AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Rob Furlong VS Sir Rosas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Rob Furlong VS Sir Rosas Ven 4 Mai - 19:37

    La première expérience de guerre pour moi fut effectivement sur le champ de bataille d'Ohara. Moi et les autres révolutionnaires combattions côte à côte, contre des troupes de marines qui ne semblaient pas faiblir. Le plage de sable était maintenant quelque peu rosé à force d'être imbibée de sang. J'empoignai avec force mon sabre Horus, et fonçai dans le temps, distribuant des coups de sabres dans tous les sens, nos adversaires valdinguaient dans les airs, dans un éclat de sang. C'était donc ça participer à une cause ? Se battre pour un idéal ? Quel était donc mon idéal, à moi ? Devenir l'homme le plus riche du monde ou me reforger une nouvelle identité auprès de Tsubaki D. Tensei ? Je l'ignorais encore. C'est alors que je vis une garnison entière foncer droit sur moi. J'abaissai mon sabre à la verticale, une grande lame de vent fendit l'air, et se fracassa contre le groupe de marines. Ils furent démembrés, d'autres profondément entaillés. Et une vive douleur me traversa le flanc droit.


    C'était une flèche qui avait bien failli se loger dans ma hanche droite. Cependant, elle avait considérablement pénétré ma chair, du sang en coulait avec abondance. Ce n'était pas une blessure grave, mais une blessure quand même. L'auteur ? Le seul mec qui était dans les airs, un arc à la main. D'où sortait ce zigoto ? Je n'avais pas le temps de réfléchir et je devais riposter. Ses jambes avaient la forme d grands ressorts, probablement un possesseur de fruit du démon. Il n'allait pas tarder à rejoindre le sol afin de reprendre un nouvel appui pour rebondir. Je visai alors son prochain point d'impact sur la plage. Tout en me précipitant vers ce point, j'exécutai une nouvelle technique.


    God's Cross : La Croix Sainte


    J'envoyai alors deux lames d'airs superposées l'une sur l'autre, la première horizontale, la seconde verticale, formant ainsi une croix d'environ deux mètres sur un mètre cinquante. Une attaque de zone qui allait précisément se produire à l'endroit où le Marine allait atterrir avant son prochain bond. Si l'attaque avait réussie, je précipiterais alors sur le marine qui devait être au sol et enchainerait :


    Tantou no Ookami : La charge du loup !


    Cette technique consistait à infliger un coup diagonal en plein de torse de l'adversaire en chargeant. Puis on continuait sa course, et une fois derrière sa proie, on envoie une lame de vent dans son dos. Après cela, je ne quitterais pas mon ennemi des yeux, pour parer une éventuelle contre-attaque. Mais pas question de recommencer à courir, la blessure qu'il m'avait infligée me faisait mal et commençait à m' handicaper dans mes mouvements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Ven 4 Mai - 20:24

Rob avait touché sa cible. Il n'avait pas réussi à la tuer, mais viser précisément quelqu'un a un dizaine de mètres au dessus du sol, tout en retombant, et avec une cible mouvante, c'était déjà pas mal. Mais l'homme avait réagi immédiatement, il commençait à envoyer une lame de vent vers la position où Rob allait ré-attérir. Sentant que cette attaque risquait de le tuer, lui aussi ne tergiversa pas et réagi immédiatement. Il n'arriverait probablement pas à esquiver l'attaque, mais il pourrait au moins éviter de prendre les deux lames. Une attaque en forme de croix, c'était très dangereux pour Rob. Son fruit lui offrait une bonne capacité de déplacement vertical et horizontal, mais une fois dans les airs, il était plus vulnérable car moins mobile. Il eu cependant le temps d’exécuter une technique avant d'arriver au sol.

Kyojin' Gen'kotsu(Poing du géant)

Son adversaire avait parfaitement calculé son coup, Rob allait atterrir à l'exact instant où la croix allait arriver à son niveau. Pour éviter de trop subir de dégâts, il devait empêcher cela de se produire pour éviter d'être découpé. Il transforma son bras et son poing en ressort et frappa violemment le sol pour reprendre un peu de hauteur juste avant l'impact. Le ressort le fit rebondir en l'air et il put ainsi être hors de portée de l'attaque horizontale. Quand l'attaque verticale arriva, Rob se la prit le long du torse, du coté droit, de la hanche jusqu’à l'épaule. La blessure était importante. Pas mal de sang s'écoulait. Il avait senti comme un sabre lui pénétrant la chair. La douleur était insupportable. Il se rendit alors compte que l'homme avait chargé au sol alors qu'il était dans les airs. Cet homme ne voulait décidément pas qu'il survive, au pont de lancer deux attaques sur la même zone sans tenir compte de l'emplacement de son adversaire. Du moins sans savoir si sa première attaque avait fonctionné comme il l'avait prévu. C'est vrai que c'était un bon choix tactique, si Rob n'avait pas anticipé, il se serait trouvé juste au sol lors de l'attaque du révolutionnaire, et serait très probablement mort. Lorsqu'il ré-attérit, il se déplaça en un bond loin de l'homme pour contre-attaquer.

Il souhaitait retirer immédiatement sur son adversaire, mais il avait le souffle court et du mal à tenir debout sous le poids de la douleur. Il réussit tout de même à se ressaisir et à encocher une flèche.

Zan'shi boufuu(Mort dans la tempète)

Il transforma à nouveau ses jambes et ses pieds en ressort et fit un déplacement rapide sur le coté. Il fit quelques mètres à une vitesse extrêmement rapide, et profita de son déplacement pour tirer sa flèche, son bras droit en forme de ressort, ce qui allait lui permettre de tirer à une vitesse exceptionnelle. Il espérait ainsi prendre de cours son adversaire. Mais au moment de tirer, il ressenti une douleur terrible le long du corps, due à sa blessure, ce qui le fit vaciller, tirant à environ une trentaine de centimètres à coté de sa cible. Lorsqu'il arrêta de bouger, Rob se trouvait environ un mètre derrière sa cible, légèrement sur sa droit. arrivait à peine à tenir debout. Il avait perdu beaucoup de sang, et il était donc très épuisé. Ses jambes tremblaient. Il se retourna et lança un regard assassin à son adversaire.



"Tu es très fort, peu d’épéistes sont capables d'envoyer des lames d'air aussi puissantes. Je ne pensais pas qu'un homme comme toi serait capable de me battre aussi facilement. Je suis Rob Furlong, lieutenant du quartier général de la marine."

Il avait des difficultés à respirer, et encore plus à parler. Il attendit une quelconque réaction de son adversaire. Mais il savait pertinemment que son adversaire avait déjà gagné. Mais s'il devait mourir, il mourrait debout. Il concentra donc tout ses efforts à tenir sur ses jambes malgré la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 0:09

    Mon ennemi avait fait preuve d'un sens de la tactique admirable. Afin de minimiser les dégats qu'allait lui causer les lames de vent en forme de croix, il frappa le sol avec son poing-ressort juste avant de subir de plein fouet l'attaque. Ce qui le fit bondir dans les airs et le fit esquiver partiellement l'attaque. Néanmoins il fut sévêrement touché et ses blessures commencèrent à saigner sérieusement. Mais avec une vivacité étonnante, il exécuta un saut de côté, toujours avec ses jambes-ressort, et tira une nouvelle flèche. Il fallait être franc, la vitesse de bond du marine était inégalable, et par miracle, la flèche manqua de me toucher. Si le contraire s'était produit, un objet perforant à si grande vitesse et si grande puissance m'aurait certainement mit hors d'état de nuire ou pire encore.


    Ce miracle je le devais à ses blessures. Je pris conscience de la dangerosité du guerrier ainsi que de sa valeur. J'esquissais un sourire devant le courage et le grand potentiel que j'avais en face de moi. J'étais aussi heureux de constater mes propres progrès. L'homme resta debout, face à moi, les jambes tremblantes, le sang ruisselant sur ses mollets.


    "Tu es très fort, peu d’épéistes sont capables d'envoyer des lames d'air aussi puissantes. Je ne pensais pas qu'un homme comme toi serait capable de me battre aussi facilement. Je suis Rob Furlong, lieutenant du quartier général de la marine."


    Sa souffrance devait être terrible. Je le scrutais avec interêt, sans détourner mon regard de ses yeux sauvages, emplis de fureur. Ce Rob Furlong n'était pas à négliger. Je me sentais depuis quelques temps, responsable de la mort d'Akira Saïgo sur l'île d'Espéris. Que m'arrivait-il donc ? Je devenais quelqu'un d'autre. Moi qui était si froid, si arrogant, si orgeuilleux, je devenais un personnage qui se souciait des autres, ampathique, et chaleureux. Je savais très bien ce que me disait mon coeur. Il m disait de ne pas tuer Furlong, mais de l'emmener avec moi. J'avais sacrifier Akira, je me devais de rembourser ce funeste tribut. De nombreux marines s'agglutinaient autour de nous. C'était normal, ils désiraient protéger leur officier. Agacé par leur présence, je décidai de les éloigner à ma façon.


    Nibai Kama : La Double Faucille


    A droite et à gauche, j'envoyai aux lames d'air circulaires qui entaillèrent les soldats tout en les balayant. Puis d'un regard froid, je jaugeait Rob Furlong avant de déclarer :


    " Tu n'es pas n'importe qui, Rob Furlong. Contrairement à toi, je ne suis pas obligé de tuer mes ennemis. Je m'appelle Icare Rosas, mais on me surnomme Sir Rosas. Un patronyme qui risque de bientôt disparaitre. Car un nouveau "moi" est en train de voir le jour. Une nouvelle identité pour tout te dire. Et tout cela commence depuis que je suis entré dans la révolution. Je t'en prie, assieds-toi. "


    Warutsu : Le Fauchage


    Je fis une lame de vnt horizontale très rapide qui avait pour but de faire tomber Rob à terre. En temps normal, cette attaque devait couper les jambes de mon ennemi, mais là, la lame d'air était si fine qu'elle n'allait qu'écorcher légèrement les jambes du lieutenant. Une fois cela fait, je pris place moi aussi. Nous étions sur la plage, le vent caressait mes cheveux. Les combats s'étaient plus avancés vers le centre d l'île, là ou ce gigantesque arbre trônait. Puis je laissai la parole à Rob. Il avait sûrement ds questions à me poser. Mais au cas où ce dernier n'en avait pas fini de découdre avec moi, je n'avais pas rengainé Horus.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 7:12

Rob fut choqué par la réaction de son adversaire. Plutôt que de renvoyer directement une attaque dévastatrice pour le tuer, il s'était contenté d'épurer le champ de bataille, en envoyant une lame d'air vers tous les soldats qui s'étaient approchés, dans le vain espoir de protéger leur lieutenant. Ils étaient idiots, cela ne servait à rien. Cet homme avait été capable de mettre hors combat un lieutenant d'un seul coup, quelques matelots ne pourraient rien faire. Si un autre officier était venu combattre, la oui, il aurait pu faire quelque chose. Le lieutenant faisait toujours des efforts pour rester debout, pour mourir noblement, son adversaire venait de dégager la route, il allait probablement l'achever. Mais il réagit d'une façon bien étrange. Rob qui pensait avoir tout prévu, tout imaginé, n'avait pas pris en compte ce cas de figure.

" Tu n'es pas n'importe qui, Rob Furlong. Contrairement à toi, je ne suis pas obligé de tuer mes ennemis. Je m'appelle Icare Rosas, mais on me surnomme Sir Rosas. Un patronyme qui risque de bientôt disparaitre. Car un nouveau "moi" est en train de voir le jour. Une nouvelle identité pour tout te dire. Et tout cela commence depuis que je suis entré dans la révolution. Je t'en prie, assieds-toi. "

Rob avait tellement envie de s'asseoir, pour soulager ses jambes du terrible fardeau de porter un homme meurtri, que ce soit par son corps ou par son honneur. Mais ses jambes tremblaient tellement qu'il n'arrivait plus à les plier. La douleur était importante, et lui faisait perdre son contrôle basique de ses membres. Mais il avait entendu son adversaire. Il n'avait pas tout entendu, à cause du tumulte de la bataille, mais il avait saisi l'essentiel.

Warutsu : Le Fauchage


Icare envoya une lame d'air au niveau des jambes du lieutenant. Celui-ci tenta de faire quelque chose, mais il n'y parvenait pas. Mais la lame d'air avait été parfaitement maitrisée. Elle ne fit qu’écorcher légèrement ses jambes et le fit s'asseoir. C'est alors qu'il se mit à mieux observer l'homme en face de lui. Il était excessivement pâle, bien plus que Rob. Mais les deux hommes avaient des yeux peu communs, ce qui accentuait la puissance de leurs regards. D'ailleurs, ils n'avaient pas cesser de se fixer depuis que les deux s'étaient assis, chacun se demandant probablement si son adversaire n'allait pas faire quelque chose de stupide. Le révolutionnaire avait encore son arme en main, tout comme le marine. Rob, pour montrer sa défaite, essaya de poser aussi délicatement qu'il le put son arc à coté de lui. Il avait beaucoup de questions à poser à cet homme.

"Icare Rosas, pourquoi m'avoir laisser en vie ? Est ce seulement un caprice pour me déshonorer ? Et aussi, que vient faire la révolution ici ? Et pourquoi combattez vous ? Vous n'arriverez jamais à vaincre la marine et la justice, alors pourquoi continuez vous ?"

Rob avait parlé sans ambiguïté, mais très calmement. Il avait simplement perdu son combat, et n'avait aucun raison d'en vouloir à ce Sir Rosas. Après tout, ils s'étaient affrontés et il avait perdu. A cette pensée, il regarda son manteau. La pureté du blanc avait été souillé par la couleur du sang. Le coup de ce sabreur avait été terrible, mais en réalité, Rob se demandait vraiment s'il avait voulu le tuer depuis le début. Vu la maîtrise qu'il avait de son pouvoir, cet homme aurait probablement pu le découpe comme tous ces pauvres marines qu'il massacrait avant le début de leur combat. Rob fit des efforts pour entendre la réponse du révolutionnaire. Le bruit ambiant des combats était très présent. C'est à ce moment qu'il se rendit compte qu'il y avait un véritable océan de cadavres. Beaucoup d'hommes jonchaient le sol. Des hommes en uniforme, des pirates et des révolutionnaires. Il y avait eu trop de morts aujourd'hui. Le paysage était très étrange. L'arbre continuait de trônait au dessus de l'île, apportant son ombre au dessus du carnage. Le marine écouta attentivement la réponse de Icare.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 9:23

    "Icare Rosas, pourquoi m'avoir laisser en vie ? Est ce seulement un caprice pour me déshonorer ? Et aussi, que vient faire la révolution ici ? Et pourquoi combattez vous ? Vous n'arriverez jamais à vaincre la marine et la justice, alors pourquoi continuez vous ?"


    Ce fut la réponse de Rob Furlong. Alors que la bataille s'éloignait plus en amont, vers les terres, nous restâmes tous les deux, seuls sur la plage. Je grimaçai. Je n'avais pas pris garde à ma hanche droite qui n'avait pas cessé de saigner. Mon kimono blanc se tâcha de sang, t sans hésiter, je l'enlevai. Rob Furlong avait déposé ls armes à terre, ce qui signifiait que le combat était terminé. J'étais désormais torse-nu, et avec mon katana, je découpai l vêtment en plusieurs blandes. Je laissai mon sabre sur le sable, me rapprochait de Furlong, et me mit à penser ses blessures avec quelques bandes. Qu'étais-je en train de faire ? Moi-même je ne me reconnaissais pas. Mais c'était plus fort que moi. Aider les autres, venir en aide à son prochain ... Cela était complètement nouveau pour moi. Alors que j'entourai les plaies de Furlong avec délicatesse, je dis :


    " Tu ne comprends pas, Furlong. Je n'ai aucune obligation envers des supérieurs, je n'ai pas de comptes à rendre à la hiérarchie. C'est ce qu'on appelle : la liberté. J'ignore si un lieutenant de la marine tel que toi est en mesure de comprendre notre cause. Moi-même j'en ignore les grandes lignes, mais ce qui est certain, c'est qu'à l'instant précis, ta vie est entre mes mains. Même sans mon sabre, je peux te tuer, il me reste une arme sur moi. Mais cela dit, plutôt que de te donner la mort, je préfère te laisser en vie et tester quelque chose. "


    J'avais terminé de bander les plaies. Je me relevai, et allai m'assoir à ma place. Ce fut à mon tour de panser ma blessure. Puis j'inspirai un grand coup, et continua mon discours.


    " Ne sois pas offensé si je n'ai pas achevé notre affrontement. Nous sommes tout à fait semblables, Furlong. A une époque, j'étais comme toi. Tu as l'air plus agé que moi, mais garde une chose en tête : lorsque quelque chose te possède, tu ne peux en aucun cas être libre. J'avoue que je ne connais pas tes raisons de t'être engagé dans la marine. Avant j'étais un chasseur de primes. L'appât du gain me possédait. Je ne pensais qu'à devenir riche et profiter de cet argent. Mais après la rencontre de Tsubaki D. Tensei, tout a changé. Depuis lors, une question me taraude l'esprit. Chaque homme peut-il tout abandonner pour la liberté ? Rob Furlong, si je suis venu combattre sur Ohara, c'est pour retrouver Tensei. C'est lui qui fournira les réponses à mon questionnement. Quand notre combat a commencé, c'est comme si j'avais un miroir en face de moi. Alors j'aimerais que tu viennes avec nous. Crois-tu réellement que le Gouvernment Mondial et la Marine on soif de liberté pour tous ? Ne crois-tu donc pas que c'est plutôt une soif de terreur qui les anime ? Je ne te parle pas des pirates, qui sont les plus grands bandits de toutes les mers, mais de la liberté. Pourras-tu donc faire le bond et venir à nous ? "


    Je restai calme, et attendit la réponse du lieutenant. La conversation prenait un tournant extrêmement intéressant. Je continuai à plonger mon regard dans le sien.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 10:00

La réponse du révolutionnaire était surprenante, tout autant que son attitude. Il s'était approché du lieutenant, après avoir enlevé son kimono et l'avoir découpé. Il était en train de panser ses blessures. Il avait lui aussi laissé tomber son arme. Le combat n'avait plus lieu d'être. Cela l'étonna de trouver autant d'honneur chez quelqu'un. Plutôt que de le tuer, il était en train de le soigner. C'était très étrange de trouver cela chez un révolutionnaire. Peut être n'étaient ils pas comme les pirates après tout. Icare prit la parole.

" Tu ne comprends pas, Furlong. Je n'ai aucune obligation envers des supérieurs, je n'ai pas de comptes à rendre à la hiérarchie. C'est ce qu'on appelle : la liberté. J'ignore si un lieutenant de la marine tel que toi est en mesure de comprendre notre cause. Moi-même j'en ignore les grandes lignes, mais ce qui est certain, c'est qu'à l'instant précis, ta vie est entre mes mains. Même sans mon sabre, je peux te tuer, il me reste une arme sur moi. Mais cela dit, plutôt que de te donner la mort, je préfère te laisser en vie et tester quelque chose. "

La liberté. C'est donc cela la cause des révolutionnaires ? La liberté. Quel mot à la fois vide et plein de sens. Beaucoup de gens l'emploie sans en connaître la signification. Mais cet homme devant lui, lui, il en connaissait le sens. Il ne le savait peut être pas, mais panser les plaies d'un adversaire, c'était un acte d'une grande noblesse, et un acte libre. Rob aurait été obligé de le tuer s'il avait gagné son combat. Parce qu'il avait des ordres. Il n'avait pas le choix, il aurait du le tuer. Cela aurait été une grande perte. Un homme aussi noble ne méritait pas de mourir anonyme sur une plage dans une guerre dont il se désintéressait. Dire que normalement, Rob serait encore en permission, allongé sur le sable du désert, en pleine soirée, au meilleur moment de la journée, lorsqu'il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, en train de contempler le ciel. Mais ce n'était pas si différent. Il était tranquillement assis sur une plage alors que tout autour de lui, il y avait eu un carnage sans nom. Les combats s'étaient rapprochés de l'arbre. Arbre qui, d'ailleurs, continuait de fournir de la fraicheur à la plage, avec l'ombre de son feuillage. Cet arbre lui aussi était ici sans prêter attention à la guerre qui était en train de se livrer sous lui. Icare se leva, ce qui ramena Rob à la conversation. Il avait fini de panser les blessures du lieutenant, et s'occupait désormais des siennes.

" Ne sois pas offensé si je n'ai pas achevé notre affrontement. Nous sommes tout à fait semblables, Furlong. A une époque, j'étais comme toi. Tu as l'air plus agé que moi, mais garde une chose en tête : lorsque quelque chose te possède, tu ne peux en aucun cas être libre. J'avoue que je ne connais pas tes raisons de t'être engagé dans la marine. Avant j'étais un chasseur de primes. L'appât du gain me possédait. Je ne pensais qu'à devenir riche et profiter de cet argent. Mais après la rencontre de Tsubaki D. Tensei, tout a changé. Depuis lors, une question me taraude l'esprit. Chaque homme peut-il tout abandonner pour la liberté ? Rob Furlong, si je suis venu combattre sur Ohara, c'est pour retrouver Tensei. C'est lui qui fournira les réponses à mon questionnement. Quand notre combat a commencé, c'est comme si j'avais un miroir en face de moi. Alors j'aimerais que tu viennes avec nous. Crois-tu réellement que le Gouvernement Mondial et la Marine on soif de liberté pour tous ? Ne crois-tu donc pas que c'est plutôt une soif de terreur qui les anime ? Je ne te parle pas des pirates, qui sont les plus grands bandits de toutes les mers, mais de la liberté. Pourras-tu donc faire le bond et venir à nous ? "

-Tu veux savoir pourquoi je me suis engagé dans la marine ? Pour participer à rendre notre monde plus juste. Tout ce que je cherche, c'est la justice, et je pensais que la marine serait le meilleur moyen d'y contribuer. As-tu entendu parlé du lieutenant Stark ? J'étais sous ses ordres. Puis un jour, alors que nous venions de vaincre une bande de pirate, nous avons trouvé deux femmes dans leur planque. Et le lieutenant Stark, a voulu abuser d'elles. Je l'ai tué, comme j'aurais pu te tuer si tu ne m'avais pas autant blessé. Je dois t'avoue que c'était le premier moment de mon existence où je me sentais libre. Je pensais que la marine m'aiderait à faire régner la justice, mais j'en doute de plus en plus. J'entends de plus en plus parler d'officiers qui malmènent leurs hommes, qui abusent de leur pouvoir et de leur autorité."

Il repensa à la scène, où il avait froidement exécuté son supérieur. Étais-ce cela, la justice ? Si il n'avait rien fait, le lieutenant Stark aurait abusé de ces femmes. Il n'avait pas eu le choix. Il devait intervenir. Mais pourquoi les hommes chargés d'appliquer la loi et la justice tombaient-ils si bas ? La marine était en train de pourrir. Rob avait peur de finir comme eux. L'homme que cherchait Icare, ce Tsubaki D. Tensei, pourrait peut être l'aider. L'aider à trouver un sens dans un monde injuste et pourri, pour lui apporter un peu de pureté.

"Je dois voir ce Tensei, il a l'air d'être un homme plein de sagesse, et j'aimerais beaucoup le rencontrer. Cela ne veut pas dire que je vais forcément vous rejoindre, mais la marine ne représente pas la justice que je cherche, je n'ai donc aucun intérêt à y rester. Si je trouve que votre vision et la mienne peuvent coexister, je vous rejoindrais alors. La marine n'est plus ce qu'elle était, elle n'est plus qu'animée par la volonté des puissants à contrôler les faibles."


Il ignorait comment allait se passer la suite de sa vie, mais sa vie allait à coup sûr prendre un grand tournant. Mais pour l'instant, il était toujours blessé, sans avoir la force de se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 11:49



    " Tu veux savoir pourquoi je me suis engagé dans la marine ? Pour participer à rendre notre monde plus juste. Tout ce que je cherche, c'est la justice, et je pensais que la marine serait le meilleur moyen d'y contribuer. As-tu entendu parlé du lieutenant Stark ? J'étais sous ses ordres. Puis un jour, alors que nous venions de vaincre une bande de pirate, nous avons trouvé deux femmes dans leur planque. Et le lieutenant Stark, a voulu abuser d'elles. Je l'ai tué, comme j'aurais pu te tuer si tu ne m'avais pas autant blessé. Je dois t'avoue que c'était le premier moment de mon existence où je me sentais libre. Je pensais que la marine m'aiderait à faire régner la justice, mais j'en doute de plus en plus. J'entends de plus en plus parler d'officiers qui malmènent leurs hommes, qui abusent de leur pouvoir et de leur autorité."


    " Je dois voir ce Tensei, il a l'air d'être un homme plein de sagesse, et j'aimerais beaucoup le rencontrer. Cela ne veut pas dire que je vais forcément vous rejoindre, mais la marine ne représente pas la justice que je cherche, je n'ai donc aucun intérêt à y rester. Si je trouve que votre vision et la mienne peuvent coexister, je vous rejoindrais alors. La marine n'est plus ce qu'elle était, elle n'est plus qu'animée par la volonté des puissants à contrôler les faibles. "


    Furlong avait lui aussi quelque chose de lourd à porter. Moi, j'avais la responsabilité de la mort d'Akira sur les épaules, et lui avait tué son officier supérieur. Un délit puni par la mort au Gouvernement Mondial. Furlong venait de se livrer à moi sans compromis. Son désir de rencontrer Tensei montrait qu'il était pur et honnête. Un quelconque autre soldat se serait entêté à poursuivre le combat. Si cela avait été le cas, je lui aurais tranché la gorge sans état d'âme. J'étais à présent certain que Rob n'allait plus me mettre des bâtons dans les roues. Je me relevai, me frottai les mains.


    " On peut dire que tu es un homme au cour brave. Avec Tensei, vous êtes bien les deux seuls hommes d'honneur que j'ai rencontré dans toute mon existence. Mais mes bandages ne suffiront pas à améliorer ton état. La bataille qui st désormais lointaine peut se rapprocher de nous n'importe quand. Je vais jusqu'à mon navire qui est non loin de là. C'est un médecin qui me l'a offert lors de mes dernières aventures, je vais te chercher la trousse de soin. Tu auras de quoi te rafistoler et tenir jusqu'à la fin de ce conflit. "


    Au loin on entendait les détonations, les cris, les hurlements, les lames qui s'entrechoquaient. Rapidement, je courus vers la mer, et nageai jusqu'à ma petite caravelle. Une fois à son bord, je pris l'énorme trousse qui se trouvait dans la cabine. Puis avant de me jeter une seconde fois à l'eau pour apporter ce dont Rob avait besoin, un autre bateau, à peine plus petit que le mien, se rapprochait de la côte, plus au nord. C'était un navire gouvernemental discret, pas le genre de vaisseau fait pour les grandes batailles, mais plutôt pour les coups fourrés. Je retournai à ce qui fut mon aire de combat avec le marine, déposai la trousse à ses pieds.


    " Bon, je te laisse te débrouiller. J'ai vu quelque chose de pas net qui se dirigeait vers le nord. Dès que tu auras fini de te soigner à peu près comme il faut, rejoins-moi, ça sent vraiment pas bon. La trousse contient des peaumades cicatrisantes, des anti-douleurs, des antibiotiques, de quoi te désinfecter, tout ce qu'il faut. Nous trouverons Tensei plus tard, si le destin le veux bien. Nous avons été séparé au Royaume d'Espéris, et je ne l'ai pas encore vu sur le champ de bataille. J'éspère qu'il va bien. "


    La-dessus, je sprintai autant que je pus, droit vers le nord, en longeant la côte. Ca ne me plaisait pas trop de laisser Rob tout seul et dans un sale état. N'importe qui pouvait se pointer mais bon ! Il était certainement capable de se débrouiller tout seul. Je dégainai Horus, et me cachai derrière un rocher. Les hommes du gouvernements accostèrent, et descendirent un par un. Ils étaient cinq, et il s'agissait d'agents. Celui qui semblait être le chef était un bonhomme petit et obèse, au visage défiguré par un sourire malfaisant. Il distribuait les ordres, et les agents répondaient pas " A tes ordres, Ziro ! ". Le navire fut déchargé, quatre malles exactement. Avec son sourire terrifiant, Ziro prit la parole :




    " Mes amis, la mission va commencer. L'opération Barbarossa est officiellement lancée. Comme je vous l'avais promis, je vais faire le briefing sur le champ. Ces mallettes contiennent des explosifs très puissants conçus par les plus grands ingénieurs de la Marine. Notre opération consiste à en placer le maximum aux racines de l'arbre d'Ohara. Plus précisément, sous l'arbre. Il existe un tunnel qui mène aux sous-sols de la ville. Nous déposerons à cet endroit. Puis nous partirons ni vu ni connu. L'opération Barbarossa n'est qu'un plan de sûreté, au cas où les forces gouvernementales et la marine echoueraient dans leur tâche : c'est à dire de repousser le Yonkou Zabuza, la coalition des équipages pirates ainsi que les forces révolutionnaires. Dans ce cas, nous déclencherons l'explosion depuis un escargophone spécial, situé à quelques lieues de l'île. Messieurs, c'est à vous. "


    Si j'avais bien compris, si la marine et le gouvernement ne parvenaient pas à gagner la bataille, l'île serait entièrement détruite ? C'était terrible. Il fallait que j'agisse. Mais c'était trop tard, les quatre agents prirent les mallettes, et disparurent chacun de leur côté à une vitesse incroyable. Seul restait Ziro, sur la plage. Mais il disparut lui aussi, pour apparaitre à côté de moi. Son sourire éclatant me flanquait la frousse.


    " Je me fiche de qui tu es. Tu n'es ni un marine, ni un agent du gouvernement. Tu n'es qu'un microbe et tu n'as rien à faire là. Tu as entendu notre conversation, n'est-ce-pas ? Nous sommes l'unité "Argos", un groupe de force spécial du Gouvernement Mondial. Il te sera difficile de poursuivre mes quatre hommes. Premièrement car nous maitrisons tous le "Soru", technique surhumaine qui nous permet des déplacements instantanés. Deuxièmement, tu devras me battre moi ! "


    Il m'assena un coup de poing. Sa force était surhumaine, je fus envoyé dans les airs, et retombai lourdement sur le sol. Je crachai du sang et me préparai à l'assaut suivant. Mais mon adversaire avait d nouveau disparu. Il était derrière moi. Sa technique Soru était très ennuyeuse. Un coup de pied me repoussa violemment en avant et me fis cogner contre le rocher. Le nouveau "zip" du soru se fit entendre, à mon tour.


    Suishagoya no Akuma : Le Moulin du diable


    Je tournai sur moi-même, en entrainant dans la rotation mon katana. Un bruit presque inaudible retentit. Comme prévu, Ziro avait réapparut à coté de moi dans l'espoir de m'infliger de nouveaux coups. Mais il n'avait pas pu résister à la lame e Horus, qui tranchait désormais n'importe quoi comme du beurre, même l'acier. Son corps fut coupé en deux dans une netteté épatante. Son sang se déversa à flot dans le sable alors qu'il hoquetait encore en crachant du sang. Désormais je n'avais pas le choix, il fallait retrouver les quatre derniers agents qui portaient les explosifs. Tout seul je n'avais aucune chance, et je préférais attendre que Rob me rejoigne afin de lui expliquer la situation et de bénéficier de son aide.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 14:31

Rob resta seul quelques instants, le temps que Rosas alla lui chercher une trousse de secours. Comme tout marine, il avait été formé à utiliser efficacement une trousse de ce genre sur quelqu'un, et sur lui même. Il commença donc par désinfecter la plaie, appliqua du baume cicatrisant, et se rafistola autant qu'il le pouvait pour tenir jusqu'à la fin de la bataille. Il prit beaucoup d'anti-douleurs, peu être même un peu trop, mais son état ne lui permettrait pas de bouger normalement. Il n'avait pas le choix. Il avait encore mal, mais les calmants étaient forts, et il ne sentait plus qu'en partie la douleur. Il allait tenir quelque temps comme ça, juste assez il espérait. Il devait rejoindre Icare au plus vite. Il espérait vraiement pouvoir rencontrer Tensei, mais pour l'instant, le chaos ambiant empêchait toute identification précise d'une personne. Les combats faisaient encore rage vers le centre de l'île Il se leva difficilement, il avait encore les jambes un peu engourdies. Il les transforma en ressort.

Haboku no kaze (Porté par le vent)

Il bondit et se déplaça rapidement. Utiliser ainsi son pouvoir alors qu'il était blessé le faisait souffrir mais il n'avait pas le choix. Il devait rattraper Icare. Il lui avait dit avoir vu quelque chose d'étrange. Il fonça vers le nord pour le rattraper. Il devrait à priori se déplacer plus vite que le sabreur. Il le rattraperait assez vite. Alors qu'il approchait de l'endroit où se trouvait Rosas, il sentit quelque chose d'étrange, comme une présence qui venait de traverser le calme de la plage. Il ignorait ce que c'était, mais il n'avait pas de temps à perdre. Lorsqu'il arriva là où se trouvait Icare, il découvrit un homme, mort, devant lui. Enfin, presque un homme, il avait un visage très étrange et ressemblait presque à une gargouille. Mais ce n'était pas le moment de débattre là dessus. Il demanda des explications à Icare. Une fois l'explication donnée, Rob resta horrifié. Le gouvernement voulait détruire cette île. S'il avait encore eu le moindre doute à ce moment là, il se serait envolé. Ils voulaient détruire l'île. Et par cela même détruire toutes les connaissances que renfermaient cette île. Et également ce merveilleux arbre, prodige de la nature qui trônait au centre de l'île. Quel genre de monstre fallait-il être pour pouvoir penser détruire une île. Chaque île était un trésor, et ces monstres du gouvernement, sensés représenter chaque île du monde, voulait en faire disparaître une de la carte. L'ex-lieutenant ne pouvait laisser faire cela.

"Il faut trouver l'entrée de ces tunnels pour les arrêter. Une fois en intérieur, leurs déplacements seront beaucoup plus limités, et je suis moi même bien plus efficace dans un endroit clos qu'en extérieur, et je suppose que toi aussi. Nous pourrons prendre l'avantage sur eux si nous les interceptons à l'entrée du tunnel."

En effet, Rob, grâce à son pouvoir, était redoutable dans les espaces clos et limités. Il pouvait rebondit plus facilement, et devenait alors dangereux, aussi bien en combat à distance qu'en combat rapproché. Il pourrait plus facilement se débarrasser d'agents là bas, surtout blessé. Il devait mettre toutes les chances de son coté. Quant à Rosas, au vu des attaques qu'il avait employé contre Rob, il devrait lui aussi être redoutable en intérieur. Dans un tunnel, les facultés d'esquive sont limités, et c'est là que le duo pourrait faire beaucoup de dommages à des agents maitrisant le Rokushiki.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 15:21



    Dès l'instant où Ziro retomba au sol, nous Rob Furlong surgit à mes côtés. A première vue, il savait utiliser du matériel de secours. Je devinai en voyant le faible éclat de ses yeux qu'il s'était bourré d'anti-douleurs. Au moins il allait pouvoir poursuivre le combat désormais, ce qui me rassurait quelque peu. Je lui expliquais rapidement la situation ainsi que la technique incroyable que maitrisaient les agents de l'unité Argos. Il réfléchit quelques instants et proposa :


    "Il faut trouver l'entrée de ces tunnels pour les arrêter. Une fois en intérieur, leurs déplacements seront beaucoup plus limités, et je suis moi même bien plus efficace dans un endroit clos qu'en extérieur, et je suppose que toi aussi. Nous pourrons prendre l'avantage sur eux si nous les interceptons à l'entrée du tunnel."


    Son sens de l'analyse était aiguisé.


    " Tu dis vrai. C'est certainement dans ces sous-sols que nous prendrons l'avantage sur eux. De plus les arrêter un par un avant qu'ils n'atteignent l'arbre est impossible vu leur vitesse de déplacement, même s'ils ne peuvent pas utiliser sans arrêt leur "soru". Je n'ai aucun plan précis en tête, mais toi, tu en auras sûrement quelques uns. Ton sens de la stratégie militaire nous sera essentiel. Mais pour le moment il nous faut rejoindre les sous-sols. Le problème est que nous n' avons aucune idée de leur emplacement. Les agents sont partis dans quatre directions différente. Nous allons prendre celle de l'est, c'est celle qui semble être la plus dégagée d'un point de vue aérien. Grâce à tes pouvoirs nous aurons une vue d'ensemble. Ensuite il faudra coincer un des agents et détruire la mallette. Seul la fréquence de leur escargophone spécial peut faire exploser la bombe nous ne risquons donc rien. Une fois l'énergumène maitrisé, tu devras le faire parler pour qu'il nous dise où se trouvent les tunnels. Une fois de plus, la marine sont les maitres des interrogatoires musclés. Lorsque nous saurons où se trouve le tunnel, tu prendras les commandes car nous n'avons pas droit à l'erreur. Allons-y et restons groupés. "


    D'un coup, je me mis à courir du mieux que je pus. Rob allait beaucoup plus vite que moi avec ses membres-ressorts, mais il allait devoir ralentir la cadence pour ne pas me perdre de vue. Ce qui n'était pas plus mal vu son état. D'ailleurs le mien commençait aussi à m'inquiéter. La blessure de Rob s'était un peu plus ouverte lors de mon combat contre l'agent Ziro, et le sang coulait plus vite. Le temps jouait contre nous désormais. Et combien de temps allait tenir mon partenaire ? Nous arrivâmes dans ce qui semblait être un complexe industriel. De nombreuses manufactures et usines se trouvaient là. Mais il semblait n'y avoir plus personne. Le combat avait cessé dans cette zone de l'île. Des cadavres de pirates et de marines jonchaient les rues. Horus à la main, je prenait garde. Je fis signe à Rob de nous séparer pour le moment, ce lieu était idéal pour les cachettes. Un agent pouvait certainement se cacher par ici. Peu après l'éloignement de Furlong, le silence tomba. C'est alors qu'un espèce de gros balourd se jeta sur moi. D'où sortait-il ?




    " J'vais vous saigner !! Raaah !"


    J'esquivais un coup de poignard qui manqua de me balafrer le visage. Au moment où j'allais riposter, il tendit sa main vers moi, et une petite bulle orange naquit dans sa paume de main. Plus elle grandit et prit la forme d'un ballon avant de fuser vers moi. Une fois contre mon corps, elle devint immédiatement géante et m'engloba. Je me retrouvais à l'intérieur de la bulle. Ca n'allait pas être compliqué d'en sortir.


    Ryu no hoshi : l'étoile du dragon


    Je fis une succession de coups de sabres sur la paroie de la bulle. Des coups capables de trancher même l'acier et ... Quoi ? Rien. La bulle n'avait même pas vibré. J'étais complètement pris au piège. L'agent me regarda d'un air victorieux.


    " J'ai mangé le fruit du geôlier ! Je peux enfermer qui je veux dans des bulles géantes. Ces bulles sont incassables de l'intérieur et de l'extérieur. Seule la volonté du possesseur du fruit lui permet de faire éclater ses créations ... HA HA ! Maintenant je vais me faire ton petit copain là ... On dirait bien que c'est un officier de la Marine en plus hé hé. "


    Il s'éloigna, me laissant seul dans ma nouvelle prison. Je frissonai car j'avais complètment perdu mes moyens. Je n'avais plus qu'un seul espoir : celui de voir Rob Furlong écraser ce mc, l forcer à me libérer et nous livrer les informations dont nous avions besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 17:03

Icare lui fit un compliment sur son sens tactique, mais à vrai dire, il n'en tirait aucune vanité. C'était un sens tactique nécessaire à affronter n'importe quel adversaire, savoir dans quelles conditions il est avantagé, si il a besoin d'espace ou non. Tout ceci n'était qu'une capacité d'analyse basique, pour éviter de mourir ou d'avantager idiotement un adversaire. Mais avant toute chose, ils étaient probablement les seuls à connaître l'existence de ces bombes. Ils devaient donc au plus vite rattraper l'un des agents et lui faire cracher le morceau sur l'emplacement des tunnels. Ils partirent à l'est, à la poursuite d'un des quatre agents. Rob transforma à nouveau ses jambes en ressort et faisait des bonds pour essayer de rattraper les hommes venus détruire l'île. Ils venaient d'atteindre un étrange complexe, dont le sol était jonché de cadavres. La bataille avait vraiment fait rage partout sur l'île. Icare lui fit signe de se séparer. Rob fit un bond vers le coté et partit, il devait être à une cinquante de mètres de Rosas lorsqu'il vit quelque chose. Une sorte d'ombre qui venait de passer à quelques mètres de lui et se dirigeait vers là où était Icare. Rob s'arrêta net. Cette vitesse de déplacement était impressionnante, et il ne serait pas capable de l'égaler en combat. Mais avec l'aide d'Icare, il devrait être capable de vaincre l'agent qui venait de passer. Il courut vers la où se trouvait Rosas pour arriver discrètement. Lorsqu'il arriva, il put observer le pouvoir de l'agent. Il venait de créer une sorte de bulle orange. Rob le laissa faire pour observer son pouvoir. Cela était dangereux pour son ami, mais il savait très bien se défendre. Et s'il sentait le vent tourner, il pourrait toujours intervenir. Le révolutionnaire fut prit dans la bulle, et essaya d'en sortir.

Ryu no hoshi : l'étoile du dragon

Icare frappa violemment les parois de la bulle avec son sabre, sans effet. Le gros lard se vanta et permit à Rob de comprendre son pouvoir. Incassable de l'extérieur. Il n'allait donc pas pouvoir sortir Icare de là sans blesser ou tuer son adversaire. Mais cela pouvait lui servir pour le combat. Il encocha deux flèches sur son arc, et transforma son bras en ressort.

Tai'hou

Il tira les deux flèches. L'une devait atteindre la bulle, et l'autre l'agent. malheureusement, l'agent réagi et savait apparemment que Rob le visait depuis le début. Il utilisa un Soru et esquiva la flèche. Quant à l'autre, celle tirée sur la bulle, elle eut l'effet escompté par Rob. Non qu'elle détruisit la bulle, mais elle rebondit violemment dessus et vint se ficher sur un mur d'un des bâtiments. Parfait ! Il pouvait donc en tenir compte. Mais Rob venait d'y penser, l'agent avait fait un Soru. Sans même réfléchir, il exécuta une autre technique.

Fun'shutsu (éjection)

Rob transforma ses jambes en ressort et décolla à la verticale. Une fois en l'air, il encocha une nouvelle flèche et tira là où il se trouvait une seconde plus tôt. L'agent y était bien, en train de créer une boule orange. Lorsqu'il comprit que sa cible s'était envolée, l'agent orienta sa main vers le ciel. La flèche de Rob rencontra la bulle, et fut largement amortie, et même arrêtée. Rob atterrit et rebondit sur la bulle qui contenait Rosas. Ce gros abruti était dangereux. Il ne devait surtout pas se retrouver au corps à corps contre lui, même l'ex(lieutenant était très doué au corps à corps grâce à son fruit, il ne pouvait pas se permettre de se retrouver enfermer comme Icare. L'agent beugla qu'il allait tuer Rob. Mais ce qu'il l'inquiétait plus que tout, c'est qu'il ne pouvait pas se permettre de trop forcer, pour éviter que ses blessures ne se rouvrent. Il devait donc trouver une méthode pour forcer cet homme à cesser sa bulle, tout en le mettant hors combat. Il venait de trouver une idée. Il savait comment le vaincre sans le tuer, tout en évitant de trop faire tarder le combat. Il provoqua son adversaire de la façon la moins subtile qu'il avait trouvé.

"Eh ! Gros lard ! Viens que je t'éclate !"

Il ne se fit pas prier. Il exécuta un nouveau Soru. Il allait probablement soit essayer de frapper, soit d'emprisonner Rob. Mais il avait prévu le coup. Il transforma tous ses membres en ressort.


Zan'shi boufuu (Mort dans la tempète)

Rob s'élança vers le mur, encocha deux flèches, et n'en tira qu'une sur l'agent. Celui-ci esquiva et fit un autre Soru pour intercepter Rob. Ce dernier avait prévu le coup, et rebondit sur la bulle, décocha sa flèche sur cette même bulle. La flèche rebondit dans un bruit sourd sur la bulle et vint se ficher violemment dans le torse de l'agent. La flèche, avec le gros lard autour, vinrent se ficher dans le mur, où quelques minutes plus tôt, Rob avait déjà planté une flèche en tirant sur la bulle. Rob reprit sa forme normale, et marcha tranquillement vers l'agent, bloqué au mur, une flèche plantée dans son torse.

"Tu aurais appris à utiliser ton pouvoir, cela ne serait pas arrivé. C'est ton propre pouvoir qui a causé ta perte. Maintenant je ne te le demanderais pas deux fois. Libère mon ami où tu vas souffrir."


L'agent s’exécuta. Les parois de la bulle se mirent à trembler, et finirent par disparaître, laissant Rosas libre.

"Bien, maintenant, tu vas nous dire ce qu'on veut savoir. Deux choses ! Où se trouve l'entrée du tunnel, et où tu as placé ta mallette."

Rob et Rosas fixèrent tous les deux l'agent avec un regard assassin. Ce qui dut le décider à tout balancer. Il avait l'air d'avoir peur. Il avait placé la mallette à deux rues, non loin de là où lui et Rob s'était croisé lorsqu'il venait de se séparer avec Rosas. Le plus important était d'intercepter les agents, mais même si les mallettes n'étaient pas placé sous l'arbre, elles refermaient une puissance qu'on ne pouvait laisser n'importe où. Il fallait la détruire au plus vite, puis repartir vers l'entrée du tunnel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 20:06

    Une formidable rixe s déroula sous mes yeux. Alors que j'étais devenu impuissant, Rob vola à mon secours sans la moindre once d'hésitation. Nous nous connaissions à peine depuis une heure, et nous avions déjà développé une complicité à toute épreuve. Malgré ses graves blessures, il parvint à tenir tête à l'impitoyable agent. Et ce fut une fois de plus grâce au sens de la tactique du lieutenant que le sbire du gouvernement fut vaincu et contraint de me libérer.


    "Tu aurais appris à utiliser ton pouvoir, cela ne serait pas arrivé. C'est ton propre pouvoir qui a causé ta perte. Maintenant je ne te le demanderais pas deux fois. Libère mon ami où tu vas souffrir."


    Cette phrase resta à graver dans ma tête pour toujours. Pour la première fois de mon existence, quelqu'un me considérait comme son ami. Une chaleur humaine envahit mon coeur, c'était certainement un plaisir auquel je n'avais jamais goûté. Une fois la bulle évaporée, je me joignis à mon partenaire et déclarai avec un clin d'oeil :


    " Depuis quand je suis ton ami ? "


    C'était par pur amusement. Mais j'en étais sûr à présent. J'avais une dette envers lui. Il venait de me sauver la vie, et j'étais prêt à risquer la mienne pour qu'il survive. Etait ce ce que l'on appelait l'amitié ? Icare Rosas avait toujours été seul. On m'appellait Sir Rosas par pur respect car c'était un titre d'orgueil, de méprise à l'égard des autres. Je devais abandonner ce surnom qui était mon ancien "moi". Le nouveau "moi" avait commencé à émerger. Néanmoins je gardais en moi la passion de la destruction et du carnage si quelqu'un se dressait devant moi ou mes compagnons. Nous étions tous les deux las, fatigués, et par dessus le marché : blessés comme des taureaux dans une corrida. L'agent avoua facilement où se trouvait l'entrée du tunnel et l'emplacement de sa mallette. Pendant qu'il expliqua les détails du trajet, moi j'allai détruire la valise qui contenait les explosifs. D'un coup de pyro-gun, elle fut réduite en cendres. Puis, moi et Furlong continuâmes notre mission : empêcher les agents de quitter l'île, et neutraliser les bombes au plus vite.


    Je courais, Furlong bondissais. Nous accélérâmes la cadence. Nous nous dirigions en plein ouest, autrement dit, au coeur de la bataille. Nous croisâmes des hommes et des femmes de chaque camp, des pirates, des marines, des révolutionnaires. Au passage, je dégageais tout ce qui se trouvait devant moi. Le temps tournait inexorablement. Et puis, nous atteignâmes l'entrée du tunnel. A l'entrée, il y avait une jeune femme, qui tenait un escargophone dans les mains. A ses pieds, une troupe de pirates dans une marre de sang.


    " ... nous sommes arrivés au tunnel. Nous ferons sans l'agent Tomskin, deux microbes lui ont fait la peau. Tant pis, l'opération Barbarossa se passera d'un explosif. Préparez-vous à lancer l'appel avec l'escargophone de platine pour déclencher les explosifs dès que nous aurons quitter l'île. Attendez mon appel, je ... "


    Avant qu'elle n'en dise plus, je tirai avec mon pyro-gun sur l'escargophone. L'animal explosa dans une gerbe de feu. La femme ne broncha pas. Ou plutôt aurais-je dû dire, l'agent. Elle tourna la tête vers notre direction. Son visage ne trahissait aucune surprise, comme si elle savait que j'allais faire feu sur son seul moyen de communication; d'ailleurs, comment savait-elle que son collègue avait été tué ? Elle sourit et déclara :




    " J'attendais votre venue. Rassurez-vous, vous n'arrivez pas trop tard, les deux autres agents sont déjà dans les tunnels. Deux choix s'offrent à vous. Soit vous me combattez ensemble ici et maintenant, mais vous prenez le risque de perdre du temps et ainsi de laisser mes collègues accomplir leur mission et s'enfuir pour appeler les responsables de l'escargophone de platine. Ou bien, vous vous séparez maintenant. L'un de vous deux devra me retenir pendant que l'autre descendra dans les sous-sols, aux racines même du Grand Arbre pour stopper les deux agents restants. Un combat très difficile, en somme. "



    " Furlong ... Ca me désole de te dire ça mais elle a raison. Nous n'avons pas le droit d'échouer. Nous sommes tous les deux efficaces dans un espace réduit, mais tu l'es beaucoup plus que moi. Je n te gênerai pas dans tes déplacements, tu seras beaucoup plus libre dans tes mouvements. Je vais me la farcir, c'est l'affaire que de quelques minutes, je te rejoins dès que possible pour te prêter main-forte. J'éspère qu'on tiendra le coup tous les deux ... mon ami. "


    Moi-même j'avais beaucoup de difficulté à prononcer ce mot, comme si ma langue s'était soudainement engourdie. Même si j n'en comprenais pas très bien le sens, je savais quand même à peu près les responsabilités que ça impliquait. Dès que l'ex-lieutenant fut parti, je passerais alors à l'attaque, j'étais plus qu'impatient de charcuter cette impertinente !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Sam 5 Mai - 23:52

" Depuis quand je suis ton ami ? "

Rob avait prononcé le mot ami sans même s'en rendre compte tout à l'heure. Lui qui d'ordinaire était si solitaire, si froid, si peu enclin à se rapprocher des autres. Il l'avait prononcé sans la moindre hésitation. Il ignorait même le vrai sens de ce mot. Mais cela voulait probablement être une personne pour qui on accepterait de mourir, tant que cela pourrait la sauver. Un ami, un révolutionnaire, un homme d'honneur. Rob s'était trouvé un véritable ami, qui comme lui, n'aspirait qu'à un monde meilleur, tout en cherchant son identité. Il devait rester au coté d'Icare. Cet homme lui avait ouvert les yeux, et comme lui, il était un homme bon, et juste. Tout ce que Rob voulait, c'était de continuer à avancer, Icare à ses cotés. Il avait trouvé un homme si proche de lui. Pendant le combat, Icare avait dit avoir l'impression de voir un miroir. C'était vrai. Leurs différences n'étaient rien à coté de leurs similitudes. Si seulement ils n'avaient pas eu à s'affronter pour se rencontrer. Cela leur éviterait de devoir vaincre 4 agents alors qu'ils sont eux mêmes dans un état déplorable.

Icare alla s'occuper rapidement de la mallette pendant que Rob continuait d'écouter l'agent. Il lui révéla l'emplacement du tunnel. Une fois Icare revenu de sa mission, les deux amis se mirent en route vers l'ouest. Icare partit légèrement en avance, laissant le temps à Rob d'en finir avec l'agent d'une seule flèche. Rob bondissait et avait donc une petite avance sur Icare, et en plus, ils rejoignirent un endroit où la bataille faisait encore rage, et Icare avait plus de mal à progresser que lui, car Rob rebondissait, et esquivait la majeure partie des hommes en train de se battre, alors que Rosas devait trancher pour se frayer un chemin. Le temps continuait d'avancer en même temps que les deux hommes, et du temps, il n'en avait pas. Ils arrivèrent enfin au niveau du tunnel, pouvant observer une femme entourée de cadavres.

" ... nous sommes arrivés au tunnel. Nous ferons sans l'agent Tomskin, deux microbes lui ont fait la peau. Tant pis, l'opération Barbarossa se passera d'un explosif. Préparez-vous à lancer l'appel avec l'escargophone de platine pour déclencher les explosifs dès que nous aurons quitter l'île. Attendez mon appel, je ... "

Merde, ils étaient déjà là. Mais comment cette femme avait pu savoir ce qu'il se passait si elle était là. Aurait elle observé leur combat ? C'était mauvais signe, elle connaitrait alors les techniques de Rob. Il devait éviter l'affrontement avec elle si possible, ou alors Icare devrait faire la majorité du travail. Ce dernier venait d'ailleurs de détruire l'escargophone avec lequel l'agent conversait. Elle se retourna et se mit à leur parler.


" Furlong ... Ca me désole de te dire ça mais elle a raison. Nous n'avons pas le droit d'échouer. Nous sommes tous les deux efficaces dans un espace réduit, mais tu l'es beaucoup plus que moi. Je n te gênerai pas dans tes déplacements, tu seras beaucoup plus libre dans tes mouvements. Je vais me la farcir, c'est l'affaire que de quelques minutes, je te rejoins dès que possible pour te prêter main-forte. J'éspère qu'on tiendra le coup tous les deux ... mon ami. "


Lui aussi avait prononcé ce mot plein de sens. Il fallait vraiment qu'ils puissent se reposer après tout cela, de préférence avec ce fameux Tensei. Mais en attendant, Rob allait devoir affronter deux agents seul. Mais heureusement, dans le tunnel, il aurait l'avantage de pouvoir utiliser son pouvoir du mieux dont il était capable. Il avait gardé un peu d'anti-douleurs sur lui. Il en reprit et finit le peu qui lui restait. Il devait tenir à tout prix. Et surtout détruire les bombes. Il devait protéger cette île. Il fonça vers le tunnel. Il faisait environ quatre mètres de diamètre, sans être tout à fait rond. Mais cela lui laissait la place nécessaire pour manœuvrer rapidement et efficacement. Il courut du plus vite qu'il pouvait pour ménager ses jambes. Les transformer en ressort constamment l'épuisait et dans l'état où il était, il n'en avait pas besoin. Il devait garder un plein usage de ses jambes, surtout avec ce qu'il comptait en faire.

Il atteint une espèce de salle souterraine, aux parois assez larges, environ une dizaine de mètres. Parfait, c'était juste l'espace qu'il lui fallait pour combattre. Deux hommes se retournèrent en entendant son approche.





Les deux hommes venaient de poser leurs mallettes au sol. Rob ne leur laissa pas une seconde pour réagir et transforma ses jambes en ressort, et prit une impulsion. Il se mit à rebondir de plus en plus vite de mur en mur.

Otome Testu (Vierge de fer)

Rob prit son arc et tira une multitude de flèche tout en continuant de rebondir de murs en murs. Il visait en priorité les explosifs pour les détruire, mais ce n'était pas facile de viser précisément lorsqu’on se déplace à cette vitesse. Lorsqu'il s'arrêta, il prit un bref instant pour examiner les dégâts qu'il avait fait à ses adversaires. Il constata avec satisfaction qu'un des mallette avait été touchée, tout comme l'agent aux cheveux blancs. Rob lui avait mis deux coup au but. Il avait une flèche plantée dans l'épaule et une autre dans la jambe gauche. Mais l'autre n'avait pas l'air d'avoir été effleuré. Rob ne pourrait pas tenir logntemps tout seul. Il sentait que cette attaque avit porté son corps à sa limite. Il ressentit une vive douleur, mais il ne pouvait pas en rester la. Il devait au moins mettre hors combat l'un des deux hommes. Après tout, Icare avait été moins blessé que lui, et il devrait être capable de sauver la situation. Il reprit ses attaques, pour éviter aux agents de riposter. Mais cette fois-ci, il n'utiliserait pas son arc. Il le lâcha donc pour aller poings nus vers le combat. Comme pour sa précédente technique il se mit à rebondir de mur en mur. Mais il viserait en priorité l'agent blessé cette fois-ci.

Sen'puu Chokugeki (Tornade de coups)


L'agent en question tentait d’esquiver en utilisant des Soru au moment propice, mais cette foi-ci, Rob était beaucoup plus précis. Il réussit à mettre plusieurs coups à l'agent aux cheveux blancs, dont un au niveau de sa blessure à l'épaule. Rob n'avait plus la force de continuer à frapper. Mais il continua de rebondir le plus longtemps possible, pour laisser le temps à Icare de finir son combat et de venir. La douleur dans ses jambes était devenue insupportable, mais il devait continuer à bouger, sinon, il se ferait tuer à coup sur. L'agent au cheveux blancs venait d'ailleurs de s'écrouler. Rob mettait maintenant tous ses espoirs sur son ami. Son ami, il trouvait cela encore étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Dim 6 Mai - 1:03





    " Au fait, nous ne nous sommes pas présentés. Je suis l'agent Dorothy. Et toi ? Quel est ton nom ? "


    J'étais de nouveau seul face à l'adversité. Rob s'était engouffré dans cet étroit tunnel sombre. Qu'allait-il lui arriver face à deux agents ? Je pris conscience que je venais de l'envoyer à la mort. Mais d'abord j devais me débarasser de cette femme. Les sentiments que j'éprouvais pour mon camarades s'étaient transformés en liens solide. Je ne voulais pas le perdre, car nous étions devenus de véritables amis. Dorothy venait de me poser la question. Qui étais-je ? Suis-je Sir Rosas, l'impitoyable, le sadique ? Suis-je Icare Rosas, l'enfant innocent que je fus pendant une époque ? Non, j'étais le nouveau "moi". J'étais un révolutionnaire, un homme transformé. Un homme libre qui laisse ses sentiments et ses émotions l'envahir. J'étais ...


    " Hé hé ... Tu n'as pas à connaitre mon nom exact, Dorothy. Je suis un révolutionnaire, je serai le meilleur escrimeur de tous les temps ! Je suis celui que l'on nomme désormais ... Rosas le Blanc ! "


    J'avais enfin trouvé qui j'étais véritablement. Rosas le Blanc, oui c'est bien cela. Je dégainai lentement Horus en faisant scintiller la lame au soleil. Une lame rougi par le sang. Dorothy pouffa un peu avant de déclarer :


    " Si je vous attendais, c'est grâce à mon mantra. Je suis originaire des cieux. Grâce à ce don je peux détecter les gens, et je peux anticiper n'importe quelle attaque. Combiné à mon Soru, je suis invincible, Rosas le Blanc ! "


    Le mantra ... Ozak Gasher, le messager de l'ex-yonkou Sayuki disait lui aussi posséder ce talent. S'il s'agissait bien du même pouvoir, Dorothy allait être certainement très coriace. Avant que je n'éxécute le moindre mouvement, elle disparut et réapparut à coté de moi. Elle m'infligea un énorme coup de paume de la main dans le dos, je fus projeté en avant, et retombait lourdement dans le sable. Cette fille n'avait rien à voir avec le reste de la bande. C'était elle la plus puissante. Mais je ripostai en me jetant sur elle.


    Ryu no hoshi : l'étoile du dragon


    Une enchainement de coups aléatoires très rapides sur tout le corps de mon adversaire seulement, je ne parvins pas un seule fois à la toucher. Elle esquivait sans le moindre mal mes coups. Pendant mon offensive, elle contre-attaqua avec vitesse.


    Finger Gun !


    Son doigt s'enfonça dans ma poitrine comme s'il s'agissait d'une lame. La douleur m'irradia tout le corps, mes poumons étaient sévêrement touchés. De nouveau, je finis à terre, à souffrir le martyr. Que pouvais-je faire ? Et Furlong ? Qu'allait-il devenir ? Dorothy s'apprêta à donner un dernier coup de grâce lorsqu'une grosse silhouette la fit dégager. Cette forme se dessinait petit à petit ... Et je la reconnaissais ! C'était Ozak Gasher, l'unique.




    " Hm ... Rosas le Blanc, c'est donc ton nouveau patronyme. Tu as fait les présentation avec l'agent Dorothy je présume ? Je ne te cache pas qu'il s'agit du membre le plus dangereux de l'unité Argos. Elle aurait dû intégrer le CP9 mais elle était trop faible. La voici donc au sein de l'Argos. Laisse-moi te débarasser d'elle et tu pourras descendre rejoindre l'ex-officier en bas. Je devrai partir ensuite car j'ai du travail à accomplir. "


    " CP9 ? Je comprends rien ... "


    " Tu en sais déjà beaucoup trop. "



    Dorothy se releva. Elle se trouvait à une dizaine de mètres de nous deux. Son visage était en sang, le coup que lui avait porté Ozak devait être d'une puissance incroyable. Il fit un geste circulaire avec son sabre avant de le ranger dans son fourreau. Mais rien ne se produisit. Puis le messager se transforma en semi-pélican et s'envola dans les cieux. J'étais de nouveau seul face à Dorothy. Elle fonça les sourcils, prête à m'attaquer. La peur m'envahit, mais qu'avait donc fait Ozak ? Elle avança d'un pas sûr, mais à peine sa jambe levé, elle s'arrêta. Un léger râle sortit de sa bouche et subitement, son estomac explosa dans une pluie de sang phénoménale. Une fois de plus, Ozak avait démontré sa toute-puissance. Je me relevais péniblement et crachai du sang. Son finger gun m'avait fait très mal. Je descendit à mon tour dans les tunnels d'Ohara. J'entendis des bruits d'affrontement, le sifflement des flèches que Rob décochait. Je me précipitai. J'arrivai dans une grande salle. Rob était quasiment à terre, au bord de l'évanouissement, un agent gisait inanimé sur le sol. Je vis les deux mallettes, dont une complètement détruite. Il ne restait qu'un agent. Celui-ci enfila ses lunettes et son chapeau.




    " Ton ami est une vraie furie. Il a mit Basil KO en un rien de temps grâce à ses pouvoirs démoniaques. Je suis l'agent Todd, ravi de faire ta connaissance. Et qui êtes-vous donc ? "


    " Tu peux reprendre tes forces, Rob. Tu as bien combattu. Je vais m'occuper de tout maintenant, sois tranquille. Qui nous sommes ? Erf ... Celui qui a massacré ton pote c'est Rob Furlong, ex-lieutenant et révolutionnaire. Quant à moi je suis l'escrimeur Rosas le Blanc, au service de Tsubaki D. Tensei. L'opération Barbarossa est un fiasco, rends-toi. "


    Là-dessus, je sortis mon pyro-gun de mon pantalon, et tirai sur la dernière mallette restante. Nous avions gagné. Mais il me restait une seule chose à faire : tuer cet agent car il allait maintenant me tuer, et surtout tuer Furlong. Il claqua des mains et se transforma en hybride. Le fruit qu'il avait mangé devait sûrement être de type zoan, modèle du gorille. Il tambourina sa poitrine, et utilisa un soru.


    Suishagoya no Akuma : Le Moulin du diable


    Je tournai sur moi-même, en entrainant mon sabre dans la gestuelle. Todd, qui apparût près de moi, se fit trancher un bonne partie du torse. Son sang m'éclaboussa entièrement. La douleur m'envahissait, je commençais à voir trouble. Le trou dans ma poitrine ruisselait de sang, ainsi que la blessure de Rob. Je n'avais plus beaucoup de temps. Alors que mon adversaire titubait, j'éxécutai alors une technique destructrice.


    Yaiba no Shinkn : La Lame de l'Epée Divine !



    J'envoai une lame de vent verticale en arc de cercle de deux mètres cinquante sur mon ennemi. Une lame capable de trancher l'acier, une mort instantanée. Mais par réflèxe, il l'esquiva de justesse. Mais son bras et son pied furent happés par ma technique. L'agent hurla à la mort, rprit sa forme humaine et tomba. Moi, j'avais tout donné, j'étais épuisé. Au bord de la mort. Je m'écroulai par terre, à côté de Rob. Je voyais Todd ramper sur le sol et gravir avec difficulté les marches qui menaient à l'entrée des sous-sols. Alors qu'il montait en haletant comme un chien, il prit son escargophone :


    " Venez me chercher à la plage la plus proche ... Argh ... Je ... Je suis blessé mortellement. Arr ... Venez vite. L'opération Barbossa est un échec... L'unité Argos est décimée, je répète, l'unité Argos est décimée ... Les auteurs sont le lieutenant Rob Furlong, traitre de la marine ainsi qu'un révolutionnaire qui se fait appeller ... Ragh ! Rosas le Blanc ... Je veux ... Une équipe médicale ... "


    L'essentiel, c'est qu'il était parti. Enfin le calme. Nous avions réussi. Ensemble, contre le mal. Ce fut une expérience éprouvante, difficile et rude. Mais je m'étais fait un ami sur lequel compter en si peu de temps. Et Sir Rosas était parti. Seul Rosas le Blanc était resté. Et lentement, très lentement, je sombrais dans un sommeil comateux.


    [voilà j'ai fini le rp de l'event pour ma part. Si tu veux faire un dernier poste tu peux Rob, sinon nous avons terminé ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas Dim 6 Mai - 9:22

Rob était à terre, gisant dans le sang de sa blessure qui s'était rouverte après un enchaînement aussi violent de coups. Rosas était venu juste à temps. Il allait le sauver. Rob avait à peine la force de bouger. Il observa le combat avec un mélange de crainte et de fierté. La crainte que son ami ne soit blessé plus qu'il ne l'étais déjà,et la fierté de s'être fait un ami capable d'affronter un agent très dangereux pour le protéger. Il écouta Rosas, s'entendant que des bribes de sa conversation avec l'agent. Il se faisait appeler "Le Blanc" maintenant. C'était surement pour indiquer son nouveau lien avec l'ex-lieutenant de la marine. Il eut l'intelligence de détruire la mallette avant que le combat ne commence, détruisant ainsi tout espoir au gouvernement de détruire l'île de cette façon. Rob avait bien compris. Si les mallettes avaient explosés, le gouvernement aurait pu mettre ça sur le dos du Yonkou, mais maintenant, s'ils voulaient la détruire, ils seraient obligés de demander un Buster Call, ce qui montrerait leur perfidie au monde entier. Et ils ne pourraient pas se le permettre. Ohara était une île majestueuse. Jamais le peuple des différents n'accepterait la destruction d'une île juste pour empêcher un Yonkou de ... A vrai dire Rob ignorait ce qu'il était venu foutre ici. Et il s'en moquait éperdument. On lui avait juste dit de tirer sur les forces du Yonkou. On avait voulu le faire combattre sans réfléchir, comme enchaîné par la hiérarchie. La marine avait trop tendance à considérer son ancien lieutenant comme une arme, et pas comme un homme. Rosas avait bien fait de lui ouvrir les yeux. Sinon il aurait encore du continuer de tuer sans réfléchir. Dire qu'il aurait pu tuer Rosas, quelle énorme perte cela aurait été. Un homme aussi noble n'aurait jamais mérité de mourir anonymement sur un champ de bataille que seule la folie des hommes animait.

Rob faisait d'énormes efforts pour ne pas perdre connaissance, il devait rester conscient, ne serait-ce que pour intervenir si Rosas était en difficulté, et même s'il n'en avait pas la force, il voulait s'en convaincre. Il devait voir ce combat, ne serait-ce que pour soutenir Rosas. Il voulait rester conscient, quitte à ne rien faire, juste pour observer son ami. Il eut d'ailleurs peur pour son ami lorsqu'il vit que l'agent avait réussi à lui transpercer le ventre. Rob voulu faire quelque chose, n'importe quoi, mais il n'avait plus la force de bouger. Il fut néanmoins rassuré quand il vit que Icare avait repris le dessus sur son adversaire et venait de lui trancher deux membres. L'agent avait littéralement été découpé avec une force incroyable. Ce dernier venait d'ailleurs de prendre un escargophone et était en train de le dénoncer au gouvernement. Rob voulait s'assurer de sa mort. Il tendit le bras vers son arc, situé a une trentaine de centimètres de lui. Dans un terrible effort, il réussi à s'en saisir, mais c'était trop tard, l'agent était déjà en train de remonter, et il ne pourrait pas l'atteindre. Mais ce n'était pas grave, il n'irait pas très loin comme cela. Rob et Icare avait réussis. Ils avaient protégé l'île. C'était fait. Sur ce constat dort encourageant, Rob tourna la tête vers son ami. Lui aussi était gravement blessé. Mais les deux devaient tenir contre la mort. Ils devaient se trouver a quelques pas d'elle, lui rire au nez et survivre. Leur amitié devait être capable de surmonter leur situation, aussi désespéré qu'elle fut. Les deux luttèrent contre l’évanouissement. Mais les deux amis n'en pouvaient plus, leurs combats respectifs les avaient épuisés. Rob n'espérait qu'une chose, que quelqu'un vienne les sortir de là. Il voulait que Rosas s'en sorte. Il ne voulait pas être la raison de la mort de son nouvel ami.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rob Furlong VS Sir Rosas

Revenir en haut Aller en bas

Rob Furlong VS Sir Rosas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: West blue :: Ohara-