Madame, permettez-moi de vous dire que vous êtes exquise ! Hélas pour moi, je n'apperçois aucun éléphant rose, mais je suis persuadé qu'ils sont très beaux. Je vous prie de vous faire mes excuses, j'ai été négligent en allumant ma pipe à champipâte dans le couloir de notre splendide tour. Les effets se dissiperont dans quelques minutes, le temps que votre cerveau s'aère. Je me nomme Oswald, agent du Gouvernement Mondial. J'attends ici depuis plusieurs minutes pour un entretien avec la directrice du Cipher Pol 9, une certaine Ellana Shiwara. Je constate que la ponctualité n'est pas son fort puisque l'heure de rendez-vous est, hélas, passée. Pourriez-vous m'annoncer à elle ? Une fois que vous aurez retrouvé vos esprit, cela va sans dire. D'ailleurs mes congénères que vous ne voyez évidemment pas vont disparaitre d'un moment à l'autre, de même que la musique. Restez assise, un accident est vite arrivé, vous savez. Et puis je ne me pardonnerai jamais de causer du mal à une si élégante créature que vous, madame. Ne vous étonnez pas de ma formidable résistance aux effets relaxant du champipi, j'ai pour habitude d'en fumer quotidiennement, et de plus, les gens de mon espèce, les lutins magique, sont plus résistants aux drogues en général. Aurais-je le privilège de connaitre votre nom, très chère ? "

Alors que j'attendais la réponse de l'inconnue, je constatai que le ciel dans lequel nous étions se déstructurai peu à peu et pour cause : le banc était sur un parquet parfaitement brillant : celui du couloir. Même les lutins magique perdaient leurs couleurs, sans compte les nuages qui se transformaient en murs ... Les effets disparaissaient, il en allait être de même pour la ravissante jeune femme.


Revenir en haut Aller en bas
Ellana Shiwara
Chef du cp9
Chef du cp9
avatar
Messages : 60
Points d'activités : 638
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (2/4)
Age : 23
Localisation : Sur ton cadavre

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 4001
Points de popula' [PP] : 0
Divers:
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Ven 26 Avr - 9:16

Qui a dit que les éléphants roses ne volaient pas?"
«La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues.»


Le regard perdu dans le vide lorsque je m'étais introduite dans son territoire, l'homme sembla assez vite reprendre ses esprits alors que je lui adressai la parole. Je crois que c'est à ce moment là que moi, je me perdis quelque peu. En effet, lorsque je vis un vide s'installer en dessous du banc, ainsi qu'une nuée de scolopendre volant former l'image d'un éléphant, je me dis que les nuées voguant dans la salle était au plus haut point intéressantes. A mon plus grand regret, je vis mon voisin commencer à ranger son matériel si charmant. Une fois cela fait, il se comporta en digne Gentleman en me saluant d'une façon tout à fait séduisante. Il me prit la main et y déposa délicatement le bout de ses lèvres avant de se redresser pour m'adresser son discours. A sa tenue, on pouvait remarquer qu'il tanguait légèrement, malgré son impression de normalité (si on peu parler de normalité avec un tel homme...) il n'en avait pas encore tout à fait finit avec cette drogue. Et moi non plus à mon avis car je vis une jolie chenille flamboyante sur son épaule gauche, ce qui me valut de loucher fixement la bête qui ne devait pas en être une durant une poignée de secondes.


"" Madame, permettez-moi de vous dire que vous êtes exquise ! Hélas pour moi, je n’aperçois aucun éléphant rose, mais je suis persuadé qu'ils sont très beaux. Je vous prie de vous faire mes excuses, j'ai été négligent en allumant ma pipe à champipâte dans le couloir de notre splendide tour. Les effets se dissiperont dans quelques minutes, le temps que votre cerveau s'aère. Je me nomme Oswald, agent du Gouvernement Mondial. J'attends ici depuis plusieurs minutes pour un entretien avec la directrice du Cipher Pol 9, une certaine Ellana Shiwara. Je constate que la ponctualité n'est pas son fort puisque l'heure de rendez-vous est, hélas, passée. Pourriez-vous m'annoncer à elle ? Une fois que vous aurez retrouvé vos esprit, cela va sans dire. D'ailleurs mes congénères que vous ne voyez évidemment pas vont disparaitre d'un moment à l'autre, de même que la musique. Restez assise, un accident est vite arrivé, vous savez. Et puis je ne me pardonnerai jamais de causer du mal à une si élégante créature que vous, madame. Ne vous étonnez pas de ma formidable résistance aux effets relaxant du champipi, j'ai pour habitude d'en fumer quotidiennement, et de plus, les gens de mon espèce, les lutins magique, sont plus résistants aux drogues en général. Aurais-je le privilège de connaitre votre nom, très chère ? "


Il avait beaucoup parlé et à vrai dire je ne retint que quelques brides de parole. A commencer par ses compliments sur ma personne ce qui eut pour effet de me ravir à tout point? Qu'il était distingué! Il me pensait véritablement droguée... Je pense qu'en faite, il s'était mépris sur mes paroles. Mais bon, en effet toute personne inconnue de moi aurait réagit de la même façon en pensant que j'étais véritablement sous l'emprise d'une quelconque décoction délirante alors qu'il m'était naturel de vivre parfois dans un autre monde. Mais je dois avouer que au moment ou il me parlait, mon monde virtuel s'était grandement infiltré aux alentours, comme pouvait le montrer le magnifique nénuphar qui déjà recouvrait tout un pan du mur. L'homme, dont j'appris qu'il se nommait Oswald, appartenait au gouvernement et, selon ses dires il voulait s'entretenir avec ma personne. Bien sure, il ne s'était pas douté une seule seconde que je pouvais être la dénommée Shiwara... C'était une manie que de me penser une autre! Mais comment m'imaginent-ils s'ils ne pensent pas une seule seconde que je suis celle que je suis? Je ne pouvais déjà plus compter sur les doigts de ma main le nombre de personnes attendant une autre Ellana Shiwara que moi même... Il faudrait que j'essaye de me déguiser un jour, voir s'ils m'identifieraient plus facilement... En attendant, Oswald parlait toujours et c'est avec un grand sourire que j’accueillis l'information sur sa nature. Un lutin magique! J'avais toujours rêvé d'en voir un! Ce qu'ils m’énervaient ces gens trop rationnels qui ne croyaient pas en leur existence! Je me sentis l'envie de trainer ce lutin avec moi et de le dégainer face aux autres pour leur prouver l'existence de ces êtres.

Alors que la chenille se métamorphosait en papillon pour disparaitre, que le nénuphar se rétractait pour ne devenir qu'un point de saleté sur le mu, je me levai, avide de montrer que j'étais en tout point dans mon état normal. Ce qui me valut un fort tournement de tête, m'obligeant à me tenir au bras d'Oswald.


" Très cher Oswald! je suis ravie de faire votre connaissance. Si vous saviez à quel point je suis fière de découvrir un individu de votre espèce! J'en ferai bouffer des "tu es folle, ça existe pas!" à ces gens plus acariâtres les uns que les autres! Vous voulez parler a sa majesté et bellissime Shiwara? Ne vous inquiétez pas, je n'irai pas à aller bien loin pour la faire venir."


J'avais finis mon petit discours par un grand sourire moqueur. Et, c'est en me redressant, que, les épaules hautes, la tête droite, le regard fière, je me présentai à lui.


" Je me présente. Ellana Shiwara, directrice du corps 9 des Cipher Pol. Ravie de faire votre connaissance. C'est à quel sujet?"


Je l'invitai à s'asseoir sur le banc, puis me dirigeai vers l'une des fenêtres du couloir en l'ouvrant, afin de faciliter le départ de la fumée dans les lieux. Une fois cela fait, je revint à lui en prenant place à ses côtés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Ven 26 Avr - 20:24




Place à l'entretien !
____________________________________________


Cette mystérieuse semblait combattre les effets champipiesque qui envahissaient son esprit. Mais seule la patience pouvait venir à bout de la drogue, mais je reconnaissai tout de même une sacrée vivacité dans sa lutte contre le délire. C'était aussi amusant que touchant à voir. Pour me montrer sa fomidable résistance, elle tenta de se relever, mais manqua de peu de tomber à la renverse. Elle prit appui sur mon bras. Assez époustouflant, devais-je dire. Le dernier qui avait tenté cette prouesse, s'était lamentablement vautré dans une chute vertigineuse dans un escalier. Cette femme n'était décidément pas n'importe qui. Puis elle plongea son regard dans le mien, et me répondit sans détour :

" Très cher Oswald! je suis ravie de faire votre connaissance. Si vous saviez à quel point je suis fière de découvrir un individu de votre espèce! J'en ferai bouffer des "tu es folle, ça existe pas!" à ces gens plus acariâtres les uns que les autres! Vous voulez parler a sa majesté et bellissime Shiwara? Ne vous inquiétez pas, je n'irai pas à aller bien loin pour la faire venir. Je me présente. Ellana Shiwara, directrice du corps 9 des Cipher Pol. Ravie de faire votre connaissance. C'est à quel sujet? "

Tout était dit. Non seulement je conversais avec la respectable directrice de l'unité CP depuis quelques minutes, mais j'avais commis une erreur profesionnelle impardonnable ! Quelles étaient les sanctions pour avoir drogué passivement une haute fonctionnaire du gouvernement ? Je ne m'en rappellais pas très bien, mais qu'importait. Mon avocat pouvait s'en sortir en expliquant que le champipi n'est pas une substance stupéfiante officiellement reconnue par l'état. J'étais dans l'embarras, et comprenez bien qu'il s'agit ici d'un euphémisme. Néanmoins elle ne semblait pas être gênée d'avoir été la proie d'un puissant hallucinogène, et ce sans qu'elle en ait prit connaissance ? Le voyage lui avait-il plu ? Ceci était à prouver. Si mon visage avait pu exprimer l'inquiétude, il l'aurait fait. Mais le lutin magique que je suis ne peut pas changer d'expression aisément. En vérité, ma figure ne peut que paraitre en furie ou heureux, rien d'autre. Assez déplaisant pour communiquer. Madame Shiwara se leva, et alla jusqu'à la fenêtre pour l'ouvrir afin de faire partir les dernières fumées issues de ma pipe. Son élégance m'intriguait, mais moins que son incroyable remise en forme si peu de temps après avoir respiré du champipi. Elle avait ma totale admiration. Puis elle revint à mes côtés, sur le banc. Elle attendait certainement des explications, et j'allais lui en donner. Je me levai à mon tour.

" Madame la directrice, je suis sincèrement confus pour ma maladresse ... Si j'avais su que vous étiez non loin de moi, jamais je n'aurai allumé ma pipe. Acceptez mes plus plates excuses. Mais avant de poursuivre, permettez ... ? "

Je sortis de ma poche une boite de cigares. J'en coinçai un entre mes dents et l'allumai avec mon briquet. A travers mes lunettes, la dame avait certainement dû remarquer mon clin d'oeil.

" Celui-ci ne contient pas de champipâte. C'est du tabac tout à fait normal. Mais de bonne qualité, ne vous y méprenez pas. Avant que j'entre dans le vif du sujet, je tiens à vous avertir que consommer de la champipâte est très mauvais pour le cerveau humain à long terme. Mais uniquement si la consommation est régulière, je ne vous conseillerai donc jamais d'en prendre. Je n'ai guère envie de voir une femme si délicieuse que vous se transformer en un sac à vomi ambulant. Bien, abordons un autre sujet. Je suis un agent du gouvernement, et plus précisément je travaille pour la Section du Trafic de Stupéfiant (STS). J'y ai oeuvré pendant plusieurs années, et ce après avoir participé malgré moi dans ces activités illégales dans ma jeunesse. Une période bien sombre de ma vie ... Bref, ne savant pas user de violence dans la STS pour procéder aux arrestations, j'ai été pourvu à l'art du rokushiki que je maitrise ma foi, fort bien. D'où ma présence ici, et je suis étonné du fait que vous n'en étiez pas informée. On a fait communiquer une lettre de recommandation, et me voici devant vous. Je viens intégrer l'équipe, et je suis certaine que vous vous posez des questions quant à mes capacités. Je maitrise le rokushiki au point de postuler au Cipher Pol 9, mais vous jugerez la qualité de mon art par vous-même, je présume. J'ai également mangé le Mashu mashu no mi, un fruit du démon qui me confère le don de faire pousser des champignons de toutes sortes. Les vapeurs de champipâte que vous avez respiré sont issues du champipi, une variété de champignon que moi seul peut produire. Je pense avoir dit les grandes lignes, madame, à vous de voir. "




Revenir en haut Aller en bas
Ellana Shiwara
Chef du cp9
Chef du cp9
avatar
Messages : 60
Points d'activités : 638
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (2/4)
Age : 23
Localisation : Sur ton cadavre

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 4001
Points de popula' [PP] : 0
Divers:
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Sam 27 Avr - 10:47

Qui a dit que les éléphants roses ne volaient pas?"
«La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues.»


Il me sembla percevoir de la confusion, je dis bien percevoir car ses pensées sur son visage étaient en faite indécelables. Il exprimait en effet depuis le début la même expression se rapprochant légèrement de celle que pourrait afficher un psychopathe. Et bien que son être pouvait fort faire legerement flipper, il dégageait tout de même une aura rassurante. Sauf qu'il semblait gêné par ma révélation. Il n'avait même pas imaginé une seule seconde que je puisse être la directrice? C'est tout de même incroyable! Attendait-il une vieille stricte et grogneuse? Une dame soignée aux allures d'empereur? Une gamine au sourire trompeur? Bien que j'aimai surprendre les gens, je trouvais quelque peu vexant que l'on ne puisse me soupçonner être une personne d'un tel rang. Mais peu m'importait, maintenant il était au courant et il ne se montrait pas déçu que je sois celle que je suis. Alors que je m’asseyais à ses côtés, il se leva pour m'adresser la parole.

"Madame la directrice, je suis sincèrement confus pour ma maladresse ... Si j'avais su que vous étiez non loin de moi, jamais je n'aurai allumé ma pipe. Acceptez mes plus plates excuses. Mais avant de poursuivre, permettez ...?"

S'allumant un cigare alors que je fis un hochement de tête signalant que tout était pardonné? Pourquoi lui en aurais-je voulu? Certains avaient la fâcheuses manies de tuer tout ce qu'ils voyaient (je ne te vise pas Lady) alors pourquoi un peu de drogue me gênerait? Après avoir tiré sur son énorme cigare, Oswald continua son explication en commençant par me rassurer sur le contenu du cigare. Après m'avoir décrite comme une femme délicieuse qui ne devraient pas consommer de matières illicites, il me résuma sa vie. Ainsi, il appartenait à une branche du gouvernement dont je ne suis même pas sure d'en avoir entendu parler un jour... Il me révéla savoir maitriser très bien le Rokushiki et que le gouvernement l'avait envoyé rejoindre notre section, comme le décrivait une lettre qui devait se trouver dans le fouillis de mon bureau. J'étais sure que Katy était au courant! Peut être ne m'avait elle rien dit pour que je prenne ma part de responsabilité... Oswald m'exposa par la suite ses capacités, en plus du des techniques uniques au Cp9, il possédait les capacités d'un certain fruit lui conférant la faculté de faire pousser des champignons. Ce qui en combat directe ne pouvait peut être pas avoir un intérêt immédiat... Mais je le soupçonnai d'utiliser primordialement les vapeurs qu'il peut produire, certaine que divers d'entre eux soient toxiques, et comme j'avais pu le voir, hallucinogènes. Il devait posséder de nombreux atouts que je ne soupçonnai même pas...

Après qu'il se tut, je fis moine de réfléchir. Si le gouvernement lui même me l'avait envoyé c'est qu'il devait s'agir de quelqu'un de confiance. Bien sure, je ne pouvais pas l'accepter directement, ce serait trop facile, et suspects quand à mes capacités à gérer mon équipe. En effet, il n'est pas bon de se montrer trop gentille et/ou incapable à peser le pour et le contre. Je me devais donc surement de me renseigner encore plus sur lui, sur ses capacités, et ses intentions.

" Sachez que pour l'instant rien ne va à votre encontre. Je serais même poussée à vous accueillir dans nos rang, mais vous devez vous douter que ça ne peut pas être aussi simple. Je vais donc vous demander plusieurs choses, comme par exemple quels sont vos idéaux. Le Cp9 est une faction sévère et inconnue du monde. Nous agissons dans l'ombre ne recevons aucune gratitude pour les meurtres que nous commettons. Nous sommes la justice sourde à la faux placée dans le dos de la marine. Je ne doute pas de votre capacité à ne pas flancher, mais peu de personnes sont capables de faire ce que nous faisons."

Je m’arrêtai un instant pour reprendre mon souffle. Ce que je disais me semblait inutile car l'homme devant moi (ou plutôt le lutin) n'avait pas l'air d'une tendre brebis, mais ça me donnait de l'importance de déclarer de telles choses. Je continuai donc:

" Je ne doute pas de vos talents au combat, ce n'est de toute façon pas le lieu pour s'extasier devant un Soru parfaitement effectuer. Qu'avez vous donc à me dire?"




Dernière édition par Ellana Shiwara le Jeu 2 Mai - 13:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Lun 29 Avr - 11:37




Le potentiel !
____________________________________________


" Sachez que pour l'instant rien ne va à votre encontre. Je serais même poussée à vous accueillir dans nos rang, mais vous devez vous douter que ça ne peut pas être aussi simple. Je vais donc vous demander plusieurs choses, comme par exemple quels sont vos idéaux. Le Cp9 est une faction sévère et inconnue du monde. Nous agissons dans l'ombre ne recevons aucune gratitude pour les meurtres que nous commettons. Nous sommes la justice sourde à la faux placée dans le dos de la marine. Je ne doute pas de votre capacité à ne pas flancher, mais peu de personnes sont capables de faire ce que nous faisons. Je ne doute pas de vos talents au combat, ce n'est de toute façon pas le lieu pour s'extasier devant un Soru parfaitement effectuer. Qu'avez vous donc à me dire? "

La directrice Shiwara allait droit au but, elle n'avait nullement l'intention de fleurir ses propos (comme moi j'avais l'habitude), mais restait pragmatique et respectueuse. Il était bien vrai qu'un Soru exécuté de façon exemplaire allait faire de moi un agent exemplaire. Avec cette simple question sur mes idéaux, Shiwara tentait déjà de sonder mon esprit. C'était un test psychologique, à n'en pas douter. Mais inutile de se cacher derrière un professionalisme que je n'avais pas. Je devais rester authentique et franc si je voulais intégrer cette unité. D'ailleurs j'en avais pas particulièrement l'envie, mais l'idée d'une carrière plus excitante m'intriguait réellement. Je crachai la fumée du tabac par les naseaux, puis inclinai légèrement la tête en avant, afin de la regarder par dessus mes lunettes.


" Ma chère Dame, je n'ai guère d'idéaux, guère de patriotisme, guère de fierté, guère de particulière sympathie pour le gouvernement. Mais rien ne me dérange, et je suis un opportuniste avant tout. A cause de mon passé mouvementé, les autorités n'hésiteront pas à me faire sauter la cervelle si j'abandonne ce que je fais car j'en sais trop sur la façon d'opérer des fonctionnaires. J'ai travaillé pendant des années à la STS, sans rechigner. J'ai accompli les plus basses besognes pour servir les plus grands de ce monde. Madame, on me tient par les testicules, si je puis me permettre. Si vous m'accueillez dans votre équipe, vous n'aurez pas un soldat dévoué et dressé comme vos pairs. Mais vous aurez un agent sans état d'âme, désintéressé, et obéissant. Car c'est grâce à mon obéissance que je suis encore en vie. Les gens me jugent sur cette lâcheté qui pour moi est salvatrice. Mon objectif est de rester en vie. Et ceci doit passer par un emploi en tant que membre du Cipher Pol 9, j'y entrerai avec plaisir. Mais plus intéressant encore, je suis aux premières loges et je suis curieux. Tuer pour me permettre de vivre ne sera pas un problème, l'égoïsme est mon gardien, directrice. "

Et pour preuve, j'avais odieusement trahi les miens en les accusant de m'avoir forcé de produire des champipi à revendre pour leur compte. Mais dans la véritable version des faits, j'étais un simple caïd qui avait vendu ses meilleurs amis et collaborateurs pour sauver sa propre peau. Un ordure ? Non, un bon vivant. Je ne vis pas pour les autres, je vis pour vivre, c'est aussi simple que cela. Rien ne passera avant mon interêt personnel, rien ne passera avant ma propre existence. Je n'étais pas du genre à me sacrifier pour les autres, ça non. J'allais maintenant avoir ma réponse, savoir



Revenir en haut Aller en bas
Ellana Shiwara
Chef du cp9
Chef du cp9
avatar
Messages : 60
Points d'activités : 638
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (2/4)
Age : 23
Localisation : Sur ton cadavre

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 4001
Points de popula' [PP] : 0
Divers:
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Jeu 2 Mai - 13:33

Qui a dit que les éléphants roses ne volaient pas?"
«La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues.»


Que pensait cet homme exactement. Il m'était habituellement aisé de deviner les pensées d'un humain. Mais lui ne l'était pas... quelque chose dans son visage donnait des sueurs froides. Son regard caché par ses lunettes rondes lorsque je pus l'apercevoir semblait aussi profond que deux puits sombres ou seul miroite dans l'eau un reflet indécis. L'être devant moi était des plus étranges! Lorsqu'il se décida à me répondre, il plongea ses yeux dans les miens par dessus la monture métallique de ses lunettes.


" Ma chère Dame, je n'ai guère d'idéaux, guère de patriotisme, guère de fierté, guère de particulière sympathie pour le gouvernement. Mais rien ne me dérange, et je suis un opportuniste avant tout. A cause de mon passé mouvementé, les autorités n'hésiteront pas à me faire sauter la cervelle si j'abandonne ce que je fais car j'en sais trop sur la façon d'opérer des fonctionnaires. J'ai travaillé pendant des années à la STS, sans rechigner. J'ai accompli les plus basses besognes pour servir les plus grands de ce monde. Madame, on me tient par les testicules, si je puis me permettre. Si vous m'accueillez dans votre équipe, vous n'aurez pas un soldat dévoué et dressé comme vos pairs. Mais vous aurez un agent sans état d'âme, désintéressé, et obéissant. Car c'est grâce à mon obéissance que je suis encore en vie. Les gens me jugent sur cette lâcheté qui pour moi est salvatrice. Mon objectif est de rester en vie. Et ceci doit passer par un emploi en tant que membre du Cipher Pol 9, j'y entrerai avec plaisir. Mais plus intéressant encore, je suis aux premières loges et je suis curieux. Tuer pour me permettre de vivre ne sera pas un problème, l'égoïsme est mon gardien, directrice. "


Et un psychopathe de plus. Le jour ou il rencontrerait Lady, je suis certaine qu'ils s'entendraient tels les deux doigts d'une main... Ou bien qu'ils s'entretueraient... Son discours me laissa perplexe. Il était dangereux de garder un chien sauvage à ses côtés, nul laisse ne pourrait le tenir indéfiniment... Ses motivations bien que compréhensibles ne me convenaient pas mais avais je le choix? S'il devenait un de mes agents, je le protégerai autant que les autres, j'avais tendance à m'attacher à eux telle une mère, bien sure, je ne les maternais pas du tout. Mais je les protégeais comme je pouvais, bien que pour l'instant aucun n'avait eu besoin de moi. Je m'étais cependant juré de les venger si l'un d'eux mourrait. Sauf Lady bien sure... elle était immortelle de toute façon la garce. Bref, Oswald semblait attendre de savoir si sa réponse m'avait convenue. Je fis mine de réfléchir sans vraiment savoir que répondre. C'était la première fois que je faisais face à un postulant, qui de plus l'était contre son gré.

" Je vous accepte parmi nous agent Oswald. Tant que vos initiatives ne dépassent pas le cadre de nos règles vous pourrez agir selon votre guise. Nous sommes plutôt solitaires et seront pas derrière vous pour vérifier que vos caleçons sont bien repassés. Je vous accorde ma confiance, donnez moi la votre et si le gouvernement à deux mots à vous dire, il viendra me voir avant!"

Je lui tendis ma main comme pour lui demander d'approuver notre pacte. Il allait bénéficier de ma protection, s'il l'acceptai. J'émis un long sifflement, signal pour prévenir Katy que j'avais besoin d'elle. Elle n'avait accepté d'y répondre que si elle aussi pouvait l’émettre lorsqu'elle avait besoin de moi. Je me demandai si parfois elle prenait au sérieux mon rang de directrice... Cependant, elle ne tarda pas à arriver. Je lui demandai d'aller prévenir le cuisinier de préparer un bon repas. En effet, je comptais inviter Oswald à rester diner ce soir la. Après tout, je devais tisser des liens avec mes agents. Et je préférai des liens amicaux que tendus, bien que je restai à ma place et que mes hommes le savaient.

" Vous allez bien nous faire le plaisir de rester pour diner ce soir?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Jeu 2 Mai - 19:51




Un diner presque parfait !
____________________________________________


" Je vous accepte parmi nous agent Oswald. Tant que vos initiatives ne dépassent pas le cadre de nos règles vous pourrez agir selon votre guise. Nous sommes plutôt solitaires et seront pas derrière vous pour vérifier que vos caleçons sont bien repassés. Je vous accorde ma confiance, donnez moi la votre et si le gouvernement à deux mots à vous dire, il viendra me voir avant!"

J'étais ravi. Quel accueil chaleureux de la part de cette femme aussi belle que prestigieuse. Elle me tendit sa main en guise de bienvenue. Elle s'attendait à une belle poignée, mais il n'en était rien ! Car ce n'était pas digne de son rang. Alors je m'agenouillai, et procédai à un second baise-main, accompagné de mon sourire le plus carnassier. Puis je me relevai et m'inclinai légèrement en avant. J'avais rencontré peu de personnes d'aussi bon goût dans ma carrière. Cette unité promettait d'être intéressante. Il ne restait plus qu'à rencontrer mes homologues. Curieusement, une admiration naturelle s'était développée lors de cet entretien avec la directrice. Je devais la protéger coûte que coûte, elle était une dame de prestige, à ne surtout pas laisser vulérable. Mais derrière cette élégance, ce savoir vivre, se cachait une puissance insoupçonnée. J'avais affaire à la directrice du CP9. C'était plutôt elle qui était susptible de me protéger. Elle siffla et demanda à son assistance de prévenir le cuisinier de faire un bon repas. Et puis quelque chose d'imprévisible se produisit.

" Vous allez bien nous faire le plaisir de rester pour diner ce soir?"

" Un dîner ? Ma foi ... Vous me prenez au dépourvu, directrice ! Mais je n'ai rien de planifié pour la soirée j'imagine. Et puis je suis à vos ordres. Servir une dame comme vous est un honneur, et partager un repas en votre compagnie me comble au plus au point. Vous êtes une maitresse de maison comme je n'en ai rarement vu. Les règles de bienséance et de l'hospitalité ne vous sont point hostiles, ceci est fort plaisant pour vos humbles invités. Mais si je puis me permettre, je vous emmène moi-même au restaurant. Comme tout gentilhomme, je me dois d'être galant et de ne pas embarrasser mon hôtesse avec les préparatifs. "

Je l'invitai à me suivre d'un élégant signe de main. Je connaissais très bien Enies Lobby puisque j'y avais travaillé au STS pendant de nombreuses années, mais sans avoir jamais cotoyé les unités du CP9. Je connaissais le réfectoire de ce côté-ci du bâtiment, il était réservé aux agents et fonctionnaires les plus émérites du gouvernement. Pour tout vous dire, j'y avais déjeuné une ou deux fois tout au plus en compagnie de mon supérieur. Moi et la directrice descendîmes les marches des escaliers pour longer les salles du second étage. Elle avec distinction et volupté, et moi avec mon habituelle démarche dodelinante et patibulaire. Enfin, le restaurant. C'était un ancienne serre aménagée, nous étions donc sous un dôme de verre, décoré de dorures, de statues, et de colones antiques. La salle était vide, ce qui était assez unique. Il était vingt heures. Et puis je compris. La salle avait été exclusivement réservée pour nous deux, afin que nous puissions partager ce succulent repas en paix. L'idée était bonne, mais quelque peu égoïste. Au moins le calme et la prospérité étaient de mise. Le serveur nous présenté notre table sur laquelle figurait des couverts d'argent de qualité supérieure. Le vin était déjà posé, il ne manquait plus que nous. Après que nous ayons prit place, je remarquai à quel point nous étions différent (physiquement palant) et si proches (moralement parlant). En tant que lutin, ma taille était de l'ordre infantile, aussi la table était au niveau de mon menton, alors qu'elle était au niveau du ventre de la directrice Shiwara. Je lui servit un verre de vin, puis m'en servit un. Je remarquai que le breuvage n'avait aucune étiquette. Alors je sentis le nectar rougeoyant, le fis tounoyer dans son verre avant d'y tremper les lèves. Il était délicieux.

" Directrice, j'ignore si comme moi vous êtes une amatrice des alcools de luxe, mais le vin est un de mes pêchés mignons. Et celui-ci est exquis. Je jurerais avoir affaire à un Grand Classé du Château Smith-Lafitte. Du North Blue donc. La qualité est supérieure et il doit avoir au moins dix ans d'âge. Parbleu, le vin a étanché ma soif mais pas mon appétit. J'ai grand faim, et quand il s'agit de nourriture, je deviens impatient, et même incontinent ! Mon entourage me qualifie de garçon en bas âge lorsque je réclame la gamelle. Mais je ne vous apprends rien ! Les lutins magiques ont tous un embonpoint que les humains n'ont pas. Le serveur apportera-t-il la carte des menus sous peu ? "



Revenir en haut Aller en bas
Ellana Shiwara
Chef du cp9
Chef du cp9
avatar
Messages : 60
Points d'activités : 638
Premier Haki : Kenbun-shoku : la Couleur de l'Observation (2/4)
Age : 23
Localisation : Sur ton cadavre

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 4001
Points de popula' [PP] : 0
Divers:
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Mer 8 Mai - 11:12

Qui a dit que les éléphants roses ne volaient pas?"
«La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues.»

En tout bon gentleman qu'il était, il décida de me faire à nouveau du baise-main plutôt que de me serrer vigoureusement la main. C'est donc en toute douceur que notre pacte fut scellé par ce geste entendu. Oswald semblait ravie de la manière dont la chose s'était déroulé, tout comme moi car nous manquions d’éléments doués dans notre unité. Alors que je l'invitai à diner, il me répondit d'une manière fort convenante.

"" Un dîner ? Ma foi ... Vous me prenez au dépourvu, directrice ! Mais je n'ai rien de planifié pour la soirée j'imagine. Et puis je suis à vos ordres. Servir une dame comme vous est un honneur, et partager un repas en votre compagnie me comble au plus au point. Vous êtes une maitresse de maison comme je n'en ai rarement vu. Les règles de bienséance et de l'hospitalité ne vous sont point hostiles, ceci est fort plaisant pour vos humbles invités. Mais si je puis me permettre, je vous emmène moi-même au restaurant. Comme tout gentilhomme, je me dois d'être galant et de ne pas embarrasser mon hôtesse avec les préparatifs. "

La réponse de Oswald me ravie au plus au point! En plus de faire mon éloge, il assura son rôle de gentleman jusqu'au bout en m’invitant à son tour pour le déjeuner. J’acquiesçai d'un signe de tête accompagné d'un sourire ravi alors qu'il m’incitait à le suivre. Le lutin magique semblait connaitre à la perfection et c'est d'un pas assuré qu'il ouvrit la marche. Le restaurant n'était pas bien loin et lorsque nous y arrivâmes, je fus une nouvelle fois impressionnai par la beauté du lieu. Je m'y étais de nombreuses fois rendu, mais le lieu était si bien arrangé que l'aura qu'il dégageait me faisait encore et toujours le même effet. De plus, une fois n'est pas coutume, le lieu était désert. Un serveur nous amena à notre table ou nous nous assîmes devant des couverts d'une grande richesse. Un vin d'une couleur incomparable trônait déjà au milieu de la table. La chaise sur laquelle j'étais assise, faite d'un doux velours était comparable à un trône de roi. Cependant, je pus remarquer pour la première fois la petite taille de mon compagnon. Alors que nous étions debout, cela ne m'avait pas choqué, mais une fois assis, la différence était plus facilement remarquable.

Oswald s’intéressa rapidement à la bouteille de vin et un œnologue pro, me servit un verre avant de savourer le sien. Le vin était un nectar des plus raffiné mais à vrai dire je ne m'y étais jamais intéressée en profondeur. Cependant, au cours de nombreux repas d'affaires que j'avais du faire, j'avais pu gouter un panel important des meilleurs vins que l'on possedait.

" Directrice, j'ignore si comme moi vous êtes une amatrice des alcools de luxe, mais le vin est un de mes pêchés mignons. Et celui-ci est exquis. Je jurerais avoir affaire à un Grand Classé du Château Smith-Lafitte. Du North Blue donc. La qualité est supérieure et il doit avoir au moins dix ans d'âge. Parbleu, le vin a étanché ma soif mais pas mon appétit. J'ai grand faim, et quand il s'agit de nourriture, je deviens impatient, et même incontinent ! Mon entourage me qualifie de garçon en bas âge lorsque je réclame la gamelle. Mais je ne vous apprends rien ! Les lutins magiques ont tous un embonpoint que les humains n'ont pas. Le serveur apportera-t-il la carte des menus sous peu ? "

Je goutai à mon verre lorsqu'il eut finit son exposé. En effet ce vin avait une saveur des plus ravissante. Mais de la à deviner sa provenance, ça j'en étais incapable. j’accueillis donc les détails de mon compagnon avec un petit haussement de sourcil, impressionné pas sa compétence.

" Je ne pourrais pas en dire autant de vous quand à la contenance de mon verre, mais je dois avouer que ce vin est des plus raffiné. Cependant, je vous l'accorde, il n'arrange en rien ma faim! Serait ce vos voluptés de fumées qui creusent ainsi l’appétit? Ah! Voici le menu qui arrive"

Le serveur qui nous avait installé vint à nous avec deux menus. A l'image du restaurant ceux ci étaient tout aussi impressionnant. L'eau me vint à la bouche ne serait-ce qu'en lisant les mets proposés. Je jetai un coup d’œil à mon compagnon de table, curieuse de savoir ce qu'il allait choisir et hésitante sur ma propre décision. Je me résolu finalement à commander le menu avec pour entrée "La Dorade Grise" et comme plat "La Barbue". Il s'agissait pour l'entrée de ma préféré, celle que je prenais toujours en venant ici. Le plat était par contre le seul que je n'avais jusqu'à ce jour pas mangé.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana] Sam 11 Mai - 22:10




Général Zero
____________________________________________


" Je ne pourrais pas en dire autant de vous quand à la contenance de mon verre, mais je dois avouer que ce vin est des plus raffiné. Cependant, je vous l'accorde, il n'arrange en rien ma faim! Serait ce vos voluptés de fumées qui creusent ainsi l’appétit? Ah! Voici le menu qui arrive "

Quelle raffinement, quel savoir vivre ! Cette dame était faite pour un lutin magique comme moi ! Mais était-elle prête à accepter la demande en mariage de quelqu'un de mon espèce ? Mais ce n'était pas le propos du soir, on fêtait mon adhésion au CP9. Le serveur apporta les menus. Je parcourais le mien minutieusement, à la recherche du plat idéal : feuilleté de cèpes aux amandes, purée de truffes et canard confi, champignons de paris farcis ... Que de choix et si peu de temps ! A vrai dire j'en salivais d'avance jusqu'à ce qu'un fracas assourdissant se fit entendre. Peut être un serveur qui venait de renverser quelque chose en cuisine. Non. Cela venait des étages supérieurs. Une nouvelle détonation résonna à travers tout le bâtiment. S'ensuivit alors une secousse. Puis deux. La troisième fut la plus violente. Le plafond se fissura au dessus de nos têtes, de la poussière tomba sur la table. Mon verre de vin était fichu. Dans un sang froid olympien, je me levai de table et sondai le plafond d'un regard interrogateur.


" Dieu du ciel, que se passe-t-il donc ? "

Au dehors, on entendait des hurlements, des cris et des coups de feu. Qu'est ce qui se passait donc ? Nouvelle série de tremblements, et c'est l'explosion. Le bruit est indesciptible, il défonce les tympans, il est lourd. Mon corps est parcouru de frissons, et avec horreur je vois que le plafond s'écroule sur nous. Le temps d'exécuter un Soru me permet de m'écarter avant de me faire écraser sous les tonnes de gravats. Je me demande où est donc passé ma ravissante directrice, je scrute tout autour de moi. Mais pas moyen d'y voir quoi que ce soit à travers cet épais nuage de poussière qui s'est fomé. La brume se dissipe quelque peu, et je semble être à quelques mètres de quelque chose de massif et très grand. Aussi colossal qu'un géant. Mais de quoi s'agit-il ? C'est une machine ! Incroyable. Un monstre mécanique fait d'acier et de chrome, à moitié rouillé. La machine immense est androïde, je la qualifie donc de robot géant. Elle emet un clignotement rouge en son sommet, je sens les rouages de ses entrailles vibrer jusqu'au plus profond de mon être. Cette créature était l'incarnation du cauchemard. Qui pouvait faire face à cette chose ? La machine laissa crisser ses articulations, et se releva. J'étais face à elle, et pour tout dire, je me sentais tout à fait impuissant. Mes champignons étaient inefficaçes contre les corps mécaniques. Et je doutais en venir à bout à l'aide du rokushiki.


Mais qu'importe ! Je saisissais mon courage à deux mains et passai à l'action. J'utilisai le Soru pour arriver tout près de ce tas de ferraille. Une fois contre la grosse carlingue, j'utilise une technique dont seul moi en ai le sect : le Tekkai Gun. Un Finger Gun renforcé par le tekkai tout le long du doigt. L'effet perforateur est non seulement amplifié, mais un effet percutant est ajouté. Mais alors que mon doigt pénètra cet étrange acier, je sentis mes forces me quitter ... Le robot lèva son gigantesque bras qu'il s'apprêta à abattre sur moi. J'eus seulement le temps d'utiliser un Tekkai pour résister au terrible impact. Malgré ma défense, je fus projetté dans les airs avant de retomber lourdement sur le sol. Ma tête tournait alors que l'effet de faiblesse me quittait ... Seule une matière me procurait cet effet-là ... Du granit Marin ! Le monstre de métal était constitué de granit marin ! Quel genre de génie pouvait construire un engin de cette sorte ? La Marine ? Non ... Cette technologie si avancée ... C'était sa signature. Lui ? Non, il avait été tué de la main des membres de l'état-major : Ao Tatsu, Makkura, Akazou, Shigeru Yamamoto ... Le Dieu Noir Sayuki ! En tant que membre du gouvernement, personne n'ignorait les méfaits commis par ce génie. Et il semblait que ses créations soient encore de ce monde. Une lumière bleuâtre illumina la pièce, le robot libéra un rayon multicolore qui se déploya tel un éventail dans les airs, formant ainsi un hologramme. Un homme au physique disgracieux apparut ... Un gros nez aquilin, une moustache touffue, une morphologie semblable à celle d'un oeuf ... Je n'avais aucun doute, il s'agissait d'un lutin magique ! L'auteur de cette attaque mécanique se mit alors à exploser de rire et déclara :


" BOUAH AH AH AH ! Eh bien, Enies Lobby ? Il semblerait que la voie aérienne de votre petite île soit encore difficile à sécuriser ! Commençons par les présentations, voulez-vous ? Vous êtes en face de ma création que j'ai mise au point avec l'aide du plus gand génie de ce monde : Sayuki ! Ce petit bijou répond au nom de Titan-A8. Une machine qui sera bientot qu'un simple soldat au milieu de toute une région qui ravagera le monde. Pas besoin de connaitre mon nom, je suis le Général Zero ! Sayuki avait à son service quatorze généraux qui ont tous été tué ... Du moins officiellement. Car dans l'ombre, il avait un quinzième général, qui conceptualisait à ses côtés ses plus grandes machines de guerre : moi ! Et je viens réclamer vengeance ! Je suis l'héritier de Sayuki ! J'ai refait mon propre repère, mobilisé des révolutionnaires pour m'aider à refonder l'organisation de Sayuki. Nos machines réduiront en cendres le Gouvernement Mondial, et cela commencera par l'éradication de tous les complices de la destruction des plans de notre maitre bien-aimé ! Et cela commence par la mise à mort de Ellana Shiwara, directice du CP9 qui a participé à la destruction de la base de Cold Fresh ! Les scanners de Titan indiquaient qu'elle était ici ... Bien, je vous souhaite bon plaisir avec mon jouet, ne l'abîmez pas trop, j'en ai besoin pour m'en faire une armée. Je dois couper la communication, le réseau n'est pas top, ici. BOUAH AH AH AH ! "

Ainsi donc il restait encore un apôtre de Sayuki en vie. Il venait d'envoyer sa machine effectuer la sale besogne de tuer Ellana Shiwara. Chose que je n'allais pas laisser faire ! D'ailleurs où était-elle ? Etait-elle de taille face à ce monstre mécanique ? Je décidai de faire le mort pour l'instant en attendant l'arrivée d'éventuels renforts. Mais que faisait la garde de l'île ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entretien d'embauche [PV : Ellana]

Revenir en haut Aller en bas

Entretien d'embauche [PV : Ellana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Enies Lobby-