AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[Flash Back] Y'a un os ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: [Flash Back] Y'a un os ?! Dim 19 Mai - 18:44

Saïto
La Rennaissance




Depuis que Saïto s'était fait enrôlé dans la marine il y a de cela deux semaines il avait été muté sur la paisible ile de Baterilla , bon nombre de marine aurait été heureux de se retrouver là-bas , mais pas Saïto qui pensait éperdument qu'il serait bien plus utile à bord d'un navire de guerre à la poursuite de pirates sur Grand Line , en plus de tout ça son supérieur l'Adjudant-Chef Date Masamune était un gros plein de soupe , feignant , stupide et dont la vision de justice était tout le contraire de celle de Saïto , modérer et indulgente.

Qui plus est-il ne se passait absolument rien sur cette ile, quelques vols à la sauvette, des petits frappes qui pensaient pouvoir faire leur loi et des différends entre voisins. Sauf que ce jour-là rien n'aller se passait comme les autres jours et Saïto allait faire une rencontre qu'il n'oublierait pas d'aussitôt....

Alors qu'il patrouillait tranquillement aux alentours du port de l'ile en compagnie de deux autres soldats son Den Den Mushi se mit à sonner et il répondit.

« Ici ton Sergent, rends-toi avec les deux autres au Bar du Trèfle à quatre feuille, je t'envoie là-bas pour me récolter des informations parce que je ne sais pas grand-chose , si ce n'est qu'il y aurait eu un peu de grabuge et qu'il faudrait régler tout ceci le plus rapidement possible , rien de bien méchant à mon avis.»

Sans un mot il regarda ses collègues et ils se dirigeaient en direction du centre-ville ou se trouvait le bar, il était dans le quartier le plus malfamé de l'ile, là où se retrouvait tous les rebuts de l'ile pour préparer leurs prochaines magouilles ou pour conclure des affaires pour la plupart du temps illégales. Les marines sentaient bien aux regards noirs des habitants de l'arrondissement qu'ils n'étaient pas les bienvenus, mais Saïto marchait la tête droite et ne faisait pas attention à tous ses misérables et à cette atmosphère tendue qui régnait autour d'eux.

Ils arrivairent enfin devant le bistrot, sa façade était miteuse, les fenêtres étaient poussiéreuses et on apercevait à peine le nom du comptoir sur la banderole qui avait commencé à s'effacer avec le temps, seul le logo du trèfle à quartes feuilles qui avaient tenu permit au groupe de savoir que c'était bien celui-ci.

Saïto s'avança le premier suivi des deux autres vers le bar, étrangement il semblait qu'il n'y avait aucun bruit à l'intérieur, il poussa les portes battantes et lorsqu'il entra à l'intérieur il vit plusieurs hommes qui gisaient à même le sol, mort ou dans les vapes il n'en avait aucune idée, il n'y avait plus personne dans le pub hormis bien sûr les corps allongaient par terre.

Alors que les deux marines étaient encore choquées par le spectacle qu'il y avait devant eux , Saïto s'approcha du comptoir avec sa flegme habituelle , ses pas qui faisaient crépiter le plancher interrompirent le lourd silence qui régnait dans la taverne, il enjamba un corps inerte et s'assit sur un tabouret , il attrapa une bouteille de saké et ce servi un verre devant ses deux collègues qui restaient immobile à l'entrer , alors qu'il allait boire une gorgée il s'arrêta net et il tourna brusquement sa tête , il y avait un homme assit à une table , aucune personne n'aurait osé rester au milieu de ce massacre , qui pouvait-il bien être , savait-il comment tout cela c'était passé ou pire encore était-il le responsable de tout ceci ?

Saïto l'observa pendant un moment sans réagir lorsqu'il fut interrompu par les deux autres marines qui s'approchaient de l'homme avec leurs mains posaient sur le fourreau de leurs épées, l'un d'eux dit d'une voix craintive.

« Hé toi ! t..t'es qui ? Viens vers nous sans faire le moindre geste brusque, on a quelque question à te poser. »

Saïto avala d'une traite son verre de saké, il avait un mauvais pressentiment comme si pour une fois les choses n'allaient pas de dérouler comme prévu, il se préparait aux pires , assit sur son tabouret il avait déjà posé la main sur son sabre prêt à le sortir aux moindres mouvements suspects de ce mystérieux homme .

Les marines se rapprochaient tout doucement de l'inconnu, qu'aller être sa réaction , avait-il des bonnes intentions ou des mauvaises , Saïto allait le savoir bien assez vite...




Dernière édition par Saïto le Dim 19 Mai - 22:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?! Dim 19 Mai - 19:25





Je suis saoulé


J'étais encore et toujours sur la "Mer Bleue", cette mer qui était plus grande et plus vaste que celle d'en-haut. Lorsque je demandais aux gens si ils connaissaient la surface qu'englobait cette mer sur ici-bas tous me répondaient que seul un homme, appelé Gold Roger avait réussi à traverser l'étendue de cette magnificence créée par Dieu. J'étais sur une certaine île, j'avais demandé à un certain vieillard des informations sur cette île et je connaissais désormais son nom : Baterilla. Il avait ajouté que c'était l'une des îles les plus calmes de tous les "Blues". Les "Blues" ? Qu'est-ce que c'était encore que cette mascarade, un an et demie que je suis ici et je n'avais jamais entendu ce terme.

Après m'être fait rapidement briffer sur ce qu'étaient les "Blues", je compris que les humains ne considéraient pas qu'il n'y avait qu'une seule mer, mais bien plusieurs. J'apprenais aussi bien le nom de celles qui formaient les Blues, à savoir : South Blue ; North Blue ; West Blue et East Blue, et que celles-ci même fusionnées en une seule n'était pas aussi grande que celle que l'on appelait "Grand Line", un nom qui fait rêver. Le vieillard m'expliquait aussi qu'au bout de "Grand Line", ou aussi appelé "La Route de Tous les Périls" comme il me l'avait expliqué, se trouvait le trésor qu'avait laissé Gold Roger, le seul homme qui a réussit à traverser cette Route, il se nommait le "One Piece".

Après qu'il eut finit ses explications, je commençais à ressentir un certain mal de crâne, j'avais du mal à mémoriser tout ce qui avait été dit sur le coup et cela m'avait donné une migraine. Ce que je me rappelais était le fait qu'il y a cinq mers principales et qu'au bout de l'une d'entres elles se trouve le plus grand trésor, laissé par le plus grand des hommes avait-il ajouté. Je lui demandais maintenant où je pouvais trouver un restaurant où je pourrais remplir mon estomac car celui-ci était vraiment dans les talons, une faim extrêmement prononcée qui accentuait dans le même temps ma migraine. Il me confiait que le meilleur restaurant de l'île se trouvait dans le quartier le plus malfamé de celle-ci.

J'en pris la direction sans hésiter car je n'étais pas le genre de personne à esquiver un combat lorsqu'il se présente, non seulement je les acceptais mais en plus je les remportais , c'était ça, la preuve de ma puissance et de ma supériorité. J'arrivais donc devant le restaurant, une enseigne dégueulasse où j'arrivais tout de même à distinguer le nom : "Bar du Trèfle à Quatre Feuilles". On m'avait déjà parlé du "Trèfle à Quatre Feuilles", on m'avait que c'était un porte-bonheur, mais j'apprenais désormais que c'était aussi un restaurant. J'entrais dedans et tous les regards se braquaient sur moi, tandis qu'un individu se dirigeait vers moi l'air mauvais.

Eh, enfant de putain, qu'est-ce que tu viens faire ici ?

Comment m'avait-il appelé à l'instant, enfant de putain ? Mon sang ne fit qu'un tour, je dégainais "Kurayami no Shiro" et tranchait la tête de mon interlocuteur. Ses amis vinrent directement essayés de m'abattre, pas de chance pour eux, j'étais d'humeur meurtrière pour le moment, je n'assommerais personne. Je tranchais tous mes adversaires dont les corps étaient désormais inertes et sans vie au milieu de la salle, je me servis alors un verre de lait et alla m'asseoir plus au fond du bar. Une dizaine de minutes plus tard une bande de Policiers entrèrent dans le bar et furent choqués de la scène qui était en place devant leurs yeux, à pat pour l'un d'eux. Il se dirigeait ers le bar et se servait un verre d'une liqueur qui m'était encore inconnue mais avant qu'il ne commence à boire il regardait dans ma direction. Ses deux amis vinrent vers moi en me demandant d'approcher doucement sans mouvements brusques. Ce que je fis, arrivé à leur hauteur je tranchais le bras de l'un d'entre eux et dans la foulée je fis une énorme entaille au niveau du torse de l'autre, les laissa agoniser sur le sol ensanglanté par bon nombres de cadavres. Je regardais alors le troisième et lui dit.

Quoi, t'as un putain de problème enfoiré ?





Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?! Mar 21 Mai - 18:23

Saïto
Le Commencement



L'homme se leva de sa table et fit ce qui lui avait demandé le marine, enfin l'homme... à vrai dire il avait un physique plutôt atypique, son visage était celui d'un enfant sur le corps d'un adulte et il portait deux épées au niveau de la taille.

Lorsqu'il arriva au niveau des deux collègues de Saïto , avec une très grande vitesse le jeune homme dégaina son sabre et il trancha le bras de l'un d'entre eux , qui s'écroula aussitôt en poussant un cri strident avant de s'effondrer au sol en tenant son bras dégoulinant de sang, puis il trancha d'un geste ferme et précis le torse du second marine , celui-ci eut le souffle couper et il s'écroula à son tour dans une mare de sang sans le moindre bruit , une fois qu'il eut fini de s'occupait de ces deux pauvres hommes , l'individu regarda Saïto qui était très étonné parce qu'il venait de voir , depuis qu'il était dans la marine il n'avait jamais vu une personne tuait aussi rapidement et si aisément un marine , après tout il n'était dans l'armée que depuis deux semaines , mais quand même.

«Quoi, t'as un putain de problème enfoiré ? »


Saïto ne répondit pas à la provocation de l'homme. Il ne comprenait pas si la personne se rendait vraiment compte de ce qu'il venait de faire en tuant ces deux marines ou s'il est tout simplement stupide , mais tout cela n'avait plus aucune importance , Saïto avait enfin en face de lui un adversaire à sa taille sur cette maudite ile , Luciole esquissa un léger sourire en coin pour masquer qu'au plus profond de son être un immense joie et une rage de vaincre renaissait en lui .

Il descendit de son tabouret lentement, il s'avança sans se presser vers l'homme et d'un coup il fondit sur le garçon violemment.

"L'envol du Cygne Chanteur"

Spoiler:
 

Il descendit de son tabouret lentement, il s'avança sans se presser vers l'homme et d'un coup il fondit sur le garçon violemment.

Dans sa course effrénée Saïto sortit avec une certaine élégance un os de son bras qui avait la forme d'un sabre et il enchaîna une flopée de coup pour abattre son ennemi, il ne savait pas s'il l'avait touché, mais ce qui était sur c'est qu'avec son attaque il avait tranché des tables et des chaises qui étaient aux alentours , ce qui produisit une poussière épaisse de copeau de bois dans le pub.

Pendant ce moment de répit le jeune homme en profita pour se précipitait vers ses deux camarades qui gisaient sur le sol pour connaitre leurs états de santé , celui qui avait été tranché au niveau du torse était déjà mort depuis longtemps , l'autre vivait encore , mais ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'il ne perde la vie , Saïto s'accroupie à côté de lui et il le regarda mourir , d'abord ses yeux devinrent tout blanc , il cracha du sang par la bouche et d'un seul coup il se mit à convulser et dans son dernier soupire il murmura à Saïto.

« Bute moi cet enfoiré... »


C'était fini de lui, Saïto posa sa main sur le visage du marine et il lui referma ses yeux délicatement, il n'avait aucune compassion pour cet homme, malgré ses gestes affectifs-il restait intransigeant envers les marines qui échouaient pendant leurs missions , pour lui se faire tuer ainsi sans s'être battu avec bravoure était un geste honteux et faible.

La brume commençait à partir et Saïto se replaça en position de combat, tout d'abords il se releva puis il leva son épée prêt à en découdre . Qu'aller t-il bien sortir de cette fumée , un cadavre ou alors son ennemi sur le point de le foudroyait comme ses deux autres camarades d'un coup de sabre bien placer .




Dernière édition par Saïto le Sam 25 Mai - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?! Mar 21 Mai - 22:18





Des os comme armes ?


J'avais tranché deux Policiers sous le coup de la haine envers des gens qui avaient osés insulter ma mère, ils venaient d'insulter quelqu'un de sacrée pour moi, encore plus que Dieu lui-même et j'étais prêt à punir tous ceux qui osaient m'empêcher d'appliquer ce que je considérais comme un "jugement divin". Malheureusement pour eux, le jugement que je venais d'adopté était simple, la mort sans conviction et je savais que j'avais tué l'un d'eux, celui avec l'énorme coupure au niveau du torse, l'autre respirait de plus en plus doucement. Leur ami, qui était tranquillement assis au bar en train de siroter sa boisson, ne semblait pas être intéressé par le sort de ses compagnons et il ne répondait à l'agressivité de mon action mais il avait semblé étonné par ce que je venais de faire, tuer de sang-froid et avec une telle aisance, il devait trouver ça bizarre.

Je regardais mon adversaire sourire un petit peu, j'avais l'impression qu'il me cherchait depuis un bout de temps, enfin pas moi précisément mais plus un adversaire qui puisse enfin le faire vivre de véritables sensations, un adversaire de sa trempe si je puis dire. Il descendait alors doucement de son tabouret, tout en prenant son temps, je souriais à mon tour car on aurait bien dit que ce combat allait être extrêmement intéressant. Il s'avança vers moi doucement et je resserrais la poigne sur mon sabre, prêt à l'accueillir à bras ouverts. D'un coup, il fondait sur moi et lame à la main... Une lame ? Mais d'où sortait-elle ? Enfin bref, lame à main il commençait à vouloir enchaîner les passes de sabre avec moi. J'esquivais et je repoussais ses coups, il avait détruit plusieurs tables et chaises et une poussière faite à partir des copeaux de bois se souleva et j'arrivais à apercevoir mon adversaire, il fermait les yeux de ses camarades, même si il n'avait pas l'air de les apprécier, des compagnons mais sans plus.

Je le laissais finir son petit rituel et en même temps le rideau de poussière commençait à disparaître et je commençais à mon tour une offensive, je tenais mon sabre et je fondis sur mon adversaire voulant échanger quelques passes avec lui, l'évaluant un petit peu. Je commençais désormais à accélérer la cadence et j'envoyais un coup de pied vers l'abdomen de celui-ci, et sans savoir si je l'avais touché ou non je balançais ma technique.

Ittoryuu Iai : Ryû no Odori
Spoiler:
 




Dernière édition par Azuma le Lun 3 Juin - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?! Sam 25 Mai - 14:07

Saïto
La fin d'un combat et le début d'un autre





Une fois que le nuage de fumée finie par se dissipait petit à petit, Saïto commençait enfin à apercevoir la silhouette de son ennemi, qui se tenait droit devant lui à l'observer, il se précipita sur lui à toute vitesse, visiblement il n'avait pas du tout été touché par l'attaque de Saïto.

Une fois que les deux hommes furent assez proches ils s'échangèrent de violent coups d'épées, seul le bruit des épées qui s'entrechoquaient résonner dans le bar et les étincelles éclairaient pour quelques secondes le visage de nombreux cadavres ce qui donnait l'impression qu'il observait le combat , tout cela donnait une atmosphère obscur au combat que livraient les deux sabreurs.

Puis tout d'un coup Saïto qui pensait avoir le dessus sur son adversaire fut prit de court par la cadence avec laquelle son ennemi commençait à enchaîner ses coups, il allait de plus en plus vite, Saïto parait ses coups difficilement, il se fatiguait énormément et il savait bien qu'il ne tiendrait plus très longtemps, mais soudainement le garçon lui donna un coup de pied dans son abdomen, cela le fit reculer de quelques mètres, il avait mal à une côte, il mit sa main dessus pour l'inspecter elle ne semblait pas casser.

A peine avait-il eu le temps de se remettre de cette attaque que son ennemi était déjà en train de lui foncer dessus, Saïto se préparait à encaisser l'attaque de face, mais le bandit se baissa au tout dernier moment et il se releva pour lui assenait comme un uppercut ,mais avec sabre, du bas vers le haut . Saïto sentait bien que son sabre ne tiendrait plus très longtemps, son épée commençait à se fissurait sous l'impact des coups.

Son adversaire n'en avait pas fini avec lui et il le frappa de nouveau du haut vers le bas, puis du bas vers la gauche et lorsqu'il donna son dernier coup de la gauche vers la droite , l'épée de Saïto partit en mille morceau et il se blessa grièvement au niveau du torse, suite au choc il tomba en arrière.

*Pas maintenant, je ne peux pas mourir ici !*


Il n'osait pas croire que c'était fini de lui, son premier adversaire de qualité et le voilà coucher au sol avec un entaille sur le torse, lui qui s'était si durement entrainer pour être un vaillant soldat, tous ses efforts pour finalement pas grand-chose.

Il regardait son bourreau qui allait mettre fin à ses jours, Saïto c'était longuement préparer à cette éventualité, il resta immobile au sol à attendre son heure, il regardait le plafond de la taverne avec un air totalement indifférent à son sort.

Subitement une dizaine voire même une trentaine de marine pénétrèrent à l'intérieur du bar, l'arme au poing prêt à faire feu, Saïto voulu profiter de cette occasion pour donner un coup peut-être mortel à son ennemi, il fit un bond pour se remettre sur ses jambes et il se rapprocha au plus près de son ennemi pour tentait une dernière attaque , sa blessure lui faisait terriblement mal , mais il passa outre cette douleur grâce à sa très grande volonté de vaincre ce sabreur qui s'était très bien battu , il le voulait pour lui tout seul et il ne l'aurait laissé pour rien au monde à ses incapables de bidasses , qui ne savaient même ce que voulait vraiment signifier l'honneur .

« L’envol de l’Albatros »

Spoiler:
 

Avec ses toutes dernières forces il frappa son adversaire avec sa lame au niveau de son torse et il tomba aussitôt dans les pommes.

Lorsqu'il se réveilla, il était dans l'infirmerie de sa base avec un bandage sur tout le ventre, une infirmière se rapprocha de lui et elle lui annonça que le pirate avait réussi à s'enfuir, puis elle lui expliqua que suite à son acte courageux d'avoir réussi à tenir tête face à ce pirate , le gouvernement avait décidé de le muté dans un endroit ou la marine avait besoin de ses talents de combattant.

Saïto n'écoutait plus l'infirmière qui continuait à parler de son état de santé , il regardait depuis son lit par la fenêtre l'immense manteau bleu de l'océan qui défilait à perte de vue vers d'autres contrées, il savait au fond de lui qu'un jour l'autre il trouverait un autre adversaire aussi fort voir même plus fort et peut-être même le même pirate qu'il a combattu et que cette fois-ci il serait prêt...





[C'était sympa d'avoir pu Rp avec toi pour ma première fois Very Happy ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?! Dim 26 Mai - 17:45





La fuite


Je prenais de plus en plus le dessus sur mon adversaire malgré que celui-ci m'oppose une plus grosse résistance que les deux que j'avais tranché auparavant. Malheureusement, il restait toujours plus faible que moi mais il avait une envie de gagner dans les yeux qui avaient forcés mon respect. J'augmentais alors la vitesse de mes coups, pour pouvoir en finir au plus vite mais je ne comptais pas tuer un adversaire de valeur, qui sait ? Peut-être que dans le futur il pourra suffisamment me divertir ou encore mieux, me battre ? J'utilisais alors ma technique à un sabre après que mon coup de pied l'ait atteint, je sentais alors au contact que j'avais fait mouche, je le voyais aussi à cause du visage de mon adversaire qui se crispa de plus en plus, en plus de ça il avait ramené l'une de ses mains vers ses côtes mais il semblait rassuré, j'en concluais donc que je ne lui avais rien cassé. C'est alors que ma technique débutait, tout d'abord un coup du bas vers le haut qu'il contrait en mettant l'os de son bras en opposition et il contrait les deux suivants de la même manière mais le dernier fit mouche, je venais détruire l'os qu'il utilisait pour se défendre et en même temps je lui avais une grosse blessure au niveau du torse. A ce moment-là je savais que la victoire était mienne.

Mon adversaire tombait en arrière, une blessure béante au niveau du torse, surement allait-il perdre connaissance dans très peu de temps, mais comme je l'avais dit avant, je n'en finirais pas avec lui aussi rapidement, je savais qu'il avait un grand avenir en tant que guerrier et je comptais bien l'affronter de nouveau un jour. Alors que je soulevais mon sabre pour la ranger dans son fourreau, une dizaine, non une vingtaine et non une trentaine de Policiers firent leur apparition, armes de poings et sabres en mains, prêt à m'abattre à tout moment. Je me remis alors en position de combat prêt à affronter cette flopée d'adversaire. Mais tout d'un coup, mon attention se reporta sur mon ancien adversaire, il avait encore un petit quelque chose dans son regard qui me disait qu'il n'en avait toujours pas fini avec moi. Puis, celui-ci se remit sur ses jambes et s'approcha d'une manière lente dans ma direction, je tenais mon sabre fermement et j'étais prêt à l'accueillir et malheureusement pour lui, je n'avais pas de choix, si je devais l'utiliser comme bouclier humain pour pouvoir fuir, je le ferais sans hésiter.

Son attaque vint alors droit sur moi, c'était l'attaque du désespoir et j'étais fier d'avoir pu rencontrer un homme avec autant de volonté et de détermination, il venait de gagner tout mon respect. Son attaque était simple, une sorte de lame sortait de son poignet et il visait mon torse avec celle-ci, peut-être pensait-il qu'elle serait mortelle mais son mouvement était extrêmement lent et téléphoné. J'esquivais donc avec aisance et j'utilisais une table à côté de moi que je balançais aux autres Policiers pour faire diversion et pouvoir m'enfuir par la porte de derrière que je défonça avant de m'en aller en courant. L'homme qui avait fait preuve de détermination était tombé dans les pommes juste après son offensive et moi j'arrivais rapidement là où j'avais laissé mon embarcation, poursuivis par cinq Policiers. Alors qu'il m'encerclait sabre en mains, je dégainais "Kurayami no Shiro" et j'allais droit devant en utilisant ma technique.

Nittoryuu Iai : Ryû no Ikari
Spoiler:
 

Cette technique venait de tuer tous mes poursuivants, ils n'arrivaient pas à suivre la cadence de mes coups et ils en subissaient les conséquences par la mort, enfin la mort je ne sais pas, je sais juste que soit je leur avais coupé un bras, soit une jambe ou encore j'avais provoqué une grosse hémorragie au niveau des points vitaux, j'en concluais donc qu'ils étaient morts et je fuyais de l'île sans tarder.[/b]





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Flash Back] Y'a un os ?!

Revenir en haut Aller en bas

[Flash Back] Y'a un os ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: île de Baterilla-