AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

[FB] Abolition et Jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 124
Points d'activités : 1215
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Age : 26

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 756
Points de popula' [PP] : 832
Divers:
MessageSujet: [FB] Abolition et Jugement Mer 17 Juil - 17:53







Un Caprice !


    Le Queen Merry brisait les flots, ce somptueux navire tournait à plein régime. L'équipage était enfin sur la mer avec sa propre embarcation. Le tâche ne fut guère aisée, mais elle en avait valu le coup. Edward était plus que ravis de son navire. Il l'avait fait aménager à sa façon et cela convenait parfaitement à tout l'équipage. Hélas, en parlant d'équipage, il était de raffermir un peu les rangs. Ed' disposait d'un large panel de moussaillons, mais il manquait cruellement d'hommes de confiance. Sa fidèle Lieutenante, Vexy Hope, était de moins en moins présente à ses côtés. Il n'avait plus de ses nouvelles et espérait fortement pouvoir la garder au sein du cercle familiale. Notre groupe avait longtemps trimé pour obtenir ce don de Dieu. Ils avaient combattu de terrifiants adversaires avant de pouvoir s'en saisir. Il fallait l'admettre, la chance était de leur côté pour cette fois.



    Le navire faisait route vers Tequila Wolf. Il s'agissait d'une île hivernal dans la région d'East Blue. Rosenkreuz n'avait aucun intérêt à se rendre sur cette île, mais il le faisait pour les autres. La plus part des anciens esclaves provenaient de ce lieu avant de finir dans les geôles du bateau. Ed' était quelqu'un de bon et une promesse est une promesse. D'un côté, il aurait préféré éviter les ennuis quelques temps. Mais d'un autre, il répugnait l'esclavagisme et il se devait de le réprimer. Il savait que de nombreux esclaves avaient leur place sur ce pont, mais il ne fallait pas mettre tous les œufs dans le même panier. Certains étaient des travailleurs achetés dans un bordel, ou des filles de joie qui avaient fait la mauvaise rencontre. Il ne fallait pas tous les accabler dès le premier regard. Edward avait promis d'en libérer un maximum et il allait tenir sa parole.




    Le navire mouillait l'encre à quelques nautiques de l'île. Notre groupe ne pouvait pas rejoindre le port aussi aisément. L'île était sous la juridiction du Gouvernement Mondial et de la Marine. On ne pouvait pas se déplacer librement dans le secteur sans un badge adéquate. Rosen prit la tête de l'escouade. Il y avait une vingtaine de personnes, les plus méritantes et les meilleurs combattants. Il ne savait pas si Vexy faisait partit du lot. Il y avait trop de monde sur la chaloupe pour qu'il distingue correctement tout le monde. Les hommes étaient tendus, ils avaient hâte de répandre le sang de leurs tortionnaires. Hélas, il n'y avait pas de place à l'impatience dans ce genre de mission. Il fallait être très prudent. Rosen pourrait s'en échapper aisément grâce à ses pouvoirs, mais il devait prendre en compte le groupe qui le suivait.




    Le groupe arriva jusqu'à la bonne moitié du pont. Il n'y avait pas trop de gardes, l'essentiel de l'effectif se trouvait sur les dernières strates. Les prisonniers étaient amassés comme du bétail dans des baraquements de bonne fortune. Il fallait l'admettre le climat était leur pire ennemi dans cette affaire. Rosen se tourna une ultime fois ... Il fallait être sûr que tout le monde ai bien saisi le but de la mission. Il avait discuté de longues heures avec les mousses. Il avait pût constituer un schéma du pont et prendre note des points clefs. Il ne connaissait pas tout sur ce pont, mais pouvait facilement se repérer dans celui-ci.



On reste discret et on se rapproche des derniers mètres en construction du pont. On aura un court moment pour libérer un maximum d'esclaves. Criminels, prostituées, clochards, soldats, je n'ai que faire de leur passé ... Un homme avec des chaines est un esclave point à la ligne. Ceux qui ne veulent pas tenter le coup peuvent encore retourner à la chaloupe pour attendre et renforcer l'équipe de protection. Une fois lancé, il n'y a qu'un seul rythme ! Mon rythme !!!


    Un "oui" général s'éleva des rangs, les hommes étaient impatients de débuter les hostilités. Rosenkreuz se leva, une épée à la main et le groupe avança discrètement vers les derniers mètres du pont. Il y avait trop de gardes pour espérer une attaque furtive. Notre pirate jeta son glaive dans la poitrine d'un mercenaire et le combat commença ...




Codage by Makkura & Eddie. Don't touch please !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points d'activités : 156
Age : 25
Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 45
Points de popula' [PP] : 45
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Abolition et Jugement Mer 17 Juil - 19:29

La lumière qui lui parvient est altérée, et elle a du mal à ouvrir ses paupières. Ses yeux ne sont plus que deux fentes. Elle ne sait même pas si il fait jour ou nuit. La notion du temps lui est étrangère, car elle lui a échappé. Qu'est ce qui se passe? Aucune idée. Elle entend des voix, beaucoup de voix. Mais elle ne saurait relater leur conversation. Ce n'est que du bruit. Elle grimace. Tous ces sons... Il provoquent une explosion de douleur dans sa tête, comme si un malade tapait sur des cymbales, à l'intérieur de son crâne. Jamais, même avec une gueule de bois carabinée, elle n'avait ressentit ça. Et elle n'étais pas saoule, pour autant qu'elle s'en souvienne. D'ailleurs, ça fait plusieurs semaines qu'elle n'a pas touché une bouteille.

Et puis elle prend conscience de la température, très basse. En bonne fille du nord, elle y est habituée. Mais ce qui est nouveau, c'est qu'elle frissonne. La morsure du vent lui arrache un frisson, et achève de la réveiller. Elle se voit forcée de s'extirper des limbes dans lesquelles sont esprit avait sombré. La douleur, différente cette fois-ci, commence à la harceler, émanant de sa tempe gauche. Instinctivement, elle veut porter sa main vers la source de peine, et ainsi, inspecter les dégâts. Mais son geste est freiné, entravé.

Elle ne comprend pas. Pourquoi est-ce qu'elle ne peut pas bouger? Quelque chose de lourd retient ses poignets, creuse sa chair. Elle baisse les yeux, et l'horreur la frappe. Qu'est-ce que c'est que ça? Dans sa tête, elle hurle. D'épaisse menottes de métal sombre ceignent ses poignets et les contraignent à rester groupés. Un lent souffle saccadé s'échappe de ses lèvres, témoin de sa frayeur. Serait-ce la fin du voyage, de l'aventure? Comme une enfant, elle se débat, alors qu'elle sait que c'est parfaitement inutile.

Mais alors qu'elle mène en vain ce combat en solitaire, une autre pensée terrible lui traverse l'esprit. Ses armes. Ses petites chéries, sur lesquelles ses doigts se sont tant de fois promenées. Où sont-elles? Et à ce moment, c'est comme si on lui donnait un coup de poing invisible. La nausée la prend en otage. Ses pensées sont détraquées, comme un système défectueux, au bord de la panne. Elle cède à la panique. On les lui a prises. Non, volées. Elle se sent nue. Pire, comme violée.

Involontairement, une larme, mélange de haine, de désespoir et de chagrin, lui échapper, et coule lentement sur sa joue jusqu'à ses lèvres. Elle en goute le sel. A nouveau elle frissonne, et prend conscience qu'elle n'est vêtue que de guenilles. Et qu'elle n'est pas seule. Ils sont une dizaine, comme elle. Pour tout horizon, ils n'ont que des barreaux. Ainsi, elle se trouve dans une cage. Comment est-ce qu'elle a fait pour se retrouver dans une pareille situation? Les choses n'auraient pas pu être pire. La situation a mal tourné. Et le pire, c'est qu'elle ne sait même pas comment ça a pu lui arriver. Elle est comme amnésique. Aucun souvenir. Et son cerveau refuse de fonctionner. Elle bloque, au bord du gouffre. Elle a perdu toute sa vigueur en même temps que sa liberté. Et que va t-elle devenir? Peut-être qu'on va la vendre. Et si on la forçait à se prostituer?

-Tout, mais pas ça, murmure t-elle.

Mais son monologue est interrompit par un cri soudain, qui vient déchirer le calme relatif.


Dernière édition par Sunni Thornhill le Mer 7 Aoû - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Raven
Écumeur
Écumeur
avatar
Messages : 41
Points d'activités : 30

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 347
Points de popula' [PP] : 324
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Abolition et Jugement Ven 19 Juil - 18:34






Les malheurs du corbeau  


Flash Back: On "Un an plus tôt"
Aussi loin qu'il ne pouvait observer il n'y avait que flamme et bâtiments en ruine, la autrefois si paisible ville d'Orange town s'était transformé en un brasier aux couleurs vives gagnant du terrain à vu d'oeil, mais comment avait il fait pour se retrouver dans une telle situation? Ca il l'ignorait la seul chose dont il se souvenait était  la confrontation face au puissant capitaine Corsaire O'conord aux cotés de Ryuuk, le supernova et capitaine des cranes ardants, après cela c'était le troue noir, il ne se souvenait vraiment de rien, c'était comme s'il avait abusé de drogue douce jusqu'à ne plus pouvoir et qu'il venait tout juste de redescendre de son bad trip en plein milieu d'une guerre civil.
Au delà de sa stupeur il s'inquiétait pour Ryuuk, de ce qu'il était devenu était il seulement en vie? l'avait il protégé au péril de sa vie? Comment un pirate d'un meilleur calibre que le sien aurait il pu périr si "une petite frappe"  comme lui était debout, blessé grièvement mais vivant tout de même c'était tout simplement impossible à croire!
Et c'est en titubant, le bras droit fracturé, une plaie béante dans le dos et une cheville foulée à peine avait il fait quelques pas qu'il commençait à saigner abondamment, sa vision se troublait son corps devenait de plus en plus lourd et malgré tout ses efforts il ne pu rester conscient une seconde de plus et dans un bruit sourd il tomba lourdement au sol car gravité l'oblige.
 
Flash Back: Off "Un an plus tôt"

A son réveil tout ses muscles étaient endolories à chaque mouvement il souffrait le martyre, c'était comme si chaque parcelle de son corps se faisait broyer  à coups de mortier à chaque tentative, sa plaie avait été cautérisé à l'aide d'un fer chauffé pendant qu'il était encore conscient car il perdait beaucoup de trop de sang et sa vie était en danger, après cette intervention de fortune il resta dans les vapes pendant toute  une semaine. Les joues creuses le teint pale, le regard vide enchaîné du soir au matin ce n'est que quelque temps plus tard, après avoir repris des forces qu'il commença à se nourrir contre une dure labeur à la construction du pont, vêtu d'une simple guenille livré au froid, affaibli fatigué pour finir tard le soir un pain rassi à la main, dans un petit seize mètres carré avec vingt autre personnes  toutes aussi affamés, meurtries, au bord du gouffre, il arrivait souvent que quelques nouveaux tentent de s'enfuir mais en vain, ils se faisaient  attraper et recevaient une punition à la hauteur de leurs actes souvent violés par les gardes masqués, ils s'y mettait parfois à plusieurs de quoi dissuader les  prisonniers trop audacieux, et cela eu bien évidement l'effet attendu, du moins sur le jeune prince, qui perdit toute volonté et espoir en un lendemain en tant qu'Homme libre, mais il lui arrivait tout de même ,une fois tout le monde dans les bras de Morphée, de rêver de sa vie d'avant, dans le luxe, puis dans la liberté la plus total, écumant les mers aux cotés de son capitaine, ses deux katana à la main, Kornelius croassant au dessus de son épaule gaiement. Mais cela ne durait jamais bien longtemps car il finissait toujours par revenir à la triste réalité, privé de liberté, privé de son plus fidèle compagnon et de son capitaine il était bien loin de celui qu'il aurait voulu devenir, l'homme fort d'Ironburn....

Un jour comme un autre sur le pont, ou était ce la nuit? Il avait perdu toute notion du temps tant le froid  et l'obscurité régnait sur le pont, pas un seul rayon de soleil n'avait jamais pu éclairer la moindre parcelle de cette terre gelée et cela depuis aussi longtemps qu'il était ici, mais bien que la notion du temps le dépassait désormais il savait qu'il était l'heure du couvre feu, surement par mécanisme à force de survivre de la même routine jour après jour jusqu'à n'en plus pouvoir, ses blessures étaient à présent guéries totalement bien qu'il n'était pas à l'abri d'une infection en vu de l'état sanitaire des blocs dans lesquels ils les séquestraient, rat, cafard, des excréments peinturlurer les ainsi qu'une forte odeur d'urine, c'était un peu normal vu que pour les esclaves il n'y avait pas vraiment de toilette à proprement parler...Mais ce soir la quelques choses sortaient de l'ordinaire, il y'avait de l'agitation dehors des bruits de pas dans la neige encore fraîche et le crac propre au montage d'arme à feu, en temps normal un silence de mort se serait déjà instauré dans le camp et aurait remplacé toute cette agitation, et presque aussitôt le signal d'alerte fut déclaré était ce une nouvelle évasion? Cela le changerait un peu de sa routine maladive, de quoi susciter une once d’intérêt dans son esprit faible et habitué aux pires atrocité depuis cette expérience.    


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 124
Points d'activités : 1215
Premier Haki : Busou-shoku : la Couleur de l'Armement (2/4)
Age : 26

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 756
Points de popula' [PP] : 832
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Abolition et Jugement Dim 21 Juil - 14:46







Liberté !


    Le froid était glacial sur le pont de Tequila Wolf. Le vent soufflait si fortement qu'il devenait difficile de se déplacer. La neige freinait fortement l'avancer du groupuscule. Pourtant, en quelques heures, ils touchèrent au but. Les gardes étaient très présents dans le secteur. Mais, il y avait également une grande concentration de prisonniers. Ils étaient tous entassés en masse avec une simple guenille comme vêtement. Les chaines entravaient leur moindre mouvement. Les moussaillons étaient excités à l'arrière du groupe. Ils avaient soif de sang et voulaient en découdre avec les gardes. Il voulaient saigner leurs anciens tortionnaires. On ne pouvait pas savoir s'il faisait jour ou nuit. Le soleil n'émergeait pas souvent dans cette contrée. L'hiver dominait toute la région et le blizzard martelait l'île à longueur de journée. Rosen avait donné ses dernières instructions, avant d'envoyer son glaive dans la cage thoracique d'un garde. Son cris de douleur avait déclenché l'attention des autres surveillants. La sonnette d'alarme était en branle. Les gardes prenaient les armes et se mettaient en position. Hélas, il était déjà trop tard. Les pirates s'élançaient à corps perdu dans la bataille. Le pont devenait un lieu de guerre et de massacres.



    Pendant qu'un groupe s'occupaient des gardes et en tuaient un maximum. Les autres délivraient les prisonniers de leurs chaines. Hélas, il n'était pas aisé de briser se métal. Les armes étaient mordues par le gel et elles cassaient très facilement. Les pirates étaient dans l'impasse, mais notre capitaine n'allait pas donner son dernier mot. Il forma une épée de lumière et brisa trois cabanons. Ses mots étaient clairs, prendre les armes pour gagner leur liberté ou rester ici et mourir sous le poids de l'esclavagisme. Après avoir tué une bonne trentaine de gardes, les moussaillons mirent la main sur un trousseau des clefs. Ils pouvaient enfin libérer les détenus. Rosenkreuz laissait s'échapper sa haine et sa colère sur le champ-de-bataille. Les renforts arrivaient à grand pas ...


| Hikari No Yari |


    Edward fit apparaître une trentaine de lances de lumière tout autour de lui. Il cibla ses ennemis et propulsa ses projectiles. Les gardes se firent transpercer en embrocher par les lances jaunâtres. Le sang maculait la neige et le vent animait les vêtements des morts au front. Le groupuscule était de plus en plus mince. Les mousses pliaient sous les coups de leurs ennemis. Les prisonniers n'étaient pas d'une grande aide. La plus part fuyaient en courant pour être, par la suite, abattus comme des chiens. Ceux qui restaient, n'avaient même plus la force de tenir convenablement une épée. Certains sortaient du lot, Ed' crut reconnaitre un ancien membre de son frère d'arme. Ryuuk avait disparu des radars du jour au lendemain et il ne savait pas ce qu'il était devenu.



    Le combat battait son plein. Les corps tombaient comme des mouches et les gardes se donnaient un malin plaisir à tirer dans le tas. Edward fit voler quelques miradors grâce à ses lasers. Les explosions soufflèrent les bâtiments et illuminèrent le ciel. Hélas, se n'était pas suffisant pour stopper la progression de l'ennemi. Il devait prendre une autre option, afin de prendre l'avantage. Hélas, pour le moment, il y avait encore trop de prisonniers dans les geôles. Il devait gagner du temps et en libérer un maximum.


Continuez à vous battre !!! On a fait le plus dur ... Gagnez encore quelques minutes ! Il nous faut du temps pour libérer les autres esclaves.


Codage by Makkura & Eddie. Don't touch please !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Points d'activités : 156
Age : 25
Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 45
Points de popula' [PP] : 45
Divers:
MessageSujet: Re: [FB] Abolition et Jugement Mer 7 Aoû - 20:46

Alors que le cri retentit dans l'air glacé, Sunni tente, autant que la douleur le lui permette, de déployer ses sens, en quête du moindre renseignement sur la situation actuelle, quitte à, s'il le faut, défendre chèrement sa peau. Mais la vérité, c'est qu'elle se sent comme une petite fille, désarmée. Que vaut-elle en combat à main nue? Elle sait manier le marteau, frapper fort pour faire se ployer le métal sous ses outils, mais qu'en serait-il si elle devait serrer le poing pour se défendre? Pourtant, elle sait qu'elle ne devrait pas douter d'elle-même. Ce n'est pas comme ça qu'on l'a élevée. Sur Frey, où Thor guide la main des hommes, nul ne doit céder à la lâcheté.

Les yeux écarquillés, et réalise qu'ils sont bien plus nombreux que ce qu'elle avait estimé, dans cette cellule sommaire. L'endroit sort tout droit de l'imagination d'un malade. Insalubrité est le mot qui convient le mieux. Son regard s'attarde sur quelques visages émacies, sur les murs sales, sur la vermine qui grouille. Du pied, elle repousse violemment un rat qui tentait de se frayer un chemin dans sa direction. Elle fini par se recroqueviller sur elle-même, comme une enfant, en proie au dégoût. Elle ne sent même plus le froid, tant ses pensées son envahies par d'autres sujets de préoccupation.

Elle sent qu'il y a de l'agitation dehors. Des cris, des pas précipités. Elle tend l'oreille avec attention, tant et si bien qu'elle aurait pu avoir des paraboles à la place de celles-ci. Et jurerais avoir perçu le son d'une arme à feu, et se surprend à espérer que ses sens ne la trompent pas. Avec délice, elle mesure peu à peu l'ampleur du chaos qui nait et se repend hors de sa prison.

Elle se traîne sur le sol de béton gelé jusqu'aux barreaux de la cellule, faisant crisser ses chaines contre la matière dure, sans aucune réaction de la part de ses étranges colocataires. Fébrile, elle tend ses mains vers les barres de métal et pose ses mains dessus avec précaution, comme si le métal était en fusion. Elle avale avec peine sa salive, la gorge sèche. Sur regard est brûlant, et on la croirait fiévreuse. La douleur à son front à disparu pour céder la place à autre mal, plus profond, qui lui enserre les poumons. Peut-être le froid et les mauvaises conditions de vie l'ont-ils atteinte?

Elle colle son visage contre les barreaux comme si elle voulait faire passer sa tête au travers. Mais c'est peine perdue, car ils sont bien trop serrés. Un faible souffle s'échappe de sa gorge. Pour un peu, elle murmurait sa détresse. Mais aucun son ne veut franchir ses lèvres, elle est aphone.

Son champ de vision rétréci, sa vision du monde s'obscurcit. Alors que tout vacille, et qu'elle s'apprête à sombrer dans l'oublie, l'éclat bien familier d'une lame étincelle et percute sa rétine, lui apportant la lueur d'espoir qu'elle n'attendait plus. Elle reprend contact avec la réalité cependant que les murs de sa geôle volent en éclat, sous l'assaut de ceux qu'elle jurerait être des pirates. L'un d'entre eux se précipite sur elle et, sans un mot, rompt ses chaines avant de s'enfuir pour libérer un autre prisonnier.

Abasourdie, elle se lève avec peine, titube sur quelques mètres, et tombe à genoux dans la neige. Alors elle lève les yeux au ciel et, même si elle ne sait toujours pas où elle se trouve, remercie ses dieux de leur aide. Elle agite ses doigts et ses bras, comme surprise de les retrouver à nouveau mobiles. Elle resserre ses bras autour de ses épaules pour tenter de se protéger du froid et verse une larme, au milieu du champ de bataille, mais libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Abolition et Jugement

Revenir en haut Aller en bas

[FB] Abolition et Jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: East blue :: Tequila Wolf-