AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
20/03/13 : Le forum a subi de nombreuses modifications aujourd’hui. Pour prendre connaissance de tout ce qui a changé veillez cliquer : ici

Partagez|

Une cargaison dangereuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 6
Points d'activités : 30

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 70
Points de popula' [PP] : 70
Divers:
MessageSujet: Une cargaison dangereuse ! Mar 13 Aoû - 1:27

Je deviendrais une Amirale, c'est sur ces mots que commença ma carrière en tant que Caporale. J'avais reçu ma promotion la veille grâce à mes actions sur Wallis Island. J'étais, de l'avis de mon supérieur, un élément prometteur qui méritait largement une promotion. Il pensait également que j'avais de fortes chances de monter en grade, mais je me contrefichais de ce qu'il pensait, je vivais pour moi et ma fille, pas pour les autres. J'avais été directement intégré à un équipage qui partait pour intercepter un simple bateau de marchandises qui était soupçonné de transporter des cargaisons illicites. Il croisait au large de Wallis, ce qui augmentais mes doutes par rapport à la fiabilité de ce bateau. Je n'avais d'autre choix que de prendre ma fille, et d'ailleurs je l'avais moi même décidé, ne voulant pas la laisser au milieu de tous ces hommes. Nous montâmes donc à bord de notre intercepteur, et je cherchais le supérieur qui supervisait la mission, avant de me rendre compte que c'était moi qui m'occupait de ça. Je me rendais donc dans les quartiers qui m'étaient assignés, et je demandais à Aelia de gentiment s'asseoir pendant que je consultais les documents. Le navire que nous attaquions était censé ne posséder aucun moyen de défense extérieurs, soit aucun armement lourd, et son équipage était aux dires des informateurs composées de marins banals.

Je préférais néanmoins préparer mes hommes au pire. Ils étaient au nombre de douze, et nous avions trois jours de mer avant d'atteindre le navire qui mouillait au large du territoire mafieux. Il n'était censé n'y avoir aucun combat, mais je m'attendait à tout de la part de la mafia, surtout celle de Wallis, que j'avais déjà affronté. Ils avaient soudain eu un regain d'énergie, et avaient repris leurs affaires tranquillement. Mais la Marine était corrompue en certains endroits, et elle tolérait la présence de ces rats. Je ne pouvais pas laisser passer ça, et c'est pour cela que je devais me hisser au plus haut le plus vite possible. Je demandais à notre navigateur d'accélérer la cadence au maximum, afin que nous arrivâmes le plus vite possible à destination. Je retournais alors voir mon bijou et je restais avec elle pendant un long moment, lui coiffant les cheveux, et jouant avec elle. Je mangeais aussi avec elle, bien que notre cabine était à l'image du Navire : délabrée. Mais c'était suffisant pour quelqu'un comme moi, quelque aurait été mon grade. Je la couchais ensuite, et j'attendais qu'elle dorme pour sortir sur le pont, où m'attendais tout les soldats, alignés en rang. Le navigateur avait bien suivi mon ordre, et nous étions en vue du navire ennemi. Je pouvais aisément donner l'ordre de le couler pendant la nuit, mais je trouvais cet idée lâche, et surtout mauvaise tant qu'on ne savait pas quelle était la nature du chargement.

J'ordonnais aux soldats de monter dans des barques, et j'en laissais trois sur le bateau. Nous étions donc dix à partir, dans trois barques différentes pour lancer un assaut de plusieurs côtés. C'était un bon plan, mais peut-être pas le meilleur, sûrement pas le meilleur. Nous étions arrivé en quelques minutes au flanc de ce bateau qui n'était pas si grand que ça au final, et je montais la première sur le pont, sortant mon sabre en déclarant la perquisition du bateau. Mais l'individu se contenta de rire et de sortir une arme à feu, avant que je n'utilise une de mes techniques : Yuki. Elle consistait à sortir ma lame rapidement pour l'enfoncer dans le ventre de mon adversaire en le dépassant avant de la retirer en le faisant tourner sur lui même. Il s'effondra au sol en tenant sa blessure tandis que le sang s'échappait de son corps, et je lui demandais leur rapport avec la mafia. Il n'eut le temps de répondre, rendant l'âme trop tôt. J'ordonnais alors aux trois marines avec moi de garder les entrées possibles, et les six autres me suivirent vers la cale, quand la porte s'ouvrit violemment, laissant une demi-douzaine de criminels sortir. Je voulais les topper et je lançais une seconde technique : Gyōketsu. Je dégainais mon sabre si rapidement que la lame fendit l'air, expulsant alors celui dont il avait pris la place vers l'ennemi, sous forme d'énergie.

Trois d'entre eux n'eurent pas le temps de se dégager, et le sang gicla sur le pont pourtant si bien nettoyé auparavant. Les autres soldats s'occupèrent des trois derniers, et nous pûmes progresser dans notre inspection sanglante. Alors que je descendais les escaliers, un autre contrebandier se jeta contre nous, et un simple chassé l'envoya au bas des escaliers. Il tenta de se relever mais un coup de botte dans la joue le replaça, avant que je ne lui mette mon pied sur le torse, et que je lui demande combien d'entre eux il restait. Il me répondit qu'il ne restait plus que lui et deux autres dans la cale. Il tenta de bluffer en me disant qu'ils avaient massacré l'équipage à qui appartenait ce navire, mais je savais que des bandits de ce stade n'auraient pas osé, auquel cas il ne tremperaient plus dans les eaux de Wallis Island. Ils étaient tous prévisibles à un certain degré, et quand j'ouvrais la porte, je me mettais de côté pour éviter d'être abattue par une balle dans le crâne. Chose qui aurait pu se passer, si la peur qui les tenaient au ventre n'avait pas été aussi grande. J'ordonnais qu'on les capture, et qu'on délivre leur otages, qui étaient comme je l'avait pensé, en captivité. Je me tournais alors vers la cargaison, qui était tout de même l'objet de notre visite de courtoisie, et j'avais un mauvais pressentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Points d'activités : 30

Feuille de personnage
Points de force [PF]: 70
Points de popula' [PP] : 70
Divers:
MessageSujet: Re: Une cargaison dangereuse ! Mer 14 Aoû - 19:32

J'ouvrais une boîte, et ce que je vis m'effraya au plus haut point. Elle était remplie de corps sans vie plongés dans du formol. C'était un spectacle horrible, et je refermais immédiatement le couvercle. Cette découverte me fit peur en premier temps car je me demandais ce qu'ils comptaient faire avec ces corps. C'est en ouvrant une boîte différente de la première que je compris ce qui se passait, voyant là des pièces métalliques, ainsi que de l'armement. Ils étaient en train de créer des cyborgs, et à en juger par la qualité des pièces, ils devaient être puissamment équipés. Je rattrapais alors mes subordonnés qui emmenaient les pirates sur le pont, et je regardais les deux bandits. Ils avaient l'air d'être en vie pour une bonne raison, n'ayant pas l'air de savoir se battre, et l'un d'entre eux portant même une blouse. Ce dernier devait être au courant de ce qui se passait dans le coin, et de combien de navires avaient déjà atteint leur objectif. Je l'attrapais par le col, et je lui posais les questions qui me torturaient l'esprit, la seule réponse qui me fut donné était qu'il y avait eu suffisamment de voyages pour mettre en déroute la Marine sur toute cette mer. J'espérais qu'il bluffait, et j'ordonnais qu'on l'emmène immédiatement. J'avais plusieurs choix à prendre, et aucun n'était simple à faire. Si je prévenais la direction, ils mettraient trop de temps à réagir, mais si je ne le faisais pas, nous serions en sous-nombre, et pas assez bien équipés pour s'occuper de cette menace. J'étais déchirée par l'hésitation, et je ne pouvais ainsi sacrifier la vie de mes subordonnés pour gagner du temps. Mais si c'était pour le bien de millions d'autre, je pouvais au moins essayer. Je retournais sur le navire principal, qui bordait maintenant l'embarcation marchande, et je prenais le Den-Den Mushi inter-îles fixé dans le bateau, l'utilisant pour contacter le Q.G de cette Blue.

- Ici le Caporal Lehm, j'ai une affaire urgente à signaler !

- J'enregistre, vous pouvez faire votre rapport.

- Bien ! Moi et douze hommes sous mon autorité avons pris le contrôle d'un navire marchand mouillant au large de Wallis Island, sa cargaison est plus que dangereuse. Ils transportent des corps dans du formol, dans le but de les équiper pour en faire des robots à l'apparence tout à fait normale. C'est une situation de crise, et j'ignore encore où se rendait le Navire, mais je demande du renfort immédiatement, nous risquons des représailles, et nous ne pouvons emporter la cargaison sur notre propre bateau. De plus, cette menace est à prendre au sérieux, il ne faut pas que les civils cèdent à la panique. J'ai terminé !

- Je pense que vous devriez prendre du repos Caporal, sur ce bonne nuit.

Je ne pouvais rien dire après cela, ayant entendu la ligne se couper. Ils étaient tous autour de moi, même ma fille, étant donné que la nuit commençait à laisser sa place au soleil. Nous devrions sûrement tenir un assaut contre une flotte ennemie trop grande pour un seul Navire, mais je ne comptais certainement pas laisser ma peau ici, bien que nous n'avions pas vraiment le choix de combattre. Il fallait garder la cargaison intacte, et la ramener pour analyse, mais j'étais prête à la couler à tout moment, si la situation l'exigeait, et à prendre la fuite si ça chauffait trop par ici. J'avais déjà ordonné de récupérer tout l'armement lourd du navire accosté, qui transportait également du matériel de guerre. Il y avait d'ailleurs, en plus de toute les boîtes que nous avions ouvertes, une énorme qu'on ne pouvait forcer, et je redoutais ce qui pouvait se trouver dans une boîte de quinze mètre de long, et au moins six de large. J'espérais juste que ce n'était pas un corps, sinon quoi nous serions dans une très mauvais situation. Bref, ils étaient tous autour de moi et avaient compris que personne ne viendrait nous sauver, que nous allions mourir ici. Presque comme si c'était écris, la mouette se chargeant de la poste se posa sur le bord de notre navire. Je les saluais, et leur demandais d'être prêt à combattre à tout moment. Je voulais sauver ma fille, mais je ne le pouvais pas, pas cette fois, alors que je sentais que nous allions être mis en pièces. Je l'emmenais dans la cabine quand la nuit commença à tomber, et je lui demandais d'y rester jusqu'à ce que je vienne la chercher. C'était quelque chose dont je n'étais pas sûre d'arriver, peut-être serais-je morte avant de pouvoir le faire. Je montais sur le pont, déterminée comme jamais. Mes treize hommes, je comprenais le navigateur dans le lot s'étaient tous préparé à la pire situation, et s'était vraiment excellent, augmentant nos chances de survies, puisqu'ils avaient juste envie de démolir le plus possible l'ennemi.

Mais je devais encore plus motiver cette bande de grands soldats, leur faire entrevoir les portes glorieuses du paradis qui nous attendaient, j'avais vraiment envie d'en sauver le plus possible de l'enfer qui allait se déchaîner sur nous, tandis que des gréements se faisaient apercevoir en nombre à l'Est lointain. Je montais sur un promontoire et me raclais la gorge qui était sèche. Je regardais chacun des treize hommes qui me faisaient face. [en cours]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une cargaison dangereuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Autres Iles de North Blue-