AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 0:08

Oh oui ! J'aime faire chier les gens !
Voilà, cela faisait déjà quelques jours que j’étais sur ma barque. Depuis mon départ de l’île Boxeuse. Quand j’étais dessus, elle n’arrêtait pas de grincer. Visiblement, mes 240 kilogrammes étaient un peu trop lourds pour elle. Néanmoins, même si elle râlait un peu trop. J’aimais bien ce petit objet en boix. Pourquoi ? Tout simplement, car même quand je dormais et qu’il y avait de petites vagues, elle ne s’était toujours pas renversée. Visiblement, le bon dieu était avec moi ! Il ne voulait pas me voir mourir. Après que j’eus mangé des choses, précédemment volé sur l’île que je venais de quitter, soit un saucisson à l’ail, un melon, un carpaccio de bœuf et une bouteille type magnum de porto (Note de Puncho : Que c’est bon cet alcool n’empêche, je pourrai en boire des litres par jour) ! Et oui, cette petite entrée avait l’air bonne ! Néanmoins, j’aurai encore faim après ! Quoi ? Cela ne vous impressionne quand même pas ! Vous croyez que pour un mec de 3 mètres 20 de haut, une petite salade verte suffit ? Pffff, franchement, vous me décevez. Bref, revenons au plus important … moi ! Après m’être légèrement rempli la pense, il fallait maintenant que je fasse la sieste. Histoire que le soleil ne me fasse pas trop chier en dormant. Je mettais un simple journal sur ma tête.

Quelques heures plus tard, je fus réveillé par les bruits, témoignant d’une activité humaine. Et oui, sans contrôler mon navire, il avait vogué jusqu’à un port. Après avoir manœuvré mon bateau, je faisais craquer mon dos, ainsi que ma nuque, avant de monter sur le quai. Là, je fus manœuvré par un petit type, qui se croyait tout permis. L’homme voulait me faire payer une taxe pour que mon navire y soit enregistré. Visiblement, il n’était pas trop intimidé par ma taille et mon poids. Ne le prenant pas au sérieux, je ne pus m’empêcher de rire et de me tailler, comme si je n’avais rien entendu, cependant, il ne voulait pas que je me casse … Oh que non, il voulait bien me faire chier avec sa putain de taxe ! Bien entendu, n’ayant pas envie d’argent sur moi, je regardais l’homme de loi et lui disais cela : « Mais t’es sérieux mec ? ». L’homme me répondait que oui, malgré son look de crevette, ce n’était pas quelqu’un qui se faisait marcher dessus. Alors, voulant qu’il arrête de me faire chier. J’optais pour une tactique plutôt extrême, qui était de détruire mon navire ! Et oui, car quand il ne reste que ça, il faut bien le faire. De plus, étant donné que je ne suis un type, qui a tendance à contourner les règles que l’on m’impose, voler une barque était dans mes cordes. A l’aide de puissants coups, je faisais de gros trous dans ma barque, qui ne put s’empêcher de couler avec toute l’eau qui l’envahissait peu à peu. Une fois que j’eus fait ça, je me retournais vers le type, qui avait avalé un peu trop de Chiantos en se levant et je lui disais cette simple phrase : « Voilà mec, plus de bateau, plus de taxe ! Bonne journée ».

Tout fier de moi, je partais vers la criée du port en chantonnant, là où se déroulait le marché, afin de pouvait manger quelque chose de bien consistant, sans le payer bien entendu. Une fois que je fus arrivé là-bas, je faisais le tour du marché. Essayant de trouver les meilleurs restaurants, ainsi que les ateliers de dégustation. Après avoir tout vu et avoir mangé de tout, même si certains plats n’avaient pas l’air super bon. Je m’asseyais dans un petit, où la spécialité, c’était le poisson ! Et oui, ce n’était pas dur à deviner pourtant ! Bande de crétins mal-coiffés ! Étant un véritable, éléphant de pachyderme sur patte, je décidais de prendre le plus gros plat, soit l’anguille d’East Blue, connu pour sa chaire fondante et sa taille relativement grosse. D’ailleurs tellement qu’il ne la proposait pas entière dans leur menu, mais seulement par portion. Bien entendu, comme moi, je n’étais pas comme l’un de leur visiteur habituel, je prenais 3 fois le même plat. Etant donné que quand j’étais tout seul à une table, mais si l’on pouvait me regarder d’un regard étrange. J’adorais manger avec les mains. Bien entendu, n’étant pas un gros porc, après, je m’essuyais tout de même les mains. Après quelques longues minutes d’attente, mes trois plats arrivèrent. Comme j’avais énormément faim, je n’attendis pas 3000 ans pour commencer à engloutir à ce plat, et chaque poignée que j’engloutissais étaient plus conséquente que la précédente. Afin de faire passer toute cette poiscaille, sans vomir, j’arrosais cela de quelques pintes de bière, qui avait un soit disant gout de noisette ! Encore une rumeur à la con, qui était là pour faire vendre cet alcool.

Alors que j’allais finir ma dernière assiette. Une idée pour ne pas payer, me vint à la tête. C’était d’aller aux toilettes et de m’enfuir par ces dernières. Après avoir demandé au barman, s’il y en avait dans son restaurant, je m’y précipitais, en faisant croire que ma vessie allait exploser, à cause de toute la cervoise que j’avais bue. Une fois là-bas, j’allais dans un des cabinets, pissais un bon petit coup, avant d’inspecter le mur, afin de voir si je pouvais le casser moi-même ou pas ! Et oui ! Dieu avait écouté mes paroles ! La façade en face de moi, n’était composée que de bois, qui commençait à être vieux ! En plus de m’enfuir ! J’allais pouvoir aider ce barman, en détruisant un mur, qui allait s’écrouler dans les 5 ou 10 années qui viennent ! Hallelujah, mes frères et mes sœurs ! Après m’être mis dans la position habituelle des botteurs de rugby, soit la célèbre pose caca debout, tout en se tenant les poings. Je délivrais un puissant coup de rangers taille 61 dans le mur. Mon coup fut tellement puissant que le bout de ma jambe restât coincé dans le bois et là, je n’avais pas l’air con. Après un lourd effort, j’arrivais à le retirer, tout en emportant avec moi, quelques lattes. En plus, j’étais même tombé sur le dos, tout en passant à travers de la porte des waters ! Et oui, quand on est doué comme moi ! Des comme ça, arrivent souvent. Pendant que cela commençait à s’animer dernière moi, étant donné qu’ils avaient sûrement du entendre les différents que j’avais précédemment faits, et que ceux-ci n’étaient pas ceux d’une merde tombant dans les chiottes, je devais me dépêcher. Alors, je finissais le mur à coups de lourds coups de poings, je m’étais totalement transformé en marteau piqueur des temps One Pieciens !

Après le douloureux travail que je venais d’accomplir, je pouvais enfin sortir de la taverne où je m’étais rassasié. Néanmoins, les emmerdes n’étaient pas finies pour moi. D’un côté, il y avait un solide bataillon de marins, armés jusqu’aux dents, avec la ferme intention de m’envoyer en taule pour un bon moment. En plus, le type qui le commandait avec sa jambe de fer, n’avait pas l’air commode. Et de l’autre, heureusement pour moi, ils étaient un peu plus marrants, mais tout aussi chiants. Il y avait un type habillé d’un simple costard cravate, qui devait peser dans les 120 kilo’s pour seulement 1 mètres 75, en train de manger une tarte à la crème, qui était en train de dire cela aux gros clowns qui l’accompagnaient :

Oh Oh Oh Oui ! Je le veux dans mon cirque ! Je le veux ! Ce sera le plus fort des worlds strongest men ! Il pourrait faire des tas de tours ! Oh oh oh oui ! A moi, la richesse !


(c) fiche par ocean lounge



Dernière édition par Giorgio Puncho le Ven 10 Mai - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 11:03



○○○ Une GRANDE rencontre ○○○



J'avais quitté Shell Town en compagnie d'un Sabreur rencontré sur place. Il s'appelait Azuma et il venait des nuages. Pour être exact je l'ai rencontré dans les prisons de Shell Town. Ma présence là-bas était simple, j'avais besoin d'entrer dans la base. C'est fou à quel point un soldat de la Marine peut-être stupide. Il croyait effrayé un gamin de dix ans en le mettant en prison. Ils ne sont vraiment pas sérieux ceux-là. Je ne vais pas me plaindre il est plutôt sympa ce petit sabreur. Bon, il ne connait rien à ce monde et je le soupçonne d'imaginer des trucs bizarres sur moi. Enfin, ce n'est pas très graves, il n'est pas méchant. La preuve, il n'a même pas osé tuer les Marines qui nous ont attaqués. Moi à sa place je leur aurais coupé la tête ! Bon, ok, moi je n'ai fait que les assommer, mais si je me mets à exploser tout ce qui bouge, ma couverture va sauter. Il faut que je profite encore un peu de mon statut de "jeune enfant innocent". Bon revenons à notre voyage, parce que oui, nous nous sommes résigné à quitter Shell Town. Disons que cet endroit ne voulait plus de nous. On avait pris la direction d'une petite île à bord d'un petit bateau de fortune voler. Il était pas dégueux, mais il n'avançait pas ! Sur l'île où nous accostions il semblait y avoir beaucoup d'animations. Seulement, dès le premier pied posé, un type bizarre s'approcha pour nous demander une taxe. Je soupirais, puis je prenais un grand sourire.

-Un bateau ? Quel bateau ? J'ai pas d'bateau moi, vous avez vu un bateau ? Moi non. En tout cas, si vous voyez un bateau, dites-le moi ! J'adore les bateaux ! Vous aimez les bateaux ? C'est bien les bateaux. Mon grand-père avait un bateau lui, il était grand, c'était un grand bateau, il était...
-AH ! C'EST BON STOP ! Dégagez les gamins, j'ai autre chose à faire qu'écouter vos histoires !

Je repartais en sautillant joyeusement, le sourire aux lèvres. Les gens n'ont plus de patience de nos jours. Il suffit de les saouler de paroles pour qu'ils abandonnent. De plus, ce n'était pas mon bateau, je l'avais volé. Par conséquent ce n'était pas à moi de payer la taxe. Il devrait installer des espèces de plaque avec des chiffres sur les navires. Ensuite, ils pourraient les référencer et savoir à qui appartient quel navire. Quelle idée stupide ! C'est quelque chose qui ne marchera jamais, c'est trop de boulot pour ces flemmards de gratte-papier.

Dans cette ville il y avait beaucoup d'animations, notamment un grand Marché. Beaucoup de Marchands étaient présents pour vendre leur marchandise. Il y avait une ambiance super et ça faisait plaisir à voir. Bon d'accord, ce qui faisait plaisir à voir c'était toute cette bouffe et l'alcool. Seulement, je n'ai le droit qu'à un des deux. Pendant qu'on avançait dans le Marché, on s'arrêtait souvent pour manger quelque chose. Que ce soit des fruits ou des petits plats, c'était un régal ! Puis, une tente un peu isolé attira mon regard. Sur le panneau était inscrit "Voyance : 5 Berrys pour votre avenir !". J'affichais un large sourire et je traînais Azuma avec moi sous la tente. L'ambiance était présente à l'intérieur et j'affichais un large sourire en regardant tout ça. Une vieille dame fit son apparition en sortant d'un rideau de perles. Elle me regardait avec de grands yeux rond et tendait la main. Je fouillais au fond de ma poche et je lui donnais ses Berrys. Puis il me tirait la main, en m'arrachant à moitié le bras.

-Ouwhoou ouwhoou... Les Aaaastres me paaaarlent... Tu vas faire une iiiimmmportante rencontre aujourd'huuuiiii... C'est... c'est un homme... Berk, mon dieu qu'il est moche... Un hoooommee fooooort... Ah, fin de la vision ! Pour la suite c'est 100 Berrys.
-Trop cool ! T'as entendu ça Azuma ! On va faire une rencontre, un homme fort elle a dit ! Ouaah, c'est dingue ! Aller ciao la vieille folle !

Je quittais la tente, hors de question d'en savoir plus. C'était déjà suffisant pour moi. Puis, je n'allais pas dépenser 100 Berrys. C'était une expérience amusante, même si je doutais de ses dons. Il était peu probable que je rencontre quelqu'un comme elle l'a décrit. Ce serait cool un super guerrier, super fort avec des cheveux en pointes et des muscles d'acier. De couleur rouge... non, de couleur verte ! Ouai, ce serait vraiment cool de rencontrer quelqu'un comme ça.

Tandis qu'on poursuivait notre visite de cette île, un attroupement vint attirer mon regard. Il y avait des Marines, ainsi que d'étranges personnages. Devant eux, un mec un costard, qui faisait au moins cent fois mon poids. Puis, c'est là que je le remarquai. Un homme très grand et qui semblait très fort ! Genre super guerrier de la mort qui tue ! Je montais sur mon disque et je me précipitais vers lui, ne me souciant même pas du public. Je montais d'un mètre avec mon disque, mais même ainsi je n'étais pas plus grand que lui. J'étais impressionné par ce type, c'était une montagne de muscle à lui tout seul. Là, je ne pus m'empêcher de lui poser un tas de questions.

-C'est toi ! C'est toi ! La vieille folle elle avait raison ! Moi c'est Shingen ! Dit, tu peux casser un navire ? Tu peux couper quelqu'un en deux ? AH mieux ! Tu peux éclater ses Marines tout seul ou tu veux un coup d'main ?

J'affichais un large sourire. Si au départ je m'amusais, ensuite, j'avais bien compris que les personnes autour de lui, n'avait pas l'intention de le laisser tranquille. Ma proposition était tout à fait sérieuse, car il était hors de question qu'il parte. Je voulais voir sa force et je voulais qu'il affronte tous ses types avec une main dans le dos et à cloche-pied ! Non, c'était peut-être un peu trop, mais j'avais quand même envie de le voir à l'oeuvre. Je n'en revenais pas que cette vieille folle avait vu juste. Bon, elle avait surement pas fait exprès, mais j'avais face à moi "La montagne". Bon, il ne manquerait plus qu'il soit doux comme un agneaux... Non, pas possible ! C'est un bourrin sanguinaire qui va manger l'île entière ! Ce type m'avait même fait oublier Azuma, je ne savais même pas ce qu'il faisait. Peut-être que lui aussi était impressionné par ce Type.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 14:43





Oh non, pas lui !


Je venais de quitter l'île sur laquelle nous avions faits un petit peu de grabuge avec Shingen, enfin c'était surtout son idée, moi je n'avais rien à voir là-dedans c'était le petit homme venu du futur qui avait fait beaucoup de grabuge là-bas, même que la Police a essayé de nous arrêter, mais heureusement que j'étais là, parce que c'est moi qui ait battu leur chef, c'est comme si j'avais coupé une tête à une araignée : ça bouge encore mais ça ne sait plus où aller. Enfin bref après avoir été en quelques sortes jeté de l'île comme des mal propres, nous continuions notre route à travers la "Mer Bleue", j'avais compris depuis longtemps pourquoi on la nommait comme ça, tout simplement parce que la Mer y était bleue et je n'arrivais pas à m'arrêter de la regarder, elle était si belle, si attrayante,si profonde. Enfin bref après avoir "emprunté" car je n'aime pas employé le terme "voler", ça fait voyou, un petit bateau tout mignon, nous avions continués notre route à travers "l'océan", c'était comme ça qu'on appelait la surface qui forme la "Mer Bleue", nous vîmes une petite terre en vue et nous y accostons rapidement. A peine Shingen avait-il posé un pied sur le sol qu'un homme bizarre aussi grand que mon compagnon de route vint à notre rencontre pour nous demander de payer une taxe, Shingen réussit à l'esquiver en embrouillant l'homme en question, bien que je ne sache toujours pas ce qu'était une "taxe", je me réjouissais de rien n'avoir à payer, puisque je n'avais pas d'argent.

Sur cette île, l'animation était au rendez-vous, des marchés et des gens de partout. Je suivais Shingen car il était mon guide dans ce monde qui m'était encore inconnu, nous traversions les marchés, le petit homme achetait à manger, nous nous arrêtions plusieurs fois car le petit était extrêmement vorace malgré son petit corps de crevette. Un moment, il lut le panneau d'une "voyante", je sais pas, peut-être avait-elle une meilleure vue que les autres, j'en savais rien et Shingen décidait d'aller la voir en m'expliquant que celle-ci était capable de lire l'avenir contre une certaine somme d'argent, ici ce n'était que cinq berrys. Après que nous nous soyons installés et donnés l'argent, la vieille dame devint soudain très excitée, elle attrapait le bras de Shingen et commença à lui dire qu'il allait rencontrer une personne extrêmement importante pour lui et qu'il était moche. Ca c'était clair et elle précisa que si l'on voulait plus d'informations il fallait payer 100 berrys. Shingen, l'ignorant royalement me sortit de là par la force en disant que c'était incroyable, enfin bref, il était content.

Nous poursuivions notre route sur cette île et nous voyions qu'il y avait l'air d'y avoir beaucoup d'animations pas loin d'un restaurant derrière ce restaurant pour être plus précis. Il y avait des Policiers, des gros gaillards et un encore plus gros cette tête, ce crâne luisant, il me disait quelque chose, c'était bizarre, il y avait quelque chose qui me faisait me dire que cette personne ne m'était pas inconnue. J'essayais de me rappeler et je me souvenais d'un coup qui il était, j'avais oublié son nom mais je comptais bien faire comprendre à Shingen qu'il n'était pas celui que nous recherchions. Malheureusement il était trop tard et le petit homme était déjà à côté de lui sur son disque volant en lui posant plusieurs questions. Je m'approchais alors du géant avec un regard dur, pour lui montrer que je n'avais pas oublié, c'était il y a deux ans.

-Oh non, pas toi. Enfin bref alors mon gros, on pète le feu ?




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 18:28

J’ai vraiment trop de fans !

Voilà, qu’encore une fois dans ma vie … J’étais dans la merde. Et là pas qu’un peu. D’un côté, il y avait une bonne vingtaine de marines, armés des pieds jusqu’aux dents, qui voulait me faire payer ce que j’avais détruit et mangé. Et de l’autre, il y avait un pauvre type en costard-cravate, accompagné lui aussi de quelques gorilles, mais cette fois-ci déguisés en clown (quoique ça ne change pas trop des marines). Néanmoins, ceux-là ne voulaient pas m’arrêter, mais bien m’emporter avec eux dans leur cirque … afin que je devienne un de leurs World Strongest Men. Mais bon, tous les types qui font de la force, savent très bien que dans le domaine de l’art et du spectacle, c’est plus du trucage qu’autre chose … malheureusement. Après que tous aient parlé, ce fut à mon tour :

Yosh bande de crétins ! Sachez que dans le monde où on vit ! Vouloir n’est pas pouvoir !

Alors que je m’apprêtais à les attaquer. Je fus stoppé dans mon élan par un gosse aux cheveux rouges. Que faisait-t-il là ? Est-ce que ces parents l’avaient perdu de vue ? Je ne le savais pas. Mais en tout cas, quelque chose me choquait dans son comportement, c’est qu’il n’était pas du tout effrayé par moi. En plus, de cela, il me posait une question quelque peu choquante pour un enfant de son âge. Et oui ! Totalement impressionné par ma taille et ma corpulence. Le petit homme me posait un tas de question ! Tous plus farfelues, les unes que les autres :

-C'est toi ! C'est toi ! La vieille folle elle avait raison ! Moi c'est Shingen ! Dit, tu peux casser un navire ? Tu peux couper quelqu'un en deux ? AH mieux ! Tu peux éclater ses Marines tout seul ou tu veux un coup d'main ?

Et oui ! Une vraie pipelette ! Voilà, la raison pour laquelle, je n’aimais guère les gosses ! De plus une de ces questions, était particulièrement conne. Comment je peux couper un type en deux. Si je n’ai pas de sabre sur moi ! Certes, avec un peu plus de force, je pourrai en déchirer un, mais pas le couper. Visiblement, son cerveau n’était pas encore assez mature pour ne pas poser des questions débiles. Après que ce fut au tour du gosse de parler. Ce fut à un autre ! Et visiblement, lui me connaissait … Mais moi nan ! En plus, il me demandait même « Comment j’allais ? », comme si on était pote ! Après quelques secondes de mures réflexions, où je le regardais un œil avisé. Sa tête de mec tranquille, me revenait peu à peu. C’était un gars avec lequel, je m’étais battu … Cependant, je ne pus me souvenir de son nom ! Et oui ! Car, moi, j’en ai combattu des tas de types ! Et si je devais me souvenir de chacun de leur prénom, je n’allais plus m’en sortir. Même, si je ne me souvenais plus de sonnom, je décidais quand même de lui réponse, histoire d'être courtois :

Wesh Bidule ! Bah écoute, là je vais surtout péter du marine ! *Respiration* Sinon, je ne savais pas que t’avais eu un fils ! C’est plutôt cool pour toi ! *Respiration*Ah oui et mon petit ! Bah je voudrai ne pas vous mettre dans la merde ! Donc je vais essayer de combattre tout seul !

Voili Voilou, je venais de dire ce long monologue, coupé à certains endroits par de soudaines et fortes respirations, qui étaient assez bruyantes. Après avoir dit ça. Je prenais une grosse inspiration et je me mettais sur mes appuis. Puis sans prévenir, tel un taureau, qui venait de voir passer devant lui, un géant habillé en rouge. Je fonçais dans le mêlée, grâce à de grands et rapides pas. Sur le chemin, je distribuais de puissantes droites à trois marines qui se trouvaient devant moi. Chacun avait été frappé à la tête et étaient maintenant tous les trois sonnés. Alors que je m'apprêtais à en assommer un autre. Mon arme favorite, soit ma main droite fut stoppée par une jambe de fer. Visiblement, leur chef voulait se mesurer à moi, avant que je ne m'en prenne à tous ses hommes. Voilà, le combat était maintenant lancé. Qui allait en sortir vainqueur ? Et est-ce que mes nouveaux « amis » allaient-ils m’aider ? Telles étaient les questions que je me posais.

(c) fiche par ocean lounge

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 21:40



○○○ Le sabreur, la brute et le gamin ○○○



Dans ma tête ce fut la surprise totale. Je regardais le géant, puis Azuma, le géant, Azuma, le géant... Quoi ? J'en revenais pas. Il m'avait pris pour le fils d'Azuma ! Il était vraiment pas très intelligent, tous dans les muscles, rien dans la cervelle. Je soupirais, mais il semblait que les deux se connaissaient. Même si je connais le sabreur depuis plus longtemps que la brute, j'ignorais tout des deux. En tout cas, il n'avait pas répondu à mes questions et ça, c'était embêtant. De surcroit, il me faussait compagnie pour aller jouer avec les Marines. J'hurlais pour qu'il revienne, mais rien à faire il était déjà en train de dégommer du Marines. Je ne comptais pas le laisser s'en sortir comme ça, il allait devoir me répondre. Puis j'allais lui montrer ce que sait faire un gamin. Je sautais de mon disque et au même moment l'imposante brute se fit stopper par le chef des soldats. Il semblait bien décidé à ce le faire. Seulement, pendant ce temps, le mec en costard avait envoyé ses sbires sur le gorille. Il avait dû faire quelque chose de grave pour avoir autant d'ennemis d'un coup. Je les stoppais dans leur course en me positionnant entre eux. La brute était derrière moi et je faisais face aux espèces de clowns. Je faisais tournoyé les parties de mon disque à pleine vitesse et avec un grand sourire. Les clown s'arrêtaient net et regardait le chef qui hurlait à s'éclater la cervelle. Moi je me tournais vers la brute, je n'en avais pas terminé avec lui.

-Bon... Machin ! Déjà je ne suis pas le fils du sabreur... tu carbures à quoi ? C'est de la bonne ! Puis on s'en fout, tu me dois des réponses ! Puis d'ailleurs c'est quoi ton nom ? Bon... on fait un deal, j'éclate ceux là, je te paye a bouffer et on en reparle... Azuma ? Je crois que c'est reparti !

J'avais un large sourire, j'étais content de me battre à nouveau. Seulement je n'avais pas vu que l'un des clowns tentait de m'attaquer par en haut. J'utilisais aussitôt l'une des parties de mon disque pour lui claquer en pleine tête. Ce dernier s'écroulait par terre, mais il se relevait pour tourner en rond et faire le pitre. C'était vraiment drôle à voir, je ne m'arrêtais plus de rire. L'autre imbécile en costard était fou de rage et il hurlait dans tous les sens. Ses clowns semblaient avoir peur de lui, pourtant il n'avait rien d'effrayant. Bon ok, il était rondouillard et il avait une drôle de tête, mais il n'avait pas l'air méchant. D'ailleurs j'ignorais d'où ils venaient ceux-là. Pour les Marines, j'avais compris en voyant l'énorme trou dans le mur, mais eux, c'était un mystère. J'imaginais un tas de choses. Peut-être que la brute s'était échappée d'un cirque ou quelque chose dans le genre. Peut-être même une foire au monstre ! Même si j'ai déjà vu plus moche que lui, mais c'est vrai qu'il ne devait pas avoir beaucoup de succès avec les filles.

-Hé Azuma ! Je te laisse ceux-là, je vais aller jouer avec mon nouvel ami !

Je disais ça avec un large sourire, puis je me retournais pour aller aider la brute. Je prenais appuis avec ma main sur un rocher et je sautais sur le dos de l'imposant gaillard en rigolant. Je prenais cette fois appuis avec mes pieds et derrière moi une grosse pierre me suivait, puis passait au-dessus de moi. Elle s'abattait sur deux Marines. Je retombais sur mes pieds pour être aux côtés de la brute. J'affichais toujours un large sourire, je m'amusais comme un petit fou. C'est fou ce que la vie à changer depuis mon dernier passage sur East Blue. Peut-être que j'étais beaucoup plus calme avant ? C'est vrai que je ne cherchais pas les ennuis. En ce moment je les croise à chaque coin de rues. C'était ça l'aventure ! Les envies d'équipage était de plus en plus forte et j'aurais aimé la grosse brute avec moi. Imaginez ! Un type aussi fort sous mes ordres, je pourrais casser des navires en deux et couper nos ennemis en deux ! Ce serait vraiment cool. Puis je monterais sur son dos et... bon, stop le délire, je doute qu'il soit un jour d'accord celui-là. T'façon, j'avais d'autres choses à régler avant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Jeu 9 Mai - 23:02





Encore de la baston !


Alors que le gros tas de muscle que je n'appréciais pas vraiment répondait à mon salut "amical" par un terme que je n'avais entendu auparavant, un terme qui était "Wesh", qu'est-ce que cela voulait dire, je m'en faisais une petite idée malgré tout. D'après la forme de la construction de la phrase, ce terme voulait surement dire "Salut" ou autre forme de salut à titre amical j'imaginais. En tout cas, il avait apaisé la tension que j'éprouvais à son égard et il fallait dire que pour m'apaiser, il en fallait pas beaucoup, il m'expliquait ensuite qu'il allait "péter du Marine", je ne connaissais cette expressions, déjà je ne connaissais le terme "péter" quelqu'un et je connaissais encore mois ces sois-disant "Marine". Il m'annonçait ensuite qu'il ne savait pas que j'avais eu un fils, un fils ? Où ça ? Je regardais autour de moi et je comprenais qu'il parlait de Shingen, je remarquais aussi que la respiration de celui-ci était extrêmement forte alors qu'il ne parlait pas beaucoup, problème de respiration peut-être ? Enfin bref après qu'il ait tout de même eu la décence de répondre à Shingen en lui expliquant qu'il ne souhaitait pas nous "foutre dans la merde." Encore une expression qui m'était totalement inconnue mais bon je m'y faisais avec cette brute épaisse.

Puis celui-ci se décidait à attaquer les Policiers qui lui faisaient face, il fonçait droit devant lui comme un bœuf et éliminait trois d'entre eux en une série de coups de poings, alors qu'il avait d'être bien parti dans sa lancée, il se fit stopper par ce qui semblait être le chef des Policiers, un homme qui avait une jambe d'acier. Enfin bref pendant ce temps-là une horde de tas de muscles habillées de manière assez marrante commençaient elles aussi à charger en direction de la brute épaisse, j'observais alors la réaction de Shingen qui faisait léviter son disque prêt au combat, si je le pouvais, je souhaitais éviter ce combat au maximum mais je sentais que cela allait être impossible. L'un des gros qui étaient marrants attaquaient par au-dessus, mais mon compagnon contrait aisément en plaçant un des morceaux de disque sur la trajetoire du saut, puis ce gros tas de muscle vint à tourner autour de Shingen comme pour le déstabiliser et cela avait l'air de marcher car celui-ci se marrait comme ce n'était pas permis durant un combat. Je commençais alors à dégaîner mon épée pour empêcher le pire de se produire, mais il semblerait que le petit homme n'avait pas besoin, il reprenait son sérieux rapidement et repoussa l'offensive d'un des colosses, puis il vint m'annoncer que c'était à moi de m'occuper des gros pendant que lui aidait quelqu'un d'encore plus gros. Bon bah comme on dit je n'ai pas le choix et je commençais à dégaîner mon sabre banal.

Je me mettais donc en travers du chemin des colosses et les invita à venir se battre, ils étaient certes grands et forts, mais ils n'avaient aucune techniques particulières qui devaient m'effrayer. J'utilisais des offensives précises qui les empêchaient d'approcher et certaines faisaient mouches, celles qui faisaient mouches ne blessaient toujours pas car je tapais avec le plat de mon sabre pour les mettre KO et lorsqu'ils tombèrent tous dans les pommes. Le colosse qui avait l'air d'être celui qui le dirigeait s'approcher de moi et il se mit dans un accoutrement des plus bizarres, en effet il n'était vêtu que d'une sorte de salopette en matière bizarre avec des couleurs flashy, le genre de tenue que porte des "catcheur" si je me rappelle bien du nom. Cela me faisait plus rire qu'autre chose, et lui ça l'énervait encore et encore, pour réaction, il gonflait de plus en plus ses muscles peut-être pour m'impressionner mais il n'en était rien, je baillais et cela semblait être la goutte d'eau qui fit déborder le vase, il fonçait sur moi à toute allure sans perdre un instant et écrasa son énorme poing là où j'étais censé me trouver, soulevant un énorme nuage de fumée. Heureusement que j'avais esquivé et que je n'avais pas faire une épreuve de force, je le revoyais venir à la charge alors qu'il semblait satisfait du résultat de ses poings. Et rebelote il utilisait la même technique qui devait être basée sur l'intimidation, mais cela ne marchait pas avec moi, je fonctionne avec courage et honneur et pas par la peur, alors qu'il s'apprêtait à me renvoyer exactement le même coup j'en eus assez et je décidais d'en finir une bonne fois pour toutes.

Ittoryuu Iai : Ryû no ōtō

Spoiler:
 

Cette technique eu pour effet de mettre complètement KO le colosse, je m'étais enfin débarrassé d'eux sous le regard ébahi des gens qui regardaient, comme si je venais de faire quelque chose de grave. J'avais tout simplement mis hors d'état de nuire, sans pour autant tuer, les hommes qui voulaient me faire du mal, c'était la moindre des choses je pense. Enfin bref, je retournais alors vers l'autre groupe qui se battait contre les Policiers.




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Ven 10 Mai - 19:37

BATTLE ROYALE !!!

J’avais fini ma petite charge, trois soldats dormaient déjà trop tard. Mais alors, que j’allais encore en frapper un. Mon arme préféré, mon poing gauche fut stoppé par quelque chose. C’était la jambe en métal du plus haut gradé. D’ailleurs quelle idée d’en avoir une en acier ? J’avais failli me casser les phalanges avec ces conneries. Alors que j’étais au point mort. Le petit homme de tout à l’heure était revenu me parler ! Visiblement, il n’avait pas compris que je m’en foutais de ses questions. Néanmoins, là, il abordât un point sensible de ma personnalité, qui était la bouffe ! Et oui, quand on prononce un mot en rapport à cela ou à l’argent, je ne fais qu’écouter. Il me disait, qu’étant en combat. Son petit interrogatoire sera rapporté à plus tard, après qu’on se soit battu, contre tous ses ennemis. Alors, que j’écoutais les paroles de celui-là. Mon ennemi ne se gênait, il avait reculé pour mieux m’attaquer. Et oui, quand je retournais la tête vers ce soldat. Je vis un objet en métal se heurtait à ma tête et ce n’était autre que la jambe du marine. A cause de cela, je fus déséquilibré et choqué sur le moment, que je ne pus m’empêcher de tomber par terre. En plus, ce connard avait réussi à me couper avec ses orteils bioniques.

J’étais maintenant au sol. L’homme auquel je faisais face, préparait une nouvelle attaque. Et oui, ce fou qui voulait en finir vite avec moi, avait fait quelque chose d’impressionnant (surtout pour moi, avec mon agilité de cheval), il levât sa jambe bien haut, tellement qu’il faisait un grand écart vertical. Avant de faire retomber sa jambe de métal sur ma nuque, afin de me faire taire une bonne fois pour toute. Bien entendu, comme je ne voulais pas crever aujourd’hui, je faisais une petite roulade sur le côté. Au lieu de cogner ma tête, il heurtât le sol.

Quand, je me relevais, je n’étais plus entouré par les mêmes hommes, mais bien par deux simples soldats. Le premier, un peu trop sûr de lui, fonçât sur moi, je n’eus qu’à le saisir au coup, puis à le soulever bien haut, je profitais de ce moment-là pour l’étrangler, avant de lui faire dire bonjour à mon genou, en le faisant redescendre sur celui-ci. Comme ce dernier, n’aimait guère les visiteurs, le pauvre homme eut un nez et quelques dents de casser. Et oui ! Mieux vaut ne pas faire chier toutes parties de mon corps. Quant au second soldat, j’optais pour une technique, nettement plus efficace et rapide, je le prenais au niveau du col et sa jambe droite, avant de le soulever et de la balancer avec force sur le soldat, précédemment blessé, histoire de le faire encore plus souffrir, comme si la honte d’avoir perdu en 1 versus 1 contre moi, n’était pas assez grande.

Après que j’en eus fini avec ces deux-là. Je cherchais du regard leur chef. Ce dernier n’avait pas bougé et me narguait en me faisant un doigt d’honneur ! Oh le salop, il allait me le payer ! Il ne faut jamais prendre à la légère un homme que l’on ne connait pas ! Surtout, si cette personne, c’est moi ! Pendant que je marchais rapidement vers lui, je fermais les yeux et quand je les ouvris, j’étais maintenant en face de lui et j’utilisais l’une de mes techniques préférée, le multi-punch. Lui distribuant ainsi trois droites très rapidement, en direction de la hanche, qui se trouvait au-dessus de sa jambe de métal. Étant donné que s’il avait une blessure-là, il y avait des chances qu’elle lui fasse encore mal si je l’attaque. Toutes mes attaques, sauf une avaient réussit à la toucher. La première n’avait pas atteint sa cible, étant donné que c’en était une, qui visait son ventre et qui servait à briser sa garde, quant aux atteindre, elles touchèrent bien sa hache et j’avais vu juste, l’homme ne pus s’empêcher de faire une grimace. Pendant qu’il avait mal, je faisais quelques pas en arrière, avant de lui foncer dessus, une fois assez proche de lui, je lui disais cela :

Après ce multi-punch ! Voici un bain de bouche offert par la maison !

Je n’attendis pas qu’il contre-attaque, pour lui sauter dessus et lui attraper sa tête, que je faisais descendre sur mon genou, pendant que ce dernier remontait. Contrairement au soldat de tout à l’heure, ce ne fut pas le côté de sa tête, qui touchât en premier mon membre, mais bien son menton. Et là, ce fut les dents qui en prirent un coup, certaines furent briser et sa langue n’allait plus très bien non plus, étant donné qu’il avait surement du se la couper. Cela expliquait le sang, qui sortait de sa bouche. Ne voulant pas m’en mettre plein les mains, je le repoussais. Est-ce que ce combo allait suffire à le vaincre ? Telle était la question que je me posais ! La réponse dans mon prochain post’ ! Même forum ! Même rp’ ! Même lien !
(c) fiche par ocean lounge

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Ven 10 Mai - 21:58



○○○ Prolongation du spectacle ○○○



Le combat était amusant et chacun avait son adversaire. Azuma s'occupait des drôles de types en costume, tandis que la brute s'occupait de leur chef. Moi j'avais choisi de m'attaquer au plus gros de la troupe de soldats. D'ailleurs ces derniers n'avaient pas vraiment apprécié que je les démonte à coup de rocher. Ils tentaient de m'attaquer à plusieurs, mais il n'était pas assez rapide face à mon disque. La moindre erreur leur était fatale, car j'étais capable d'attaquer, tout en me défendant. Ils étaient plutôt doués et ils ont faillit plus d'une fois réussir leur coup. Seulement je les tenais à distance. C'est alors que je senti une masse s'abattre sur moi pour me projeter vers l'avant. Je m'écrasais un peu plus loin et lorsque je reprenais mes esprits, je voyais un colosse. Il n'était pas aussi grand que la brute, mais il devait faire plus de deux mètres. Il avait redonné espoir à ses camarades, mais il m'avait aussi énerver. Je décidais de passer aux choses sérieuses, finit de jouer. Je me relevais avec un air sérieux. Il y avait plusieurs pierres de différentes tailles autour de moi. En un mouvement de main elles s'élevèrent. Je les envoyais à plein vitesse sur l'imposant Marine. Ce dernier bougea à peine et il semblait en rigoler. En réalité, ce n'était qu'une diversion. Au-dessus de sa tête se tenait un imposant rocher que je laissais tomber. La sanction était immédiate, il s'écroula.

-Aller... finit de jouer...

J'utilisais mes deux mains et derrière moi, quatre gros rocher se soulevait. Les Marines commençaient à vouloir s'enfuir, mais je les stoppais avec mes projectiles. Ils étaient tous au sol avec des blessures plus ou moins graves dû à la violence du choc. Je tournais la tête vers mes compagnons du moment et ils étaient en train de terminer leur combat. Je m'approchais d'eux maintenant que le calme était revenu. C'était un beau combat, bien qu'il soit tout de même un peu court.

-Bon, maintenant que c'est terminé... revenons...
-Vous croyez vraiment pouvoir vous en sortir comme ça ? Pwohohohoho, non non non... Admirez mon arme secrète ♫

A cause de tout ça, on ne surveillait plus autour de nous. Un type aussi petit que moi fit son apparition. Il avait lui aussi un costard et un haut de forme plus gros que sa tête. Il affichait un large sourire et je ne comprenais pas pourquoi. Puis soudain je compri la raison de cette joie. Derrière lui deux espèces de géants débarquaient avec un air idiot. Ce n'était pas réellement des géants, mais il faisait au moins trois fois la brute. Ils s'arrêtaient, puis il se grattait la tête. C'est alors que le type au chapeau ridicule leur ordonna d'aller se battre. Ils nous regardèrent tous les trois, puis l'un d'entre eux posa ses yeux sur la brute et il rigola. Il se dirigeait vers lui lentement, mais avec de grand pas. Le second quant à lui, regardait Azuma... et moi alors ? J'étais laissé tout seul dans mon coin, tandis que tout le monde allait pouvoir s'amuser.

-Vous êtes sérieux là ? Pourquoi c'est toujours les mêmes qui s'amusent... Non mais j'hallucine ! Ils m'ignorent en plus les deux gros moches.

J'avais beau faire des signes, ils avaient choisi leur adversaire. J'étais jaloux de ne pas avoir de géant pour me battre, c'est pour cette raison que je n'attendais pas et que je passais à l'action. Je posais ma main sur un énorme rocher, qui se soulevait en un mouvement. Je le projetais puissance sur la tête du géant qui faisait face à la brute. Il manqua de tomber, mais se redressa en se tenant la tête. Puis toujours en ayant l'air idiot "Aie... ça fait mal". Je faisais de nouveau léviter un rocher, mais cette fois-ci je l'envoyais dans ses jambes. Mon plan marcha à merveille... enfin presque, car il commençait à s'écrouler sur la brute. Je me mis alors à siffloter et à regarder ailleurs, comme si je n'avais rien fait.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Sam 11 Mai - 3:51





Un combat difficile !


Je venais de finir mon combat contre les brutes qui n'étaient pas si brutes que ça quand j'y repensais, elles étaient juste un petit peu excitées sans plus. Je retournais donc sur mes pas en me dirigeant vers les deux autres combats qui semblaient être finis. J'étais heureux de me battre aux côtés de personnes fortes telles que Masshiro ou encore ce gros plein de force brute dont je ne connaissais pas le nom. Après que nos combats se soient terminés, Mashiro, qui voulait dire quelque chose, se fit couper par un autre type qui faisait sa taille, surement un frère du mec qui a voulu nous faire payer la "taxe" à notre arrivée sur l'île, en tout cas, si c'était vrai, cela ne m'étonnerait guère. Il était comme qui dirait "classe" car on m'avait expliqué que lorsque l'on s'habillait comme cet homme était habillé, c'est-à-dire des habits hors-de-prix qui ne lui allaient pas du tout, on était considérés comme classe, donc moi je le trouvais assez classe.

Après un petit monologue, il fit signe à ses deux colosses qui devaient sûrement faire le double voire le triple du bonze qui était à nos côtés d'aller à notre rencontre. Après qu'il fut ce signe en y ajoutant l'ordre "Attaquez", ils se mirent en mouvement, l'un d'entre eux s'approchait de notre colosse et lui fit un sourire un peu abruti mais provocateur et je pense que cela ne plairait pas trop à notre chauve national. L'autre géant vint cette fois à ma rencontre avec l'envie de se battre on dirait bien, encore un combat c'était super, mais celui-ci allait être beaucoup plus compliqué que le précédent. Je me préparais donc au combat et je sortis dès le début mes deux sabres, prêt à y aller à fond directement. Je regardais du coin de l’œil ce qui se passait du côté de mon compagnon du moment et j'entendais surtout Shingen en train d'exprimer son mécontentement en balançant des rochers d'abord sur la tête et ensuite sur les jambes du géant, lui faisant perdre l'équilibre et celui-ci s'écrouler vers notre brute à nous.

Je m'amusais de la situation mais à peine avais-je commencé à sourire que je sentais une soulevée d'air monumentale, généralement ce genre de soulevées ne peut être provoquées que par des mouvements spécifiques, comme un coup de poing par exemple. Je regardais au-dessus de ma tête et je bondis in-extremis en arrière pour esquiver l'énorme poing qui fondait sur moi, celui-ci fit d'énormes dégâts lorsqu'il était entré en contact avec le sol, formant un mini-cratère par la même occasion. Je fis un seconde pas de recul pour contre-attaquer, arrivé à sa hauteur, j'esquivais encore son poing et j'essayais de lui couper le bras. Je n'y arrivais pas, aucune égratignures, j'étais littéralement confronté à de la roche on dirait bien, je repris donc une position de combat spéciale qui était celle de l'une de mes techniques, mais pour l'exécuter je devais encore esquiver son poing, ce que je fis avec une certaine aisance, je pris appui sur son bras pour arriver au niveau de son cou et utiliser une technique.

Nittoryuu Iai : Ryû no Hikokuchi
Spoiler:
 

Malheureusement pour moi, je ne tranchais rien du tout et j'évitais de peu de prendre d'énormes dégâts suite à un coup d'avant-bras en plaçant mes sabres en position de croix, encaissant le coup juste en étant repoussé. Je venais de me prendre lourdement un mur et je l'avais fissuré, je me relevais tant bien que mal, un sourire aux lèvres malgré le sang qui coulait de ma bouche et je m'adressais à Shingen.

Eh Shinge ! Toi qui as la technique pour les battre, aides-moi, je galère un peu là !




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Dim 12 Mai - 1:01

Toujours lever la tête pour me regarder, ça doit faire mal au cou nan?


Du sang coulait de sa pauvre tête ! Le chef des marines était maintenant à terre avec quelques dents, un morceau de langue et une mâchoire en moins. Tous les fidèles qu’il lui restait, étaient maintenant au tour de moi. Après ces quelques combats, leur nombre avait fortement diminué, mais leur sens de la justice était toujours intact. Ne voulant pas me fatiguer à les finir. Je prenais un fusil se trouvant par terre et visait la tête du capitaine des troupes avec. Alors que certains tentaient de s’approcher de moi pour se venger. Je leur disais cela :

Hé la bande de cons ! Si vous vous approchez, il meurt ! C’est comme voulez ! Son sort est maintenant entre vos mains.

Dès que j’eus dit cela. Tous arrêtèrent de bouger et me supplier maintenant pour que je leur rendre le corps de leur chef, tombé au combat. Ne voulant pas combattre des personnes, étant obligées de me supplier pour reprendre quelque chose qui était leur. D’un simple coup de pied, je leur envoyais le corps du blessé. Même s’il n’avait guère aimé mon geste de faire souffrir encore plus cet homme. Ils ne contre-attaquèrent pas et repartirent tous un peu plus loin, afin de penser leurs blessures. Alors que l’on croyait tous en avoir finis avec ce mini-massacre. Un homme fit son apparition, il n’était guère grand, il devait faire dans les 1 mètres 40 grand maximum. Néanmoins, même s’il était petit, il restait quand même classe avec son costard-cravate, ainsi que son haut de forme. Après avoir fait quelques pas, il disait cela :

-Vous croyez vraiment pouvoir vous en sortir comme ça ? Pwohohohoho, non non non... Admirez mon arme secrète ♫

Son arme secrète ? Mais quelle armée secrète ? Était-ce un canon, capable de raser une ville entière ? Et non, ce n’était pas une arme à feu, mais bien des hommes de grande taille ! Et pour une fois de ma vie, je devais regarder quelqu’un vers le haut pour voir la couleur de ses yeux. Car ces types-là devaient dépasser les dix mètres. Après qu’ils eurent fait les pitres en se grattant la tête. Ces deux hommes firent quelque pas vers le sabreur, ainsi que moi. Alors que je m’apprêtais à en affronter un. Une caillasse venait d’atterrir sur la tête du géant. Mais d’où venaient-elles ? Je ne le sais pas ! Mais bon, en tout cas, j’étais content que cela arrive à ce moment-là. Grâce à ce coup-là, le géant était maintenant sonné. Après avoir titubé, il tombait par terre comme une pauvre merde. Comme je savais qu’il pouvait se relever à tout moment. Je me jetais sur lui, mettant mes deux jambes autour de sa tête. Puis, je prenais une grande inspiration, avant de lever haut mes poings vers le ciel et de lui donner une bonne rafale de châtaignes. Histoire de le sonner encore plus. Bien entendu, cela ne se fit pas dans le pur bonheur pour moi. Frapper contre quelque chose d’aussi dur, me faisait un peu mal au poing. Mais au moins, cela évitait que le monstre ne se relève. Une fois, qu’il eut l’esprit totalement dehors, je prenais une pierre se trouvant non loin, afin de terminer le boulot ! Et oui, comme j’aimais si bien le faire, ramasser des objets proches, pour s’en servir d’armes, était mon petit plaisir. Grâce à ce rocher, je continuais de fracasser la tête du géant avec. Après quelques coups, du sang sortir d’une blessure, que je lui avais faite au visage. Croyant que cela n’allait pas suffire pour vaincre quelqu’un d’aussi grand, je visais maintenant les yeux. Car sans ces derniers, à la fois, il ne pourrait plus rien faire et c’était la mort assurée. Une fois que j’eus fini ce boulot de merde. Je me relevais paisiblement. Comme le bretteur avait quelques problèmes avec son homme de grande taille. Je décidais de l’aider. Vu qu’il y avait encore quelques personnes sonnées, par terre, je m’en saisissais d’un, que j’attrapais au niveau de son col, ainsi que de son genou droit. Puis en tournant sur moi-même, je prenais de la force. Et après une grosse inspiration, tout en faisant le balancier de l’arrière vers l’avant. Je lançais le pauvre petit soldat sur la brute. Espérant que cela crée une ouverture pour que mes compagnons d’infortune puisse le buter une fois pour toute.

Alors, que j’aurai pu en plus de faire ça, les aider d’avantage. Je fis quelque chose d’autre. Je m’avançais vers le connard au chapeau, qui nous avait lancés ses monstres dessus. Etant un homme sympa avec mes alliés du moment, je voulais défoncer ce pauvre petit bonhomme. Alors, que l’homme avait remarqué mon regard quelque peu sadique. La première chose qu’il fit était de fuir. Néanmoins, ses petites jambes l’empêchaient de faire cela vite et je n’eus qu’à le ralentir, en lui faisant un croche-patte, pour qu’il en tombe par terre. Pendant qu’il essayait toujours de s’enfuir, mais cette fois-ci en rampant. Afin de le stopper net dans son effort inutil. Avec ma célèbre rangers de taille 61, je l’écrasais en essuyant fortement mes chaussures sur son 31. Alors qu’il était stoppé sur place et qu’il tremblait comme une fillette. Je mettais l’une de mes mains sur son coup et l’autre sur l’arrière de son genou gauche et le soulevais facilement pour le mettre au-dessus de moi, en ayant mes deux bras de lever à leur point maximal. Une fois que l’homme fut à une hauteur comme celle-ci, il n’eut à faire qu’une seule chose, me supplier, disant que si je ne lui faisais, une grosse récompense sera bientôt entre mes mains. Etant avare, mais pas forcément con, je refusais sa proposition et précipitais son corps sur mon genou, afin de lui casser les vertèbres qui composaient son dos. Une fois que cela fut fait, le petit homme tombât par terre avec un dos en bouilli, tout en criant de douleur et de désespoir. Comme j’avais les oreilles particulièrement sensible et que je n’aimais pas les cris d’une personne. Je mettais mon pied sur sa bouche pour le faire taire et l’étouffer au passage. Une fois que cela fut fait, je disais cela à mes nouveaux « amis » :

Putain ! Moi, tous ces combats, ça m’a donné faim ! Tu m’avais pas dit que tu me payais un truc à bouffer ?
(c) fiche par ocean lounge

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Dim 12 Mai - 9:58



○○○ Fin d'un grand combat ○○○



La brute profita de mon attaque pour s'occuper du géant, du coup je n'avais plus grand-chose à faire. Azuma de son côté s'occupait du second. Je prenais un air boudeur en soupirant. Regardant tout de même les combats d'un oeil. D'un côté la brute réussie à se défaire de son adversaire, après de nombreuses attaques, mais pour le sabreur c'était différent. Il faut avouer qu'il fait plutôt petit bras face à ce géant. Il tenta de se défendre, mais il fut rapidement éjecter dans un mur. C'était à mon tour d'entrer en scène ! Enfin, j'ai cru un instant que la brute, qui ne semblait pas rassasiée de violence, allait s'occuper de lui. Heureusement, il changea de cible rapidement pour s'occuper de l'autre petit avec son chapeau. J'affichais un large sourire, c'était à mon tour de jouer et j'allais faire mal. Le géant se dirigeait vers Azuma, mais c'était moi son adversaire, j'envoyais une grosse pierre dans sa tête. Il grogna et changea de direction pour venir à ma rencontre. Entre temps, j'avais préparé plusieurs pierres que je faisais lévité derrière moi. Elles étaient solides et tranchantes, il allait prendre cher ! Il s'approcha de moi et brandit son imposant bras pour m'écraser. J'envoyais une première qui lui transperça le bras. Il hurlait de douleur, mais ça ne faisait qu'augmenter sa rage. J'en envoyais une seconde dans sa jambe et la dernière dans son épaule. Malgré trois projectiles plantés dans son corps, il ne semblait pas décidé à s'arrêter. Je n'avais pas dit mon dernier, j'esquivais son attaque tout en ramenant mon disque vers moi. Puis d'un geste rapide je l'envoyais dans le crane du géant. Il resta debout un instant, puis il s'écroula en arrière.

-Je crois qu'il va avoir mal au crane demain celui là !

Je récupérais mon disque qui était tâché de sang, mais je ne m'en souciais pas et j'allais aider Azuma à se relever des décombres. C'était un beau combat et les gens autours était à la fois effrayé et surpris. Nous avions fait le spectacle, on aurait même pu les faire payer un ticket. La brute avait fini de jouer avec le petit au chapeau ridicule et il se dirigeait vers nous. Dès qu'il ouvrait la bouche je compris ce qu'il voulait. Je lui avais précédemment promis un bon repas. Je me mit alors à rire, car malgré tout ces combats, ce colosse ne perdait pas de vue le principal. Nous étions juste à côté d'un restaurant, même si la brute semblait en sortir, je trouvais ça amusant d'y retourner.

-Aller, tu as bien mérité ton repas l'ami ! Allons donc fêter cette victoire devant un bon gueuleton ! C'est moi qui offre, prend ce que tu veux !

Bon, vu la taille de ce type, il ne devait pas manger que des sandwich ou alors par caisses de cent. Je comptais improvisé le moment venu. Je les invitais à me suivre et je passais par l'immense trou qui avait été fait dans les toilettes du restaurant. Lorsque nous sommes arrivés dans le restaurant, un silence macabre s'installait. Tous nous regardèrent avec de gros yeux. Les employés ne savaient pas quoi faire, nous servir ou nous chasser. Je décidais de m'installer à une table avec un large sourire. Mes compagnons s'installèrent avec moi. Moi aussi toute cette aventure m'avait donné faim, je faisais signe à un serveur de venir. Ils étaient tous regroupé dans un coin, en train de se disputer pour savoir qui allait nous servir. Pendant qu'il se décide, j'en profitais pour discuter avec la brute.

-Alors, mon colossal ami, dit moi quel est ton nom ? On va partager un repas, autant se connaitre un peu. En tout cas, j'ai rarement vu de type aussi costaud que toi... c'est quoi le secret ?

Cet homme était d'une taille et d'une force impressionnante. De plus, il ne semblait pas être contre de bons combats et ça, c'était une bonne chose. J'aimais m'entourer de combattants puissant, surtout que c'est utile pour quelqu'un comme moi. J'ai toujours des ennuis, bien que j'arrive à me sortir des pires situation, parfois c'est bon d'avoir de l'aide. L'un des serveurs s'était décidé à venir nous voir en nous tendant fébrilement le menu. Il avait du mal à garder son calme le pauvre. Je ne perdais pas de temps avec lui, je lui demandais trois fois ce qu'il y avait dans le menu et la même chose en boisson. Il devint tout pâle, puis s'en alla retrouver ses collègue. J'avais vite expédié l'affaire, car j'avais des questions à lui poser à notre nouvel ami. Pour ce qui est de la note, je comptais improvisé plus tard. Je doute qu'ils essaient de nous arrêter, donc autant faire simple.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Lun 13 Mai - 18:11





Restauration !


J'étais dans le mur et j'utilisais l'un de mes sabres pour me tenir debout. J'étais vraiment mal, l'énorme colosse était en face de moi et je n'arrivais pas à m'en défaire à cause de sa peau beaucoup trop résistante, j'avais vraiment l'impression de frapper de la pierre, de la pierre bien dur. Enfin bref, je galérais beaucoup et je décidais d'attendre un petit peu de soutien, en attendant je regardais les combats qui étaient en train de se dérouler. Le géant qui se battait contre notre géant était déjà très mal en point après s'être écroulé quand il avait reçu les pierres de la part de Shingen et, comme-ci cela ne suffisait pas, noter bonze national se jetait sur l'ennemi, l'étranglant avec ses jambes et lui mettait des coups de poings au niveau du visage, pour le sonner encore plus, comme-ci il ne l'était pas déjà mais bon, comme on dit, mieux vaut être prudent. Après qu'il eut terminé son combo de coups de poings, il se relevait et se dirigeait en direction d'une grosse pierre, puis, après l'avoir saisi, il la détruisait petit à petit sur la tête du géant qui commençait à saigner. Et comme-çi cela ne suffisait pas, c'était maintenant les yeux qu'ils visaient, quelle brute cet abruti de bonze, il avait maintenant terminé son monstre et décidait d'envoyer en Marine en direction du second géant.

Puis le second géant commençait à arriver vers moi, prenant le lancer du Policier sans broncher. Puis, il se fit stopper directement par un énorme rocher qui lui rentrait dedans, reportant son attention vers le lanceur, qui était Shingen. Dans le même temps, la brute s'occupait du petit homme qui avait ramené les deux monstres, le pauvre il allait prendre extrêmement cher puisque notre bonze le levait et l'écrasait contre son genou, un incroyable bruit de craquements, surement son dos vu que c'était là qu'il avait planté son genou. Pour avoir pris cher il a pris cher. Enfin bref je me reconcentrais sur celui qui un petit peu sauvé la vie, plusieurs pierres lévitaient autour de Shingen et celui-ci commençait à les enoyer en direction du géant, qui continuait d'avancer. La première pierre transperça le bras, lui arrachant un hurlement de douleur, puis la seconde fonçait dans sa jambe, qui la transperça elle aussi et la dernière dans son épaule. Mais ce ne fut pas les coups qui terminaient le combat, le dernier coup fut qu'après son esquive, son disque rentrait dans le crâne du géant, une énorme giclée de sang sortit au milieu de la zone de combat. Il ramassait son disque plein dans le sang et il venait m'aider à me relever, je rangeais donc mes sabres et nous nous dirgions vers le géant.

Celui-ci avait surement dû paralyser le petit homme vu la force avec laquelle il avait écraser son dos contre son genou, il avait surement dû atteindre la moelle épinière. Enfin bref, ce gros plein de soupe pensait qu'à la bouffe c'était incroyable, la première chose qu'il fit était d'aller demander à Shingen sa bouffe. Je le regardais l'air amusé, la raison de notre dernier combat était aussi pour la nourriture. Nous rentrions dans le restaurant par le trou que le bonze avait causé parce que je pense qu'il souhaitait s'enfuir, nous nous installions à table sous les regards effrayés des serveurs. Shingen prit donc la commande : trois fois tout le menu, le serveur s'en allait tout tremblant à grande vitesse. Plusieurs minutes passèrent et rien n'arrivait et nous commencions à nous impatienter, je décidais de prendre les devants et d'aller faire moi-même le menu. J'allais donc dans la cuisine et tous les cuisiniers étaient effrayés qu'ils s'enfuyaient en courant sans demander leurs restes. Je prenais les couteaux de cuisine et commençait la préparation du menu, je m'appliquais et je continuais jusqu'à ce que j'ai fini de faire les deux menus, j'arrivais en salle et servait mes deux compagnons.

Allez-y, mangez c'est bon !




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Mer 15 Mai - 2:18

Cool ! De la bouffe !


Voili Voilou, tous les combats étaient à présent terminés. L’homme dont je venais d’exploser le dos, était en train de pleurer par terre. N’aimant guère ces cris, je lui avais ma grosse botte sur la bouche. Histoire de le faire terre. Pendant que je faisais cela, je demandais au plus jeune de mes compagnons, le repas tant attendu, étant donné que tous ces efforts m’avaient demandé énormément de calories. Alors, que nous partions vers le restaurant promis. Je faisais une chose plutôt sympathique d’un côté et horrible d’un autre. Comme je n’aimais pas trop voir l’homme au chapeau soufrir, je lui donnais un violent coup de pied sur le haut de sa tête, afin que sa nuque craque pour qu’il meure et qu’il évite une vie pauvre, du fait de la paralysie sévère que je lui avais causée. Après cela, nous repassâmes par le trou que j’avais précédemment fait dans les toilettes du restaurant. N’aimant guère manger avec les mains sales, je fis une pause « propreté », afin de laver le bout de mes bras et de me réhydrater la bouche. Une fois que cela fut fait, nous repartîmes tous s’installer à une table. Bien entendu, à cause de mon repas de tout à l’heure, ainsi que des combats qui venaient de se dérouler dans la rue d’à côté. Personne ne voulait nous servir et ils chamaillaient même pour décider qui ira à notre rencontre. Pendant que ces hommes-là se disputaient, le petit homme de notre groupe me demandaient quel était mon nom et pourquoi j’étais si fort. Aaaaah … enfin des questions intelligentes, ce n’était pas trop tôt, néanmoins, je ne souhaitais pas lui répondre maintenant, mais bien en mangeant, car mon cerveau et mon estomac ne pensaient qu’à cela à ce moment. Comme les hommes, qui devaient nous servir ne venaient toujours pas à notre rencontre et que je n’aimais pas trop attendre pour manger, je décidais de prendre la parole, afin qu’ils se bougent le cul :

Oh les serveurs de merde ! On se dépêche de décider ! Sinon, ce ne sont pas que les chiottes que je vais détruire, mais tout le restaurant ! Dont vous !

Visiblement, mes mots avaient fait bouger les choses. Un homme, qui n’avait pas encore la vingtaine, vint à notre table. Avec des mains tremblantes et moites, il nous servit les menus. Néanmoins, ce n’était pas moi, qui choisissais, mais bien celui au cheveu rouge. Il choisissait trois fois les mêmes menus, qui étaient relativement copieux, ainsi que de bonnes boissons pour accompagner cela. Après cela, le serveur, qui était devenu blanc comme un cachet d’aspirine retournât voir ses collègues. Puis, nous attendîmes, plus les minutes passèrent et plus, je mangeais du pain, qui avait plus le gout de la farine qu’autre chose, visiblement une petite erreur de cuisson pour le boulanger du village. Ayant marre d’attendre, l’un de nous trois se levât et allât en cuisine, afin de nous cuisiner les plats précédemment commandés et à partir de ce moment-là, cela allât nettement plus vite. Après seulement 2 ou 3 minutes d’attendes, les plats arrivèrent enfin et ils étaient bien garnis. En plus de ça, cela avait l’air gourmand et croquant. Après m’être servi un pichet de bière, car un verre pour moi, c’est trop petit. Je m’enlevais le masque que je portais, après m’être donné une bonne dose de tranquillisant, afin que je ne m’énerve pas trop vite et que je détruise tout sur mon passage. Puis, je commençais à manger les coquilles Saint-Jacques que l’on avait en entrée. Trouvant cela très bon, je fis un signe de satisfaction à l’épéiste, en levant mon pouce haut vers le ciel vers sa direction. Une fois que j’eus fait cela, il était temps que je réponde aux questions du jeune intéressé. Alors que j’avais encore de la nourriture en pleine bouche, je commençais à lui répondre :

Moooi mon noom ch’é Chorcho Funto …

Me rendant compte que je n’avais pas fini de manger, j’avalais le tout, puis reprenais ma phrase du début :

Moi, mon nom, c’est Giorgio Puncho. Pour ma force, c’est simple, il faut bien manger, car c’est la base. Et comme on dit un esprit sain dans un corps sain. Donc je ne prends pas de drogue, je ne fume pas et je limite ma consomation d’alcool. Et avec ces régles-là, comme moi, tu peux devenir un champion de boxe ! *Tapant ma large ceinture doré de titan du sport au passage*

Une fois que j’eus dit cela, avant de reparler, je reprenais une bonne grosse gorgée de bière, ainsi que quelques bouchées de molusque. Vu qu’on était à table et qu’ici, c’est fait pour se restaurer.

Sinon, quand j’étais gosse, on m’a injecté une drogue, du coup, je suis obligé de porter un masque pour me contrôler * donnant une tape amicale au petit homme, afin de lui faire quelque peu peur *. Mais bon, t’inquiète là, on peut dire que je suis sevré et je ne devrais pas m’énerver dans les heures qui vont suivre. Mais bon, à notre table, y’a un type qui peut attester de ma force quand je suis libéré, hein l’épéiste-cuistot ? Et alors, toi t’es qui ? Et c’est quoi ton secret pour soulever des pierres aussi grosses avec de si petits bras ? Car, tu peux être sûr, des phénomènes comme toi, je n’en connais pas deux.

Et oui, quand on était trop curieux avec moi, je le devenais aussi à mon tour, afin d’en connaitre un peu plus sur les gens, que je pourrai affronter dans un futur plus ou moins lointain, car mieux connaître un ennemi, c’est aussi mieux s’affronter, enfin, c’est ce que m’avait appris mon ancien et vieux coatch de boxe.

[HRP]Je sais mon gif a trop la classe[/HRP]
(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Ven 17 Mai - 18:05



○○○ Le repos des guerriers ○○○



La nourriture était longue à venir et la brute semblait vouloir manger, avant de discuter. Je le comprenais, moi aussi je commençais à avoir vraiment faim. c'est alors qu'Azuma pris les choses en mains pour aller faire à manger. J'étais très surpris, car je ne lui savais pas des talents de cuistot. Du coup j'étais perplexe lorsque les plats arrivaient à la table. Je regardais en soulevant les différentes couches, puis je sentais et ça sentait vachement bon ! Du coup j'attaquais sans me retenir et c'était foutrement bon. Cela faisait du bien de manger après un tel combat. Nous avions bien combattu et nous avions par conséquent mérité ce repas. C'est alors que la brute devint un peu plus... causant. Enfin, on ne comprenait rien, il parlait la bouche pleine, ce qui me fit rire. Giorgio Puncho, tel était son nom. Pas très commun, mais c'était un nom amusant. Sa force venait de son alimentation et d'une vie saine ? J'avais beaucoup de mal à le croire. C'est là qu'il avoua un souvenir d'enfance, ce qui expliquait mieux sa force et ce masque. Il semblait vouloir m'intimider, mais ça me fit simplement sourire. J'avais vu des géants d'Erbaf ou encore des animaux dix fois plus grands que ce resto. Donc il ne m'effrayait pas, au contraire, il était très intéressant ce Puncho. Bien sûr la suite était prévisible, c'était à mon tour de parler. Je connaissais les règles du jeu dans ce genre de discussion, mais je n'avais aucun mal à parler de moi. Mon histoire de fous, pourrait même le faire rire qui sait. Je terminais rapidement ma première assiette et je me jetais sur une choppe de bière. J'étais bien content de pouvoir enfin de nouveau boire de l'alcool. Puis je lui répondis.

-Un Fruit du Démon... Dès que je touche un objet il perd sa gravité et je peux alors le déplacer à ma guise. Tant que je ne le décide pas, il est sous mon contrôle, en revanche je ne peux pas faire léviter les êtres vivants, à part moi.

C'était une explication simple et rapide de mon pouvoir. Il n'y avait pas grand-chose à dire sur ce dernier. Enfin, il faut avouer qu'il n'est pas commun de faire léviter des objets aussi facilement. Afin d'illustrer mes propos, j'affichais un large sourire et je touchais les baguettes de bois, ainsi que l'assiette. Ces derniers se mirent alors à bouger tout seul, puis je m'amusais avec quelques gestes à me "faire manger". Sans même toucher les baguettes, j'arrivais à manger, tel une main invisible. C'était l'illustration parfaite de mon pouvoir. Une fois terminé je reposais le tout face à moi avec un large sourire.

-Un pouvoir très utile et bien plus redoutable qu'il en a l'air... Un jour j'espère pouvoir faire léviter une île entière, ainsi je serais libre et hors de portée du Gouvernement... Un rêve fou pour un si petit homme n'est-ce pas ? Sache que je n'ai pas toujours été un gamin de dix ans... Crois-moi ou pas, mais en réalité j'ai bientôt trente ans. Time's Arc sur Grand Line, tu connais ? Et bien c'est une île hors du temps, tandis que mes compagnons sont morts de vieillesse ou de rajeunissement, moi, j'ai rétrécis au lavage et j'ai miraculeusement atterrit à East Blue... Les gens me prennent pour un dingue ou un menteur, même ceux qui ont connu le grand Massiro Shingen, explorateur chevronné.

Cette partie de l'explication était plus compliquée et bizarre. Certains ont fuit devant mes histoires, d'autres ont rigolés. Rares sont ceux qui m'ont pris au sérieux, mais je ne peux que les comprendre. Un gamin de dix ans qui raconte cette histoire, ça tient plus du mensonge. Certains sont assez malins pour comprendre ce que je suis vraiment et que je ne suis pas qu'un gamin. Bien qu'au final, j'ai tout d'un enfant. Je réalisais qu'à nous trois on faisait un sacré trio. Un sabreur venu du ciel, un colosse dopé et un gamin de trente ans. Voilà un groupe de combattants intéressant. Il serait peut-être temps que je reprenne la mer un de ses quatre. M'imaginer voguer avec des types aussi forts à mes côtés me laisse rêveur. Nous ferions un carnage sur les mers et mon rêve ne serait pas si fou qu'il en a l'air. C'est vrai après tout, ce serait le paradis pour nous et un endroit de repos. Bon, l'idée d'être le roi d'un tel endroit me fait encore plus rêver, mais qui sait. L'avenir m'a prouvé à de nombreuses reprises qu'il savait être capricieux. Il semble joueur dans mon cas, nous verrons bien ce qu'il réserve.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Ven 17 Mai - 19:39





Giorgio Puncho !


J'apportais donc le repas que ne voulait pas nous servir les cuistots du restaurant dans lequel nous nous étions mis en place pour discuter. J'en avais eu marre d'attendre et avait préparé le menu qu'avait demandé Shingen et, je posais les plats en face d'eux et les regardais goûter, "Mmmh" était la première réaction qu'ils eurent en goûtant mon petit plat fait à la va-vite. Je regardais le géant essayait de dire quelque chose mais c'était incompréhensible car celui-ci était en train de se goinfrer comme pas cela n'était pas permis, je pris donc en attendant qu'il ait fini de manger le temps de m'asseoir et de me servir un bon café. Alors qu'il venait de finir de déglutir l'énorme bouchée qu'il venait de prendre et fait marrer Masshiro, il nous donna son nom : Giorgio Puncho, encore un nom qui me faisait assez rire et j'avais du mal à me retenir tout comme Masshiro. Malgré tout je montrais bonne figure et ne m'exclamait de manière enfantine, je restais neutre, mon visage avait un air passif, mais à l'intérieur je ne souhaitais qu'une chose, mourir de rire.

Alors qu'il venait de se confesser et nous donner son nom, Giorgio reprit une bonne gorgée de bière et du mollusque que je lui avais préparé et nous raconta un petit peu son passé. J'avais du mal à comprendre, il disait qu'étant petit, on lui avait injecté des drogues et que c'est pour cette raison qu'il ne peut se permettre de retirer son masque. Ensuite il avançait que j'étais en mesure d'attester sa force, et c'était vrai, lorsque je l'avais combattu il y a deux ans, si je n'avais pas reçu l'aide d'un autre épéiste à ce moment-là, j'aurai surement été vaincu à plates coutures. Enfin bref Masshiro répondait maintenant à sa question en lui montrant la force de ses pouvoirs, il touchait les baguettes qui lui permettaient de mettre la bouffe dans sa bouche et son assiette vide et les firent léviter, un large sourire sur le visage. Ensuite, il enchaînait en racontant son histoire, il me l'avait raconté moi aussi, elle était assez bouleversante et rien que de l'écouter je me sentais un peu triste pour lui. Je me rappelais alors d'un détail important que Giorgio ne connaissait pas à mon sujet.

Au faite, j'y pense ! Tu ne connais toujours pas mon nom. Je m'appelle Azuma, je préfère encore t'avoir en tant qu'allié haha !

Je rigolais à ma propre blague, j'avais peut-être d'un idiot, mais j'assumais pleinement ce que je disais, je préférais être allié avec un mec qui a faillit me tuer il y a deux ans, que d'être encore son ennemi et encore risquer ma vie. J'arrêtais de me marrer et j'affichais un grand sourire, en avançant ma main vers Giorgio, signe d'amitié et aussi signe que pour lui dire que deux années ont passées et que l'eau a coulée sous les ponts, donc sans rancunes.




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Sam 25 Mai - 1:05

Et deux bonnes rencontres faites dans ma vie!

Voili Voilou ! Je venais de parler durant assez longtemps et tout s’était bien passé. Sauf un point ! Quand j’avais prononcé mon nom, ils ne purent s’empêcher de faire des têtes bizarres. Visiblement le Puncho était un peu trop pour un ex-champion de boxe ! Mais bon, ce n’est pas de ma faute. Malheureusement pour moi, ce n’était pas un surnom, mais bien le prénom que m’avait donné ma mère, quand elle m’avait kidnappé de l’hôpital où j’avais grandi. à l’époque, dans le but que grâce à mes poings, je puisse devenir un grand homme. Non pas en combattant toutes personnes sur ma route, mais seulement ceux qui s’opposeront à mon rêve ou à ceux de mes amis. Bref, après que ce fut à moi de parler, c’était au petit homme. Et oui, il était poli ! Il posait des questions, en sachant qu’il allait devoir répondre aux miennes. Il me disait que ces pouvoirs venaient d’un fruit du démon qu’il avait avalé, plus tôt dans sa vie. Alors comme ça, il était maudit des mers ? Et oui ! Déjà qu’il était petit, maintenant il ne pouvait plus nager ! C’est balo pour lui ! Mais bon, maintenant il avait quelque chose d’unique, soit le pouvoir de contrôler les objets proches de lui, tel un marionnettiste, cependant cela ne marchait pas sur les êtres humains ! Tout pouvoir n’est pas universel après tout. D’ailleurs il fit un exemple de cette capacité à la table où nous étions, en touchant deux baguettes de bois et une assiette. Il les faisait voler et les contrôler dans le but de manger sans utiliser ses doigts. Tout était fait par la pensée et par rien d’autre. Après cela, il m’expliquait ses rêves et son histoire. Il espérait qu’une fois ses pouvoirs maitrisés à 100%, il pourra faire voler une île entière, afin de vivre tranquille, loin du gouvernement et de la marine. Certes c’était son vœux le plus cher, mais moi, il ne me plaisait pas, car en faisant ça, il ne pourra plus poutrer le cul des marines ! Et ça ! Ô que c’est marrant ! Puis, il me disait qu’avant, il était un grand aventurier connu sous le nom de Masshiro Shingen, qui naviguait sur Grand Line, malheureusement pour lui, il avait exploré une île, qui l’avait rajeuni et tué son équipage. Du fait qu’à cet endroit du monde, le temps est bizarre, il n’est plus comme on le connait. Visiblement, la mer avait encore des milliers de secrets et trésors à nous dévoiler et il nous faudrait bien une vie entière pour tous les découvrir. Voulant ne pas passer encore une fois pour le gros bourrin et morfale de base, je n’avais pas mangé pendant qu’il parlait. Alors, quand il avait fini de s’exprimer, je reprenais et commençais le plat, c’était un succulent sanglier avec une sauce succulente. Moi, qui avais plus connu de sanglier trop dur, étant donné que c’était une viande de gibier. Mais là, exécuter à la perfection, elle était succulente, voire fondante en bouche. Et la sauce rajoutait des épices tout en atténuant le côté fort du sanglier. C’était tout simplement parfait. Encore une fois, je remerciais le cuistot qui nous avait préparé ce repas de fête d’un mouvement de pouce, pendant qu’il me disait son prénom, qui était Azuma, un nom beaucoup plus atypique que le mien. Il me racontait aussi que vu la démonstration que je lui avais fait, il y a deux ans, il préférait m’avoir dans ses rangs, que dans celui de ses adversaires. Ce commentaire-là était plutôt sympa, surtout pour un guerrier tel que moi. Après que j’eus engrouffré ce plat, qui était tout simplement exquis, tellement que je ne pus m’empêcher de le manger à toute vitesse. Je passais au dessert. Ce dernier était une tarte au citon meringué et encore une fois, cela réveillait la totalité de mes papilles gustatives. Content de ce repas, je ne pus m’empêcher de crier cela dans le restaurant :

Aaaaaaaaaaaaaah ! Voilà un bon repas ! Ce type doit avoir la moitié de l’âge de votre cuitot de MEEEEEEEERDE ! Et il cuisine 1000 fois mieux que lui ! Putain ! Mais je sais pas, dites à votre chef de prendre des cours quoi !

Et une gueule de plus dite dans ma vie ! Même si je m’étais régalé tout à l’heure dans ce même restaurant. C’était complétement différent, comme si l’on comparait le paradis avec la terre quoi ! Alors, que je prenais mon café (qui était fort et voluptueux, soit parfait, malgré son volume, qui était un peu trop faible pour moi) pour en finir avec ce repas, je disais ces mots à Masshiro :

Je vais te dire un truc sur les fruits du démon ! Moi, j’aurai bien voulu en manger un, mais pas un comme le tien. Car en combat, je préfère plus foncer dans le tas que réfléchir ! Oui je sais, ce n’est pas trop surprenant venant de moi ! Bref, un que j’aurai bien aimé, est un de type zoan ! Mais bon ! Vu qu’à la fois, c’est cheaté et que ça peut fausser les combats ! Ce n’est pas fait pour moi ! Et en plus ! Moi, j’aime bien nager ! Car c’est cool de se baigner, c’est bien pour se raffraichir. Bon les gens, je vais vous dire à la revoyure et j’espère qu’on va se re-croiser pour botter le cul de marines ensemble dans un futur proche.

Après ce long monologue dit, je me soulevais de la chaise, qui avait soutenu mes petits 240 kilo’s pendant tout le repas et allais vers d’autres horizons. En allant vers la sortie, je leurs fis un signe d’au revoir avec ma main et au fin fond de mon esprit, je savais que nos chemins étaient maintenants liés ! Cela pourrait paraître bizarre pour un tas de personnes, mais pas pour moi.
(c) fiche par ocean lounge

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Lun 27 Mai - 16:52



○○○ Des chemins différents... ? ○○○



Suite à mon explication et à mon petit discours, Puncho me confiait qu'il aurait aimé un fruit. Ce qui me surprenait vu la force colossale qu'il était capable de déployer. Après coup, je compris qu'il n'en avait pas vraiment envie. Il est vrai que la malédiction des eaux est assez handicapante, mais ce n'est qu'un faible prix comparer au reste. Le pouvoir des Fruits du Démon est sans limites et il nous permet d'atteindre des sommets. Pourquoi se priver d'un tel pouvoir. Après tout, notre ami boxeur ne semblait pas avoir eu tout ça par la simple volonté. À en juger par son accoutrement, il devait surement cacher quelque chose. Ce n'était pas mon problème, il semblait ravi d'avoir mangé et il décidait de s'en aller. Il est vrai que nous avions bien mangé, Azuma m'avait caché ses talents de cuisinier. La brute nous quittait, mais j'étais persuadé qu'on allait se revoir. Il figurait sur ma liste, un homme tel que Puncho est un partenaire de choix. Il est donc important de l'avoir de son côté, plutôt que contre nous. Même si je pense être en mesure de le vaincre, je préfère me contenter de l'avoir comme ami. Il ne restait plus que moi et Azuma, mais qu'allait-il faire maintenant, il était peut-être temps de se quitter ou bien de continuer. J'avais de nombreuses choses en tête et encore plus à préparer.

-Azuma, je ne sais pas ce que tu en penses de ce Puncho... mais moi je l'aime bien. C'est des gars comme ça qu'il faut sur un navire, puissant et violent. Pas besoin de cerveau, les muscles suffisent. Ah bien sûr, dans un équipage, il faut aussi des sabreurs de ton talent et des stratège charismatique dans mon genre...

Je me mis alors à rire en disant cela. J'y pensais de plus en plus, tellement que ça m'obsédait mes pensées. Reprendre la mer avec des compagnons, semer la terreur dans les troupes de la Marine et du Gouvernement. Devenir l'ennemi public numéro un, ce serait vraiment une belle aventure. C'est surement pour cette raison que j'ai confié ça à Azuma. Ce sont des combattant comme ça qu'il faut sur un navire. Ceux qui ne rechignent pas contre de l'action et du danger. Ceux prêt à tout pour vaincre, quelque soit le prix. Voilà pourquoi je me mettais à penser à un équipage tout d'un coup. Ce n'était peut-être pas une coïncidence.

-Aller Azuma, il serait peut-être temps de reprendre la mer, qu'en penses-tu ? Nous avons bien trop attiré l'attention ici pour rester plus longtemps... Puis, de nouvelles aventures nous attendent ! Que ce soit ensemble ou séparément...

Ma dernière phrase lui laissait le choix tandis que je me levais pour quitter le restaurant. Il était un excellent sabreur et cuisinier, mais il avait peut-être envie de vivre sa propre aventure. Je l'aimais bien certes, mais je ne voulais pas qu'il se sente obliger de rester. L'aventure se vit à plusieurs, mais il faut laisser la place au solo de temps à autres. Je sentais que mon passé allait rapidement me rattraper, mais j'avais déjà de nombreuses choses en tête. Des noms, des plans et tout ce qu'il faut pour affronter mon passé. J'étais ravi de pouvoir enfin réaliser mes projets et je savais que j'allais pouvoir compter sur des partenaires de choc. Il me restait encore un peu de temps avant que tout ne bascule. Le nom de Masshiro Shingen allait bien renaître de ses cendres, pour le meilleur, comme pour le pire. Bientôt, le Gouvernement Mondial mettra tout en oeuvre pour m'arrêter et cette idée... elle me plait bien.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous ! Mar 28 Mai - 20:12





Mon ami !


Giorgio Puncho, son nom était marrant tout comme la manière qu'il avait d'engloutir les plats que je lui avais amené en deux temps, trois mouvements. Il me fi un signe du pouce pour me montrer sa gratitude et me remerciant pour lui avoir confectionné un repas si copieux, puis d'un coup celui-ci s'écria que mon repas était tout simplement exquis et que le chef de ce restaurant devait aller prendre des cours pour essayer d'avoir mon niveau en cuisine. Un commentaire qui me faisait sourire mais je me demandais comment il pouvait faire pour comparer la cuisine du chef de ce restaurant et la mienne et soudain je me souvenais qu'il avait mangé dans ce restaurant avant que l'on ne le rencontre et je souris de plus belle. Il prenait désormais son café en adressant la parole à mon partenaire de voyage, lui expliquant qu'il aurait aimé manger un de ces Fruits maudits par les eaux, un de type "Zoan" parce que, je cite :"C'est à la fois cheaté et que ça peut fausse les combats !". Je n'avais strictement rien compris à son argument, déjà qu'est-ce que c'était qu'un type Zoan ? Est-ce que c'était la particularité de ces Fruits maudits ? En existaient-ils alors d'autres ? Beaucoup de questions mais aucune réponse ne m'était apporté pour le moment, j'allais devoir prendre mon mal en patience et découvrir ce monde et tous ses secrets, en même temps c'était pour cela que j'étais venu sur la "Mer Bleue" au départ.

Après qu'il ait finit son café et balancé son discours qui m'avait plongé dans une réflexion profonde, Giorgio décidait qu'il était temps pour lui de s'en aller. Il se leva alors de la petite chaise sur laquelle il était posé et je fus surpris de voir qu'elle n'avait pas cédée au poids du monstre qui était assis dessus. Il s'en allait alors et je le regardais parti, avant d'y aller il avait annoncé que lui, Masshiro et moi-même se retrouverait surement dans le futur pour encore s'allier contre ceux qui essaient de nous arrêter, cette remarque m'amusa et je fus sortis de ma réflexion par Shingen qui m'adressait la parole, me demandant ce que je pensais de Giorgio, je lui répondais qu'avoir un gars comme ça de notre côté était une excellente idée et je fus ravi de savoir qu'il était du même avis que moi, au moins sur ça nous étions sur la même longueur d'ondes. Il m'avait ensuite parlé d'"équipage", un mot que je n'avais pas entendu depuis des années, la dernière fois que quelqu'un m'en avait parlé, c'était mon père pendant mes entraînements, il me disait que pour survivre dans le monde d'en-bas, le mieux était de s'entourer d'amis précieux et de rester avec eux jusqu'à la fin, et que la formation d'un tel groupe se nommait un "équipage", ce mot m'avait fait de nombreuses fois rêvés et le fait que Masshiro m'en parle me faisait du bien, peut-être avais-je enfin trouvé des amis sur qui je pouvais compter ?

Ensuite il se mit à rire aux éclats, un rire qui semblait pur mais qui semblait aussi cacher énormément d''envie, je n'en savais rien et je m'en contrefichais, Masshiro était mon ami, et je n'allais surement pas le quitter de si tôt. Je me mis alors à me souvenir d'un livre que j'avais lu il y a fort longtemps là-haut, un livre sur la piraterie, un groupe de personnes qui avait formé un équipage et qui voguait sur les océans de la "Mer Bleue" sans gêne, ils étaient tout simplement libres. Une vie pleine de danger et qui m'avait directement emballé, je ne me voyais pas construire ma petite vie sur une île isolée et attendre que la mort ne vienne, je n'étais pas de ce genre-là. moi, j'adorais l'aventure, j'adorais le combat et je me disais souvent que j'étais né pour ça. Shingen continua alors dans sa foulée et me proposa de reprendre la mer soit avec lui soit tout seul, dans ma tête la réponse fut évidente et j'allais évidemment partir avec lui, je n'allais pas le laisser partir sans moi, il me guiderait dans ce monde et en échange, je lui monterais ma gratitude, je ne le lui disais pas mais je lui était profondément reconnaissant depuis le jour où il m'avait sorti des prisons de Shell Town, l'île où je l'ai rencontré. Je le voyais se lever et se diriger vers la sortie, je me levais à mon tour et arrivais à ses côtés, en répondant à sa question.

Séparément ? Non je n'aime pas cette idée, si ça ne te gênes pas, on continue !



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous !

Revenir en haut Aller en bas

[Flashback] Fuyons ou combattons pauvres fous !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Autres îles de East Blue-